L’Insee a presque 70 ans

Chers collègues

les 70 ans de l’Insee en avril prochain offrent l’occasion d’organiser un colloque et de réfléchir ensemble

aux transformations de la production et des usages de la statistique publique dans la période contemporaine.

N’hésitez pas à répondre à l’appel à communication présenté ci-dessous

Bien cordialement

Béatrice Touchelay

 

 

 

Appel à communication

« Histoire aujourd’hui, statistiques demain : regards croisés sur la production et l’usage des statistiques »

Colloque scientifique à l’occasion des 70 ans de l’INSEE

(Paris, 29 juin 2016)

 

« L’IGNORANCE DU PASSÉ NE SE BORNE PAS À NUIRE À LA CONNAISSANCE DU PRÉSENT : ELLE

COMPROMET, DANS LE PRÉSENT, L’ACTION MÊME. »

MARC BLOCH

 

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a été créé en 1946.

Producteur de chiffres et adepte de l’aléatoire, force est de constater, que l’Insee s’intéresse à l’Histoire ou à son histoire, à l’occasion d’années finissant par un « 6 ». L’Unité Recherche de l’institut organise ainsi en juin 1976 les Journées d’étude sur l’histoire de la statistique et publie à partir des contributions un ouvrage intitulé Pour une histoire de la statistique, en deux tomes

Contributions et Matériaux. Vingt ans plus tard, en 1996, l’Insee publie Cinquante ans d’Insee… ou la conquête du chiffre, pour éclairer les particularités de cet institut à la fois au sein des autres administrations, mais aussi vis-à-vis des autres instituts nationaux de statistique. En 2006, à l’initiative d’Alain Desrosières, l’Insee organise la première édition des Journées d’histoire de la statistique dont l’objectif est « de s’interroger sur les pratiques statistiques, sur les outils utilisés, sur les catégories produites, sur les champs investis par la statistique publique, sur l’harmonisation internationale, sur le métier de statisticien, etc., toutes questions auxquelles il est nécessaire d’apporter des réponses pour pouvoir produire des statistiques de qualité demain ».

Aussi, semble-t-il logique qu’en 2016, à l’occasion de ses 70 ans, l’Insee, en collaboration avec l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE), organise un nouvel événement autour de l’histoire de la statistique.

Les rôles de la statistique, et de la statistique publique en particulier, ont fortement évolué depuis la fin de Seconde Guerre mondiale. Empruntant à Alain Desrosières le titre de son livre La Gouvernance par les nombres1, Alain Supiot s’est récemment interrogé sur les conséquences d’un usage de plus en plus intense de la statistique dans la vie politique et sociale, « Avec la gouvernance par les nombres, on espère avoir une représentation chiffrée fidèle, réelle, objective, soustraite à toute espèce de débat car un tel système est censé définir les positions de chacun sans qu’il y ait à prendre de décisions ». Les sociétés développées font un usage toujours plus important d’indicateurs pour : comparer des agents, des pays, des institutions ; évaluer des projets ou des politiques publiques ; classer des performances au travers de palmarès ; etc. Cet usage des indicateurs s’inscrit dans la loi et affecte la vie des individus. En parallèle, la génération de données massives, résultats des traces laissées par les actions humaines dans les systèmes d’information et de gestion d’entreprises privées, et le développement des politiques de « données ouvertes » (Open Data) offrent de nombreuses opportunités économiques et statistiques mais soulèvent des inquiétudes quant au respect de la vie privée et de la propriété des données personnelles. Dans ces circonstances, qu’un mouvement politique et social « visant à la réappropriation [du] pouvoir émancipateur des statistiques » visse le jour, semble naturel et doit être pris en compte dans le questionnement historique sur le rôle des statistiques et des conditions de leur élaboration.

Cet appel à communication évoque tour à tour plusieurs pistes dont la liste n’est pas exhaustive : acteurs, institutions, outils et sources, champs et domaines, conventions et normes.

Il est possible de s’intéresser aux acteurs et institutions de la statistique publique. Parmi les premiers, le décès récent d’Edmond Malinvaud a suscité de multiples hommages qui ont permis de rappeler son rôle important dans la construction du système statistique français. En matière d’institutions, ces dernières ont sensiblement évolué et s’articulent désormais autour de trois piliers : l’Autorité de la statistique publique (ASP), le Conseil national de l’information statistique (Cnis) et le Système statistique public (SSP). Ces évolutions ne sont pas sans lien avec la place prépondérante prise par la statistique européenne.

De même, il est possible de poursuivre ou préciser les réflexions d’Alain Desrosières sur la dualité des sources statistiques que sont les enquêtes et les registres ou données administratives2.

Au-delà de l’histoire d’une enquête comme l’ont fait Olivier Monso et Laurent Thévenot dans le cas de l’enquête FQP, la question de l’histoire des enquêtes aux questionnaires de plus en plus complexes et personnalisés comme outils de description de l’économie et du social autorisant des comparaisons peut être abordée ainsi que celle du développement de panels pour le suivi temporel des trajectoires. Ces interrogations peuvent intégrer l’impact des développements techniques, de la combinaison des sources et de la volonté de réduire la charge de réponse et les coûts.

La construction d’un champ ou d’un domaine peut aussi faire l’objet d’investigation à la manière Gollac et Volkoff sur le travail (Mesurer le travail, 2008), ou celle de Bué, Coutrot et Puech sur les conditions de travail à partir des données de la Dares (Conditions de travail : les enseignements de vingt ans d’enquêtes), ou d’André Vanoli sur la comptabilité nationale (Une histoire de la comptabilité nationale, 2002).

Enfin, il est possible de s’intéresser aux conventions de mesures suivies par le statisticien public comme la pauvreté monétaire, le chômage, le ménage avec son chef maintenant disparu ou les nomenclatures.

Outre les thèmes déjà évoqués, les contributions pourraient aborder les sujets suivants : la statistique publique et son appréhension des dynamiques territoriales, la place originale que le système statistique public français a réservée aux études, aussi bien de niveau national que de niveau régional/local, la façon dont l’appareil statistique a organisé et fait évoluer le processus de communication (grand public, médias, spécialistes, chercheurs, etc.).

Le comité scientifique3 espère que les réponses à cet appel permettront de contribuer à ce que « les matériaux continuent de s’accumuler et les contributions de se succéder, pour que se construise et se reconstruise l’histoire de la statistique » (Mairesse, 19864). Nous vous invitons donc à participer nombreux à ce colloque anniversaire qui se tiendra le 29 juin 2016.

 

_ Merci de transmettre par courriel votre proposition de communication (un titre et un résumé court ne dépassant pas une page) d’ici la fin décembre 2015 à l’adresse suivante :

< colloque-70ans@insee.fr>

Les auteurs des communications retenues seront rapidement contactés courant janvier 2016 et devront transmettre leur communication avant le 31 mai 2016.

 

1 Ouvrage issu d’une série de cours présentés au Collège de France en 2012-2014.

2 Enquêtes versus registres administratifs : réflexions sur la dualité des sources statistiques », Courrier des Statistiques, n° 111, septembre 2004.

3 Ce comité présidé par Béatrice Touchelay est composé de : Michel Armatte, Fabrice Bardet, Isabelle Bruno, Jean-Jacques

Droesbeke, Stéphane Gregoir, Florence Jany-Catrice, Dominique Ladiray, Martine Mespoulet, Pierre Muller, Gaël de Peretti.

4 Avant-propos du tome 1 de « Pour une histoire de la statistique ».

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.