Archives de catégorie : Appels

Appel à contribution: Vers une économie humaine

APPEL À CONTRIBUTION

21-22 Juin 2012

IMEC Abbaye d’Ardenne

14 280 Saint Germain La Blanche Herbe – CAEN

Au regard de l’état critique atteint par le capitalisme contemporain, les intellectuels et les experts sont nombreux à s’interroger sur les réponses possibles à apporter à une crise, qui remet brutalement et profondément l’Homme en question dans tous les aspects de sa vie. Mais, une crise ne devient catastrophique que si nous y répondons par des idées toutes faites, c’est-à-dire par des préjugés. Cela suppose donc d’échapper aux abstractions idéologiques, en général exagérément simplificatrices.

Or, la première grande crise du XXe siècle, la crise de 1929, qui, au-delà de sa dimension économique, constituait déjà un malaise dans la civilisation a ouvert le champ, notamment en France, à de nombreux groupes d’intellectuels non-conformistes à la recherche d’un autre modèle d’organisation sociale. Ainsi, l’ « esprit » des années 30 façonne des mouvements de pensée et des formulations conceptuelles, qui resteront éminemment présents à l’issue de la guerre. Elles autorisent, aujourd’hui plus que jamais, des opérations de pensée.

Par conséquent, nous vous proposons de croiser les pensées, les démarches et les méthodes de plusieurs non conformistes français, en longue durée avec un regard sur le présent. Il s’agit d’introduire une réflexion multidisciplinaire, voire interdisciplinaire « autour » de personnalités de la même génération, dont les rapports intellectuels ont été avérés et réguliers : Henri DESROCHE (1914-1994), Louis-Joseph LEBRET (1897-1966), Henri LEFEBVRE (1901-1991), François PERROUX (1903-1987) et Emmanuel MOUNIER (1905-1950).

Leurs pensées sont essentiellement antitotalitaires, intrinsèquement politiques et explicitement économiques. Elles sont antitotalitaires en réaction aux dérives des années 30 et visent, dans l’engagement, une production de l’Homme par l’Homme, une civilisation solidaire, une humanisation de l’économie. Elles sont intrinsèquement politiques et interrogent les dogmatismes philosophiques et politiques, les tensions sociales et économiques, en aspirant, contre le « fétichisme de la cohérence », au pluralisme et à l’imagination politique. Explicitement économiques, elles rejettent l’individualisme libéral et le marxisme dogmatique, l’économisme productiviste de l’Ouest et de l’Est. Et, nourries de la pensée de Marx, elles s’engagent pour une créativité individuelle et collective, un progrès humain et intégral, une logique d’émancipation et le refus du désenchantement.

À ce titre, elles restent prometteuses. Et, avec la promesse, elles nous permettent de nous tourner vers le futur, car elles restent prospectives ; c’est-à-dire qu’elles permettent de dire et d’agir sur le monde (Paul RICOEUR). C’est pourquoi , au carrefour de la mémoire, de l’analyse historique et de la prospection critique, depuis et au-delà de leurs oeuvres et de leurs méthodes, en mettant à profit ce que leurs réflexions et leurs démarches ont en commun, nous vous proposons de réfléchir sur la performativité et l’actualisation de leurs méthodes et de leurs approches. Institut de Sciences Mathématiques et Économiques Appliquées 59 boulevard Vincent Auriol – 75013 Paris Cedex 13 ‘ www.ismea.org

Bien que leurs recherches, leurs actions de terrain et leur rayonnement soient d’une portée universelle, ces intellectuels, en leur temps et de nos jours, sont restés souvent relégués aux périphéries du discours académique. Pour autant, ils ont défini une utopie réaliste, allant jusqu’à revendiquer un mouvement scientifique pour accréditer l’utopie (DESROCHE). Ils ne voulaient pas s’encombrer d’illusions supérieures ou de fatalisme, et ne rêvaient pas devant l’impossible (PERROUX). Mais ils revendiquaient d’amener les virtualités (favorables) à se réaliser (LEFEBVRE). Ils ont pris comme projet essentiel de changer la vie, en définissant des concepts qui proviennent de la pratique et qui y reviennent.

Dans le cadre de ce congrès, nous vous proposons d’approcher et de croiser ces auteurs, autour des quatre grands thèmes suivants :

LES DIFFÉRENCES ET LES CONVERGENCES [entre ces penseurs de la différence et de la convergence] ;

LA PERSONNE, LA CRÉATION ET LE COLLECTIF ;

LA CROYANCE, LA PENSÉE ET L’ACTION ;

LE DÉVELOPPEMENT, LE PROGRÈS, L’UTOPIE.

Il s’agit, pour chaque thème, d’éviter le point de vue biographique et de privilégier l’analyse, la comparaison et la critique des concepts et des méthodes ; tout en conservant, pour chacun de ces thèmes, la réflexion sur les enjeux présents. Tous les éclairages sont nécessaires pour dépasser le seul éclairage économique, et étant entendu, comme l’invoque Henri LEFEBVRE, que toutes les questions arrivent au politique.

Les propositions d’un maximum de 500 caractères, sont à envoyer, sous format .DOC, par courriel, avant le 15 décembre 2011, au Comité scientifique du colloque : Sebastien.Petrus@univ-rennes2.fr.Elles doivent précisément mentionner les appartenances institutionnelles des auteurs. Les évaluations seront retournées pour le 30 janvier 2012.

Les articles complets devront être envoyés pour le 30 mai 2012. Ils comporteront environ 60 000 caractères, espaces compris, au format Times new Roman 12, auxquels s’ajoutent les références, selon le format suivant :

Références aux auteurs cités dans le corps du texte : [entre crochets, Nom(s), initiale(s) prénom(s) année entre parenthèses, virgule, pages p.], exemple : [Martin J.-M. (1959), p. 54-59].

Nom de l’auteur ‘ virgule ‘ initiale(s). du (des) prénom(s) point [année de publication entre crochets] virgule,

1/ Ouvrage : Titre de l’ouvrage en italique, virgule, Éditeur, lieu d’édition, point.

Exemple : Dupont, J. [1999], Économie du travail, Éditions ouvrières, Paris.

2/ Article : Titre de l’article « entre guillemets », virgule, Titre de la revue ou de l’ouvrage en italique, virgule, série, numéro, tome, volume, mois, pages (un seul p.) point.

Exemple : Durand, F. *1999+, « Économie d’énergie », Revue verte, tome XXXIII, n° 3, mars, p. 3-33.

Au-delà de ce colloque, l’objectif de notre projet est de mettre en oeuvre un programme de recherche interdisciplinaire et pluri-annuel, détaillé par ailleurs, dans le domaine des Sciences humaines et sociales, au carrefour, entre autres, de ces oeuvres et, sans doute, en élargissant à d’autres auteurs.

AAC: Gender and Luxury in the Urban Economy (1700-1914): a European perspective

Leading question

The role of the town as a crucial place for material and cultural circulations and for competition and emulation, relating this to the longue durée.

Key issues and scientific relevance

The themes of consumer culture and of luxury are now well-worked, but most of the studies on these topics concentrate on England – as a laboratory of new practices and as the cradle of the consumer society – and to a certain extent on France (luxury debates). The gender aspect is generally developed only in the margins. Also, there is often little link between the eighteenth-century debates and the rise of the consumer economy in the nineteenth and twentieth centuries.
Our aim is to call for papers that adopt an urban, gendered and comparative perspective on the European scale with the aim to interrogate the relationship between gender, consumption and luxury in different kinds of urban societies from all parts of Europe. And furthermore to analyse, compare and put in perspective female and male consumer identities and practices and link these to urban circumstances such as political and economic structures etc.
The 18th century is obviously at the heart of the luxury debates but it seems important to include the second half of the 17th century when the luxury trades and guilds developed during the age of mercantilism, and when the first criticisms of luxury emerged. Similarly, the importance of developments in the 19th and early twentieth century when consumption moved onto a larger scale with the development of department stores needs to be drawn into this story. Clearly urban development did not follow a single commercial path, and we call for papers on a full range of patterns in examining these debates and developments.
Further goals: The session will draw on networks and experiences from a session in Gent 2010 and from an ongoing network, ‘Gender in the European Town. The Making of the Modern Town’. However, the goal of the session is not to report from these activities, but to make a platform from which to broaden the range of participants in the network geographically and nationally in order to produce a real transnational European perspective.

Session organizers

  • Søren Bitsch Christensen (University of Aarhus, Denmark)
  • Anne Montenach (University of Aix-Marseille, France) – montenach [point] anne [at] wanadoo [point] fr
  • Deborah Simonton (University of Southern Denmark)

Appel à contribution: Le commerce du luxe – Le luxe du commerce / The Trade in Luxury and the Luxury of Trade

Le commerce du luxe – Le luxe du commerce. Production, exposition et circulation des objets précieux du Moyen Âge à nos jours
The Trade in Luxury and the Luxury of Trade. The production, display, and circulation of precious objects from the Middle-Ages to the present day
Jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2012 – Lyon, musée Gadagne

Appel à communication pour le colloque international pluridisciplinaire « Le commerce du luxe – Le luxe du commerce. Production, exposition et circulation des objets précieux du Moyen Âge à nos jours » organisé par le LARHRA (UMR 5190 Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes), qui se tiendra au musée Gadagne, 1 place du petit Collège, à Lyon, les jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2012.

ARGUMENTAIRE

(see english version below)

Comment se produisent, s’exposent, se diffusent et se consomment les produits du luxe ? Le but de ce colloque est de revenir sur la question de la spécialisation progressive d’un commerce voué aux objets précieux qui concourent à l’embellissement de la personne ou du cadre de vie. Il entend être une manifestation largement ouverte d’un point de vue chronologique, spatial et disciplinaire, faisant appel à des spécialistes d’horizons différents : histoire, histoire de l’art, économie, littérature, sociologie, etc.

Cette approche interdisciplinaire du marché du luxe sur la longue durée, du Moyen Age à nos jours, permettra de confronter les expériences et de mettre en relief les permanences et les mutations. Le luxe a souvent été cantonné aux productions des beaux-arts ; il s’agira ici de montrer la richesse et la diversité de ce qui était (et reste) compris sous cette appellation et d’observer comment se sont progressivement mis en place des marchés spécialisés. Ce colloque développera deux approches spécifiques, d’une part les acteurs et les marchandises, d’autre part les lieux de vente et la puissance matérielle et symbolique attachée à ce secteur particulier de l’économie. Le luxe ne ressortit pas, en effet, seulement aux logiques et aux formes de l’économie matérielle ; il est également une valeur polémique, commerce symbolique, argument politique, controverse religieuse, etc., dont les termes croisent, anticipent, s’affranchissent ou prolongent les circuits de sa consommation.

Les communications, qui pourront étudier aussi bien les exemples français qu’étrangers, devront s’inscrire dans les axes développés ci-dessous :

I/ Marché du luxe, marchands et marchandises

  • Les acteurs (biographies, carrières) ; les intermédiaires, du producteur au consommateur (marchands, agents…) ; la professionnalisation du secteur, de l’atelier au commerce spécialisé (galeristes, boutiques et maisons de luxe…).
  • L’organisation du commerce du luxe (modes administratifs, professionnels, réglementations et contraintes, etc.) ; spécialisation progressive et séparation des corps de métier (producteurs/marchands) ; de l’artisanat à l’industrie du luxe : de la boutique à la marque, de la maison à la holding, la formation de groupes de luxe mondiaux (LVMH, PPR, Richemont, Prada…), aux techniques industrielles (publicité de masse, etc.) ; la mondialisation du marché du luxe.
  • Les matières premières et la production ; importation et transformation ; savoir-faire local ou mondialisation ; les techniques et procédés industriels ; les formes de sous-traitance et de délocalisation ; les ouvriers, techniciens, industriels, inventeurs du luxe et du demi-luxe.
  • La démocratisation du luxe et les objets (simili, faux, plaqué, contrefaçon, seconde main, faux luxe et demi-luxe) ; les traficants (faussaires, truands, revendeurs, marchands…).
  • Les catégories du luxe : la notion de produit de luxe dans la longue durée, relativité et fluctuations de la définition, les niveaux de luxe (accessible, intermédiaire, inabordable…); études de cas (le bijou, la tapisserie, le vêtement, l’horlogerie, la maroquinerie, l’automobile, le vin, voire des services comme le tourisme ou l’immobilier).
  • Le commerce de l’art (peinture, sculpture, gravure) et l’art commercial (demi-luxe) ; la mise en place du partage entre luxe et beaux-arts ; le chemin d’un objet d’art, de la sortie de l’atelier au musée.

II/ Inscription urbaine et architecturale du marché du luxe

  • Exposition, mise en scène, promotion : marché du luxe et innovation architecturale.
  • L’inscription du commerce de luxe dans l’espace urbain (rues, quartiers…) ; les lieux de vente ou de conservation et les modes d’emprise urbaine et sociale  (boutiques, ateliers, foires, ponts, marchés, hôtels des ventes, galeries, biennales, marchands de couleurs, cercles mondains, associations d’artistes, show rooms, mégastores…) ; les interactions entre contraintes professionnelles, techniques et socio-psychologiques (la griffe, l’image d’un quartier).
  • Médiatisation et stratégies différenciées de visibilité (enseignes, « triangle d’or », publicité, journaux spécialisés, revues financées par des galeristes, Internet…).

III/ Circulations et usages du luxe

  • Les réseaux socio-professionnels et géographiques du marché du luxe, des lieux de production aux lieux de consommation ; relations verticales (négociants, producteurs, grossistes, industriels, financiers, détaillants…) et horizontales (réseaux de collaboration professionnelle, du local à l’international), etc.
  • Jeu d’échelles et dynamiques territoriales du marché du luxe : quelles circulations pour quels produits (aires de chalandise) ? Les limites de la ville, de la région, du pays ; produits de luxe, dynamiques de proximité et mondialisation ; etc.
  • Perpétuation, démocratisation, dévalorisation, réinvention du luxe ; quelles sources pour estimer l’élargissement du marché, les variations de la notion de luxe et la circulation des produits dans la société ? (le luxe à la campagne, le luxe populaire…) ; les mécanismes de diffusion du luxe et les rapports imitation/invention/distinction ; les relations entre l’évolution du luxe et celle de la société.

IV/ L’économie intellectuelle du luxe

  • Conceptions et usages socio-politiques du luxe : de la sphère privée à la sphère publique, luxe visible et luxe intime (maisons princière, bourgeoise), la parade sociale (carrosses, blasons, vêtements…).
  • Le luxe dans tous ses états : munificence, prodigalité, gloire et préciosité etc.
  • Le luxe des autres : sa place dans les récits de voyage, les utopies.
  • Le luxe et ses opposants : réception et critique du développement du commerce du luxe ; le luxe, nécessité culturelle ou gangrène sociale ? Le luxe est-il une valeur ou un stigmate ? La querelle du luxe au siècle des Lumières et ses prolongements au XIXe siècle.

English version

The methods of production, display, circulation, and consumption of luxury goods will be the subject of this conference. The aim is to raise questions about growing specialization in a trade devoted to precious objects which are designed to make people and their surroundings more attractive. Specialists from different backgrounds will deal with these questions from many chronological, spatial and disciplinary perspectives. Diverse acadenic fields will thus be represented, among them history, art and design history, economics, literature, sociology, etc.

This interdisciplinary approach to the luxury market across a long period of time, from the Middle-Ages to the present day, will make it possible to contrast different experiences and underline continuities as well as changes. Luxury has often been discussed merely with reference to fine arts production. Here, in contrast, the objective is to reveal the richness and diversity of a phenomenon referred to as ‘luxury’, and the progressive emergence of specialized markets. Two specific approaches will thus be developed in the conference: on the one hand, a focus on people and goods, and on the other hand, a focus on points of sale and the material and symbolic power deriving from this particular sector of the economy. Indeed, luxury does not only derive from the methods and forms of the material economy; it is also a controversial value, a symbolically charged trade, a political argument, a religious controversy. These facets of luxury are either linked with or remote from the circuits of consumption, leading or following consumption practices. The papers, which may refer to French or foreign examples, should contribute to the following topics and perspectives:

I       Luxury markets, merchants and goods.

  • People (biographies, careers); middlemen, from producer to consumer (merchants, agents…); the professionalization of the sector, from workshop to specialized business (gallery owners, establishments selling luxury goods…).
  • The organization of the luxury trade (administrative and professional methods, regulations and constraints, etc); growing specialization and the division into different trade associations (producers/merchants); from craftsmanship to luxury industry, from shops selling luxury goods to brands, from commercial houses to holding companies, to the creation of luxury groups on a global scale (LVMH, PPR, Richemont, Prada…) to industrial techniques (mass advertising, etc); the globalization of the luxury market.
  • Raw materials and production; import and transformation; local know-how versus globalization; industrial techniques and processes; forms of subcontracting and delocalization; workers, technicians, industrialists, inventors of luxury and semi-luxury.
  • The democratization of luxury objects (copies, fakes, plating, counterfeits, secondhand, fake luxury, semi luxury); traffickers (forgers, conmen, secondhand dealers, merchants).
  • Categories of luxury: the notion of luxury goods across time, relativity of and fluctuations in the definition of luxury, levels of luxury (accessible, intermediate, prohibitive); case studies (jewellery, tapestry, clothing, watch-making, fine leather craft, car industry, wine, even services such as tourism or real estate).
  • The art market (painting, sculpture, engraving) and commercial art (semi-luxury); luxury and the fine arts; a picture’s trajectory from the studio to the museum.

II       The urban and architectural dimension of the luxury market.

  • Display, staging, promotion: the luxury market and architectural innovation.
  • The luxury business in urban space (streets, districts…); points of sale or storage and typical urban and social sites (shops, workshops, fairs, bridges, markets, salesrooms, galleries, biennials, society life, artists’ associations, show rooms, megastores…); interactions between professional, technical, and socio-psychological constraints (maker’s labels, the image of a district).
  • Promotion through the media, different publicity strategies (trade cards, shop signs, the ‘Golden Triangle’, advertising, specialist magazines, journals sponsored by gallery-owners, the internet…).

III             The circulation and uses of luxury

  • Socio-professional and geographical networks of the luxury market, from places of production to places of consumption; vertical relations (merchants, producers, wholesalers, industrialists, financiers, retailers…), and horizontal relations (networks of professional collaboration, from the local to the global), etc.
  • The interplay of size and territorial dynamism in the luxury market: which circuits for which goods (catchment areas)? The limits of the city, the region, the country; luxury goods, the dynamics of the local and global, etc.
  • The perpetuation, democratization, depreciation, reinvention of luxury; which sources account for the growing market, variations in the notion of luxury and the circulation of goods in society ? (luxury in the countryside, popular luxury…); mechanisms for the circulation of luxury, the relationships between imitation / invention / distinction: the relations between the evolution of luxury and the evolution of society.

IV      The intellectual economy of luxury

  • Conceptions and socio-political uses of luxury: from the private to the public sphere, visible and intimate luxury (royal and bourgeois households), ostentation (coaches, coats of arms, clothing…).
  • Multifaceted luxury in all its forms: munificence, extravagance, glory, and preciousness etc.
  • The luxury of others: in travel writing, utopias.
  • Luxury and its opponents: the reception and criticism of the development of luxury commerce; luxury – a cultural necessity or social plague? Is luxury good or bad? The luxury debate in the Enlightenment and its continuation into the 19th century.

Modalités pratiques

Les propositions de communication sont à envoyer à Alain Bonnet, maître de conférences habilité d’histoire de l’art à l’université de Nantes et à Natacha Coquery, professeur d’histoire à l’université de Lyon 2.
alainjeanclaudebonnet [at] gmail [point] com
natacha [point] coquery [at] wanadoo [point] fr

Le délai pour l’envoi des propositions de communication est fixé au 1er janvier 2012.

Comité d’organisation : LARHRA

Comité scientifique

  • Marco BELFANTI, université de Brescia
  • Bruno BLONDÉ, université d’Anvers
  • Alain BONNET, université de Nantes
  • Stéphane CASTELLUCCIO, université de Paris IV
  • Adeline COLLANGE, musée des Beaux-Arts, Nantes
  • Natacha COQUERY, université de Lyon 2
  • Damien COULON, université de Strasbourg
  • Jean-Claude DAUMAS, Institut universitaire de France, université de Besançon
  • Pascal JULIEN, université de Toulouse
  • Yannick LEMARCHAND, université de Nantes
  • Yann LIGNEREUX, université de Nantes
  • Lesley MILLER, Victoria and Albert Museum
  • France NERLICH, université de Tours
  • Maria-Anne PRIVAT-SAVIGNY, musées Gadagne, Lyon
  • Pierre VERNUS, université de Lyon 2
  • Patrick VERLEY, ex-université de Genève

AAC: The Transformation of the World Steel Industry, from the Twentieth Century to the Present / Les mutations de la sidérurgie mondiale du XXe siècle à nos jours

(English follows)

RÉSUMÉ

Les changements dans la sidérurgie mondiale ont été plus rapides à la fin du XXe siècle que dans toutes les périodes antérieures. Le colloque « les mutations de la sidérurgie mondiale du XXe siècle à nos jours » vise à faire le point scientifique des mutations intervenues dans tous les domaines de cette industrie. Son ancrage dans la période contemporaine permettra une réflexion pluridisciplinaire et comparative sur les origines et les formes du changement. La démarche comparative est essentiellement historique, mais également ouverte à d’autres disciplines comme la géographie, l’économie, la gestion d’entreprises, la sociologie, les sciences de l’ingénieur, etc.

ANNONCE

Patronné par l’Association internationale d’histoire contemporaine de l’Europe (AIHCE), le colloque comporte deux volets distincts dans les orientations, les lieux et les dates. Il se déroulera en français et en anglais, sans traduction, au gré des intervenants.

Le premier des deux volets du colloque, qui se tient les 24 et 25 mai 2012 au Creusot (France), accueille les questions d’un caractère plutôt global ; le second, qui a lieu du 13 au 14 septembre 2012 à Luxembourg (Grand-duché de Luxembourg), insiste particulièrement sur la dimension européenne. Les résultats de recherche des deux sessions seront rassemblés dans les actes de colloque.

Modalités de propositions

Les propositions de communication en langue française ou en langue anglaise comporteront entre 2.000 et 2.500 signes au maximum. Les propositions peuvent être faites soit en vue du volet Creusot, soit du volet Luxembourg ou laissées à l’appréciation du Comité scientifique. Accompagnées d’un CV, elles doivent parvenir en trois exemplaires électroniques aux adresses suivantes :

  • Barthel Charles : charles.barthel@cere.etat.lu.
  • Kharaba Ivan : kharaba.afb@wanadoo.fr
  • Mioche Philippe : philippe.mioche@univ-provence.fr

le 1er septembre 2011 au plus tard

Jeunes chercheurs

Les organisateurs du colloque se proposent également de réserver une demie journée de la partie du colloque tenue à Luxembourg à un atelier (workshop) ouvert à des jeunes chercheurs doctorants ou post-doctorants. Leurs propositions de communication complète (entre 25.000 et 30.000 signes) en langue française ou en langue anglaise, accompagnées d’un CV, doivent être envoyées avant le 31 décembre 2011.

Argumentaire

Le programme des deux parties de colloque s’agencera autour des thématiques suivantes:

  • Mutations et mondialisation de la sidérurgie (Le Creusot, 24 et 25 mai 2012)

La partie creusotine du colloque, intitulée « mutations et mondialisation de la sidérurgie », portera sur les thèmes suivants : Organisation du su et rapports sociaux ; Innovations et techniques ; Mutations des territoires et environnement ; Matières premières et approvisionnement ; Patrimoines et représentations. Pour chacun de ces thèmes les communications peuvent porter sur des études de cas ou/et sur des approches comparatives dans le temps, d’hier à aujourd’hui comme dans l’espace, d’ici et d’ailleurs.

Les axes de réflexions présentés ci-dessous ne sont pas exhaustifs, toutes propositions portant sur les thématiques générales du colloque seront les bienvenues.

  • Organisation du travail et des rapports sociaux : il s’agit d’étudier l’évolution de l’organisation du travail et des rapports sociaux. Quelles politiques sociales sont mises en place dans la sidérurgie ? Peut-on comparer les données sociales, comme les formations, les salaires, … ? Quels sont les rapports sociaux entre patrons et ouvriers dans la sidérurgie ? Etc.
  • Innovations et techniques : on interrogera ici les politiques de recherche et d’innovation ainsi que l’évolution des techniques dans la sidérurgie. Quelles politiques de la recherche et de l’innovation dans la sidérurgie ? Quelles sont les nouvelles frontières de l’innovation dans la sidérurgie ? Quelles sont les évolutions de la productivité ? Quelles sont les prospectives de la sidérurgie mondiale ? Où en est-on de la recherche sur les aciers ? Etc.
  • Mutations des territoires et environnement : l’objectif de cette partie est d’étudier l’évolution des territoires de la sidérurgie d’hier à aujourd’hui et leur mutation dans l’espace, à travers l’évolution sociale ou encore environnementale des territoires reconvertis et des territoires en activité. Quelles mutations pour les territoires sidérurgiques ? Peut-on parler d’un déclin des sidérurgies américaines et européennes au profit de nouveaux pays ? Quelles sont les formes de l’émergence de la sidérurgie ? Quelles politiques environnementales dans la sidérurgie, quelles sont les disparités entre les différents pays ? Etc.
  • Matières premières et approvisionnement : on abordera ici les politiques et stratégies pour les approvisionnements en matières premières et leurs évolutions. Quels sont les flux de matières premières et des approvisionnements ? Comment se sont-ils modifiés ? Quelles sont les modalités de transport et leurs impacts sur les localisations et les marchés ? Quels sont les rapports de force entre les entreprises sidérurgiques et les entreprises minières ? Etc.
  • Patrimoines et représentations : une place particulière est consacrée aux questions de conservation et de valorisation des patrimoines de la sidérurgie et des représentations de cette industrie. Quels sont les patrimoines de la sidérurgie ? Comment sont-ils conservés et valorisés ici et ailleurs ? Quelles sont les formes de représentation de la sidérurgie et de ses travailleurs ? Etc.

Une table ronde sera organisée autour du thème : « Les mutations de la sidérurgie et la question sociale ».

  • Les destinées de la sidérurgie européenne (Luxembourg, 13 et 14 septembre 2012)

Au centre des thématiques abordées à Luxembourg se situent les entreprises sidérurgiques européennes et les différentes formes d’organisation locale, nationale et internationale dans lesquelles s’inscrit leur production. Comme elles évoluent en permanence sous l’emprise des restructurations conditionnées tantôt par des facteurs endogènes tantôt par des influences, voire des interventions étrangères à la branche, il s’agira d’analyser au long de la période du début du XXe à l’aube du XXIe siècle, les processus de concentration, la composition des capitaux, les réseaux patronaux, etc. dans le but de dégager d’éventuelles constantes, des ruptures de parcours ou des « retours à la source » à l’instar de la réémergence récente du capitalisme familial. Il se pose dès lors aussi la question des cultures industrielles, en l’occurrence au niveau de la direction et du management des usines devenues parties intégrantes de grands groupes à caractère souvent transnational et au sein desquels de nouvelles préoccupations, notamment financières et commerciales, ont souvent pris le dessus sur les traditionnels « maîtres de forges ». Une meilleure connaissance du profil des entrepreneurs permettra sans doute de mieux cerner leurs choix stratégiques et partant, d’expliquer les succès de telle société métallurgique ou les déboires de telle autre compagnie.

Les réorientations sans cesse imposées à la branche ont bien sûr eu des répercussions également sur les normes (fiscales, environnementales, sociales, etc.) de la production. La régulation d’abord réduite à peu de chose pendant l’ère pionnière de la sidérurgie moderne prend assez vite de l’ampleur. Quelles sont les formes de dialogue entre le secteur privé et les institutions publiques? Les hésitations des gouvernements et/ou des entreprises ont engendré maintes confusions (et controverses) en matière d’ententes et de cartels. Ces formes particulières d’organisation des marchés souvent condamnées comme violations aux règles élémentaires de la concurrence loyale pourraient-elles devenir superflues de nos jours ? À côté du développement des marchés, il s’agira finalement d’examiner aussi les produits qui ont fortement évolué depuis le début du XXe siècle, non seulement en quantité, mais encore et surtout en qualité. On se propose ici de mesurer les chances d’avenir d’une production qui a largement contribué à faire la fortune de l’Europe.

Ce dernier thème sera d’ailleurs approfondi au cours d’une table ronde avec des gens issus du milieu. La discussion tournera autour de « la place de la sidérurgie européenne dans le monde de demain ».

La manifestation de Luxembourg comprend une demie journée d’atelier (Work shop) où une sélection de jeunes doctorants ou post-doctorants auront l’occasion de présenter leurs travaux de recherche avant d’en discuter en commun. Ces communications, outre les thèmes propres à la partie « luxembourgeoise » du colloque, peuvent également porter sur l’ensemble des sujets traités au cours de la session qui aura lieu au Creusot (voir ci-dessus).

Informations

Publication des actes : la date ultime pour la remise des manuscrits est fixée à la fin du mois de novembre 2012

Pour tous autres renseignements, veuillez vous adresser s.v.p. au secrétariat scientifique du double colloque qui est assuré par Ivan Kharaba   kharaba.afb@wanadoo.fr et Charles Barthel charles.barthel@cere.etat.lu.

English version : Call for papers : The Transformation of the World Steel Industry, from the Twentieth Century to the Present

Changes in the world steel industry have been faster in the late twentieth century than in all previous periods. The conference The Transformation of the World Steel Industry from the Twentieth Century to the Present aims to scientifically describe and study the transformations which occurred in all areas of that industry. Its positioning in the contemporary period will allow a multidisciplinary and comparative reflection about the origins and forms of those changes.

This comparative approach is essentially historical, but it is also open to other disciplines such as geography, economics, business administration, sociology, engineering and so forth.

Supported by the Association Internationale d’Histoire Contemporaine de l’Europe (AIHCE), the conference is divided into two parts differing in terms of orientation, dates and location. They will be presented in French or English, without translation, according to the speakers’ choice.

Submissions

The first part of the symposium, which will take place on May 24 and 25, 2012 in Le Creusot (France), deals with global questions, whereas the second part, taking place on September 13 and 14, 2012 in Luxembourg (Grand-duché de Luxembourg), will be focused more specifically on the European dimension. The results of both sessions will be published in the conference proceedings.

Proposals for papers, either in French or in English , should not exceed the maximum of 2,000 to 2,500 characters. Proposals can be made specifically to one of the two sessions, or left to the judgement of the Scientific Committee. An electronic copy and a CV must be sent to the following three addresses before September 1st, 2011 at the latest:

  • Barthel Charles : charles.barthel@cere.etat.lu.
  • Kharaba Ivan : kharaba.afb@wanadoo.fr
  • Mioche Philippe : philippe.mioche@univ-provence.fr

The organizers also intend to devote half a day of the Luxembourg session to a workshop for young researchers (doctoral or postdoctoral students). Their complete communication proposals (maximum 25,000 to 30,000 characters) in French or in English, accompanied by a CV, should be submitted to the above mentioned addresses before December 31, 2011

The two parts of the conference programme comprise the following themes:

  • Changes and Globalization in the Steel Industry (Le Creusot 24 and 25 May 2012)

The part of the symposium organized in Le Creusot, entitled Changes and Globalization in the Steel Industry, will focus on the following topics: Work organization and social relations; Innovation and technology; Changes in territories and environment; Raw materials and supplies; Heritage and representations. For each of these themes, the presentations may include case studies and/or comparative works over time or space, from the past to the present, here and elsewhere.

The sub-themes presented below are not exhaustive, all proposals on the general themes of the symposium are welcome.

  • Organization of labour and social relations studies the evolution of work organization and social relations. What social policies are implemented in the steel industry? Can we compare the social data, such as training, salaries, …? What are the social relations between employers and workers in the steel industry? Etc.
  • Innovation and technology examines the research and innovation policies and the evolution of technologies in the steel industry. Which policies for  research and innovation are applied in the steel industry? What are the new frontiers for innovation? What are the developments in productivity? Which future developments will the world steel industry take? What about research for new steels? Etc.
  • Changes in territories and environment: The objective of this part is to study the evolution of the territories occupied by the steel industry from the past to the present, and its changes through social and environmental evolution. What are the changes in the steel territories ? Can we speak of a decline in U.S. and European steel industries to the benefit of new countries? What forms does the emergence of the steel industry take? What are the environmental policies in the steel industry; where do the differences between countries lie? Etc.
  • Raw materials and supplies: This part will examine the strategies and policies for raw materials supply, and their evolution. What are the flows of raw materials and supplies? How did they change? What are the transport arrangements and their impact on markets and locations? What are the relative positions of strength of the steel companies and the mining companies? Etc.
  • Heritage and performance: A special place will be devoted to the preservation of the heritage of the steel industry and its representations. What is the legacy of the steel industry? How is it preserved and valued here and elsewhere? In which ways are the steel industry and its workers represented ? Etc.

A roundtable will deal with «The Transformation of the Steel Industry and the Social Question».

  • The future of the European steel industry (Luxembourg 13 and 14 September 2012)

Central themes addressed in Luxembourg will be the European steel companies and the various types of local, national and international structures within which production takes place. As these are constantly changing under the effect of reorganizations conditioned sometimes by endogenous factors and sometimes by outside influences or interventions from beyond the sector, our purpose will be to analyze over a period stretching from the beginning of the 20th century to the dawn of the 21st century, the integration process, the composition of capital, the employers’ networks, etc., with the aim of identifying possible constant features, changes in company policy or a return to the roots following the example of the recent re-emergence of family capitalism. Consequently, another point at issue will be that of corporate culture, in the present case at the level of management in mills having been integrated into large often transnational groups, where new causes for concern in particular of a financial and commercial nature outweigh the management policy of the traditional ironmasters. A better knowledge of the entrepreneurs’ profile will undoubtedly allow a better analysis of their strategic choices and thus help explain the success of the one and the setbacks of another metallurgical society.

The constant reorientations imposed on the sector have of course also had an impact on the fiscal, environmental or social standards of production. Control, first of minor significance during the pioneer era of the modern steel industry,  rapidly grows in importance. What are the forms of dialogue between the private sector and public institutions? The governments’ and/or companies’ hesitations have given rise to much confusion and controversy in the field of agreements and cartels. Could these particular forms of market organization, which have often been condemned as violations of the basic rules of fair competition, become superfluous nowadays? Besides the development of the markets, we will finally also have to examine the products which have considerably developed since the beginning of the 20th century, not only in quantity, but also and above all in quality. We also intend to assess the future prospects of a category of production that has largely contributed to Europe’s wealth. This last topic will as a matter of fact be examined in more detail during a roundtable debate with insiders. The debate will focus on “The Position of the European Iron and Steel Industry in the World of Tomorrow”.

The meeting organized in Luxembourg includes a half-day’s workshop where selected young doctoral or postdoctoral students will be given the opportunity to present their research work and to discuss it in common. These papers, besides the topics specific to the Luxembourg part of the symposium, may also deal with the whole of the topics covered during the session to be held in Le Creusot (see above).

Publication of the conference papers: The final deadline for delivery of the final drafts of manuscripts is November 2012

For further information, please contact the scientific secretary of the conference:     kharaba.afb@wanadoo.fr  or   charles.barthel@cere.etat.lu.

Comité scientifique / scientific Comittee

  • Président – President : Philippe Mioche, Université d’Aix-en-Provence-Marseille

Membres – Members

  • Charles Barthel, Centre d’études et de recherches européennes Robert Schuman
  • Franck Cochoy, Université de Toulouse
  • Jean-Claude Daumas, Université de Besançon
  • Jean-François Eck, Université de Lille 3
  • Eric Godelier, Ecole Polytechnique
  • John Keiger, University of Salford
  • Ivan Kharaba, Académie François Bourdon
  • Franz Knipping, Université de Wuppertal
  • Sylvain Schirmann, Institut d’études politiques, Strasbourg
  • Luciano Segreto, Université de Florence
  • Pierre Tilly, Université de Louvain-la-Neuve
  • Antonio Varsori, Università di Padova
  • Serge Wolikow, Université de Bourgogne
  • Denis Woronoff, Université de Paris 1 Sorbonne

Lieu

Le Creusot et Luxembourg

Date limite

jeudi 01 septembre 2011

 

AAC: Inégalités et pauvreté dans les pays riches

Dans une période marquée par une profonde instabilité économique (crise économique engendrée par la crise des subprimes, croissance lente des économies européennes, croissance forte de la Chine, du Brésil…) et sociale (crise de l’Etat Providence, montée du chômage, changement des modes de vie…), la question des inégalités devient un sujet de préoccupation et de débat public. La façon dont elles évoluent détermine la perception que la population a du dynamisme d’une société. Il est en effet « très différent de vivre dans une société où les conditions de vie se rapprochent au fil du temps ou dans une société au sein de laquelle les situations des différentes couches sociales divergent de plus en plus » (Maurin, 2007, p. 60). D’une manière générale, le terme « inégalité » traduit simplement le fait que certaines personnes ou certains groupes de personnes ne sont pas placés dans la même situation en termes de revenu, de patrimoine, de conditions de vie, d’accès aux droits sociaux et à la justice, de participation à la vie économique, sociale et politique, etc.

L’existence et la persistance des inégalités posent fondamentalement la question de l’efficacité du système économique. Si pour certains, les inégalités sont inhérentes au fonctionnement de l’économie de marché, pour d’autres, elles sont présentées comme une injustice et le symbole de l’échec du capitalisme à assurer le bien être de tous. La question des revenus et des inégalités monétaires focalise un grand nombre de recherches et de travaux. Le revenu joue un rôle privilégié dans les décisions publiques, que ce soit au niveau de la fiscalité, ou des transferts sous conditions de ressources. Cependant, la dimension monétaire a également une influence très forte sur les autres dimensions des inégalités.

Un certain nombre d’acteurs sociaux et locaux, conscients de la montée des inégalités, n’ont pas hésité à remettre en cause les statistiques disponibles, jugeant qu’elles ne donnent qu’une vision partielle ou déformée. Dans un rapport intitulé « Niveaux de vie et inégalités sociales », le Conseil National de l’Information Statistique (2007) a proposé un système cohérent d’informations annuelles sur les inégalités sociales, les revenus de la pauvreté, facilement accessible au grand public comme aux initiés. Deux listes d’indicateurs repérés comme centraux dans l’étude des inégalités fût proposée : une liste comprenant une cinquantaine d’indicateurs de base ; une liste retreinte d’indicateurs privilégiés. Ces indicateurs sont venus compléter ceux retenus par l’Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale (2006, 2008). L’évaluation statistique permet aujourd’hui aux citoyens de se faire une meilleure idée des inégalités.  Dans un sondage réalisé annuellement par l’Institut BVA (pour le compte du Ministère de la santé et des solidarités), près de 75% des français estimaient que la société française était plutôt injuste. Les français auraient pris conscience des déséquilibres sociaux (75% des personnes interrogées ont déclaré que les inégalités allaient plutôt augmenter) et les rejetteraient massivement. Cette injustice prend aujourd’hui deux traits : l’existence d’inégalités économiques et sociales ; la montée de la pauvreté. Le colloque s’attachera à mettre en lumière ces deux composantes.

Toutes les propositions sont les bienvenues, cependant le comité scientifique souhaiterait privilégier les contributions qui adoptent une approche pluridisciplinaire, associant économie, histoire, sociologie, psychologie, philosophie et statistique. Les trois champs suivants retiendront l’attention du comité scientifique:

– Une analyse des inégalités et de la pauvreté au prisme de la théorie économique et de l’histoire de la pensée économique. Une approche historique permettrait de mettre en lumière la variété des conceptions de l’inégalité. La notion d’inégalité renvoie à d’autres notions telles que la pauvreté, la justice sociale, l’éthique, l’égalité des chances (éducation), les capabilités… Il conviendra ici de s’interroger sur la transformation des représentations sociales et économiques des inégalités au cours du temps, tout en proposant une analyse critique des travaux antérieurs et des controverses théoriques.

– La mesure des inégalités constitue un véritable défi pour les analystes. Bon nombre d’indicateurs recouvrent une dimension particulière des inégalités (inégalités de revenus) alors que le caractère multidimensionnel des inégalités tend à se généraliser de plus en plus. Comment rendre compte du caractère multidimensionnel des inégalités sociales ou de la pauvreté ? Comment concevoir des indicateurs synthétiques donnant une vision fiable et réaliste de cette évolution ? Peut-on dépasser l’évaluation strictement monétaire et introduire des mesures plus qualitatives des inégalités et de la pauvreté ? Est-ce que les méthodes d’expérimentation sociale apportent une meilleure compréhension des inégalités ?

– Les politiques économiques et sociales cherchent à corriger les problèmes d’inégalités et de pauvreté. Pendant longtemps, l’Etat providence a incarné cette volonté de redistribuer les richesses et d’insuffler plus de justice sociale. Qu’en est-il réellement ? Assiste t’on à une remise en cause ou à une crise de l’Etat providence et donc, implicitement, à la fin des politiques sociales ? Les politiques publiques s’appuient aujourd’hui sur une analyse coûts-bénéfices (exemple du RSA) pour corriger les inégalités, quels sont les effets réels de ces politiques sur le comportement des acteurs ? Est-ce que la décentralisation peut répondre au défi de la montée des inégalités ?

Les propositions de communications, qui prendront la forme d’un résumé d’environ 600 mots, devront être envoyées avant le 20 septembre 2011 à l’adresse suivante : diemera [at] aol.com.

Les décisions du comité scientifique seront transmises au plus tard le 1er octobre 2011 et les textes des communications devront être envoyés avant le 12 janvier 2012.

Les papiers retenus et présentés au colloque feront l’objet d’une publication collective aux éditions Clément Juglar.

Comité d’organisation Daniela Borodak (ESC Clermont), Arnaud Diemer (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand), Sylvie Dozolme (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand).

Comité scientifique Alain Alcouffe (Université Toulouse 1), Guillaume Allègre (OFCE), Sophie Boutillier (Université du Littoral – Côte d’Opale) Pascal Bridel (Université de Lausanne), Nicolas Chaigneau (Université Lyon 2), Alain Clément (Université de Tours), Annie Cot (Université de Paris 1), Arnaud Diemer (Université Blaise Pascal  – Clermont Ferrand), Marie Duru-Bellat (IEP Paris), Catherine Figuière (Université de Grenoble), Marc Fleurbaey (Université Descartes – Paris 5), Claude Gamel (Université Cézanne – Aix en Provence), Michel Herland (Université de la Martinique), Samuel Guérineau (Université d’Auvergne), Sylviane Guillaumont (Université d’Auvergne), Jérôme Lallement (Université Descartes – Paris 5), Alain Leroux (Université Cézanne – Aix en Provence), Jean Magnan de Bornier (Université Cézanne – Aix en Provence), Jean-Pierre Potier (Université Lyon 2), Nicolas Ronsard (Université Blaise Pascal – Clermont Ferrand), Marie-Françoise Renard (Université d’Auvergne), Nathalie Sigot (Université Paris 1), Marie-Christine Toczek-Capelle (Université Blaise Pascal, Clermont Ferrand), Christian Tutin (Université Paris XII), Dimitri Uzinidis (Université du Littoral – Côte d’Opale).

Le colloque se déroulera le vendredi 20 janvier 2012 à l’IUFM d’Auvergne, 36 avenue Jean Jaurès, 63400 Chamalière.

Toute information relative au colloque sera progressivement mise sur le site : http://www.oeconomia.net/colloques.htm

AAC: Les banques centrales et les États

Appel à contributions

Les banques centrales et les États

Banques centrales et construction de l’État-nation (du XIXe siècle à nos jours)

Colloque historique international, Banque de France, Paris, 15 et 16 mars 2012

Coordination scientifique : O. Feiertag et M. Margairaz

La question des rapports entre la banque centrale et l’État est un problème aussi ancien que la fondation des premières banques d’émission dès l’époque moderne. Il a donné lieu à une littérature théorique et historique considérable fondée pour l’essentiel sur l’examen de l’indépendance de la banque centrale vis-à-vis des pouvoirs publics et en particulier du Trésor.

Aussi bien l’objet de ce colloque est autre. Il s’agit d’envisager, à une échelle nouvelle, la question des relations complexes qui se sont historiquement établies entre les banques centrales, pluralité d’acteurs dont le nombre et la réalité n’a cessé de s’accroître depuis le début du XIXe siècle jusqu’à nos jours, et les États-nations, communautés politiques définies par leur souveraineté sur un territoire national, qui constituent la forme politique dominante de l’époque contemporaine.

Cette perspective encore peu explorée vise à mieux faire connaître la place et le rôle qu’ont les banques centrales dans l’émergence et la construction de l’État-nation, mais aussi dans sa préservation, par exemple en temps de guerre ou de crise, ou encore dans les mutations qui l’affectent en longue durée du fait des processus de régionalisation et de mondialisation.

Trois grandes directions de recherche structurent le colloque:

  • quel rôle ont joué les banques centrales dans le processus de fondation, d’édification, et de légitimation des États-nations, réalité à la fois administratives, politique et sociale, résultants aussi bien de mouvements d’unification nationale que de la décolonisation ?
  • quelle place ont occupé les « banques nationales d’émission » puis les banques centrales dans la constitution et donc en particulier dans le financement des « économies nationales » dont le modèle s’affirme au cours du XIXe siècle et connaît son apogée au XXe siècle ?
  • quelle fonction ont rempli les banques centrales dans la construction, l’efficience et la sécurité des systèmes financiers nationaux, en particulier à travers leur rôle dans les évolutions et la gestion des dettes souveraines, y compris à l’échelle régionale ou internationale ?

Ces questions permettront d’examiner l’hypothèse selon laquelle les banques centrales ont pris une part déterminante du XIXe siècle à nos jours dans la construction et le développement de l’État-nation, réalité politique et économique. Mais elles visent aussi explorer l’éventualité d’un dépassement des États par « la communauté » transnationale des banques centrales dont la réalité historique, de la fin du XIXe siècle à nos jours demande à être mise en question. Ainsi conçu, le colloque se veut une contribution au débat très contemporain, nourri aussi bien du passage à l’euro que de la crise financière globale enclenchée en 2007, sur les missions actuelles des banques centrales au sein d’États-nations en rapides mutations.

Modalités pratiques de l’appel à contributions :

Langues de travail : Français et Anglais

Les projets de communications (titre de la contribution, présentation d’une quinzaine de lignes, comportant la mention des sources envisagées, court CV) doivent être envoyés avant le 30 juin 2011 à :

vincent.duchaussoy [at] banque-france [point] fr

Le résultat de l’évaluation scientifique des propositions de contribution sera connu le 15 septembre 2011.

Les contributeurs retenus s’engagent à fournir avant le 30 janvier 2012 un texte préliminaire présentant les grandes lignes de leur contribution, en français ou en anglais.

La Mission historique de la Banque de France prendra en charge le financement des déplacements à Paris pour le colloque et l’hébergement des contributeurs pendant la durée du colloque.

Call for papers

Central banks and the States

Central banking and the building of Nation-States (From the 19th Century to the Present Time)

International conference, Banque de France, Paris, 15th and 16th March 2012

Academic organisation: Prof. Olivier Feiertag and Prof. Michel Margairaz

Topics of the conference

The issue of the relationships between the central bank and the State is as old as the foundation of the first banks of issue in Early Modern Times. It has fostered a broad array of theoretical and historical literature focused mainly on the independence of the central banks vis-à-vis the public powers, especially the Treasury.

The goal of this conference is different.  It aims to consider, on a broader scale, the more complex relations historically established between the various central banks, which have been growing in number and importance from the beginning of the 19th Century to the present time, and Nation-States, which are currently the dominant manifestation of the political community and could be defined by their sovereignty on a national territory.

This new view sets out to revisit the place and the role of central banks in the emergence and building of Nation-States worldwide. But it looks also at their role in safeguarding the Nation-State, for instance in times of war or economic crisis. It explores, last but non-least, the role played by central banks in the long-term developments affecting Nation -States stemming from regionalisation and globalisation processes.

Three main points will be used as guidelines for the conference:

  • The role played by central banks in the process of building Nation-States, which are administrative economic and social entities) resulting from national unification as well from ecolonisation.
  • The role of “national banks of issue”, and later of central banks, in the building and financing of “national economies”; which emerged in the 19th Century and reached a peak in the 20th century, especially during the industrial revolution and times of fast growth as well as depression.
  • The role of central banks in the design, efficacy and security of “national financial systems”, in particular through their role, since the outset, in the management, both at the national and international levels, of sovereign debt.

These points lead us to reconsider the assumption that central banks have played an important role, from the 19th Century onward, in the building of the Nation-State, as a political and economic entity. But they also aim to posit the overtaking of Nation-States by the so-called transnational community of central bankers.

In this sense, this historical conference sets out to provide a contribution to the current discussion, enriched by the adoption of the euro and the 2007 financial crisis, about the role of central banks in the framework of rapidly-evolving Nation-States.

How to apply to the call for papers?

The working languages of the conference are English and French

The proposal for a paper should include: the title of the paper, a summary of its content (no more than 1,500 characters), including the indication of the main archival sources (if any) of the contribution, and a brief vita.

The proposal should be sent before: 30 June 2011

To: vincent [point] duchaussoy [at] banque-france [point] fr

The result of the assessment of the proposals will be disclosed on 15 September 2011.

The contributors agree to send a draft paper in English or in French to the organisers no later than the 30 January 2012.

The Historical Mission of the Banque de France will cover the cost of travel of contributors to Paris and will provide their accommodation during the conference.

Frank Broeze Prize for the Outstanding Doctoral Thesis in Maritime History

International Maritime Economic History Association, St. John’s, Nfld. (Canada)
Bewerbungsschluss/Deadline: 01.09.2011

International Maritime Economic History Association

Frank Broeze Prize for the Outstanding Doctoral Thesis in Maritime History

Professor Frank Broeze was one of the leading maritime historians of his generation. In his honour, the International Maritime Economic History Association has instituted the Frank Broeze Prize to be awarded to the author of a doctoral thesis which, in the opinion of the panel, makes the most outstanding contribution to the study of maritime history. As befitting Frank’s visionary approach to the field, maritime history encompasses all aspects of the historical interaction of human societies and the sea. The panel of judges will therefore consider works that focus on the maritime dimensions of economic, social, cultural, political, technological and environmental history.

The Frank Broeze Prize carries with it a cash award of 500 Euros and free registration at the Sixth International Congress of Maritime History in Ghent, Belgium, 2-6 July 2012. To be considered for this prestigious award, those who have been awarded a doctorate between 1 September 2007 and 31 August 2011 are invited to submit a copy of their thesis for consideration. If the thesis is written in a language other than English, the entrant should provide a summary of their work (minimum 10,000 words) in English.

The judges will apply the following criteria in deciding the winner of the prize:

  • contribution to knowledge and understanding of the maritime past;
  • originality of approach, source material and/or findings;
  • depth and coherence of argument;
  • choice and application of methodology;
  • and presentational and stylistic quality.

Eligible candidates should submit their entries, including a letter of support from their supervisor, via e-mail attachment to each of the panel members no later than 1 September 2011. The winner will be notified early in 2012, and the prize will be awarded at the Ghent Congress.

For this competition, there will be a panel of six judges:

Lewis R. Fischer (Memorial University of Newfoundland),
lfischer@mun.ca
Maria Fusaro (University of Exeter);
M.Fusaro@exeter.ac.uk
Gelina Harlaftis (Ionian University),
gelina@ionio.gr
Ingo Heidbrink (Old Dominion University);
IHeidbri@odu.edu
David J. Starkey (University of Hull),
D.J.Starkey@hull.ac.uk
Jesús M. Valdaliso (Univ. of the Basque Country),
jesusm.valdaliso@ehu.es

Homepage <http://www.mun.ca/mhp/Broeze-prize.htm>

Bourses d’études de l’AHICF

L’AHICF (Association pour l’histoire des chemins de fer) propose pour l’année 2011-2012 des BOURSES d’ETUDES.

Les conditions d’attribution, le calendrier des candidatures, le règlement et des suggestions de thèmes de recherche sont à la disposition des directeurs de travaux et des étudiants sur la page:
http://www.ahicf.com/allocation.htm

  • 1re session : 15 juin 2011 (en particulier pour les étudiants dont le M1 est terminé en juin et qui s’inscrivent en M2);
  • 2e session: 15 novembre 2011.

Orientation générale

1-L’AHICF admet uniquement la candidature des étudiants dont le parcours de recherche a pour objectif la rédaction d’un mémoire

Ce mémoire doit remplir deux conditions :

  • le mémoire doit être le résultat d’un travail de recherche sur sources originales
  • son sujet doit présenter une dimension historique.

Le Comité scientifique de l’AHICF accepte donc les candidatures des étudiants inscrits:

  • en Master 1, pourvu que l’année de M1 donne lieu à la rédaction d’un mémoire de recherche répondant aux deux conditions ci-dessus;
  • en Master 2 option recherche, pourvu que l’année de M2 donne lieu à la rédaction d’un mémoire de recherche répondant aux deux conditions ci-dessus;
  • en doctorat (quelle que soit l’année d’inscription).

Par ailleurs, les Master professionnels comportant un projet en rapport avec la mise en valeur du patrimoine ferroviaire (architecture, aménagement, gestion du patrimoine, tourisme…) et donnant lieu à un rapport ou mémoire pourront être soutenus, pour autant que ce dernier réponde aux conditions ci-dessus.

2- L’AHICF examine en priorité les projets de recherche portant sur un sujet proposé par son comité scientifique, mais ne limite pas son aide aux étudiants qui les choisissent et n’exclut a priori aucun thème de recherche.

Appel à candidature : réseau français des instituts d’études avancées

Le RFIEA a lancé l’appel à candidatures EURIAS 2012/2013. Le programme de mobilité internationale coordonné par le RFIEA rassemble 14 instituts d’études avancées européens. Il permet l’invitation de 36 chercheurs de haut niveau (19 juniors et 17 séniors) pour des résidences de 10 mois dans les instituts de Berlin, Bologne, Bruxelles, Bucarest, Budapest, Cambridge, Helsinki, Jerusalem, Lyon, Nantes, Paris, Uppsala, Vienne et Wassenaar au cours de l’année académique 2012/2013.

Les candidatures s’effectuent en ligne sur www.eurias-fp.eu avant le 31 mai 2011.

Contact

RFIEA, Réseau français des instituts d’études avancées

Siège : 15 Parvis René-Descartes, 69007 Lyon
Bureaux : 190-198 avenue de France, 75013 Paris
Tél. : 01 49 54 22 12
contact [at] rfiea [point] frwww [point] rfiea [point] fr

Appel à article de la revue Travail et Emploi

La revue Travail et Emploi lance un appel à contributions pour un numéro thématique sur “Diriger une PME”, centré sur l’activité et les propriétés sociales des dirigeants, coordonné par Eric Pezet. Les propositions provenant de sociologie et d’histoire sont les bienvenues.

Les intentions d’article (5 à 7.000 signes environ) sont à envoyer pour le 20 juin 2011 au plus tard, les auteurs sélectionnés devront ensuite renvoyer le projet d’article complet pour le 1er décembre 2011.

PS : la revue Travail et Emploi va être très bientôt accessible sur Cairn. Ses archives de 1979 à 2004 sont consultables grâce à un moteur de recherche permettant des recherches par mots-clés et/ou auteurs.

Call for papers: « Cultures of Consumption in Asia and Europe »

Cluster of Excellence “Asia and Europe in a Global Context”
24.07.2011-29.07.2011, Heidelberg, Karl Jaspers Center for Advanced
Transcultural Studies

Deadline: 31.05.2011

The Cluster of Excellence “Asia and Europe in a Global Context” at Heidelberg University welcomes applications for its Summer School 2011 from graduate students in humanities and social sciences with an interest in transcultural studies. It will take place from July 24 to 29 in Heidelberg, Germany.

This year’s Summer School “Cultures of Consumption in Asia and Europe” will explore the meaning and significance of consumption in the past and present as a crucial link between Europe and Asia. Although ‘consumer society’ has become a prominent term for the description of the ways of life connected with a globalized modernity, the particular mode of experience and of interaction with things to which it points is neither exclusively modern nor exclusively occidental. Referring to the recent innovative insights from cultural and economic history, social sciences and anthropology, together with the expertise of foremost scholars working on both European and Asian themes, the aim of the programme is to gain a truly transcultural grasp of respective cultures of consumption.

The programme is designed to provide stimulating opportunity to get new inspiration for graduate work, exchange ideas on the topics of one’s research and actively engage with an international group of peers as well as renowned scholars. The confirmed speakers include Joanna Elfving-Hwang (Frankfurt), Sheldon Garon (Princeton), Manpreet Janeja (Cambridge), Robert Hellyer (Wake Forest), Angus Lockyer (SOAS London), Seoungsook Moon (Vassar College), Francoise Sabban (EHESS Paris), and from the University of Heidelberg Rudolf G. Wagner, Christiane Brosius, Harald Fuess, Katja Patzel-Mattern, David Mervart and Mio Wakita.

In addition to the academic programme, a range of excursions and leisure activities in and around the city of Heidelberg is on offer, including a guided city tour, visit of the German Packaging Museum and a beer tasting event.

Prospective participants should send their application together with a letter of motivation by May 31, 2011 to the address summerschool [at] asia-europe [point] uni-heidleberg [point]  de.

For detailed schedule and session topics of Summer School 2011 see
http://www.asia-europe.uni-heidelberg.de/en/summerschool

See also: http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/termine/id=16226

Appel à communication: Entreprises et profits – Etudes de cas: le profit dans les PME, perspectives historiques, 19e-20e siècles

Pendant longtemps, les historiens se sont intéressés au profit dans les grandes entreprises et les secteurs industriels considérés comme stratégiques pour l’industrialisation (sidérurgie, automobile, industrie électrique, etc.), ce phénomène a souvent été favorisé par la disponibilité d’archives de grands groupes. À l’opposé, l’analyse du profit dans les PME est restée à l’état embryonnaire et les approches existantes portent rarement sur plusieurs pays et différents secteurs. Ces dernières années, de nombreuses monographies ou travaux thématiques ont commencé à combler cette lacune, toutefois, les résultats de ces recherches restent disséminés et très peu de travaux analysent cette problématique d’un point de vue global ou transnational.

L’objectif du présent projet est de lancer une réflexion sur le profit dans les PME dans une perspective internationale qui doit aboutir à un livre collectif. Cet ouvrage pourra s’appuyer sur les exemples français, suisses et scandinaves marqués par le rôle crucial des PME dans le décollage économique. Mais il ne néglige pas pour autant le monde anglo-saxon où ce type de structure semble sous-estimé. Enfin, les cas plus récents de l’Allemagne, du Japon, de l’Italie et de l’Espagne, voire de la Chine, offrent également de belles pistes de réflexion autour du thème du profit.

Les propositions de communication peuvent couvrir différents champs d’étude et adopter diverses méthodologies. Elles peuvent aborder la thématique de l’analyse des profits sous un angle théorique ou méthodologique (comment analyser le profit, quels outils construire et utiliser, quelles sources utilisées – sources d’entreprises et sources externes, comment établir des comparaisons entre secteurs et entre entreprises ?, etc.). Des études de cas peuvent également être proposées, dans divers types de PME et divers secteurs. Nous invitons aussi les chercheurs à se pencher sur des thématiques classiques, telles que l’analyse du profit dans les entreprises familiales, mais nous les invitons à traiter ces thématiques sous de nouveaux angles. Par exemple, en étudiant les questions de risques et de profits, dans les secteurs du luxe et de la mode. Les perspectives par secteurs sont vivement encouragées, est-ce que la notion de profit est identique dans des entreprises de bien de consommation ou dans des entreprises d’équipement ? Enfin, l’approche devrait aussi favoriser des angles particuliers, tels que les stratégies personnelles des entrepreneurs ou des managers.

De plus, l’analyse du profit concernera son utilisation et sa répartition. Que devient le profit ? Quelles sont les parts prélevées par les actionnaires, par les cadres salariés ? Quelles sont les parts consacrées à l’autofinancement ? Aux ouvriers ? Comment les entrepreneurs camouflent-ils le profit ? Quelles sont les stratégies de gestion de l’inventaire et de l’amortissement. Enfin, la question peut aussi aborder les plans comptables, notamment pour les pays où ils ne sont pas imposés. La question du calcul du profit et de la rentabilité, liée ou pas à l’introduction de nouvelles méthodes comptables (comptabilités industrielles) peuvent aussi faire l’objet d’analyses.

Seules seront prises en compte les communications qui s’attachent à traiter le sujet de manière très précise.

Les langues du livre sont le français, l’anglais et l’allemand.

Calendrier

L’appel à contribution est ouvert jusqu’à fin mai 2011 avec confirmation fin juin 2011. Les textes devront être remis le 30 novembre 2011 et la publication aura lieu en septembre 2012. Selon les possibilités, deux journées d’études seront organisées aux Universités de Toulouse et de Neuchâtel en janvier-février 2012.

Les chercheurs sont invités à soumettre un papier d’une page, présentant le projet, accompagné d’une courte biographie. Les articles devront comprendre 30’000 à 40’000 signes, notes et espaces compris. Pour les personnes qui s’inscrivent des indications rédactionnelles plus précises seront transmises ultérieurement.

Contacts

Veuillez envoyer votre proposition d’article à l’une des deux adresses ci-dessous.

Alain CORTAT
Collaborateur scientifique
Institut d’histoire
Université de Neuchâtel
alain [point] cortat [at] unine [point] ch

Jean-Marc OLIVIER
Professeur d’histoire économique contemporaine
Directeur du laboratoire CNRS Framespa
Université de Toulouse
jean-m [point] olivier  [at] wanadoo [point] fr

XIVe Université d’été en histoire, philosophie et pensée économiques

XIVe UNIVERSITÉ D’ÉTÉ EN HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET PENSÉE ÉCONOMIQUES (Lisbonne, 1er – 8 septembre 2011)

http://www.summer-school-het.ics.ul.pt

Contacts

  • José Luís Cardoso, jcardoso@ics.ul.pt, Instituto de Ciências Sociais, Universidade de Lisboa, Av. Professor Aníbal Bettencourt 9, 1600-189 Lisboa, Portugal
  • André Lapidus, andre.lapidus@univ-paris1.fr, Université Paris 1, PHARE, MSE, 106-112 boulevard de l’Hôpital – 75647 Paris cedex 13, France

Public concerné: Doctorants et jeunes docteurs (avant janvier 2009)

Envoi des propositions de communication avant le 30 avril 2011, à José Luís Cardoso, jcardoso@ics.ul.pt

Réponses avant le 31 mai 2011

L’Université d’Été en Histoire, Philosophie et Pensée Economiques est organisée par PHARE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris, France) et l’ICS, Université de Lisbonne (Lisbonne, Portugal)  avec le soutien de l’Association Charles Gide pour l’Étude de la Pensée Économique (France), l’AIHPE, Asociación Iberica de Historia del Pensamiento Económico (Portugal et Espagne), la STOREP, Associazione Italiana per la Storia dell’Economia Politica (Italie) et l’ESHET, European Society for the History of Economic Thought

Programme

1. Conférences invitées : Crises économiques et crise de l’économie: histoire, théorie et politique

Intervenants : Bruno Amable, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Stefano Battilossi, Université Carlos III, Madrid – Daniele Besomi, Université de Lausanne – José Maria Castro Caldas, Université de Coimbra – Ghislain Deleplace, Université de Paris 8 – Rodolphe Dos Santos Ferreira, Université de Strasbourg – Sheila Dow, Université de Sterling – Harald Hagemann, Université de Hohenheim – Jan Kregel, Missouri University – Louis Lévy-Garboua, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Hans-Michael Trautwein, Université d’Oldenburg

2. Ateliers de présentation de travaux

L’appel à communications concerne ces ateliers. Une trentaine de communications pourra être retenue.

Les propositions prises en considération, émanant de doctorants ou de jeunes docteurs, doivent relever de l’histoire de la pensée économique, de la philosophie économique ou de l’histoire économique. Mais elles ne sont pas tenues de s’inscrire dans un thème spécifique. En particulier, elles sont indépendantes du thème retenu cette année pour les conférences de formation (Crises économiques et crise de l’économie: histoire, théorie et politique ).

3. Tutorat

Les projets académiques de chaque participant font l’objet d’un tutorat individualisé assuré par les membres du Comité scientifique et les enseignants présents, afin de le préparer à la diffusion de ses travaux à travers la participation aux colloques et la publication.

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Richard Arena (Gredeg-Demos – Professeur à l’Université de Nice – Sophia-Antipolis, France), José Luís Cardoso ( Professeur à l’Université de Lisbonne, Portugal), Ragip Ege (Beta-Theme – Professeur à l’Université de Strasbourg, France), André Lapidus (Phare – Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France), Jean-Sébastien Lenfant (Clersé – Professeur à l’Université de Lille 1, France), Eyüp Özveren (Professeur à la Middle East Technical University, Ankara, Turquie). Jean-Pierre Potier (Triangle – Professeur à l’Université Lumière-Lyon 2, France), Annalisa Rosselli (Professeur à l’Université de Rome “Tor Vergata”, Italie), Nathalie Sigot

(Phare – Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France), Alfonso Sanchez Hormigo (Professeur à l’Université de Saragosse, Espagne). Michel Zouboulakis (Professeur à l’Université de Thessalie, Volos, Grèce).

COMITÉ D’ORGANISATION

António Almodovar (Professeur à l’Université de Porto, Portugal) – Carlos Bastien (Professeur à l’Université Technique de Lisbonne, Portugal) – José Luís Cardoso (Professeur à l’Université de Lisbonne, Portugal) – André Lapidus (Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France) – Vitor Neves (Professeur à l’Université de Coimbra, Portugal) .

L’économie et les institutions : une perspective historique

The study of the relations between the economy and the institutions has been gaining relevance in the social sciences. Adopting a perspective of the institutions which is not confined to the restricted field of economic organizations, but it includes a whole set of rules, beliefs and norms that influence the economy, it remains open a vast field of research which has always been central among historians: analyze and understand, in historical context, changes and permanencies of the social factors that make up the institutions. The institutional framework that distinguishes each economic space or country at a particular historical context contains an important part of understanding on the performance of their economies. In this sense, our aim is that the 31stMeeting of the Portuguese Association of Economic and Social History will be an important moment of reflection, in historical perspective on economics and institutions. The 31st APHES Conference invites the national and international scientific community to participate in this debate, submitting thematic panels or individual papers. PhD and Master’s students will find in the Conference a special space for participation.

Coimbra – du 18 au 19 novembre 2011

Date limite de dépôt des projets de communication : 30 avril 2011

http://www4.fe.uc.pt/aphes31/

Gérer autrement

Les crises financière, économique et sociale que nous connaissons questionnent non seulement l’efficacité des pratiques de gestion des organisations mais aussi leur légitimité. La gestion instrumentale rigoureuse conçue hier comme un gage de prospérité est aujourd’hui dénoncée comme la source de maux profonds : « la société est malade de la gestion ». Dès lors, il apparaît urgent d’interroger les notions de performances et de repenser les pratiques, qu’il s’agisse de la finance, la gouvernance, l’entrepreneuriat, le management ou la formation à la gestion elle-même, qui permettront d’atteindre cette conception renouvelée de la performance

Lors de cette journée de recherche, nous souhaitons explorer certaines pistes qui offrent une alternative aux pratiques de gestion traditionnelles sans pour autant relever de l’économie sociale et solidaire. Comment peut-on aujourd’hui gérer les organisations de sorte que l’on restaure leur légitimité et que l’on concilie celle-ci avec la performance ?

Évry – 24 juin 2011
Date limite de dépôt des projets de communication : 18 avril 2011
http://calenda.revues.org/nouvelle19391.html