Archives de catégorie : Assemblées Générales

Table ronde sur les archives économiques et financières

Assemblée Générale de l’AFHE, 27 Novembre 2017. BNP Paribas.

Patrick Fridenson. Les participants présents sont :

–      à ma droite, Marie Laperdrix qui est la chef du service des Archives économiques et financières installé à Savigny le Temple et à Bercy (lien vers la présentation)

–      toujours sur ce côté, Raphaël Baumard qui est le directeur adjoint des Archives nationales du monde du travail installées à Roubaix

–      et sur ma gauche, Laurent Ducol qui est le directeur du GIE Saint-Gobain Archives, dont, nul ne l’ignore ici, les bâtiments principaux sont à Blois, (lien vers la présentation).

Nous aurons, en cours de route, Emmanuel Rousseau qui représentera les Archives nationales et qui est le directeur du département des Fonds et non pas le directeur du département des Publics comme nous l’avons écrit de manière parfaitement malheureuse étant entendu que c’est bien du département des Fonds qu’il s’agit lorsque l’on veut parler d’archives.

Je vais expliquer pourquoi nous faisons cette table ronde et comment nous allons procéder.

On peut dire qu’il y a un lien extrêmement fort entre l’histoire économique et les archives publiques et privées. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi d’accueillir à la fois des représentants des Archives nationales, des Archives nationales du monde du travail et des Archives économiques et financières ainsi qu’un représentant des archives d’entreprises et des archivistes d’entreprises en la personne de Laurent Ducol. L’idée étant qu’en fait un très grand nombre de travaux, même les travaux qui s’intéressent aux politiques publiques, ont besoin de savoir ce qui se passe dans l’économie et dans la société, donc ont besoin d’archives privées et inversement que les travaux sur les entreprises ne se font pas comme ils se faisaient autrefois en France, à partir essentiellement des Archives nationales, des Archives économiques et financières et des Archives départementales. Nous voulons manifester le fait que l’histoire économique, telle qu’elle se fait aujourd’hui, a besoin des uns et des autres.

Nous sommes convenus de nous organiser en deux parties :

–      Une première partie où chacun et chacune des participants va présenter ses perspectives de développement et l’originalité de son activité. Sur la suggestion de notre président, Guillaume Daudin, que j’ai interrogé sur ce sujet, il y aura un premier paquet de discussions avec la salle après chaque intervention.

–      Une deuxième partie, dans laquelle se casera Emmanuel Rousseau lorsqu’il arrivera, qui sera consacrée aux problèmes généraux des archives économiques et financières, aux problèmes généraux des archives en France et à la relation qui peut exister entre les lecteurs et lectrices que nous sommes et les archivistes, dans laquelle vous retrouverez des problèmes internationaux et des problèmes nationaux.

Il nous a semblé qu’à la fois des raisons technologiques : la numérisation, des raisons intellectuelles : la manière dont nous vivons désormais notre rapport aux sources (nous ne disons plus « j’ai utilisé des archives » mais nous disons « j’ai mobilisé des archives au service d’une question ou d’un ensemble de questions »), des raisons relatives aux politiques publiques en matière de numérique ou en matière d’archives militaient pour que nous ayons ce débat.

Tout ordre serait arbitraire mais il m’a semblé qu’il était normal que nous demandions à Marie Laperdrix d’ouvrir cette présentation autour des Archives économiques et financières.

Marie Laperdrix, vous avez la parole.

Mme Marie Laperdrix. Bonjour à tous. Merci, M. Fridenson, de m’avoir conviée à cette table ronde. Je suis très honorée d’être parmi vous pour vous expliquer ce que l’on fait au service des Archives économiques et financières et vous expliquer la politique de valorisation et de travail sur les fonds d’archives des ministères économiques et financiers.

Quelques rappels en préambule. Tout d’abord que sont les archives économiques et financières pour Bercy ? C’est un service qui travaille pour quatre cabinets ministériels (si j’avais fait la présentation vendredi je vous aurais dit trois cabinets ministériels), donc deux ministres et deux secrétaires d’État pour 500 unités, bureaux d’administration centrale et plus de 96 opérateurs et entités associées, ce chiffre fluctuant en fonction des plans de loi de finances au cours des années. La dernière, c’était 90, en 2017 96, et en 2018 nous sommes en train de faire les décomptes en fonction de ce qui va être voté à l’Assemblée.

C’est aussi un service sur deux sites. Donc vous, en tant qu’usagers du SAEF, vous connaissez le site de Savigny le Temple dont j’avais mis une photo sur le premier slide du PowerPoint mais une partie du service est également à Bercy même, au plus près des services producteurs et de l’administration. Un service de plus de 32 agents répartis sur ces deux sites géographiques avec, pour la conservation des archives papier, le site de Savigny et un système d’archivage numérique (je pense qu’on y reviendra dans les questions dans la deuxième partie), parce qu’on conserve, aujourd’hui, une partie des archives numériques produites par l’administration centrale des ministères économiques et financiers y compris les archives des cabinets ministériels.

Aujourd’hui, c’est 62 kilomètres d’archives papier qui sont conservés à Savigny, plus de 3000 objets muséographiques issus du musée qui existait dans les années 70, le musée du ministère des Finances, qui sont accessibles aux chercheurs et consultables en salle de lecture à Savigny le Temple et c’est une bibliothèque historique, issue des bibliothèques historiques et administratives du ministère, plus de 69 000 ouvrages qui sont également à la consultation en salle à Savigny.

Par ailleurs, une partie de notre activité aujourd’hui est dématérialisée. Nous avons environ 1200 à 1300 demandes de recherches par an faites via notre boîte aux lettres fonctionnelle et nous répondons aux chercheurs sur des demandes ponctuelles et nous numérisons, à la demande, un certain nombre de documents d’archives. Voilà pour faire un premier point.

Pour les services de l’administration centrale, nous travaillons déjà à mener une politique de gestion centralisée de l’information des ministères économiques et financiers. Cela fait partie des fonctions du secrétariat général de Bercy auquel nous sommes rattachés et à ce titre, nous pilotons la politique archivistique ministérielle et nous accompagnons, de ce fait, les services de l’administration dans la transition numérique, notamment pour la prise en compte des processus de dématérialisation de l’information mais également pour mieux gérer leurs archives papier et donc les espaces de stockage, la description et l’accès aux documents.

Pour les opérateurs et services associés de la sphère économie–finances, nous avons deux offres de services. Nous avons des archivistes à demeure chez les opérateurs et nous les conseillons, nous les assistons et nous prenons en charge leurs archives historiques mais pas intermédiaires et nous avons une intervention quelque peu plus lourde lorsqu’il n’y a pas d’archiviste chez ces opérateurs et donc là, nous pouvons proposer une offre de services permettant de gérer l’ensemble du cycle de vie des données produites par les entités concernées. J’y reviendrai parce que ces travaux avec les opérateurs de la sphère économie–finances ou avec les directions de l’administration centrale conditionnent forcément la collecte mais aussi les fonds que l’on est amené à consulter. Vous imaginez bien que sur plus de 500 unités administratives, même avec 32 agents, on ne peut pas couvrir l’intégralité des services à un instant T, on y reviendra.

Pour vous montrer un peu comment on travaille avec les services, comment archiver ses documents au sein du ministère, on contrôle le cycle de vie des documents, on contrôle la collecte mais aussi l’élimination. Cette collecte est faite suite à un travail de fond, c’est avec chaque service, pour élaborer ce qu’on va appeler un référentiel de conservation, j’ai mis un exemple de référentiel pour vous montrer à quoi ça ressemble. On « contractualise » avec le service qui, ensuite, prépare ses cartons, prépare la description de ce qu’on appelle les bordereaux de versement et ensuite nous les verse et nous les conservons et les traitons à Savigny le Temple. Évidemment on contrôle l’élimination avec ce qu’on appelle un bordereau d’élimination qui liste les typologies de documents qu’il convient d’éliminer. Par exemple là, vous avez une infographie qui est à la disposition des services en interne de Bercy pour expliquer la démarche d’élimination, en toute conformité, des documents produits par l’administration. Là, un autre exemple d’un référentiel de conservation d’un bureau de la direction des affaires juridiques, le bureau conseil aux acheteurs, c’est quelque chose d’assez simple, vous avez d’un côté les différents sujets traités par le bureau avec les typologies documentaires associées, le support numérique ou papier. Là c’est un bureau qui n’archive que de manière numérique donc on ne va pas retrouver d’archives papier concernant ce bureau. On a, en fonction des services, des durées d’utilité courante de conservation dans les bureaux, ensuite une durée d’utilité administrative et enfin un sort final, destruction ou conservation. Ce travail, qui est fait pour chaque bureau, est ensuite réévalué en fonction du cycle de vie des données puisqu’une note peut être produite par un bureau X, transmise à un bureau Y pour ensuite envoi au cabinet : donc la question c’est de conserver le document validé et signé au bon endroit et ne pas conserver 50 exemplaires d’un même document à différents stades d’élaboration.

C’est un travail assez titanesque à l’échelle des ministères puisqu’en plus, entre directions, on peut avoir une note ministre élaborée par deux directions avec quatre ou cinq bureaux différents, donc on pourrait retrouver démultiplié à l’infini le nombre de documents concernés.

Alors ce qui vous intéresse est de savoir les axes stratégiques de développement de la collecte des archives qui peuvent impacter vos recherches et vous conduire à découvrir de nouveaux fonds au fur et à mesure du travail des archivistes sur le terrain.

On a une organisation courante des archives pour gérer au quotidien l’archivage des bureaux mais on a aussi un mode projet un peu plus spécifique, notamment avec une cellule dédiée à l’archivage des cabinets ministériels : je vous avoue que c’est ce que j’ai fait toute la matinée puisque vous n’êtes pas sans savoir que notre ex-secrétaire d’État Benjamin Griveaux a quitté notre ministère vendredi soir, donc son cabinet est en train d’archiver à l’heure actuelle. On a une cellule spécifiquement dédiée pour gérer cet archivage ou alors pour accompagner l’inspection générale des finances et on n’est pas tout seul. Je disais tout à l’heure qu’on était 32, on a créé un réseau de correspondants archives au sein des différentes directions qui est composé d’un peu plus de 450 correspondants archives que l’on réunit tous les ans et qui échangent et élaborent des documents de politique générale des archives : par exemple la charte d’archivage ministérielle, qui sera publiée en fin d’année, fait partie de ce travail de co-construction, comme on dit maintenant au ministère : de design thinking, au sein du ministère.

De la même manière, on est en train de mettre en place un réseau de correspondants archives au sein des opérateurs dont la première réunion aura lieu en 2018.

En plus de ce mode projet, nous avons des projets spécifiques avec des directions, porté par les directions générales. Il faut savoir que les ministères économiques et financiers sont très attentifs et sensibilisés à la conservation de leurs informations stratégiques. On a des projets spécifiques qui ont été montés avec l’appui des directeurs généraux. Je peux citer le cas du secrétariat général de Bercy parce que j’en fais partie mais avec une volonté du précédent secrétaire général, reprise par notre secrétaire générale actuelle, sur un plan d’archivage global qui a été mené par les équipes du SAEF en lien avec les correspondants archives du secrétariat général entre 2016 et 2017. Ce qui veut dire qu’on a eu de la collecte d’informations sur l’immobilier, sur les politiques de financement, sur la modernisation, sur la gestion des audits de la Cour des Comptes par exemple et des projets, je peux le citer parce qu’il est fini celui-là, comme la direction des affaires juridiques qui a fait qu’on a mené un archivage et une gestion globale de cette direction. Ça veut dire qu’on a aussi collecté des archives papier et numériques que nous n’avions pas précédemment.

Deux éléments à signaler parce qu’ils auront un impact sur les fonds qui pourront vous intéresser dans les prochaines années : on a lancé en 2016 un grand plan d’archivage avec la direction générale des Entreprises, qui est un sacré mastodonte et qui concerne énormément de métiers ; et de même avec la direction générale du Trésor, cette année, qui va nous porter jusqu’en 2020 mais qui est important aussi pour une bonne gestion de l’information.

La valorisation des archives, puisque c’est aussi le sujet.

Il faut savoir que nous travaillons aujourd’hui avec un plan triennal de classement des fonds pour répondre aux demandes des chercheurs en fonction des archives les plus consultées. Donc on étudie assez longuement et on échange avec vous, en salle de lecture, pour voir un peu les fonds qui vous intéressent le plus et ceux qui sont plus demandés en termes de recherche et de consultation. On veut s’assurer aussi que les fonds les plus anciens, c’est-à-dire les fonds des années 50–60–70, qui ne sont pas encore classés aujourd’hui, et il en reste quelques-uns, puissent être disponibles à la consultation, ça fait partie d’un axe de progression de notre part. Évidemment dans le cadre des commémorations : j’ai cité la Première Guerre mondiale mais je dois aussi citer la Seconde Guerre mondiale, surtout la fin de la période, nous avons encore quelques fonds à classer, quelques pépites, et donc accentuer aussi la recherche sur des fonds moins consultés.

Compte tenu de tous ces éléments, on a décidé de travailler sur deux axes majeurs retenus pour 2018–2020, qui sont les fonds liés au commerce extérieur, notamment les fonds de la DREE, et les fonds liés à l’histoire de la fiscalité puisque, j’en reparlerai, nous avons des projets en cours.

Des actions également pour valoriser l’expertise archivistique et ministérielle puisque nous sommes des archivistes, donc un gros travail avec la revue interne du ministère pour des grandes sagas, par exemple une saga de l’été dont vous avez un extrait « la petite histoire architecturale de Bercy », mais également des expositions pour les agents « la loterie nationale s’affiche » avec des reproductions d’affiches de la loterie nationale et, je tiens à le souligner, un travail avec le ministère de la Culture lié au « stage technique international archive » où on a accueilli, pendant une semaine à Savigny, 50 collègues étrangers pour partager notre expérience en termes de collecte à la fois papier et numérique sur les archives du ministère des Finances avec des ateliers, des échanges métiers avec la Nouvelle-Zélande, le Gabon, l’Argentine, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne. Ce sont toujours des choses très enrichissantes et j’en remercie encore vivement le ministère de la Culture.

Autre axe de valorisation que vous avez peut-être pu voir un peu plus, un plus large public sur l’histoire des ministères et des fonds conservés par le ministère. J’ai mis quelques exemples comme « les journées du patrimoine » qui nous mobilisent beaucoup depuis 2015, avec une exposition en partenariat avec le Comité pour l’histoire économique et financière de la France sur le ministère des Finances pendant la Première Guerre mondiale, des ateliers pédagogiques pour parler, notamment avec les plus jeunes, de l’histoire et des archives avec un atelier « toucher l’histoire » qui a rencontré un grand succès cette année puisque, d’après les chiffres, plus de 4500 personnes sont passées sur notre stand et ont touché l’histoire avec nous en manipulant des documents originaux d’archives, le « TumblR Archives Bercy » qui est géré par le service communication du ministère qui voit aussi un axe pour lier l’actualité du ministère avec une temporalité différente d’une histoire ministérielle qui a pu prendre en charge des sujets comme le chocolat, le départ en vacances ou encore la déclaration d’impôts.

Donc des partenariats scientifiques et culturels ou institutionnels assez variés. Je ne vais pas tous les détailler parce qu’il y en a beaucoup. Un axe de travail pour nous, assez récent, est un partenariat avec l’Ecole nationale des chartes sur la déclaration fiscale et l’impôt sur le revenu, qui nous a emmenés sur un colloque qui s’est tenu la semaine dernière de manière transdisciplinaire, avec des juristes, des économistes, des sociologues et des statisticiens, sur la déclaration de l’impôt depuis le XVIIIe siècle. Autre partenariat à souligner : avec les Archives nationales, bien évidemment nous sommes associés à des projets, notamment sur la question de l’international qui était évoquée par M. Fridenson, puisqu’on est associés à un projet relatif aux archives de l’Australie en France puisqu’on a beaucoup d’archives liées à l’économie et les liens économiques entre la France et l’Australie. Sur les partenariats institutionnels, je soulignerai la qualité de nos échanges avec la Monnaie de Paris autour de l’ouverture du nouveau musée, le « 11 Conti », puisqu’un certain nombre de nos documents ont été numérisés, puisqu’on conserve les fonds historiques du musée de la Monnaie, des fonds qui ont été numérisés pour les espaces d’exposition permanente du musée de la Monnaie de Paris.

Autre élément, un accès renouvelé pour les chercheurs. Au-delà du fait qu’on a réussi à changer le distributeur de café qui est à la disposition des chercheurs au rez-de-chaussée pour vous offrir aussi des boissons fraîches et l’achat de Kinder Bueno, il y a une actualisation de la gestion de la salle de lecture, vous l’avez peut-être vue, avec un nouveau règlement de salle, un nouveau principe de réutilisation des données où on s’est calqué dans la droite ligne de ce qu’ont fait les Archives nationales sur le sujet et la mise en ligne d’une base de données de consultation des fonds de la bibliothèque historique et administrative ainsi que des fonds d’archives sur le site economie.gouv.fr.

Accès renouvelé pour les chercheurs et quelques petites annonces en forme de teasing. À partir de 2018, on s’efforcera de mettre en diffusion, sur notre site Internet, dès qu’un nouveau fonds sera classé, d’en faire la promotion pour que vous puissiez être avertis de ces nouveaux fonds disponibles, avec prochainement accessibles, parce qu’on finit de les conditionner, les fonds de la délégation permanente de la France auprès de l’OMC et du GATT qu’on a récupérés l’année dernière grâce à la délégation permanente basée à Genève, un fonds très intéressant pour les recherches internationales. La poursuite du classement des fonds de la direction du Trésor, les archives photographiques de l’Agence française de développement, également une source extrêmement intéressante et le reconditionnement nécessaire avec une indexation nécessaire, notamment des fonds de timbres fiscaux ou des paquets de cigarettes issues des fonds de la Seita.

Pour plus d’informations, vous avez notre site Internet ainsi que « TumblR Archives Bercy ».

Patrick Fridenson. Merci beaucoup. Je voudrais juste demander pour commencer puisque tout à l’heure Marie Laperdrix a parlé d’un colloque sur les déclarations d’impôts qui commencent au XVIIIe siècle : les fonds les plus anciens que vous avez remontent à quand ?

Marie Laperdrix. Pour les plus anciens, ils remontent au XVIe siècle parce que malgré la répartition théorique selon laquelle les fonds, avant la Révolution française, se retrouvent aux Archives nationales, on a récupéré, après cette séparation des années 70, les fonds notamment de la direction des Monnaies et Médailles qui sont les fonds les plus anciens que l’on possède. On a des choses tout à fait exceptionnelles.

Patrick Fridenson. J’ouvre donc la discussion sur toutes les questions qui portent à la fois sur ce que nous souhaitons faire avec les Archives économiques et financières en fonction de notre objectif scientifique ou bien sur tel ou tel élément de la politique suivie par le SAEF autour de Marie Laperdrix telle qu’elle vous l’a exposée.

QUESTION. J’appartiens à l’Association pour l’histoire de BNP Paribas. Madame Laperdrix, avez-vous des statistiques sur la fréquence de consultation des archives et par types d’archives consultés ?

Marie Laperdrix. C’est un peu compliqué parce qu’en général nous avons des chercheurs qui travaillent sur des sujets extrêmement précis : donc on a des fonds qui ne sont consultés que par un seul chercheur mais qui est très vorace et qui consulte beaucoup de cartons d’un même fonds. Globalement les fonds de la DREE, direction des Relations économiques extérieures, sont les fonds les plus consultés avec tout ce qui va être Législation fiscale globalement. On a aussi beaucoup de consultations, parce qu’on a un cercle de chercheurs très actifs, sur les archives de la Seita, les anciennes manufactures de tabac avec les fonds sur les paquets de cigarettes, les contrôles de la production des tabacs. Évidemment on a une population de généalogistes qui consultent beaucoup les dossiers de personnels, de douaniers mais pas uniquement de douaniers, de l’Imprimerie nationale ou d’autres fonds que l’on peut conserver qui sont, là aussi, consultés mais sur un personnage précis et pas systématiquement toujours les mêmes dossiers qui sortent. Après on a toujours la télévision japonaise qui vient filmer les archives de la Compagnie des agents de change où on voit la mention de tel ou tel haut personnage ayant travaillé à la bourse mais ce sont vraiment des choses ponctuelles. On a beaucoup de fonds qui ne sortent que pour un chercheur ou deux mais pas forcément de manière systématique, ce n’est pas l’état civil en archives départementales.

QUESTION. Je poursuis cette question : est-ce que vous anticipez des priorités des lecteurs ou est-ce que vous poussez les lecteurs dans tel ou tel sens ? Parce que c’est bien une des questions de cette table ronde, l’interaction entre les archivistes et les historiennes et les historiens.

Marie Laperdrix. C’est un peu les deux. À la fois on voit les demandes récurrentes et on a un certain nombre de chercheurs qui viennent nous voir en nous disant « on a un sujet de recherche », je pense au travail de Béatrice Touchelay auquel on a été associé sur la fraude, on a les travaux d’Angelo Riva, de l’école d’économie de Paris, sur les archives de la Compagnie des agents de change et sur les cotes boursières, dont on sait que derrière on a un certain nombre d’étudiants, donc forcément ça va être un axe de développement. Mais après il y a aussi des fonds que l’on connaît, qui ne sont pas forcément toujours traités, qui sont vraiment des mines d’or et c’est pour cela que je souligne vraiment la question de l’histoire fiscale parce qu’on a énormément de fonds extrêmement intéressants qui ne sont pas du tout exploités, donc l’idée est aussi de les porter à la connaissance des chercheurs, qu’ils soient historiens, économistes, sociologues ou statisticiens, pour pouvoir susciter des vocations et des sujets d’exploitation future. C’est à la fois les deux, on essaie de combiner les deux mais effectivement on est toujours prêt à vous écouter pour pouvoir pousser certains fonds, classements de fonds ou accentuer certains aspects de la politique de mise à disposition des fonds.

QUESTION. Que contient Saphir par rapport au papier et comment va évoluer Saphir ?

Patrick Fridenson. Expliquez à tout le monde ce qu’est Saphir.

Marie Laperdrix. Saphir n’existe plus depuis cinq ans, et a été remplacé par Rébeca. Ce qu’on a appelé Rébeca, c’est la base de données en ligne sur economie.gouv.fr qui contient la description des archives historiques. On a beaucoup travaillé, depuis trois ans, à la reprise des données, des descriptions, à la publication de nouvelles notices. Ce n’est pas l’outil le plus ergonomique du monde, ça a le mérite d’exister, on essaie un maximum de pouvoir rendre les choses plus fluides pour les chercheurs et c’est pour ça qu’on vous propose toujours des pistes de recherche supplémentaires malgré vos recherches sur la base. Mais Saphir n’existe plus. C’est maintenant Rébeca Archives qui est disponible en salle de lecture et sur le site economie.gouv.fr.

QUESTION. Saphir a été repris ?

Marie Laperdrix. Les données qui n’étaient pas bonnes n’ont pas été reprises mais oui, tout le contenu de Saphir a été repris. Aujourd’hui, Rébeca Archives, c’est à peu près 15 000 notices en plus par an d’accroissement de la description des fonds. Aujourd’hui on doit être sur 350 000 notices.

QUESTION. Je tourne ma question : quand est-ce qu’il y aura tout, on appuie sur un bouton et on trouve ce que l’on cherche ?

Marie Laperdrix. Ça dépend de la qualité des services producteurs, de nos administrations, de la manière dont on arrive à collecter les fonds. Malheureusement il y a eu un temps, dans les années 80, où on a récupéré des palettes à droite et à gauche, sans forcément de description précise, donc on a quand même de l’arriéré. Aujourd’hui on traite, on classe et on corrige environ 1 kilomètre d’archives par an, on en fait entrer à peu près 1,5 à 2 kilomètres par an, ça vous donne un ordre de grandeur. On fait ce que l’on peut, malgré les moyens, on ne peut pas faire plus aujourd’hui. On travaille à cette efficacité mais on travaille surtout avec les services producteurs pour que leur description soit beaucoup plus contrôlée qu’elle ne l’était et qu’ils puissent être plus attentifs à la qualité des données qu’ils nous versent. On travaille beaucoup, et je pense que le numérique nous aide dans ce sens-là : avec le numérique une mauvaise indexation ou un problème de localisation d’un fichier ne pardonne pas contrairement au papier pour lequel on peut retrouver une armoire, donc de fait ils sont de plus en plus attentifs et on a vu vraiment, depuis quatre ou cinq ans, changer la qualité de ce qui nous est versé en termes de description, indexation, de précision donc au fur et à mesure on aura de moins en moins d’arriérés.

QUESTION. Je voulais revenir sur les politiques de valorisation et savoir si dans les 32 personnes que vous mentionniez dans l’équipe, vous avez une équipe qui est particulièrement dédiée à la valorisation. Pour tout ce qui est expositions, publications, comment procédez-vous ?

Marie Laperdrix. On n’a pas un ETP complet dédié à cette valorisation, c’est plutôt, par exemple je pense au TumblR Archives Bercy pour alimenter le service communication, en fonction des gens qui ont traité les fonds et qui les connaissent. Après on a une équipe dédiée pour le montage, ce sont toujours les mêmes personnes qui montent les vitrines, qui vont aller restaurer les archives qui sont prêtées dans le cadre d’une exposition mais on n’a pas un service de valorisation dédié. On est d’abord au service de l’administration et dans un deuxième temps au service des publics, c’est notre positionnement un peu particulier contrairement aux Archives nationales où vous avez vraiment un service éducatif et vraiment un service musée. Nous, nous sommes des couteaux suisses qui font un peu de traitement, que vous retrouvez en salle de lecture, qui connaissent très bien les fonds et qui parfois font de la valorisation.

Patrick Fridenson. La parole est à notre président, Guillaume Daudin.

Guillaume Daudin. Très rapidement, une précision sur la réponse que vous avez donnée à M. Cardoni. J’ai entendu que vous aviez entre un demi-kilomètre et 1 kilomètre de retard qui s’accumulait chaque année par rapport aux fonds versés (vous en classez 1 kilomètre et vous en recevez entre 1,5 et 2 kilomètres). Qu’est-ce que vous allez faire ? Quels sont les plans à long terme pour régler ce souci ?

Marie Laperdrix. Comme dans tous les services d’archives, c’est-à-dire que quand je parle de 1 à 2 kilomètres, ce sont des fonds qui ne sont pas forcément toujours historiques. On a des fonds qui sont dits archives intermédiaires qui ont vocation à être éliminés à terme en fonction des circulaires et de la réglementation, donc dans ces 1 à 2 kilomètres qui rentrent tout n’a pas vocation à rejoindre les archives historiques. Au final, aujourd’hui on est à peu près à l’équilibre dans ce qui rentre au sein du service entre les fonds historiques que l’on place et les fonds historiques qui rentrent, par contre on a quand même un arriéré, comme dans tout service ; donc on essaye, au fur et à mesure, de les classer en fonction d’un plan triennal de classement pour avoir certaines priorités. Effectivement on est un service d’archives publiques avec de l’arriéré mais on essaie, au fur et à mesure, on a des vacations, on a même des étudiants qui viennent l’été en vacations mais il faudrait qu’on soit un peu plus nombreux aussi, même si je n’ai pas du tout à me plaindre parce qu’on est plutôt bien pourvu au ministère, je ne suis pas dans la situation de certains de mes collègues dans d’autres services d’archives mais effectivement on essaye, au fur et à mesure, en fonction des priorités, c’est pour ça qu’on a un plan triennal pour pouvoir répondre au mieux aux chercheurs. En même temps parfois les fonds ne sont pas classés et on peut vous les mettre à la communication, il y a un gros travail qui est fait aussi pour les mettre à disposition même s’ils ne sont pas classés, je pense que certains d’entre vous en ont bénéficié mais ce n’est pas la situation idéale.

******

Patrick Fridenson. Si le temps nous est donné, c’est une question que l’on reprendra dans la deuxième partie : quelle politique d’archives économiques et financières en général pour la France.

Je donne la parole à Laurent Ducol : on passe du public au privé et c’est de Saint-Gobain, 350 ans au compteur, qu’il va être question.

Laurent Ducol. Bonjour à tous. Je suis le directeur du GIE Saint-Gobain Archivesiliale d’un grand groupe français, le groupe Saint-Gobain. Nous avons cette particularité d’être non pas un service comme le sont mes collègues ici présents mais une filiale à part dans le groupe, qui a été identifiée comme telle pour différentes raisons que je vais évoquer avec vous.

C’est une filiale qui a été créée en 1979 avec une volonté très forte de Roger Martin, qui était le président du groupe de l’époque. Il vient de Pont-à-Mousson, société qui a fusionné avec le groupe Saint-Gobain au début des années 70 et dans le cadre de cette fusion, comme beaucoup d’entreprises, c’est l’occasion de revoir le fonctionnement et de prendre ce qui est le mieux dans chacune des deux structures qui se rapprochent ou qui fusionnent. Là, en l’occurrence l’objectif a été d’optimiser un certain nombre de processus dont le processus archives. On est dans le cadre de la continuité d’une politique d’entreprise qui est assez large.

Une impulsion majeure est donnée par Maurice Hamon, arrivé en poste en tant qu’archiviste, responsable du service archives en 1974, avec pour mission de travailler à ce projet. Il a bâti une politique en ce sens, c’est-à-dire filialisation de la démarche, identifiée par un lieu emblématique, le centre d’archives de Blois. Il le renforçepar une mission notamment autour de la constitution d’une culture d’entreprise commune. C’est une époque où effectivement, à l’issue de formations qui se déroulaient au château de Ménard (à proximité du centre d’archives de Blois et propriété du groupe Saint-Gobain jusqu’au début des années 80, le collaborateurs venaient ensuite à Blois, au centre d’archives, voir les lettres patentes, nos documents les plus anciens, les lettres patentes qui sont les actes fondateurs du groupe Saint-Gobain en 1665. Elles sont toujours visibles et toutes les sociétés qui entrent dans le groupe, notamment lorsqu’elles font des séminaires ouverts chez nous, viennent les voir. Vous pouvez avoir des situations, anecdotiquesoù vous voyez Point.P, société fondée dans les années 80, qui vient voir ces lettres patentes qui sont notre socle commun depuis 1665. elles font parties des symboles emblématiques du groupe.

Cette forme originale de structure a été aussi très impliquéedans le réseau des archives en France et à l’étranger puisque notamment Maurice Hamon a beaucoup travaillé à la création de la section des archives économiques d’entreprises au sein de l’Association des archivistes français. Les premières réunions se seraient déroulées autour d’une table au milieu des années 1980. Nous sommes actuellement 400 membres, donc beaucoup de chemin a été parcouru.

Le diagnostic et le temps des propositions. Avant qu’il aboutisse à ce projet de bâtiment, voilà les lieux dans lesquels étaient gérées les archives de Saint-Gobain. Nous avions plusieurs châteaux, notamment un château situé à Ars dans lequel vous aviez une dizaine de kilomètres d’archives avec une démarche logistique un peu complexe qui faisait vivre la gare à proximité puisque les archives étaient communiquées sousformat papier. (maintenant c’est beaucoup moins le cas) La Compagnie de Saint-Gobain détenait à la même époque des locaux un peu plus structurés à Neuilly.

Il a fallu partir de cela avec un objectif très précis de matérialiser cette fonction. Pourquoi ? Parce que c’est un service d’abord à destination du groupe Saint-Gobain. La priorité est évidemment de servir l’entreprise et pour lui assurer ce service, il a été jugé important de le matérialiser de façon très forte, donc de construire un lieu emblématique avec des matériaux du groupe, en vue d’être une double vitrine sur un modèle d’autres filiales du groupe. 17 sociétés ont été membres de ce qu’on pourrait appeler conseil d’administration mais là, il s’agit plutôt d’une assemblée générale puisque c’est un GIE, donc 17 membres, toutes les années que nous réunissons  en assemblée générale sur convocation de notre administrateur unique qui est Marie de Laubier.

Ce bâtiment était aussi important pour le lieu où il s’est implanté puisque c’est aussi un bâtiment signal pour la ville de Blois. À l’époque il était très important, pour cette ville, de matérialiser son entrée, l’accès à cette ville. Le projet Saint-Gobain a rencontré celui de Blois qui était de marquer, de développer une zone qui était la vallée Maillard et donc, pour le coup, nous nous sommes retrouvés avec un bâtiment emblématique que vous avez ici sur la gauche. Un bâtiment assez surprenant au départ avec un architecte aux commandes, des formes assez particulières, il y avait un projet de pyramide complète à l’époque, là le projet s’est achevé par une pyramide un peu tronquée avec surtout un espace de travail très sympa autour d’un patio, très agréable pour que les collaborateurs puissent partager des instants puisque les bâtiments d’archives ont cette dimension particulière d’être très grands : Savigny le Temple est immense, je le dis pour y avoir œuvré il y a quelques années, notre bâtiment couvre une surface de 10 000 mètres carrés et nous sommes 13, donc vous imaginez bien la densité. Il était important que l’équipe puisse se retrouver. Vous voyez cette tour également qui est assez particulière, c’est la préfiguration des bâtiments de l’époque, c’était presque la tendance. Vous reconnaîtrez, à travers la pyramide, le palais omnisports Paris-Bercy et la tour et le patio, c’était aussi ce qu’on a retrouvé à la BNF. Ce n’est pas forcément le bâtiment précurseur mais c’était, en tout cas, dans l’air du temps. Vous voyez le bâtiment actuellement, sa situation au sein de la vallée Maillard, les choses ont bien changé.

Un détail important que j’aime bien montrer dans ce bâtiment, c’est que vous avez cinq véhicules. Ces cinq véhicules sont lesvéhicules des archivistes qui étaient là à l’époque et qui partent en retraite cette année ou sont partis l’année dernière pour certains d’entre eux et l’année prochaine pour le dernier. C’est important de le savoir parce que c’est avec ces personnes qu’on a pu assurer cette continuité, cette connaissance de nos fonds d’archives puisque dans une entreprise, et partout ailleurs, c’est important d’avoir cette transmission de connaissances et là, pour le coup, ils ont été pour nous des acteurs extrêmement importants. Voilà quelques visions de ce bâtiment qui concourt actuellement au label « architecture du XXe siècle » pour la région Centre, qui n’est pas une sollicitation du groupe Saint-Gobain mais une sollicitation de la DRAC. C’est un bâtiment qui a une grande notoriété. Ce bâtiment a une capacité de 80 kilomètres d’archives, et est actuellement plein à 90–95 %.

C’est un bâtiment qui contient, entre autres richesses, les archives historiques du groupe. Sur les 72 kilomètres actuels, à peu près une vingtaine sont desarchives dites historiques, conservées définitivement . Nous détenons dans cet ensemble, à peu près deux kilomètres d’objets, , des affiches et autres qui occupent 400 mètres carrés dans notre bâtiment, soit 2 salles dédiées sur 18. Elles nous permettent de conserver ces éléments que vous voyez décrits, des photos, des vidéos et des échantillons de produits puisque le groupe a aussi produit beaucoup de matériaux. Il est important que nous puissions les conserver pour documenter nos dossiers, pour assurer la protection de nos droits et de notre recherche et également la manière avec laquelle nous avons communiqué sur ce produit. Vous connaissez les affiches mais nous avons aussi des plaques émaillées, des véhicules miniatures, c’est extrêmement varié.

Cela me permet de faire un lien avec une de nos contraintes qui est de restaurer et de protéger tous ces éléments. Vous imaginez bien que tous ces supports, du papier, du bois, du verre, du métal, du plâtre, sont très complexes à gérer, à conserver, à nettoyer, à traiter.  Donc nous avons des apports intellectuels complémentaires. Nous avons une restauratrice qui vient plusieurs jours par moissur le centre. Nous avons également un laboratoire d’anoxie qui est situé à Tours, qui nous permet de traiter les objets en bois que nous récupérons pour les désinfecter de manière à ne pas avoir de risques de profusion d’insectes à travers nos documents d’archives et autres objets en bois. Nous avons, en complément de ces richesses, un accroissement régulier de nos collections avec une campagne d’acquisitions : chaque année nous avons un budget et nous allons sur eBay, Le bon coin, auprès de particuliers, nous achetons de manière anonyme, parfois de manière visible parce qu’il nous est demandé d’exprimer clairement qui nous sommes etc., pour des raisons de facturation et d’assurance quand ce sont des salles des ventes un peu plus importantes. Nous avons également des contrats de dépôts extérieurs d’œuvres d’art, notamment un grand vitrail qui a été fabriqué avec un maître verrier à partir de produits Saint-Gobain et qui est actuellement déposé à proximité de Saint-Etienne, nous n’avons pas souhaité le rapatrier, il est important qu’il reste dans son contexte d’origine. Nous l’avons donc laissé sur place. Nousavons également du mobilier dans ce cadre-là et nous développons cette politique de contrats de dépôt, Blois n’étant pas appelé à devenir un musée mais plutôt un lieu de conservation et de mise à disposition. Il est quand même important que nous puissions valoriser certains objets, parfois extrêmement volumineux ou complexes à gérer, pour lesquels il est naturel de les laisser dans leur lieu d’origine.

Nous avons également une politique de prêts pour  des expositions, nous avons un mobilier qui est inscrit actuellement, nous avons la proposition de labellisation du bâtiment, nous avons fait valoriser une partie de ces œuvres à travers une exposition virtuelle pour nos 350 ans en 2015 et par ailleurs nous mettons à la disposition des chercheurs une bibliothèque extrêmement riche avec un accueil sur rendez-vous. C’est une bibliothèque qui est ouverte du lundi au vendredi pour laquelle le rendez-vous est important parce que la distance fait qu’il est nécessaire de préparer, pour tout chercheur, sa venue. Parfois nous pouvons répondre à distance et dans ces cas-là, quand nous constatons que la recherche est un peu plus importante et qu’elle nécessite du temps plutôt lié à celui du chercheur, nous l’accueillons sur site. Nous avons trois places en bibliothèque, nous avons aussi une grande salle de réunion, donc on peut aussi étendre la possibilité d’accueil si nécessaire.

Nous avons aussi une campagne ponctuelle sur certains de nos fonds, plutôt dédiée à l’interne au départ, pour que les filiales puissent réapproprier leur fonds, nous les aidons en cela. Nous avons fait les scénarios de films notamment pour les 110 ans d’une de nos marques qui s’appelle Weber et l’objectif maintenant, c’est d’aller plus loin, c’est-à-dire de faire des films ciblés sur la plupart de nos fonds de manière à les valoriser et de rendre cette campagne vidéo disponible à l’extérieur afin que les chercheurs ou même les filiales du groupe elles-mêmes puissent avoir conscience de ce que nous possédons et de ce fait avoir envie d’y accéder.

En termes d’organisation de valorisation, nous sommes filiale d’un groupe avec administrateur unique, un directeur et nous avons trois pôles :

–      Archives intermédiaires avec une dimension de collecte raisonnée auprès des services.

–      Valorisation patrimoniale avec trois personnes dédiées. Un conservateur du patrimoine qui dirige l’ensemble de cette activité et deux documentalistes, une archiviste historique Master 2 dont le rôle est le traitement des fonds et une qui est dédiée spécifiquement à la gestion des droits d’auteur puisque, lorsque vous accédez à un certain nombre d’images et d’objets, certains peuvent être couverts par les droits d’auteur, donc il est important que nous puissions gérer cela dans le cadre de notre valorisation. Ça ne se fait pas de façon libre et il faut bien l’encadrer.

–      Un projet CIFRE sur trois ans, sur les fonds des archives de la société Pont-à-Mousson, qui démarre en février prochain.

Voilà les grands axes de travail que vous avez vu à travers l’évocation de Marie puisque classiquement nous collectons, nous conservons, nous communiquons, nous valorisons et nous éliminons des archives du groupe Saint-Gobain, c’est notre mission. Pour vous donner un ordre d’idées, nous avions une centaine de recherches en 2015, nous étions autour de 120 en 2016 et actuellement nous avons à peu près une recherche par jour, sur 18–20 jours ouvrés dans un mois, c’est extrêmement variable. Ça va de la petite recherche toute simple jusqu’à des recherches plus complexes, plus structurées qui peuvent venir aussi bien de l’interne que d’autorités, que de chercheurs. C’est extrêmement large. Pour répondre un peu à votre question, nous essayons d’organiser cela parce que nous ne sommes que 13 : donc on ne peut pas répondre à tout le monde et c’est vrai que nous incitons à avoir les infos assez tôt, en amont, nous insistons aussi à structurer les choses. Il nous est arrivé d’avoir un chercheur qui nous envoie un étudiant puis un autre sur un sujet, et de nous rendre compte qu’ils viennent du même laboratoire, de dire « venez faire une réunion à Blois, organisons-nous et essayons de planifier, sur un ou deux ans, les choses ». C’est important à savoir parce que l’équipe est dédiée, en priorité, au groupe Saint-Gobain. On essaie aussi de répondre à ces demandes, d’y mettre les moyens mais ce n’est pas toujours très évident.

Je terminerai par quelques points de valorisation. Nous avons une newsletter patrimoniale qui est actuellement diffusée auprès de 25 000 personnes dans et hors le groupe, 5000 personnes hors le groupe et 20 000 en interne. Cette newsletter patrimoniale est faite mensuellement et nous diffusons l’actualité historique du groupe avec des renvois à notre expo virtuelle, etc., la prochaine étant prévue d’ici moins d’une semaine, et nous relayons ensuite sur le compte Twitter notre projet.

Cet outil numérique de communication, de valorisation patrimoniale me permet de faire la transition avec un autre sujet qui est le fait que notre groupe soit dans une situation de transition numérique, avec une démarche qui est fortement impulsée en interne mais qui est aussi le fait de notre environnement commercial, nos clients, nos fournisseurs et qui est aussi en phase avec la société. Notre rôle d’archivistes, c’est d’en prendre conscience, de s’en emparer et de faire en sorte que nous puissions préserver toutes les informations que nous collectons de façon à ce qu’elles ne soient pas perdues puisque cela nécessite un minimum d’organisation pour pouvoir les collecter et les conserver pour l’avenir.

Le symbole de ce travail pour nous, c’est un projet assez important, c’est notre nouvelle tour, le nouveau siège social du groupe Saint-Gobain, qui sera livré en 2019 et là, le service archives a un rôle très fort dans la transition numérique avec une demande de pouvoir accompagner les collaborateurs dans leur transition numérique. C’est-à-dire apprendre à gérer les documents électroniques qu’ils vont produire, à les nommer correctement, à les enregistrer correctement dans un système de façon à ce que nous puissions leur attribuer des métadonnées, notamment de conservation. Vous avez vu le calendrier de conservation que vous a montré Marie tout à l’heure, pour être sûr que les bons délais s’appliquent, que les bonnes préconisations s’appliquent de façon à pouvoir les conserver et les préserver, les communiquer pour l’avenir et les éliminer selon les formes prévues.

Dans ce cadre nous avons en appui un outil particulier qui s’appelle Darwin, qui est notre projet d’archivage électronique groupe au sein duquel, à partir de 2019, nous retrouverons l’ensemble de la description de nos archives papier et électroniques qui seront alors versées. C’est un outil mixte à valeur probatoire qui commence à être mis en production à partir de février 2018 et qui sera mis à disposition de l’ensemble du groupe à partir de 2019. Le groupe, peu à peu, basculera dans cette démarche.

Pour tout cela, en plus de cette équipe de 13 personnes, quand nous avons des projets nous avons des appuis de CDD ponctuels, le groupe veille à ce que nous ayons l’appui nécessaire. En revanche dès que le projet est terminé, nous nous replions sur notre équipe initiale de 13 CDI.

Pour tout cela, nous nous appuyons sur un réseau assez dense puisqu’à 13 personnes, vous imaginez bien qu’on serait incapable de faire tout cela. Nous avons, notamment sur la partie historique, un très fort appui d’associations que nous soutenons aussi pour certaines par le biais de mécénat, sur différents métiers : Aniche, c’est le verre, Fumel, c’est la fonte, Saint-Gobain, c’est le verre. Nous essayons d’avoir le meilleur accueil possible pour nos chercheurs en leur facilitant au plus la tâche et nous nous appuyons également sur nos collègues en région, dans le secteur des archives publiques, qui nous aident beaucoup dans certains cas pratiques et enfin nous communiquons à travers un compte Twitter pour lequel nous avons 500 abonnés, une exposition virtuelle dont je vous ai parlé tout à l’heure et notre newsletter dédiée au patrimoine.

Je vous remercie de votre attention.

Patrick Fridenson. Je vais ouvrir la discussion sur la présentation de cet exemple pionnier et leader des archives privées. Dans les lecteurs et lectrices qui viennent chez vous, combien travaillent sur Saint-Gobain et combien travaillent sur autre chose ? Pour avoir une idée du rôle de pivot qui peut être le vôtre.

Laurent Ducol. Je dirai que la logique de venir chez nous, c’est pour travailler sur Saint-Gobain, ça paraît du bon sens mais c’est quand même le principal besoin. Après, ça peut être aussi travailler dans le cadre d’un projet plus général sur le rôle de Saint-Gobain dans une démarche. Par exemple actuellement nous avons deux chercheurs qui travaillent sur le peintre Reynold Arnould, qui a travaillé notamment dans les années 60 sur la représentation de l’entreprise avec une exposition de peintures, un groupe d’entreprises qui se sont retrouvées dans les années 60, dont Saint-Gobain. Eux-mêmes venaient chez Saint-Gobain pour voir si nous avions des traces sur ce rôle notamment de l’entreprise à cette époque-là mais ensuite ils sont allés chez Total et chez les descendants, donc cela peut s’inscrire dans ce cadre-là. Il est vrai quand même que l’objectif est de travailler sur Saint-Gobain et ce n’est pas forcément à notre demande, c’est le choix du chercheur, sachant que sur ces demandes nous en avons une proportion qui vient de l’interne et une proportion qui vient de l’externe. On parle de recherche dès lors qu’on commence à avoir un sujet qui n’est pas « une question–une réponse » mais déjà un sujet plus construit, souvent à la demande de la direction générale ou d’une filiale qui demande quand même quelque chose d’assez élaboré. Le groupe est quand même essentiellement la cible de la recherche.

Roger Nougaret, BNP Paribas. Je voudrais savoir quel est le ratio de conservation d’archives historiques parce que quand j’ai débuté dans la profession, j’ai eu l’enseignement de Maurice Hamon qui était notre pape à tous et qui expliquait que les archives historiques représentaient, à l’époque, 10 % de la production de Saint-Gobain. Quand j’ai commencé, ensuite, à travailler dans la banque, je me suis aperçu que ce ratio était très désuet et on arrive à des choses comme 1 pour 1000 quand on a éliminé nos documents. As-tu constaté une évolution en ce sens-là ? La banque, c’est très particulier, c’est une industrie du papier, donc c’est un peu différent.

Laurent Ducol. Sur ma carrière, j’ai travaillé dans différents services d’archives d’entreprises. Traditionnellement on dit quand même qu’il y a deux grandes étapes dans la production d’archives : les années 60 avec l’invention du copieur et les années 80 avec la diffusion de l’informatique. Ce sont deux points importants qui ont fait que l’accroissement de la production du papier a été très forte et, de fait, la démultiplication de la même information. La deuxième chose c’est que vous avez des réglementations. Dans mon précédent poste, j’ai été chez Ernst & Young. Les IFRS (International Financial Reporting Standards) se développant par exemple à partir de 2005 et étant extrêmement productrices de papier : ce sont des normes comptables qui ont entraîné un développement du dossier des commissaires aux comptes de façon extrêmement conséquente et là, pour le coup, la production de papier est devenue énorme et dans ce cadre-là, forcément, les données éliminables à terme sont plus importantes. Quand j’ai commencé, autour des années 90, le sujet était déjà bien lancé. J’avais déjà des proportions autour de 1 à 2 % conservés. Actuellement nous avons un peu plus de 20 kilomètres d’archives historiques, c’est le résultat de la conservation depuis le XVIIIe siècle, sachant que les archives anciennes sont finalement très faibles en volume : les archives du XVIIIe représentent à peu près 100 mètres et plus on s’approche de notre époque actuelle, plus la proportion augmente, donc la proportion d’archives historiques conservées diminue. Pour vous donner un ordre d’idées, dans la distribution, nous avons Point P, Lapeyre, etc. ; si nous archivions leur production comptable de factures annuelles, il faudrait deux à trois centres d’archives de Blois. L’intérêt de garder ces monceaux de factures qui représentent simplement des masses d’achats alors que nous avons des documents centraux, des bases centrales qui nous permettent de retrouver ces quantités est faible. Dans un tel cas les proportions évoquées par Roger ne me surprennent pas du tout. Par contre plus on monte dans la production structurelle et stratégique, plus la masse conservée est importante. Ce matin nous avonsrécupéré des registres de coulées de fonte qui remontent au XIXe siècle, qui sont des mesures quotidiennes de nos coulées de fonte, la totalité de nos registres depuis la production sur le site de Fumel que nous avons cédé dans les années 80,.Là c’est sûr que c’est formidable, nous sommes est très heureux d’avoir cet ensemble qui est du terrain et du quotidien. Sur la RATP, je me souviens qu’on avait trouvé les accidents du travail depuis les années 40-45. Il est clair que quand on a une collection complète qui est ancienne, on ne s’amuse pas forcément à éliminer mais quand on est dans un flux du style factures courantes produites en 2017, on se dit qu’on ne va pas conserver ces dizaines de millions de factures, ça n’a plus de sens.

Question. Avez-vous une politique de numérisation des fonds XVIIIe et XIXe?

Laurent Ducol. Actuellement nous n’avons pas encore commencé. Le GIE Saint-Gobain Archives a connu une grande mutation avec la commémoration de nos 350 ans. Nous avons dû faire face à une demande très forte et une charge de travail très lourde.  Nous avons notamment commencéau travers de l’exposition virtuelle  projet qui nous a permis de commencer cette numérisation pour un peu moins d’un millier de documents. Pour le projet, nous avons acquis un banc de numérisation de très haute qualité. Nous nous sommes renseignés auprès de deux grands prestataires capables de faire ce type de travail. A terme, nous avons pour projet de numériser nos archives de la glacerie, des archives qui remontent au XVIIIe siècle qui sont le registre du conseil par exemple et là, une fois que ce sera fait, il faudra évidemment les mettre en ligne, les indexer, etc., temps que l’on n’a pas actuellement. L’objectif est de se dire que si on le fait, derrière il faut tout de suite qu’on puisse mettre en avant les choses et les mettre en valeur. Cependant pour l’instant on n’a pas posé de jalons pour le faire. Par contre on sait quelle est la charge de travail : on a 30 000 pages sur ce travail, et ce que l’on sait aussi, c’est qu’il ne faut surtout pas avoir trop de temps entre l’instant de numérisation et l’instant de mise en ligne parce que la technologie avance tellement vite qu’on risque de rater quelque chose à la numérisation et de devoir peut-être revenir en arrière sur certains aspects. Nous préfèrons essayer d’avoir un projet concret sur une période courte pour le faire, pour avoir une valorisation très rapide à la suite. Ce n’est pas au programme de 2018 puisque le programme de 2018, c’est notre transition numérique, préparer l’avenir et s’assurer en revanche que ces fonds-là sont bien protégés pour cette numérisation. Je pense que c’est un sujet sur lequel on arrivera à partir de 2019 raisonnablement.

Patrick Fridenson. Juste un mot additionnel en écho de ce qu’a dit Laurent Ducol. Dans l’exposition virtuelle qui est en ligne, il y a une reconstitution 3D sur la base de documents, d’objets et d’acteurs qui ont été numérisés pour jouer le rôle des ouvriers et des contremaîtres, qui est une présentation sur ce que sont les conditions de travail dans les années 1770-1780 à la glacerie de Saint-Gobain : à la fois sur le plan de ce que peut donner une recherche et comme message en direction des étudiantes et des étudiants, c’est une très belle réussite.

Laurent Ducol. Cette exposition a occupé pas mal du temps d’une partie de notre équipe, (quatre personnes pendant 18 mois lui ont été dédiées). C’est-à-dire recherches dans les documents, déplacement sur le site de Saint-Gobain dans l’Aisne et traduction sous format 3D de processus industriels datannt dela veille de la Révolution. Vous allez voir parcourir un espace, vous allez voir une coulée en table dans le temps réel, le verre qui était porté en fusion et puis verser sur une table qui permettait de faire ces grandes glaces et donc là, vous avez le processus qui est parfaitement illustré avec des personnages. L’équipe a fait les dialogues etc., ce sont des projets qui nous ont pris beaucoup de temps et qui sont très réalistes quant au travail de cette époque.

Question. J’ai une question un peu terre-à-terre. La dernière fois que je suis allé voir les archives de Saint-Gobain à Blois, je confesse que ça doit faire près de 10 ans, j’ai souvenir que c’était payant pour les chercheurs, un prix modique, est-ce que c’est toujours le cas ?

Laurent Ducol. Actuellement c’est gratuit. C’était peut-être les copies qui étaient payantes mais l’accès est gratuit. Par contre il vous faut en revanche planifier votre visite. Nos services, ce sont les membres du GIE qui les payent. Ce sont des clients internes, 17 maisons-mères qui nous versent un prix au mètre linéaire d’archives versées chaque année et dans ce prix, nous leur assurons le conseil jusqu’à la valorisation ou l’élimination. Dans cette valorisation, par exemple nous avons cinq jours ouvrés qui nous permettent de leur préparer un produit qui peut être un scénario de film, etc. et par ailleurs leurs filiales versent également des archives qui représentent les trois quarts des versements annuels et là, pour le coup, ils payent un loyer moins cher mais n’ont pas de valorisation et l’ensemble nous permet de faire fonctionner le GIE. Après on refacture des projets en interne et sur l’externe, nous avons a de temps en temps des opportunités de facturer quand on est face à des chaînes publiques par exemple ou des chaînes privées qui souhaitent faire un reportage, mais c’est très à la marge. En revanche, si le faisons, c’est parce que d’une part cela permet de canaliser les choses et d’autre part, le sujet prenant de l’ampleur, je pense que c’est important aussi pour nous d’essayer d’avoir d’autres ressources . Nous trouvons intéressant d’initier cette démarche.

Actuellement nous n’avons pas ce problème, donc l’accès est gratuit au centre d’archives, vous avez la possibilité de faire des photos, sans flash, la possibilité de faire des copies. Nous avons égalementa un office sur place, donc les personnes peuvent éventuellement amener un déjeuner .

Question. Comment gérez-vous les archives qui sont générées par les filiales internationales d’un grand groupe comme Saint-Gobain qui est une multinationale elle-même ?

Laurent Ducol. Je n’ai peut-être pas précisé au début que notre mission est de gérer le périmètre France. Par contre à l’occasion des 350 ans et des outils de dématérialisation que l’on met en place, nous avons amorcéune enquête pour savoir comment cela se passe dans nos filiales. Certaines sont entrées dans le groupe très récemment et d’autres de façon très ancienne. Nous savons par exemple Norton dispose d’un musée aux États-Unis. Donc peu à peu nous commencons à avoir une vu un peu moins parcellaireden la situation dans les filiales. Nous ne sommes pas appelés à aller intervenir à l’extérieur pour collecter les archives. Par contre nous aurons probablement à terme une dimension de conseil et notamment dans le projet d’archivage électronique Donc de fait, notre travail actuellement est plus de savoir comment ça se passe pour essayer d’impulser des choses mais c’est assez lacunaire pour l’instant. Nous travaillons plutôt avec les services de communication par exemple qui veillent à nous envoyer beaucoup d’informations sur les plaquettes produits notamment. Pour le marketing et la com, ça marche bien, on a un bon retour. Pour le reste, le groupe a une tradition très décentralisée et chaque société veille à ce que ce soit fait correctement, les audits internes étant là pour rappeler qu’il faut faire les choses conformément aux règles et aux lois. Par contre sur la partie patrimoniale, c’est là qu’on aurait un rôle fort à jouer.

AG, Table ronde et prix AFHE le 27 novembre 2017

Chères et chers collègues,

Voici le dernier rappel pour l’AG de l’AFHE, la table ronde sur les archives (qui sont dans l’actualité !) et la remise du prix AFHE / BNP Paribas.

Merci à ceux qui ont déjà répondu. Les autres peuvent encore le faire ici :

https://docs.google.com/spreadsheets/d/13Ecyeecz6QOHr6DTyu5ayJ0LzU_3GZpC4MOGlLDz3GY/edit?usp=sharing

Tout se déroulera dans l’auditorium situé dans les locaux de BNP-Paribas 14 rue Bergère 75009 Paris

15h15-16h15 : AG (rapport moral, rapport financier…)

16h15-18h15 : table ronde relatives aux archives économiques et financière organisée par Patrick Fridenson.

Il s’agira de présenter les politiques de traitement et de valorisation des fonds et les perspectives de développement, les relations avec les historiennes et historiens de l’économie et le rôle du numérique.
Nous avons invité quatre intervenants, représentant les 4 principaux types de services d’archives qui nous concernent :

 

Raphael Baumard directeur adjoint des Archives nationales du monde du travail
Laurent Ducol directeur des Archives de Saint-Gobain
Marie Laperdrix chef du Service des archives économiques et financières
Emmanuel Rousseau directeur du département des publics aux Archives Nationales

 

18h30 : remise du prix de AFHé-BNP Paribas à partir de 18h30 en présence de M. Lemierre, Président de BNP-Paribas

La remise du prix sera suivie par un cocktail offert par BNP Paribas.

Venez nombreux !

Sincères salutations,

Guillaume Daudin

Convocation AG AFHE

Chères adhérentes, chers adhérents,
L’Assemblée Générale annuelle de notre Association se tiendra le samedi 19 novembre prochain de 8h30 à 9h45, à Toulouse (Maison de la Recherche, Amphi F 417), dans le cadre du Colloque International triennal dont vous trouverez ci-joint le programme en version doc., la version PDF étant disponible au lien suivant:
L’AG se déroulera selon l’ordre du jour suivant:
1. Rapport financier
2. Rapport moral
3. Élection et renouvellement du Comité Directeur
4. Questions diverses.
Au nom du Bureau, je souhaite attirer votre attention sur l’élection et sur le renouvellement des instances qui auront lieu au cours de l’Assemblée, selon les modalités qui vous seront très prochainement précisées par le message du Secrétaire général de l’AFHE. L’acquittement de sa cotisation pour l’an 2016 est la condition nécessaire pour participer au vote, et nous vous rappelons l’importance de votre contribution pour une Association comme la nôtre, qui finance l’ensemble de ses initiatives uniquement grâce aux cotisations des adhérents.
Dans le souhait de vous voir nombreux à Toulouse, nous vous invitons à diffuser le plus largement possible l’annonce du colloque de l’Association,
Bien cordialement,
Cecilia D’Ercole
Présidente de l’AFHE

Assemblée générale annuelle de l’AFHE : 4 décembre 2015 de 9h à 10h

Chères et chers adhérents de l’AFHE,

L’Assemblée Générale annuelle de notre association se tiendra le vendredi 4 décembre 2015 de 9h à 10h dans l’Auditorium de BNP Paribas, 14 rue Bergère, 75009 Paris (métro Bonne Nouvelle).

L’ordre du jour est le suivant:

1. Rapport financier.
2. Rapport moral.
3. Informations et questions diverses.

L’Assemblée Générale aura lieu cette année dans un cadre particulier, à savoir la célébration du cinquantenaire de la fondation de l’Association, en mai 1965. Continuer la lecture de Assemblée générale annuelle de l’AFHE : 4 décembre 2015 de 9h à 10h

Assemblée générale extraordinaire de l’AFHE : 7 avril 2015 de 14h00 à 15h00

Chères et chers adhérents,

Les nouveaux statuts et le nouveau nom de votre association – AFHE Association française d’histoire économique – ont été adoptés lors de l’assemblée générale du 5 décembre 2008 tandis que son domicile a été transféré au 190-198, avenue de France, 75013 Paris lors de l’assemblée générale du 1er décembre 2011. Vous trouverez ci-dessous les extraits des Comptes-rendus de ces deux assemblées générales ainsi que les statuts. Continuer la lecture de Assemblée générale extraordinaire de l’AFHE : 7 avril 2015 de 14h00 à 15h00

Assemblée générale annuelle de l’AFHE : 23 octobre 2014 de 9h à 10h

Chères et chers adhérents de l’AFHE,

Nous tiendrons notre Assemblée Générale annuelle le 23 octobre prochain de 9h à 10heures, à l’adresse suivante:

CASC des ministères économiques et financiers, 139 rue de Bercy, 75012 Paris
métro: Bercy ou Gare de Lyon
Attention: une pièce d’identité vous sera demandée à l’entrée pour avoir accès aux locaux. Continuer la lecture de Assemblée générale annuelle de l’AFHE : 23 octobre 2014 de 9h à 10h

Votes pour l’AG de l’AFHE du 5 octobre 2013

Mesdames et messieurs, chers membres de l’AFHE,

Vous trouverez dans ce message d’importantes informations concernant les votes de l’assemblée générale de notre association qui doit avoir lieu le 5 octobre 2013 à Roubaix, aux Archives nationales du monde du Travail de 9h à 10h30.

Renouvellement du comité directeur de l’AFHE, vote du rapport moral et du rapport financier.

Conformément aux statuts de notre association (article X), le comité directeur est renouvelé tous les trois ans. Vous trouverez ci-dessous la liste des candidats. Continuer la lecture de Votes pour l’AG de l’AFHE du 5 octobre 2013

Compte rendu de l’AG de l’AFHE du 12 décembre 2012

Compte rendu de l’Assemblée Générale de l’Association française d’histoire économique du 12 décembre 2012  

(une version PDF du document plus visible notamment concernant les tableaux du rapport financier est disponible en cliquant ici)

Présents : Patrice Baubeau, Fabrice Boudjaaba, Valérie Burgos, Frédéric Clavert, Natacha Coquery, Agnès d’Angio Barros, Cecilia d’Ercole, Xavier Daumalin, Sabine Effosse, Claire Lemercier, Nicolas Marty, Michèle Merger, Roger Nougaret, Laure Quenouelle-Corre, Catherine Verna, Pierre Vernus.

Absents excusés : Gérard Béaur, Jean-Claude Daumas, Guillaume Daudin, Laurent Feller, Danièle Fraboulet, Hervé Joly, Patrick Fridenson, Jean-François Eck Continuer la lecture de Compte rendu de l’AG de l’AFHE du 12 décembre 2012

Motions AG de l’AFHE du 12 décembre 2012

Chers adhérents,

Lors de notre prochaine assemblée générale, ce mercredi 12 décembre à 14h, deux motions seront soumises aux votes, la première concernant le remplacement d’un membre du comité directeur (suite à la démission de Pierre-Cyrille Hautcoeur, élu récemment président de l’EHESS), la seconde concernant le renouvellement des instances de l’AFHE à l’automne 2013. Je vous prie de bien vouloir prendre connaissance des deux textes, ci-dessous. Continuer la lecture de Motions AG de l’AFHE du 12 décembre 2012

Le numérique: de nouvelles façons d’écrire l’histoire ? (AG du 12 décembre)

La table ronde, organisée par Frédéric Clavert (Centre virtuel de la connaissance sur l’Europe, Luxembourg) et Claire Lemercier (CNRS, Centre de sociologie des organisations) dans le cadre de l’AG annuelle de l’AFHE proposera une discussion entre quatre intervenant.e.s et avec la salle, centrée sur deux enjeux de l’histoire économique numérique :
  • la formation:
    • quelle alphabétisation aux nouvelles pratiques numériques pour nos étudiant.e.s, mais aussi pour nous-mêmes?
    • quelles relations entre historien.ne.s, informaticien.ne.s et autres spécialistes ?
  • l’écriture en ligne, particulièrement le « blogging scientifique » :
    • quels apports pour l’enseignement secondaire et supérieur, la recherche et les circulations entre eux ?
    • quels liens avec les formes plus classiques de publication et de discussion scientifique ?

Les intervenants seront:

  • Ingénieure de recherche, Martine Sonnet (Institut d’histoire moderne et contemporaine, CNRS), est spécialiste d’histoire des femmes et du genre. Elle anime notamment le séminaire « Femmes au travail, questions de genre XVe-XXe siècles », qui est associé à un carnet de recherche: http://fht.hypotheses.org/. Martine Sonnet tient également un blog personnel: « L’employée aux écritures » (http://www.martinesonnet.fr/blogwp/).
  • Doctorant à l’EHESS, Émilien Ruiz termine une thèse sur la question des effectifs de l’État dans la France du XXe siècle (dir. Marc Olivier Baruch). Avec Franziska Heimburger (EHESS), il anime « La Boîte à outils des historiens » (http://www.boiteaoutils.info/), blog créé pour accompagner et prolonger une formation de Master aux outils informatiques pour les historiens. En outre, Émilien a créé le carnet de recherche « Devenir historien.ne » (http://devhist.hypotheses.org) L’objectif de ce carnet est d’accompagner les historien-ne-s en devenir dans la découverte de méthodes de travail qu’il leur faudra maîtriser pour leurs premières recherches.
  • Enseignant en lycée, Benoît Kermoal mène une thèse sur le sujet: « Violences, guerre et paix dans les pratiques militantes socialistes (Bretagne, première partie du XXe siècle – dir. Christophe Prochasson) ». Pour accompagner ses recherches et l’écriture de sa thèse, Benoît Kermoal a ouvert le carnet de recherche Enklask (enquête) – http://enklask.hypotheses.org/
  • Daniel Letouzey est un des enseignants qui ont milité en faveur d’un usage raisonné de l’ordinateur au lycée en HG (cf la carto statistique, de Logicarte à Géoclip). Il a participé à la création de H-Français, une des listes de diffusion hébergées par le serveur H-Net. Dans la revue Historiens & Géographes, depuis deux septennats, la Chronique internet témoigne des activités développées par nos collègues, assure une veille documentaire et un suivi des débats suscités par les technologies éducatives. Clioweb, un portail indépendant et réactif, prolonge ce travail artisanal, individuel et collectif, mené dans la durée. Une revue de presse quotidienne s’intéresse à l’actualité de l’histoire et de la géographie scolaires.

La table-ronde sera présidée par Claire Lemercier (Directrice de recherche, Centre de sociologie des organisations) qui travaille sur les institutions économiques et les relations entre régulations publiques et privées en France, XIXe-XXe siècles. Elle anime avec Claire Zalc le séminaire Quanti IHMC sur les méthodes quantitatives en sciences historiques (http://www.quanti.ihmc.ens.fr/).

La table-ronde sera animée par Frédéric Clavert (Docteur en histoire contemporaine), coordinateur du « Digital Humanities Lab » du Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (Luxembourg, http://www.cvce.eu) et organisateur de la série de conférences « Digital Humanities Luxembourg » (http://www.digitalhumanities.lu). »

Écouter la table ronde

Enregistrement audio sur archive.org (le fichier est téléchargeable, environ 15 Mo ; l’enregistrement dure 2h05)

Quelques liens utiles à propos du thème de la table ronde

Continuer la lecture de Le numérique: de nouvelles façons d’écrire l’histoire ? (AG du 12 décembre)

Assemblée générale annuelle de de l’AFHE : 12 décembre 2012 de 14h à 17h

Logo de l'AFHE

L’Assemblée générale de l’Association française d’histoire économique aura lieu le mercredi 12 décembre dans l’après-midi.

Lieu

Au Centre de sociologie des organisations, 19 rue Amélie, 75007 Paris. Métro La Tour-Maubourg ; plan du quartier – sonner à la porte ; la salle de séminaire est accessible par la première porte à gauche en entrant

Continuer la lecture de Assemblée générale annuelle de de l’AFHE : 12 décembre 2012 de 14h à 17h

Compte-rendu de l’AG de l’AFHE du 1er décembre 2011

Compte rendu de l’Assemblée Générale de l’Association française d’histoire économique du 1er décembre 2011

Excusés : Laurent Feller, Georges Gallais-Hamonno, Pierre-Cyrille Hautcœur, Jean Heffer, Catherine Vuillermot.

Étaient présents : Mathieu Arnoux, Patrice Baubeau, Gérard Béaur, Sophie Chauveau, Anne Conchon, Natacha Coquery, Guillaume Daudin, Xavier Daumalin, Jean-François Eck, Sabine Effosse, Cécilia d’Ercole, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson, Joseph Goy, Jérôme Jambu, Corine Maitte, Nicolas Marty, Liliane Pérez, Catherine Verna, Thierry Robin, Guillaume Kerouredan. Continuer la lecture de Compte-rendu de l’AG de l’AFHE du 1er décembre 2011