Archives et histoire économique et sociale: CR de la réunion du 31 janvier 2012 entre historiens et conservateurs des AN

Présents :

  • Plusieurs conservateurs des AN : E. Marguin, R. Lheureux, C. Demeulenaere-Douyère, A. d’Angio (ministère Economie et Finances), Jean-Charles Bédague.
  • Des conservateurs d’organismes extérieurs :  F. Grelard (Banque de France),  A. Brunterc’h (Crédit agricole), R. Nougaret (BNP Paribas), H. Zuber (SNCF),
  • Des historiens : A. Conchon, C. Druelle-Korn, D. Fraboulet, H. Joly, M. Margairaz, P. Verheyde.
  • Excusés : P. Vernus, B. Touchelay, H. Lhoumeau

1. Intégration de l’histoire économique dans le projet scientifique des Archives Nationales

Après la présentation de l’ordre du jour par E. Marguin, H. Zuber prend la parole pour plaider en faveur d’une coordination entre les AN et les réseaux ou acteurs existants. L’avis est unanime sur la nécessité de contacter les coordinateurs des différents ministères concernés (quai d’Orsay, notamment) et d’associer les responsables d’autres services (Archives privées, Caisse des dépôts, La Poste, BNF/Gallica pour la numérisation de documents d’entreprises, Archives conservées Roubaix et Archives d’Outre-Mer qui constituent deux Services à compétence national – SCN – autonomes, Archives départementales…). Liste à établir.

Se pose toutefois le problème administratif de cette coordination : les AN (qui relèvent du Service interministériel des Archives de France) ne semblent pas habilitées pour exercer cette tutelle. L’idée d’une association a été avancée. A terme, il est envisagé d’élargir éventuellement les collaborations auprès de services d’archives étrangers dans le cadre de recherches transfrontalières et comparatistes.

Un des objectifs essentiels de la réunion est de définir les besoins des historiens de l’économie en termes d’accès aux ressources documentaires (regroupées pour l’essentiel sur le site de Pierrefitte en ce qui concerne la période contemporaine) et de construire une plateforme collaborative (il a été question de la création d’un portail de sources évolutif).

Un dialogue s’engage alors sur les publics ciblés (étudiants en licence, en master recherche comme en filières professionnalisantes, doctorants, curieux notamment par le biais d’expositions, entreprises intéressées à la valorisation de leurs fonds…) qui déterminent en amont les choix à opérer et la configuration des instruments d’inventaire. R. Nougaret souligne notamment la nécessité d’intégrer la demande sociale (sur des thématiques telles que l’environnement, la santé…) dans les actions à entreprendre ce qui permettrait un affichage pour les décideurs publics et/ou privés. Il importe également d’ancrer la réflexion dans le calendrier commémoratif à venir (sur la Première Guerre mondiale par exemple). Symétriquement la confection de ces outils a vocation en retour à susciter de nouvelles recherches.

Au fil de la discussion se dégagent quatre axes – se démarquant quelque peu des pistes qui avaient émergé lors d’une précédente réunion – pour valoriser les fonds et fédérer des énergies sur des projets ciblés dans le cadre d’ateliers de travail et de réseaux à constituer :

  • Politiques publiques et finance : établir notamment l’état des sources sur les nationalisations et privatisations, sur les bourses
  • Politiques publiques en matière sociale déclinées en plusieurs thèmes :
  • Histoire de la protection sociale : état des sources aux AN – cartographie sommaire à constituer par les AN en vue de la première réunion du sous-groupe
  • Histoire du travail : focale sur les fonds de l’inspection du travail
  • Economie sociale et solidaire : les fonds des associations, des organismes mutualistes, etc

Volonté de mettre en valeur les archives audiovisuelles et de les croiser avec des documents papier, et d’intégrer les deux perspectives de recherches que sont la protection sociale et la politique de l’emploi (XIX-XXe siècles).

  • Tissu économique : entreprises, industries
  • Sources de l’histoire de l’industrie, de la proto-industrie à la désindustrialisation (industrialisation/désindustrialisation, généalogie des grandes entreprises, géographie des groupes industriels, nationalisations/privatisations, recensements industriels)
  • Accent sur un évènement : la Première Guerre mondiale : main-d’œuvre, effort de guerre, (industrie d’armement), appel à l’épargne publique
  • Mobilités et transports

Problématiques transverses à afficher répondant à une demande sociale : environnement, santé (R. Nougaret), ce qui permettrait un affichage pour les décideurs publics et/ou privés

  • Les ateliers centrés sur ces thématiques et réunis périodiquement seraient l’occasion de faire émerger des dossiers d’archives qui pourraient donner lieu à des sujets neufs de master et de doctorat. Des initiations à la recherche, à commencer par une présentation des sources d’histoire économique et sociale et une sensibilisation aux logiques de fonds, ont été envisagées à destination des étudiants. Des stagiaires pourraient également être accueillis pour traiter et valoriser les fonds concernés par les axes de travail définis ci-dessus.

Le calendrier de travail, qui reste à préciser, se calquerait sur la durée du PSCE (Projet scientifique, culturel et éducatif) des AN qui court sur trois ans (2013-2016).

2. Point d’information sur la reconfiguration des AN

Les documents nominatifs restent à Fontainebleau (dossiers de carrières), mais les séries (notamment F10, 12, F14…) seront transférées sur le site de Pierrefitte, dont l’ouverture est prévue au début de l’année 2013.

Les sources orales et audio-visuelles seront conservées à Fontainebleau, mais avec une communication possible en différé à Pierrefitte et à Paris.

Les archives privées d’architectes constituent désormais la spécificité thématique de Fontainebleau.

Le site de Fontainebleau, dont la dématérialisation des inventaires dans le cadre du nouveau Système d’information archivistique est avancée à 95%, reste un lieu de consultation.

Pour les documents parisiens : 60 à 70 % des instruments de recherche sont dématérialisés et intégrés au SIA.

La politique de numérisation restant encore largement à construire, les historiens sont vivement sollicités pour suggérer des priorités. Les programmes de numérisation sont définis, entre autres critères, sur la base des priorités fixées par les Archives nationales en matière scientifique.

Un accord avec la BNF (Gallica) pourrait être envisagé concernant la numérisation et/ou la mise en ligne de collections de littérature grise.

Le problème des liens avec ANMT est évoqué, les AN attendant la nomination d’un nouveau directeur.

Anne Conchon

Danièle Fraboulet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.