Archivo de la etiqueta: SES

Communiqué de l’AFEP

L’AFEP se réjouit de l’installation de la Commission Hautcœur

 


Paris, le 21 octobre 2013


Le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé mardi 15 octobre l’installation d’une mission pour les Sciences Economiques confiée à Pierre-Cyrille Hautcœur afin « d’analyser la situation actuelle de l’ensemble de la filière sciences économiques, tant sur le plan de la recherche, dans une logique interdisciplinaire, que de la formation et de l’insertion professionnelle des étudiants ».

L’Association Française d’Economie Politique (AFEP) se réjouit que la feuille de route de Madame la Ministre fasse référence aux « débats » qui animent notre communauté, notamment à propos des « orientations de recherche dominantes » et de « la carrière universitaire ». L’AFEP se retrouve dans l’affirmation selon laquelle il convient de « maintenir ou même enrichir la diversité des options théoriques et des méthodes » ainsi que dans l’importance accordée par la lettre aux « contacts et passerelles interdisciplinaires ».

L’AFEP voit dans la constitution de cette Commission la reconnaissance par le Ministère d’un mauvais fonctionnement de la filière Sciences Économiques en France. C’est ce constat qui avait provoqué en 2009 la création de l’AFEP, qui regroupe aujourd’hui près de 600 adhérents.

L’AFEP se déclare disponible pour participer aux travaux de la Commission.

L’AFEP souhaite notamment qu’à l’avenir :

– le pluralisme des méthodes et des champs théoriques mobilisés en économie soit respecté et reconnu ;

– la pluralité des supports de diffusion de la recherche soit valorisée ;

– l’investissement dans les tâches pédagogiques soit un atout dans l’avancement des carrières des enseignants-chercheurs ;

– une section CNU à voie normale (sans agrégation) intitulée « Economie et Société » soit créée.

Enfin, l’AFEP sera particulièrement attentive à ce que la composition de la Commission soit, selon les termes de la lettre de mission, « représentative des différents courants de pensée » qui constituent la Science Economique en France.
Site de l’AFEP : http://www.assoeconomiepolitique.org/

<http://www.assoeconomiepolitique.org/>
Secrétariat de l’AFEP : <secretariat.afep@googlemail.com>

Président de l’AFEP : André Orléan, Directeur de recherches au CNRS, <orlean@pse.ens.fr>

Communiqué de presse de l’APSES du 13 juin 2011: Après des programmes rejetés, le ministère veut passer en force sur les épreuves du baccalauréat en SES

Après des programmes rejetés, le ministère veut passer en force sur les épreuves du baccalauréat en SES

En rejetant à une large majorité les projets de nouveaux programmes de terminale en Sciences Économiques et Sociales, le Conseil Supérieur de l’Éducation a envoyé le 9 juin un message clair au Ministère et au groupe d’experts. Ce camouflet intervient après que le nouveau programme de première ait réussi l’exploit de faire la quasi unanimité contre lui de la part des universitaires, des syndicats enseignants, des enseignants et des syndicats lycéens.

Ce vote souligne l’impasse que constitue le passage en force sur la réforme des programmes et également sur les transformations précipitées et en catimini des épreuves du baccalauréat, sans aucune consultation de la communauté éducative. Les futurs bacheliers ES et leurs familles seront ainsi heureux d’apprendre que l’on transforme radicalement et à la va-vite les épreuves  de la discipline centrale de la série ES (coefficient 7 ou 9 selon le choix de spécialité), sans que les nouvelles modalités soient testées dans les classes comme cela était pourtant le cas lors des réformes précédentes.

En outre, les nouvelles épreuves, en minorant les capacités d’analyse des documents et en consacrant la prépondérance de questions de simple récitation de cours, vont à rebours de ce qui est demandé pour réussir dans l’enseignement supérieur et construire sa citoyenneté. Elles se traduiront par un recul de la réflexion personnelle des élèves, de leur capacité à construire une argumentation nuancée, et par un bachotage encore plus important qu’aujourd’hui. Et que dire du renforcement du risque de fraudes à l’examen lorsque les épreuves sont de plus en plus réduites à une restitution des connaissances ?

L’APSES appelle d’ores et déjà les enseignants de SES à contourner le programme de première dès septembre 2011, un programme que plus d’un enseignant sur deux a dénoncé comme inapplicable par la signature d’une pétition demandant son report et sa refonte, sans que le ministère ne prenne en compte cette protestation sans précédent. Le vote négatif du CSE sur les programmes de terminale renforce la demande d’une réécriture de l’ensemble des programmes de SES du cycle terminal. L’APSES demande également au Ministère un moratoire sur la rénovation des épreuves du baccalauréat et la mise en place d’une véritable concertation avec les enseignants.

Contacts

  • Marjorie Galy – Présidente – marjorie [point] galy [at] wanadoo [point] fr
  • Rémi Jeannin – Vice-président – jeannin [point] remi [at] gmail [point] com
  • Erwan Le Nader – co-secrétaire général – erwan [point] le [point] nader [at] gmail [point] com
  • Patricia Morini – co-secrétaire générale – patricia [point] morini [at] laposte [point] net