“Esclavage interne”, XVe-XIXe siècles

Appel à contributions
“Esclavage interne”, xve-xixe siècles. Sources, comparaisons et définitions
EHESS, Paris, 24-25 mars 2016

Financé par Paris Nouveau Mundi

Au cours des dernières décennies, le monde académique a été amené à seposer la question de la définition de l’« esclavage » dans divers cadres : avec le renouveau des débats sur l’esclavage antique, puis sous l’influence des travaux menés par les anthropologues de l’Afrique, de l’Asie et des Amériques, et plus récemment à la faveur des nouvelles orientations suivies par l’historiographie du travail.Si les spécialistes ne s’accordent pas sur une définition commune de ce qu’est l’« esclavage », celui-ci fait toujours office de référent essentiel à partir duquel sont évaluées la plupart des formes de la servitude, du travail contraint et de la « non-liberté ».

Nombre d’historiens ont été amenés à souligner le fait que les expériences à partir desquelles est défini l’esclavage ont pu être atypiques dans la longue histoire de la servitude. Partant de ce constat, ce workshop se propose d’aborder l’esclavage et la servitude à partir de leurs formes endogènes en réunissant autour d’une même table des spécialistes des formes internes de la servitude, qu’elles occupent une place importante dans l’historiographie (par exemple les sociétés européennes et islamisées) ou qu’elles soient plus méconnues (comme les expériences asiatiques).

Dans une optique de comparaison réciproque, les participants seront appelés à mettre en exergue les critères qui leur semblent essentiels dans la caractérisation de la forme de servitude présentée en la contextualisant et
en s’appuyant, si possible, à la fois sur les aspects normatifs (qu’ils
soient juridiques, coutumiers ou d’ordre religieux) et sur les pratiques (à travers les archives judiciaires, des contrats, des témoignages, etc.).
Cette approche commune permettra de confronter des expériences diverses, de questionner les méthodologies et de tester la validité (et les limites) des critères de définition hérités des différentes approches et conceptions de l’esclavage.
La participation à ce workshop n’est pas soumise à des frais d’inscription. Toutefois, les participants, en particulier les chercheurs confirmés, devront assurer leurs frais de déplacement et de séjour à Paris. Des allocations spéciales peuvent être envisagées dans le cas des doctorants et post-doctorants.

Les propositions de communications, accompagnées d’un court CV d’une page sont à envoyer à : tralibre-traforce@ehess.fr avant le 10 décembre 2015.

Contact et information : cchevaleyre {at} gmail [point*] com

Comité scientifique :

  • Odile Journet (EPHE)
  • Lionel Kesztenbaum (INED)
  • Catarina Madeira Santos (EHESS, IMAF)
  • Karine Marazyan (Paris 1)
  • Alessandro Stanziani (EHESS, CNRS – coordinateur)
  • Thomas Vernet (Paris 1)
  • Claude Chevaleyre (EHESS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.