Tous les articles par Rédaction

Association française d'histoire économique (AFHE)

State-owned Companies and the State|Les entreprises publiques et l’État

Appel à communications

Congrès IPSA 2016
Istanbul, 23-28 juillet 2016

State-owned Companies and the State

PrintCet appel à communications – dont vous trouverez la version complète ici – s’inscrit dans le cadre du Congrès mondial 2016 de l’International Political Science Association (IPSA). Nous organisons une session thématique centrée autour de la question des relations entre États et entreprises publiques.  Continuer la lecture de State-owned Companies and the State|Les entreprises publiques et l’État

Au Congrès mondial d’histoire économique #WEHC2015

par Patrick Fridenson

Un Congrès mondial est d’abord un lieu d’échanges intellectuels sur les travaux scientifiques en cours. Il donne aussi naturellement lieu à des statistiques. En voici quelques-unes.

Le Congrès mondial d’histoire économique de Kyoto a accueilli 1158 participants. Le chiffre de 1000, jusqu’ici le plus élevé (Congrès de Louvain en 1990), a donc été dépassé, et ceci fait de Kyoto le congrès qui aura attiré le plus d’historiens économistes et ce du monde entier (forte ouverture réussie sur l’Asie, cependant présence limitée d’Europe de l’Est et d’Afrique). Il y a eu 18 sessions parallèles chaque demi-journée, donc 180 sessions, et 3 sessions plénières.

L’appel à une forte participation lancé il y a 3 ans par le Comité directeur de l’Association française d’histoire économique a été entendu : il y a eu 56 participants effectifs venus de France. Les statistiques diffusées hier par l’Association internationale montrent que la France est ainsi au 5e rang (derrière Japon, Etats-Unis, Grande-Bretagne et Chine). La Hollande a eu autant de participants effectifs et elle est aussi au 5e rang.

A la fin de l’Assemblée générale le président honoraire Jan Luiten Van Zanden a proposé à la présidente sortante Grietje Verhoef (Afrique du Sud) de devenir présidente honoraire. G. Verhoef a refusé et pour des raisons de principe qui méritent d’être relatées. Elle a indiqué qu’il y avait lieu de tirer un trait sur les conflits qui avaient marqué l’Association internationale à partir du milieu des années 1990 et qu’il n’y avait donc pas lieu de pourvoir un tel poste en sus du Comité exécutif international.

Le prochain Congrès aura lieu à Boston dans l’été 2018, à peu près à la même période. Il sera organisé par Anne McCants (MIT). Tetsuji Okazaki (Japon) est le nouveau président de l’Association internationale d’histoire économique.

La pêche industrielle de La Rochelle

Les grands chalutiers (1871-1994)

1436972540 Résumé : Située au cœur du golfe de Gascogne, La Rochelle fut, dès le XIIe siècle, une communauté de pêcheurs. Elle s’affirme comme une cité marchande, l’une des plus dynamiques de l’Ouest français. Son port de commerce se déplace sur un nouveau site en 1890, libérant le vieux port au centre-ville pour la pêche. De nombreux voiliers viennent déjà y vendre leur pêche sur un marché au poisson attractif, que le chemin de fer relie à l’intérieur du pays en 1857. Une nouvelle page s’ouvre, celle du chalutage industriel qui fait une percée majeure en Grande-Bretagne.

Continuer la lecture de La pêche industrielle de La Rochelle

L’économie du changement

Marché & organisations, n°23
“L’économie du changement”

sous la direction de Dimitri Uzunidis

MarchéOrganisations23La crise économique annonce le changement. Ce changement se manifeste après une longue période de transition durant laquelle la trajectoire de l’évolution socioéconomique se modifie. Ce numéro présente certains traits caractéristiques des processus de changement. Pour comprendre ces évolutions, les auteurs réactualisent les approches de la pensée dans les domaines des révolutions industrielles, des paradigmes sociotechniques de l’entreprise et des entrepreneurs. Continuer la lecture de L’économie du changement

Alain Dewerpe, in memoriam

par Cecilia D’Ercole


Alain DewerpeAlain Dewerpe s’est éteint soudainement le 16 avril dernier, dans la pleine force de sa vigueur intellectuelle. Il aura marqué, par sa pensée originale à la croisée de disciplines et de problématiques de grande envergure, l’ensemble des travaux scientifiques sur l’histoire sociale, politique et économique de l’Europe. Car Alain Dewerpe était un esprit lucide qui prenait à bras-le-corps les grands thèmes de l’histoire moderne et contemporaine, de la transition entre le monde agraire et la première industrialisation européenne jusqu’aux évolutions présentes de la société industrielle. Il savait aborder de main de maître non seulement les grandes synthèses, comme l’illustre son ouvrage sur les Mondes du travail en France (Paris 1989), mais aussi les enquêtes minutieuses sur le monde de l’entreprise : rappelons ses travaux sur les usines Schneider (1995), Citroën (1992-1994), et ses enquêtes sur l’Ansaldo de Gênes, qui avait déjà attiré son attention en 1985 et l’occupait encore actuellement.

Il était, par excellence, un bâtisseur des passerelles européennes : formé en France (École normale supérieure) et en Italie (École française de Rome), il connaissait bien les chemins et les écarts de ces deux pays aux destins si proches et si différents, l’un ancré dans le cœur de l’Europe, l’autre projeté vers la Méditerranée.

Sa passion pour la recherche allait de pair avec son engagement pédagogique : professeur d’histoire et géographie (1980-1981), il a été maître de conférences à l’École normale supérieure (1987-1991) avant d’être élu directeur d’études à l’Ehess en 1991. L’intitulé de sa chaire,« Histoire sociale comparée de l’industrialisation », prouvait qu’il se rangeait résolument parmi ceux qui franchissent le pas et tissent les liens entre l’histoire économique et l’histoire sociale.

Son intérêt pour l’histoire sociale rejoint son vécu personnel sur un point très intime lorsqu’il dresse la fresque, précise et tragique, du « massacre d’Etat » du 8 février 1962. Les stratégies politiques des forces en présence, les rituels de l’imaginaire républicain (la manifestation, le cérémonial du deuil collectif) y sont reconstruits et analysés avec une grande finesse, grâce à un travail monumental de collecte de sources écrites et orales. Le grand thème des relations entre démocratie et violence y est exploré dans ses recoins le plus secrets. Ce n’est que par deux lignes de cet impressionnant ouvrage que le lecteur averti apprendra que cet œuvre est – entre autres et surtout – un monument à la mémoire de la mère de l’auteur, Fanny Dewerpe, l’une des victimes de cette page noire de l’histoire de la France contemporaine.

Tel était Alain Dewerpe : une intelligence puissante et une nature pudique, un savant bien armé avec un regard curieux. Nous continuerons de le lire mais sa parole nous manquera.

Sit tibi terra levis.





___________________________________
Crédit image : Alain Dewerpe, site de l’EHESS

Hommage à Alain Dewerpe

par Patrick Fridenson

Notre collègue Alain Dewerpe, directeur d’études à l’EHESS, a été emporté hier à 62 ans par les suites d’un problème cardiaque. Il était de ceux qui avaient refusé la séparation entre histoire économique et histoire sociale (ce qu’avaient aussi refusé ses doctorants) et il était aussi de ceux qui avaient trouvé beaucoup d’intérêt à l’économie des conventions. Egalement pionnier dans d’autres domaines de l’histoire, il avait repris depuis deux ans son projet de livre sur l’histoire de la grande entreprise industrielle italienne Ansaldo (1853-1993), aujourd’hui absorbée par Finmeccanica, avec l’idée de le boucler.

Ayant fait plusieurs années avec lui un séminaire conjoint sur l’histoire des entreprises et l’international, je tiens aussi à dire à quel point l’enseignement était pour lui important.

Nous penserons beaucoup à ce grand historien.

Patrick Fridenson
Centre de Recherches Historiques
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
190-198 Avenue de France
75244 Paris cedex 13
http://ift.tt/1ingn47

Assemblée générale extraordinaire de l’AFHE : 7 avril 2015 de 14h00 à 15h00

Chères et chers adhérents,

Les nouveaux statuts et le nouveau nom de votre association – AFHE Association française d’histoire économique – ont été adoptés lors de l’assemblée générale du 5 décembre 2008 tandis que son domicile a été transféré au 190-198, avenue de France, 75013 Paris lors de l’assemblée générale du 1er décembre 2011. Vous trouverez ci-dessous les extraits des Comptes-rendus de ces deux assemblées générales ainsi que les statuts. Continuer la lecture de Assemblée générale extraordinaire de l’AFHE : 7 avril 2015 de 14h00 à 15h00

Hommages à Bernard Maris, 1946-2015

Copyright Bernard Maris/RadioFrance 2015
© B. Maris/RadioFrance 2015

_

_

_

Économiste lucide et penseur original, Bernard Maris vient de perdre tragiquement la vie. Nous déplorons vivement la perte d’une intelligence et d’une parole éclairantes.

Ce site publiera prochainement une plus large réflexion sur sa pensée et son œuvre. Pour l’heure, nous vous proposons une revue de presse avec les renvois aux hommages déjà parus.

Natacha Coquery, Cecilia D’Ercole & Émilien Ruiz

_

_

_

Billets, articles et chroniques en hommages à Bernard Maris

  • “Oncle Bernard, tu vas nous manquer”, par Stéphane Ménia (Econoclaste)

“La tuerie au siège de Charlie Hebdo me touche pour plein de raisons. Parmi celles-ci, il y a le décès de l’économiste Bernard Maris, qui écrivait sous le pseudo oncle Bernard chez Charlie. Compte tenu de l’objet de ce site, je vais m’attarder sur ce point. D’autres parleront bien mieux des autres disparus. D’autres parleront également mieux que moi de Maris. Mais je me permets de le faire ici modestement, sans relecture, pour dire qu’il va nous manquer. Bernard Maris était un économiste atypique. Pas un chercheur, au sens classique. Vous ne trouverez aucune de ses publications dans les grandes revues spécialisées. En revanche, c’était un passeur…” [Lire la suite]

  • “Hommage à Bernard Maris”, par Mireille Azzoug (Blog Mediapart de Bernard Gensane)

“Né à Toulouse le 23 septembre 1946, Bernard Maris, professeur des universités, économiste, essayiste et chroniqueur au journal Charlie Hebdo, nous a quittés ce mercredi 7 janvier 2015. Il a été froidement exécuté, avec neuf autres membres de l’équipe de ce journal et deux policiers, par des tueurs barbares qui s’en sont pris à la liberté de la presse, à la liberté de penser, aux valeurs fondamentales de la démocratie, de la République et de l’humanité…” [Lire la suite]

  • “Adieu à Bernard Maris”, par Philippe Frémaux (Alternatives économiques)

“L’attentat contre Charlie Hebdo n’a pas seulement tué des personnes. Il s’est aussi attaqué à la liberté d’expression, à la démocratie et à la cohésion de notre société. Il nous faut lutter contre le terrorisme avec détermination, mais sans perdre de vue que ce serait donner raison à ceux qui le pratiquent que d’abandonner nos valeurs pour adopter la vision du monde qui est la leur, un monde où l’intolérance est loi, un monde où l’identité se fonde sur la détestation de l’autre…” [Lire la suite ici – ou ]

  • Hommage à Bernard Maris, par Gilles Raveaud (L’économie politique)

“Bernard Maris a été assassiné le mercredi 7 janvier 2015 dans les locaux du magazine Charlie Hebdo, lors de la conférence de rédaction à laquelle il participait. Bernard Maris avait de multiples qualités, tant intellectuelles, professionnelles, artistiques, que personnelles. En particulier, il était doté d’une gentillesse et d’une bienveillance rares. En tant qu’économiste, il possédait avec brio ce qui est peut-être la qualité la plus importante : la capacité de surprendre, de provoquer, mais aussi et surtout d’expliquer au plus grand nombre, de décortiquer, d’expliquer et… de faire rire. [Lire la suite]

  • “Atterré”, par Jean-Marie Harribey (Alternatives économiques & Basta!)

“Le mot “atterré” a pris aujourd’hui un autre sens. Il ne désigne plus seulement une poignée d’économistes en opposition avec leurs collègues qui continuent envers et contre toute pensée logique de faire prendre des vessies pour des lanternes aux citoyens et à leurs étudiants. Bernard Maris faisait partie de ces économistes atterrés. Mais aujourd’hui le mot “atterré” désigne l’effondrement qui nous atteint, nous sidère et nous submerge…” [Lire la suite ici ou ]

  • “Hommage à Bernard Maris”, par Marion L’Hour – On arrête pas l’éco (France Inter)

“Il y a encore un an, l’émission s’ouvrait par le portrait au vitriol de l’homme ou la femme de la semaine économique, dressé par Bernard Maris. Pour rendre hommage à l’économiste de Charlie Hebdo, nous décrochons ce samedi l’un de ces “Encadrés”…” [Lire – et écouter – la suite]

  • “Lire Bernard Maris”, par Benoît Melançon (L’oreille tendue)

“Lisant la Vie habitable de Véronique Côté (2014), l’Oreille tombe sur cette citation de Capitalisme et pulsion de mort de Gilles Dostaler et Bernard Maris (2010) : «La technique appelle l’utilité, et l’utilité la laideur. […] La beauté ne fait pas partie du plan capitaliste. À l’inutile et à la beauté, il n’est pas nécessaire de donner d’explication, c’est pourquoi la technique et la loi rationnelle les ignorent» (cité p. 20).” [Lire la suite]

  • “Hommage à Bernard Maris”, par Dominique Seux (France Inter)

“Sept ans de régal, à l’écouter, à dialoguer avec lui, à  être son complice. A être en désaccord  -parfois, souvent, pas toujours-, mais bien sûr, pas son adversaire. Bernard est pour moi bien plus qu’un confrère, c’est un compère. Depuis hier, je ne peux pas y croire. Bernard et sa tête d’épagneul triste quand le monde le désespère, Bernard et ses bras qu’il jette un peu partout d’enthousiasme quand un ami surgit ou une idée le séduit…” [Lire – et écouter – la suite]

  • “À Bernard Maris, homme délicieux”, par Jacques Sapir (Huffigton Post & RussEurope)

“L’attentat qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo, et provoqué la mort de deux policiers nous remplit d’horreur et de dégoût. Certains de ces journalistes étaient connus de tous. Je ne puis écrire en vérité que pour un, l’économiste Bernard Maris, qui écrivait sous le pseudonyme d’« Oncle Bernard » des billets hilarants et décapants…” [Lire la suite ici ou – traduction en anglais et italien]

  • “Charlie Hebdo : hommage à Bernard Maris”, par Olivier Pastré (Le Figaro/Vox)

“Dieu – sic – sait que tu m’énervais parfois. Pourquoi fallait-il que tu pousses parfois trop loin tes critiques les plus pertinentes sur les dysfonctionnements de l’économie de marché mondialisée? Pourquoi fallait-il que tu désignes certains tenants de la pensée néo-libérale comme bouc-émissaires si faciles à «dézinguer»? Tu étais trop talentueux pour, dans certains cas, te laisser aller à de telles facilités. Tu avais par ailleurs quatre immenses qualités qui font, pour certaines, défauts à tant de tes confrères…” [Lire la suite]

  • “Bernard Maris, économiste iconoclaste, homme jubilatoire”, par Antoine d’Abbundo (La Croix)

“Selon l’état civil, il s’appelait Bernard Maris, né en 1946, docteur en sciences économiques, tendance Keynes, et professeur à la retraite. Mais les lecteurs de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo et ses amis le connaissaient d’abord sous le nom d’Oncle Bernard, un pseudo sous lequel il signait, depuis des années, une chronique drolatique et vitriolée contre la pensée libérale et les forces du marché…” [Lire la suite]

  • “Bernard Maris ou les paradoxes d’un assassinat”, par Maurice Szafran (Challenges)

“Dans Charlie, le grand Charlie des années 2000, ce journal qui chaque semaine agitait ses lecteurs, les faisait à la fois rire et réfléchir, Oncle Bernard occupait une place tout à fait particulière…” [Lire la suite]

Voir aussi

Le mensuel Alternative économique a ouvert l’accès à l’ensemble des publication de Bernard Maris dans ses colonnes.

Sur Youtube, vous trouverez de nombreuses interventions filmées et des entretiens. Par exemple, celle qu’il fit pour le 30e anniversaire du CEMAGREF, devenu Irstéa pour l’occasion :

Clioweb, le blog vous propose une revue de liens vers quelques textes et hommage de ou concernant Bernard Maris.

Sur le site de France Inter, où Bernard Maris était chroniqueur, vous trouverez – via cette page – de nombreux podcasts. Par exemple, en octobre 2014, il fut l’invité de Jean Lebrun pour une marche de l’histoire consacrée à Hayek.

________________________

_

Merci à @mart1oeil, @emikochert, @jeanbaptisteb, @rpierronnet, @schapuisdespres, @balleverte, @benoitmelancon et @ATERdeluxe pour leur contribution, via Twitter, à la constitution de cette petite revue de presse. D’autres hommages et ressources à signaler ? N’hésitez pas à les indiquer en commentaires. E.R.

_

François Caron, 1931-2014

FrançoisCaronFrançois Caron, historien de l’économie, de l’entreprise et des systèmes techniques, qui a croisé les disciplines et donné un sens aux concepts clés de notre époque – réseau, innovation, culture professionnelle et dimension sociale de la technique – nous a quittés le 14 décembre 2014. Michèle Merger, qui fut l’une des premières étudiantes en doctorat de F. Caron et qui lui a succédé à la présidence du comité scientifique de Rails et histoire, association qu’il avait fondée en1987, retrace ici la carrière de son maître, qui restera longtemps le nôtre.

L’équipe de Rails et histoire,
Association pour l’histoire des chemins de fer –
contact@ahicf.com

[Texte diffusé sur la liste de l’AFHE et publié sur le site de Rail et histoire]

 

François Caron, 1931-2014

Malade depuis quelques mois, François Caron nous a quittés le 14 décembre 2014 à l’âge de 83 ans. Sa disparition laisse un grand vide dans la communauté des historiens français et parmi ses élèves qui ont pu accomplir sous sa direction des travaux de recherche, les conduisant pour la plupart à des carrières de chercheur ou d’enseignant-chercheur.

François Caron est né à Hazebrouck en 1931 ; après ses études secondaires, il s’est dirigé vers la Sorbonne pour commencer ses études d’histoire et vers l’École libre des Sciences Politiques dont il a été diplômé en 1953. Après avoir obtenu l’agrégation d’histoire (1956) et accompli son service militaire (en grande partie en Algérie), il a été nommé professeur au lycée Chaptal. C’est à partir de ces premières années de professorat qu’il a entrepris ses recherches sur la Compagnie des chemins de fer du Nord dans le cadre de la préparation d’une thèse de doctorat d’État sous la direction d’Ernest Labrousse puis sous celle de François Crouzet à partir de 1965. En octobre 1959, il est devenu attaché de recherche au CNRS, ce qui lui a permis d’avancer ses travaux et, en octobre 1965, il a été nommé assistant à Paris X-Nanterre. Dès lors, il a pu gravir les divers échelons du cursus universitaire : promu maître-assistant, il a été ensuite appelé à succéder à André Armengaud, professeur titulaire de la chaire d’histoire économique à l’université de Dijon. Après sa brillante soutenance de thèse en mai 1969, il a obtenu le statut de professeur des universités en histoire contemporaine. Il a quitté son poste en 1976, date à laquelle il a été élu professeur d’histoire économique à Paris – Sorbonne (Paris IV), succédant ainsi à Pierre Léon. Cinq ans plus tard, il est devenu directeur de l’U.E.R. d’histoire et a assumé cette fonction jusqu’en septembre 1986, date à laquelle il a été nommé chef de la mission scientifique au ministère des Universités. De retour à la Sorbonne, il a créé, avec la collaboration de ses collègues de l’EHESS, du CNAM et de Paris VIII, le DEA d’histoire des techniques. En 1988, il a été l’un des fondateurs de l’école doctorale de Paris IV Mondes contemporains dont il est devenu le premier directeur. Parallèlement, il a enseigné l’histoire économique à l’École nationale des Chartes et dirigé de nombreux travaux. Devenu vice-président du conseil scientifique de l’université en 1993, F. Caron a également succédé à F. Crouzet à la direction du DEA d’histoire moderne et contemporaine, fonctions qu’il a assumées jusqu’en novembre 1996. L’éméritat lui a été décerné en 1998.

Son autorité scientifique l’a conduit également à assumer diverses responsabilités. De 1978 à 1986, il a fait partie du Conseil scientifique du CNRS pour y représenter, en tant que membre élu, l’histoire moderne et contemporaine ; de 1978 à 1982 et de 1987 à 1991, il a siégé – en tant que membre élu puis en tant que membre nommé – au Comité consultatif des universités. De 1991 à 1995, il a été élu au Conseil national des universités. Après avoir été secrétaire du jury d’agrégation d’histoire de 1973 à 1977, il a présidé le jury du CAPES d’histoire-géographie en 1982 et en1983 et, cinq ans plus tard, il a accepté de présider le jury d’agrégation d’histoire. En 1982, il a été élu à la présidence de l’AFHE (Association française des historiens économistes). Enfin, de mai 1987 à mai 1990, il a également assumé les fonctions de directeur de l’IHMC (Institut d’histoire moderne et contemporaine), l’un des trois laboratoires d’histoire du CNRS.

Les travaux de F. Caron ont véritablement renouvelé, d’une manière approfondie, l’historiographie relative à l’évolution de l’économie de la France et du monde occidental. Son itinéraire avait commencé avec une thèse de doctorat d’État remarquable et originale à plus d’un titre : en analysant la gestion du réseau de la compagnie du Nord selon une perspective à moyen terme, F. Caron a respecté la perception qu’en avaient ses dirigeants et les ingénieurs et il a restitué le plus justement possible la réalité quotidienne. La grande originalité de sa démarche a été liée au fait qu’il a fondé son travail sur l’étude des interactions entre l’histoire des prix, l’histoire des coûts et la politique tarifaire de la compagnie, rompant ainsi non seulement avec la simple histoire cyclique des prix qui avait été l’un des thèmes privilégiés des historiens économistes des années 1950-1960, mais aussi avec celle qui avait fait des innovations et des progrès techniques la clé explicative de toutes les mutations de l’entreprise. Sa thèse a décrit avec précision les crises des transports dues à la fois au ralentissement des investissements (lui-même provoqué par une hausse des prix) et aux distorsions entre, d’une part, les services et les technologies spécifiques à la traction à vapeur et, d’autre part, à la gestion du trafic. Analysant également le rôle qu’ont joué les autres moyens de transport concurrents (voies navigables et routes), F. Caron a pu également consacrer de longs développements à l’évolution économique de la vaste région desservie par les lignes de la compagnie, région qui lui tenait à cœur ; il a pu mettre en évidence le rôle essentiel joué par l’État, acteur incontournable dont la préoccupation essentielle visait à défendre l’intérêt général et les petits producteurs. En établissant ainsi son jugement sur sa connaissance précise des faits, sur des analyses issue de dépouillements d’archives d’entreprise sur lesquelles il a su attirer l’attention et qu’il a pour certaines contribué à préserver, F. Caron a ensuite orienté ses recherches dans quatre grandes directions : l’histoire quantitative et l’histoire économique de la France et de l’Europe occidentale aux XIXe et XXe siècles, l’histoire des entreprises, l’histoire des techniques et l’histoire des réseaux.

L’ensemble de ces travaux, qui s’inscrivaient dans le prolongement de sa thèse, lui a permis non seulement d’organiser ou de participer à de nombreux colloques en France et à l’étranger, mais aussi et surtout de combattre certaines idées reçues. Il a ainsi condamné définitivement l’idée diffusée par l’historiographie anglo-saxonne ou certains technocrates dans les années 1950 selon laquelle les entrepreneurs de l’Hexagone auraient été le contraire de l’entrepreneur schumpetérien, c’est-à-dire conservateurs et hostiles au changement technique. Remettant en cause les travaux des économistes qui avaient fait du progrès technique une entité abstraite, il a pu montrer la complexité des interactions techniques dans le contexte institutionnel et culturel dans lequel évoluent les entreprises ; il a ainsi accordé une place privilégiée à l’étude des solidarités tissées entre les équipes dirigeantes à partir des liens familiaux, sociaux, idéologiques et confessionnels et des complémentarités de compétences dans le milieu des ingénieurs. Il a assigné un rôle primordial au cheminement technique et, soucieux de percevoir le développement des économies occidentales depuis la fin du XVIIIe siècle, il a fondé ses analyses sur le concept de la dynamique du système technique. S’inspirant des travaux de Bertrand Gille qui avait défini, en précurseur, la notion de filières techniques, il s’est attaché à expliquer le passage d’un système technique à un autre ; il a mis en valeur les dysfonctionnements des systèmes, dus à l’inadaptation de l’objet technique à son usage ou à la distorsion entre l’état de la technologie et la demande des consommateurs. Confrontés à ces dysfonctionnements, responsables d’incidents ou d’accidents dramatiques, les ingénieurs ont été obligés de rechercher de nouvelles solutions mais F. Caron n’a pas remis en cause la « créativité technicienne », capable de faire naître de nouveaux produits répondant aux aspirations de la demande et entraînant, à l’aval, de nouvelles pratiques sociales inhérentes à leur usage et, à l’amont, des effets importants sur l’ensemble du système technique. Il a montré clairement que « la technologie construit le social autant qu’elle en est le produit ». Ses recherches lui ont permis aussi de prêter une attention particulière à l’évolution des pratiques culturelles et au développement de la société de consommation.

Au cours des dernières années de sa vie, il s’est consacré à la rédaction de plusieurs ouvrages et notamment des deux derniers tomes de l’Histoire des chemins de fer en France dont le premier tome avait été publié en 1997. Le deuxième paru en 2005 couvrait la période 1883-1937 et le manuscrit du troisième consacré à l’histoire de la SNCF jusqu’à la fin des années 1990 a été remis à l’éditeur alors qu’il venait d’être hospitalisé.

Tout en se consacrant à ses recherches, F. Caron a œuvré non seulement pour promouvoir l’histoire économique, l’histoire des techniques et l’histoire des entreprises, mais aussi pour la sauvegarde des fonds documentaires trop souvent abandonnés voire détruits. Dès 1981, il a créé à Paris IV le Centre de recherche en histoire de l’innovation (CRHI) dont il a assuré la direction jusqu’en 1998. C’est également en 1981 qu’il a participé à la création de l’Association pour l’histoire de l’électricité en France (AHEF) dont il était le conseiller scientifique. Quelques années plus tard, il a également participé à la fondation de l’Institut d’histoire de l’aluminium (IHA, 1986), du Comité pour l’histoire économique et financière de la France (CHEFF) et de l’Association pour l’histoire des chemins de fer (AHICF, connue désormais sous le nom de Rails et histoire) en 1987, de l’Institut pour l’histoire de l’industrie (IDHI) et de l’Association Georges Pompidou en 1989, de l’Association pour l’histoire des Caisses d’épargne et du Comité pour l’histoire de la Poste en 1995. Soucieux de combler la lacune due à la disparition de la Revue d’histoire économique et sociale, il a été, en 1982, l’un des fondateurs de la revue Histoire économie et société. Son nom reste également attaché à la revue Entreprises et histoire créée en 1992.

Son enseignement et toutes ces initiatives lui ont permis de contribuer à la formation de plusieurs générations d’historiens. Sa direction de recherche, ses interventions dans les soutenances, dans les débats, la fidélité de sa participation aux réunions organisées par les jeunes chercheurs leur ont fait connaître un maître à la fois brillant et modeste, accessible au doute, passionnément attaché à la recherche, au dialogue, à l’objet de l’histoire et au document auquel il renvoyait et revenait lui-même sans cesse. Ses ouvrages de synthèse, qui sont devenus des manuels, leur ont révélé l’ampleur de ses lectures, de sa mémoire, la variété de ses intérêts intellectuels et artistiques et surtout sa capacité de synthèse dans des concepts et des formules qui ont fait date. Ses compétences intellectuelles ont contribué au rayonnement de l’histoire économique française au-delà de nos frontières. En 1981, il a été Visiting Fellow à l’All Souls College d’Oxford ; il a tenu de nombreuses conférences à l’étranger (Angleterre, Italie, Belgique, Suisse, Russie, Japon) dans le cadre de séminaires ou en tant que professeur invité.

En 1994, les insignes de chevalier dans l’ordre la Légion d’honneur sont venus récompenser non seulement son œuvre et son action mais aussi une personnalité hors pair et son autorité morale. Partout où F. Caron a exercé ses fonctions et là où il a assumé des responsabilités scientifiques (comme par exemple à l’AHICF où il avait été président du Comité scientifique jusqu’en mai 2012, date à laquelle l’auteure de ces lignes lui a succédé), il a laissé l’image d’un collègue, hostile à toute forme d’arrogance et de vanité, nuancé dans la critique qu’il voulait toujours constructive, tout en étant ferme dans ses convictions et dans leur expression. Qui l’a connu personnellement aura toujours présente à l’esprit l’image d’une personne très généreuse, à l’écoute de l’autre, discrète, aimable et distinguée. Tous ses collègues et tous ses élèves ne peuvent qu’être affligés par la nouvelle de son décès et ont une pensée émue pour toute sa famille, notamment pour son épouse Marie-Thérèse, elle aussi historienne, professeur des Universités honoraire.

Michèle Merger

L’aluminium, matière à création

CREALU_2017

Colloque final de l’ANR Créalu

11 et 12 décembre 2014

__

L’aluminium, matière à création, XIXe – XXIe siècles

Aluminium as a Material for Creativity from the 19th to the 21st Century

Musée des Arts décoratifs
Auditorium, 111, Rue de Rivoli 75001 Paris

Entrée libre sur inscription, dans la limite des places disponibles auprès de Vanessa Alves : valves [at] ehess.fr Tél. : 01 49 54 24 42/25 13

 

Jeudi 11 décembre 2014

8:30 – Ouverture

  • Olivier Gabet, directeur du musée des Arts décoratifs
  • Béatrice Charon, présidente de l’Association française de l’aluminium
  • Patrick Fridenson, responsable de l’ANR CREALU

Session 1 – Président : Patrick Fridenson, École des Hautes Études en Sciences Sociales

8:45 – Le premier âge de l’aluminium/The First Age of the Aluminium

  • Thierry Renaux, Centre Alexandre Koyré, CNRS/EHESS, La dynamique des brevets pour la production d’aluminium de 1854 à 1886
  • Olga Kazakova, Université d’Orel, Russie, Le paradis d’aluminium : les batailles idéologiques en Russie des années 1860-1870 autour d’un nouveau métal
  • Manuel Charpy, CNRS/Institut de recherches historiques du Septentrion, Université de Lille 3, Du salon au cimetière. Réceptions sociales et usages d’une matière

Session 2 – Présidente : Béatrice Charon, présidente de l’AFA

10:10 – Le tour du monde de l’aluminium hors d’Europe/ Around the world of aluminium outside Europe

  • Margaret Graham, Université McGill, Montréal, Canada, Competing strategies in early aluminium development: knowledge, know-how and routine
  • Naomi Salaman, Brighton University United Kingdom and Felix Padel, Institute of Health Management Research, Jaipur, Raw material: aluminium reflections and battles over bauxite
  • Marcelo Rougier, Universidad de Buenos Aires, CONICET, Argentine, The development of the aluminum industry in Argentina (1940-1980)
  • Hajime Miwa, Japan Business History Institute, Keio University, Japon, From the rise and decline of Japanese smelters to the success of aluminium fabricaters

Session 3 – Président : Dominique Barjot, Université Paris-Sorbonne

11:50 – Table ronde grands témoins : Les voies de l’innovation technologique pour la production d’aluminium

  • Claude Vanvoren, directeur de la technologie Rio Tinto Alcan
  • Maurice Laparra, président de l’Institut pour l’histoire de l’aluminium

Déjeuner – 12:45 – 13:30

Session 4 – Présidente : Claire Brunet, directrice du département design de l’ENS Cachan

13:30 – Les processus d’innovation et de création : Intérieurs et arts décoratifs/The Process of Innovation and Creation: Interior and Decorative Arts

  • Mimi Sheller, Drexel University, Philadelphie, Velocity, Luminosity, and architecture: mobilizing the home with aluminium design
  • Claire Leymonerie, Institut pour l’histoire de l’aluminium, Centre de recherches historiques (EHESS/CNRS), Créer avec un matériau nouveau : les décorateurs français et l’aluminium dans l’entre-deux-guerres
  • Sandrine Ruhlmann, chercheuse rattachée au Centre d’anthropologie sociale du Laboratoire interdisciplinaire Solidarités, sociétés, territoire (LISST, Toulouse), De la cuisine à la tombe, les usages de l’aluminium en Mongolie

14:45 – Les processus d’innovation et de création : transporter, construire / The Process of Innovation and Creation: Transportation, Building

  • Guillaume de Syon, Albright College, Reading, États-Unis, Airships of wood, airships of aluminum: the peculiarities of a German debate
  • Georges Ribeill, Laboratoire Techniques, territoires et sociétés, École nationale des ponts et chaussées, L’aluminium : un intrus opportun durant les années 30 dans le monde ferroviaire ?
  • Alexandre Fernandez, Centre d’études des mondes modernes et contemporains, Université Bordeaux 3, Le très résistible essor de l’aluminium dans l’industrie motocycliste : de quelques pièces de fonderie aux “cadres alu” des années 1980
  • Mathilde Lavenu, École nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand, Aluminium et structure sérielle : transformations et mise à la marge d’un héritage, les mille clubs du Puy-de-Dôme

Session 5 – Présidente : Margaret Graham, Université McGill, Montréal

16:30 – La dynamique des marchés/ Markets dynamics

  • Dominique Barjot, Centre Roland Mousnier, Université Paris-Sorbonne, Dynamique des marchés et stratégie des firmes : les nouvelles multinationales en émergence, l’exemple de Rusal et Chinalco
  • Marco Bertilorenzi, Institut Fayol – EMSE & CH2ST/IHMC – Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Vendre à prix stables. La naissance d’un « credo » durable dans la commercialisation de l’aluminium, 1886-1914
  • Ivan Grinberg, Institut pour l’histoire de l’aluminium, et Philippe Mioche, TELEMME, Aix-Marseille Université, La création managériale dans l’acier et dans l’aluminium, autour de l’itinéraire de Jean Gandois, 1961 – 1994

17:45 – Table ronde grand témoin : 25 ans de recherches pour développer le marché de l’aluminium au Québec

  • Lucien Gendron, directeur du Centre québécois de recherche et de développement de l’aluminium, Université du Québec à Chicoutimi

18:30 – Fin de la journée

Vendredi 12 décembre 2014

Session 6 – Président : Philippe Mioche, Université d’Aix-Marseille

9:00 – L’aluminium importé, utilisé, esthétisé, patrimonialisé ? The Aluminium: Importation, Usages, Aestheticization, Heritagization?

  • Leda Papastefanaki, Université d’Ioannina et Nantia Roussou, Université Nationale d’Athènes, Grèce, « Aluminium de Grèce : l’usine se le rappelle ». À partir de la collecte d’histoires de travail et de vie dans une communauté industrielle contemporaine.
  • Guy Grégoire Awono Zinga, Université d’Évry Val d’Essonne, Introduction de l’aluminium dans la vie quotidienne au Cameroun
  • Alfonso Panzetta, Federica Tiripelli, Il cassero per la scultura, Montevarchi, Italie, Aluminium in Italian sculpture – its path from futurism to contemporary Art

Pause

  • Bénédicte Rolland-Villemot, Centre de recherche et de restauration des musées de France, Les contenants alimentaires dans les collections publiques au Mucem en particulier
  • Charlotte Delannée, Institut pour l’histoire de l’aluminium – CRH/CNRS-EHESS, L’aluminium dans les musées. Enquête dans deux régions témoins
  • Sarah Gandon-Ruiz, Institut pour l’histoire de l’aluminium – CRH/CNRS-EHESS, L’aluminium dans les musées des arts décoratifs, France, Belgique, Royaume-Uni, États-Unis.
  • Jenny Piquet, Nathalie Postic, Institut pour l’histoire de l’aluminium, Des photographies et des créateurs : l’enrichissement de l’iconothèque numérique de l’aluminium

12:20 – Grand témoin

  • Gérard Benoit à La Guillaume, artiste photographe/plasticien, Bidons Sans Frontières et l’expérience du Landart avec les pots à lait en aluminium

Déjeuner : 12:45 – 14:00

Session 7 – Président : Franck Cochoy, université de Toulouse Jean-Jaurès/CERTOP

14:00 – 15:30 – TABLE RONDE : Jean Prouvé, entre innovation et patrimonialisation / Jean Prouvé, between Innovation and Heritage

Grand témoin : Catherine Drouin-Prouvé

  • Odile Lassère, Musée de l’histoire du fer, Nancy, L’aluminium de Jean Prouvé dans le monde nancéien du fer et de l’acier
  • Sébastien Cherruet, Histoire culturelle et sociale de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Le centre Beaubourg et Prouvé
  • Olivier Cinqualbre, Centre Pompidou, Paris, La politique d’acquisition des œuvres de Jean Prouvé
  • Florence Hachez-Leroy, Centre de recherches historiques (EHESS/CNRS)/Université d’Artois, Les Marchands-collectionneurs des œuvres de Jean Prouvé

Session 8 – Présidente : Florence Hachez-Leroy, Université d’Artois, EHESS/CNRS

15:40 – 17:15 – TABLE RONDE : Questions de conservation et restauration

Grand témoin : Brigitte Arzens

  • François Mirambet, Centre de recherche et de restauration des musées de France, Quelques problématiques en matière de conservation de l’aluminium rencontrées dans les musées de France
  • Marie-Pierre Etcheverry, Gérante de Lamoa Expertise, Bordeaux et Thierry Renaux, Centre Alexandre Koyré, CNRS/EHESS, Un décor à la feuille d’aluminium du XIXe s. à la Cathédrale de Bordeaux. Essai de datation par l’analyse pigmentaire
  • Michaela Florescu, Institut national du patrimoine, Paris, et Richard Keller, Musée national de l’automobile collection Schlumpf – Mulhouse, La restauration d’une voiture en aluminium de Paul Arzens
  • Christian Degrigny, Haute école Arc de conservation-restauration, Neuchâtel, Suisse, La corrosion- conservation marine de l’aluminium aéronautique : regard rétrospectif

17:25 – Conclusions générales : Patrick Fridenson, Florence Hachez-Leroy, Centre de recherches historiques (EHESS-CNRS)

_____________________________________________________________________________________________

​crealu-2014.sciencesconf.org​

L’État américain et la guerre

[Nicolas Barreyre nous fait suivre l’annonce de cette table ronde. Elle est centrée sur l’État américain mais les aspects économiques et de politiques publiques y sont très présents.]

Warfare State: World War II Americans and the Age of Big Government


Table ronde autour du livre de James Sparrow,
professeur à l’Université de Chicago et directeur d’études invité à l’EHESS

Lundi 8 décembre de 18h à 20h
Amphithéâtre François Furet
EHESS, 105 bd Raspail, Paris 6e

Avec les commentaires de :

  • Yves Cohen, directeur d’études à l’EHESS
  • Nicolas Delalande, associate professor à Sciences Po Paris
  • Pauline Peretz, maître de conférences à l’Université de Nantes

En présence et avec la réponse de l’auteur.

La séance est ouverte à toutes et tous. Elle aura lieu principalement en anglais.

Présentation du livre (Oxford, 2011) :

nonameAlors que le sens commun et l’historiographie font dater du New Deal le gigantisme de l’État fédéral américain, il est en réalité le résultat de la Seconde Guerre mondiale: dans la mobilisation générale, sa taille est soudainement multiplié par dix. Warfare State explore ce processus, analysant comment l’État développe ainsi son influence sur la société américaine en guerre, et surtout pourquoi la population américaine (si souvent décrite comme « antiétatiste ») s’y est si bien adaptée. La participation de masse au service militaire, à l’industrie de guerre, au rationnement, au contrôle des prix, aux souscriptions d’emprunt et à la généralisation de l’impôt sur le revenu ont toutes appris aux Américains à vivre avec leur nouvel État fédéral, État-providence de guerre. Ceux-ci acceptèrent leurs nouvelles obligations en partie parce qu’ils ont été encouragés à développer un lien personnel avec le front, et le sort de chaque soldat américain. Ils y acquirent une nouvelle habitude à l’autorité de l’État fédéral – y compris pour réclamer des droits, comme les mobilisations d’ouvriers, de femmes, de Noirs, et même de soldats, l’attestent. Leur exigence de citoyenneté pleine et entière ouvrent d’importantes perspectives sur le lien entre le moral des citoyens, les usages du patriotisme, et la légitimité de l’État en temps de guerre.

La Seconde Guerre mondiale refaçonna complètement le lien entre citoyens, nation, et État. Warfare State fait l’histoire de cette transformation spectaculaire dans la vie américaine.

Centenaire de Pierre Léon (1914-1976)

Je dois à la vigilance de Bruno Dumons (CNRS-LARHRA) de m’avoir signalé que Pierre Léon, ancien président de l’AFHE, aurait eu 100 ans aujourd’hui. On me permettra, sans l’avoir connu, de rappeler brièvement sa carrière et son œuvre.

Né le 24 novembre 1914 à Lyon, Pierre Léon est revenu dans cette ville en 1952, après avoir soutenu cette même année à la Sorbonne sa monumentale thèse d’Etat sous la direction d’Ernest Labrousse La Naissance de la grande industrie en Dauphiné (fin XVIIe siècle-1869), comme maître de conférences puis professeur titulaire d’une nouvelle chaire d’histoire économique à la faculté des Lettres. Il avait auparavant obtenu l’agrégation d’histoire et de géographie en 1937 (à moins de 23 ans !), avait enseigné aux lycées de Nancy (1937-1940), puis, après une interruption imposée par la législation antisémite de Vichy, Nice (1944-1945) et Grenoble (1945-1948, 1951-1952, avec trois années comme attaché de recherche au CNRS dans l’intervalle).

Il est l’auteur d’ouvrages personnels sur Les techniques métallurgiques dauphinoises au dix-huitième siècle (1961, issu de sa thèse complémentaire), les Marchands et spéculateurs dauphinois dans le monde antillais du XVIIIe siècle (1963), les Économies et sociétés de l’Amérique latine : essai sur les problèmes du développement à l’époque contemporaine : 1815-1967 (1969) et les Économies et sociétés préindustrielles (1970) qui révèlent l’extraordinaire diversité de ses centres d’intérêt. Avec son collègue d’histoire moderne Richard Gascon, il a créé le Centre histoire économique et sociale de la région lyonnaise qui a reçu ensuite homologation ministérielle il y a tout juste cinquante ans, en 1964. Il y dirige d’innovantes enquêtes collectives sur les Structures économiques et problèmes sociaux du monde rural dans la France du Sud-Est: fin du XVIIe siècle-1835 (1966) ou la Géographie de la fortune et structures sociales à Lyon au XIXe siècle (1973). Il organise en 1970 le grand colloque lyonnais sur L’industrialisation en Europe au XIXe siècle.

Directeur d’innombrables mémoires de maîtrise et de DES, il affiche, dans le premier numéro du Bulletin du centre en 1968, loin des normes des écoles doctorales actuelles, 4 thèses de 3e cycle et 18 thèses de doctorat d’État en cours sous sa direction ! Plusieurs d’entre elles, comme celles de Maurice Garden (1969), Gilbert Garrier (1971), Jean Merley (1973) et Yves Lequin (1975), sont soutenues de son vivant. Entre-temps, après qu’il y a, dit-on, mal vécu les évènements de mai 1968, il a quitté les bords du Rhône pour prendre une chaire à la Sorbonne en 1970. Il continue cependant de diriger pendant plusieurs années le Centre lyonnaise avant d’en céder le flambeau à ses élèves.

Il disparaît à 62 ans en 1976. Les deux années suivantes paraissent de manière posthume les six volumes de la grande Histoire économique et sociale du monde qu’il a dirigée. Le Centre lyonnais et le Bulletin associé conservent la mémoire de son nom, jusqu’à ce que des réorganisations universitaires en 2003 l’effacent.

Mieux que ces lignes très factuelles, il faut relire les beaux hommages que lui rendaient à sa mort Maurice Garden (consulter en PDF) et, au titre de son rayonnement international, son collègue suisse Jean-François Bergier (consulter en PDF).

Hervé Joly, chargé de recherche CNRS au Centre Pierre Léon
d’histoire économique et sociale (1994-2003).

Art et industrie: les enjeux de la formation (18e – 20e s.)

Artefacts_Couverture numero 2ARTEFACT, Techniques, histoire et sciences humaines est une “revue annuelle (avec hors-séries) francophone destinée à promouvoir les recherches sur la technique et la matérialité des pratiques dans les sociétés humaines sur la longue durée. Son ambition est de fédérer l’ensemble des approches historiennes, archéologiques et anthropologiques qui font des techniques, entendues dans une acception large, un passage obligé de leurs analyses ou un élément central de leurs questionnements. La revue est aussi attentive aux réflexions menées sur l’outillage matériel et conceptuel des historiens et archéologues. La multiplicité des sources que recouvrent les activités techniques justifie l’intérêt particulier porté aux recherches menées sur le patrimoine technique (écrits, images, objets, sites). Notre approche des techniques est donc largement ouverte, qu’il s’agisse des thématiques, des méthodes et des questions épistémologiques”. (voir l’ OURS sur le carnet du Centre Koyré)

Le second numéro comporte deux dossiers. Le premier, coordonné par Stéphane Lembré et Audrey Millet est intitulé “Art et industrie : les enjeux de la formation“. Le second, corrdonné par Sophie Archambeau de Beaune est intitulé “Qu’est-ce qu’un outil simple ?Voir le sommaire détaillé de la revue.

Commander la revue sur le site des éditions CNRS : n°1 | n°2