Archives par mot-clé : programmes

Journée de formation sur les nouveaux programmes de Terminale des lycées

 
L’Association   des Professeurs de l’Association des Historiens contemporéaniste de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (AHCESR) et l’APHG vous invitent à participer à la journée de formation  Sur les  nouveaux programmes de  Terminale des lycées

  Le samedi 25 mai 2013 à  la Sorbonne

Amphi Lefebvre Paris 1 –Sorbonne

  14,  Rue  Cujas  Paris 5ème 

se  munir de la convocation et d’une pièce d’identité

Le          programme est  susceptible d’aménagements

Matinée :          9h          -12h30
8h30          h Accueil
9h 05   ouverture        par        Nadine Vivier,        Présidente de l’AHCER        et Bruno Benoit ,        Président de        l’APHG
Deux communications :
9h -15          -10 h20
 Le Proche et le Moyen Orient, un foyer de conflits          depuis la fin de la Première Guerre          mondiale
Dominique Avon ,        Professeur d’Histoire contemporaine        à        l’université du Mans, Directeur du département d’Histoire
Questions/Réponses :10’
10h20 -11h20
Gouverner          la            France depuis           1946   par        Alain Bergounioux ,  historien        ,        Inspecteur général d’Histoire et de Géographie
11h20  -12h30
Table-ronde : Réflexion        sur les moments clés du XX e s, indispensables à la        connaissance du monde contemporain par les élèves du secondaire
Participants : Alain Bergounioux,         Inspecteur général d’Histoire et de Géographie ; Bruno Benoît. Président de        l’APHG ,        Professeur des universités (IEP de Lyon ), Jean Garrigues membre        de l’AHCESR , Professeur        des        universités (université d’Orléans) ,(sous réserve) Patrick Garcia , Maître de Conférences IUFM de Saint –        Quentin en        Yvelines (sous réserve ); Franck Schwab        , Professeur au lycée Henri Loritz , Président de la Régionale APGH        Lorraine
Après midi :
14 h -18 h
Trois         communications :
14 h -15 h : Mémoire          et opinion publique en France depuis l’Affaire Dreyfus
Par Patrick Eveno,        Professeur des universités à Paris 1, titulaire de la chaire        Media
Questions 15h-15h15
15 h-15  -16        h15 :
L’historien          et les          mémoires de la guerre d’Algérie
Sylvie Thénault,        Chargé de recherches au CNRS, associée à l’Institut du temps        Présent
Questions        16h15-16h30
16 h30  -17h30
La            Chine et le monde depuis le          mouvement du 4          mai 1918
Hugues Tertrais,        Professeur des universités à Paris1, titulaire de la chaire Asie
Questions /Réponses 17-30 -17h45
Clôture par la présidence 17 h50
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….Bulletin d’inscription
Nom
Prénom
Etablissement, ville
Courriel
Matinée    Oui      Non                                                            Après midi     oui       non
Inscription            obligatoire à adresser            par courrier ou mail à :
APHG .          Journée,          BP 6541 – 75065  Paris          Cedex 02

Quel rôle pour les programmes scolaires dans la refondation de l’école ?

 

Le Samedi 24 novembre 2012, au Salon de l’Education, avec le soutien de la Ligue de l’enseignement,

L’Association des professeurs de sciences économiques et sociales
organise une table ronde sur le thème :

Quel rôle pour les programmes scolaires dans la refondation de l’école ?


Parce que l’école concerne les jeunes de plus en plus longtemps, son rôle dans l’influence des comportements des individus une fois devenus adultes est manifeste. Il est donc légitime que les contenus d’enseignement et les pédagogies pratiquées soient une préoccupation majeure des citoyens et des responsables politiques. Choisir un programme scolaire, sélectionner parmi les savoirs et savoir-faire possibles ceux dont on va privilégier la transmission n’est donc pas un choix anodin : au contraire, ce choix concerne l’ensemble de la société, et traduit en programmes scolaires les objectifs de formation citoyenne qu’elle se donne. Construire un programme, c’est participer à la définition des finalités de l’Ecole : c’est un enjeu démocratique majeur. Ce travail ne peut donc pas être qu’un travail d’experts en éducation, et ne peut se faire dans l’opacité : c’est un choix qui engage la société de demain, qui doit donc reposer sur une réflexion et des choix aussi bien scientifiques qu’éthiques, civiques et politiques.
 
Alors que le gouvernement actuel affiche son ambition de refonder l’Ecole, et que le ministre Vincent Peillon a annoncé qu’il souhaitait instaurer un Conseil Supérieur des Programmes afin de procéder à une réécriture démocratique de ceux-ci, l’Apses (association des professeurs de sciences économiques et sociales) souhaite participer au débat sur les programmes scolaires : des universitaires, enseignants, formateurs, pédagogues seront réunis samedi 24 novembre de 14h à 16h au forum Condorcet (Cité de l’éducation, Hall 7.2) pour débattre de la confection des programmes : compte-tenu des enjeux majeurs dont ils sont porteurs, qui peuvent être les acteurs compétents et légitimes pour les construire ? Comment doivent-ils travailler ?
 
Pour éclairer cette question, l’accent sera particulièrement mis sur les programmes de sciences économiques et sociales, qui font, depuis plusieurs décennies, l’objet de vives controverses de la part d’acteurs aussi variés que des organisations patronales, des médias ou encore des organisations politiques. Souvent pointés du doigt comme responsable de « l’inculture économique des français », les programmes de SES ont été profondément remaniés à l’occasion de la réforme du lycée, sans concertation du monde enseignants et du monde universitaire dans sa diversité. Aujourd’hui largement contestés par les enseignants et de nombreuses associations d’enseignants-chercheurs d’économie, de sociologie et de sciences politiques, ces programmes restent dans l’œil du cyclone médiatique, déchaînant, à l’instar des programmes d’histoire-géographie, les polémiques les plus vives. Alors qu’en France, le levier des programmes a trop peu été utilisé pour faire avancer la démocratisation scolaire, il nous semble qu’ils sont pourtant, et particulièrement en ce qui concerne les sciences humaines et sociales, emblématique d’enjeux scolaires, sociaux et politiques centraux.
 
Seront présents à cette table ronde :
Laurence De Cock, historienne et co-fondatrice du collectif Aggiornamento histoire-géographie ; Gisèle Jean, ex directrice IUFM de Poitiers et formatrice ; Igor Martinache, membre du bureau national de l’Apses ; André Orléan, économiste ; Philippe Watrelot, Président du CRAP-Cahiers pédagogiques.
 
La table ronde sera animée par le journaliste Emmanuel Lévy.

En marge de ce débat, l’Apses tiendra une table d’information sur la série ES, ses atouts et ses débouchés, à destination de tous, et particulièrement des élèves et de leurs parents. Ce stand sera animé par une équipe d’enseignants de SES, et Bruno Magliulo, spécialiste des questions d’orientation et auteur de « Que faire avec un bac ES ? ».
 
 
Informations pratiques :
Samedi 24 novembre 2012, de 14h à 17h,
 au Salon de l’Education, Mo Porte de Versailles
Cité de l’éducation, Hall 7.2, Forum Condorcet <http://www.salon-education.com/index.php?option=com_content&amp;view=article&amp;id=61&amp;Itemid=67>
Relation presse et demande de renseignements, pour le BN de l’Apses : amelie.jeammet@free.fr <mailto:amelie.jeammet@free.fr>  / 06 62 78 11 26
Entrée gratuite

Communiqué de presse de l’APSES du 13 juin 2011: Après des programmes rejetés, le ministère veut passer en force sur les épreuves du baccalauréat en SES

Après des programmes rejetés, le ministère veut passer en force sur les épreuves du baccalauréat en SES

En rejetant à une large majorité les projets de nouveaux programmes de terminale en Sciences Économiques et Sociales, le Conseil Supérieur de l’Éducation a envoyé le 9 juin un message clair au Ministère et au groupe d’experts. Ce camouflet intervient après que le nouveau programme de première ait réussi l’exploit de faire la quasi unanimité contre lui de la part des universitaires, des syndicats enseignants, des enseignants et des syndicats lycéens.

Ce vote souligne l’impasse que constitue le passage en force sur la réforme des programmes et également sur les transformations précipitées et en catimini des épreuves du baccalauréat, sans aucune consultation de la communauté éducative. Les futurs bacheliers ES et leurs familles seront ainsi heureux d’apprendre que l’on transforme radicalement et à la va-vite les épreuves  de la discipline centrale de la série ES (coefficient 7 ou 9 selon le choix de spécialité), sans que les nouvelles modalités soient testées dans les classes comme cela était pourtant le cas lors des réformes précédentes.

En outre, les nouvelles épreuves, en minorant les capacités d’analyse des documents et en consacrant la prépondérance de questions de simple récitation de cours, vont à rebours de ce qui est demandé pour réussir dans l’enseignement supérieur et construire sa citoyenneté. Elles se traduiront par un recul de la réflexion personnelle des élèves, de leur capacité à construire une argumentation nuancée, et par un bachotage encore plus important qu’aujourd’hui. Et que dire du renforcement du risque de fraudes à l’examen lorsque les épreuves sont de plus en plus réduites à une restitution des connaissances ?

L’APSES appelle d’ores et déjà les enseignants de SES à contourner le programme de première dès septembre 2011, un programme que plus d’un enseignant sur deux a dénoncé comme inapplicable par la signature d’une pétition demandant son report et sa refonte, sans que le ministère ne prenne en compte cette protestation sans précédent. Le vote négatif du CSE sur les programmes de terminale renforce la demande d’une réécriture de l’ensemble des programmes de SES du cycle terminal. L’APSES demande également au Ministère un moratoire sur la rénovation des épreuves du baccalauréat et la mise en place d’une véritable concertation avec les enseignants.

Contacts

  • Marjorie Galy – Présidente – marjorie [point] galy [at] wanadoo [point] fr
  • Rémi Jeannin – Vice-président – jeannin [point] remi [at] gmail [point] com
  • Erwan Le Nader – co-secrétaire général – erwan [point] le [point] nader [at] gmail [point] com
  • Patricia Morini – co-secrétaire générale – patricia [point] morini [at] laposte [point] net