Journée de recherche “Autour de la transparence”, 10 juin, IUT de Sceaux

Autour de la transparence

Vendredi 10 Juin 2016

L’IUT de Sceaux organise chaque année une journée de recherche interdisciplinaire autour d’un thème fédérateur. L’objectif d’une telle journée est de permettre à des chercheurs de partager leur manière d’appréhender un concept avec d’autres chercheurs, issus de disciplines sans lien apparent avec la leur. L’expérience montre que ce type de croisement disciplinaire est généralement très fécond et permet d’engager des échanges très stimulants.

L’appartenance disciplinaire n’a pas d’importance ; elle peut relever aussi bien des sciences formelles (chimie, informatique, mathématiques, physique, etc.) ou de la nature (agronomie, biologie, géologie, etc.) que des sciences humaines et sociales (économie, gestion, histoire, etc.). La finalité d’une telle journée est d’ouvrir de nouveaux champs de réflexion pour chacun et de décloisonner les approches méthodologiques et les disciplines scientifiques. L’objectif est de nous donner à penser autrement et différemment nos propres champs de recherche. Tel un laboratoire d’idées, ce moment partagé doit permettre de faire émerger une pluralité de définitions établies, de défricher ensemble de nouveaux possibles, d’interroger nos certitudes et d’élaborer des pistes nouvelles de réflexion. Toutes les contributions sont donc bienvenues avec un seul impératif : rendre accessible ses connaissances pour qu’elle puisse être l’objet de discussions et d’interrogations de la part de chacun, avec la bienveillance indispensable à un échange fécond et constructif.

Si vous souhaitez assister à la journée, vous devez adresser un mail à nicolas.praquin@u-psud.fr avant le 30 mai 2016.

La journée est gratuite mais l’inscription obligatoire.

Le thème de cette année est consacré au concept de transparence(s)

Avec la participation des laboratoires de recherche des enseignants-chercheurs de l’IUT de Sceaux :

LRI

Laboratoire de Recherche en Informatique

RITM

Réseaux, Innovation, Territoires et Mondialisation

Centre d’Etudes et de Recherche en Droit de l’Immatériel
PLIDAM

Pluralité des Langues et des Identités : Didactique, Acquisition, Médiations

Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO)

IDEP

Institut – Droit – Ethique – Patrimoine

 

Programme de la journée

 

10h00 Accueil des participants (Salle 329)
10h15 Introduction de la journée (Salle 329) – Nicolas PRAQUIN
10h30-12h30 1ère session : La transparence vue par le prisme gestionnaire (Salle 329)

Président de séance : Benoît PIVERT

Nicolas PRAQUIN, Confiance, prudence et transparence : regards historiques d’un comptable sur trois concepts liés – IUT de Sceaux, Université Paris-Sud

Cette communication vise à étudier la façon dont confiance, prudence et transparence constituent des concepts qui peuvent être mobilisés en gestion. A partir d’archives et de travaux d’historiens, il est mis en évidence la façon dont ces trois concepts se complètent, se chevauchent ou se substituent depuis le 18e siècle jusqu’à nos jours. L’angle d’attaque prend appui sur la comptabilité et, plus largement, sur la relation d’affaires.

C. Richard BAKER, What is the ‘reality’ underlying financial reporting?  – Adelphi University, New York, Etats-Unis

En France, le Code du Commerce spécifie que « Les comptes annuels doivent être réguliers, sincères et donner une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat de l’entreprise ».  Ces différents qualificatifs laissent à penser que les comptes ont pour finalité de représenter la réalité économique de l’entreprise. Il existerait ainsi une vérité des comptes à même de faciliter la transparence de l’information financière.

A partir de ce postulat, cette communication propose plusieurs lectures de cette réalité qui modifie la perception de cette notion de transparence.

Jonas TCHAPNGA, Rationalité du management, valeurs socio-traditionnelles, et pertinence de l’information de gestion dans la prise de décision : cas de la TPE-PME camerounaise – FSEG, Université de Dschang, Cameroun

Les gestionnaires africains seraient ambivalents par rapport à l’information de gestion produite et utilisée. Sont-ils influencés par la rationalité du management qui s’appuierait ainsi sur une volonté de transparence de l’information, ou sont-ils dépendants des valeurs socio-traditionnelles où l’informel prendrait le pas sur cette dite rationalité ? A partir d’un échantillon de TPE-PME camerounaises, nous esquissons une appréciation de nature anthropologique.

 

12h30-14h00 Pause déjeuner (Salle 329)
14h15-16h15 2e session : Regards croisés sur la transparence entre histoire, droit et art (Salle 329)

Présidente de séance : Catherine MALECKI

Florence ARNAUD, La transparence en matière alimentaire en 2016 : avancées et zones d’ombre – IUT de Sceaux, Université Paris-Sud

Les consommateurs sont plus que jamais en exigence de transparence sur le contenu de leur assiette : bœuf ou cheval, naturel ou de synthèse, allergène ou OGM, etc., sont autant d’informations que le droit reconnaît désormais leur devoir au quotidien. Mais quid de la transparence en amont de nos assiettes ? Savons-nous par exemple vraiment comment les seuils de toxicité sont établis, les experts en nutrition choisis ou les repères nutritionnels fixés ? Un état des lieux des évolutions législatives et règlementaires en faveur d’une meilleure transparence « dans nos assiettes » en sera proposé, puis les limites et perspectives de la transparence alimentaire seront abordées.

Benoit PIVERT, Exigence de transparence et quête de vérité : les Allemands de l’Est et la Stasi après la chute du Mur de Berlin – IUT de Sceaux, Université Paris-Sud

Après la chute du Mur en 1989, les Allemands de l’Est veulent que la lumière soit faite sur cette dictature que fut la RDA. Ils exigent une transparence absolue, en rupture avec l’obscurité dont le pouvoir a entouré ses forfaits. Un an plus tard, le contrat d’union entre les deux Allemagne prévoit que les citoyens puissent avoir accès aux archives de la Stasi, l’ancienne police secrète. Bien sûr, la transparence a un prix.  L’ancienne RDA est submergée par une vague de suspicion généralisée. La volonté de transparence tourne à l’Inquisition systématique. Est-ce à dire qu’une quête de transparence sans limites peut-être dangereuse et que, dans le cas de la RDA, il eût mieux valu ne jamais ouvrir la boîte de Pandore ?

France GOBBO, L’œuvre d’art contemporaine : une transparence au-delà de son opacité – Université d’Aix-Marseille

L’œuvre d’art contemporaine se caractérise par une pluralité formelle qui peut avoir pour conséquence de compliquer la relation avec le spectateur et rendre « opaque » l’œuvre pour le public. Pourtant cette pluralité correspond aussi à la recherche d’une relation plus directe, plus transparente. Nous réfléchirons donc sur les caractéristiques et les enjeux de la réception de l’œuvre contemporaine à travers ce paradigme de l’opacité et de la transparence.

16h15-16h30 Conclusion de la journée (Salle 329) – Nicolas PRAQUIN

Nicolas PRAQUIN Professeur des Universités Université Paris-Sud 11 Institut Universitaire de Technologie 8 avenue Cauchy 92330 SCEAUX FRANCE Bureau 206 nicolas.praquin@u-psud.fr +33(0)1.40.91.24.59


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.