Communiqué de presse de l’APSES du 3 avril 2012

Fusion SES / Economie – Gestion : Malgré leur succès, les SES encore
remises en question

Fusionner les Sciences Economiques et Sociales et l’Economie – Gestion ?
Les sciences économiques et sociales dérangent-elles tant le Ministère de l’Education
Nationale ? Après une refondation des programmes – publiés malgré une contestation de
toutes parts – et la mise en œuvre d’une épreuve de baccalauréat qui interdit les sujets
invitant les élèves à débattre, voici que dans sa circulaire de rentrée et dans un rapport
ministériel, le Ministère préconise d’offrir à « titre expérimental » en seconde « un
enseignement à caractère économique mettant en jeu les éléments relevant à la fois des «
sciences économiques et sociales » et des « principes fondamentaux de l’économie et de la
gestion ».
L’aboutissement d’une stratégie ancienne
Cette proposition est le fruit d’une stratégie énoncée explicitement en 2007 devant la
commission Pochard par Bernard Thomas, devenu ensuite conseiller du Ministre Luc
Chatel, cette stratégie consistant à faire disparaître les SES par absorption et dissolution:
« Alors le débat c’est bien sûr ensuite “qui [enseigne l’économie]” et “qu’est-ce qu’on y
met” ? Sur la question de savoir qui le fait, il n’y a pas en France que des professeurs de
sciences économiques et sociales, il y a aussi des professeurs d’économie et gestion (…) Je
pense, qu’ils gagnent, eux, et leur enseignement et leurs programmes à être connus , que je
pense qu’il y a une piste quelque part, là, en mettant un peu l’ensemble dans un pot
commun des sciences économiques et sociales théoriques, il en faut… il en faut ! On fait bien
de la philosophie ! Mais en allant jusqu’à l’enseignement de l’entreprise (…) »
Les SES qui dégoûteraient les élèves du marché, l’Economie-Gestion qui réconcilierait les
élèves avec la libre entreprise : autant de fantasmes durablement ancrés au Ministère
qui expliquent leur volonté de voir disparaître une discipline à laquelle on reproche
d’attirer trop d’élèves !

S’affranchir des programmes nationaux ?
Le Ministère n’hésite pas à proposer une disposition contraire au cadre réglementaire
que l’on peut lire sur son site : l’expérimentation (prévue à l’article 34 de la loi Fillon),
« permet la mise en oeuvre d’expérimentations qui ne dérogent pas à la loi. Ainsi, [il] n’est
pas possible de déroger au contenu des programmes, de caractère national […]. ».
Imagine-t-on en effet que chaque lycée puisse fusionner un cours de Français avec un
cours d’Histoire en divisant l’horaire global par deux ? Peut-on imaginer que la
sociologie soit marginalisée dans un enseignement hybride, qui, limité à 90 minutes
par semaine pour traiter 2 programmes dénoncés pour leur lourdeur, devrait aussi
aborder la macroéconomie, la microéconomie, la gestion et le droit ? On devine la partie
du programme actuelle de SES qui ferait les frais de cette expérimentation.
L’APSES dénonce cette nouvelle offensive idéologique contre l’enseignement des SES.
Elle appelle tous les collègues de lycée à faire refuser en conseil d’administration toute
tentative de fusionner les SES et l’Economie Gestion en seconde, et se déclare prête à
attaquer devant le tribunal administratif toute expérimentation qui ne respecterait pas
le cadre législatif en vigueur.

 

Association des Professeurs de Sciences
Economiques et Sociales
http://www.apses.org

Marjorie Galy – Présidente – marjorie.galy@wanadoo.fr
Erwan Le Nader – Vice-président – erwan.le.nader@gmail.com
Patricia Morini – co-secrétaire générale – patricia.morini@laposte.net
Kevin Hédé – co-secrétaire général – kevin.hede@gmail.com



Citer ce billet
C. Perrin (2012, 4 avril). Communiqué de presse de l’APSES du 3 avril 2012. . Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ap3e

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.