Tous les articles par Rédaction

Association française d’histoire économique (AFHE)

Marquer le poids des recherches économiques sur l’Antiquité !

Nous reproduisons ci-après une lettre envoyée par Véronique Chankowski et Cecilia D’Ercole à la Sophau (Société des Professeurs d’Histoire Ancienne à l’Université) qui l’a diffusée sur son site le 9 avril 2014.

Chères et chers collègues,

Depuis sa fondation en 1965, l’association Française d’Histoire économique, n’a cessé d’encourager le dialogue entre les différentes périodes historiques. La composition même de son bureau, avec une vice-présidence pour chaque période, montre l’attention portée aux connexions entre les différents champs chronologiques. Dans les dernières années, les signes de cette attention vers l’histoire ancienne se sont multipliés. Les deux éditions du prix de thèse de l’AFHE-BNP Paribas ont primé deux antiquisantes, Virginie Mathé (en 2011) et Aurélie Carrara (en 2013), pour leurs recherches respectives sur les coûts des bâtiments sacrés en Grèce classique et hellénistique et sur la fiscalité grecque entre le VIe siècle av. J.-C. et le IIe siècle apr. J.-C. Le renouvellement récent (octobre 2013) du Bureau et du Comité de direction a renforcé ces choix par l’élection d’une présidente antiquisante, Cecilia D’Ercole ; Véronique Chankowski a assumé la vice-présidence pour l’histoire ancienne.

En réponse à ces signes encourageants, il serait important que les historiennes et les historiens de l’Antiquité puissent participer de façon active à la vie de l’Association et puissent y avoir une visibilité accrue. Cette démarche est d’autant plus souhaitable dans la conjoncture actuelle, où les liens entre les périodes historiques sont parfois remis en cause. Notre présence active dans l’Association peut prendre deux formes différentes. L’une est l’inscription sur la liste de diffusion de l’AFHE (http://afhe.hypotheses.org), gratuite et ouverte à de nombreux adhérents : elle est notamment consultée et animée par des chercheurs, des professionnels de l’enseignement, des étudiants et post-doctorants. Cette adhésion ouvre la possibilité d’animer le site par l’envoi d’annonces de colloques, de publications d’ouvrages, par l’information sur les programmes et les événements scientifiques, en rapport avec l’histoire économique. L’autre forme de participation, qui peut être complémentaire à la première, est l’adhésion annuelle à l’Association, qui peut se faire aisément par le dossier mis en ligne sur le site. Notons que seulement 13 collègues antiquistes étaient inscrits à l’AFHE en 2013, un chiffre qui est loin de représenter la richesse des recherches et des programmes en cours dans le domaine de l’histoire de l’économie ancienne.

Dans l’immédiat, une occasion concrète se présente à nous pour marquer le poids des recherches économiques sur l’Antiquité, sur le plan international également. Le deuxième appel à contributions pour le XVII congrès mondial d’histoire économique, qui aura lieu à Kyoto en 2015, est ouvert jusqu’en Juillet 2014. Le thème principal du congrès est consacré à la notion de « Diversity in Development » ; quelques dizaines de projets pourront encore être retenus pour la deuxième vague. Les projets de session portant sur l’Antiquité pourraient avoir toute leur place dans cette configuration. L’AFHE a proposé un rôle d’information et de coordination pour l’ensemble des projets français, comme vous pouvez le lire dans l’appel à communications posté sur le site : http://afhe.hypotheses.org/3813

Dans l’attente de vos réactions, nous sommes bien sûr disponibles pour répondre à vos questions si vous le souhaitez et vous prions d’agréer nos salutations les meilleures

Véronique Chankowski, Professeur à l’Université de Lyon 2, vice présidente de l’AFHE, section Antiquité [Veronique.Chankowski [at] univ-lyon2.fr]

Cecilia D’Ercole, Directrice d’Etudes à l’EHESS, Présidente de l’AFHE [Cecilia.dercole [at] ehess.fr]

Présentation du comité franco-espagnol d’histoire économique

Le comité franco-espagnol d’histoire économique a pour vocation de favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheurs de part et d’autre des Pyrénées. Il organise des rencontres qui ont lieu successivement en Espagne ou en France.  Il organise les 9 et 10 avril 2014 la rencontre Consommations, consommateurs, Regards franco espagnols, XVIe-XXIe siècles. Le comité s’est constitué suite à une première rencontre qui s’est déroulée à la Casa de Velázquez à Madrid en 2002. Les textes présentés à cette occasion ont ensuite été réunis et publiés : Carlos Barciela, Gérard Chastagnaret y Antonio Escudero (eds) La Historia económica en España y Francia (siglos XIX y XX), Publicaciones de la Universidad de Alicante/Casa de Velázquez, Alicante, 2006. Un second colloque a été organisé à Aix-en-Provence les 14 et 15 juin 2008, dont les actes ont également été publiés : Gérard Chastagnaret, Jean-Claude Daumas, Antonio Escudero y Olivier Raveux (eds) Los niveles de vida en España y Francia (siglos XVIII-XX). In memoriam Gérard Gayot, Publicaciones de la Universidad de Alicante / Publications de l’Université de Provence, Alicante, 2010, 390 p.

Membres du comité

Pour l’AFHE

Sans titre2

  • Natacha Coquery, université de Lyon 2
  • Jean-Claude Daumas, université de Besançon
  • Nicolas Marty, université de Perpignan, président
  • Alexandre Fernandez, université de Bordeaux III
  • Florent Le Bot, université d’Evry / ENS Cachan
  • Cédric Perrin, université de Paris Ouest Nanterre
  • Patrice Poujade, université de Perpignan
  • Olivier Raveux, CNRS (UMR TELEMME, Aix-Marseille Université)

Pour l’AEHE

Sans titre1

  • Joseba de la Torre (Universidad Pública de Navarra), Presidente
  • Antonio Escudero (Universidad de Alicante)
  • Vicente Pinilla (Universidad de Zaragoza),
  • Nuria Puig (Universidad Complutense de Madrid),
  • Carmen Sarasúa (Universidad Autónoma de Barcelona)

Journée d’études: « Les années 1860, dix années qui ont marqué l’histoire lyonnaise »

Jeudi 10 octobre 2013 de 9h30 à 18h. Musées Gadagne.

Les années 1860 sont fondamentales dans l’histoire économique, financière et commerciale de la ville de Lyon. Elles voient la naissance de grandes banques modernes, comme le Crédit lyonnais ou la Lyonnaise de banque, qui permettent et facilitent le développement et la diversification des secteurs industriels. Ces années sont aussi celles de la création de la SEPR et de la SEPL. Les mêmes hommes visionnaires sont aux commandes de ces innovations dont Lyon est encore aujourd’hui l’héritière.

Journée d’études placée sous la direction de Serge Chassagne, professeur émérite de l’Université Lumière Lyon 2 et membre du LARHRA, Hubert Bonin, professeur à Sciences Po Bordeaux et au GRETHA-Université de Bordeaux, Yves Minssieux, président de la SEPL, Hervé Joly, directeur de recherche au Triangle/CNRS et Maria-Anne Privat-Savigny, conservateur en chef du patrimoine, directeur des musées Gadagne. Édouard Aynard, banquier et député (1837-1913),
portrait extrait des Mémoires de l’Académie de Lyon.

Télécharger le programme.

Séminaire: Entreprises, marchés, régulations

Séminaire en coopération entre les UMR LARHRA (Natacha Coquery, Guillaume Garner, avec la participation d’Anne Dalmasso) et Triangle (Hervé Joly, avec la participation de Jérôme Blanc, Ludovic Frobert et François Robert).

Créé dans le cadre du LARHRA en 2010-2011 en histoire contemporaine, le séminaire s’est ouvert l’an dernier à l’histoire moderne. L’organisation conjointe avec Triangle cette année est l’occasion de lui donner une dimension pluridisciplinaire, en intégrant l’économie, la sociologie et la science politique. L’entreprise est étudiée en lien avec la question des marchés, élargie cette année à la régulation, dans une perspective qui aborde aussi bien les aspects économiques que sociaux.

Public : chercheurs et doctorants des deux laboratoires, étudiants du master 1 et 2 d’histoire moderne et contemporaine (Lyon 2-Lyon 3-ENS) et autres masters en sciences économiques ou politique, et toute autre personne intéressée (accès libre). Certaines séances se tiennent en visioconférence avec la maison des sciences de l’homme (MSH)-Alpes pour associer l’antenne grenobloise du LARHRA et les étudiants du master d’histoire de l’université Grenoble 2.

Lieu : Institut des sciences de l’homme, salle Élise Rivet (ou salle André Bollier en cas de visioconférence).

Horaires : 17 h à 19 h.

http://bit.ly/17FJucH

Programme

17 octobre (salle E. Rivet)

Daniel Velinov (post-doctorant LARHRA)

L’Europe, une réalité avant tout financière construite par les marchands-banquiers? Le règlement du système international des changes (XVe-XVIIe siècle)

21 novembre (salle E. Rivet)

Pierre Chancerel (docteur université Paris-Ouest Nanterre)

Administrer le marché. L’État et le charbon pendant la Première Guerre mondiale

12 décembre (salle A. Bollier)

Patrice Baubeau (maître de conférences Paris-Ouest Nanterre, IDHE)

Mécanismes de marché et dirigisme monétaire après la Seconde Guerre mondiale

23 janvier (salle A. Bollier)

Stéphane Lembré (maître de conférences ESPE Lille Nord de France, CREHS)

Le patronat et les besoins de formation technique : l’exemple du Nord de la France (1850-1940)

20 février (salle E. Rivet)

Simon Hupfel (maître de conférences, université de Haute-Alsace)

Institutions et régulation des manufactures de soieries de Lyon et de Londres (1773-1848)

20 mars (salle E. Rivet)

Etienne Nouguez (chargé de recherche CNRS, Centre de sociologie des organisations, Sciences Po Paris)

La fixation des prix des médicaments en France. De l’administration des prix à la planification concertée du marché

17 avril (salle Rivet)

Claire Lemercier (directrice de recherche CNRS, Centre de sociologie des organisations, Sciences Po Paris)

Entreprises, tribunaux de commerce et arbitrage en France, XIXe-XXe siècles