Tous les articles par Rédaction

Association française d'histoire économique (AFHE)

Présentation de l’AFHE sur Devenir historien-ne

Devenir historien-ne, carnet de recherche ne en 2011, lui aussi hébergé sur Hypothèses.org, est « un espace de formation, de réflexions collectives sur les méthodes en histoire, de veille et de partage de références sur l’historiographie, la méthodologie et l’épistémologie de l’histoire ».

L’AFHE y est présentée dans un billet collectif qui vient tout juste d’être mis en ligne : qu’est-ce que l’AFHE ? quelles sont ses activités ? comment encourage-t-elle la recherche en histoire économique ? comment participe-t-elle à une meilleure transparence des recrutements universitaires ? pourquoi adhérer ? comment contribuer au site de l’association ?  Autant de questions auxquelles nous avons tenté de répondre dans ce billet à diffuser largement !

L'AFHE sur Devenir historien-ne

Introduction à l’histoire économique mondiale (Robert C. Allen)

Allen_HistEcoMondialeLa traduction française de Global Economic History : A Very Short Introduction (Oxford University Press, 2011) vient de paraître, dans la collection « Grands Repères – Manuels » des éditions La Découverte.

L’ouvrage de Robert C. Allen, publié sous le titre Introduction à l’histoire économique mondiale, est présenté par Guillaume Daudin (co-animateur du site de l’AFHE) et vous trouverez plus bas un extrait de son avant-propos.

Présentation de l’auteur : « Robert C. Allen (né en 1947) est professeur d’histoire économique à l’université d’Oxford depuis 2002 et membre de la British Academy. Ses recherches portent sur de nombreux aspects de l’histoire économique du développement : les salaires réels, les progrès de l’agriculture, les sources du progrès technique, les effets de l’impérialisme et le développement durable. » (source)

Extrait de l’avant-propos par Guillaume Daudin :

« Le livre se différencie des manuels d’histoire économique présents sur le marché d’au moins trois manières.

– Il a une couverture géographique vraiment mondiale, alors que beaucoup de manuels sont centrés sur l’histoire française, européenne ou nord-atlantique. Ce livre apporte des éléments précis sur l’histoire africaine ou japonaise. J’y ai personnellement découvert l’adaptation des techniques de l’industrie textile japonaise à un environnement de bas salaires durant la seconde moitié du xixe siècle, ainsi que le rôle des africains eux-mêmes, et notamment des Krobo dans le développement de la culture du cacao au Ghana durant la même période.

– Il est très informé des avancées récentes en histoire économique. Ce champ est actuellement en partie dominé par des économistes anglo-saxons, dont les travaux ne sont que très rarement traduits et avec lesquels les auteurs de manuel d’histoire économiques français ne sont pas toujours familiers.

– C’est pourtant aussi un livre très accessible. Il est illustré par de nombreux tableaux et graphiques. Des descriptions précises l’ancrent dans le concret.

J’ai enseigné l’histoire économique à HEC, Lille, SciencesPo, et maintenant à Dauphine. Ce livre m’aurait beaucoup aidé si je l’avais eu à disposition alors. La lecture en anglais n’est le plus souvent pas une difficulté pour les étudiants de deuxième cycle : elle est plus délicate pour les étudiants de premier cycle. Je suis heureux qu’il soit traduit de manière à pouvoir le faire lire à tous mes étudiants. Et je suis honoré d’avoir pu modestement contribuer à sa diffusion en France.
(…)Peut-être serait-il logique que je développe pour un public français l’application de la grille de lecture présentée par Robert Allen à la France. Cependant, cela serait déséquilibrer un ouvrage dont l’une des caractéristiques principales est qu’il a une couverture véritablement mondiale (la France y est d’ailleurs traitée au même titre que l’Allemagne ou l’Italie). Il me semble plus important, paradoxalement, de mettre en garde le lecteur. Cet ouvrage ne donne pas une vision objective de toutes les réflexions en histoire économique.
Malgré tout le bien que j’en pense, faire comme si il contenant la « vérité » sur les sujets qu’il traite serait à la fois trompeur et contre-productif. Trompeur, car il ne faut pas être grand clerc pour deviner que la compréhension de notre passé va évoluer au fur et à mesure que de nouveaux faits seront découverts et de nouveaux mécanismes explorés. Contre-productif, car ce serait endormir par avance l’esprit critique des lecteurs, alors que la compétence la plus importante que chaque étudiant puisse acquérir est justement celle de la lecture critique.« 

 

Table des matières de l’ouvrage :

Remerciements

Avant-propos
Pourquoi lire ce livre ?
Comment lire ce livre ?
Quand commence l’histoire économique du monde ?

1 / La grande divergence
Le salaire réél

2 / L’essor de l’Occident
La première mondialisation

3 / La révolution industrielle
Le contexte culturel et politique
Expliquer la révolution industrielle
L’industrie du coton
La machine à vapeur
L’invention continue

4 / L’ascension des riches
Le caractère macroéconomique du progrès technologique

5 / Les grands empires
Mondialisation et désindustrialisation
Le textile de coton
L’industrie moderne en Inde

6 / Les Amériques
L’économie coloniale de l’Amérique du Nord
L’économie coloniale de l’Amérique latine
L’indépendance : les États-Unis
L’indépendance : l’Amérique latine
Éducation et invention

7 / L’Afrique
L’Afrique et le débat sur la grande divergence
Le commerce des esclaves
Le commerce légitime
Le colonialisme
La pauvreté contemporaine dans une perspective historique

8 / Le modèle standard et l’industrialisation tardive
La Russie impériale
Le Japon
La restauration Meiji
Le développement économique de l’ère Meiji
La période impériale, 1905-1940
L’Amérique latine
La fin du modèle standard

9 / L’industrialisation par la grande poussée
Le développement économique soviétique
Le Japon
La Chine

Épilogue
Pour en savoir plus
Index.

Feuilleter le livre

En cliquant ici (ou sur la couverture du livre plus haut), vous accéderez à la visionneuse des éditions La Découverte pour feuilleter l’ouvrage (intégralité de l’avant-propos et du premier chapitre) :

Hommage à Maurice Lévy-Leboyer, disparu le 27 septembre 2014

Hubert Bonin, professeur d’histoire économique à Bordeaux et ancien trésorier de l’AFHE, rappelle le souvenir de Maurice Lévy-Leboyer, ancien président de l’AFHE

Impressions du professeur Bonin (Université de Bordeaux)

à propos de son Maître Lévy-Leboyer

Le professeur Maurice Lévy-Leboyer est mort la semaine dernière, à 94 ans. Je l’avais rencontré quand j’étais élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, en première année ; je suivais en effet les cours de la licence d’histoire à l’université de Paris 10-Nanterre, et je m’étais inscrit, un peu par hasard, au cours d’histoire économique. C’est là que j’avais écouté avec passion un enseignant riche d’idées, un peu touffu, mais brillant et, cela a toujours été essentiel pour moi, un défricheur, un brasseur de débats. Son assistant, pour le TD, était Albert Broder, qui nous initiait à la statistique de base ! Tout cela ne nous rajeunit donc pas !!! Mais, en maîtrise, j’avais préféré suivre la filière d’histoire politique, auprès de Philippe Vigier. J’en étais sorti content (avec un mémoire de maîtrise sur Le Progrès de Lyon sous le Second Empire), mais quelque peu dubitatif sur l’originalité de l’histoire politique et sur la portée de ma recherche… Comme, pendant la préparation à l’agrégation à l’ENS, il y avait eu beaucoup d’histoire économique (la Grèce archaïque : un peu ; Marchands au Moyen Âge : beaucoup ; L’Angleterre au xviie siècle : pas mal), j’ai décidé, après l’agrégation, de me spécialiser en histoire économique, et c’est là que j’ai choisi de faire ma thèse de 3e cycle sous la férule de M. Lévy-Leboyer. Il m’a fait confiance, grande confiance, en me confiant la lecture des archives non classées de la Banque nationale de crédit, aux Archives nationales, où j’allais me servir au sous-sol avec un chariot et travaillais dans le bureau d’Isabelle Brot-Guérin, la responsable des archives économiques ! On en rêverait aujourd’hui…

On ne peut pas dire que Lévy-Leboyer était de « bon conseil », car il suivait peu son chercheur, en fait. Cela explique que j’ai surtout bénéficié des conseils techniques d’A. Broder et souvent travaillé avec Jean Bouvier puis Alain Plessis, notamment. Mais Lévy-Leboyer était riche en idées, lors de nos tête à tête chez lui, où il était un hôte charmant et convaincant, ou lors du séminaire d’histoire économique (François Caron, Jean-Noël Jeanneney, René Girault, Jean Bouvier !). Il était toujours riche en suggestions utiles, en pistes de débats et de recherches, surtout pour le modeste professeur de collège que j’ai été pendant dix ans. Une certaine empathie nous aura réunis : il m’avait ainsi choisi comme remplaçant pour mon tout premier colloque international, à la Fondation Bellagio, au bord du lac de Côme, au début des années 1980 ; et, comme d’autres « jeunes » (Catherine Omnès, Michel Lescure, Marc Meuleau, Pierre Lanthier, André Thépot ou Nathalie Carré de Malberg notamment), il m’a convié à participer à plusieurs des (grands) colloques qu’il aura co-présidés dans le cadre du CHEFF-Comité pour l’histoire économique et financière de la France. Bref, l’intérêt qu’il avait suscité en licence puis son esprit brillant expliquent en partie ma carrière universitaire et académique, même s’il n’aura jamais été un « mandarin » conduisant les élections et l’affectation de ses « poulains »…

 Il fallait se débrouiller tout seul, en des temps où le « schéma de carrière » n’était pas aussi formalisé qu’aujourd’hui – d’où le départ de M. Meuleau (historien de la Banque de l’Indochine) pour la banque Indosuez, où il a accompli un parcours solide entre Paris et l’Asie, et mes propres années en entreprise. Mais on formait une petite « secte » d’historiens de la banque et de la finance, en parallèle aux deux communautés d’historiens d’entreprise cristallisées autour de François Caron et de Patrick Fridenson, excellents conseillers de leurs thésards. C’est pourquoi je lui suis resté fidèle et ai engagé mon doctorat d’État sur la piste des banques françaises de l’entre-deux-guerres. Il avait dès lors magistralement conduit le processus qui avait abouti à la soutenance de ma thèse de doctorat, à Nanterre, en janvier 1995 (avec, comme jury : F. Caron, Jean-Charles Asselain, Jacques Marseille, M. Lévy-Leboyer, A. Plessis).  Je ne suis pas sûr qu’il avait lu cette thèse en entier… Mais il avait laissé F. Caron animer le jury avec succès !

Dans le cadre de ces remarques personnalisées, je me suis souvent positionné « contre » sa démarche intellectuelle, à dire vrai. C’est que le fulgurant Lévy-Leboyer était capable de prendre une série de chiffres et d’en tirer des analyses scintillantes et des conclusions novatrices, mais parfois avec quelques idées un peu en porte-à-faux par rapport à des réalités plus humbles et terre-à-terre. Cela dit, c’est avec de tels coups portés aux idées reçues qu’il aura lancé des recherches stimulantes sur le patronat français, sur le système bancaire français des xixe et xxe siècles (avec des chapitres flamboyants et solides dans les volumes de l’énorme Histoire économique et sociale de la France, aux Puf), sur la croissance, la compétitivité et le degré d’ouverture de l’économie française.

Ce qui m’avait attiré enfin était son esprit d’ouverture à l’histoire internationalisée, loin du localisme régional ou franco-français. Il en usait parfois – par des voyages, cours et colloques nombreux de par le monde, à une époque où cela ne se pratiquait pas encore et où les budgets académiques étaient chiches… Précisons qu’il aura été l’un des piliers fondateurs de l’European Association for Banking & Finance History (Eabh), de Francfort, au début des années 1990, non seulement parce qu’il parlait un anglais fluide, mais aussi parce qu’il savait parler d’égal à égal aux grands maîtres européens et aux banquiers ! En tout cas, on peut assurer qu’il s’est montré en une magnifique force de levier pour stimuler une histoire comparatiste alors pionnière – il la partageait avec Paul Bairoch, bien sûr ! – et ainsi donner un nouveau sens à l’histoire économique française elle-même, au cœur du cercle des macro-économistes Jean Marczewski, Tihomir J. Markovitch, Jean-Claude Toutain ou François Crouzet. Ce qui était d’ailleurs fascinant était sa capacité à être leur égal en histoire « à chiffres et séries » tout en rédigeant des développements « littéraires » du meilleur style !

Il n’aura pas eu autant de disciples français que F. Caron ; il n’aura pas eu le rayonnement médiatique d’un J. Marseille ; il n’aura pas été le pilier des associations et des séminaires d’histoire économique internationales comme P. Fridenson. Pourtant, il aura nourri une « descendance » intellectuelle, elle-même dorénavant transmise aux docteurs de ses propres docteurs. Et il aura consolidé avec dynamisme et rayonnement la « chaire d’histoire économique » de Paris 10-Nanterre, en cédant le relais à Alain Plessis, Michel Lescure et maintenant Sabine Effosse.

Quelques références

À propos des banques

  • Maurice Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Puf, 1964 (818 pp.) [voir la riche analyse de François Caron dans : Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1968, volume 23, 3, pp. 616-632, disponible sur le site Persée].
  • Maurice Lévy-Leboyer, « La spécialisation des établissements bancaires », in Fernand Braudel & Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, Paris, Puf, 3, premier volume, 1976.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « Le crédit et la monnaie. L’évolution institutionnelle », in Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, tome 3, volume 1, Paris, Puf, 1976.
  • Maurice Lévy-Leboyer (dir.), Les banques en Europe de l’Ouest de 1920 à nos jours, Paris, Comité pour l’histoire économique & financière de la France, 1995.

À propos du patronat

  • Maurice Lévy-Leboyer, « Le patronat français a-t-il été malthusien ? », Le Mouvement social, n°88, juillet-septembre 1974, pp. 3-49.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « Hierarchical structure, rewards and incentives in a large corporation: The early managerial experience of Saint-Gobain », in Norbert Horn & Jürgen Kocka (dir.), Recht and Entwicklung der Grossunternehmen im 19. und frühen 20 Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1979.
  • Lévy-Leboyer (dir.), Le patronat de la seconde industrialisation, cahier n°4, Le Mouvement social, Paris, Éditions ouvrières, 1979.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « The large corporation in modern France », in Alfred D. Chandler & Herman Daems (dir.), Managerial hierarchies, Cambridge, Mass, Harvard University Press, 1980.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « The large family firm in French manufacturing », in Akio Okochi & Shigeaki Tasuoka (dir.), Family Business in the Era of Industrial Growth: Ownerhip and Management, Tokyo, Tokyo University Press, 1984.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « Le patronat français a-t-il échappé à la loi des trois générations ? », Le Mouvement social, n°132, juillet-septembre 1985, pp. 3-7.
  • Maurice Lévy-Leboyer (et alii, dir.), Multinational Enterprise in Historical Enterprise, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « La grande entreprise française : un modèle français ? », in Maurice Lévy-Leboyer & Jean-Claude Casanova (dir.), Entre l’État et le marché : l’économie française des années 1880 à nos jours, Paris, Seuil, 1991.

À propos de la croissance économique et industrielle :

  • Maurice Lévy-Leboyer, « La croissance économique en France au xixe siècle. Résultats préliminaires », Annales E.S.C, tome XXIII, n°4, juillet-août 1968, pp. 788-807.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « La décélération de l’économie française dans la seconde moitié du xixe siècle », Revue d’histoire économique et sociale, n°4, 1971, pp. 485-507.
  • Maurice Lévy-Leboyer (dir.), La position internationale de la France (Aspects économiques et financiers), Paris, Ehess, 1977.
  • Maurice LévyLeboyer, « La dette publique en France au xixe siècle », in La dette publique aux xviiie et xixe siècles. Son développement sur le plan local, régional et national, Bruxelles, Crédit communal de Belgique, collection « Histoire Pro Civitate », 1980.
  • Paul Bairoch & Maurice Lévy-Leboyer (dir), Disparities in Economic Development since the Industrial Revolution, Londres, McMillan, 1981 ; New York, Saint-Martin’s Press.
  • Maurice Lévy-Leboyer & François Bourguignon, L’économie française au xixe siècle. Analyse macro-économique, Paris, Économica, 1985.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « Le processus d’industrialisation. Le cas de l’Angleterre et de la France », Revue historique, avril-juin 1988, pp. 281-298.
  • René Girault & Maurice Lévy-Leboyer (dir.), Le Plan Marshall et le relèvement économique de l’Europe, Paris, Cheff, 1993.
  • Maurice Lévy-Leboyer et Henri Morsel (dir.), Histoire de l’électricité en France, tome II, 1919-1946, Paris, Fayard, 1994.
  • Maurice Lévy-Leboyer (dir.), Histoire de la France industrielle, Paris, Larousse, 1996.

« La libéralisation des transports » – l’AFHE à Blois

La libéralisation des transports a commencé à la fin des années 1970 aux Etats-Unis (transport aérien) et depuis la fin des années 1980, les Pays européens se sont engagés eux aussi dans ce processus qui, en dépit du Traité de Rome qui fixait des règles de concurrence, n’avait pas été mis en place ne se limita pas seulement au seul espace communautaire. Cette évolution a entraîné une transformation profonde des systèmes de transport dont les conséquences ont été parfois douloureuses. Cette libéralisation qui a été considérée comme fondamentale et qui s’est traduite par un allègement de la tutelle économique exercée par les États sur l’accès aux marchés des transports, sur les tarifs et sur les capacités offertes, a remis en cause l’organisation et la gestion traditionnelle des chemins de fer et des compagnies aériennes. Il s’est agi d’un long processus de maturation historique entraînant la fin des monopoles et aboutissant à différents modèles structurels notamment dans le domaine ferroviaire.

La table-ronde visera à rappeler les grandes phases de cette libéralisation et elle réunira acteurs et experts spécialistes de l’histoire des transports afin de mettre en valeur : les facteurs clés qui conduisent aux choix spécifiques des Pays européens ; les conséquences pour les usagers ; et les problèmes que ce processus a entraînés.

Coordination : Michèle Merger, EHESS

Médiateur : Cédric Perrin, Université Evry-Val d’Essonne, chargé de mission AFHE

Participants :

  • Michèle Merger Chercheur CNRS honoraire, Présidente du Comité scientifique de Rails et Histoire – Association pour l’histoire des chemins de fer Paris
  • Arnaud Passalacqua, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Paris 7
  • Jean-Louis Rohou, ancien secrétaire général de Réseau Ferré de France (RFF)
  • Pierre Zembri, Professeur de géographie à l’Université de Marne La Vallée

 

AFHE_Blois2014

Marquer le poids des recherches économiques sur l’Antiquité !

Nous reproduisons ci-après une lettre envoyée par Véronique Chankowski et Cecilia D’Ercole à la Sophau (Société des Professeurs d’Histoire Ancienne à l’Université) qui l’a diffusée sur son site le 9 avril 2014.

Chères et chers collègues,

Depuis sa fondation en 1965, l’association Française d’Histoire économique, n’a cessé d’encourager le dialogue entre les différentes périodes historiques. La composition même de son bureau, avec une vice-présidence pour chaque période, montre l’attention portée aux connexions entre les différents champs chronologiques. Dans les dernières années, les signes de cette attention vers l’histoire ancienne se sont multipliés. Les deux éditions du prix de thèse de l’AFHE-BNP Paribas ont primé deux antiquisantes, Virginie Mathé (en 2011) et Aurélie Carrara (en 2013), pour leurs recherches respectives sur les coûts des bâtiments sacrés en Grèce classique et hellénistique et sur la fiscalité grecque entre le VIe siècle av. J.-C. et le IIe siècle apr. J.-C. Le renouvellement récent (octobre 2013) du Bureau et du Comité de direction a renforcé ces choix par l’élection d’une présidente antiquisante, Cecilia D’Ercole ; Véronique Chankowski a assumé la vice-présidence pour l’histoire ancienne.

En réponse à ces signes encourageants, il serait important que les historiennes et les historiens de l’Antiquité puissent participer de façon active à la vie de l’Association et puissent y avoir une visibilité accrue. Cette démarche est d’autant plus souhaitable dans la conjoncture actuelle, où les liens entre les périodes historiques sont parfois remis en cause. Notre présence active dans l’Association peut prendre deux formes différentes. L’une est l’inscription sur la liste de diffusion de l’AFHE (http://afhe.hypotheses.org), gratuite et ouverte à de nombreux adhérents : elle est notamment consultée et animée par des chercheurs, des professionnels de l’enseignement, des étudiants et post-doctorants. Cette adhésion ouvre la possibilité d’animer le site par l’envoi d’annonces de colloques, de publications d’ouvrages, par l’information sur les programmes et les événements scientifiques, en rapport avec l’histoire économique. L’autre forme de participation, qui peut être complémentaire à la première, est l’adhésion annuelle à l’Association, qui peut se faire aisément par le dossier mis en ligne sur le site. Notons que seulement 13 collègues antiquistes étaient inscrits à l’AFHE en 2013, un chiffre qui est loin de représenter la richesse des recherches et des programmes en cours dans le domaine de l’histoire de l’économie ancienne.

Dans l’immédiat, une occasion concrète se présente à nous pour marquer le poids des recherches économiques sur l’Antiquité, sur le plan international également. Le deuxième appel à contributions pour le XVII congrès mondial d’histoire économique, qui aura lieu à Kyoto en 2015, est ouvert jusqu’en Juillet 2014. Le thème principal du congrès est consacré à la notion de « Diversity in Development » ; quelques dizaines de projets pourront encore être retenus pour la deuxième vague. Les projets de session portant sur l’Antiquité pourraient avoir toute leur place dans cette configuration. L’AFHE a proposé un rôle d’information et de coordination pour l’ensemble des projets français, comme vous pouvez le lire dans l’appel à communications posté sur le site : http://afhe.hypotheses.org/3813

Dans l’attente de vos réactions, nous sommes bien sûr disponibles pour répondre à vos questions si vous le souhaitez et vous prions d’agréer nos salutations les meilleures

Véronique Chankowski, Professeur à l’Université de Lyon 2, vice présidente de l’AFHE, section Antiquité [Veronique.Chankowski [at] univ-lyon2.fr]

Cecilia D’Ercole, Directrice d’Etudes à l’EHESS, Présidente de l’AFHE [Cecilia.dercole [at] ehess.fr]

Présentation du comité franco-espagnol d’histoire économique

Le comité franco-espagnol d’histoire économique a pour vocation de favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheurs de part et d’autre des Pyrénées. Il organise des rencontres qui ont lieu successivement en Espagne ou en France.  Il organise les 9 et 10 avril 2014 la rencontre Consommations, consommateurs, Regards franco espagnols, XVIe-XXIe siècles. Le comité s’est constitué suite à une première rencontre qui s’est déroulée à la Casa de Velázquez à Madrid en 2002. Les textes présentés à cette occasion ont ensuite été réunis et publiés : Carlos Barciela, Gérard Chastagnaret y Antonio Escudero (eds) La Historia económica en España y Francia (siglos XIX y XX), Publicaciones de la Universidad de Alicante/Casa de Velázquez, Alicante, 2006. Un second colloque a été organisé à Aix-en-Provence les 14 et 15 juin 2008, dont les actes ont également été publiés : Gérard Chastagnaret, Jean-Claude Daumas, Antonio Escudero y Olivier Raveux (eds) Los niveles de vida en España y Francia (siglos XVIII-XX). In memoriam Gérard Gayot, Publicaciones de la Universidad de Alicante / Publications de l’Université de Provence, Alicante, 2010, 390 p.

Membres du comité

Pour l’AFHE

Sans titre2

  • Natacha Coquery, université de Lyon 2
  • Jean-Claude Daumas, université de Besançon
  • Nicolas Marty, université de Perpignan, président
  • Alexandre Fernandez, université de Bordeaux III
  • Florent Le Bot, université d’Evry / ENS Cachan
  • Cédric Perrin, université de Paris Ouest Nanterre
  • Patrice Poujade, université de Perpignan
  • Olivier Raveux, CNRS (UMR TELEMME, Aix-Marseille Université)

Pour l’AEHE

Sans titre1

  • Joseba de la Torre (Universidad Pública de Navarra), Presidente
  • Antonio Escudero (Universidad de Alicante)
  • Vicente Pinilla (Universidad de Zaragoza),
  • Nuria Puig (Universidad Complutense de Madrid),
  • Carmen Sarasúa (Universidad Autónoma de Barcelona)

Journée d’études: « Les années 1860, dix années qui ont marqué l’histoire lyonnaise »

Jeudi 10 octobre 2013 de 9h30 à 18h. Musées Gadagne.

Les années 1860 sont fondamentales dans l’histoire économique, financière et commerciale de la ville de Lyon. Elles voient la naissance de grandes banques modernes, comme le Crédit lyonnais ou la Lyonnaise de banque, qui permettent et facilitent le développement et la diversification des secteurs industriels. Ces années sont aussi celles de la création de la SEPR et de la SEPL. Les mêmes hommes visionnaires sont aux commandes de ces innovations dont Lyon est encore aujourd’hui l’héritière.

Journée d’études placée sous la direction de Serge Chassagne, professeur émérite de l’Université Lumière Lyon 2 et membre du LARHRA, Hubert Bonin, professeur à Sciences Po Bordeaux et au GRETHA-Université de Bordeaux, Yves Minssieux, président de la SEPL, Hervé Joly, directeur de recherche au Triangle/CNRS et Maria-Anne Privat-Savigny, conservateur en chef du patrimoine, directeur des musées Gadagne. Édouard Aynard, banquier et député (1837-1913),
portrait extrait des Mémoires de l’Académie de Lyon.

Télécharger le programme.

Séminaire: Entreprises, marchés, régulations

Séminaire en coopération entre les UMR LARHRA (Natacha Coquery, Guillaume Garner, avec la participation d’Anne Dalmasso) et Triangle (Hervé Joly, avec la participation de Jérôme Blanc, Ludovic Frobert et François Robert).

Créé dans le cadre du LARHRA en 2010-2011 en histoire contemporaine, le séminaire s’est ouvert l’an dernier à l’histoire moderne. L’organisation conjointe avec Triangle cette année est l’occasion de lui donner une dimension pluridisciplinaire, en intégrant l’économie, la sociologie et la science politique. L’entreprise est étudiée en lien avec la question des marchés, élargie cette année à la régulation, dans une perspective qui aborde aussi bien les aspects économiques que sociaux.

Public : chercheurs et doctorants des deux laboratoires, étudiants du master 1 et 2 d’histoire moderne et contemporaine (Lyon 2-Lyon 3-ENS) et autres masters en sciences économiques ou politique, et toute autre personne intéressée (accès libre). Certaines séances se tiennent en visioconférence avec la maison des sciences de l’homme (MSH)-Alpes pour associer l’antenne grenobloise du LARHRA et les étudiants du master d’histoire de l’université Grenoble 2.

Lieu : Institut des sciences de l’homme, salle Élise Rivet (ou salle André Bollier en cas de visioconférence).

Horaires : 17 h à 19 h.

http://bit.ly/17FJucH

Programme

17 octobre (salle E. Rivet)

Daniel Velinov (post-doctorant LARHRA)

L’Europe, une réalité avant tout financière construite par les marchands-banquiers? Le règlement du système international des changes (XVe-XVIIe siècle)

21 novembre (salle E. Rivet)

Pierre Chancerel (docteur université Paris-Ouest Nanterre)

Administrer le marché. L’État et le charbon pendant la Première Guerre mondiale

12 décembre (salle A. Bollier)

Patrice Baubeau (maître de conférences Paris-Ouest Nanterre, IDHE)

Mécanismes de marché et dirigisme monétaire après la Seconde Guerre mondiale

23 janvier (salle A. Bollier)

Stéphane Lembré (maître de conférences ESPE Lille Nord de France, CREHS)

Le patronat et les besoins de formation technique : l’exemple du Nord de la France (1850-1940)

20 février (salle E. Rivet)

Simon Hupfel (maître de conférences, université de Haute-Alsace)

Institutions et régulation des manufactures de soieries de Lyon et de Londres (1773-1848)

20 mars (salle E. Rivet)

Etienne Nouguez (chargé de recherche CNRS, Centre de sociologie des organisations, Sciences Po Paris)

La fixation des prix des médicaments en France. De l’administration des prix à la planification concertée du marché

17 avril (salle Rivet)

Claire Lemercier (directrice de recherche CNRS, Centre de sociologie des organisations, Sciences Po Paris)

Entreprises, tribunaux de commerce et arbitrage en France, XIXe-XXe siècles