Archives par mot-clé : monnaie

Publication Jérôme Jambu, Tant d’or que d’argent. La monnaie en Basse Normandie à l’époque moderne, Rennes, PUR, 2013, 639 p.

 

 

Couverture Jérôme Jambu

Jambu J., Tant d’or que d’argent. La monnaie en Basse Normandie à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe S.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, 639 p.

« La monnaie, dans le royaume de France à l’époque moderne, était à la fois un moyen d’échange, un étalon et une réserve de valeurs. L’empreinte, qui conférait à un morceau de métal plus ou moins précieux ces trois fonctions, véhiculait en outre des messages que l’autorité émettrice cherchait à diffuser auprès de ses peuples : la pièce de monnaie n’était donc pas un objet anodin et revêtait une importance particulière dans l’économie. C’est, pour la première fois, toute son histoire et son cheminement, de sa fabrication à sa circulation, dans un espace et une chronologie limités à la Basse Normandie et à l’époque moderne servant de pôle et de période d’observation, que ce livre relate.

La monnaie était soigneusement définie par le pouvoir qui octroyait à des officiers particuliers, hommes et femmes, la charge de la multiplier dans les ateliers monétaires. Toute la chaîne de production des espèces, « tant d’or que d’argent » comme le stipulaient les baux des maîtres d’ateliers, occupe le premier volet de cet ouvrage, de la frénétique recherche des métaux aux aspects techniques du travail, couvrant l’histoire des deux hôtels des monnaies de Saint-Lô et de Caen.

La circulation monétaire en constitue la seconde partie. Elle analyse la nécessité d’une économie monétaire et les règles d’utilisation de la monnaie, ainsi que les canaux de sa distribution et le rythme et la qualité de la monétarisation des échanges. Elle s’attache aussi à présenter les différents moyens de paiement dont le public pouvait disposer : espèces françaises et étrangères certes, « tant d’or que d’argent » comme le précisaient encore, par exemple, les actes notariés, mais également cédules, lettres de change et premiers billets de banque. Ce livre aborde également toutes les fraudes dont la monnaie pouvait être victime, au premier rang desquelles figure le faux-monnayage. »

 

Jérôme JAMBU
Secrétaire de rédaction de la Revue Numismatique
Maître de conférences en histoire moderne
Responsable de formation et président de jury L1 HG
Université de Lille 3-Charles de Gaulle

IRHIS – UMR 8529
59 643 VILLENEUVE D’ASCQ

 

Deux nouvelles publications d’histoire monétaire

Two new 2013 Moneta publications www.moneta.be

151, Cl. de Lozanne Jefferies, Sources and Studies on Spanish 17th c. Monetary History;  G. de Barbón y Castañeda, Provechosos arbitrios al consumo del vellón … (Madrid, 1628); G. Basso, Discurso sobre la Proposición de labrar buenas monedas… (Madrid, 1632); F. A. de Alarcón, Advertencias para asegurar el acierto de la baja y consumo de la moneda de vellón… (Madrid, 1642), 2013, 140 pages ISBN 978-94-91384-19-6

152, Documents and Studies on 19th c. Monetary History, Japan, Reports of the Imperial Mint (Osaka), IV. (37th – 45th years of Meiji) (1904 – 1912), M. Kovalchuk, G. Depeyrot, 2012, 452 p. ISBN 978-94-91384-20-2

On the « latest publications » page, are listed all the 2012 publications, specially those concerning the 19th c. monetary crisis.

See also our research program www.anr-damin.net

Best wishes

Georges

Georges Depeyrot
Directeur de recherche CNRS
UMR 8546 (CNRS – Ecole Normale Superieure)

http://www.anr-damin.net
http://www.moneta.be
http://www.aoroc.ens.fr/spip.php?article57 personal page
http://cnrs.academia.edu/GeorgesDepeyrot personal page

To be informed on DAMIN program subscribe to the mailing list (see damin website)

NEWS Moneta publications – Damin program

Dear all,

The lastest volumes of 2012 of the collection Moneta (<http://www.moneta.be>www.moneta.be) are now published (on coin finds in Belgium). Twenty volumes have been published this year (6488 pages) on Bulgaria (antiquity); Japan (Meiji period) 3 volumes; Coin finds in Belgium (4 volumes); Coin finds in Great Britain (1 volume); 19th c. Monetary History (France, United Kingdom, Japan, China, Hong Kong) (11 volumes).

The first 2013 volumes are now in preparation.

The DAMIN website on the question of Silver Monetary Depreciation and International Relations <http://www.anr-damin.net/>www.anr-damin.net has been update with the announcement of the two round table in 2013: Paris on Small change and Madrid on Transfers of precious metals. New participants joined the program of researches and some documents have been added.

Best wishes

Georges Depeyrot

Georges Depeyrot
CNRS/ENS/UMR 8546

<http://www.anr-damin.net/>http://www.anr-damin.net research program
http://www.moneta.be 2012: publication of vols 131-150.
http://www.aoroc.ens.fr/spip.php?article57

 


  • [histoire_eco] NEWS Moneta publications – Damin programGeorges Depeyrot, 24/10/2012

Colloque: Monnaie antique, monnaie moderne, monnaie d’ailleurs (Maison René-Ginouvès, 8-9 juin 2011)

La monnaie dans tous ses états

Historiens, anthropologues et économistes vous invitent à la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie de Nanterre le 8 et le 9 juin pour un débat autour d’un objet commun, la monnaie. Usages, fonctions, métissages et détournements symboliques seront étudiés dans différents espaces et contextes, a partir des systèmes pondéraux dans l’Europe et le Proche-Orient au Ier millénaire jusqu’aux monnayages africains du début du XXe siècle, en passant par la France du XIX siècle.

Téléchargez le programme.

Monnaie antique, monnaie moderne, monnaies d’ailleurs… Métissages et hybridations

Date et lieu: Mercredi 08 juin 2011  |  Nanterre (92000)

VIIIe Colloque International de la Maison René-Ginouvès, Archéologie et Ethnologie

Les historiens et les archéologues ont beaucoup écrit sur les origines et les fonctions – économiques, politiques ou sacrées – de la monnaie. De leur côté, les ethnologues et les sociologues ont débattu des différentes formes monétaires à partir de la classique opposition entre « monnaies primitives » et « monnaies modernes ». Toutefois les observations, analyses et hypothèses produites dans ces divers champs disciplinaires sont rarement confrontées en vue d’une appréhension tout à la fois diachronique et interculturelle du phénomène.

Partant du constat que le phénomène monétaire présente un caractère éminemment protéiforme dans ses réalisations du passé ou de l’ailleurs, et n’est en rien réductible à ses usages modernes – hérités de la Grèce antique », on se propose d’examiner ce qui se passe très concrètement lorsque des sociétés aux formes et pratiques monétaires différentes se rencontrent. Le contact provoque-t-il de part et d’autre des transformations significatives dans les moyens et systèmes d’échange ? Si oui, quelle est la nature et l’ampleur de ces changements ? Quelles en sont les étapes et les modalités ? Par quels bricolages s’articulent alors les divers systèmes ? Quelles sphères ou instances sont ou ne sont pas impliquées de part et d’autre ? Comment, à quelles fins et où circulent les anciens et nouveaux objets-monnaies ? Par quels chemins la monnaie métallique occidentale s’est-elle insinuée puis souvent imposée ? Ou au contraire pourquoi a-t-elle été refusée ?

Au-delà de la variété circonstancielle et de l’éclectisme des études de cas, le colloque tentera, par une esquisse comparative, d’apporter un éclairage original sur la place et la nature de la monnaie dans les sociétés étudiées.

Consulter le programme.

Hjalmar Schacht, financier et diplomate – Frédéric Clavert, résumé de thèse

Références de la version publiée de la thèse: Clavert, Frédéric. Hjalmar Schacht, financier et diplomate (1930-1950). Bruxelles: PIE-Peter Lang, 2009, 473 p.

Hjalmar Schacht, financier et diplomate est une thèse soutenue le 11 décembre 2006. Le jury était composé de Sylvain Schirmann et Marie-Thérèse Bitsch (Université Robert Schuman, tous les deux co-directeurs de la thèse), Rainer Hudemann (Université de Sarre, rapporteur), Alfred Wahl (Université de Metz, rapporteur) et Éric Bussière (Université Paris IV, président du jury). Hjalmar Schacht, président de la Reichsbank (1924-1930, 1933-1939) et ministre de l’Économie du Reich (1934-1937), a fait l’objet de nombreuses biographies. Ces dernières se divisent pour la plupart en deux sortes : les hagiographies ou les brûlots. En conséquence, certains aspects de la vie de Schacht restaient relativement inconnus, comme son passage en Belgique en 1914-1915 ou sa dénazification en 1946-1950.

Cette thèse, publiée par Peter Lang en 2009, a pour ambition d’analyser la « période nazie » de Schacht, entendue dans un sens large. Débutant avec sa démission de 1930 et, surtout, tentant d’expliquer cette démission par les négociations autour du plan Young de 1928 à 1930, elle se termine avec sa dénazification par une chambre de Basse-Saxe, en 1950. Le but de la thèse est de préciser les relations existant entre Schacht d’une part et les structures politiques allemandes et internationales d’autre part.

1. Origines de la thèse

Lors de travaux antérieurs, à l’iep de Strabsourg puis à l’Institut des Hautes Études Européennes, le personnage de Schacht avait retenu notre attention pour plusieurs raisons. En premier lieu, son rôle international de 1936 à 1938 était difficilement cernable et a suscité notre curiosité. En second lieu, l’originalité du parcours d’un homme deux fois président de la Reichsbank, sous Weimar et sous le IIIe Reich, est frappante. En troisième lieu, il n’existait pas de travaux universitaires, à l’exception de celui d’Amos E. Simpson dans les années 19601, se concentrant sur lui2. D’hagiographies en brûlots, l’historiographie ne permettait pas une évaluation poussée du parcours de Schacht.

Enfin, il y a la question du choix, liée à l’entre-deux-guerres, entre communisme et fascisme, entre organisation de l’Europe et nationalisme, entre priorité politique et priorité économique. Schacht a procédé à des choix, qui sont représentatifs de cette Allemagne déstabilisée par la Première Guerre mondiale. Car si son parcours est original parce qu’il est spectaculaire, il est surtout à l’image du destin allemand dans la première moitié du XXe siècle.

Il a fallu « construire » une problématique, en prenant garde de ne pas tomber dans l’« illusion biographique ». Nous avons choisi de nous placer sur le plan des relations internationales. Comment Schacht conçoit-il le rôle de l’Allemagne dans le monde ? Cette question a permis de faire émerger une forme de continuité : l’obsession de l’indépendance de l’Allemagne vis-à-vis de circuits financiers et économiques anglo-saxons et, dans une moindre mesure, français.

2. Archives

Il a paru évident de commencer par le dépouillement des dépôts allemands classiques de l’entre-deux-guerres : la Reichsbank, le ministre de l’Économie du Reich, la chancellerie.

Le fond Schacht à la Reichsbank a permis d’établir une chronologie fiable, d’attirer l’attention sur certains événements (par exemple les effets désastreux des discours de l’été 1934 sur l’opinion publique britannique) et de consulter des documents essentiels : les procès-verbaux des conférences des transferts par exemple (1933-1934). Certaines bornes chronologiques ont aussi été définies dès cette période : par exemple, la rupture entre la première et la seconde partie de la thèse, l’été 1934, semblait plus pertinente que mars 1933. C’est en effet en août 1934 que le Reich sort définitivement de la logique multilatérale pour gérer son fort endettement extérieur.

La consultation des archives très connues de la chancellerie a permis d’insérer Schacht dans la logique polycratique du IIIe Reich. Cette étape des recherches a été déterminante : il a fallu choisir entre intentionnalisme, fonctionnalisme ou neutralité. Aidé de la lecture de la biographie de Hitler par Ian Kershaw, le choix de l’interprétation fonctionnaliste du régime nazi, reposant sur l’analyse des structures et surtout sur la notion de pouvoir charismatique, s’est imposé de lui-même. De ces archives a émergé également la question de l’influence de Schacht sur les relations du Reich avec la Chine.

Après la consultation de ces archives allemandes, un problème de méthode liée au genre biographique s’est posé : comment passer outre la phase classique de détestation profonde du sujet étudié ? Une assez longue pause dans la thèse, pour des raisons externes, a permis de revenir à une vision personnelle plus modérée de Schacht.

La seconde phase de consultation des archives a concerné des centres non-allemands. Les fonds de la Banque de France, conjointement à la lecture des archives publiées de l’Auswärtiges Amt et du Quai d’Orsay notamment, ont montré à quel point la conférence sur le plan Young et sa préparation sont déterminants pour expliquer la rupture de Schacht avec la République de Weimar. Les archives de la Banque de France sont d’autant plus importantes qu’une partie – les notes de Clément Moret – est inédite. Cette rupture se situe entre les réunions du Comité des experts et la seconde conférence de La Haye et se concrétise par la démission de 1930. L’importance du Comité des experts dans le parcours de Schacht a été confirmée par les documents consultés à la Banque des Règlements Internationaux à Bâle. Ils ont également permis de fortement relativiser le rôle de Schacht dans la création de cet institut bancaire.

Nous avons utilisé également les archives de la Société des Nations. Elles ont apporté un éclairage international sur la conférence de Londres de 1933 et, également, sur la question de Danzig. Le fond de Sean Lester a apporté un éclairage économique sur la Ville Libre d’une part et, d’autre part, met en valeurs le rôle de Schacht en 1935 sur cette question.

Les archives non-allemandes nous ont entraîné à nouveau dans les archives allemandes dans la dernière phase des recherches. À Berlin, nous avons cherché des documents complémentaires sur le plan Young, sur la Chine, sur les transferts, sur les relations avec la Banque de France. À Coblence, il restait à dépouiller le fond Schacht, qui a réservé quelques surprises, et a, parallèlement aux archives françaises et bâloises, montré l’importance de la question d’Eupen et Malmédy et de la Belgique en général dans la vie de Schacht. À Munich et Hanovre, les archives sur le procès des grands criminels de guerre et sur la dénazification nous ont été utiles dans une double perspective : l’utilisation des témoignages d’une part et d’autre part l’éclairage sur la période 1944-1950.

Deux exemples permettent de comprendre ce que peuvent apporter les témoignages : Kurt Schmitt, ministre de l’Économie en 1933 et 1934 et Hans Bernd Gisevius, résistant. La comparution du premier pendant les procès de dénazification a permis de cerner la concurrence que se sont livrée Schmitt et Schacht au printemps 1934 dans le cadre de la logique polycratique émergente et de lier ce conflit à la crise de régime de juin-juillet 1934. Cette logique polycratique, néfaste pour Schacht à partir de l’hiver 1935-1936, lui a été bénéfique en 1934. Le même témoignage montre également les limites méthodologiques : Schmitt a la mémoire qui flanche et raconte certains événements avec très peu de précisions. Le témoignage de Gisevius à Nuremberg nous a forcé à réévaluer les actes de résistance de Schacht. Ce dernier, après-guerre, est confronté à un problème : s’il veut faire reconnaître sa participation à des tentatives de putsch, il doit les rattacher à la tentative d’assassinat du 20 juillet 1944, acte le plus connu de la résistance conservatrice. Cependant, il n’y joue pas de rôle. Ses ouvrages justifiant après guerre sa résistance sont ainsi peu convaincants. Le témoignage de Gisevius, confronté au journal de von Hassell par exemple, a montré que Schacht participe réellement à des actes de résistance de 1938 à 1941. Il permet également de comprendre l’entrée progressive et assez tardive de Schacht dans l’opposition au régime.

Enfin, les archives de dénazification ont permis de définir la date de fin de la thèse, 1950, date de la dénazification définitive de Schacht.

3. Apports de la thèse

En premier lieu, il nous semble que notre thèse apporte un éclairage plus complet sur Schacht. A-t-il été un opportuniste ? Schacht ne s’est jamais embarrassé de scrupules vis-à-vis des institutions. Sous la République de Weimar, lorsqu’il apparaît clairement qu’elle n’est pas capable, entre 1929 et 1930, d’atteindre certains objectifs – soit la fin des réparations, soit l’obtention d’un surplus d’exportation ou encore le retour des colonies – Schacht démissionne et, après avoir tenté de se rapprocher de Brüning, se rapproche des nazis et fait le choix implicite de la fin de la Démocratie. Néanmoins, en termes d’idées et de pratiques, il y a une stabilité certaine chez Schacht. L’appel aux colonies, la lutte contre le traité de Versailles, la restauration d’une puissance militaire, l’influence allemande en Mitteleuropa, par exemple, sont des constantes du discours et des décisions de Schacht, y compris après 1945. Il y a aussi stabilité des techniques financières employées et de leurs finalités. La Golddiskontbank, par exemple, a pour but de recréer un stock d’or pour le Reichsmark d’une part et de faciliter les exportations allemandes. Les propositions de Schacht d’avril 1929 au comité des experts concernent aussi l’accroissement des exportations allemandes. Le projet financier qu’il veut soumettre au débat dans les années 1950 et 1960 pour faciliter les investissements allemands à l’étranger se situe également dans cette perspective.

Une deuxième question se pose sur Schacht : a-t-il été, comme le suggèrent certaines hagiographies ou articles, un visionnaire ? La réponse est négative. Dans la première moitié du XXe siècle, particulièrement après la Première Guerre mondiale, se pose une question essentielle : quelle organisation pour l’Europe ? L’État-Nation est-il toujours la forme pertinente d’organisation économique ? Dans une perspective « schmollerienne », Schacht reste un nationaliste et un mercantiliste : il est clairement passé à côté des débats sur les questions européennes.

En troisième lieu, Schacht, étant donné les fonctions qu’il a occupées, s’est parfaitement intégré au IIIe Reich. Il n’a pas été membre du parti nazi, mais il fut une part du Béhémoth par ses relations avec Hitler, Goebbels ou Göring ; par sa participation à la propagande du Reich ; par ses initiatives, comme le mémorandum de mai 1935 qui a pour conséquence la mise en place des lois antisémites de Nuremberg ; par sa participation aux luttes intestines constantes qui caractérisent le régime nazi.

En quatrième lieu, il faut détruire l’image d’un Schacht « philosémite » qu’il s’est lui-même donné. L’antisémitisme de « dissimilation » de Schacht et des conservateurs qui se sont alliés aux nazis a été une condition de l’arrivée au pouvoir de Hitler et du renforcement de son pouvoir. Comme le décrit Ian Kershaw, cet antisémitisme conservateur a renforcé le processus de radicalisation de la politique antisémite du IIIe Reich. Pour autant, ce même antisémitisme de « dissimilation » est un facteur de marginalisation de Schacht. Les lois de Nuremberg mettaient un terme, du point de vue de Schacht, au « problème Juif ». Pour Hitler ou Rosenberg, elles représentaient plutôt une étape. Le grand pogrom de novembre 1938 pousse Schacht à proposer un plan de financement de l’émigration des Juifs en décembre 1938, qu’il tente de défendre à Londres et à Berlin. Cette solution montre cependant l’importance des préjugés raciaux et culturels de Schacht. Reposant sur des présupposés antisémites, elle est inacceptable pour les Juifs.

Enfin, Schacht a fait l’objet d’une clémence certaine lors des procès d’après-guerre. À Nuremberg, la volonté politique, finalement acceptée par les Soviétiques, d’assurer aux accusés un procès le plus équitable possible, la logique de « complot » utilisée par l’accusation et qui ne peut commencer qu’à partir de 1937 et du protocole Hoßbach et enfin la hiérarchisation des peines et des accusés mènent à l’acquittement de Schacht. En effet, l’accusation n’a jamais pu prouver que Schacht disposait de fonctions importantes après 1937. De plus, les avocats de l’ancien ministre le défendent avec efficacité, malgré une plaidoirie parfois emphatique.

Le processus de dénazification souffre, dans le cas particulier de Schacht, de cet acquittement. Après un premier procès dont les archives semblent indiquer qu’il ne fut pas équitable, les Spruchkammer du Würtemberg-Bade et de Basse-Saxe classent Schacht en catégorie V : grâce à ses faits de résistance, Schacht est libéré. La complexité de ces procédures, la rivalité entre Länder, la logique de la loi de dénazification qui attribue aux Résistants une sorte de relaxe automatique, permettent à Schacht d’être libéré. Finalement, Schacht est un symbole des limites de la procédure de dénazification, qui voit des subalternes être classés en catégorie III (une sorte de culpabilité « modérée ») et des dignitaires en catégorie V (relaxe). Schacht n’est pas, dans cette logique, un cas isolé. Un autre exemple de cette mansuétude est Kurt Schmitt, condamné comme Hauptschuldiger en 1946, mais déclaré Mitläufer en 1949 et condamné au paiement d’une amende et des frais du procès. Grâce à sa résistance, Schacht échappe même au classement en catégorie III ou IV.

4. Zones d’ombre

La carrière de Schacht après 1950 mériterait une étude, éventuellement intégrée dans un sujet plus large qu’une biographie sur Schacht.

Pour cette période, les aspects internationaux semblaient être les plus intéressants au début de notre thèse. Il est probable que son activité intérieure soit finalement plus déterminante et puisse nous apprendre beaucoup sur la rfa. En effet, les liens entre certains milieux (le Rhein Ruhr Klub, la csu) et d’anciens dignitaires du régime nazi (Schacht) ou de personnalités qui ont joué un rôle dans la chute de la République de Weimar (Brüning, Luther) nous semblent montrer que la création et l’ancrage de la rfa en Europe de l’Ouest n’ont pas été une évidence pour tous les Allemands. L’évolution politique de Schacht dans les années 1960, lorsque l’Allemagne est confrontée aux phénomènes « Mai 68 », devrait également être précisément étudiée. Sur cette même période, une étude précise sur l’activité bancaire et internationale de Schacht manque pour l’après-guerre. Quel est, par exemple, son comportement vis-à-vis de l’indépendance du Togo et du Cameroun, anciennes colonies allemandes ?

  1. Simpson, A. E., Hjalmar Schacht in perspective, Mouton, 1969. []
  2. Depuis, Christopher Kopper a publié une biographie de Schacht. Kopper, C., Hjalmar Schacht, Aufstieg und Fall von Hitlers mächtigstem Bankier, Hanser Wirtschaft, Munich, 2006. []