« Mobiliser et dépenser l’énergie, de l’Antiquité à nos jours »

RAPPEL : date limite  propositions de
communication : 15 octobre une version en anglais de cet appel est
disponible sur le site du RUCHE
http://ift.tt/1Oaayaj

Mobiliser
et dépenser l’énergie, de l’Antiquité à nos jours

Colloque  international organisé par le RUCHE à
l’Université Bordeaux-Montaigne 8-10 septembre 2016

Appel à communications

À l’heure où les conséquences du réchauffement climatique
commencent à peser de façon cruelle sur les régions les plus exposées de la planète et les populations qui y vivent, où la catastrophe de Fukushima ou les nouveaux déboires de l’EPR ruinent les derniers espoirs en un nucléaire propre et bon marché, où les agrocarburants ou les gaz de schiste peinent à convaincre de leur capacité à représenter des solutions d’avenir et où la énième conférence
internationale sur le climat va prochainement se tenir à Paris, personne ne doute plus que les questions énergétiques soient cruciales pour nos sociétés. L’idée que l’étude de ces questions puisse concerner les sciences humaines et sociales est en revanche beaucoup moins consensuelle. Les problèmes que posent
ce réchauffement et la nécessaire transition énergétique vers des sources d’énergie renouvelables, fiables et ne dégageant pas de CO2, sont pourtant multiples, et les sciences dites de l’environnement ou du climat ne pourront y faire face sans l’apport des sciences humaines et sociales, et notamment de l’histoire.

L’évolution
du rapport de l’humanité à l’énergie ne saurait en effet se
réduire à un récit
linéaire des innovations techniques ayant permis d’exploiter
telle ou telle
ressource ou de mettre en œuvre de nouveaux convertisseurs plus
efficaces que
ceux dont on disposait auparavant. Un système énergétique est
toujours sous-tendu
par des structures et des choix politiques, économiques, sociaux
qu’il convient
de mettre au jour pour en comprendre toutes les dimensions et
montrer comment,
au-delà de la mobilisation de l’énergie existant dans la nature,
sa conversion
et sa mise en œuvre ont des fondements et des effets très
complexes. Les
aspects sociaux, économiques, culturels, politiques et
géopolitiques sont tout
aussi importants, si ce n’est plus, que les aspects proprement
techniques ou
physiques. La mobilisation de l’énergie implique en effet des
choix, elle met
en jeu des intérêts financiers ou diplomatiques, favorise tel ou
tel groupe
social, profite à tel ou tel pays ; elle a des conséquences sur
le travail
de ceux qui la « produisent » ou de ceux qui l’utilisent, sur
l’organisation
des réseaux de distribution, sur la santé, les paysages, les
modes de vie, etc.
Autant de sujets qui relèvent de la compétence des sciences
sociales, non de
celle des sciences environnementales.

Jusqu’à
une date récente, l’histoire s’est malheureusement montrée assez
peu concernée par
les questions énergétiques. En France, seul un petit nombre
d’historiens des
sciences et des techniques ou de l’économie ont attaché quelque
importance à
une question perçue par beaucoup comme secondaire ou
rébarbative, alors même
qu’elle est au cœur de toute vie, de toute économie, facteur
d’inégalités
majeures aussi. Si des historiens comme Mathieu Arnoux, Alain
Beltran, Paul
Benoit, Christophe Bouneau, François Caron, Gabrielle Hecht,
Serge Paquier, Jean-Pierre
Williot ou Denis Woronoff… se sont intéressés à l’hydraulique,
au bois, à
l’électricité ou au gaz, c’est-à-dire à des sources
particulières d’énergie,
les ouvrages de langue française traitant non pas d’une source
particulière d’énergie
mais de l’énergie en tant que telle sont très rares. La question
de la pénurie
de bois à la fin du xviiie siècle
a
été abordée, il y a un certain temps déjà, principalement du
point de vue de
l’alimentation de l’industrie en combustible, mais la plupart
des travaux
existant sur l’énergie concernent le xxe siècle et
l’électricité. Les
Servitudes de la puissance. Une histoire
de l’énergie, de l’historien des sciences Jean-Paul
Deléage (Jean-Claude
Debeir et Daniel Hémery, co-auteurs), est une exception par sa
volonté de
fournir une perspective d’ensemble, mais les deux tiers de
l’ouvrage portent
sur la période postérieure à 1750.

L’historiographie
étrangère
est plus riche et plus ancienne : que l’on songe aux réflexions
de Lewis Mumford dans Technics
and
Civilization en 1934[1]
ou à
l’ouvrage pionnier d’Alfred Crosby, Children
of the Sun, A
history of humanity’s
unappeasable appetite for energy (1986), mais aussi à
Vaclav Smil,
politiste canadien qui se distingue par sa volonté d’être
lisible par toutes
les disciplines[2]. Comme dans le cas
de la France, cependant,
les ouvrages tendent à se concentrer sur une source d’énergie
plutôt que sur
l’analyse des mix nationaux : il en va ainsi de l’ouvrage
classique de John Nef, The Rise of the British
Coal Industry (1932)[3], dont les résultats ont été discutés
tout récemment
par Robert Allen[4],
ou de l’History of  British coal industry[5] pour la Grande
Bretagne ; de celui
de Karel Leenders, Verdwenen veenen[6],
pour les Pays-Bas et la tourbe ; ou encore de l’ouvrage de
Joachim Radkau,
Holz.
Wie ein Naturstoff Geschichte schreibt[7], pour l’Allemagne. Sans chercher à
faire ici une bibliographie
exhaustive qui n’a pas sa place dans cet appel, on citera
simplement deux
ouvrages dédiés, eux, à l’énergie dans son ensemble, qui nous
paraissent
mériter une attention particulière : les actes de colloque
quadrilingues
intitulés Economia e
Energia, Secc.
XIII-XVIII et publiés sous la direction de Simonetta
Cavaciocchi en
2003 ; la remarquable synthèse d’Astrid Kander, Paolo Malanima
et Paul
Warde, Power to the
People, Energy in
Europe over the last five centuries, parue en 2014.

La
réflexion des historiens sur la mobilisation et la dépense de
l’énergie doit se
poursuivre et interroger les systèmes énergétiques, leur
élaboration et leurs
rigidités, leurs changements, leurs conséquences tant
environnementales,
économiques, sociales et culturelles, que politiques, en tenant
compte bien sûr
de la nature des sources disponibles selon les périodes. C’est
la raison pour
laquelle le RUCHE organise, en 2015 et 2016, une série de
journées d’études sur
l’histoire de l’énergie[8] :


Université
de Valenciennes, 12 mai 2015 : « Animal
source d’énergie : enquêtes dans l’Europe d’avant la
Révolution industrielle »


EHESS Paris, 4 juin 2015 : « Énergies
renouvelables, énergies
carbonées: transitions énergétiques à double sens »


Université Bordeaux-Montaigne, 25
septembre 2015
: « Anticiper la pénurie énergétique »


Université Blaise-Pascal
Clermont (printemps
2016) : « Le moteur hydraulique »


Université Pierre Mendès-France
Grenoble (printemps
2016) : « Entreprises et énergie »

Le
présent colloque doit se comprendre comme le point d’orgue de
ces cinq journées
d’étude. Au-delà, ou en complément, des thèmes déjà abordés lors
de ces journées,
quelques axes ou orientations nous semblent particulièrement
pertinents et nous
encourageons donc les communications allant dans ce sens :

1)
La prise en compte du
temps long

Les
organisateurs souhaitent que, conformément aux principes du
RUCHE, le colloque
ne se focalise pas sur la période contemporaine mais inscrive
l’histoire de
l’énergie dans le long terme en intégrant
à part entière les recherches portant sur les périodes plus
anciennes. Des
éléments tenus pour acquis depuis longtemps, comme la
composition des mix
énergétiques antiques ou médiévaux, sont actuellement remis en
cause  par
l’archéologie, et font remonter très loin en arrière par rapport
à ce qui était
traditionnellement considéré comme la date de leur apparition
l’usage de
certains convertisseurs : l’usage des moulins, que l’on disait
être
apparus au Moyen-Âge, mais dont on sait maintenant qu’ils sont
utilisés en très
grand nombre dans l’Antiquité, par exemple, ou la fabrication du
charbon de
bois, désormais datée de la période proto-historique[9].
Les propositions
d’historiens et d’archéologues
de toutes périodes seront donc très bienvenues. De façon
générale, les tentatives
d’analyser dans le temps
long les relations entre mobilisation de l’énergie et
environnement seront également
très bienvenues.

2)
Système économique,
système social,
système énergétique

Le
cas européen le montre sûrement : le poids des structures
économico-sociales est déterminant dans la mobilisation et la
dépense de
l’énergie. On s’interrogera donc sur les liens
entre usages de l’énergie, croissance économique et structures sociales. On pourra pour ce faire
analyser par
exemple l’organisation de la « production » de l’énergie, le
rôle
respectif de l’offre et de la demande, la place des marchés et
la nature des
relations sociales qu’ils impliquent, le rôle des modes de
transport[10].
Les questions de
propriété apparaissent
aussi particulièrement importantes en matière d’énergie, qu’il
s’agisse de
bois, d’eau[11]
ou de charbon, avec la question de la distinction entre
propriété du sol et du
sous-sol. On se demandera si l’on rencontre, dans le passé, des
façons différentes de
répondre à un même
défi en mobilisant des ressources territoriales
différentes, ou même à
ressources identiques (voir le cas de la Norvège et de la Suède,
qui à
ressources hydrauliques identiques, ont un mix énergétique très
différent) ou
s’il existe des systèmes plus souples que d’autres et plus à
mêmes de répondre
aux défis énergétiques.

3)
Pénuries et transitions
énergétiques

Un
thème particulièrement important à nos yeux est celui des pénuries énergétiques, réelles et imaginaires, totales
ou partielles et
des transitions qu’elles ont parfois impliquées. Quelles
crises
énergétiques les civilisations du passé ont-elles rencontrées ?
Comment
les ont-elles gérées ? Les transitions énergétiques
trouvent-elles leur
origine dans des pénuries ou dans d’autres facteurs et
lesquels ? Quelle
chronologie suivent-elles ? Comment une société passe-t-elle
d’un système
énergétique à un autre, si tant est qu’il s’agisse vraiment d’un
« passage » ? Comment s’agencent, à un moment donné, les usages
de différentes sources d’énergie, dont de nouvelles
sources ou des sources utilisées auparavant de façon marginale
ou locale, pour
se recomposer en un nouveau mix ? Comment et sous quelles
pressions les
modes de conversion évoluent-ils ? Quel rôle jouent-ils dans les
transitions ? Qui pousse au changement de sources d’énergie et
pourquoi ? Les transitions passées ont-elles été le fruit de
politiques
délibérées et si oui, émanant de quels acteurs ? À qui ont
profité les
transitions ?

4)
Le cas de la transition
vers les énergies fossiles

L’explosion
de la consommation énergétique est l’une des caractéristiques
essentielles du xxe siècle, et la période de la mise en œuvre
massive des
énergies fossiles, que certains appellent « anthropocène »[12]
mérite
assurément que l’on s’y attarde. Les organisateurs de ce
colloque souhaitent
cependant que la pertinence d’un tel concept soit discutée et
non considérée
comme allant de soi. Ils souhaitent que des éclairages divers
soient apportés
sur les modalités qui
conduisirent à
l’usage généralisé du charbon de terre puis du pétrole[13],
et privilégieront les contributions fondées sur des études
empiriques. Ils
encouragent les propositions explorant non
seulement les ruptures mais aussi les continuités dans les
systèmes
énergétiques. Ainsi le charbon de terre était-il utilisé
dans de nombreuses
régions bien avant la période à laquelle on considère
généralement qu’il
commence à être mis en œuvre[14]
et reste
en usage au XXe siècle et même au XXIe siècle dans certains
pays, comme
« alternative » supposée préférable au nucléaire… Au-delà de la
nature des énergies mobilisées, la variété des convertisseurs
mis en œuvre, les
conditions de leur efficacité et les enjeux économiques et
sociaux qu’ils
recouvrent devraient être explorés (le charbon, par exemple,
n’est pas employé
aujourd’hui comme il l’était au XIXe siècle, et les comparaisons
doivent tenir
compte de la nature, de l’efficacité énergétique et des
inconvénients des
convertisseurs utilisés).

5)
L’espace européen

Les
propositions portant sur toutes les aires géographiques seront
examinées, mais
il nous semble intéressant d’interroger une éventuelle spécificité européenne en matière de
mobilisation et de
dépense énergétique. Quels ont été, par exemple, les
échanges de ressources
mais aussi de connaissances et de techniques dans ce domaine, au
cours des
siècles ? Quid du
débat
récurrent sur les
origines européennes
de la « révolution » des énergies fossiles[15]
? Quels ont été les liens
entre présence
massive de ressources fossiles et croissance économique, entre
maîtrise
énergétique et conquête coloniale[16] ?
Qu’en est-il enfin, au xxe siècle, de l’intégration des réseaux énergétiques en Europe,
particulièrement après
1945 ? Il nous semble que nous manquons de travaux
d’histoire économique,
sociale et environnementale sur les conséquences des choix
énergétiques opérés
tant par les États-nations que par les instances européennes. On
pourra s’intéresser
par exemple à ces grands
équipements
énergétiques, qu’ils soient hydrauliques, thermiques, pétroliers
ou nucléaires,
à leur efficacité annoncée et réelle, à leur impact sur leur
environnement et
les populations concernées, et à leur contestation, que quelques
études ont
commencé à explorer[17].
C’est
ici sans doute que l’histoire rencontrera le plus aisément
certains des
questionnements politiques les plus actuels…

6)
Une histoire culturelle
de l’énergie

Parmi
les thèmes qui pourraient être abordés figurent les aspects
proprement
culturels de l’énergie, trop peu étudiés à ce jour. Comment l’énergie est-elle perçue, que permet son
usage (voire son
gaspillage) ? Que modifie-t-il dans un rapport au monde ? Ainsi
des
études menées en Angleterre et en Écosse montrent-elles que le
prix ou le
« bon sens » ne sont pas les seuls éléments qui entrent en
compte
dans les changements d’habitude, mais que le paraître (il
existe, curieusement,
des énergies « à la mode »[18]),
ou la
tradition (le « foyer ouvert » des Anglais[19]),
jouent
à plein dans les modes de consommation de l’énergie. L’énergie
est aussi
déterminante pour comprendre les cultures
politiques : sous les régimes autoritaires au xxe siècle,
au premier rang desquels l’URSS mais cela est vrai aussi de
l’Espagne
franquiste, le gigantisme des centrales hydroélectriques et les
prouesses du
secteur nucléaire font partie intégrante de la promesse d’un
« avenir
radieux » destinée à susciter l’adhésion des populations.

Les
questions intéressantes sont bien plus nombreuses que les
quelques exemples
donnés ici, mais on aura compris que c’est
dans toutes ses dimensions (économiques, sociales,
environnementales, techniques,
culturelles, politiques) et sous toutes ses formes (eau, vent,
animal, charbon,
etc.) que ce colloque entend aborder l’énergie, et toutes
les propositions
seront examinées avec intérêt, quel que soit leur propos et la
discipline de
leur auteur, sous réserve qu’elles aient un caractère
historique.

Les
propositions, d’une
page maximum, devront
être accompagnées de quelques lignes de présentation de leur
auteur et
adressées à Geneviève Massard-Guilbaud et Charles-François
Mathis

cfmathis@hotmail.com

massard@ehess.fr

Date
limite d’envoi des
propositions 15 octobre 2015

Une
réponse sera donnée aux auteurs après examen de leur proposition
par le Comité
scientifique avant la
fin de l’année
2015.

Les
organisateurs sont en train de réunir les financements
nécessaires au colloque.
Ils espèrent être en mesure de prendre en charge les frais de
déplacement et
d’hébergement des communicants.

Comité
scientifique :

Arnoux Mathieu, histoire
médiévale, professeur à
l’Université de Paris-Diderot et directeur d’études à l’EHESS,
LIED.

Beltran
Alain, histoire contemporaine, directeur de
recherche au CNRS, IRICE.

Bouneau
Christophe,
histoire
contemporaine, professeur
à
l’Université Bordeaux-Montaigne.

Bouvier
Yves, histoire contemporaine, maître de
conférences à l’Université Paris-Sorbonne.

Beck Corinne, histoire et archéologie
médiévales,
professeur à l’Université du Hainaut-Cambrésis (Valenciennes),
directrice du Laboratoire CALHISTE.

Dalmasso Anne,
histoire
contemporaine, professeur
à
l’Université Pierre Mendès-France (Grenoble), LAHRHA.

DURAND Aline, histoire et
archéologie médiévales,
professeure à l’Université du Maine (Le Mans), CREAAH.

Frioux Stéphane,
histoire
contemporaine, maître
de
conférences à l’Université Lyon 2, LAHRHA.

KNOLL Martin, histoire
moderne et contemporaine,
professeur à l’Université de Salzbourg.

Massard-Guilbaud
Geneviève,
histoire
contemporaine, directrice
d’études
à l’EHESS, ancienne présidente de la Société européenne
d’histoire de
l’environnement (ESEH), CIRED.

Mathis
Charles-François,
histoire
contemporaine, maître
de
conférences à l’Université Bordeaux-Montaigne, président du
RUCHE, CEMMC.

Morera Raphaël,
histoire moderne, chargé de recherches au CNRS, CERHIO.

Rainhorn Judith,
histoire
contemporaine, maître
de
conférences à l’Université du Hainaut-Cambrésis (Valenciennes),
CALHISTE.

ORAM Richard, histoire
médiévale, professeur à
l’Université de Stirling (UK).

Laboratoires
et institutions partenaires
pressentis pour un soutien sur le plan scientifique et
financier (liste à
confirmer) :

Caisse
des Dépôts et Consignations

CALHISTE (Cultures,
Arts, Littératures, Histoire,
Imaginaires, Sociétés, Territoires, Environnement) – EA 4343
(Université du
Hainaut-Cambrésis)

CEMMC
(Centre d’Étude des Mondes Moderne et Contemporain) – EA 2958
(Université
Bordeaux-Montaigne)

CERCEC (Centre d’Étude
des mondes russe,
caucasien et centre européen) – UMR 8083 (EHESS / CNRS)

CIRED (Centre
International de Recherche sur
l’Environnement et le Développement) UMR 8568

Comité
d’histoire de la Fondation EDF

IRICE (Identités,
relations internationales et
civilisations de l’Europe) – UMR 8138 (Universités Paris 1
Panthéon-Sorbonne /
Paris-Sorbonne / CNRS)

Labex
Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe

LARHRA
(Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) – UMR 5190
(ENS Lyon /
Université Lyon 2 / Université Lyon 3 / Université Pierre Mendès
France / CNRS)

LIED (Laboratoire
interdisciplinaire
des énergies de demain) UMR 8236

[1] Il est vrai que Marc
Bloch s’était intéressé, dès les années trente, aux moulins
médiévaux.

[2] Smil a consacré de
nombreux ouvrages sur l’énergie . Citons Energy in World History, Westview Press, Boulder, 1994.

[3] London, 1932, 2 vol., 448 et 490 p.

[4]
The British Industrial
Revolution in Global Perspective, Cambridge, CUP, 2009.
Voir aussi Edward Wrigley, Energy and the
Industrial Revolution,
Cambridge, CUP, 2010.

[5] 4 vol., Clarendon
Press, 1983 à 1994.

[6] Gemeentekrediet,
Brussel, 1989.

[7] München, Ökom Verlag, 2007. Traduction anglaise A History
of Wood,
Cambridge, Polity Press, 2011.

[8] Pour plus de
renseignements,
http://ift.tt/1H96ViO

[9] Voir les travaux de
Jean-Pierre Brun sur les moulins hydrauliques ou ceux des
archéologues
d’Aix-en-Provence sur les fours à charbon de bois enterrés,
dont les plus
anciens connus datent de 800 avant J.-C.

[10] Alain Beltran,
Christophe Bouneau, Yves Bouvier, Denis Varaschin,
Jean-Pierre Willot (dir.), Etat et Energie, xixe – xxe siècle,
Paris, Editions du
Comité pour l’histoire économique et financière de la
France, 2009.

5 Voir par exemple
Stefania Barca, Enclosing
Water:
Nature and Political Economy in a Mediterranean Valley
1796-1916, Cambridge, The White Horse Press, 2010.

[12] Voir, pour la France,
Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, L’événement Anthropocène, Paris, Le Seuil,
2013. La littérature
anglophone sur ce concept est très étendue.

[13] Pour une excellente
tentative « d’histoire appliquée » sur le sujet : Robert
Allen C.,
« Backward into the future: The shift to coal and
implications for the
next energy transition », Energy
Policy, 50, 2012,
17–23.

[14] Catherine Verna et
Serge Benoit (dir.) Le
Charbon de terre
en Europe occidentale avant l’usage industriel du coke,
Anvers, Brepols
1999.

[15]  Voir
la réponse récente de Peer Vries aux
travaux de Kenneth Pomeranz : Peer Vries, State, Economy and the Great Divergence,
London, Bloomsbury,
2015.

[16] Ces questions renvoient
à la fois aux discussions autour de la « Grande divergence »
et
autour de l’ouvrage de R. P. Sieferle, Der unterirdische Wald. Energiekrise und
Industrielle Revolution, Beck, 1892 [Traduit en
anglais sous le
titre The subterrean Forest, White Horse Press,
2e édition 2010] qui
pour être plus ancien, n’en avait pas moins posé des
questions d’une grande
pertinence.

[17] Virginie Bodon, La modernité au village :
Tignes, Savines, Ubaye…
La submersion de communes rurales au nom de l’intérêt
général, 1920-1970,
Grenoble,
PUG, 2003. Sezin Topçu, La France nucléaire. L’art de
gouverner une
technologie contestée, Le Seuil, 2013.
Pablo Corral Broto, ¿Una sociedad más ambiental? Historia de los
conflictos ambientales
bajo la dictadura franquista en Aragón (1939-1979), thèse
d’histoire  2014,
EHESS/Université de Grenade (dir.
Massard-Guilbaud et Ortega Santos), ou encore Nathalie Blanc
et  Sophie Bonin
(dir.), Grands barrages et habitants, Paris et Versailles,
Éditions de la
MSH et éditions Quae, 2008.

[18] Richard Oram,
« Social inequality in the supply and use of fuel in
Scottish towns
c.1750-1850 », in Geneviève Massard-Guilbaud et Richard
Rodger, Environmental
justice in the city.
Historical Perspectives. Cambridge, The White Horse
Press, 2011, p.
211-231.

[19] Stephen Mosley, The Chimney of the
World. A History of Smoke
pollution in Victorian and Edwardian Manchester, Routledge,
2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.