Archives par mot-clé : travail

Lise Bender Jørgensen invitée du séminaire Le travail dans les sociétés anciennes, 9 janvier 2014.

Lise Bender Jørgensen, directrice d’études invitée à l’Ehess, professeur d’archéologie à la Norwegian University of Science and Technology (Trondheim), donnera dans le cadre du séminaire de C. D’Ercole « Le travail dans les sociétés anciennes: acteurs, enjeux, représentations »,

« Spinning Faith »
 
Why was yarn always twisted « s » in Roman Egypt, while that in Italy and most other European parts of the Roman world were twisted « z »? The seminar gives an overview of textiles in the Classical World, and discusses the labour and learning of textile making, i e. time consumption, who engaged in it, skilled and unskilled work, division of labour and transmission of crafts knowledge. Further issues are notions of faith behind the seemingly simple processes of spinning and weaving. Examples are drawn from Greece, the Roman World and Prehistoric Europe using ethnographic studies of textile work for analogies.

 

Le jeudi 9 janvier 2014 de 9 à 11heures,
Ehess, salle 1, 105 Boulevard Raspail, 75006 Paris.
Vous êtes les bienvenus
Cecilia D’Ercole

Séminaire EHESS : Le travail dans les sociétés anciennes : acteurs, espaces, représentations (Cecilia d’Ercole)

Voici la présentation de mon séminaire à l’Ehess, ainsi que le calendrier des premières séances,
Bien cordialement
Cecilia D’Ercole
Le travail dans les sociétés anciennes : acteurs, espaces, représentations Cecilia D’Ercoledirectrice d’études à l’EHESS Jeudi de 9 h à 11 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2013 au 5 juin 2014Activité productrice de biens et de savoirs, fondatrice de hiérarchies sociales et d’expressions symboliques, le travail indépendant dans les sociétés grecques et romaines tracera à nouveau le contour de nos recherches  en 2013-2014.L’enquête menée au cours du cycle précédent a mis en valeur la proximité lexicale mais aussi les grands écarts sémantiques entre la vision ancienne et moderne du travail.Il s’agit à présent d’approfondir les raisons de telles spécificités, en s’appuyant sur des cas de figures choisis dans les milieux urbains grecs et romains, depuis l’époque archaïque jusqu’à la période impériale. Pour répondre à cet objectif, le séminaire sera centré autour de deux axes essentiels : les acteurs et les espaces de la dynamique du travail.Le premier volet explore les questions fondamentales, concernant la formation et la transmission des compétences professionnelles (la technê des Grecs ou l’ars des Romains), la spécialisation des métiers et enfin la place qui leur est attribuée dans l’échelle sociale du corps civique.Le second volet porte sur les interactions entre les lieux du travail et l’ensemble de la cité afin d’étudier les différents cas d’intégration, ou de séparation, du monde de la production au sein du tissu urbain, que ce soit dans la polis grecque de l’époque classique, dans les cours royales hellénistiques ou dans les cités romaines à l’époque impériale.Enfin, au cours de nos enquêtes, nous porterons une attention constante aux stratégies de la représentation que le corps social ou les protagonistes choisissent pour signifier leur activité et leur identité sociale, dans les discours aussi bien que dans les images.

 

Calendrier des séances du 7/11 au 19/12

7 novembre : « Akribeia, diligentia. Les vertus de l’artisan en Grèce et à Rome »

14 novembre : « Travail manuel et machines dans l’Antiquité grecque et romaine »

21 novembre : « Agoraioi : les « chômeurs » dans l’Athènes classique »

28 novembre : « Les espaces du travail dans la cité grecque », par Giorgos Sanidas, Université de Lille III-Halma-Ipel

5 décembre : « Offrande, échange, reste. Du rituel au travail en Inde ancienne », par Silvia d’Intino, CNRS-Anhima

12 décembre : « Présentation et affichage des métiers dans le commerce urbain en Grèce et à Rome »

19 décembre : « La fin de la vie professionnelle ? Pratiques et exemples dans les sociétés anciennes. »

 

Création de l’association française pour l’histoire des mondes du travail

Création de l’Association française pour l’Histoire des Mondes du Travail
Créée en juin 2013, l’Association Française pour l’Histoire des Mondes du Travail (AFHMT) entend promouvoir les recherches qui s’effectuent dans ce domaine. L’histoire du travail, des travailleuses et des travailleurs font l’objet d’un regain d’intérêt favorisé par le renouvellement des problématiques invitant à repenser l’histoire par le travail sur fond d’échanges avec les autres sciences humaines et sociales. L’AFHMT se propose de soutenir cette dynamique dans une perspective plurielle. Ouverte aux spécialistes de différentes périodes et de divers territoires, elle inclut dans son périmètre l’ensemble des démarches qui interrogent le travail dans sa double dimension d’activité et de rapport social, sur son articulation aux autres cadres de socialisation et sociabilité, ses résonnances culturelles, économiques et politiques.
L’AFHMT s’adresse aux historiennes et historiens, mais aussi aux chercheuses et chercheurs de toutes les disciplines qui souhaitent prendre en compte la dimension historique des questions de travail.
Sur ces bases, l’AFHMT souhaite développer l’histoire des mondes du travail au sein de l’université et des institutions de recherche comme dans les programmes de l’enseignement secondaire. Elle se donne pour vocation de favoriser l’organisation de rencontres et l’élaboration de projets scientifiques, la diffusion d’informations sur ces initiatives, de soutenir le parcours des doctorantes et doctorants, l’insertion professionnelle des jeunes docteurs. Membre fondateur du Réseau européen d’histoire du travail (European labour history network) et de son conseil de coordination, l’AFHMT entend coopérer avec les associations françaises et étrangères dont les objectifs croisent les siens et renforcer les liens entretenus avec les centres détenteurs de documentation et d’archives.
Son conseil d’administration de 23 membres et représentatif de ses différentes composantes a élu un bureau où siègent Michel Pigenet (président), Nicolas Hatzfeld (secrétaire), Alexandre Fernandez (trésorier), Xavier Vigna (secrétaire-adjoint), Laure Machu (vice-présidente), Corine Maitte.
Un site internet en cours de préparation verra le jour avant la fin de l’année.
Pour adhérer, il suffit de régler sa cotisation annuelle 2013-2014 (10 euros pour les doctorants, 20 euros pour les autres membres). Les règlements par chèques, à l’ordre de l’AFHMT, sont à adresser au trésorier, M. Alexandre Fernandez, 241 rue Turenne, 33000 Bordeaux ou au siège de l’Association, 9 rue Malher, 75004 Paris.

Publication et souscription : histoire sociale de la manufacture d’armes de Châtellerault

Cher(e)s collègues

 

 

En coopération avec le Centre Châtelleraudais d’Histoire et d’Archives et  avec le soutien du SHD, nous vous présentons le fruit des travaux de l’équipe que nous avons réunie pour rédiger une histoire sociale de la Manufacture d’Armes de Châtellerault – une histoire qui fait référence parce qu’elle offre un regard spécifique sur deux siècles (ex : naissance du socialisme, formes de la résistance ouvrière à l’occupation, aspects du modernisme industriel du second XXe s, ) et pour de nombreuses raisons parmi lesquelles:

 

–         La Mac naît au moment ici précoce du tournant des professions de la métallurgie de la production en fabrique vers la production de série, des anciens métiers aux nouvelles qualifications, aux approches de l’OST…

–         Elle reçoit très tôt des migrants, dès 1819 (Alsaciens), pendant la Grande Guerre (Chinois)… inédit : une première approche de leur insertion dans cette  ville,  de leurs luttes… par exemple la révolte de quelques travailleurs chinois,

–         Les guerres sont l’occasion d’une féminisation des personnels démultipliés,

–         Le mouvement syndical anticipe ici dès l’entre-deux-guerres les problématiques de l’unité que l’on retrouvera mutatis mutandis dans la seconde partie du siècle… inédit : l’unité préservée localement entre unitaires et confédérés,

–         La fermeture en 1968 anticipe là encore les problématiques des reconversions industrielles et des « plans sociaux », bref le monde qui se continue sous nos yeux… une synthèse inédite des événements et des comportements.

–         Etc.

 

L’iconographie, abondante, s’appuie sur de nombreuses archives inédites conservées par le CAAP de Châtellerault.

 

Encore faut-il que ce bijou paraisse, et vous trouverez ci-dessous, avec le sommaire, le bon de souscription dont l’éditeur attend 300 retours pour lancer ses machines.

 

Nous vous appelons donc à … anticiper… cet achat utile tant à vous-mêmes qu’à vos institutions respectives.

 

Avec nos remerciements et nos salutations cordiales.

 

 

MCA, PG, DH, PM.

SOMMAIRE

 

PREFACE, Hervé JOLY

 

AVANT-PROPOS, Anne-Elyse LEBOURGEOIS

 

INTRODUCTION

 

Chapitre 1 : 1819, sous la Restauration, un nouveau monde… pourtant déjà loin un demi-siècle plus tard

 

La décision, ou la manufacture royale d’armes de Châtellerault, pièce maîtresse de la restructuration du complexe militaro-industriel de l’Etat

Entre deux âges

Les statuts du personnel, de l’entreprise, du complexe

Aux sources du socialisme

La première fabrication de série, le Chassepot (1866), transforme la collectivité ouvrière.

 

Encadré : Du Klingenthal à Châtellerault par Françoise METZGER.

 

Chapitre 2 : 1870-1914. La République organisatrice

 

La mise en ordre du complexe militaro-industriel de l’Etat

Une nouvelle condition ouvrière : de la résistance au statut

La seconde naissance du socialisme

La difficile émergence du syndicalisme.

 

Encadré : Clément Krebs  par Alain HOUISSE.

Chapitre 3 : 1914-1918 : Travailler à la manufacture durant la Première guerre mondiale

L’impact de l’économie de guerre

 

Produire et combattre :

La mobilisation militaire et industrielle

Le passage à la production de masse

La réorganisation de l’effectif mobilisable :

Les ouvriers mobilisés : armuriers ou embusqués ?

La récupération de combattants et la relève : la loi Dalbiez

La loi Mourier

Une main d’œuvre de remplacement : des femmes, des Chinois, des Belges :

Près de 1 600 femmes à la Manu

L’engagement de plusieurs centaines de Chinois

Plus de 200 Belges

Des conditions de travail modifiées :

Une augmentation de la durée du travail

Une augmentation des salaires en « trompe l’œil »

Des structures sociales spécifiques :

Création d’une commission pour l’organisation du travail

De nouvelles infrastructures pour le personnel

Transporter et loger les ouvriers et ouvrières recrutés

Les grèves de 1917 ont-elles concerné la manufacture de Châtellerault ?

Le freinage

Conclusion.

 

Chapitre 4 : 1918-1939, Trève, réorganisation, solidarité dans la crise

 

Lendemains de guerre :

Situation à la fin du conflit

Réduction des effectifs

Période de reconstruction :

Fabrications militaires de la période transitoire

Participation à la reconstruction

Quel avenir pour les établissements militaires ?

Réorganisation des fabrications de guerre :

Les problèmes de l’armement portatif

L’évolution de l’équipement

La nécessité d’études en amont

La réorganisation des fabrications d’armement

Le Service des Etudes de la MAC  de 1920 à 1940

Evolution matérielle de la MAC :

Une nouvelle source d’énergie

L’extension sur le site de La Brelandière

La rénovation des bâtiments

De nouveaux équipements

Des personnels qui résistent à la division des rangs ouvriers :

Un retour rapide à la normale

La division surmontée

L’aventure des Amis de l’Unité

Des tensions pourtant fortes, que révèlera le Front Populaire

Une année terrible

 

Encadré : La MAC spécialisée en armes automatiques et fournisseur quasi-exclusif de l’Armée française dans ce domaine (infanterie, ligne Maginot, blindés, avions). 1939-1940 : une mobilisation réussie.

 

Chapitre 5 : La « Manu » à l’heure allemande (1940-1944)

 

L’usine réquisitionnée au service de l’appareil de guerre allemand

L’usine sous tension

L’embryon de la résistance locale

L’usine nourricière ?

1944, l’usine exposée 

La guerre et la construction d’une mémoire

Chapitre 6 : Le temps des malentendus

 

1944-1950, le temps d’un compromis historique

Reconversion et Comités mixtes à la production

Le compromis résiste au conflit, mais ne l’empêche pas: la grève de novembre et décembre 1947

Une reprise en mains par la hiérarchie qui ne va pas de soi

Le temps du pluralisme syndical dans une République divisée

Licenciements et révocations : une rupture définitive des cohésions?

Une cohésion ouvrière fondée sur des solidarités organisées

Pendant les conflits et les débats, la production continue

 

Encadré : L’engagement d’ouvrières de la Manufacture pour la paix.

 

Chapitre 7 : Chronique d’une fermeture annoncée

 

La décision et sa mise en œuvre : chronologie sommaire

Pourquoi ?

La riposte des ouvriers et de la population

Les divergences des défenseurs de la Manu

Une lente démobilisation, un désenchantement, une usure

Une représentativité syndicale atteinte, mais pas détruite

Un combat utile.

Un bilan contrasté

 

Chapitre 8 : L’Ecole d’apprentissage : un siècle de formation

 

L’apprentissage et l’enseignement professionnel en France au XIXème siècle

L’apprentissage aux débuts de la Manu

Les problèmes de formation du personnel  

La première école, 1888

Les écoles d’apprentissage des établissements de l’artillerie avant 1914

Une lente évolution dans la période de l’entre-deux guerres

De 1940 à 1944, une profonde transformation

Après la seconde guerre mondiale, une réorganisation sous l’égide de la DEFA

Les dernières années de l’école de la Manu (1961-1970)

Quelques statistiques

Conclusion. 

 

 

Conclusion :

 

La Manufacture et la mémoire :

 

De la fermeture à aujourd’hui, Image et représentation de la MAC chez les anciens de la « Manu » et dans les esprits châtelleraudais. Les fruits d’une histoire collective : témoignages.

 

La mise en mémoire du lieu : Le Centre des archives de l’armement et du personnel, le Musée Auto-vélo, l’Ecole nationale du Cirque, Le Conservatoire de musique et de danse, L’Ecole de la 2° chance et l’AFPA.

 

GLOSSAIRE des sigles

 

INDEX des noms propres

 

 

BON DE COMMANDE

Merci de retourner ce bon dûment complété avant le 15 juin 2013 sous enveloppe affranchie à :

CCHA –Chez Pierre Bugnet, 124 avenue du Maréchal Foch, 86100 Châtellerault, ou par mail : bugnet.pierre@wanadoo.fr

Vos coordonnées

Nom  
Adresse  
Ville  
Code postal  
Téléphone  
@  

Votre commande

TITRE QUANTITE PRIX  REDUIT TOTAL
La Manufacture d’armes de Châtellerault, une histoire sociale (1819-1968) 20 €  
Viendra chercher l’ouvrage (sans frais de port)  
Frais de port  (si envoi) 5 €
TOTAL GENERAL  

Règlement par chèque à l’ordre du CCHA

 

Si vous souhaitez une dédicace, merci d’indiquer le nom et le prénom du dédicataire.

 

 

Colloque CERIEL EA 1337 et MSJ EA 2273 : Discours du management, du travail et de l’économie : représentation / Ficition

Discours du management, du travail,
de l’économie : représentation/fiction
Colloque interdisciplinaire 5, 6 et 7 juin 2013
Université de Strasbourg, Institut Le Bel, salle Ourisson
Organisé par le Centre d’Études sur les Représentations : Idées, Esthétique, Littérature
(CERIEL, EA 1337, Université de Strasbourg)
et le Laboratoire des Sciences Historiques
(LSH, EA 2273, Université de Franche-Comté)

Contacts
corinne.grenouillet@unistra.fr
catherine.vuillermot@univ-fcomte.fr

PROGRAMME

Mercredi 5 juin 2013

 

13h-13h30 : Accueil des participants

13h30-14h : Ouverture du colloque :

Muriel Ott, directrice de l’Institut de Littérature française

Béatrice Guion, directrice de l’EA 1337 Configurations Littéraires

Thierry Revol, doyen de la Faculté des Lettres

 

Autour de l’entreprise

 

14h-16h40 : SESSION 1 : L’ENTREPRISE ET L’ENTREPRENEUR

Président : Robert Belot

 

* Alicia Mornington, Doctorante en théorie politique, CEVIPOF/CNRS/Sciences-Po Paris, « Le consentement individuel comme fiction ».

* Catherine Vuillermot, Maîtresse de conférences en Histoire contemporaine, Université de Franche-Comté, « Le discours sur l’économie, le travail et le management de quelques grands dirigeants français (à partir de leurs autobiographies) ».

* Michel Feynie, Docteur en Anthropologie, Chargé de cours à l’Université Bordeaux Ségalen et à l’Inseec Business School, « Le discours managérial, instrument d’idéalisation de l’entreprise ».

* Michel Villette, Professeur de Sociologie, AgroPAris-Tech, « La fabrique du discours de responsabilité sociale par l’entreprise : un processus chaotique ».

 

Pause : 16h40-17h

 

17h-19h : SESSION 2 : LA PRESSE

 

Président : Michel Villette

 

* Thierry Guilbert, Maître de conférences en Sciences du langage, Université de Picardie Jules Verne, « Représentations économiques dans les médias : fiction ou réalité ? Analyse du discours du Monde lors de la privatisation partielle de France Télécom en 1997 ».

* Séverine Marin, Maître de conférences en Histoire contemporaine, Université de Strasbourg, « Le péril japonais ».

* Paul Dietschy, Maître de conférences en Histoire contemporaine, Université de Franche-Comté, « Le sport et le discours managérial de la société générale (à travers la presse d’entreprise, Sogéchos) »

 

 

Jeudi 6 juin 2013 : Du côté des textes littéraires

 

Commentateur de la journée : Jean-Charles Massera, écrivain-performeur

 

9h-12h30 : SESSION 1 : QUAND LA LITTÉRATURE DIT L’ECONOMIE

Président : Jean-Charles Massera

 

* Sonya Florey, Professeure-formatrice, Haute Ecole Pédagogique Lausanne (Suisse), « “It’s too late to say economy”. Ou comment la littérature dit l’économie après la crise ».

* Alexandre Péraud, Maître de conférences en Littérature, Université Bordeaux III, « Dire le temps de l’argent ».

* Reynald Lahanque, Professeur émérite de Littérature française contemporaine, Université de Lorraine, « La condition économique ».

 

Ponctuation littéraire : Jean-Charles Massera

 

11 h-11 h 15 : Pause

 

* Françoise Cahen, Professeur de lettres dans le secondaire, « Le système romanesque du libéralisme dans les œuvres d’Eric Reinhardt ».

* Marianne Noujaim, Professeur assistant en langue et littéraire françaises, Université Saint-Esprit de Kaslik (Jounieh, Liban), « Le théâtre vinavérien du travail ou l’osmose du privé et du professionnel ».

 

 

 

14 h – 16 h: SESSION 2 : LANGUE DU TRAVAIL, LANGUE AU TRAVAIL

Président :  Thierry Guilbert

 

* Thierry Beinstingel, Écrivain et Doctorant, Université de Dijon, « Manœuvrer la langue, écrire le travail, nommer la littérature ».

* Corinne Grenouillet, Maître de conférences en Littérature française, Université de Strasbourg, « Faut-il en rire ? La défamiliarisation du discours de l’évidence néo-libérale dans les romans contemporains  ».

* Isabelle Krzywkowski, Professeur de Littérature comparée, Université de Stendhal-Grenoble III, « Poésie et “novlangue” ».

 

16 h -16 h 20 : Pause

 

16h20-18h20 : SESSION 3 : DIRE L’ENTREPRISE, DEMASQUER SES DISCOURS

Président :  Reynald Lahanque

 

* Aurore Labadie, Doctorante en Littérature française sous la direction de Bruno Blanckeman (Paris III), « Le roman d’entreprise ou l’entreprise comme écriture ».

* Jean-Paul Engélibert, Professeur de Littérature comparée, Université Bordeaux III, « Désarmer le discours de l’entreprise. Quelques stratégies narratives ».

* Maryline Heck, Maître de conférences en Littérature française, Université de Tours, « La Question humaine de François Emmanuel : le discours économique face à son témoin ».

 

Ponctuation littéraire : Jean-Charles Massera

 

 

Vendredi 7 juin 2013 : Extension du domaine du discours

 

9h-12h : SESSION 1 : CINEMA, SCIENCES SOCIALES

Président : Paul Dietschy

 

* Fabienne Bullot, Docteur en Histoire de l’art, Chargée de cours au Franklin and Marshall College (Lancaster, Pennsylvanie), « La novlangue des Échanges en milieu tempéré de Jean-Marc Moutout ».

* Frédéric Moulène, PRAG de Sciences sociales, IUT de Belfort-Montbéliard, Université de Franche-Comté, « Quand dire l’économie, c’est (ne pas) faire les réformes :Penser l’efficacité du discours économique avec Karl Polanyi ».

 

10h20-10h40 : Pause

 

* Ève Lamendour, Maître de conférences en Sciences de gestion, Université de La Rochelle, « Une mise en forme de la pensée. Étude du catalogue de deux éditeurs en gestion ».

* Roland Pfefferkorn, Professeur de Sociologie, Université de Strasbourg, « Les discours sociologiques de substitution et le déni des conflits et des classes sociales ».

 

 

14h-16h : SESSION 2 : UN DISCOURS ECONOMIQUE  MANAGERIAL OMNIPRESENT

Présidente : Ève Lamendour

 

* Emmanuel Triby, Professeur en Sciences de l’Éducation, Université de Strasbourg, « Processus d’économicisation et discours économique dans des écrits de cadres de santé ».

* Lionel Prigent, Maître de conférences en aménagement de l’espace et en urbanisme, Université de Bretagne occidentale, « La mise en marché du patrimoine mondial : démarche économique ou discours de justification ».

* François Quénot, Responsable marketing chez Bioleder, Strasbourg, « La problématique du langage dans les entreprises françaises en phase de développement : l’exemple de PME du secteur bio-médical à l’heure de la croissance externe. ».

 

 


  • [histoire_eco] colloque 5-7 juinCatherine Vuillermot, 29/05/2013

SEM : Emma Griffin, « The Sons of Freedom: working-class life during the British Industrial Revolution » (25 avril)

Séminaire franco-britannique d’histoire

Université Paris IV-Sorbonne, en partenariat avec l’Institute of Historical Research (University of London) et le Groupe d’histoire intellectuelle (Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis)

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, salle D116

 

Jeudi 25 avril  à 17h30 : Emma Griffin (East Anglia), “The Sons of Freedom: working-class life during the British Industrial Revolution

Abstract: “The industrial revolution was possibly the single most significant event in world history – the moment when one small nation left behind its agrarian past and entered decisively on the pathway to modernity.  But what did it all mean for the ordinary men, women and children, who with their strong backs and nimble fingers did the most to power it?

Most historians have argued that the workers had little to celebrate.  The introduction of new working patterns which compelled men to work at the relentless pace of the machines.  Children forced into factories and down mines at ever younger ages.  Families squeezed into dark, disease-ridden cities.  And nothing but the workhouse for those who slipped through the net.  All the great Victorian commentators – Engels, Dickens, Blake – painted their industrial times in a very dark hue.  And their dismal litany continues to colour the way we think about our industrial past.

But what if this story isn’t really true?  What if working people were not simply crushed in the cogs of the great industrial juggernaut?  Is it possible that even the poor had something to gain?  Using working-class autobiographies, this paper will try to get beneath the picture painted by the great iconic figures of Victorian England and suggest that if we listen to the workers themselves we may need to revise our standard account of the industrial revolution.”

Emma Griffin est notamment l’auteur de Liberty’s Dawn: A People’s History of the Industrial Revolution (Yale University Press, 2013) et de A Short History of the British Industrial Revolution (Palgrave Macmillan, 2010). Le texte de la communication est disponible sur simple demande.

Discutant : Jacques Carré (Paris IV)


Jeudi 23 mai à 17h30 : Muriel Pécastaing-Boissière (Paris 4): « “A Plea for the Weak Against the Strong” : l’anti-impérialisme d’Annie Besant (1847-1933) »

Jeudi 30 mai à 17h30 : Malcolm Chase (Leeds): “1820: disorder and stability in the United Kingdom”

Vendredi 31 mai à 14h (salle D116) : Malcolm Chase (Leeds), autour de son livre, Le chartisme. Aux origines du mouvement ouvrier britannique (1838-1858) (Publications de la Sorbonne, 2013).

(en partenariat avec le PRI îles Britanniques EHESS- Paris 7 et le Centre d’histoire du XIXe siècle – Paris 1–Paris 4)

 

http://calenda.org/222294

http://historyspot.org.uk/podcasts/franco-british-history-external

 

Colloque Carcassonne : Travailler à l’arrière (1914-1918)

Colloque de Carcassonne 2013 (23-24 mai 2013)

« TRAVAILLER À L’ARRIÈRE (1914-1918) »

Cecolloque s’inscrit dans une longue tradition d’histoire sociale pratiquée par le laboratoire Framespa en collaboration avec l’Association Les Audois et les Archives départementales de l’Aude. Le thème retenu pour 2013 anticipe les célébrations du centenaire de la Grande Guerre en focalisant l’attention sur l’arrière. En effet, les recherches récentes permettent de mieux connaître les multiples activités modifiées ou créées par le conflit. Les industries de guerre ont déjà donné lieu à de nombreuses publications, elles ne constitueront donc pas le cœur novateur de ce colloque. Cependant, grâce à des travaux en cours, certains secteurs peuvent certainement être revisités. La connaissance précise du travail féminin, en particulier dans les campagnes, constituent un autre défi que les démarches micro-historiques ont permis de relever. Les organisateurs souhaitent aussi mettre l’accent sur le travail intellectuel et tertiaire sous toutes ses formes (administration, enseignement, services, petit commerce etc.), car il demeure très mal connu. L’étude des correspondances et des témoignages offre la possibilité d’une approche du vécu de ces acteurs de l’ombre en échappant à certains clichés.

« TRAVAILLER À L’ARRIÈRE 1914-1918 »

 

COLLOQUE DE CARCASSONNE (23-24 MAI 2013)

 

 

PROGRAMME

 

Jeudi 23 mai matin : Ouverture du colloque

– Discours d’accueil : Sylvie Caucanas (directrice des Archives départementales de l’Aude) 

– Introduction au colloque : Jean-Marc Olivier (Université de Toulouse, Framespa)

 

Jeudi 23 mai matin (suite) : « Les enseignants »

Président de séance : John Peter Collett (Université d’Oslo)

– Rémy Cazals (Université de Toulouse, Framespa), « Travailler pour l’histoire : les notes des instituteurs audois sur la Grande Guerre »

– Jean-François Boulanger (Université de Reims), « Enseigner à Reims sous les obus : travail ou sacerdoce ? »

– Caroline Barrera (Centre universitaire d’Albi, Framespa), « Le travail à l’université de Toulouse pendant la Grande Guerre »

 

Jeudi 23 mai après-midi : « Gestionnaires et intellectuels engagés »

Président de séance : Rémy Pech (Université de Toulouse, Framespa)

– John Peter Collett (Université d’Oslo), « Les intellectuels norvégiens et la Première Guerre mondiale »

– Jean Guiloineau (écrivain, traducteur littéraire), « Albert Jurquet, chef de division à la préfecture de Mende »

–  Béatrice Touchelay (Université de Lille 3, IRHiS), « La statistique générale de la France dans la guerre »

– Frédéric Danesin (Université Chuo de Tokyo), « Le Japon : un arrière lointain mais actif »

 

 

Vendredi 24 mai matin : « À l’usine, à l’atelier et aux champs (1) »

Président de séance : Maurice Carrez (Université de Strasbourg, IHEE)

– Rémy Pech (Université de Toulouse, Framespa), « Un domaine du Minervois pendant la Grande Guerre »

– Françoise Moyen, « Paysannes ou femmes d’artisan, le travail des femmes à la campagne pendant la Grande Guerre »- Ronan Richard (Université de Rennes 2), « Le travail des internés, l’exemple du dépôt de Guérande »

– Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg, Arche), « Encore un effort ! Les invalides de guerre au travail, Russie (1915-1918) »

– Li Ma (Université du Littoral Côte d’Opale), « Les travailleurs chinois en France pendant la Grande Guerre »

 

Vendredi 24 mai après-midi : « À l’usine, à l’atelier et aux champs (2) »

Président de séance : Rémy Cazals (Université de Toulouse, Framespa)

– Alain Boscus (Université de Toulouse, Framespa), « Organiser scientifiquement le travail ? Carmaux et Decazeville entre 1914 et 1918 »

– Jean-Marc Olivier (Université de Toulouse, Framespa), « 1914-1918 : l’essor de l’industrie aéronautique européenne »

– François Bouloc (Université de Toulouse, Framespa), « Mettre à profit les acquis et le contexte : la firme Schneider dans la Grande Guerre »

– Maurice Carrez (Université de Strasbourg, IHEE), « Le Grand-Duché de Finlande comme base arrière de l’économie de guerre russe (1914-1917) »

 

Conclusion du colloque : Rémy Cazals (Université de Toulouse, Framespa)

 

Contact :  patrice.bernard@cg11.fr

 

Journée d’étude : Travail, coercition et croissance économique en Eurasie, XVIIe-XXe siècles, EHESS, 8 février 2012

Travail, coercition et croissance économique en Eurasie,  XVIIe-XXe siècles.

Salle 638

EHESS, 190 avenue de France, 75013

Vendredi 8 février 2012

 

9,30-13 heures

 

A’ l’occasion de la parution de l’ouvrage Labour, Coercion and Growth in Eurasia, 17th-20th centuries, Leiden, Brill, 2012 (sous la direction de Alessandro Stanziani)

 

 

 

 

L’histoire des formes du travail “libre” est étroitement liée à celle du travail forcé. Les cas de la Russie, de l’Indonésie néerlandaise, de l’Inde et de l’Océan indien sont discutés en relation avec ceux du Japon, de la Chine, de la France et de l’Angleterre. Dans tous ces cas, les formes du travail répondent non seulement à la circulation de modèles, institutions et pratiques du travail, mais aussi aux dynamiques globales des marchés. Entre le XVIIe et le début du XXe siècle, la proto-industrie, l’agriculture, le commerce et la manufacture connaissent une croissance sans précédents dans les principales régions d’Asie et d’Europe. Cette croissance fortement intensive en travail exerce une pression accrue sur les ressources en travail et contribue à accroître la coercition. Ce processus ne s’arrête pas avec la première révolution industrielle, mais bien plus tard, au tournant du XIXe et du XXe siècle, avec la deuxième révolution industrielle et l’essor de l’État social.

 

Intervenants

Alessandro Stanziani, EHESS (CRH) et CNRS, Introduction. Travail, contrainte et croissance économique.

 

Claude Markovits (CNRS, EHESS, Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud), The circulation of commercial manpower in an Indian worldwide trading network in the early twentieth century

 

Claude Chevaleyre, EHESS, Centre Chine, Corée, Japon, Acting as Master and Bondservant. Considerations on Status Identities and the Nature of “Bond-servitude” in Late Ming China.

 

Ulbe Bosma, IISG, Amsterdam, Dutch Imperial Anxieties About Free Labour, Penal Sanctions and the Right to Strike.

 

Pierre Vernus, Lahra, Lyon, Les relations contractuelles, les tarifs et les usages dans l’industrie de la soie à Lyon au XIXe siècle.

 

 

Discutants:

Christian Lamouroux, EHESS, Centre Chine, Corée, Japon

Marcel van der Linden, IISG, Amsterdam

 

Contacts et informations:

Alessandro.stanziani@ehess.fr

Travail, Migrations, Souveraineté des États. Histoire sociale et relations internationales

Sciences Po

13, rue de l’Université
75007 Paris (salle J210)

Colloque international organisé par Thomas Cayet et Paul-André Rosental avec le soutien du Centre d’études européennes et du Centre d’histoire de Sciences Po, de l’INED (UR11), du Centre de Recherches Historiques (CNRS-UMR 8558), de l’IDHE-Paris VIII (CNRS-8533) et du groupe de recherche ESOPP.  Programme SAB de la Direction scientifique de Sciences Po.

Présentation

Le colloque portera sur la construction transnationale des politiques de migration et de travail. À travers ces objets, il s’agira d’étudier la dialectique entre échanges internationaux – d’idées, de personnes et de biens – et dynamiques d’appropriation nationales voire locales.

La première question posée sera d’ordre disciplinaire : déterminer comment mettre en relation deux domaines souvent disjoints dans la pratique historique, l’histoire sociale d’une part, saisie ici à travers deux objets centraux, et l’histoire des relations internationales d’autre part. Mesurer l’importance de phénomènes transnationaux dans la construction des sociétés contemporaines impose en effet à la fois de dépasser une conception trop « intérieure » des politiques socio-économiques, et de prendre au sérieux les formes prises par l’administration des relations interétatiques. Cette approche inclut également le rôle des organisations internationales et de la « diplomatie de l’expertise », qui est un de leurs modes d’action privilégiés.

Une deuxième interrogation porte sur la notion même d’État. Davantage que sur une remise en cause de la centralité des États comme acteurs de l’histoire contemporaine, l’étude de leurs échanges  invite à réfléchir sur la diversité, toute historique, de leurs modes d’action. Les interactions entre États achoppent en effet souvent sur leurs manières différentielles de gérer la subsidiarité (responsabilité plus ou moins grande conférée aux entités politiques locales) ou d’administrer leurs relations avec les entreprises et les institutions issues de la société civile : l’observation de ces interactions internationales agit du même coup comme un miroir grossissant des modes d’organisation nationale. Une même disparité est à l’œuvre dans la façon dont chaque État s’insère dans la « société internationale ». Dans tous les cas, les engagements interétatiques, qu’ils prennent la forme de traités bilatéraux ou de conventions internationales, interrogent la conception de la souveraineté en tant que principe absolu.

Ce sont ces deux questions transversales qui guideront les réflexions de ces journées, qu’elles concernent le statut des populations et notamment des immigrants, la dialectique entre les droits sociaux des nationaux et ceux des étrangers, l’interaction entre politique sociale et politique économique, ou encore le rôle des organismes internationaux entendus au sens large, jusqu’à l’Union Européenne.

Programme du colloque sur Calenda.

Cercle d’épistémologie de Paris: « travail et pauvreté chez Montesquieu »

Catherine Larrère au Cercle d’épistémologie du 12 mai

Cercle d’épistémologie économique
UNIVERSITE DE PARIS I – PANTHEON SORBONNE
106-112 bd de l’Hôpital, 75647 PARIS CEDEX 13, FRANCE
tél: 01 44 07 82 37

La prochaine séance du Cercle d’épistémologie économique aura lieu :

le jeudi 12 mai  2011 de 18 heures à 20 heures
à la Maison des Sciences Économiques, dans la salle S 17
106-112 bd de l’Hôpital, 75013 Paris.
(Métro : Campo-Formio  ou Place d’Italie. Autobus : 57, 67, 27, 83 et 47)

Catherine LARRERE (NOSOPHI, Université Paris 1) traitera le thème suivant:
“Travail et pauvreté chez Montesquieu”

Séminaire: État, travail et société aux XVIIIe-XIXe siècles (Angleterre, France et monde atlantique)

  • 13 mai : Séance commune avec le Programme de Recherches Interdisciplinaires sur les Îles Britanniques

Michael Braddick (University of Sheffield)

« Authority and regulation in the early modern English state and the first British empire »

Discutant : Jean-François Dunyach, université Paris 4

Lieu : 10, rue Charles V, 75004 Paris, salle C 330, de 14h. à 17 h.

  • 20 mai : Michael Braddick (University of Sheffield)

« How the modern world made Britain : Britain’s sonderweg, c. 1480-1830 »

Lieu : IHMC (escalier D, 3e étage), ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris, de 14 h. à 16 h.

  • 27 mai : Michael Braddick (University of Sheffield)

« Political partisanship, individual agency and social relations in early modern England »

Lieu : IHMC (escalier D, 3e étage), ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris, de 14 h. à 16 h.

Maladies industrielles et mobilisations collectives – séance du lundi 9 mai 2011

Le séminaire a lieu de 10h à 13h, en salle 124, Centre CNRS Pouchet, 59/61 rue Pouchet Paris 17e. Il est ouvert à tous.

Lundi prochain, 9 mai, le séminaire Maladies industrielles et mobilisations collectives a le plaisir de recevoir

Annie Thébaud-Mony, sociologue, et Jean-Michel Sterdyniak, médecin du travail,

sur le thème :

« Retrouver les origines professionnelles des cancers : l’exemple de l’ enquête permanente du GISCOP 93 en Seine-Saint-Denis ».

Leur intervention sera discutée par Anne-Sophie Bruno, historienne (Paris 13/CRESC).

Appel à article de la revue Travail et Emploi

La revue Travail et Emploi lance un appel à contributions pour un numéro thématique sur « Diriger une PME », centré sur l’activité et les propriétés sociales des dirigeants, coordonné par Eric Pezet. Les propositions provenant de sociologie et d’histoire sont les bienvenues.

Les intentions d’article (5 à 7.000 signes environ) sont à envoyer pour le 20 juin 2011 au plus tard, les auteurs sélectionnés devront ensuite renvoyer le projet d’article complet pour le 1er décembre 2011.

PS : la revue Travail et Emploi va être très bientôt accessible sur Cairn. Ses archives de 1979 à 2004 sont consultables grâce à un moteur de recherche permettant des recherches par mots-clés et/ou auteurs.