Connaître par les nombres. Cultures et écritures comptables ay prieuré cathédral de Norwich (1256-1344)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
LAMOP

Harmony Dewez soutiendra sa thèse de doctorat

CONNAÎTRE PAR LES NOMBRES. CULTURES ET ÉCRITURES COMPTABLES AU PRIEURÉ CATHÉDRAL DE NORWICH (1256-1344)

Le lundi 28 avril 2014 à 14 heures
En Sorbonne, salle Duroselle

Membres du Jury :
Mme le Professeur Monique Bourin (Université Paris 1)
M. le Professeur Pierre Chastang (Université Versailles-Saint-Quentin)
M. le Professeur Laurent Feller (Université Paris 1, directeur)
M. le Professeur Paul Harvey (Durham University)
M. le Professeur Phillipp Schofield (Aberystwyth University, directeur)

Résumé
Le prieuré cathédral de Norwich est une communauté de moines bénédictins
rattachée à la cathédrale de Norwich, dans l’Est de l’Angleterre, pour laquelle sont préservés
de nombreux comptes des domaines – les comptes manoriaux – et des offices monastiques
– les comptes des obédienciers. Les plus anciens de ces manuscrits datent des années 1250 et
1260 et correspondent à des phases relativement précoces du développement de ces types
documentaires, qui s’inscrit dans le cadre global de l’essor des pratiques de l’écrit qui
caractérise cette époque. L’étude de ce fonds a permis de décrire l’influence du processus de
mise par écrit des comptabilités monastiques sur la formation d’une pensée comptable, à
travers les contraintes d’organisation, de vocabulaire et de définition des notions économiques
imposées par ce nouveau medium. À partir d’un corpus secondaire de sources normatives
ecclésiastiques, nous avons réévalué le rôle de la hiérarchie ecclésiastique au XIIIe siècle
dans la diffusion de pratiques administratives et comptables, illustrées par l’obligation des
obédienciers de rendre des comptes et de dresser le status domus, l’état financier de la
communauté. La spécificité des pratiques monastiques s’exprime à travers la structure
administrative des offices, entre lesquels sont réparties les ressources de la communauté.
L’équilibre de ce système décentralisé repose à la fois sur des réajustements financiers
constants entre les offices et sur l’intégration des dépenses communes, qui ne relèvent pas
d’un office particulier. Ces dernières sont gérées par des processus de répartition des dépenses
et par la mise en place de fonds monétaires aux degrés d’institutionnalisation variables.
L’administration des domaines donne lieu, quant à elle, à un ensemble de calculs et
d’estimations en marge des pratiques comptables qui se développent particulièrement dans la
dernière décennie du XIIIe siècle et s’inspirent des traités agraires tels que la Husbandry de
Walter de Henley. Ainsi se construit une connaissance chiffrée de l’agriculture qui permet, par
comparaison avec des valeurs de référence, de contrôler les pratiques agricoles des officiers
manoriaux. La précision logique et mathématique croissante de ces calculs permet d’affiner
les définitions de la valeur des choses, parfois confondues avec la valeur locative et
influencées par le développement concomitant de la fiscalité royale et pontificale pesant sur
les revenus monastiques.


  • [histoire_eco] Thèse : Harmony Dewez, « C onnaître par les nombres… »Natacha Coquery, 20/04/2014

Nicolas Marty

Nicolas Marty Professeur des Universités histoire Contemporaine, Catedràtic d'història contemporània Université de Perpignan, Universitat de Perpinyà

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.