Tous les articles par laureqc

séminaire du Cercle d¹épistémologie économique

La prochaine séance du Cercle d¹épistémologie économique aura lieu:

le jeudi 17 Décembre 2015
de 18 heures à 20 heures
à la Maison des Sciences Économiques ,
dans la salle 114
> 106-112 bd de l¹Hôpital, 75013 Paris.
> (Métro : Campo-Formio ou Place d¹Italie. Autobus : 57, 67, 27, 83 et 47)

Philippe Steiner (IUF, GEMASS, Université Paris IV) et Caroline
Oudin-Bastide (CRPLC)

traiteront le thème suivant:

« Calcul et morale : calculs économiques et moralité dans les débats sur l’abolition de
l’esclavage »

Disparition de Douglass C. North

A la suite de  la disparition de Douglass North,  qui reçut avec Robert Fogel en 1993 le Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Noble – dit Prix Nobel
d’économie –, de nombreux hommages ont été rendu à celui qui a marqué l’histoire économique et l’histoire de la pensée économique par ses travaux et ses méthodes d’analyse. Ci-dessous une nécrologie parue sur E.H.net.

Douglass C. North passed away at the age of 95 at his home
in Benzonia, Michigan. He was among the most important and influential economic historians and economists of the late 20th century. He will be deeply missed by his family, friends, colleagues, and students. Douglass Cecil North was born on Nov. 5, 1920, in Cambridge, Massachusetts, the youngest of three children. He attended the University of California-Berkeley, graduating in 1942. He received his PhD from Berkeley in 1952. He began teaching at the University of Washington Seattle in 1950, and in 1983 moved to Washington University in St. Louis, where he remained a professor for the rest of his career. He was co-recipient of the 1993 Nobel Memorial Prize in Economic Sciences with Robert Fogel. He is survived by his wife Elisabeth Case and his three sons Douglass, Christopher, and Malcom.
The following description of his intellectual accomplishments are taken from John Wallis “Persistence and Change: The Evolution of Douglass C. North,” in Institutions, Property Rights, and Economic Growth: The Legacy of Douglass North.” Edited by Sebastian Galiani and Itai Sened. Cambridge University Press, 2014. North long emphasized the importance of history and of neo-classical economics. He criticizes both disciplines for their complacency about the adequacy of the current conceptual and methodological consensus on how history or economics should be done. He always operated within a framework of individuals who act intentionally (neo-classical economics matters) and who perceive the world through cognitive lenses that are part inherited from their culture and part derived from their own experience (history matters). Individual actions are governed by interests shaped by relative prices, endowments, and constraints (institutions) as well as by perceptions of how the world around us works (cognition and beliefs). Social outcomes are the sum of individual actions, but the summation process is not a simple adding up, since interactions between individual decisions and beliefs critically influence the behavior of everyone.

Continuer la lecture de Disparition de Douglass C. North

Appel à communication, colloque : Les labels dans le domaine du patrimoine, 15 et 16 décembre 2016, Orléans

 

Discrètement apparue dans les années soixante, l’utilisation de la
technique du label en matière de patrimoine connaît depuis quelques
années une croissance spectaculaire. Illustrent le phénomène tant la
diversité des patrimoines concernés – sont visés non seulement le
patrimoine culturel (Patrimoine du XXe siècle, Maison des illustres,
Ville et pays d’art et d’histoire [VPAH], Musées de France, Entreprise
du Patrimoine Vivant), mais également le patrimoine naturel (Jardins
remarquables, Grands sites de France, Geoparks, Forêts d’exception…) – que l’origine des labels : au plan interne, il peut s’agir de labels clairement publics d’origine étatique ou émanant d’initiatives locales (Plus beaux détours de France, Petites cités de caractère, Communes du patrimoine rural de Bretagne), ou de labels privés (Port d’intérêt patrimonial, Villes sanctuaires, Patrimoine historique VMF (Vieilles Maisons Françaises), parfois relayés par la puissance publique (Label Fondation du patrimoine, label BIP [Bateau d’Intérêt Patrimonial]…) ; le droit international et européen n’est pas en reste ainsi qu’en témoignent le label Patrimoine mondial de l’UNESCO, ou le label Patrimoine européen.

Issue du domaine de l’activité économique, la technique du label
appliquée au patrimoine rend compte de l’ouverture du champ patrimonial à toute une série de nouveaux objets, en référence au sens anthropologique. La multiplication des labels tend à englober tous les patrimoines, syncrétiques et holistiques pour prendre dans le même mouvement des patrimoines matériellement distincts (patrimoines architectural et urbain, muséal, naturel et paysager…). Elle montre combien les acteurs attachés au patrimoine se sont aujourd’hui diversifiés : l’intervention de l’Etat n’est pas exclusive d’initiatives prises tant par les collectivités territoriales que par un certain nombre de structures privées. La technique du label seretrouve à toutes les échelles territoriales : régionale, nationale mais aussi européenne et internationale.

Plusieurs travaux de recherche ont déjà ouvert la voie sur l’utilisation
de la technique du label dans le domaine du patrimoine culturel et
naturel. Pour ne rappeler que des productions récentes, un colloque à
Clermont Ferrand en 2011 « Labellisation et mise en marque des
territoires » a porté l’accent sur la mise en compétition des
territoires, un article sur les labels du patrimoine culturel dans la
Lettre de l’OCIM en juillet-août 2012 retrace pour partie la naissance
de la pratique de labellisation en soulignant la diversité des labels
mis en place, le numéro 63 de la revue la Pierre d’Angle en novembre
2013 s’interroge également sur les grands labels du patrimoine et leurs usages. Mais au-delà de ces différentes parutions ou rencontres récentes qui soulignent l’intérêt croissant pour cet outil dans un contexte  concurrentiel, la dimension proprement juridique et institutionnelle du label a encore peu été étudiée.

Au regard de ces précédentes productions, l’objet du présent colloque est de s’interroger sur les caractéristiques et la finalité du label dans le domaine du patrimoine. À cet égard, plusieurs axes de recherche nous semblent devoir être interrogés :

D’abord, au regard de la foison de labels mais aussi de la
concentration sur certains patrimoines privilégiés, et l’extension du
label de l’objet patrimonial vers le tourisme et les visiteurs,
quelle(s) définition(s) retenir pour les labels patrimoniaux
comparativement aux marques ? Quelle filiation (historique,
conceptuelle) peut-on établir avec les labels commerciaux ? Quelle
typologie des labels peut-on établir dans le domaine patrimonial et
quels sont les biens labellisables ? Faut-il aspirer à une police des
labels, appeler à la création de nouveaux labels ?
Historiquement, quelle origine peut-on fixer au recours aux labels
en matière patrimoniale ? L’utilisation des labels a-t-elle connu une
évolution (au regard des conditions d’attribution, des objectifs visés,
des porteurs de labels ?)
De plus, au vu de la multiplicité d’échelons de production et
d’acteurs initiateurs publics comme privés, il est bon de s’interroger
sur l’identité des acteurs promoteurs de labels et de leurs
destinataires. A cet égard, quels sont les objectifs de leurs créateurs,
quelles sont les stratégies des utilisateurs ? Comment les acteurs du
patrimoine articulent-ils le recours à un (ou plusieurs) label(s) ? Que
recherchent-ils dans le label ? Quelle concurrence peut-on observer
entre les labels ? Le recours à un label relève-t-il d’une incitation ou
d’un choix délibéré ? Quel rôle les parties prenantes jouent-elles dans
la décision de recourir à un label ?
Sur un plan technique ex ante, quels sont les différents modèles
d’ingénierie dans la mise en place et le fonctionnement d’un label,
notamment dans l’établissement des critères d’attribution, la
constitution des organes de délivrance, des comités d’experts
évaluateurs, la vérification périodique du cahier des charges initial ?
Y a-t-il un modèle d’organisation et de définition des critères
pertinents qui assure la légitimité du label?
Sur un plan technique ex post, quels dispositifs de gestion
découlent de la mise en place et de la détention d’un label (services
d’information, billetterie, communication, organisation d’évènements
etc.) ? Y-a-t-il mise en réseau entre les structures dotées d’un même
label ? Comment mesurer l’avantage concurrentiel attaché à la détention d’un label ?
Au regard de ces préalables, il est important de s’interroger sur
la portée juridique du label. Quels sont les procédés de contrôle du
respect des critères du label et les sanctions potentielles ? Quelle est
la réalité matérielle de ces sanctions ? Comment s’articulent les labels
avec les mesures classiques de protection du patrimoine :
complémentarité ou substitution ? Les labels doivent-ils être considérés comme une technique alternative de protection du patrimoine, comme une forme appauvrie de protection, traduisant un reflux de l’intervention publique ? Ou au contraire comme répondant à de nouveaux enjeux où les aspects liés à la gestion des biens patrimoniaux seraient mieux pris en compte ? Les labels ont-ils un effet normatif (et dans l’affirmative quel effet ?) sur la protection des sites ?
À terme, quelle est sa portée auprès des acteurs du patrimoine et
auprès des publics ? Quelles sont les vertus du label et ses limites en
tant qu’outil de communication de la valeur patrimoniale d’un bien, d’un territoire ou d’un site ? L’impact du label est-il réel ou bien
constitue-il une médaille de prestige à la brillance illusoire ?
Enfin, quelles sont les expériences internationales comparables en
Europe, en Asie, en Amérique du nord, en Afrique…, et avec quels effets ? Et les labels internationaux tels que le label du Patrimoine européen ou le label Patrimoine Mondial obéissent-t-ils aux mêmes schémas ?

Modalités de proposition de communications

Les propositions de communication sur l’un des sept thèmes énumérés seront rédigées en français et devront être accompagnées d’un résumé d’une page, ainsi que de la présentation sommaire de leur auteur.
Elles parviendront avant le 29 février 2016 à l’adresse suivante : labelspatrimoine@univ-orleans.fr

Le conseil scientifique du colloque privilégiera les propositions de
communication fondées sur une approche synthétique plutôt que les
monographies.

Les communications retenues seront adressées dans leur version écrite le 25 novembre 2016 au plus tard à la même adresse: labelspatrimoine@univ-orleans.fr

Les organisateurs du colloque prendront à leur charge les frais de
déplacement et de séjour des intervenants sur Orléans.
Comité scientifique :

Florence ABRIOUX, maître de conférences en sociologie, université
d’Orléans
Arnaud de LAJARTRE, maître de conférences en droit public,
université d’Angers
Jean-René MORICE, maître de conférences en géographie, université
d’Angers
Stéphane ONNEE, professeur de gestion, université d’Orléans
Pascal PLANCHET, professeur de droit public, université de Lyon 2
François PRIET, professeur de droit public, université d’Orléans
Philippe TANCHOUX, maître de conférences en histoire du droit,
université d’Orléans

http://calenda.org/346873http://labelpatrimoine.sciencesconf.org/resource/page/id/11

Appel à souscription  » La gradation macabre. L’aryanisation des « entreprises juives » de la Gironde occupée (1940-1944) »

Sébastien Durand vous informe de la sortie prochaine de son livre intitulé  » La gradation macabre. L’aryanisation des « entreprises juives » de la Gironde occupée (1940-1944) » , tirée d’une partie de ma thèse. Pour ce faire, un appel à souscription vient d’être lancé. Vous pouvez télécharger le bon sur le lien suivant :
http://www.memoring-histoire.com/references/#edition

 

Séminaire « Capitalisme et inégalités aux États-Unis, » Programme 2015-2016

Séminaire mensuel  organisé par Alexia Blin, Romain Huret, Gabriel Lattanzio et Jean-Christian Vinel, à l’Ecole des hautes études en sciences sociales
4e jeudi du mois de 17:30 h à 19:30 h (salle 12, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 26 novembre 2015 au 23 juin 2016

Programme des séances :
-26 novembre 2015 : Introduction collective
-10 décembre 2015 : Nicolas Duvoux (Université Paris 8), « Les oubliés du rêve américain »
-28 janvier 2016 : Jefferson Cowie (Cornell University), « White Freedom in America: Two Hundred Years of Evidence From a Southern Town »
-11 février 2016 : Gabriel Lattanzio (Paris-Diderot), « Historiciser le débat sur l’immigration et le marché du travail »
-24 mars 2016 : Nelson Lichtenstein (UC Santa Barbara), « The Rise and Fall of the Vertical Corporation »
-14 avril 2016 : Linda Weiss (University of Sidney), « Hybrid state, hybrid capitalism, and American anti-statism »
-26 mai 2016 : Charles Postel (San Francisco State University), « Problems of Equality & the Post-Civil War Political Economy »
-23 juin 2016 : Alexia Blin (EHESS), « Les entreprises américaines et la démocratie, enjeux et problèmes ».
Pour les informations pratiques :

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2015/ue/972/

Parution du n° 12 d’Histoire d’entreprises, « Les voyages forment les entrepreneurs ».

Le dossier propose de découvrir comment, en décalant le regard, les
voyages ont participé à la création et au développement des entreprises.

En ouverture de dossier, (re)définition et décryptage du mot voyage
avec l’écrivain Jean-Christophe Rufin.
Récit de l’épopée, à travers le continent asiatique, de la grande
famille de négociants vénitiens dont est issu Marco Polo.
Focus sur le bracelet hindou de la maison Van Cleef & Arpels pour
évoquer la tradition des voyages en Inde de la haute joaillerie
française.
Passage en revue de la culture du déplacement dans l’industrie
charbonnière française aux XIXe et XXe siècles.
Portrait d’Éleuthère Du Pont de Nemours, parti aux Amériques sous la Révolution fonder l’une des plus grandes entreprises aujourd’hui
mondialisées.
Décryptage, avec le cas de la maison Bollinger, d’un succès
français, le champagne, qui doit beaucoup aux étrangers.
Histoire de deux entreprises d’économistes voyageurs, Jean-Baptiste Say et Jean Gustave Courcelle-Seneuil.
Comment les voyages forment le commerce : les allers-retours aux
États-Unis de Geoffroy Guichard, fondateur du groupe Casino.
Retour sur la prégnance du voyage dans l’histoire d’Hermès, du
fondateur de la maison à la directrice artistique Leïla Menchari, qui
livre son témoignage.
Découverte en images des Archives de la planète, trésors
photographiques réunis par le banquier Albert Kahn au début du XXe
siècle.

Mais aussi : l’aventure de Jacques Coeur, entrepreneur au temps de
Charles VII, le récit des croisières Citroën, un aperçu des tours du
monde de la chocolaterie Bonnat, etc.

Hors dossier
Histoire d’Entreprises se penche aussi sur les mondialisations de la
ville italienne de Prato, qui a affiché une étonnante résistance face
aux crises à travers les âges, explore l’histoire des chantiers navals
de Nantes, interroge, avec Balzac, la nécessité d’être honnête en
affaires, navigue avec les armateurs Delmas-Vieljeux, etc.

Pour en savoir plus :
www.histoire-entreprises.fr
info@histoire-entreprises.fr

Histoire d?Entreprises est un magazine qui raconte des histoires
d?entrepreneurs, d?entreprises et de territoires industriels. Il met
également en valeur le travail des historiens, des archivistes, des
organismes qui ?uvrent à la conservation de ce patrimoine et apporte à
l?actualité économique, culturelle et industrielle un éclairage
particulier en donnant la parole à de grands témoins.

Débat autour de la parution de « L’histoire des sciences et des savoirs », 23 novembre 2015

À l’occasion de la parution de l’ Histoire des sciences et des savoirs sous la direction de Dominique Pestre
De la Renaissance aux Lumières , vol. 1, sous la direction de Stéphane Van Damme
Modernité et globalisation, vol. 2, sous la direction de Kapil Raj et H. Otto Sibum
Le siècle des technosciences , vol. 3, sous la direction de Christophe Bonneuil et Dominique Pestre
Le Centre Alexandre Koyré est heureux de vous inviter à un débat sous la présidence de Roger Chartier, avec des commentaires de Simona Cerutti, Jakob Vogel, Patrick Fridenson et Nilüfer Göle
le lundi 23 novembre 2015, de 17 à 20 heures
à l’EHESS, Amphithéâtre François Furet
au 105, boulevard Raspail
La discussion se prolongera autour d’un verre.

Antonella Romano
Directrice d’études
Directrice du Centre Alexandre Koyré
EHESS-CNRS-MNHN

27, rue Damesme
75 013 Paris

État, travail et société (France et Angleterre, XVIIIe-XIXe siècles)

Atelier d’histoire socio-économique, université Paris 8, EHESS et ENS.  Le vendredi de 16 h à 18 h à l’IHMC (escalier D, 3e étage), ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris

Trois premières séances (fin 2015) :

  • 13 novembre 2015 : Marie Hardy (université de la Guadeloupe)
    « Travail et force de travail au sein du milieu caféier martiniquais des XVIIIe et XIXe siècles »

Continuer la lecture de État, travail et société (France et Angleterre, XVIIIe-XIXe siècles)

Les circulations étudiantes dans l’espace francophone au XXe siècle

Appel à communications
Les circulations étudiantes dans l’espace francophone au XXe siècle : institutions, parcours et sociabilités – 20 décembre 2015

Argumentaire
L’organisation de ce colloque en deux étapes cherche à mieux comprendre les réseaux et sociabilités forgés à travers les échanges étudiants qui se multiplient dans le monde francophone au cours du XXe siècle, et en particulier après 1945. Plus précisément, ce colloque vise à éclairer les liens entre, d’une part, la mobilité et les séjours d’étudiants francophones (Canada, Suisse, Afrique subsaharienne, Maroc, Indochine, etc.), facteurs de rencontres et d’initiation à l’« international », et, d’autre part, les institutions en charge de la mobilité étudiante dans l’espace francophone. Continuer la lecture de Les circulations étudiantes dans l’espace francophone au XXe siècle

Hommages à Alan S. Milward

Alan Steele Milward. Historian, Economist, and Political Theorist
Multidisciplinary Research Workshop jointly organised by the Max Weber Programme and the Alcide De Gasperi Centre

16 December 2015, 5-7 pm

Max Weber Common Room, Badia Fiesolana, European University Institute, Florence. Luc-André Brunet (HEC), Emmanuel Comte (RSCAS), Ricardo Estrada (ECO)

Abstract:
This workshop investigates the interdisciplinary dimension of the work of Alan Steele Milward (1935-2010), who has shaped decisively the historiography of European Integration. The workshop intends to improve our understanding of key social science issues and methods through better knowledge of the work of Alan S. Milward. Considering that we can hardly learn from our predecessors, because the issues we research and the methods we use are changing fast, is widespread, but misleading. Continuer la lecture de Hommages à Alan S. Milward

“Esclavage interne”, XVe-XIXe siècles

Appel à contributions
“Esclavage interne”, xve-xixe siècles. Sources, comparaisons et définitions
EHESS, Paris, 24-25 mars 2016

Financé par Paris Nouveau Mundi

Au cours des dernières décennies, le monde académique a été amené à seposer la question de la définition de l’« esclavage » dans divers cadres : avec le renouveau des débats sur l’esclavage antique, puis sous l’influence des travaux menés par les anthropologues de l’Afrique, de l’Asie et des Amériques, et plus récemment à la faveur des nouvelles orientations suivies par l’historiographie du travail.Si les spécialistes ne s’accordent pas sur une définition commune de ce qu’est l’« esclavage », celui-ci fait toujours office de référent essentiel à partir duquel sont évaluées la plupart des formes de la servitude, du travail contraint et de la « non-liberté ». Continuer la lecture de “Esclavage interne”, XVe-XIXe siècles

L’économie sans travail

L’Institut d’Histoire du droit (CNRS-UMR 7184) de l’Université
Panthéon-Assas, le Centre d’Histoire d’Histoire judiciaire (CNRS-UMR 8025) et le Centre Aquitain d’Histoire du droit vous informent de la  tenue d’un colloque sur :

L’histoire de l’économie sans travail

qui aura  lieu le mercredi 2 décembre 2015 au Centre Panthéon (Salle des Conseils).

Premier volet d’une série de quatre colloques, son objet portera les sources intellectuelles du débat.

Histoire de l’Economie sans Travail – Finances, Investissement, Spéculation de l’Antiquité à nos Jours (Œ) Continuer la lecture de L’économie sans travail

Conférence à l’Université de Reading 3-4 décembre 2015

« The War within: finance and morality in early-modern Europe »

This international conference funded by the Economic and Social Research Council(ESRC) and the Institut Universitaire de France (IUF), and with support from the Centre for Economic History (CeCH, University of Reading) and the Centre d’Histoire Espaces et Cultures (CHEC, Université de Clermont-Ferrand), will bring together, at the University of Reading (3-4 December), 15 specialists from 8 countries to examine some of the societal challenges brought about by the costs of the long wars of attrition that engulfed Europe between the Thirty Years War (1618-1648) and the French Revolutionary and Napoleonic Wars (1792-1815).

While many historical studies have shown that the funding of international warfare had a profound impact on institutional and economic developments, less work has been done on the ways in which European polities responded to the ‘War within’ that pitted those who benefited from war expenditure against those who paid for the military effort. A series of case studies on Spain, Venice, the Dutch provinces, the Austrian Low Countries, Prussia, France, Britain and Sweden will analyse some of the conflicts that arose when the needs and methods of financing war met social demands for morality and accountability. These are fundamental questions that still resonate and have relevance today as governments and societies try to move on from the Global Financial Crisis.

Programme: http://blogs.reading.ac.uk/economic-history/2015/10/22/conference-the-war-within-finance-and-morality-in-europe-1630-1815/

Registration: http://registration.venuereading.com/warwithin

Queries: Joel Felix j.m.felix@reading.ac.uk and cc. Amanda Harvey (a.h.harvey@reading.ac.uk) _