Archives par mot-clé : management

Colloque CERIEL EA 1337 et MSJ EA 2273 : Discours du management, du travail et de l’économie : représentation / Ficition

Discours du management, du travail,
de l’économie : représentation/fiction
Colloque interdisciplinaire 5, 6 et 7 juin 2013
Université de Strasbourg, Institut Le Bel, salle Ourisson
Organisé par le Centre d’Études sur les Représentations : Idées, Esthétique, Littérature
(CERIEL, EA 1337, Université de Strasbourg)
et le Laboratoire des Sciences Historiques
(LSH, EA 2273, Université de Franche-Comté)

Contacts
corinne.grenouillet@unistra.fr
catherine.vuillermot@univ-fcomte.fr

PROGRAMME

Mercredi 5 juin 2013

 

13h-13h30 : Accueil des participants

13h30-14h : Ouverture du colloque :

Muriel Ott, directrice de l’Institut de Littérature française

Béatrice Guion, directrice de l’EA 1337 Configurations Littéraires

Thierry Revol, doyen de la Faculté des Lettres

 

Autour de l’entreprise

 

14h-16h40 : SESSION 1 : L’ENTREPRISE ET L’ENTREPRENEUR

Président : Robert Belot

 

* Alicia Mornington, Doctorante en théorie politique, CEVIPOF/CNRS/Sciences-Po Paris, « Le consentement individuel comme fiction ».

* Catherine Vuillermot, Maîtresse de conférences en Histoire contemporaine, Université de Franche-Comté, « Le discours sur l’économie, le travail et le management de quelques grands dirigeants français (à partir de leurs autobiographies) ».

* Michel Feynie, Docteur en Anthropologie, Chargé de cours à l’Université Bordeaux Ségalen et à l’Inseec Business School, « Le discours managérial, instrument d’idéalisation de l’entreprise ».

* Michel Villette, Professeur de Sociologie, AgroPAris-Tech, « La fabrique du discours de responsabilité sociale par l’entreprise : un processus chaotique ».

 

Pause : 16h40-17h

 

17h-19h : SESSION 2 : LA PRESSE

 

Président : Michel Villette

 

* Thierry Guilbert, Maître de conférences en Sciences du langage, Université de Picardie Jules Verne, « Représentations économiques dans les médias : fiction ou réalité ? Analyse du discours du Monde lors de la privatisation partielle de France Télécom en 1997 ».

* Séverine Marin, Maître de conférences en Histoire contemporaine, Université de Strasbourg, « Le péril japonais ».

* Paul Dietschy, Maître de conférences en Histoire contemporaine, Université de Franche-Comté, « Le sport et le discours managérial de la société générale (à travers la presse d’entreprise, Sogéchos) »

 

 

Jeudi 6 juin 2013 : Du côté des textes littéraires

 

Commentateur de la journée : Jean-Charles Massera, écrivain-performeur

 

9h-12h30 : SESSION 1 : QUAND LA LITTÉRATURE DIT L’ECONOMIE

Président : Jean-Charles Massera

 

* Sonya Florey, Professeure-formatrice, Haute Ecole Pédagogique Lausanne (Suisse), « “It’s too late to say economy”. Ou comment la littérature dit l’économie après la crise ».

* Alexandre Péraud, Maître de conférences en Littérature, Université Bordeaux III, « Dire le temps de l’argent ».

* Reynald Lahanque, Professeur émérite de Littérature française contemporaine, Université de Lorraine, « La condition économique ».

 

Ponctuation littéraire : Jean-Charles Massera

 

11 h-11 h 15 : Pause

 

* Françoise Cahen, Professeur de lettres dans le secondaire, « Le système romanesque du libéralisme dans les œuvres d’Eric Reinhardt ».

* Marianne Noujaim, Professeur assistant en langue et littéraire françaises, Université Saint-Esprit de Kaslik (Jounieh, Liban), « Le théâtre vinavérien du travail ou l’osmose du privé et du professionnel ».

 

 

 

14 h – 16 h: SESSION 2 : LANGUE DU TRAVAIL, LANGUE AU TRAVAIL

Président :  Thierry Guilbert

 

* Thierry Beinstingel, Écrivain et Doctorant, Université de Dijon, « Manœuvrer la langue, écrire le travail, nommer la littérature ».

* Corinne Grenouillet, Maître de conférences en Littérature française, Université de Strasbourg, « Faut-il en rire ? La défamiliarisation du discours de l’évidence néo-libérale dans les romans contemporains  ».

* Isabelle Krzywkowski, Professeur de Littérature comparée, Université de Stendhal-Grenoble III, « Poésie et “novlangue” ».

 

16 h -16 h 20 : Pause

 

16h20-18h20 : SESSION 3 : DIRE L’ENTREPRISE, DEMASQUER SES DISCOURS

Président :  Reynald Lahanque

 

* Aurore Labadie, Doctorante en Littérature française sous la direction de Bruno Blanckeman (Paris III), « Le roman d’entreprise ou l’entreprise comme écriture ».

* Jean-Paul Engélibert, Professeur de Littérature comparée, Université Bordeaux III, « Désarmer le discours de l’entreprise. Quelques stratégies narratives ».

* Maryline Heck, Maître de conférences en Littérature française, Université de Tours, « La Question humaine de François Emmanuel : le discours économique face à son témoin ».

 

Ponctuation littéraire : Jean-Charles Massera

 

 

Vendredi 7 juin 2013 : Extension du domaine du discours

 

9h-12h : SESSION 1 : CINEMA, SCIENCES SOCIALES

Président : Paul Dietschy

 

* Fabienne Bullot, Docteur en Histoire de l’art, Chargée de cours au Franklin and Marshall College (Lancaster, Pennsylvanie), « La novlangue des Échanges en milieu tempéré de Jean-Marc Moutout ».

* Frédéric Moulène, PRAG de Sciences sociales, IUT de Belfort-Montbéliard, Université de Franche-Comté, « Quand dire l’économie, c’est (ne pas) faire les réformes :Penser l’efficacité du discours économique avec Karl Polanyi ».

 

10h20-10h40 : Pause

 

* Ève Lamendour, Maître de conférences en Sciences de gestion, Université de La Rochelle, « Une mise en forme de la pensée. Étude du catalogue de deux éditeurs en gestion ».

* Roland Pfefferkorn, Professeur de Sociologie, Université de Strasbourg, « Les discours sociologiques de substitution et le déni des conflits et des classes sociales ».

 

 

14h-16h : SESSION 2 : UN DISCOURS ECONOMIQUE  MANAGERIAL OMNIPRESENT

Présidente : Ève Lamendour

 

* Emmanuel Triby, Professeur en Sciences de l’Éducation, Université de Strasbourg, « Processus d’économicisation et discours économique dans des écrits de cadres de santé ».

* Lionel Prigent, Maître de conférences en aménagement de l’espace et en urbanisme, Université de Bretagne occidentale, « La mise en marché du patrimoine mondial : démarche économique ou discours de justification ».

* François Quénot, Responsable marketing chez Bioleder, Strasbourg, « La problématique du langage dans les entreprises françaises en phase de développement : l’exemple de PME du secteur bio-médical à l’heure de la croissance externe. ».

 

 


  • [histoire_eco] colloque 5-7 juinCatherine Vuillermot, 29/05/2013

AAC : XIXes journées d’histoire du management et des organisations

Appel à communication

XIXes JOURNEES D’HISTOIRE DU MANAGEMENT ET DES ORGANISATIONS

Anciennement « Journées d’Histoire de la comptabilité et du management »

Université Paris-Est – Marne-la-Vallée, 26-28 mars 2014

L’Innovation

Les Journées d’Histoire de la Comptabilité et du Management, aujourd’hui Journées d’Histoire

du Management et des Organisations, constituent depuis leur première édition en 1995, un

rendez-vous annuel incontournable pour ceux qui s’intéressent à l’histoire et à la gestion. Elles

rassemblent des gestionnaires, historiens, juristes, sociologues et économistes.

Comme chaque année, toutes les propositions de communications sont les bienvenues, mais

nous souhaitons néanmoins proposer un axe de réflexion. Ainsi, l’Association pour l’Histoire du

Management et des Organisations, l’Institut de Recherche en Gestion (IRG, université Paris-Est)

et l’université Paris-Est – Marne-la-Vallée, avec le soutien de l’Association Francophone de

Comptabilité, lancent cet appel à communication sur le thème de l’Innovation.

A la rencontre de la technologie, des besoins de l’utilisateur et des contraintes du marché,

l’innovation touche toutes les fonctions de l’entreprise. On distingue ainsi traditionnellement

quatre types d’innovations : innovation de produit, de procédé, marketing ou organisationnelle.

Au cours de ces 19e Journées d’Histoire du Management et des Organisations, nous souhaitons

aborder l’innovation dans son épaisseur historique et en contexte, en envisageant dans leur

diversité les pratiques innovantes.

Nous suggérons ici certaines approches :

– étudier les pratiques de conception, s’intéressant aux mécanismes cognitifs et

organisationnels en jeu dans la créativité et l’innovation

– proposer une approche des milieux innovants, des réseaux et des transactions que

génèrent les collectifs de l’innovation

– questionner les modèles et outils de gestion de l’innovation, dans leur dimension

historique

– analyser les modalités de la légitimation, de l’appropriation et de la diffusion de

l’innovation

– étudier les institutions de l’innovation, à travers notamment le rôle des brevets

– décrire les marchés émergents de l’innovation, et mettre en évidence les outils

permettant de les approcher

– Enfin, la thématique de l’innovation pose la question de la résistance des acteurs au

changement.

Dans la continuité des précédentes Journées, sont attendues des communications à caractère

historique couvrant les domaines de la comptabilité, du management ainsi que ceux de la

stratégie, du nouveau management public, du marketing, de la finance…

Comme chaque année, toutes les propositions de communication intégrant une dimension

historique sont bienvenues.

Tutorat de thèses / Atelier méthodologique

Cette journée est ouverte à tous les participants.

Les Journées d’Histoire débuteront par un atelier doctoral organisé le 26 mars, comprenant un

tutorat de thèses d’histoire du management et des organisations, et, l’après-midi, un atelier

méthodologique portant sur « L’Ecriture de l’Histoire », par Patrick Fridenson.

Les doctorants souhaitant présenter leurs recherches à l’occasion de cet atelier devront fournir

un document d’une dizaine de pages maximum spécifiant leur champ de recherche (thème,

questions de recherche), le cadre théorique ou l’articulation théorique de la thèse, leur

démarche méthodologique, les premiers résultats (le cas échéant), leurs principales références

bibliographiques.

Les doctorants en début de thèse sont encouragés à participer.

Dates à retenir

Date limite de soumission des textes des communications (30 000 signes minimum – 70 000

signes maximum) : 15 décembre 2013

Décision du comité de lecture : 19 janvier 2014

Version définitive des textes : 9 février 2014

Les propositions devront être envoyées en français ou anglais accompagnées d’un résumé en

français et anglais à l’adresse suivante : jhmo@univ-mlv.fr

Chaque proposition de communication fera l’objet d’une lecture anonyme.

Contact : jhmo@univ-mlv.fr

Site internet : https://sites.google.com/site/jhmo2014/home

Comité scientifique :

Amina Bécheur

Eugénie Briot

Ludovic Cailluet

Pierre Labardin

Eve Lamendour

Yannick Lemarchand

Michel du Moutier

Marc Nikitin

Eric Pezet

Nicolas Praquin

Pierre Prétou

Béatrice Touchelay

Catherine Vuillermot

Comité d’organisation :

Marianne Abramovici

Eugénie Briot

Cécile Fonrouge

Cédric Poivret

Mathias Szpirglas

 

Des JHCM aux JHMO

Nées en 1995, à l’initiative de quelques membres de l’Association francophone de comptabilité,

les Journées d’histoire de la comptabilité, devenues Journées d’histoire de la comptabilité et du

management en 1998, vont de nouveau changer de dénomination en 2014, à l’occasion de leur

dix-neuvième édition. Si ce changement prend en compte l’élargissement thématique des

communications présentées lors de ces Journées, il est aussi la conséquence de la création de

l’Association pour l’Histoire du Management et des Organisations, qui en coordonnera

désormais l’organisation en lien avec les institutions qui les accueilleront.

Si à partir de la fin des années 1980, les comptables furent parmi les premiers à intégrer la

démarche historique à leurs recherches, bien d’autres disciplines des sciences de gestion ont

depuis fait de même et les travaux se sont largement multipliés et diversifiés. Dans le même

temps, historiens, sociologues, juristes et économistes ont été de plus en plus nombreux à

s’intéresser à l’histoire des savoirs et pratiques de gestion. L’élargissement thématique des

communications présentées lors de ces Journées témoigne sans équivoque de ce phénomène.

Parallèlement à une augmentation de leur fréquentation, la proportion des communications

portant sur des questions de comptabilité et de contrôle n’a cessé de diminuer, pour passer en

dessous des 40% en 2013.

Dès lors, plusieurs collègues venus d’horizons variés ont décidé de franchir une nouvelle étape

en créant une association non seulement transversale par rapport aux sciences de gestion mais

aussi pluri-disciplinaire. Il s’agit de rassembler tous ceux qui, relevant d’univers scientifiques

différents et avec des questionnements variés, ont fait de l’histoire du management et des

organisations l’objet de leurs investigations. Encourager les recherches, enrichir la réflexion,

favoriser les échanges d’expérience et les collaborations inter-disciplinaires, mais aussi informer,

donner de la visibilité à ce courant, en faire connaître les travaux et les activités, aider les

doctorants, promouvoir l’enseignement de cette histoire,… sont quelques-unes des missions que

se donne la nouvelle association.

Par son implication dans les Journées d’histoire, depuis 1995, l’Association Francophone de

Comptabilité a joué un rôle déterminant dans l’émergence et l’essor des recherches historiques

en gestion. Grâce à elle, un courant s’est créé qui prend aujourd’hui son autonomie. Nous l’en

remercions et nous félicitons du soutien qu’elle accorde désormais à nos activités.

Yannick Lemarchand, Eric Pezet, Eugénie Briot, Catherine Vuillermot

Membres du bureau de l’AHMO

Pour toute demande d’informations complémentaires sur l’AHMO et ses activités, en attendant

l’ouverture prochaine de son site internet : asso.ahmo@gmail.com

Première séance du séminaire « Entreprises-Management-Société »

Première séance du séminaire « Entreprises-Management-Société ».

Celle-ci aura lieu le jeudi 30 juin de 14 h 30 à 17 h, salle 306 (3ème étage)  à l’IAE Gustave Eiffel de l’Université Paris Est Créteil (Métro : ligne 8, arrêt Créteil-Université). Elle aura pour thème :

« Responsabilité sociale des entreprises et diversité des capitalismes dans la phase contemporaine d’internationalisation », à partir d’une présentation de Michel Capron (IRG, Paris Est Créteil) et de Pascal Petit (CEPN-CNRS, Université Paris 13), portant notamment sur les résultats d’une recherche concernant les comportements de reporting des entreprises cotées à travers le monde sur vingt ans.

Le papier est disponible par voie électronique sur simple demande.

Vous pouvez d’ores et déjà retenir la date du 2ème séminaire qui aura lieu le lundi 26 septembre, après-midi (même lieu) avec une présentation de Clotilde Druelle-Korn (historienne) sur les mouvements de la RSE aux Etats-Unis des origines aux années 1940.

Programme

Entreprises, management et société.

Séminaire transversal de l’IRG proposé par Michel Capron, avec le concours de Thierry Hommel (socio-économiste), Pascal Petit (économiste), Béatrice Touchelay (historienne), François Vallayes (philosophe).

Depuis les ouvrages de Perroux (1975) et de Sainsaulieu (1990), la recherche francophone s’est peu intéressée aux interfaces entre les entreprises et la société. De fait, ce champ a été implicitement accaparé par les thématiques de la RSE (responsabilité sociale d’entreprise), mais dans une optique essentiellement fonctionnaliste, instrumentale et du seul point de vue de la gestion de l’entreprise (Gond, Matten, 2007). De plus, le mouvement contemporain de la RSE (discours et pratiques depuis une dizaine d’années) s’est constitué d’une part, à partir de l’idée –jamais réellement contestée – que la RSE ne concernait que les mesures et démarches volontaires des entreprises allant au-delà des obligations légales et conventionnelles, comme le laissent supposer le Livre vert de la Commission de l’Union européenne (2001) et la définition donnée par l’OIT en 2006 et d’autre part, de l’idée (plus contestée) que la RSE favorisait une différenciation compétitive des entreprises.

Or il est difficile de faire abstraction que, dans une société donnée, la responsabilité sociale des entreprises est d’abord définie par le cadre institutionnel qui régule leur activité, impliquant en particulier le rapport salarial et les formes de concurrence. Selon les époques et les pays, elle dépend notamment du degré d’implication de l’Etat et de ses exigences quant à la ré-internalisation des coûts externés par les entreprises et à leur contribution à la production et à l’entretien des biens communs.

La posture réductrice du mouvement actuel de la RSE montre aujourd’hui ses limites dans la mesure où cette responsabilité apparaît collective et nécessite d’être appréhendée de façon globale, c’est-à-dire dans tous ses aspects multidimensionnels et dans un cadre spatial planétaire.  Exprimant les inévitables tensions entre activités économiques et activités civiles, les sociétés s’interrogent sur les évolutions en cours dans la prise en considération et la prise en charge des biens communs et in fine le déplacement de frontières entre sphère privée et sphère publique.

La recherche en sciences sociales ne peut être absente de ces problématiques, d’autant que le droit conteste maintenant que les « normes de RSE » puissent se développer indépendamment des normes publiques internationales (cf. Colloque de l’Université Bordeaux IV en octobre 2010). On ne peut ignorer, par ailleurs,  que de nombreux dispositifs volontaires de RSE se sont créés à l’initiative de pouvoirs publics, que la distinction « soft law/hard law » tend à s’estomper du fait des éventuels effets de sanction disciplinaire entraînés par ces normes et que, depuis la crise financière, les Etats sont amenés à jouer à nouveau un rôle dans la régulation du management des entreprises.

Il apparaît donc la nécessité d’une relecture et d’une révision des fondements théoriques de la relation entreprises/société autant à partir des  représentations des exigences de la société que des conséquences perçues par les milieux d’affaires.

Un programme de recherche visant à remplir cet objectif devrait comprendre :

  • Un approfondissement historique de cette relation, au moins depuis les origines du capitalisme.
  • Une meilleure connaissance (à la fois historique et philosophique) de l’évolution du concept de responsabilité, notamment du passage de son application de l’individu au collectif, avec les conséquences qu’il a pu induire.
  • Une révision de la notion de parties prenantes qui, malgré son succès, mais aussi l’abondante littérature critique dont elle a fait l’objet, ne peut dispenser d’une réflexion renouvelée sur les enjeux globaux (liens avec la notion de gouvernance des biens communs et la notion de soutenabilité des systèmes socio-écologiques (Ostrom, 2010).
  • Une approche contingente qui relativise les conceptions normatives issues de l’espace nord-américain et du contexte de l’après Seconde guerre mondiale (notamment courant du business ethics).
  • Un examen empirique des conséquences des affaiblissements et de l’endettement des Etats sur leur prise en charge de l’intérêt général et, corrélativement, de leur suppléance (ou non) par le monde des affaires privé.
  • Une poursuite des travaux sur la régulation des activités économiques dans un cadre mondialisé, tant en ce qui concerne l’effectivité des normes existantes que dans l’invention de normes nouvelles susceptibles d’encadrer la fragmentation des intérêts particuliers dans le contexte d’une concurrence internationale exacerbée (Graz, 2010).
  • Une posture permettant de revisiter la notion d’entreprise, notion de plus en plus floue et inopérante, ce qui implique de s’attaquer à une réflexion sur la place des « parties prenantes » en fonction des risques pris (assumés ou non) (cf. Beck, 2001) en regard de la société (et pas seulement de l’entreprise).
  • Des propositions en matière de nouvelle  gouvernance des entreprises, appelée à s’élargir au-delà de la relation dirigeants-actionnaires, ce qui suppose également un ré-examen des attributs du droit de propriété (Robé, 1999 ; Touffut, 2009).
  • Enfin, les conséquences pratiques des tailles atteintes par les grands groupes qui en font des « institutions au service de la société » (Weinstein, 2010).

Un tel programme  suppose, de toute évidence, des approches pluridisciplinaires et donc des concours d’enseignants-chercheurs venant d’autres disciplines que les sciences de gestion. Il pourrait, en l’élargissant, poursuivre utilement les travaux réalisés dans le cadre du programme ANR « Potentiel régulatoire de la RSE ».

Dans un premier temps, une série de séminaires auront lieu en 2011-début 2012 permettant de cerner les questions dans les différents champs disciplinaires et de préciser le programme de recherche pour 2012 et les années suivantes.