Calculating and Governing Risk in Times of Crisis

Thèse de Sociologie

« Calculating and Governing Risk in Times of Crisis: The Role of Credit Ratings in Regulatory Reasoning and Legal Change (1930s – 2010s) »

Photo jointe par l'auteur à l'annonce de sa soutenance

Présentée et soutenue publiquement le 24 novembre 2014 par

Pierre PENET

Pour l’obtention du grade de Docteur en sociologie / Phd in Sociology
de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de Northwestern University.

 

à partir de 16h à SciencesPo Paris, Observatoire sociologique du changement, 98 rue de l’Université, salle Laveau, 75007 Paris.

 

Jury :

  • Olivier Borraz, directeur de recherches CNRS, Centre de sociologie des organisations, Sciences Po
  • Bruce Carruthers, John D. and Catherine T. MacArthur Chair and Professor of Sociology, Northwestern University (directeur)
  • Louis Chauvel, professeur des universités et chercheur associé, Observatoire sociologique du changement, SciencesPo, et professeur de sociologie FNR-PEARL, Université du Luxembourg (directeur)
  • Wendy Espeland, Professor of Sociology, Northwestern University
  • Michael Loriaux, Professor of Political Science, Northwestern University (rapporteur)
  • Grégoire Mallard, Associate Professor of Sociology and Anthropology of Development, Graduate Institute of International and Development Studies, Geneva (rapporteur)

Résumé de la thèse (en français)

Située à l’articulation de la sociologie de l’économie, de l’histoire de la finance et de la sociologie de la connaissance, cette thèse présente une analyse du rôle de la notation du crédit dans la régulation financière, et plus largement, du rôle de l’incertitude et de l’incomplétude juridiques sur les anticipations économiques des acteurs financiers. Le cadre d’analyse de la recherche se résume en quatre points. Premièrement, la thèse rompt avec une lecture strictement intellectualiste de l’action publique et présente une approche de la régulation financière par ses instruments, empruntant ainsi l’approche pragmatiste développée par les social studies of finance et par la nouvelle sociologie économique d’inspiration américaine. Deuxièmement, l’hypothèse centrale de la recherche est que les instruments réglementaires sont à la fois des techniques de connaissance et des outils juridiques. Aussi, ce sont les frictions qu’occasionnent les deux activités parfois contradictoires de calculer et de gouverner qui donnent au changement réglementaire sa dynamique historique.  Troisièmement, prenant l’exemple de l’usage de la notation dans la supervision financière comme dispositif de calcul et technique de gouvernement, la thèse propose une histoire de longue durée (1865-2010) de l’activité réglementaire sur les marchés financiers aux Etats-Unis et en Europe au travers de cinq régimes de régulation (régime statutaire, d’appel, disciplinaire, fictionnel et contractuel). Quatrièmement, l’originalité de la recherche est de combiner une approche macroscopique du changement réglementaire avec une approche méticuleuse de plusieurs courtes séquences historiques durant lesquelles d’importantes innovations réglementaires ont vu le jour, notamment le New Deal aux Etats-Unis et la crise de la dette souveraine en Europe. Ainsi, en plus de définir les contours de cinq régimes réglementaires, la thèse analyse la façon dont les régulateurs se sont saisis de la notation financière comme « mécanisme d’embrayage » afin d’opérationnaliser la transition d’un régime à un autre.

Abstract (in english)

My dissertation, Calculating and Governing Risk in Times of Crisis. Sovereign Risk and Credit Ratings in the 1930s and 2010s, analyzes the production of international law and of market governance standards in times of crisis. My research agenda is driven by two interrelated concerns. First, I attend to inconsistencies resulting from the transfer of private risk calculation into public governance frameworks as viewed from the perspective of regulators and credit rating agencies (CRAs). Second, I investigate the interwar roots of rating-based governance in the U.S. and evaluate its role in triggering the 2008 financial crisis. From one financial crisis to another, the use of agency ratings for purposes of financial regulation is a manifestation of a larger phenomenon that I term calculative governance.Calculative governance embeds the two opposite and conflicting worlds of governance and calculation: the discrete and the automated, contracts and algorithms, the political and the epistemological. It is within this contradiction that I look at the evaluative/calculative practices that credit rating agencies (CRAs) use to produce anticipatory knowledge under high uncertainty.

I additionally intervene in debates in the sociology of knowledge by studying the cognitive, organizational, and legal processes that inform the production of risk knowledge by CRAs in the sovereign debt sector. Building on a relatively new literature in the sociology of knowledge and science studies, I examine ratings as knowledge and legal devices. In doing so, I aim to redirect attention from epistemology to legal reasoning and governmentality to understand the inconsistencies that built up in sovereign ratings in the years leading up to the 2008 financial meltdown in general and the European sovereign debt crisis in particular. (source)

Rédaction

Association française d'histoire économique (AFHE)

More Posts

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.