L’information économique des salariés

Chers collègues,

 

voici un appel à communication pour le dossier thématique de la Revue de l’ISMEA (Economies et Sociétés, série KF) consacrée à l’information économique et sociale des salariés qui prolonge la table ronde organisée avec Isabelle Chambost (CNAM)au CNAM le mois dernier.

Bien cordialement

 

Béatrice Touchelay

 

APPEL A CONTRIBUTION

ISMEA

Economies et Sociétés

Série « Entreprise et finance » KF

Rédacteur en chef : Henri Zimnovitch (Université Paris-Sud – Pesor)

Rédacteur en chef invité : Christian Hoarau (Cnam-Lirsa)

 

 

Le troisième numéro de la revue Economies et Sociétés – Série Entreprise et finance « KF » –  aura pour thème principal : « L’information économique et sociale des salariés et de leurs représentants », on trouvera ci-après l’appel à contribution.

Comme pour les numéros précédents, d’autres contributions en dehors du dossier thématique peuvent être soumises, notamment celles liées au nouveau programme « Finance and Sustainability » (FAS 2012+) : travaux sur « Dette financière – dette écologique », sur l’Investissement Social Responsable, sur le financement de l’Economie Sociale et Solidaire, sur les agences de notation…. Les textes devront suivre les mêmes instructions que celles indiquées dans l’appel à contribution qui suit mais seront adressés à Christian Hoarau (christian.hoarau@cnam.fr) et Henri Zimnovitch (henri.zimnovitch@u-psud.fr).

 

 

Dossier Thématique

L’information économique et sociale des salariés et de leurs représentants

Histoire d’un enjeu de société

Responsables : Isabelle Chambost (Cnam-Lirsa) et Béatrice Touchelay (Université de Lille 3)

 

Date limite de soumission : 20 décembre 2012

 

 

 

L’information économique et sociale est progressivement apparue comme un facteur de revendication et d’émancipation des salariés ainsi que de redistribution des richesses créées. On peut, à ce titre, s’interroger sur les jalons historiques de la construction et de la diffusion de ces informations, sur leur nature, sur les objectifs recherchés, sur l’émergence et la déclinaison de leurs enjeux selon les périodes et selon les pays.

 

Quelques grandes étapes et orientations peuvent être rappelées, à titre simplement d’exemples.

En ce qui concerne la France, on pourrait ainsi citer la législation des mines avec l’institution du délégué mineurs au tournant des années 1890, les lois de 1919 sur les conventions collectives, le programme du Conseil National de la Résistance du 15 mars 1944 qui insuffle des évolutions législatives substantielles en matière d’obligations d’information et de consultation des comités d’entreprise, ainsi que toutes les tentatives plus ou moins fructueuses de construction de référents nationaux en matière d’évolution des prix et des salaires, nécessaires aux négociations relatives aux rémunérations.

En ce qui concerne l’Allemagne, la Constitution de Weimar a posé les bases juridiques contraignantes d’une représentation des salariés dans l’entreprise, cadre dans lequel se sont développés, par la suite, les droits d’information, de consultation et de codécision sur les décisions affectant le devenir de l’entreprise. Le cadre institutionnel actuel de la représentation des salariés, reposant sur une construction complexe de l’information aux différentes échelles de l’entreprise, comité d’établissement, comité central d’entreprise, comité de groupe, comité d’entreprise européen, est l’aboutissement d’un long processus dont l’un des éléments marquants a été la loi de 1951 sur la « codécision ».

 

Les évolutions récentes résultent d’une difficulté croissante des salariés à reconstruire –et ce faisant à peser sur – l’information pertinente sur l’entreprise dont les frontières mouvantes, risquent de fragmenter la connaissance que les salariés peuvent avoir de cette dernière.

 

 

Les informations sur l’entreprise (conditions de travail, rémunération, performance économique et financière etc.) figurent donc, parmi d’autres, au cœur des relations de pouvoir. Véritables constructions sociales, elles constituent des enjeux, pour les salariés et leurs représentants, en termes d’obtention de ces informations, de leur décryptage ou déconstruction, mais également en matière d’appropriation de leur élaboration et ce tant au niveau de l’entreprise, qu’à l’échelon national et international, comme en témoigne la construction d’indicateurs macro-économiques.

 

Sans être exhaustif, les contributions s’inscriront par exemple dans les thèmes suivants :

–          Les forces en présence qui sont à l’œuvre dans l’émergence des différentes législations nationales sur l’information économique et sociale des salariés et de leurs représentants ainsi que dans la construction d’indicateurs macro-économiques,

–          La définition des étapes essentielles de ce cheminement,

–          La présence éventuelle d’effets de diffusion entre les différents pays et l’impact des efforts législatifs au niveau européen,

–          L’examen des initiatives avortées ou dont la réalisation se révèle en deçà des ambitions initiales (comme, par exemple, le bilan social ou la gestion prévisionnelle des emplois) et la recherche d’explication de ces échecs,

–          La définition des conditions d’appropriation de ces informations par les salariés et leurs représentants (formation, recours à l’expertise…) compte tenu des configurations institutionnelles particulières dans chaque pays,

–          ….

 

 

 

 

 

 

Instructions à l’attention des auteurs

 

A. Soumission des textes

Les articles proposés pour le dossier thématique doivent être adressés par courriel à Isabelle Chambost (isabelle.chambost@cnam.fr) et Béatrice Touchelay (beatrice.touchelay@free.fr).

Les autres propositions d’articles pour le n° KF3 sont à adresser à Christian Hoarau (christian.hoarau@cnam.fr) et Henri Zimnovitch (henri.zimnovitch@u-psud.fr).

 

Les propositions ne devront pas dépasser 70 000 signes (espaces, notes et bibliographie compris) longueur des textes doit être comprise entre 45 000 et 65 000 signes (bibliographie comprise).

Elles seront soumises anonymement à au moins deux référés.

B. Métadonnées

  • Identification et coordonnées des auteurs (adresses professionnelle, publiable, et personnelle, non publiable, ainsi que e-mail)
  • Résumé en langue française (1000 caractères maximum)
  • Abstract en langue anglaise (1000 caractères maximum)
  • Titre de l’article en anglais

C. Texte de l’article

L’article doit être composé en caractère 12 Times New Roman, interligne 1,5, justifié des deux côtés.

Référence aux auteurs cités dans le corps du texte : [entre crochets, Nom(s), initiale(s) prénom(s) année entre parenthèses, virgule, pages p.], exemple : [Auroux J. (1981), p. 54-59].

Structuration des titres et sous-titres selon le modèle suivant :

I.- Titre

I.1.- Sous-titre

a) Titre intercalaire

Les passages du texte qui doivent être en italique doivent être présentés directement en italique

Citations entre guillemets français (« … »).

Éléments annexes, documents originaux d’illustration (tableaux, figures, dessins, schémas, graphiques) fournis en même temps que l’article.

D. Quelques règles de saisie

  • pas de mots entièrement en majuscules.
  • accentuer les majuscules quand c’est nécessaire (État et non Etat)
  • appel de notes de bas de page : en bas de page, numérotées à la suite, graduellement, conformément aux appels de note, sur la même page (suite page(s) suivante(s) s’il y a lieu), numérotés à partir du corps du texte proprement dit seulement (en en-tête de l’article : astérisque(s)).

E. Bibliographie finale

Par ordre alphabétique d’auteurs:

Pour les revues : DUPONT J. [2000], « Economie et gestion des services », Revue internationale, Vol. 3, n° 5, p. 34-47.

Nom de l’auteur en petites majuscules, année entre crochets, titre entre guillemets, nom de la revue en italique.

Pour les ouvrages : AUROUX J. [1981], Les droits des travailleurs, Rapport au président de la République et au Premier ministre, La Documentation Française, Paris.

Nom de l’auteur en petites majuscules, titre en italique.

Pour les chapitres dans des ouvrages : DURAND P. [2000], La relation de service, in DUPONT J. (éd.), La nouvelle économie des services, Edition Nationale, Paris, p. 23-40. , Titre du chapitre en italique.

Pour les rapports de recherche et les communications :

DUPONT J. [2000], Les services, rapport pour le ministère de la recherche, décembre.

DURAND P. [2000], Les TIC dans les services, colloque international « Les services et les TIC », Paris, 15-17 décembre.

 

o   Responsable de la publication : Jacques Ninet, ISMEA

o   Rédacteur en chef de la série : Henri Zimnovitch, U. Paris Sud

o   Rédacteur en chef invité : Christian Hoarau, CNAM

 

Comité de rédaction :

Président : Roland Pérez, U. Montpellier 1

 

o   Jean-Marie Bouquery, AND, AAF

o   Isabelle Chambost, CNAM

o   Frédérique Dejean, CNAM

o   Philippe Gillet, U. Paris Sud

o   Pascal Glémain, ESSCA Angers

o   Gérard Hirigoyen, U. Bordeaux 4

o   Paul Jorion, anthropologue et économiste

o   Eric Lamarque, U. Bordeaux 4

o   Michèle Leclerc, EHESS

o   Céline Louche, Vlerick Gent-Leuven Bus. School (B)

o   Bernard Paranque, Euromed Man. Marseille

o   Yvon Pesqueux, CNAM

o   Jean-Paul Pollin, U. Orléans

o   Hélène Rainelli-Weiss, U. Paris 1

o   Jean-Louis Rastoin, Supagro Montpellier

o   Jacques Richard, U. Paris Dauphine

o   William Sun, Leeds Met University (UK)

o   Béatrice Touchelay, Université de Lille

o   Jean-Noël Vieille, analyste financier

o   Christian Walter, Inst. Cath. Paris

o   Olivier Weinstein, U. Paris Nord

o   Thierry Wiederman-Goiran, U. Paris 1, IAE


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.