Tous les articles par Nicolas Marty

Nicolas Marty Professeur des Universités histoire Contemporaine, Catedràtic d'història contemporània Université de Perpignan, Universitat de Perpinyà

Quelques nouvelles de Weboeconomia et de la revue Œconomia – Histoire / Epistémologie / Philosophie

Chers lecteurs,

 

Quelques nouvelles de Weboeconomia

et de la revue Œconomia – Histoire / Epistémologie / Philosophie

Dernières publications de la section Weboeconomia Book Review Online:

 

Steven J. Brams, Game Theory and the Humanities. Bridging Two Worlds. (par John L. Casti)

John E. king (ed.), The Elgar Companion to Post-Keynesian Economics. (par Guglielmo Forges Davanzati)

Serge Audier, Néolibéralisme(s). (par Raphaël Fevre)

David S. Landes, Joel Mokyr, and William J. Baumol (eds), The Invention of Enterprise : Entrepreneurship from Ancient Mesopotamia to Modern Times. (par Robert F. Hébert)

Regina Grafe, Distant Tyranny : Markets, Power and Backwardness in Spain, 1650-1800. (par José Jurado-Sánchez)

 

Karl Polanyi, La subsistance de l’homme. La place de l’économie dans l’histoire et la société (Introduction and translation by Bernard Chavance). (par Jean-Michel Servet)

 

 

Appels à contributions

Economics and Literature: beyond praise and disparagement (rappel de la date limite : 1st November 2012)
 

Année 2012

Nous avons le plaisir de vous annoncer le sommaire du numéro de septembre 2012 de Oeconomia – Histoire/Epistémologie/Philosophie:

 

Sommaire | Contents

 

Pedro Teixeira

Mark Blaug (1927-2011), Polymath Economist and Historian of Ideas

 

Ariane Dupont-Kieffer

Ragnar Frisch’s “Circulation Planning”: An attempt at Modelling General Equilibrium

 

Claire Silvant

L’école libérale française et la question du bimétallisme (1865-1885). Enjeux économiques et politiques de la controverse

 

Arnaud Diemer et Hervé Guillemin

AdamSmith et la physique de Newton

 

Jeffrey T. Young

Andrew Skinner, the Glasgow Edition, and Adam Smith

 

Revue des livres | Book Review

Comptes rendus | Reviews

 

Nicolas Barbaroux

David Stasavage, States of Credit: Size, Power and the Development of European Polities

 

Ai-Thu Dang

John Locke, Écrits monétaires

 

Guglielmo Forges Davanzati

Daniele Besomi (ed.), Crises and Cycles in Economic Dictionaries and Encyclopaedias

 

Alan Kirman

Peter Leeson, The Invisible Hook. The Hidden Economics of Pirates

 

Frederic S. Lee

Donald W. Katzner, At the Edge of Camelot: Debating Economics in Turbulent Times

 

Dominique Torre

Perry Mehrling, The New Lombard Street: How the Fed Became a Dealer of Last Resort

 

Jack Vromen

Robert H. Frank, The Darwin economy: Liberty, Competition, and the Common Good

 

 

Numéros déjà parus

Les sommaires complets pour 2011 et 2012, ainsi que les résumés des articles, sont consultables sur le site de l’éditeur NecPlus

 

 

Pour les auteurs

Nous rappelons les auteurs qu’Œconomia accepte les soumissions d’article au format .doc ou .tex. Les utilisateurs de LateX peuvent télécharger sur le site un style bibliographique adapté à la charte éditoriale de la revue, à la rubrique Authors Guidelines

 

 

Au nom de toute l’équipe de la revue Oeconomia, je vous souhaite bonne lecture.

 

Jean-Sébastien Lenfant

 

-- 
Jean-Sébastien Lenfant
Professor of Economics, Université Lille 1
Chief Editor of Oeconomia

Parution de l’ouvrage : Jean-Claude Daumas (ed.), L’histoire économique en mouvement : entre héritages et renouvellements, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2012, 406 p.

Jean-Claude Daumas (éd .), L’Histoire économique en mouvement entre héritages et renouvellements, Lille, Presses du Septentrion, 2012. Temps, espace et société, Collection « Histoire et civilisations » dirigée par Michel Leymarie 16 x 24 cm – 406 pages ISBN 978-2-7574-0376-1 Code 1351

Parution septembre 2012, 30 €

 

 


L’ouvrage est issu des travaux du Réseau thématique pluridisciplinaire CNRS « Histoire économique » :

Résumé de l’ouvrage : 

L’histoire économique ne jouit plus aujourd’hui en France du prestige qui était le sien du temps de Braudel et de Labrousse, mais loin d’être le refuge d’une poignée de nostalgiques, elle ne cesse de se renouveler . Fruit d’une initiative du CNRS, ce livre s’interroge sur sa situation actuelle et ses perspectives de développement, et présente des travaux qui, au niveau international, sont en train de renouveler l’histoire économique et représen- tent autant de défis pour les historiens français .

 

Sommaire de l’ouvrage

Première partie

L’histoire économique en France aujourd’hui

 

–        J.-C. Daumas : Où va l’histoire économique en France aujourd’hui ? Tendances, enjeux, propositions

–        M. Arnoux : Regards rétrospectifs

–        R. Descat : Un point sur l’histoire économique de l’Antiquité

–        L. Feller : Histoire du Moyen Age et histoire économique

–        D. Terrier avec la collaboration de Ph. MInard et C. Maitte : L’histoire du commerce et de l’industrie à l’époque moderne : entre héritage assumé et pistes nouvelles

–        G. Béaur : Histoire économique et histoire des campagnes : le renouveau d’un paradigme ?

–        A. Chatriot et C. Lemercier : Institutions et histoire économique

–        P. Baubeau et P.C. Hautcoeur : L’histoire bancaire, monétaire et financière française depuis 1980

–        J.-C. Daumas : La Business history à la française : deux ou trois choses que je sais d’elle

–        C. Diebolt et J.-L. Demeulemeester : Quo vadis ? Quel futur pour l’histoire économique en France ? Réflexions et recommandations par deux économistes

–        M. Margairaz : Histoire économique et sciences sociales : alliance, cohabitation, confrontation ?

–        L. Fontaine : L’histoire économique et sociale : autour des changements de paradigmes

–        C. Belfanti : L’histoire économique italienne à la recherche d’une nouvelle identité

–        Y. Cassis : L’histoire économique française vue d’ailleurs

 

Deuxième partie

L’histoire économique vue d’ailleurs

 

–  K. Pommeranz : Repenser le changement économique de longue durée : la Chine, l’Europe et l’histoire économique

–  P. Vries : Un monde de ressemblances surprenantes

–  M. Berg : Les siècles asiatiques de l’Europe. Asie, luxe et approches nouvelles de la révolution industrielle

–  L. Palermo : Développement et crise dans une économie pré-industrielle : monnaie et crédit en Europe à la fin du Moyen Age

–  R. Congost : Les pauvres peuvent-ils s’enrichir ? Une autre façon d’interroger la courbe de Kuznets

–  M. Kelly et C. O Grada : Population et niveau de vie dans la longue durée : l’histoire quantitative se mesure à Malthus

Albert-Buisson, un destin au XXe siècle (1881-1961) Essai sur une prodigieuse réussite sociale française Charles-Albert LUCAS Pierre PASCALLON

ALBERT-BUISSON (1881-1961) retient l’attention par sa trajectoire sociale, la variété et le niveau élevé des responsabilités professionnelles qu’il a occupé. Personnage historique de second plan, il se situe au tout premier rang de ce second plan avec on peut donc l’assurer un véritable destin au XXe siècle.

Fils d’un sabotier d’Issoire (Puy-de-Dôme), après des études de pharmacie, il crée son laboratoire (Théraplix). Poursuivant un double cursus universitaire, il est docteur en droit.

Il intervient en politique : directeur de cabinet de Clémentel, (ministre des Finances – 1924-25), maire d’Issoire (1925), sénateur du Puy-de-Dôme (1937). Il assume également des responsabilités financières: président de la BNFCE (1925-30), il est chargé ensuite de créer la BNCI (1931-35).

Poursuivant sa carrière dans l’industrie, il devient président de Rhône-Poulenc (1935-59), tout en restant à la tête de Théraplix et en siégeant dans les conseils d’administration de grandes sociétés. Pendant la seconde guerre mondiale, il adopte une démarche personnelle qui l’éloigne de P. Laval dont il était un intime avant guerre.

Juge consulaire (1913), il devient président du Tribunal de Commerce de la Seine (1930-34) et donne à cette fonction un tel lustre qu’elle lui permet d’entrer à l’Académie des Sciences morales et politiques (1936). Il poursuit ensuite un cursus académique : Secrétaire perpétuel des Sciences morales, premier Chancelier de l’Institut de France (1953), élu à l’Académie française (1955).

Personnage complexe, Albert-Buisson allie une ductilité de comportement à une fermeté sur les principes et les valeurs qu’il a choisis : libéralisme politique et économique, fidélité à la République.

 

Charles-Albert LUCAS, 64 ans, diplômé de l’IEP de Paris, a eu une carrière variée qui l’a mené de la politique, secrétaire parlementaire et élu local, aux activités commerciales les plus variées (édition, finance). Il a choisi, en 2000, de consacrer, sous la direction du professeur Christophe BOUNEAU (Bordeaux 3), une thèse d’histoire économique contemporaine à Albert-Buisson qui est aussi son grand-père. Il a également collaboré au Dictionnaire historique des patrons français.

 

Pierre PASCALLON, 69 ans, est à la fois universitaire et homme politique : Professeur agrégé de Faculté en sciences économiques et sociales à Clermont-Ferrand, il sera l’un des vice-présidents de l’université. Maire d’Issoire (1984-2008), député (1986-1993), conseiller général du Puy-de-Dôme (1992-2004), il a souhaité initier et consacrer lui-même des travaux à Albert-Buisson dont il a occupé le même fauteuil de premier Magistrat de la Cité de St-Austremoine pendant près de vingt ans.

Relevé des décisions du Comité directeur (4 juin 2012)

Point 1. Congrès 2013 : adoption de l’appel à communication  et de la composition du conseil scientifique

a)  L’AAC  sera envoyé le 15 juin 2012

b) Composition du conseil scientifique. 

Le comité scientifique est constitué à ce jour de Patrice Baubeau, Gérard Béaur, Natacha Coquery, Danielle Fraboulet, Patrick Fridenson, Gabriel Galvez-Béhar, Pierre-Cyrille Hautcœur, Jean Heffer, Jérôme Jambu, Nicolas Marty, Michèle Merger, Matthieu de Oliveira, Béatrice Touchelay ainsi que d’un membre de la direction de l’IRHiS Lille 3. Le comité scientifique sera complété par des personnalités du monde académique français et international qui seront divulguées après le 15 juin 2012 Continuer la lecture de Relevé des décisions du Comité directeur (4 juin 2012)

CONGRES AFHE 2013 AAC L’ÉCHEC A-T-IL DES VERTUS ÉCONOMIQUES ? APPEL À COMMUNICATION

Congrès de l’Association Française
d’Histoire Économique

4 et 5 octobre 2013

Université Lille 3

 

L’ÉCHEC A-T-IL DES VERTUS ÉCONOMIQUES ?

 

APPEL À COMMUNICATION

 

 

 

À l’occasion de son Congrès 2013, l’AFHE propose de s’intéresser aux vertus économiques de l’échec et de contribuer ainsi à combler une lacune de l’historiographie. Afin de mieux saisir l’esprit de ce colloque, nous lançons trois pistes autour du thème retenu : anticiper, faire face, surmonter.

Les propositions de communication pourront porter aussi bien sur des exemples précis que sur des analyses plus générales, des époques anciennes aux sociétés contemporaines, couvrir tous les continents, tous les types d’acteurs : gouvernements, entrepreneurs, associations, individus. Les propositions devront être adressées au comité scientifique du Congrès pour le 15 septembre 2012 au plus tard et comprendre le titre de la communication, un résumé en français de 3 000 caractères espaces compris, l’institution d’appartenance et un bref CV du ou des auteurs. Les propositions complètes sont à adresser à afhe.association@gmail.com.

 

 

L’historiographie abonde de succès, de réussites et de conquêtes, au risque d’oublier les échecs, tout aussi nombreux, qu’ils soient humains, financiers, commerciaux, stratégiques, technologiques ou politiques. Les travaux d’histoire économique et sociale, lorsqu’ils s’intéressent à cette question, ne réussissent pas toujours à en dévoiler les ressorts et les conséquences. Au-delà de la légende de Bernard Palissy ou de la mode contemporaine de la sérendipité, l’échec ne serait-il qu’un succès différé, une preuve d’héroïsme technique et économique ? Est-il synonyme de fin ou de terminus pour l’historien ? Comment ce dernier le perçoit-il et l’analyse-t-il, en regard des enjeux qui lui sont propres ? Et quels sont, pour les contemporains, les éléments qui permettent d’en comprendre la réception, l’analyse et la sanction ? Faut-il y voir la source des efforts d’autres agents, une simple étape au sein d’un processus d’innovation ?

 

Ces problèmes, et bien d’autres, questionnent notre rapport à l’échec, que l’on soit acteur ou historien. Faire varier les échelles d’analyse – temporelle, spatiale et sociale – peut aider à en révéler les multiples dimensions. Peut-on envisager qu’un abandon dans le temps court suscite des adaptations ultérieures et/ou débouche sur une réussite à plus long terme ? Que doivent les grandes découvertes aux échecs européens en Méditerranée orientale ? La diffusion de la pomme de terre dans l’alimentation humaine résulte-t-elle de la succession des disettes ? Comment analyser les nombreuses tentatives de lancer des automobiles électriques, leurs échecs commerciaux, et les progrès techniques ainsi réalisés ?

Ces quelques exemples illustrent la nécessité de préciser l’échelle à laquelle on constate l’échec, avant d’en tirer les conséquences, d’autant que l’échec des uns forge parfois le succès des autres. Peut-on même en envisager les retombées imprévisibles, pas nécessairement négatives, que l’on se place au niveau des individus, des familles, des sociétés ou de l’humanité toute entière, voire articuler ces différents niveaux, en interrogeant par exemple l’histoire coloniale ou l’implantation des multinationales ?

 

1. Anticiper

Du point de vue économique et social, l’échec apparaît autant une sanction de l’action que de l’inaction. Certes, les entrepreneurs savent qu’ils peuvent se trouver confrontés à des difficultés, passagères ou durables, sectorielles ou générales, conjoncturelles ou structurelles, internes ou extérieures, et dont le degré de gravité peut mener à la faillite. Mais comment doivent-ils envisager les risques, s’y préparer, tenter d’en cerner les contours, les manifestations et les conséquences afin, le cas échéant, d’en atténuer les effets, voire de les circonvenir ?

Cette capacité de réflexion stratégique, qu’elle s’exerce sur le court, le moyen ou le long terme, caractérise notamment l’acteur institutionnel ou public : n’est-il pas le mieux à même d’envisager et de coordonner les intérêts particuliers selon un objectif commun ? Si l’appréhension et l’anticipation des risques et opportunités dépendent du contexte, comment prendre ce dernier en compte et échapper à la myopie d’acteurs situés, aux biais culturels, aux pesanteurs diverses ? N’est-ce pas d’ailleurs par référence au contexte que les acteurs tentent de prendre de la hauteur en se référant au passé ou au voisin, en utilisant les outils d’analyse et de comparaison disponibles, en anticipant coûts et attentes ?

 

2. Faire face

Lorsque pointe l’échec, plusieurs options s’ouvrent : c’est l’heure des choix. Faut-il choisir une gestion prudente, ou bien procéder à des ajustements limités en graduant la réponse ? Quand les difficultés s’intensifient, que l’échec devient manifeste, les choix se radicalisent : doit-on réorienter l’activité et se faire plus offensif, au risque parfois de la fuite en avant, ou au contraire abandonner un créneau, un projet… L’échec peut ainsi alimenter le repli et le conservatisme aussi bien que l’innovation et la prise de risques.

L’échec entraîne souvent une remise en question, qui ne va pas de soi : explorer ses causes semble parfois plus difficile que de les nier, de trouver des excuses, ou d’accabler un bouc émissaire. Si la remise en cause est une vertu possible de l’échec, quels en sont les lieux et les outils ? Comment et pourquoi interviennent institutions arbitrales ou judiciaires, écoles et universités, parlements et groupes professionnels, experts et auditeurs ? Plus largement, quels sont les rôles de l’opinion publique et le sens de l’action étatique ? Enfin, parce que l’échec force à choisir, il entraîne des bifurcations qui peuvent illustrer, modifier ou renforcer des phénomènes de dépendance de sentier, portant sur les spécialisations productives, les formes institutionnelles ou les dynamiques sociales : de la faillite d’une firme au déclin des empires, quelle part attribuer aux accidents ou aux blocages institutionnels ?

 

3. Surmonter

Quelle attitude adopter une fois l’échec matérialisé ? Renoncer, persévérer, utiliser ? Le renoncement même ne doit-il pas être nuancé ? Ne faut-il pas aussi en mesurer le sens et le poids, d’abord en envisageant les alternatives possibles, ensuite en évaluant qui en paye le prix ? Les sanctions symboliques ou matérielles associées à l’échec et leur répartition entre familles, organisations ou nations, loin d’être neutres, ne contribuent-elles pas à éclairer ses causes et ses conséquences ?

La persévérance suppose que l’action menée était la bonne, mais qu’un aléa ou une erreur a mené à l’échec : en modifiant le projet initial, en réorientant l’action, peut-on le surmonter ? En sens inverse, la persévérance découle-t-elle de l’absence d’autres solutions, d’impossibilités techniques, sociales ou politiques, ou encore du caractère inconcevable de toute alternative ?

L’utilisation de l’échec, enfin, peut-elle révéler une logique, au moins implicite, d’essai-erreur, écarter les acteurs de la voie dans laquelle ils s’engageaient, entraîner les stratégies vers d’autres horizons ? Certains échecs ne conduiraient-ils pas alors à des bénéfices individuels ou collectifs, révélant leurs conséquences positives à plus long terme, selon le régime de l’action inattendue, qui guide à leur corps défendant les acteurs soumis à des contraintes qui les dépassent.

 

 

 

 

Comité d’organisation :

P. Baubeau (U. Paris Ouest, IDHE), N. Coquery (U. Lyon 2, LArhra), G. Galvez –Béhar (U. Lille 3, IRHiS), J. Jambu (U. Lille 3, IRHiS), N. Marty (U. Perpignan, CRHISM), M. de Oliveira (U. Lille 3 – IRHiS), B. Touchelay (U. Lille 3 – IRHiS)

AAC : 15ème colloque international Etienne THIL sur le commerce et la distribution, novembre 2012

 

 

         15ème Colloque International Etienne THIL sur le Commerce et la Distribution,

29 et 30 novembre 2012

Colloque Doctoral, 30 novembre 2012 après-midi

« Ch’Thil Tour », 28 novembre 2012 (places limitées)

 

Lille

 

APPEL A COMMUNICATION

 

 

La pensée d’Etienne THIL, praticien et théoricien de la révolution du commerce moderne, a profondément marqué le secteur de la distribution. Le colloque qui porte son nom se veut le forum annuel de tous les professionnels et universitaires passionnés par l’étude et les mutations du commerce.

 

Créé en 1998 par l’association « Rencontres E.Thil Université-Commerce », ce colloque met  l’accent depuis l’origine sur la transdisciplinarité et la communication entre le monde de l’entreprise et le monde académique. La richesse des échanges provient du dialogue entre les universitaires, qu’ils soient gestionnaires, économistes, sociologues, géographes, historiens, juristes, scientifiques et experts des nouvelle technologies et les managers et dirigeants, qui chaque jour imaginent et construisent le commerce de demain.

 

Cette 15ème édition se déroule à Lille dans les locaux de l’IAE, en partenariat, pour la deuxième année consécutive, avec le PICOM, pôle de compétitivité des industries du commerce (www.picom.fr). Cet engagement témoigne de la vocation  du PICOM à développer l’innovation compétitive dans le secteur de la distribution par la collaboration entre la recherche et les entreprises

 

Le Comité d’organisation regroupe autour de l’association Etienne Thil et du PICOM des établissements reconnus pour leur activité dans le domaine de la distribution, tant en formation qu’en recherche :

–     l’IAE de Lille et le laboratoire LEM de l’Université de Lille1

–     l’IMMD, Institut du Marketing et du Management de la Distribution, de l’Université de Lille2

 

A côté des sessions de présentation de travaux académiques classiques, le colloque de cette année mettra en place, sous l’égide du PICOM, des sessions de présentation de travaux de recherche plus particulièrement destinées aux managers, en raison du caractère appliqué des thèmes étudiés et de la volonté des auteurs d’avoir un échange avec les praticiens sur leur résultats.

 

Dans la même perspective de favoriser un lien précoce entre entreprises et jeunes chercheurs, un colloque doctoral aura lieu le vendredi 30 après-midi. Ce colloque, multidisciplinaire dans l’esprit des Rencontres Etienne Thil, sera soutenu par le centre de recherche en gestion de l’Université Paris-Dauphine, DRM, et associera également le PICOM et la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers. Il permettra aux  doctorants d’avoir dès le début de leurs recherches des retours d’entreprises sur leur travail.

 

Enfin, sous le patronage de la MSHS de Poitiers, des ateliers spéciaux seront animés par les historiens et les sociologues du commerce et de la consommation. Une place particulière sera là encore donnée aux « facteurs critiques » d’évolution des clients et consommateurs, identifiés par les travaux du PICOM dans sa « feuille de route » 2012-2014 , et qui nécessite un éclairage mutualisé des sciences humaines.

 

Thèmes des communications souhaitées


Nous vous invitons à développer des perspectives originales et multidisciplinaires sur les thèmes suivants dans le registre de la distribution (cette liste est non limitative) :

 

MARKETING

·    les expériences et comportements des consommateurs sur le lieu de vente

·    La relation client sur le point de vente et le rôle du vendeur dans une stratégie multicanale

·    La promotion des ventes, les techniques de recrutement et de fidélisation

·    Les relations industrie-commerce, le category management, le merchandising, la gestion des MDD

 

MANAGEMENT

·    Les pratiques managériales : audit social et gestion des RH dans le commerce

·    Le management des canaux de distribution

·    La dimension internationale de la distribution

 

INNOVATION

·    Les nouvelles technologies dans la distribution et leur appropriation par les clients (RFID, réalité augmentée, vitrines et interfaces intelligentes, technologies d’encaissement automatisées, intégration des réseaux sociaux…)

·    L’innovation dans la distribution (concepts réels ou virtuels, services…)

·    Le rôle des réseaux sociaux dans la distribution : quelle place pour le commerce dans ces réseaux ?

 

AXES SOCIETAUX

·    Distribution et développement durable

·    Les modes de consommation et d’achat alternatifs (désintermédiation…)

·    La place du consommateur dans la construction de l’offre (participation du client)

·    L’émergence de l’économie servicielle : du produit vendu au service rendu

·    Les cultures de consommation

 

SCIENCES HUMAINES

·    L’histoire du commerce et des consommations

·    Les aspects juridiques dans le commerce

·    Le commerce et les politiques d’aménagement du territoire

 

Prix et valorisation des communications

 

Comme chaque année, des prix seront remis aux meilleures communications pour récompenser d’une part

–        La meilleure communication jeune chercheur (chercheur de moins de 30 ans et/ou ayant soutenu une thèse au cours de l’année précédente) : Prix « Geneviève Thil »

–        La communication ayant le plus grand intérêt managérial pour les entreprises : Prix « Dia Mart »

 

« Ch’Thil Tour : Lille, berceau de l’innovation en distribution » le 28 novembre (places limitées)

 

Cette année sera proposée, en prélude au colloque, une journée de visite des points de vente les plus innovants de la métropole lilloise. En présence bien entendu de managers qui les décrypteront. Une occasion unique de voir à l’œuvre les concepts testés par de nombreuses enseignes dans cette région toujours à la pointe de l’innovation commerciale.

 

Calendrier

 

La procédure de soumission pour les papiers de recherche est la suivante :

  

  • Envoi des communications complètes avant le 20 septembre 2012. en format Word sur la plateforme http://thil2012.sciencesconf.org/

Les auteurs qui souhaitent voir leurs communications présentées dans des sessions de recherche particulièrement adressées aux managers doivent le signaler sur la page de garde. Seules ces communications seront susceptibles de recevoir le prix « Dia Mart ».

  • De la même manière, les chercheurs souhaitant postuler pour le prix jeune chercheur « Geneviève Thil » doivent également le notifier sur la page de titre de l’article.
  •  Retour aux auteurs avec les avis du comité scientifique au plus tard le 30 septembre 2012.
  • Les communications retenues, publiées dans les actes du colloque, peuvent être rédigées en français ou en anglais. Les auteurs doivent se conformer aux instructions aux auteurs du journal Décisions Marketing (http://www.revue-dm.org/instructions.html). Nous attirons l’attention des auteurs sur la nécessité de développer particulièrement les résultats et les implications opérationnelles de leur recherche, le colloque ayant pour vocation d’intéresser également des professionnels du secteur (managers, professionnels du conseil et des études marketing, etc.). Dans cet objectif, les auteurs ajouteront en complément de la 1ère et 2ème page (cf. instructions aux auteurs de Décisions Marketing), une 3ème page constituée d’un résumé managérial d’une page, en prenant exemple sur les résumés du Journal of Retailing.

 

La procédure de soumission pour le colloque doctoral est légèrement différente :

 

  • Envoi d’un résumé de la recherche doctorale en 7 pages maximum hors bibliographie ainsi que d’un court CV. Le processus d’évaluation n’est donc pas anonyme. Le résumé doit montrer comment la thèse se positionne par rapport à la littérature existante, indiquer l’ancrage théorique choisi, les choix méthodologiques effectués ou à effectuer ainsi qu’une liste des questionnements en cours du doctorant. Ce colloque est une opportunité unique pour les doctorants de présenter devant d’autres doctorants et enseignants-chercheurs de disciplines différentes, ainsi que devant des professionnels de la distribution. Il est donc essentiel que le résumé soit accessible pour des non-spécialistes du domaine. Ce résumé sera envoyé avant le 15 juin 2012 en format Word sur la plateforme http://thil2012.sciencesconf.org/

 

  • Le retour aux candidats sera envoyé le 30 juin 2012.

 

Comité scientifique

 

Sous la présidence de Valérie RENAUDIN, Université Paris-Dauphine, le Comité scientifique est composé par les past-présidents du Colloque Etienne Thil et les fondateurs :


Olivier BADOT – ESCP-EAP, François BOBRIE – IAE Université de Poitiers, Natacha COQUERY, Université de Lyon 2;  Sandrine CADENAT – UPEC, Gérard CLIQUET – Université de Rennes I, Enrico COLLA – Negocia, Jean-Claude DAUMAS, Université de Franche-Comté, Véronique des GARETS – Université de Tours, Jean-Yves DUYCK – Université de La Rochelle, André FADY, Université de Rennes I, Marc FILSER – IAE  Université de Dijon, Francis GUILBERT – IAE Université de Lille I, Marie-Louise HELIES-HASSID – Université Paris-Dauphine, Gilles PACHE – Université de Montpellier I, Suzanne PONTIER – UPEC, Patrick NICHOLSON – Université de Lille II, Pierre VOLLE – Université Paris-Dauphine.

 

Et par tous les membres cooptés par les présidents, qui chaque année, par leurs relectures, contribuent à la qualité des travaux du Colloque.

Comité de pilotage du colloque à Lille

Présidé par Francis Guilbert, Professeur des Universités, IAE de Lille 1, et constitué de : François Bobrie et Jean-Yves Duyck pour l’Association Etienne Thil, de Patrick Brunier,  Secrétaire Général Entreprises et Cités du PICOM ; d’Isabelle Collin-Lachaud, Maître de Conférences HDR à l’IMMD-Lille 2 et de Sylvain Willart, Maître de Conférences à l’IAE de Lille 1.

 

 

Le notaire et l’histoire dans l’espace Pyrénées Méditerranée : Histoire méridionale et archives notariales à l’époque moderne (25 mai) ; Els capítols matrimonials al nord de la Catalunya moderna ; Les contrats de mariage au nord de la Catalogne moderne (31 mai). CRHiSM EA 2984, Université de Perpignan

 Le notaire et l’histoire dans l’espace Pyrénées – Méditerranée

CRHiSM EA 2984, Université de Perpignan Via Domitia

Séminaire du Vendredi 25 mai 2012, salle du CRHiSM, Université de Perpignan Via Domitia.  Histoire méridionale et archives notariales à l’époque moderne, bilans et perspectives.    

Séminaire organisé par Jean-Luc Laffont, Université de Perpignan, CRHiSM.

Depuis la fin des années 1960, les modernistes français se sont fait une spécialité de l’exploitation des archives notariales. Les chercheurs se sont plus particulièrement investis dans ce vaste chantier, car ils ont pu bénéficier du formidable legs documentaire accumulé depuis la fin du XIIe siècle par les innombrables notaires des anciens pays de droit écrit. A travers leur multiplicité et leur diversité, les actes notariés ont ainsi alimenté bien des secteurs de l’histoire des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles durant le demi siècle qui vient de s’écouler. Leur étude ne manque pas également de se diffuser à l’histoire contemporaine.

 

14 heures. Introduction : Nicolas Marty, Directeur du CRHiSM EA 2984, Jean-Luc LAFFONT, Maitre de confèrences histoire moderne, Université de Perpignan Via-Domitia.

– Archives notariales et histoire de l’art moderne méridional, par Julien LUGAND, maître de conférences en Histoire de l’Art moderne, Université de Perpignan-Via Domitia

– Archives notariales et histoire du paysage. Un éclairage du Languedoc méditerranéen à l’époque moderne, Sylvain OLIVIER, doctorant CRHQ, chercheur associé au CRHiSM, chargé de cours, université de Perpignan-Via Domitia 

– Sources fiscales et notariales méridionales de l’époque moderne; quelles convergences d’exploitations, Marc CONESA, maître de conférences en Histoire moderne, Université Paul Valéry-Montpellier III

– L’histoire des protestants méridionaux à travers le prisme notarial, Françoise MOREIL, maître de conférences en Histoire moderne, Université d’Avignon 

– Histoire de la famille et archives notariales à travers le cas catalan, par Joan Peytaví DEIXONA , professeur des universités, philologue, historien, Université de perpignan-Via Domitia, Institut d’Estudis Catalans, Barcelona.  

16h30 Séance collective / table ronde, discussions.

 

Ω

Jeudi 31 mai 2012, Journée d’étude / Trobada : Els capítols matrimonials al nord de la Catalunya moderna ; Les contrats de mariage au nord de la Catalogne moderne, Bibliothèque de Section histoire histoire de l’art, université de Perpignan Via Domitia, Universitat de Perpinyà

Journée d’étude organisée par Joan Peytaví Deixona (Université de Perpignan Via Domitia) et Rosa Ros Massana (Universitat de Girona)

Les communications sont soit en catalan, soit en français.

Il s’agit de faire le point sur le document historique que constitue le contrat de mariage tant sur le fond que sur la forme dans l’espace Perpignan-Gérone à l’époque moderne –avec une comparaison avec l’espace occitan voisin.  L’accent sera mis d’une part sur les contrats de mariage d’un point de vue typologique à travers les trois siècles modernes et le début du temps contemporain, en suivant le rythme des tournants de l’époque (XVIe/1659-1660/1714-1716/Révolution française) et d’autre part sur les contrats comme éléments et sources de l’histoire.

10 :                 Obertura de Nicolas Marty, director del CRHisM, degà de la facultat de lletres

10.10 :            Introducció  / Introduction.

Joan Peytaví Deixona : objectiu  de la trobada / Objectif de la rencontre

Rosa Congost : presentació Llibre UdG 2010.

10.30 :             Llorenç Ferrer (Universitat de Barcelona) : Capítols i història de la família, contrats de mariage et histoire de la famille

10.45 :             Rosa Congost (Universitat de Girona) : Desigualtats socials a través dels capítols, inégalités sociales à travers les contrats de mariage

11.00 :            Preguntes / Questions

11.15 :            pausa

11.30 :             Christophe Juhel (Université de Toulon) : Les changements juridiques dans les contrats roussillonnais avant et après 1659-1660.

11.45 :             Rosa Ros (Universitat de Girona) : Capítols i història de les dones. Girona 1700-1860 ; Les contrats et l’histoire des femmes, Gérone, 1700-1860.

12.00 :            preguntes  / Questions

14.30 :            Jean-Luc Laffont (UPVD – CRHiSM) : Les contrats dans le Toulouse moderne

14.45 :            Patrice Poujade (UPVD – CRHiSM) : Les contrats et le monde marchand languedocien

15.00 :             Joan Peytaví Deixona (UPVD – CRHiSM / IEC): Els capítols dels immigrants occitans a la Catalunya moderna, les contrats des immigrants occitants dans la Catalogne moderne

15.15 :            preguntes / questions

15.45 :            pausa

16.15 :             Julien Lugand (UPVD) : Les contrats dans le monde artistique roussillonnais moderne

16.30:              Lídia Torra (Universitat de Barcelona) : El mercat del treball a Sabadell (1500-1800). Una aproximació a través dels capitols. Le marché du travail à Sabadell (1500-1800) : une approximation à travres les contrats.

 

16.45 :            preguntes / Questions.

17.00 :            conclusions : Rosa Ros Massana / Joan Peytaví Deixona

Final Symposium : ANR Emballages et conditionnements alimentaires 1850-2000, Collioure 19 et 20 mars 2012

Programme ANR Emballages et conditionnements alimentaires 1850-2000

Final Symposium

Collioure 19 et 20 mars 2012

 

The Final Symposium will take place March 19-20, 2012, in Collioure, Chapelle du Château royal, University of Perpignan Via Domitia (France)

 

in the framework of the  ANR Program and with the support of :

Université de Perpignan Via Domitia, CRHiSM (EA 2984);
Ecoles des Hautes études en sciences sociales, CRH
Université François Rabelais Tours, LEA (EA 6294)
Université Bordeaux 3, Maison des Sciences de l’homme d’Aquitaine, CEMMC (EA 2958)
Conseil Général des Pyrénées-Orientales

 

Participants

Karin Zachmann, professeur, Fachgebiet für Geschichte der Technik /Munich Center for Technology in Society TUM, c/o Deutsches Museum

Jean Pierre Williot, professeur, université François-Rabelais Tours, L’équipe alimentation (EA 6294 )

Alexandre Teyssier, docteur en histoire, université François-Rabelais, Tours, L’équipe alimentation (EA 6294 )

Claude Riss, ancien responsable de Pechiney World Trade (PWT)

Per Østby, professeur, Centre for Technology and Society Department of Interdisciplinary Studies of Culture, Norwegian University of Science and Technology, Trondheim

Nicolas Marty, professeur, université de Perpignan Via Domitia, CRHiSM (EA 2984)

Corinne Marache, maître de conférences, université Michel de Montaigne Bordeaux 3, CEMMC (EA 2958)

Florence Hachez-Leroy, IUF, maître de conférences, université Lille Nord de France, Centre de Recherches Historiques, EHESS/CNRS (UMR CRH 8558)

Marc de Ferrière, professeur, université François-Rabelais Tours, président de l’IEHCA, L’équipe alimentation (EA 6294 )

Carole Carribon, maître de conférences, université Michel de Montaigne Bordeaux 3, CEMMC (EA 2958)

Christophe Bouneau, professeur, université Michel de Montaigne Bordeaux 3, directeur Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, CEMMC (EA 2958)

Christine Bouneau, professeur, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, CEMMC (EA 2958)

Guyonne Blanchy, docteur en histoire, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, CEMMC (EA 2958)

 

 

L’entrée est libre, l’inscription est souhaitée auprès de Nicolas MARTY  nicomar@univ-perp.fr

 

Emballages et conditionnements alimentaires 1850-2000

Lundi 19 mars 2012, Monday, March 19, 2012

10:00. Welcome and introduction. Marc de Ferrière, Florence Hachez-Leroy, Nicolas Marty

10:15-12:30. Session 1/ Glass Trajectories – Trajectoires du verre.

Christophe Bouneau, « Les trajectoires d’innovation de la bouteille de vin en France du XVIIIe au XXIe siècle : la construction sous tension d’un système d’emballage et de conditionnement alimentaires – The Innovation Trajectories of the Wine Bottle in France: the Construction under Tension of a System of Food Packaging and Conditioning (18th, 21th centuries) »

Guyonne Blanchy, « La trajectoire de l’emballage du vin en Argentine – The Trajectory of Wine Packaging in Argentina »

Alexandre Teyssier, « Le verre à l’épreuve des évolutions des emballages alimentaires au cours des années 1960 – The Glass confronted with Evolutions of Food Packaging during the 1960’s. »

Discussion

12h30-14h Pause déjeuner

14:00-17:30. Session 2/ Alimentation, technologie et confiance – Food, Technology and Trust Round table, Summing up

 

Les progrès dans les techniques de production, de conservation et de préparation des aliments ont considérablement modifié les modes de consommation alimentaires depuis le 19e siècle. L’évolution radicale de la mobilité nationale et intercontinentale a permis l’organisation de flux de denrées périssables comme de longue conservation de plus en plus importants. L’introduction de produits alimentaires nouveaux et de cultures innovantes a renouvelé les habitudes de consommation de l’ensemble de la population. Dans ce mouvement d’innovations successives et combinées, les questions de sécurité alimentaire sont devenues des enjeux essentiels afin de garantir la santé des consommateurs. Elles concernent tout autant le contenu des assiettes que les contenants qui permettent de les acheminer et de les conserver, ou les techniques de conservation et de cuisson. La confiance est alors un élément central du jeu des acteurs qui surgit  avec plus d’acuité lors de chaque crise, de celle de la vache folle au bisphénol dans les biberons. Outre la perspective d’une publication, l’atelier se donne pour tâche d’approfondir la réflexion autour de ces questions et des collaborations possibles à l’échelle internationale.

Advances in techniques of production, conservation and food preparation have significantly altered the food modes of consumption since the 19th century. The radical shift in national and intercontinental mobility has allowed the organization of flows of perishable goods like long conservation increasingly important. The introduction of new food products and innovative cultures has renewed the habits of the whole of the population. In this movement of successive and combined innovations, the food safety issues became essential challenges in order to ensure consumers health. They relate to as much the contents of the plates that the containers which make it possible to convey them and to preserve them, or conservation and cooking techniques. The trust became a central element of the acting that emerges with more acuity in every crisis, of that of the mad cow to Bisphenol A in the baby bottles. Besides the project of a publication, the workshop is given for task to organize the reflection around these questions and collaborations possible with the international scale.

 

 

Mardi 20 mars 2012 – Tuesday, March 20, 2012

 

9h-10h. Session 3/ Emballages, produits, mobilité – Packing, products, mobility

Corinne Marache, « Les paniers paysans au XIXe siècle :  Fabrication, types et usages d’un objet majeur de l’emballage, du transport et du conditionnement alimentaire » The peasants baskets  in the nineteenth century : Manufacture, types and uses of a major object of the packaging and food transportation.

Jean-Pierre Williot, « Le rail et l’emballage : de l’avarie à la norme 1946-1960 – Rail and Packaging: from the Damage to the Standard 1946-1960 »

Nicolas Marty, « Le rôle de l’emballage dans la diffusion d’un produit : le cas de l’eau embouteillée en Europe – The Role of Packaging in the Distribution of a Product: the Case of Bottled Water in Europe »

 

10:00-12:00. Session 4/ Emballage et innocuité – Packing and Food Risk.

Florence Hachez Leroy, « Emballage et risque alimentaire : du débat scientifique à la polémique publique, 19e-20e s. – Packing and Food Risk: Scientific Debate vs Public Polemic, 19th-20th »

Témoin : Claude Riss, ancien Responsable de PWT (Pechiney World Trade), Pechiney, l’emballage alimentaire et la question du risque alimentaire

Discussion / Round Table.

 

12:00 – 13:30 pause déjeuner – lunch

 

13:30-16:30 Session 5/ Bilan, publications, prospectives – Summing up, Publishing, further work

 

 

 

EA 6294 LÉA / L'Equipe Alimentation

Relevé des décisions du Comité directeur (31 janvier 2012)

Le comité directeur de l’AFHE s’est réuni le mardi 31 janvier 2012 de 14h30 à 17h30 à la direction de la communication du groupe BNP PARIBAS, 16, Rue de Hanovre, 75 002 Paris.

Membres excusés : Xavier Daumalin, Guillaume Daudin, Jean-Claude Daumas, Pierre-Cyrille Hautcœur, Corine Maitte, Catherine Verna, Pierre Vernus.

Membres présents : Mathieu Arnoux, Patrice Baubeau, Gérard Béaur, Fabrice Boudjaaba, Sophie Chauveau, Natacha Coquery, Sabine Effosse, Cecilia d’Ercole, Jean Heffer, Laurent Feller, Danielle Fraboulet, Patrick Fridenson, Jérôme Jambu, Hervé Joly, Nicolas Marty, Michèle Merger. Continuer la lecture de Relevé des décisions du Comité directeur (31 janvier 2012)