Archives par mot-clé : Terminales

A propos des nouveaux programmes de Terminales

Le collectif Aggiornamento Hist-Géo a publié ce texte à propos des nouveaux programmes de terminales sur son Carnet de recherche :

 

Faire cours ou faire court ? A propos du programme d’histoire-géographie des terminales L et ES

7 novembre 2012

Par

Rédacteurs : Mathieu Ferradou, Vincent Capdepuy, Laurent Gayme, Servane Marzin, Laurence Khichane, Christophe Bosquillon, Laurence De Cock, Cédric Perrin

 » Les nouveaux programmes des terminales L et ES entrés en vigueur à la rentrée 2012 n’ont pas suscité les mêmes remous que ceux de première et notamment de première S. Ce silence relatif interroge : faut-il y voir un désintérêt pour des filières jugées moins cruciales ou les programmes seraient-ils meilleurs, voire acceptables ? ‹…› « 

lire la suite : http://aggiornamento.hypotheses.org/1135

De Gaulle, le bilan de la guerre et l’économie (Cédric Perrin)

Les élèves de terminales L ont à étudier cette année au programme de littérature le tome 3 des Mémoires de guerre du général de Gaulle. L’insertion de cet ouvrage au programme du baccalauréat a fait couler beaucoup d’encre: est-ce bien de la littérature se sont interrogés certains ? Il ne fait aucun doute, en revanche, que les mémoires de Charles de Gaulle sont un livre d’histoire, une source pour l’historien. La programmation de ce tome des Mémoires de guerre en littérature invite à établir, et franchir, les passerelles avec le programme d’histoire de terminales. Le lien avec le thème « bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale » paraît évident. S’agissant d’histoire économique, « l’intendance » a laissé de de Gaulle l’image d’un homme reléguant avec un certain mépris  la chose économique aux contingences du quotidien. Pourtant, le tome 3 s’ouvre sur des considérations qui montrent plutôt l’inverse et sur lesquelles l’enseignant d’histoire pourra s’appuyer pour dresser avec ses élèves un bilan économique de la France à la fin de l’Occupation. Lisons plutôt:

Les chemins de fer sont quasi bloqués. De nos 12000 locomotives, il nous en reste 2800. Aucun train, partant de Paris, ne peut atteindre Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux; Nantes, Lille, Nancy. Aucun ne traverse la Loire entre Nevers et l’Atlantique, ni la Seine entre Mantes et la Manche, ni le Rhône entre Lyon et la Méditerranée. Quant aux routes, 3000 ponts ont sauté, 300000 véhicules, à peine, sont en état de rouler sur 3 millions que nous avions eus ; enfin, le manque d’essence fait qu’un voyage en auto est une véritable aventure. […] En même temps, l’arrêt des transports désorganise le ravitaillement. D’autant plus que les stocks avoués de vivres, de matières premières, de combustibles, d’objets fabriqués, ont entièrement disparu.
Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. Tome 3 : Le Salut 1944-1946, Plon, Paris, 1959, rééd. Pocket,2010, p. 8.

L’enseignant trouvera dans la suite de l’œuvre d’autres passages intéressant l’histoire économique et le programme de terminales. A titre d’exemple : page 27 (pagination de la réédition Pocket utilisée par les élèves), les ouvriers et les mines de la région lilloise, page 49  : les réformes économiques et sociales de la Libération et la situation financière de la France, ou encore page 113 les difficultés du ravitaillement.