Position de thèse : FIGAROL Thomas, Le district industriel de Saint-Claude et le monde du diamant à l’âge de la première mondialisation (années 1870-1914)

Thomas FIGAROL, Le district industriel de Saint-Claude et le monde du diamant à l’âge de la première mondialisation (années 1870-1914), thèse d’histoire, sous la direction de Jean-Claude Daumas, Université de Franche-Comté, 2015.

Dans les années 1870, l’industrie est omniprésente dans le Haut-Jura bien qu’on n’y trouve pas de grandes usines. L’activité manufacturière s’est développée dans des ateliers dispersés dans les campagnes ou dans les deux petites villes de ce territoire, Morez et Saint-Claude, et a donné naissance à deux districts industriels, chacun étant spécialisé dans des productions particulières. Dans le district industriel de Saint-Claude, les ouvriers fabriquent des « articles de Saint-Claude », c’est-à-dire divers objets en bois, parmi lesquels les pipes de bruyère occupent une place croissante, et taillent des pierres fines ou précieuses, à l’exception du diamant, principalement sur le plateau de Septmoncel. Dans la deuxième moitié des années 1870, une troisième activité est introduite dans le district industriel de Saint-Claude : la taille du diamant. A la veille de la Première Guerre mondiale, elle procure du travail à environ 1 500 ouvriers. Elle s’insère, par ailleurs, dans un processus de production qui se déploie à l’échelle mondiale : le diamant brut est extrait des mines d’Afrique du Sud, pour l’essentiel, il est vendu sur la place de Londres à des négociants implantés au Royaume-Uni, à Anvers, à Amsterdam, mais aussi à Paris ou en Allemagne. Certains d’entre-eux font tailler à façon une partie de leurs lots de diamant brut à des sous-traitants sanclaudiens et écoulent la marchandise ainsi obtenue principalement sur le marché de Birmingham. Quelques rares entreprises sanclaudiennes sont présentes sur le marché du diamant brut ; elles commercialisent leur production sur les mêmes marchés que les négociants donneurs d’ordre. L’industrie diamantaire du district industriel de Saint-Claude est donc pleinement intégrée au processus de mondialisation économique qui se développe dans la deuxième moitié du XIXe siècle, période que l’on peut désigner comme le premier âge de la mondialisation ou la première mondialisation, par opposition à la deuxième mondialisation qui prend son essor après la Deuxième Guerre mondiale. Dans ce contexte, le district industriel de Saint-Claude n’est qu’un territoire périphérique du monde diamant. Il participe de façon marginale à la chaîne de valeur qui se met en place dans les années 1870 et se déploie des mines d’Afrique du Sud aux ateliers et boutiques des fabricants joailliers d’Europe, d’Amérique du Nord, et du reste du monde en passant par les deux principaux centres de l’industrie diamantaire, Amsterdam et Anvers. Les acteurs du district industriel (les entreprises, les patrons, les ouvriers et leurs organisations) sont pleinement conscients de participer à un tel processus et développent différentes stratégies pour s’y adapter. C’est le cas en particulier du syndicat ouvrier qui s’organise très tôt à l’échelle internationale sur le modèle du syndicalisme de métier et joue un rôle historique important. En 1905 est fondée l’Alliance universelle des ouvriers diamantaires qui regroupe les syndicats ouvriers de Saint-Claude, d’Amsterdam, d’Anvers et des autres territoires de l’industrie diamantaire et prétend réguler les conditions de travail des ouvriers ainsi que l’apprentissage à l’échelle internationale. Le cas de l’industrie diamantaire du Haut-Jura permet donc de s’interroger sur deux phénomènes historiques essentiels : les formes territoriales de l’industrialisation, à travers la question du district industriel, et le processus de mondialisation de l’économie en observant ses effets à l’échelle locale. Par ailleurs, la branche diamantaire du district industriel de Saint-Claude présente une singularité : à partir de la fin des années 1890, elle est dominée par les coopératives ouvrières de production. Par conséquent, son étude donne l’occasion d’aborder la question des particularités de cette forme d’entreprise.

Thomas FIGAROL, le 24 janvier 2015.

Nicolas Marty

Nicolas Marty Professeur des Universités histoire Contemporaine, Catedràtic d'història contemporània Université de Perpignan, Universitat de Perpinyà

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.