Texte en l’hommage de Jean-Charles Asselain, par Bertrand Blancheton

L’annonce de la disparition de Jean-Charles Asselain a provoqué une profonde tristesse dans les communautés des historiens et des économistes. Il était autant respecté par les uns que par les autres. Il avait réellement la double culture : normalien, agrégé d’histoire en 1966 ; agrégé de sciences économiques en 1977. Il avait un rayonnement académique dans les deux disciplines comme en témoignent ses prises de responsabilités au sein de l’AFHE, du CHEFF, de la Mission historique de la Banque de France, de la Revue Economique et le large spectre de ses publications.

Jean-Charles Asselain laisse une œuvre, des résultats, une méthode et le souvenir d’une personnalité extrêmement attachante.

Il a produit environ 130 contributions scientifiques rédigées entre 1966 et 2013 dont 6 ouvrages. Ses recherches sont très diverses : les politiques de Poincaré, Blum, Mendès-France, Giscard, les performances de l’économie française au XXe siècle, sa compétitivité sur la longue période, ses spécialisations, la dynamique des taux de change, les conditions de l’efficacité des dévaluations en économie de marché, les expériences historiques d’ouverture économique.

L’ensemble de ces travaux fait ressortir les vertus de l’ouverture, le rôle moteur de l’intensification des échanges commerciaux sur l’activité économique. Jean-Charles Asselain s’oppose aux idées de Paul Bairoch « avocat du protectionnisme ». Paul Bairoch demande – pour cette raison – à Jean-Charles de signer la post-face du livre Mythes et paradoxes de l’histoire économique (1994). Il y expose son opposition aux thèses de Bairoch. Il démontre que le protectionnisme est un facteur d’amplification des crises et de limitations des reprises. Les mélanges rassemblés en 2009 son honneur par Hubert Bonin et Bertrand Blancheton sont d’ailleurs intitulés La croissance en économie ouverture (XVIIIe-XXIe siècles).

Les travaux scientifiques de Jean-Charles Asselain servent de base à la rédaction de plusieurs ouvrages de « vulgarisation » qui ont connu un grand succès auprès des étudiants ainsi L’histoire économique de la France, publié au seuil en 1984 a été longtemps très utilisée par les candidats au CAPES, à l’Agrégation où encore à l’entrée à HEC. L’Histoire économique en trois tomes Histoire économique. De la Révolution industrielle á la Première Guerre mondiale, (1985) a reçu le prix Émile Girardeau de l’Académie des sciences morales et politiques, Histoire économique du XXe siècle, La montée de l’État, puis La réouverture des économies nationales (1995) constituent aujourd’hui encore des ouvrages de référence dans le monde académique. Ces ouvrages symbolisent le statut de Jean-Charles Asselain dans la discipline. Sa capacité à opérer des synthèses définitives, difficile à amender. Ses publications ne sont pas étrangères à son élection, en 1995, en tant que correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques. Sur le plan de la méthode en histoire économique, Jean-Charles Asselain a toujours privilégié une analyse macro-économique dans la lignée de Kuznets et Bairoch. Il se montre réservé à la fois vis-à-vis de la New Economic History (NEH) et de l’histoire d’entreprise. Selon lui, la NEH n’avait apporté des résultats à la hauteur de la puissance des instruments mobilisés : le contrefactuel vaut ce que vaut le modèle. L’histoire d’entreprise, plus microéconomique, ne permet pas de dégager des régularités et produit des monographies qui souvent se perdent dans le détail et les anecdotes. Par contre il a toujours affirmé sa croyance en une histoire économique quantitative. Au sens large, elle concerne une histoire fondée sur l’étude des séries évidemment. En un sens plus étroit elle désigne une analyse assise sur un traitement statistique (plus ou moins complexe) des données historiques. Au sens restreint enfin, il s’agit d’une histoire qui s’attache à reconstituer des données macro-économiques dans le prolongement de la comptabilité nationale. Il souligne la grande importance des travaux de l’école de la comptabilité rétrospective de Jean-Claude Toutain et l’ampleur des chantiers à conduire dans le domaine de la reconstitution et la production de données macroéconomiques.

Ceux qui ont connu Jean-Charles Asselain gardent le souvenir de sa profonde gentillesse, son humanité, sa bienveillance, son caractère extrêmement attentionné, sa critique feutrée mais exigeante. Il fuyait les conflits et les mondanités mais restait très sensible aux éloges de ses collègues et de ses étudiants. La rigueur de la structuration et de la démonstration, le soin apporté à l’écriture, la profondeur de l’analyse économique et historique ont marqué une génération d’étudiants et d’enseignants à Bordeaux.

 

Bertrand Blancheton

Nicolas Marty

Nicolas Marty Professeur des Universités histoire Contemporaine, Catedràtic d'història contemporània Université de Perpignan, Universitat de Perpinyà

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.