Tous les articles par laureqc

Appel à contributions pour le colloque Les préfets dans la « modernisation » de la France, 1953-1972, Paris, novembre 2017

Appel à contributions pour le colloque
Les préfets dans la « modernisation » de la France, 1953-1972
Paris, novembre 2017

Majoritairement composé d’universitaires, le Comité pour l’histoire préfectorale du ministère de l’Intérieur a pour mission de mettre en œuvre et de financer des manifestations de tous ordres visant à favoriser les travaux de recherche universitaire sur le rôle des préfets et des préfectures depuis la création de cette fonction par le Consulat, au tout début du dix-neuvième siècle.

C’est ainsi qu’en 2016 il a organisé trois rencontres scientifiques, à Lyon (janvier), Caen (mai) et Paris (octobre) sur le thème « Préfets et préfectures durant la Seconde Guerre mondiale ». Significatif de sa volonté de rapprocher les mondes, si cloisonnés dans notre pays, des chercheurs et des décideurs est le fait que trois des communications du colloque de Paris furent prononcées par des membres du corps préfectoral.

Dans le même ordre d’idées se tiendra à Paris, à l’automne 2017, un colloque, co-organisé avec le Centre de Sociologie des Organisations (UMR 7116 CNRS/Institut d’études politiques de Paris), consacré au rôle des préfets dans ce qu’il est convenu d’appeler les politiques de modernisation conduites par la Quatrième République puis par la Cinquième République gaullienne.

Sans que ces dates aient à être considérées comme intangibles, les bornes chrono­logiques envisagées à ce stade iraient de 1953 à 1972 : la première vit édicté le décret du 26 septembre 1953 réformant les pouvoirs des préfets, celle de fin correspond tant à la loi créant les établissements publics régionaux – en choisissant donc de ne pas faire de la région une collectivité territoriale de plein exercice – qu’au début de la mise en œuvre du Sixième Plan (1971-1975), dont les objectifs ambitieux de développement industriel et de rééqui­librage Paris-Province se brisèrent sur le choc pétrolier de 1973 et la crise économique mondiale qu’il engendra.

Choisir de travailler ainsi sur une durée moyenne, en s’affranchissant des segmentations de l’histoire politique constitutionnelle, vise à tenter de se replacer dans les logiques internes au corps préfectoral, à mi-chemin de la longue durée des carrières – rappelons, à titre de symbole, que dans le gouvernement que constitue le général de Gaulle en juin 1958 le ministère de l’Intérieur est confié au préfet de la Seine Émile Pelletier, qui occupa son premier poste dans la préfectorale en 1920, sous la Troisième République, et accéda, pour un bref temps il est vrai, aux fonctions de préfet régional sous Vichy – et du temps court de la décision administrative et du calendrier politique, ce dernier particulièrement instable sous la Quatrième République.

La prise en compte de ces deux décennies informe également sur la gestion du corps, dont on entend faire un axe fort du colloque. En 1953 en effet, on peut considérer comme achevée la phase de remise en ordre née de l’épuration et du renouvellement des personnes grâce à l’entrée d’hommes issus de la Résistance au sein du corps préfectoral. En 1972, ce dernier voit sa physionomie largement modifiée par l’accès massif aux postes préfectoraux des anciens élèves de l’ENA. Rappelons à cet égard qu’un matériau pratiquement inédit reste à exploiter avec les rapports et comptes rendus que les élèves de cette école rédigent à l’issue de leur stage en préfecture, ensemble qui permet de lire près de soixante-dix ans d’histoire administrative de l’organisation territoriale du pays.

De la même manière que les rencontres de 2016 portaient chacune le nom d’une figure importante mais méconnue du ministère de l’Intérieur durant la période concernée (Édouard Bonnefoy à Lyon, Pierre Daure à Caen, Adrien Tixier à Paris), le colloque de 2017 se veut aussi hommage à Stanley Hoffmann (1928-2015), politiste franco-américain dont les travaux pionniers se proposant d’aller, dès 1963, à la recherche de la France, ont inspiré plusieurs générations de chercheurs résolus à mieux comprendre les mécanismes de fonctionnement de la machinerie politico-administrative française. Une ou plusieurs communications relatives à l’œuvre de S. Hoffmann seront ainsi les bienvenues.

Les autres pourraient porter – sans que la liste figurant ci-dessous soit limitative – sur :

1/ Sources et matériaux

Les sources papier : archives publiques, fonds privés

Quelles sources audio-visuelles ? (INA)

Les campagnes de témoignages oraux recueillis, paroles d’acteurs encore vivants

Les recherches menées à l’époque (commissions du Ve Plan, lien entre administration et recherche)

Travaux d’histoire économique, d’histoire urbaine (Groupe d’études des villes nouvelles)

2/ Portrait d’un corps

Le service des préfets au sein de l’administration centrale et les modalités de gestion du corps

Réformes statutaires et mouvements préfectoraux

Étude de cohortes et analyses des effets de générations (Résistance, l’expérience algérienne, montée en puissance des élèves de l’ENA, l’impact de mai 68, etc.)

Construire sa carrière (parrainage d’élus puissants, passage en cabinet, sillage de hauts fonctionnaires influents, etc.)

Adapter le corps à ses tâches nouvelles : diversification du recrutement, formation, etc.

Au sein du corps : les « grandes figures » et les autres

3/ Ministère de l’Intérieur et corps préfectoral face aux réformes institutionnelles

La réformes de 1964 : les partenaires institutionnels et leurs stratégies

Le chemin tortueux et inachevé vers la régionalisation

Acteurs centraux : de Gaulle, Pompidou, Guichard, Monod et leurs collaborateurs

Acteurs locaux : que faire des /comment faire avec les « barons » locaux ?

4/ Les préfets, bras armé de la modernisation des territoires ?

Qu’est-ce que la « modernisation » ? grammaires et rhétoriques de l’action préfectorale

Préfets et services extérieurs des ministères : résistances et collaboration

Unicité du modèle administratif, diversité des réalités territoriales (ville/campagne, Paris/province, nord/sud, plaine/montagne, etc.)

Repenser l’aménagement des territoires, repenser l’organisation des préfectures

Gérer les tensions dues à la modernisation (grèves, agitation rurale, etc.)

Modalités de l’appel à contributions

Les personnes intéressées par ces thèmes et disposées à intervenir lors de ce colloque, qui se tiendra en novembre 2017[1] à Paris, sont invitées à se faire connaître en adressant avant le 31 janvier 2017 un CV résumé, ainsi qu’une courte note (1.500 à 2.500 signes) précisant le titre et un résumé de leur proposition d’intervention, à :

– Mme Catherine Grémion, directrice de recherches émérite au CNRS, coordinatrice scientifique du colloque : c.gremion@cso.cnrs.fr

– M. Marc Olivier Baruch, vice-président du comité pour l’histoire préfectorale, directeur d’études à l’EHESS : baruch@ehess.fr

Les propositions seront évaluées par un comité scientifique composé de Mmes et MM. Marc Olivier Baruch (EHESS-CRH), Emmanuel Bellanger (CNRS-CHS), Olivier Borraz (CNRS-CSO), Violaine Challéat-Fonck (Archives nationales), Alain Chatriot (Sciences Po-CHSP), Olivier Dard (Université Paris IV-SIRICE), Florence Descamps (EPHE), Jean-Pierre Duport (ACPHFMI), Catherine Grémion (CNRS), Patrick Le Lidec (CNRS-CEE), Pierre-André Peyvel (Comité pour l’histoire préfectorale), Jeanne Siwek-Pouydesseau (CNRS).

Séminaire à Paris Diderot : 18 nov. 2016 – « Politiques et pratiques de la restauration « –

 

Dans le cadre du « Séminaire L’expérience des techniques : collections, reconstitutions, savoirs et savoir-faire », la séance du 18 novembre 2016, 14h.-17h. sera consacrée aux Politiques et pratiques de la restauration.

Intervenants : Rémi Catillon, Musée des arts et métiers et Laurent Rabier, Musée de l’air et de l’espace

Université Paris Diderot, salle 103, bâtiment Olympe de Gouges.

Organisateurs : Marie-Sophie Corcy, Christiane Demeulenaere-Douyère, Liliane Hilaire-Pérez, Valérie Nègre, Marie Thébaud-Sorger, Céline Trautmann, Fabien Simon, Koen Vermeir

Soutiens institutionnels : Centre Alexandre Koyré (UMR 8560), CEREG (EA 4223, Université Paris 3), ICT (EA 337, Université Paris 7), Master Histoire et Civilisations comparées de l’université Paris 7, Master LOPHISS de l’université Paris 7, Mention de Master « Histoire des sciences, technologies et sociétés » de l’EHESS, SPHERE (UMR 7219).

 

Parution : « L’Europe technicienne, XVe-XVIIIe siècle » – Artefact, n°4

SOMMAIRE du numéro 4  d’Artefact (PUR)

Synthèses historiographiques

  • Histoire économique et histoire des techniques (XVe-XVIIIe siècle), Liliane HILAIRE-PÉREZ et Catherine VERNA
  • L’objet comme document. Culture matérielle et cultures techniques, Gianenrico BERNASCONI
  • Histoire de l’art, histoire de l’architecture et histoire des techniques (Europe, XVe-XVIIIe siècle), Valérie NÈGRE
  • Archéométrie et histoire des techniques : les procédés direct et indirect en sidérurgie (XIVe-XVIIe siècle), Philippe DILLMANN et Maxime L’HÉRITIER
  • Le carrefour thérapeutique: médecine, techniques et pouvoirs dans l’Europe moderne, Christelle RABIER

Études de cas

Mécaniciens et ingénieurs

  • L’École d’ingénierie scénique de Giulio Parigi (1608-1680), Viktoria TKACZYK
  • Produire une élite savante et technicienne à l’École du génie de Mézières : dispositions techniques et scientifiques des élèves ingénieurs, Sébastien PAUTET
  • Mechanics of patronage: Christopher Polhem and the changing regimes of the Swedish state (1680-1750), Jacob ORRJE

Le livre technique

  • Maîtriser l’eau et gagner des terres au XVIe siècle. La poldérisation au prisme du Tractaet van Dyckagie d’Andries Vierlingh, Raphaël MORERA
  • Olivier de Serres et son Théâtre d’agriculture, Hélène VÉRIN
  • La traduction des ouvrages des ingénieurs : stratégies d’auteurs, pratiques de libraires et volonté des princes (1600-1750), Michèle VIROL

Les techniques du corps

  • Inventer une technique scripturaire au XVIIIe siècle : la « Chorégraphie ou l’art de décrire la dance », Marie GLON
  • Tracer le monde : outils et instruments de la Renaissance aux Lumières, Audrey MILLET

Lieux de savoir

  • Mesurer le temps en mer : instruments, voyages et échelles des mondes ibériques au XVIe siècle, Leonardo Ariel CARRIÓ CATALDI
  • La Tour de Londres au XVIIe siècle, un lieu de savoir, Aurélien RUELLET
  • Les fontainiers français des jardins de la Granja de San Ildefonso (1721-1772), Sophie OMÈRE

Les techniques dans la Grande Divergence : une lecture

  • Technology and technical knowledge in the debate about the « great divergence », Marcus POPPLOW
  • Religion and technological development in China and Europe between about 700 and 1800, Karel DAVIDS

Collections techniques et patrimoines

  • D’Azincourt à Marignan. Chevaliers et bombardes, 1415-1515. Regard sur l’exposition, Catherine CARDINAL
  • Une mise en lumière des mutations militaires de la fin du Moyen Âge, Antoine LEDUC
  • Le musée de la Nacre et de la Tabletterie, un conservatoire du savoir-faire, Catherine CARDINAL
  • La tabletterie sous l’Ancien Régime, entre Paris et Méru, François KEEN
  • Tabletiers-éventaillistes dans la région de Méru au XIXe siècle, Georgina LETOURMY-BORDIER
  • Les livres de fête (XVIe-XIXe siècle) dans les collections Jacques-Doucet : représentations et artifices du pouvoir, Lucie FLÉJOU
  • Les marbres : noblesse de la matière, heureuses « curiosités » de la nature, Sophie MOUQUIN
  • James Cox’s Silver Swan. An eighteenth century automaton in the Bowes Museum, Roger SMITH
  • Le banc d’orfèvre du prince électeur Auguste de Saxe (1526-1586) au Musée national de la Renaissance, Catherine CARDINAL
  • Le patrimoine technique de l’époque moderne, aperçu d’un monde en transition, Michel COTTE

Actualités de la recherche

  • L’exploitation des aluns méditerranéens dans l’Europe de la Renaissance, Didier BOISSEUIL

Comptes rendus de lecture

 

Table ronde : L’histoire fait-elle vendre? A Paris-Est Créteil les 18 et 19 novembre

L’histoire fait-elle vendre ? C’est la question à laquelle réfléchiront les participants à la table-ronde internationale organisée à l’Université Paris-Est Créteil les 18 et 19 novembre, par le Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée et le Master d’Histoire de l’UPEC-Mention Histoire Publique avec le soutien de l’IUF.

 

Présentation :

L’histoire publique, la Public History, a à voir avec des pratiques de l’histoire qui dépassent les cercles académiques. Si ces pratiques répondent à une demande forte des publics pour des récits historiques accessibles, compréhensibles, attrayants voire ludiques, elles se traduisent également en consommation de biens culturels (cinéma, télévision, musées, jeux, radio, livres…) s’appuyant sur l’histoire. De la même façon, les entreprises peuvent exploiter, pour leur communication institutionnelle, l’histoire de l’entreprise ou de ses produits. Il nous faut donc d’abord confirmer l’hypothèse selon laquelle l’histoire attire. Et, si elle fait vendre, à quelles conditions ? Ce sont là les principaux thèmes que nous aborderons dans une perspective de comparaison internationale.

Programme ci-dessous ou téléchargeable sur le site du CRHEC.

Bien à vous,

Virginie Mathé.

Vendredi 18 novembre (UPEC – Salle des thèses)

10h Présentation : Catherine Brice (UPEC)

10h15 Serge Noiret, European University Institute (Florence), Fédération internationale d’Histoire publique.

À quoi sert la fédération internationale d’histoire publique ?

10h45 Ruth ben Ghiat, New York University, Department of Italian Studies et CNN.

Le fascisme fait-il vendre ? L’histoire publique en Italie

11h15 Marie Ansar, Service Ville d’art et d’histoire, Direction des affaires culturelles, Beauvais.

L’impact du label Ville d’art et d’histoire sur le tourisme de Beauvais

11h45 Marie-Noëlle Polino, Rails et histoire.

L’historien d’entreprise face aux risques venus du présent

12h15 Thomas Cauvin, Université de Louisiane à Lafayette, Fédération internationale d’histoire publique.

Enseigner une histoire utile? Les programmes universitaires nord-américains et l’histoire publique

13h Discussion

 

14h30 Jean-Louis Voisin, UPEC

Le site d’Alésia, enjeux historiques et économiques, politiques et touristiques

15h  Hilaire Multon, directeur du Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye-

Entrez dans votre histoire ! La stratégie de programmation du Musée d’archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain en Laye

15h30 Julien Caporal, Manzalab.

Serious games et histoire : une synergie intéressante ?

16h30 Theckla Keuck, Geschichtsbüro Reder, Roesling & PrüferComment le Geschichtsbüro Reder, Roesling & Prüfer pratique-t-il l’histoire appliquée ?

17h Olivier Thomas, revue L’Histoire

Les revues d’histoire grand public en France : un modèle fragile ?

17h30 Emmanuel Laurentin, France Culture,

Atouts et écueils de l’histoire à la radio : la Fabrique de l’Histoire

18h Discussion

Samedi 19 novembre, 10h-13h (Salle i1-128, UPEC)

Table ronde

Modérateurs : Jérôme Bazin (UPEC) et Virginie Mathé (UPEC)

Participants à la table ronde :

Ruth ben Ghiat (New York University)

Marjolaine Boutet (Université de Picardie-Jules Verne)

Benjamin Brillaud (Nota bene)

Thomas Cauvin (Université de Louisiane à Lafayette)

Marie José Cegarra (directrice des produits culturels groupe Leclerc)

Rachel Donadio (New York Times), sous réserve

Serge Noiret (EUI, IFPH)

Roger Nougaret (responsable du département Archives et histoire du groupe BNP Paribas)

Marie-Noëlle Polino (Rails et histoire)

Journée de recherche interdisciplinaire de l’IUT de Sceaux : « L’obsolescence et ses déclinaisons : quels regards sur le progrès ? » Lundi 19 juin 2017

« Il ne suffit pas de changer le monde. Nous le changeons de toute façon. Il change même considérablement sans notre intervention. Nous devons aussi interpréter ce changement pour pouvoir le changer à son tour. Afin que le monde ne continue pas ainsi à changer sans nous. Et que nous ne nous retrouvions pas à la fin dans un monde sans hommes ».

Günter Anders, L’obsolescence de l’homme : sur la destruction de la vie à l’époque de la troisième révolution industrielle, 1956, éd. française 2011.

L’IUT de Sceaux organise chaque année une journée de recherche interdisciplinaire autour d’un thème fédérateur. L’objectif d’une telle journée est de permettre à des chercheurs de partager leur manière d’appréhender un concept avec leurs homologues, issus de disciplines sans lien apparent avec la leur. L’expérience montre que ce type de croisement disciplinaire est généralement très fécond et permet d’engager des échanges très stimulants.

L’appartenance disciplinaire n’a pas d’importance ; elle peut relever aussi bien des sciences formelles (chimie, informatique, mathématiques, physique, etc.) ou de la nature (agronomie, biologie, géologie, etc.) que des sciences humaines et sociales (économie, gestion, histoire, etc.). La finalité d’une telle journée est d’ouvrir de nouveaux champs de réflexion pour chacun et de décloisonner les approches méthodologiques et les disciplines scientifiques. L’objectif est de nous donner à penser autrement et différemment nos propres champs de recherche. Tel un laboratoire d’idées, ce moment partagé doit permettre de faire émerger une pluralité de définitions établies, de défricher ensemble de nouveaux possibles, d’interroger nos certitudes et d’élaborer des pistes nouvelles de réflexion. Toutes les contributions sont donc bienvenues avec un seul impératif : rendre accessible ses connaissances pour qu’elle puisse être l’objet de discussions et d’interrogations de la part de chacun, avec la bienveillance indispensable à un échange fécond et constructif.

Si vous souhaitez assister à la journée, vous devez adresser un mail à nicolas.praquin@u-psud.fr avant le 10 juin 2017. La journée est gratuite mais l’inscription obligatoire.

Le thème de cette année est consacré au concept d’obsolescence(s) (cf. texte ci-dessous).

Texte introductif

Dans le langage commun, l’obsolescence, ou désuétude, désigne l’état de ce qui a perdu son utilité et n’est plus employé.

Transversale, la notion est régulièrement employée dans différentes disciplines. En linguistique par exemple, elle renvoie à la disparition de mots ou d’expressions, soit car le signifiant a été abandonné, soit car le signifié a lui-même disparu. En sociologie, elle renvoie à la disparition de certaines pratiques, coutumes ou usages sociaux. En droit, elle concerne certains textes de lois, progressivement abandonnés. En gestion, elle désigne la perte de valeur résultant de facteurs internes ou externes à l’entreprise. En philosophie, elle a été pensée dans sa globalité en considérant que la modernité a pour corollaire la désuétude de tout ce qui constitue notre histoire et donc notre présent.

Au nom commun peut être accolé un adjectif qualificatif afin de mieux en déterminer la nature. Ainsi, l’obsolescence peut être dite « économique » car liés à des facteurs extérieurs à l’objet lui-même, « fonctionnelle » car déterminés par son inadaptation partielle ou totale aux besoins actuels,  ou encore « programmée » car décidés par le concepteur de l’objet. Ce dernier cas a fréquemment attiré l’attention des pouvoirs publics, des associations de consommateurs ou, plus largement du grand public, car l’obsolescence n’est alors plus déterminée par l’objet ou son environnement, mais résulte d’une action délibérée visant à augmenter la fréquence d’achat et de renouvellement du bien considéré.

Quels que soient son objet et le domaine dans lequel elle se manifeste, l’obsolescence s’inscrit dans une perspective dynamique : la plupart du temps, elle implique à la fois un abandon mais aussi un renouvellement.

Un tel constat conduit à interroger différentes disciplines (sociologie, gestion, économie, , linguistique, épistémologie…) pour comprendre les tenants et les aboutissants de la désuétude, qu’elle soit naturelle ou planifiée.

Reposant à la fois sur les idées de disparition et de nouvellement, la désuétude est-elle une conséquence inévitable de l’évolution et du progrès ? Est-elle légitime, c’est-à-dire dans l’ordre « naturel » des choses ? Sur quels fondements et pour quelles raisons peut-on parfois la refuser ? Quels en sont alors les risques ?

Si vous souhaitez soumettre une communication, vous devez envoyer votre projet (2 pages maximum) à nicolas.praquin@u-psud.fr avant le 15 mai 2017. Vous serez averti avant le 5 juin 2017 si votre communication est retenue ou pas. Votre projet doit notamment comporter l’indication de votre spécialité scientifique, vos coordonnées, votre laboratoire de recherche et votre institution de rattachement.

Postdoctoral Fellowship, Paris School of Economics

Postdoctoral Fellowships in Data-driven Research on French Interwar Banking History (economics, history, sociology, accounting and management, political sciences)

The newly established multidisciplinary project “Systemic Risk in the 1930s” (SYSRI-30) opens a postdoctoral fellowship in data-driven banking history. The project, based at the Paris School of Economics and funded by the Agence Nationale de la Recherche, aims at studying the causal dynamics of banking crisis during the Great Depression in France, their impact on the performances of French economy at national and regional levels, and the systemic risk management by the monetary authorities, with a genuine interdisciplinary approach based on quantitative and qualitative exploitation of primary and secondary sources. This is the first large quantitative project on French banks and banking panics during the interwar period. Continuer la lecture de Postdoctoral Fellowship, Paris School of Economics

Séminaire « Histoire des sciences, histoire de l’innovation », programme 2016-2017

Le séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation (Université Paris Sorbonne, UPMC, LabEx EHNE) a le plaisir d’accueillir

Pascal Griset,
professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne et directeur de l’Institut des Sciences de la Communication (CNRS/UPMC/Université Paris-Sorbonne).

Il présentera une intervention
à partir de son ouvrage : Une compagnie en son siècle. 350 ans de l’Académie des sciences, coécrit avec Florence Greffe et publié aux éditions du Cherche Midi en 2015. Continuer la lecture de Séminaire « Histoire des sciences, histoire de l’innovation », programme 2016-2017

Travail et consommation, 19e-21e siècles

Appel à communications
Travail et consommation, XIXe-XXe-XXIe siècle
Journées d’Etudes Internationales
27 et 28 Avril 2017

Université Paris Est Créteil

Introduction

La division du travail scientifique en sous-champs de recherche distincts conduit souvent à fractionner des objets autrement bien plus liés dans l’expérience des individus ou la vie des institutions. Le décloisonnement des sous-champs de recherche est alors un bon moyen de renouveler les discussions scientifiques de manière féconde. En croisant les travaux sur la consommation et ceux sur le travail, c’est un tel décloisonnement que nous souhaitons favoriser lors de ces journées d’études afin de faire dialoguer ces ensembles de travaux couramment disjoints. Continuer la lecture de Travail et consommation, 19e-21e siècles

Histoire de la coopération, 2017-2018

Appel à communications
Histoire de la coopération : expériences et pratiques
Trois journées d’études les 22 juin 2017, 19 octobre 2017 et 8 février 2018 – Centre Georges Chevrier, UMR 7366

Selon le Comité économique et social européen, l’Union européenne comptait en 2010 plus de 200 000 coopératives regroupant 4,7 millions de travailleurs. Avec les mutuelles et associations elles forment un tiers secteur bigarré unifié sous l’appellation d’« économie sociale et solidaire » censé se distinguer de l’économie capitaliste par sa quasi non-lucrativité et des principes de fonctionnement démocratiques. Promu par des acteurs très divers depuis la crise financière de 2008, le mouvement dit coopératif regroupe des sociétés privées dont le capital est détenu par ses propres salariés, ses clients ou ses consommateurs qui élisent les dirigeants. Né au XIXe siècle, parallèlement à l’industrialisation et à la promotion du libéralisme, le mouvement coopératif entendait Continuer la lecture de Histoire de la coopération, 2017-2018

History of Economics Summer School in Latin America

Call for proposals
Second History of Economics Summer School in Latin America (HESSLA)
Ouro Preto, Minas Gerais, Brazil
February 7-10, 2017

Supported by HES and INET

The second History of Economics Summer School in Latin America (HESSLA) will take place in Ouro Preto, Brazil, between February 7-10, 2017. Following a very successful first edition in Bogotá, the summer school will once again bring together junior and senior scholars engaged in advanced research on the history and methodology of economics for a week of warm and lively academic exchanges. The theme for this second edition will be ‘State and Capitalism in the History of Economics’, with lectures from prominent scholars covering a wide range of topics, from the early modern era to the postwar years. Invited speakers include Jimena Hurtado, Erik Reinert, Keith Tribe, and Michele Alacevich. Continuer la lecture de History of Economics Summer School in Latin America

« L’innovation entre initiative personnelle et action collective », à Lille III

Voici le programme 2016-2017 du séminaire de l’axe Innovations de l’IRHiS organisé par Élodie Lecuppre-Desjardin et Gabriel Galvez-Behar à l’université Lille 3 :

L’innovation entre initiative personnelle et action collective

« L’axe « Innovation » de l’IRHiS poursuit sa réflexion historique sur les dimensions économiques, politiques, techniques et culturelles de l’innovation appréhendée dans la longue durée, en plaçant cette année le rapport individu/collectivité au centre de ses interrogations. Entre intuitions, gestes créateurs, processus incrémental, inventions d’usage, imitations… l’innovation permet à l’historien de s’interroger sur le rôle de l’un et de tous dans cette appréhension de la « chose nouvelle ». »

  • 17 novembre 2016 : Séminaire de rentrée. Sophie Reculin (Université de Lille 3) «  Une innovation technique au siècle des Lumières : la lanterne à réverbères »
  • 12 janvier 2017 : Sandro Heel-Guzzi (Université de Lausanne), « Passions alpines : étude d’un groupe de ruraux ‘innovants’ (fin XVIIe-début XXe siècle) »
  • 9 février 2017 : Innovations, imitations, transferts. Un jeu d’échelle. Cette séance accueillera exceptionnellement de 15h à 18h Olivier Mattéoni (Université de Paris 1- Panthéon-Sorbonne) « Réflexions sur l’imitatio regis dans le Royaume de France à la fin du Moyen Âge » et Claire Châtelain (CNRS, IRHiS) « Justice et innovation sous Louis XIV »
  • 16 mars 2017 : Sylvie Aprile (Université de Lille 3) : « Déposer un brevet sans déposer les armes. Exil politique et innovations techniques sous le second Empire »
  • 6 avril 2017 : Olivier Poncet (École nationale des chartes) : « S’associer pour innover : le financement des inventions à Paris au XVIIe siècle »
  • 18 mai 2017 : Gabriel Galvez-Behar (université de Lille 3) : « Le génie en boîte ou l’inventeur dans la grande entreprise au début du XXe siècle »
Les séances ont lieu à l’IRHiS de 17h à 19h en salle de réunion.

Séminaire « Nuisances industrielles, dans et hors l’usine »

Ce séminaire entend aborder les nuisances causées par les entreprises industrielles au-dedans comme au dehors de leurs murs, et donc faire dialoguer l’histoire de la pollution industrielle et l’histoire de la santé au travail. Destiné aux doctorants et aux masterants de l’EHESS, il est également ouvert à toute personne intéressée, sans inscription préalable.

1er, 3e et 5e jeudis du mois de 14 h à 17 h, de novembre à avril.

EHESS, 190-198 av de France 75013 Paris, salle 2, RdC,

du 3 novembre 2016 au 20 avril 2017

pour tout contact :  renaudbecot@gmail.com ou  massard@ehess.fr

Programme 2016-2017

jeudi 3 novembre        Geneviève Massard-Guilbaud, directrice d’études à l’EHESS, Introduction générale au séminaire

Renaud Bécot, post-doctorant au Centre d’histoire de Sciences Po Saisir les nuisances industrielles dans et hors l’entreprise, faire  dialoguer l’histoire environnementale et l’histoire du travail

jeudi 17 novembre      Thomas Le Roux, chargé de recherche au CNRS, Centre de recherches  historiques,  L’histoire longue des risques industriels (XVII-XIXe siècles) 

jeudi 1er décembre     Michel Letté, maître de conférences au CNAM Débordements industriels dans la cité : environnements, territoires et conflits

Jeudi 15 décembre      Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire à l’INSERM La santé des travailleurs comme sentinelle de la santé publique : les cas de l’amiante et du nucléaire

 jeudi 5 janvier             Jonas Kaesler, doctorant à l’Université de Francfort et à l’EHESS Les eaux qui ont « semé la mort » : Les Houillères du Bassin de Lorraine face à la pollution industrielle en Sarre et Lorraine, années 1950 et 1960.

jeudi 19 janvier           Paul-André Rosental, professeur à Sciences Po, Catherine Cavalin, chargée de recherches au  Centre de recherches européennes de Sciences Po et Odile Macchi, chercheuse au Centre de recherches européennes de Sciences Po  Prendre la mesure de l’effet pathogène des poussières dans l’enquête SILICOSIS. Enjeux sociaux, scientifiques et politiques d’un risqueindustriel et environnemental diffus

jeudi 2 février             Judith Rainhorn, professeure à l’Université de Paris Panthéon-Sorbonne La céruse,  un poison industriel à la frontière entre dedans et dehors : recherche et définition d’un périmètre de dangerosité. France XIX-XXe siècles

jeudi 16 février           Gwenola Le Naour, maîtresse de conférences de science politique à l’IEP de Lyon   « Logiques de l’ignorance ». Quand le silence des riverains des sites industriels a ses raisons. Retour sur quelques dé-mobilisations habitantes.

jeudi 2 mars                Xavier Daumalin, professeur à Aix-Marseille Université Enjeux et limites d’une controverse sociotechnique : la condensation des fumées des usines de soude. 

jeudi 16 mars              Anne Dalmasso, professeure à l’Université de Grenoble-Alpes  (à confirmer)

jeudi 30 mars              exceptionnellement, PAS de SÉMINAIRE

jeudi 20 avril              Anne Marchand, doctorante en histoire contemporaine et en sociologie, IDHES – Université d’Evry        (date à confirmer) Une usine de broyage d’amiante au cœur du bourg: le Comptoir des minéraux et matières premières à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Retour sur une mobilisation de riverains contaminés 

Approches socio-historiques des transitions énergétiques. XVIIIe-XXIe siècles

Les chercheurs et enseignants-chercheurs du CIRED organisent à l’intention des étudiants de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées et de l’EHESS  un séminaire collectif  pluridisciplinaire intitulé : « Socio-histoire des transitions énergétiques ». Ce séminaire est ouvert à toute personne intéressée.
Approches socio-historiques des transitions énergétiques.
XVIIIe-XXIe siècles

Enseignement collectif  des chercheurs du CIRED
Coordination : G. Massard-Guilbaud

1er et 3e vendredis du mois de 9 h 30 à 12 h
(EHESS, 190-198 av de France 75013 Paris, salle 2, RdC, )
du 2 décembre 2016 au 17 mars 2017

vendredi 02 décembre             Geneviève Massard-Guilbaud, directrice d’études de l’EHESS   La transition bois-charbon, l’approche des historiens

vendredi 16 décembre             Antoine Missemer, chargé de recherche au CNRS             Des énergies fossiles aux actifs épuisables, une histoire de l’analyse économique

vendredi 06 janvier                 Franck Nadaud, ingénieur de recherche au CNRS            L’électrification des campagnes (titre provisoire)

vendredi 20 janvier                 Christophe Cassen, ingénieur ENGREF    Modélisation de long terme et transition énergétique: enjeux, controverses et articulation avec les négociations internationales sur le climat

vendredi 03 février                 Gilles Crague, directeur de recherche à l’ENPC    Transition énergétique et innovation : le cas des infrastructures de recharge pour véhicules électriques

vendredi 17 février                 Carine Barbier, ingénieure de recherche au CIRED Modes de vie et transition énergétique

vendredi 03 mars                    Etienne Espagne, économiste au CEPII

Les liens entre systèmes énergétiques et systèmes   financiers et    monétaires

vendredi 17 mars                    Alain Nadaï, directeur de recherche au CNRS          Les politiques et le développement des énergies renouvelables sont-ils soutenables ?

Mise en ligne des articles du colloque « Histoire aujourd’hui, statistiques demain »

Les articles et présentations du colloque « Histoire aujourd’hui, statistiques demain : regards croisés sur la production et l’usage des statistiques « , organisé par l’INSEE et l’IGPDE le 29 juin 2016 sont accessibles en ligne à l’adresse suivante :

http://www.insee.fr/fr/insee-statistique-publique/default.asp?page=connaitre/colloques/colloque-histoire-stat/histoire-statistique.htm

Offre d’emploi :Three Tenure-track positions at Denison University

Please share the following job ads with PhD candidates and other interested individuals in your network.

Position 1 (Economics Department): Financial Economics

Position 2 (Global Commerce program): Economic History

Position 3 (Data Analytics program): Mathematical & Quantitative Methods

Best wishes,

Fadhel

فاضل قابوب

Fadhel Kaboub
Associate Professor of Economics, Denison University
President, Binzagr Institute for Sustainable Prosperity
Granville, OH 43023 740-587-6315 @FadhelKaboub