Tabula rogeriana, 1154. Le monde à l’envers

11 déc. 2020 : Visioconférence : Institutions et développement économique dans une perspective globale + Assemblée générale de l’AFHE

Table ronde organisée par Alessandro Stanziani, CNRS et EHESS (CRH), suivie de l’assemblée générale de l’AFHE
Modératrice : Catherine Virlouvet, Université d’Aix-Marseille

Programme du vendredi 11 décembre 2020

Première partie. Population, travail, institutions. 14h-15h15

Hayri Gökşin Özkoray, Université d’Aix-Marseille
Alessandro Stanziani, CNRS et EHESS
Denis Cogneau, IRD et EHESS

Deuxième partie. Institutions et marchés. 15h30-16h45

Louise Quillien, Université de Paris 1
François Gipouloux
, CNRS, Centre Chine
Vanessa Caru, CNRS, Ceias

Discussion générale. 16h45-17h15

 Assemblée générale de l’AFHE. 17h30-19h

Présentation de la table ronde

Le but de cette table ronde est de discuter les liens entre institutions et dynamiques économiques dans des analyses comparées et globales à la fois. Dans cette perspective, la priorité sera donnée à des régions (ou aires culturelles selon la perspective adoptée) et à des périodes qui ne constituent pas les domaines privilégiés de l’histoire économique, en France en particulier. Nous discuterons ainsi de Mésopotamie ancienne, d’Islam et monde ottoman médiéval et moderne, de Russie, Chine, Afrique et Inde à l’époque moderne-contemporaine.

Le principal problème méthodologique qui se pose est le fait que les discussions et les schémas plus ou moins théoriques à partir desquels les relations entre institutions et dynamiques économiques ont été discutés s’inspirent des expériences modernes et contemporaines occidentales. Dans cette littérature, des travaux de D. North – R. Thomas jusqu’aux études plus récentes de D. Acemoglu, l’efficacité des institutions par rapport à la complétude des marchés a été déclinée, puis élargie à tout contexte aussi bien spatial que temporel.

L’ambition de cette table ronde est d’évaluer la pertinence de ces démarches à partir de cas non européens, mais aussi anciens et médiévaux. Deux axes principaux se dégagent : d’une part, une réflexion sur la dynamique entre institutions, commerce et production ; d’autre part, les liens entre travail, institutions et dynamiques économiques. Certains éléments, comme le crédit, la propriété, la place des individus seront transversaux aux deux axes.

1. Première partie. Population, travail, institutions. 14h-15h15

Hayri Gökşin Özkoray, Université d’Aix-Marseille
La peste dans l’Empire ottoman : les pistes d’histoire macro-économiques (XIVe-XVIIe siècle)

L’intervention porte sur l’impact des éruptions des phases épidémiques de peste sur différentes provinces ottomanes. Il y est notamment question des équilibres démographiques, de la mobilisation et de la reconstitution de la force de travail, des fluctuations des prix et des salaires (réels). Il s’agit à la fois de voir l’ancrage de mes recherches par rapport à l’historiographie de l’économie ottomane et en lien avec les chercheurs médiévistes et modernistes économistes travaillant sur la peste noire en Europe occidentale.

Alessandro Stanziani, CNRS et EHESS
Russie et servage : obstacle ou soutien à la croissance ?

Pour la Russie tsariste il sera question de discuter de la relation entre servage et développement économique. Dans un débat proche de celui sur l’esclavage américain, puis sur l’esclavage plus généralement, celui sur le servage invite à interroger le lien entre coercition et dynamiques économiques : frein ou soutien à la croissance ?

Les approches économiques conventionnelles associent capitalisme, croissance et travail « libre », le travail contraint, esclavage et servage en particulier, étant associé plutôt au « retard » voire à la stagnation. Il s’agira de remettre en discussion ces perspectives à partir du cas russe, sans oublier l’historiographie de l’esclavage aux USA et les débats actuels sur néocapitalisme et formes de l’esclavage.

Denis Cogneau, IRD et EHESS

Si on regarde les pays africains actuels, quels sont les facteurs historiques de différenciation de leurs trajectoires économiques et sociales? (1) Conséquences des traites esclavagistes, des différentes formes de colonisation (peuplement, traite agricole, traite minière), des différents « styles » de colonisation (britannique, française, etc. ; protectorat, mandat, colonie pure), enfin des différentes voies prises par les décolonisations ; (2) ces différents chocs historiques ont-ils bouleversé les inégalités et la mobilité sociales; les élites postcoloniales sont-elles les mêmes que les élites précoloniales ?

2. Deuxième partie. Institutions et marchés. 15h30-16h45

Louise Quillien, Université de Paris 1

L’historiographie récente a cherché à démontrer l’existence d’un phénomène de croissance économique en Babylonie au milieu du Ier millénaire avant notre ère. Il y a eu des débats, aujourd’hui anciens, sur le degré de contrôle de l’économie par les institutions et sur la place tenue par acteurs privés. Plutôt que de reprendre ces débats, car le temps imparti est limité, je propose de partir des travaux actuels sur l’essor économique de la Babylonie et de voir quel a été le rôle des institutions dans cette dynamique. Il sera développé en particulier, le cas de la production et de la vente de la laine par le temple d’Uruk : une institution produit une denrée en masse qu’elle revend contre de l’argent qui passe ensuite dans les circuits d’échange à travers les salaires.

François Gipouloux, CNRS, Centre Chine 

Une révolution commerciale se produit à deux reprises dans l’histoire longue de la Chine, sous les Song (XIIe-XIIIe siècle) et à la fin des Ming (XVIe-XVIIe siècle). Mais pourquoi ne peut-elle porter de fruits? Quels sont les facteurs qui inhibent son développement en une révolution industrielle ? Comment les questions du fonctionnement des marchés, des rapports des marchands avec l’administration, de l’élaboration et du fonctionnement d’un droit privé, de la pérennité de l’entreprise —ou sa fragilité—, sont-elles abordées par les historiens de l’économie aujourd’hui en Chine?

Vanessa Caru, CNRS, Ceias 

Dans cette intervention sur l’Inde à l’époque contemporaine, deux points principaux seront examinés :

(1) une mise au point sur le traitement historiographique du développement du capitalisme industriel en Inde (questions de la désindustrialisation liée à la domination coloniale, des effets du système de castes, des sources disponibles, etc.)

(2) dans ce contexte, il sera question de la production des élites techniques et de la mobilité sociale induite (à partir du cas des ingénieurs). 

Discussion générale 16h45-17h15.

Assemblée générale de l’AFHE 17h30-19h

Rédaction

Association française d'histoire économique (AFHE)

More Posts

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.