Archives par mot-clé : international

Présentation du comité franco-espagnol d’histoire économique

Le comité franco-espagnol d’histoire économique a pour vocation de favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheurs de part et d’autre des Pyrénées. Il organise des rencontres qui ont lieu successivement en Espagne ou en France.  Il organise les 9 et 10 avril 2014 la rencontre Consommations, consommateurs, Regards franco espagnols, XVIe-XXIe siècles. Le comité s’est constitué suite à une première rencontre qui s’est déroulée à la Casa de Velázquez à Madrid en 2002. Les textes présentés à cette occasion ont ensuite été réunis et publiés : Carlos Barciela, Gérard Chastagnaret y Antonio Escudero (eds) La Historia económica en España y Francia (siglos XIX y XX), Publicaciones de la Universidad de Alicante/Casa de Velázquez, Alicante, 2006. Un second colloque a été organisé à Aix-en-Provence les 14 et 15 juin 2008, dont les actes ont également été publiés : Gérard Chastagnaret, Jean-Claude Daumas, Antonio Escudero y Olivier Raveux (eds) Los niveles de vida en España y Francia (siglos XVIII-XX). In memoriam Gérard Gayot, Publicaciones de la Universidad de Alicante / Publications de l’Université de Provence, Alicante, 2010, 390 p.

Membres du comité

Pour l’AFHE

Sans titre2

  • Natacha Coquery, université de Lyon 2
  • Jean-Claude Daumas, université de Besançon
  • Nicolas Marty, université de Perpignan, président
  • Alexandre Fernandez, université de Bordeaux III
  • Florent Le Bot, université d’Evry / ENS Cachan
  • Cédric Perrin, université de Paris Ouest Nanterre
  • Patrice Poujade, université de Perpignan
  • Olivier Raveux, CNRS (UMR TELEMME, Aix-Marseille Université)

Pour l’AEHE

Sans titre1

  • Joseba de la Torre (Universidad Pública de Navarra), Presidente
  • Antonio Escudero (Universidad de Alicante)
  • Vicente Pinilla (Universidad de Zaragoza),
  • Nuria Puig (Universidad Complutense de Madrid),
  • Carmen Sarasúa (Universidad Autónoma de Barcelona)

Compte-rendu de la table ronde sur l’histoire économique antique organisée à Bordeaux le 3 mai 2013

Chers collègues,
le 3 mai dernier à l’issue d’une journée d’étude sur « Les sociétés anciennes
menaient-elles des politiques économiques ? », s’est tenue à Ausonius
(Bordeaux) une table ronde prospective intitulée « De la politique économique
à l’histoire économique de l’Antiquité : perspectives de recherche ».

Vous trouverez notamment dans ce compte-rendu une rapide présentation de
plusieurs programmes de recherche menés actuellement en France sur l’histoire
économique de l’Antiquité, ainsi que des pistes de réflexion sur les outils
que nous pourrions mettre en place pour rendre l’histoire de l’économie
antique plus dynamique en France.

Le compte-rendu est désormais disponible en ligne ici :
http://www-ausonius.u-bordeaux3.fr/new/images/IMAGES%20ET%20PDF%20CHERCHEURS/Compte-rendu_table_ronde_histoire_economique.pdf
ainsi que les différentes rencontres que nous avons organisées à Bordeaux
depuis 4 ans sur le marché antique :
http://www-ausonius.u-bordeaux3.fr/new/index.php/axes-de-recherche/l-ordre-du-monde-pouvoirs-dynamiques-controles-dans-les-societes-anciennes-et-medievales/9-axes/106-les-marches-dans-le-monde-antique-concepts-conceptions-et-realites

Si certains d’entre vous sont intéressés pour rejoindre notre groupe de
réflexion ou souhaitent être tenus plus directement au courant de nos
activités à venir, n’hésitez pas à nous contacter.

cordialement
Aurélie Carrara
aurelie.carrara@gmail.com

2 postes de maître-assistant(es ) à 100% en histoire économique

Bonjour

 

Le département d’histoire économique de l’Université de Genève vient de publier l’appel à candidatures pour  2 postes de maître-assistant(es) dont la description je vous fais suivre :

 

Voir aussi la page officielle : https://jobs.unige.ch/www/wd_portal.show_job?p_web_site_id=1&p_web_page_id=14103

 

Description du poste

Les candidat(e)s seront appelé(e)s à assurer, sous la supervision de la Directrice du département, quatre heures par semaine d’enseignement (cours et séminaires) dans le domaine du poste, y compris le suivi des étudiants, la surveillance et correction des examens et l’encadrement de projets de recherche en histoire économique et sociale.

Titre et compétences exigés

Les candidat(e)s doivent être titulaires d’un doctorat dans le domaine de l’histoire économique, de l’économie ou de l’histoire et avoir une expérience de la recherche dans le domaine des sciences sociales.

Ils (elles) doivent maîtriser le français et l’anglais.

Entrée en fonction

1er août 2014 ou à convenir

Contact

Les candidatures comportant une lettre de motivation, le curriculum vitae, la photocopie du diplôme de doctorat doivent être déposées exclusivement en ligne en cliquant sur le bouton « Postuler/Apply now ».

Des renseignements sur le poste peuvent être obtenus à l’adresse fionna.caloz@unige.ch.

Informations complémentaires

La durée de l’engagement est de 3 ans, renouvelable une seule fois pour une période de 3 ans maximum. La première année constitue une période d’essai au cours de laquelle il peut être mis fin aux rapports de service moyennant le respect d’un délai de résiliation de 3 mois pour la fin du mois.

 

Cordialement

 

————————————————–

Juan Huitzilihuitl Flores Zendejas

Professeur Associé

Paul Bairoch Institute of Economic History

Department of Economic Sciences

University of Geneva

40, bd du Pont-dArve

CH – 1211 Genève 4

Switzerland

Tel.+41 22 379 99 13

Fax +41 22 379 81 93

http://www.unige.ch/ses/ihise/people/professors/juanflores.html

Blog: http://pasadoypresenteblog.wordpress.com/

Préparation de la deuxième vague du WEHC 2015 Kyoto

Le comité directeur de l’AFHE du 20 janvier 2014 a entendu Patrick Fridenson et Mathieu Arnoux, membre français du comité exécutif de l’Association internationale d’histoire économique, qui ont complété le premier rapport réalisé dès le 6 janvier dernier (consultable ici : http://afhe.hypotheses.org/3696). Le nombre très important et la qualité des propositions de session, les critères parfois difficiles à maîtriser de la sélection de ces  sessions, ont incité le Comité Directeur à faire la proposition suivante : Continuer la lecture de Préparation de la deuxième vague du WEHC 2015 Kyoto

18th Annual Congress of the European Business History Association

Chers collègues
Je vous encourage vivement au nom du comité scientifique du prochain congrès de l'European Business History Association à proposer des communications ou des sessions complètes. La date limite de remise des propositions a été repoussée au 15 février. 
Ludovic Cailluet
Professeur des Universités
Université du Littoral / CRM (UMR CNRS 5303) Université Toulouse 1
http://www.linkedin.com/in/cailluet

18th Annual Congress of the European Business History Association
Utrecht, 21-23 August, 2014
Comparative Business History: Contrasting Regions, Sectors, and Centuries

Deadline extension paper and session proposals EBHA congress 2014:
Because of the many requests we have received in recent days, the deadline for submitting paper and session proposals, as well as the deadline for submitting a dissertation for the dissertation prize, will be extended with one month.
The new (and final) deadline for submitting proposals is now: 15 February 2014

More information about the congress can be found on: www.ebha-2014.eu. If matters are unclear, please contact Winny Bierman: EBHA2014@uu.nl. Beneath, please find the call for papers, dissertations and posters for the EBHA Congress 2014:

Call for papers and sessions:
For the 2014 EBHA Utrecht congress we encourage participants to take a long-term view in comparing business activities across different periods of time, to compare similarities and differences, and to reflect about their meaning. We believe that drawing comparisons is an important instrument for business historians and a gathering of business historians from all over Europe as well as from other parts of the world is the ideal venue for ambitious juggling.
Contrasting centuries with each other will increase our understanding of the interaction between business strategies and the institutions surrounding the business activities, such as the role of government or the alternation between collaboration and competition between trades. In addition we invite papers that compare! industry sectors in different countries or regions in similar periods. Which factors contributed to the shift of industries from one region to another? Why did some firms move, while others stayed or transformed their business. We welcome papers discussing the varieties of capitalism.
More information about the call for papers and sessions: https://www.ebha-2014.eu/call-papers

Call for dissertations:
Every two years, the EBHA awards a prize for the best dissertation in business history submitted to a European university in the previous two years. Eligible dissertations may be in any European language. Three finalists will be selected from the dissertations submitted for consideration, and the authors will be required to give a presentation based on their dissertations at a plenary session at the forthcoming EBHA congress. All three finalists will receive a certificate that they have been among the short-listed candidates and will be eligible for reimbursement of part of their travel costs. All three will also be eligible for a waiver of their registration fees for the congress. In addition, the prize winner will receive EUR 300 and a special certificate. The finalists are invited to have written ver! sions of their presentations published in the Newsletter of EBHA.
More information about the dissertation prize: https://www.ebha-2014.eu/dissertation-prize-0

Call for posters:
The poster session offers junior researchers a great opportunity to present ongoing research in the field of business history to an international audience. Posters combine text and graphics in order to communicate information and ideas. The informal and interactive setting of the poster session makes it easy to engage people in conversation and invite feedback. From the applications around ten posters will be selected by a jury. These will be on display for two days, which will give the posters maximum exposure. During the poster session itself the participants will be expected to be with their posters for brief presentations, questions and discussion. The jury will assess the posters and the best poster will receive a prize of 250 euros sponsored by the Dutch Foundation of Business History.
More information about the poster session: https://www.ebha-2014.eu/poster-session

Winny Bierman | Congress secretary | EBHA2014@uu.nl | www.ebha-2014.eu |

World Economic History Congress 2015 Kyoto (WEHC) second call for sessions

Dear colleagues and friends,

The International Economic History Association (IEHA) is delighted to announce its 17th World Economic History Congress (WEHC) to be held in Kyoto, Japan, from August 3rd to 7th, 2015.

The Second Call for Sessions is now open at our online submission page, http://www.wehc2015.org/scientificprogramme-call_for_sessions.html
Proposals for sessions should be submitted by 31st July, 2014.

For our submission policy, please refer to the announcement for the first call, http://www.wehc2015.org/document/newsletter/WEHC2015%20firstcall_flyer.pdf, and submit your proposal by the deadline.

If you have any questions, please feel free to contact the Secretariat at wehc2015@c-linkage.co.jp

Best regards,
Tetsuji Okazaki
Chair, WEHC 2015 Local Organizing Committee

Secretariat of WEHC2015 (Kyoto, Japan)
c/o Convention Linkage, Inc.
TEL:+81-6-6377-2188 FAX:+81-6-6377-2075  E-mail: wehc2015@c-linkage.co.jp

Cercle d’épistémologie économique : Sur les fondements éthiques de la justice sociale

Cercle d’épistémologie économique
    CES, UNIVERSITE DE PARIS I – PANTHEON SORBONNE
106-112 bd de l’Hôpital, 75647 PARIS CEDEX 13, FRANCE
tél: 01 44 07 82 37
Chers amis,
La prochaine séance du Cercle d’épistémologie économique aura lieu:

le jeudi 12 décembre  2013
de 18 heures à 20 heures
à la Maison des Sciences Économiques ,
dans la salle S 17
106-112 bd de l’Hôpital, 75013 Paris.
(Métro : Campo-Formio  ou Place d’Italie. Autobus : 57, 67, 27, 83 et 47)

Fériel KANDIL

(GREQAM, Université de la Méditerranée)


traitera le thème suivant:

« Sur les fondements éthiques de la justice sociale »

Avec amitié,
Annie L. Cot
Jérôme Lallement

journée d’études sur l’histoire moderne et contemporaine des femmes en perspective comparée Europe Nord-Ouest/Inde Univ. Arras 12.12.2013

Chers collègues
Voici le programme d’une journée d’études que nous organisons à l’Université d’Artois dans le cadre du CRESH, Maison de la Recherche Arras, le 12 décembre prochain (9 h 30-17 h).
autour de notre collègue professeur invité, Mme Rekha Pande de l’Université d’Hyderabad (Andhra Pradesh, Inde). L’idée est de lancer des éléments de comparaison historiographique entre l’Inde et l’Europe du Nord/Ouest
Nous prévoyons une matinée consacrée à la question du travail féminin et une après-midi à celle des rapports entre femmes et sphère religieuse. Si la première partie correspond bien à l’esprit de la liste de diffusion « histoire-eco », la seconde appartient plutôt à l’histoire religieuse, mais il a semblé intéressant de faire circuler néanmoins l’information
Bien cordialement
Michel-Pierre Chélini (Pr. histoire contemporaine, U. d’Artois)

Regards croisés sur l’histoire moderne et contemporaine des femmes (Inde / Europe du Nord-Ouest). Présentation de la journée d’études du 12.12.2013.

 

L’UFR d’Histoire Géographie de l’Université d’Artois accueille en novembre-décembre 2013 une collègue de l’Université d’Hyderabad (Andhra Pradesh, Inde), Mme Rekha Pande, professeure spécialiste de l’histoire des femmes indiennes à l’époque moderne et contemporaine. Collègue reconnue dans son Université (classée au 7e rang des universités indiennes), elle collabore et contribue à la coordination de plusieurs programmes de recherche nationaux indiens et internationaux. Certaines de ses conférences (la dernière en date a eu lieu au Brésil) sont également accessibles sur son site personnel ou sur You tube.

Il a paru intéressant d’organiser une journée d’études autour de l’histoire des femmes, les historiens indiens pouvant se spécialiser plus aisément qu’en France sur un thème diachronique : les organisations et les mouvements de femmes, les femmes au travail, les violences et discriminations à l’encontre des femmes, les femmes et la vie religieuse et spirituelle, les représentations de la femme (art, médias), la question de leur éducation etc.

Modeste contribution à l’histoire des femmes et du genre cette journée d’études propose deux éléments originaux : d’une part, des points de comparaison entre l’Europe du Nord-Ouest et l’Inde, alors que le poids de la présence britannique (1757-1947) invite plus souvent à mettre l’accent sur les liens entre l’ancienne métropole et l’ancienne colonie. D’autre part nous avons regroupé deux thématiques qui ne sont pas toujours abordées ensemble, les relations des femmes avec le travail d’une part et avec la vie religieuse d’autre part.

La matinée présentera quelques aspects du travail féminin et commencera par un exposé sur la situation des femmes en Inde face à la globalisation qui exerce de fortes pressions sur l’activité féminine, aussi bien urbaine que rurale (R. Pande). En termes d’inégalités, celle des rémunérations hommes/femmes est internationalement avérée mais son niveau est nettement plus élevé en Inde et dans les pays émergents qu’en Europe, ce qui mérite explication (M-P. Chélini). Dans la question du genre, le terrain en géographie – sa pratique, sa corporalité, sa spatialité – a été analysé en termes de rapport de domination et, en tant que politique du terrain et des représentations, a été la pierre d’angle de refondations épistémologiques (A. Volvey). Enfin, le cas de l’industrie et des services sera abordé à travers un aperçu de l’évolution d’un monde, souvent perçu comme un univers masculin où les femmes jouent un rôle pourtant non négligeable, tant dans la conception et la production que dans la construction des usages, celui de l’automobile (J-F. Grevet)

L’après-midi sera consacrée aux relations entre les femmes et la sphère religieuse. Mme Pande lancera le débat par l’examen de la religion dominante en Inde, l’hindouisme, sous l’angle particulier d’un mouvement mystique féminin, le mouvement Bhakti (XIIe-XVIIe s). Par comparaison, plusieurs autres familles religieuses seront abordées par des analyses spécifiques : le judaïsme par deux textes, l’un sur le divorce selon la loi juive et le problème de la puissance maritale dans la procédure (cas des femmes “agunot“, L. Vana) et l’autre sur la vie des femmes juives de la Côte d’Opale pendant la Seconde guerre mondiale (R. Rigaut). Le catholicisme fera l’objet de deux communications, l’une sur l’attitude des catholiques anglais par rapport au statut des femmes dans la Grande-Bretagne edwardienne 1901-1914 (O. Rota), l’autre sur la question de l’appropriation par des femmes d’un savoir théologique réservé aux hommes à travers l’étude des discours des possédées aux XVIe et XVIIe siècles (Marianne Closson). L’islam apparaît sous une modalité plus générale et interrogative : « Allah est-il misogyne? » (J. Goes).

Depuis les années 1990, l’Inde s’efforce de s’ouvrir au monde contemporain et de jouer un rôle international en relation avec son importance démographique et économique. La recherche de partenariats diplomatiques et commerciaux conduit logiquement à une certaine intensification des relations entre l’Inde et l’Union Européenne, mais le monde de l’Université, de la recherche et de la culture en général, n’est pas en reste dans l’établissement progressif de liens suivis entre les deux espaces. Si cette journée d’études pouvait contribuer à la construction de cet édifice relationnel, elle aurait déjà atteint un premier objectif.

Study day:

CREHS (Centre for Research and Study of History and Societies), EA 4027, IEFR (Institute for Study of Religious Fact) Université d’Artois

Around the visiting professor of the Faculty of History and Geography, Ms. Rekha Pande (Modern and Contemporary History, University of Hyderabad, Andhra Pradesh, India)

 

Thursday, December 12, 2013

9 h 30 am to 17 pm
Location: Maison de la Recherche, Université d’Artois, 9, rue du Temple, 62000, Arras

Crossed Perspectives on modern and contemporary history of women (India / North-western Europe)

                                   Organization: Artois University, CREHS, IEFR

Head: Prof. Michel-Pierre Chélini, Contemporary History, University of Arras

Coordination: Dr. Olivier Rota

 

Morning session

Women at work:

9.45. Rekha Pande (U. of Hyderabad): Contemporary status of Indian women at work since 70s in economic globalization (English)

10.10. Michel-Pierre Chélini (U. Artois): Women work and wages inequalities in Western Europe and India since 1950, comparison points (English)

10.35. Anne Volvey (U. Artois): Discussions about the politics of gender in the fieldwork methodology in geography (English)

11 am: Break

11.20. Jean-François Grevet (U. Artois): Women and automobile approached by historians: a « just for fun » history or a way for a better understanding of the XXth automobile revolution (French)

11.45. Olivier Rota (U. Artois): English Roman Catholics and the Woman Question during the Edwardian era (1901-1914) (English)

                                                          12.10-12.30: Discussion

Afternoon session

Women and religion:

14.00. Rekha Pande (U. of Hyderabad): Women and mysticism in Hinduism: the Bhakti Movement (XII-XVII Century) (English)

14.25. Liliane Vana (U. Paris I/U. Brussels): Divorce under Jewish law and the problem of women « agunot » the omnipotence of the husband to decide the religious divorce (French)

14.50. Jan Goes (U. Artois): Is Allah a misogynist? (English)

15.15. Break

15.40. Marianne Closson (U. Artois), The discourse of demonic possessed women in the sixteenth and seventeenth centuries (French)

16.05. Rudy Rigaut (U. Artois): Jewish women of the Opal Coast (NPDC) in World War II (French)

16.30-17.00 pm: Discussion and conclusion

Journée d’études:

CREHS (Centre de recherches et d’études histoire et sociétés), EA 4027, IEFR (Institut d’Etudes du Fait Religieux) Université d’Artois

Autour du professeur invité de l’UER d’Histoire et Géographie, Mme Rekha Pande (Histoire moderne et contemporaine, Université d’Hyderabad, Andhra Pradesh, Inde)

Jeudi 12 décembre 2013

 9 h 30 -17 h
Lieu : Maison de la Recherche, Université d’Artois, 9, rue du Temple, 62000, Arras

Regards croisés sur l’histoire moderne et contemporaine des femmes (Inde / Europe du Nord-Ouest)

Organisation: Université d’Artois, CREHS, IEFR

Responsable: Prof. Michel-Pierre Chélini, Histoire contemporaine, Université d’Arras

Coordination: Dr. Olivier Rota

Session du matin (9 h 30 – 12 h 30)

Femmes au travail

9 h 45. Rekha Pande (Université d’Hyderabad): Le statut contemporain des femmes au travail depuis les années 1970 dans un contexte de globalisation/mondialisation  (Angl.)

10 h 10. Michel-Pierre Chélini (U. Artois): Travail et inégalités de rémunération des femmes en Europe de l’Ouest en en Inde depuis les années 1950, éléments de comparaison (Angl.)

10 h 35. Anne Volvey (U. Artois): Discussion sur la politique du genre dans la méthodologie de terrain de la géographie (Angl.)

11 h : Pause

11 h 20. Jean-François Grevet (U. Artois): Femmes et automobile vues par les historiens: petite histoire ou accès à une meilleure compréhension de la révolution automobile du XXe? (Fr.)

11 h 45. Olivier Rota (U. Artois): Les catholiques anglais et la question des femmes dans la Grande-Bretagne edwardienne (1901-1914) (Angl.)

12 h 10 : questions

 

Session de l’après-midi (14 h – 17 h)

Femmes et religion

14 h. Rekha Pande (University of Hyderabad): Les femmes et la mystique dans l’hindouisme : le mouvement Bhakti (XIIe-XVIIe s) (Angl.)

14 h 25. Liliane Vana (U. Paris I/U. Brussels): Le divorce selon la loi juive et le problème des femmes “agunot“: de la toute puissance de l’époux pour décider du divorce religieux (Fr.)

14 h 50. Jan Goes (U. Artois): Allah est-il misogyne? (Angl.)

 

                                                          15 h 15 : pause

15 h 40. Marianne Closson (U. Artois), Les discours des femmes possédées aux XVIe et XVIIe siècles (Fr.)

16 h 05. Rudy Rigaut (U. Artois): Femmes juives de la Côte d’Opale pendant la Seconde guerre mondiale (Fr.)

 

16 h 30-17 h 00: questions et conclusions

 

Attachment: WH MPC affiche bilingue.pdf
Description: image/pdf

Attachment: Brief.CV.Pr.R.Pande.docx
Description: application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordproces

Publication : Johann Boillat, Les véritables maîtres du temps, le cartel horloger suisse

BOILLAT Johann, Les véritables maîtres du Temps. Le cartel horloger suisse
(1919-1941), Neuchâtel, Editions Alphil, 2013, 758 p.
Un des phénomènes majeurs de l’histoire économique suisse du xxe siècle enfin expliqué ! Cet ouvrage analyse la cartellisation de l’industrie horlogère par les associations patronales entre 1919 et 1941. Basé sur des archives inédites, il remet en question les discours établis par les faiseurs de temps durant l’entre-deux-guerres puis repris par les faiseurs d’histoire, horlogers, journalistes et historiens. En remontant aux origines des questions du Swiss made et de la libre concurrence, il interroge le passé et explique le présent.
L’auteur met d’abord en évidence la façon dont les représentants du patronat parviennent à s’organiser en quatre cartels généraux. Il aborde également la cartellisation dans sa composante nationale, en traitant des fondements de la politique horlogère suisse : la lutte contre le chablonnage et contre les dissidents. Il évoque ensuite la Société générale de l’horlogerie suisse SA. Enfin, il étudie le renforcement du cartel et l’apparition du statut horloger.
Cet ouvrage souligne le rôle crucial de la crise horlogère du début des années 1920. Il relève la concurrence exacerbée entre les producteurs et la dimension profondément hétérogène du système productif. Il favorise la compréhension des tenants du chablonnage et s’efforce d’en percevoir les aboutissants commerciaux, technologiques et politiques. Il étudie la question de la dissidence, en la distinguant de la concurrence. Il permet encore de démontrer la complexité structurelle du cartel et du statut. Enfin, grâce à son index alphabétique et à sa base de données, il constitue un outil capable d’identifier les véritables maîtres du Temps en révélant leur position stratégique.

Pour plus de renseignements :

http://www.alphil.com/index.php/auteurs/boillat-johann/les-veritables-maitres-du-temps.html

Johann Boillat

Institut d’Histoire

Université de Neuchâtel

CH-2001 Neuchâtel

johann.boillat@unine.ch<mailto: johann.boillat@unine.ch>

Cycle de conférences de Geoff Hodgson en janvier et février 2014 à la Maison des Sciences Economiques

Chers amis,
 
Geoffrey M.  Hodgson est professeur à à l’université d’Hertfordshire, directeur du Group for Research into Organisational Economics, rédacteur en chef du Journal of Institutional Economics et secrétaire général du World Interdisciplinary Network for Institutional Research. 
 
Il a notamment publié From Pleasure Machines to Moral Communities: An Evolutionary Economics without Homo Economicus, University of Chicago Press, 2013;  Darwin’s Conjecture: The Search for General Principles of Social and Economic EvolutionUniversity of Chicago Press,  2010; Economics in the Shadows of Darwin and Marx: Essays on Institutional and Evolutionary Themes, E. Elgar, 2006; The Evolution of Institutional Economics: Agency, Structure and Darwinism in American Institutionalism, Routledge2004; How Economics Forgot History: The Problem of Historical Specificity in Social Science, Routledge, 2001; Evolution and Institutions: On Evolutionary Economics and the Evolution of Economics, E. Elgar, 1999; Economics and Utopia: Why the Learning Economy is Not the End of History, Routledge, 1999; Economics and Evolution: Bringing Life Back into Economics, Cambridge University Press, 1993; After Marx and Sraffa: Essays in Political Economy, Macmillan Press, 1991; Economics and Institutions: A Manifesto for a Modern Institutional Economics, Cambridge University Press, 1988; The Democratic Economy: A New Look at Planning, Markets and Power, Penguin, 1984; Capitalism, Value and Exploitation, Martin Robertson, 1982; Labour at the Crossroads, Martin Robertson, 1981; Socialism and Parliamentary Democracy, Spokesman, 1977. Il a également dirigé, seul ou en collaboration les ouvrages suivants: Essential Writings of Thorstein Veblen, Routledge, 2011; Darwinism and Economics, E. Elgar, 2009; The Evolution of Economic Institutions: A Critical Reader,E. Elgar, 2007; Recent Developments in Institutional Economics,E. Elgar, 2003;  The Foundations of Evolutionary Economics: 1890-1973, E. Elgar, 1998; The Elgar Companion to Institutional and Evolutionary Economics, E. Elgar, 1994;  ; The Economics of Institutions, E. Elgar, 1993.
 
Geoff Hodgson  donnera en janvier et février prochains une série de conférences, à la Maison des Sciences Economiques, sur le thème de son prochain livre, Conceptualizing Capitalism(voir  http://www.geoffrey-hodgson.info/current-work.htm). Cee conférences seront intellectuellement passionnantes – réservez dès à présent ces dates sur vos agendas.
 
27 janvier 2014 – 10h-12h, salle 19: “Brief introduction to the lecture series” and “Law and the state”
28 janvier – 14h-16h, salle S18: “Property, possession and contract”
29 janvier – 15h-17h, salle S18: “Commodity exchange and markets”
30 janvier – 18h-20h, salle S17: “Anti-anti-essentialism and varieties of capitalism” (conférence donnée dans le cadre du Cercle d’épistémologie économique)
31 janvier – 14h-16h, salle S18: “Money and finance”
3 février – 10h-12h, salle 19: “Meanings of capital”
4 février – 14h-16h, salle S18: “Firms and corporations”
5 février – 15h-17h, salle S18: “Labour and employment”
6 février – 11h30-13h30, salle S3: “Capitalism, socialism and the state”
7 février – 14h-16h, salle S18: “The evolution of global capitalism”
 
Avec amitié,
Annie L. Cot

Risques et accidents industriels, Colloque Paris, 18-20 décembre 2013

Risques et accidents industriels (fin XVIIe – fin XIXe siècle)

Industrial hazards and accidents (late 17th – late 19th century)

Colloque 18-20 décembre 2013 – Paris

Conference 18th-20th December 2013 – Paris

Amphithéâtre Jean-Baptiste Say

Conservatoire National des Arts et Métiers

292, rue Saint-Martin – 75003 Paris

 

 
Programme. 

Mercredi 18 décembre

18.00. Visite de l’exposition / Visit of the exhibition « Les paris de l’industrie » au réfectoire des Cordeliers, 15 rue de l’École de médecine Paris 6e ; cocktail (sur inscription / registration required).

▫ ▫ ▫

Jeudi 19 décembre

8.30. Accueil et café

9.00. Jean-Claude Ruano-Borbalan et Michel Letté (CNAM / HT2S)

Ouverture du colloque

Thomas Le Roux (Maison Française d’Oxford / CRH-EHESS / CNRS)
Introduction

9. 30 – 11.00. Risques, savoirs et marché (I)

Chair : Lissa Roberts (University of Twente)

9.30. Arwen Mohun (University of Delaware)

Seamanship and the Management of Maritime Risk in the Age of Sail

10.00. Judith Rainhorn (Université Lille-Nord de France (Valenciennes) / IUF) 
Blanc de zinc contre blanc de plomb, ou le risque industriel entre savoir médical, régulation et marché. France – Belgique, xixe siècle
10.30. Discussion

11.15 – 13.00. Risques, savoirs et marché (II)

Chair : Paul-André Rosental (Sciences-Po)

11.15. Gilles Maury (École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille / LACTH)

 

Effet Phoenix. Les architectes du XIXe siècle et l’incendie industriel, un enjeu professionnel ?

11.45. Raymond Dartevelle (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / IDHE-CNRS)

L’enseignement des risques et accidents industriels par les assureurs français : un préalable aux formes de gestion et de régulation (1884-1914)

12.15. Discussion
12.45 – 14.30. Repas

14.30 – 16.45. Mesurer le risque au travail autour du moment 1900

Chair : Patrick Fridenson (CRH-EHESS/CNRS)

14.30. Anna Pellegrino (Université de Padoue, Université Paris Diderot-Paris 7 / ICT)

La perception de la nocivité sociale du risque d’accidents du travail à travers la documentation photographique en Italie au XIXe et au XXe siècle

14.55. Marco Saraceno (Université Paris Ouest-Nanterre/IDHE)
Mesurer le risque par la fatigue : la psychophysiologie dans les débats sur l’indemnisation des accidents du travail à la fin du XIXe siècle. Les cas de Zaccaria Trèves et Armand Imbert
15.20. Isabelle Lespinet-Moret (Université Paris Ouest-Nanterre / IDHE)
Héritages et innovations en matière d’accident du travail dans la régulation transnationale de l’Organisation Internationale du Travail, 1919-1939
15.45. Discussion

16.30. Keynote lecture

Joseph Melling (University of Exeter), Christopher Sellers (State University of New York)

Industrial Hazard Regime

18.00 – Fin de la journée
▫ ▫ ▫
Vendredi 20 décembre
9.15 – 11.00. Le long terme des politiques de secours et soin (I)

Chair : Liliane Hilaire-Pérez (Université Paris 7 / EHESS)

9.15. Eric Soullard (Université de Grenoble 2)
 
La Machine de Marly. Accidents du travail, pensions de veuves et survivance du poste, la politique sociale des Bâtiments du roi face aux accidents du travail (1680-1780)
9.45. Frédéric Caille (Université de Savoie)
 
L’héroïsme-écran de la mort technologique : la célébration du courage civil dans l’accident industriel ou productif au xixe siècle
10.15. Discussion

11.00 – 12.45. Le long terme des politiques de secours et soin (II)

Chair : Philippe Minard (Université Paris 8 / EHESS)

11.00. Barry Doyle (University of Huddersfield)

Managing, funding and caring for industrial accidents in late nineteenth century England

11.30. Nicolas Vabre (Université du Havre)

Entre soin et régulation. L’exemple de la clinique syndicale de Cherbourg avant la Première Guerre mondiale

12.00. Discussion
12.45 – 14.30. Repas

14.30 – 16.15. Risques urbains

Chair : Denis Woronoff (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne)

14.30. Merel Klein (University of Amsterdam)

Regulation of industrial hazards in a period of transfer and transition: the everyday policies on dangerous workshops and industries in Amsterdam (1810-1830)

15.00. Sacha Tomic (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / CH2ST)
La gestion du risque chimique en milieu urbain : les conséquences de l’explosion du magasin Fontaine à Paris en 1869
15.30. Discussion

16.15 – 18.00. Incendies industriels

Chair : Cornel Zwierlein (Harvard University / Ruhr-Universität Bochum)

16.15. François Jarrige (Université de Bourgogne/Centre G. Chevrier, Bénédicte Reynaud (Paris Jourdan Sciences Economiques)
Les usines en feu. Industrialisations, risques et incendies au milieu du xixe siècle (France, 1830-1870)
16.45. Niels Van Manen (VU University of Amsterdam)
Goad’s maps of fire hazards: mapping industrial risks, normalising industrial dangers
17.15. Discussion et conclusions
18.00. Fin du colloque

L’accident technique questionne notre société industrielle ; il est constitutif de la notion de « société du risque » que scientifiques, sociologues, géographes ou anthropologues ont popularisée depuis les années 1980. Néanmoins, il est nécessaire de prendre du recul en replaçant cette notion dans la longue durée. Si les historiens se sont aussi emparés de cette question, ils ont surtout étudié la période contemporaine, scène d’accidents spectaculaires pouvant tourner à la catastrophe industrielle. Or, l’accident industriel (ou artisanal, ou encore minier) émaille le processus antérieur de développement économique de l’Europe. Il accompagne en effet la naissance de la société industrielle qu’il a contribué à façonner. Ce colloque entend contribuer à une meilleure connaissance de cette « première » histoire, mal connue, afin de caractériser les risques et accidents artisanaux et industriels durant ce premier moment d’acclimatation industrielle. A la fin du xviie siècle, l’essor de l’économie politique et de la science des probabilités donne un cadre conceptuel nouveau à l’analyse des relations entre les activités productives et leurs effets induits. Deux siècles plus tard, les dispositifs assurantiels ont conquis les modes de gestion du risque. Au sein de ce processus séculaire, ce colloque a également pour but de rassembler des problématiques souvent disjointes (techniques, économiques, politiques, médicales, urbaines, etc.) dans une compréhension globale de leur émergence et de leur incidence sur la société.
Technological accidents question our industrial society; they are an inherent part of the “risk society” concept that scientists, sociologists, geographers and anthropologists have popularised since the eighties. However, in order to step back and take a longer term view, historicization of the concept is necessary. Although historians have also begun to examine this question, they have focused primarily on the most contemporary period during which spectacular accidents have occurred and have sometimes led to disasters. But industrial (or artisanal or mining) accidents occurred throughout the earlier economic development process in Europe. They went hand in hand with the emergence of the industrial society that they helped to create. This conference aims to contribute to a greater understanding of this “first” ill-known historical period in order to define artisanal and industrial hazards and accidents during the early period of industrial adjustment. During the late 17th century, the growth of both economics and probability theory provided a new conceptual framework for the analysis of the relationship between productive activities and their effects. Two centuries later, insurance schemes had become the main form of risk management. Focusing on this process which has evolved over several centuries, the conference also aims to pull together issues often considered separately (for example from a technical, economic, political, medical or urban perspective) in order to gain a broader understanding of their emergence and impact on society.

Comité d’organisation / Organizing Committee

Claire Barillé (Université Paris Ouest Nanterre – IDHE)
Guillaume Carnino (CRH – CNRS/EHESS, COSTECH-UTC)
Jean-Baptiste Fressoz (Centre Koyré – EHESS)
Frédéric Graber (CRH – CNRS/EHESS)
François Jarrige (Université de Bourgogne)
Thomas Le Roux (Maison Française d’Oxford, CRH – CNRS/EHESS)
Michel Letté (CNAM)
Christelle Rabier (EHESS Marseille)
Marie Thébaud-Sorger (CRH – CNRS/EHESS)

Comité scientifique / Scientific Committee

Patrice Bret (Centre Koyré – EHESS)
Robert Fox (University of Oxford)
Patrick Fridenson (CRH – CNRS/EHESS)
Liliane Hilaire-Perez (Université Paris 7, EHESS)
Jan Lucassen (International Institute of Social History, Amsterdam)
Philippe Minard (Université Paris 8 – IDHE, EHESS)
Lissa Roberts (University of Twente)
Dominique Pestre (Max Planck Institut Berlin, Centre Koyré – EHESS)
Paul-André Rosental (Sciences-Po Paris)
Denis Woronoff (Université Paris 1)
Cornel Zwierlein (Harvard University/Ruhr-Universität Bochum)
Ce colloque a reçu le soutien et le concours de la Ville de Paris, du Centre de Recherches Historique (EHESS/CNRS), de la Maison Française d’Oxford, du CNAM (et de son laboratoire HT2S) et du Comité d’Histoire de la Ville de Paris.
Contact et informations : Thomas Le Roux,  tleroux@ehess.fr ou  thomas.leroux@history.ox.ac.uk et sur http://risks.hypotheses.org/

 

Global Luxury: Organizational change and emerging markets in the luxury industry since the 1970s

Global Luxury:

Organizational change and emerging markets in the luxury industry since the 1970s

 

University of Neuchâtel, Switzerland, 6-7 November 2014

 

Organizers : Laurent Tissot, University of Neuchâtel (Switzerland), Pierre-Yves Donzé, Kyoto University (Japan) and Rika Fujioka, Kansai University (Japan)

 

Outline of the conference

The objective of this conference is to bring a better understanding of the transformation of the luxury industry into a global business since the 1970s. This industry experienced in the last four decades a major mutation which the three main trends can be stressed as follows: first, the shift from independent small businesses (mostly family firms working in a half-artisanal environment) to multinational enterprises (MNEs, such as LVMH, PPR, Richemont, Swatch Group), through M&A strategies and the building of global value chains; second, the globalization of brands, supported by new distribution channels (flagship stores), renewed identities and market segmentation within each MNE’s brand portfolio; and thirdly, democratization of consumption, with the launch of accessory lines and the rise of so-called “accessible luxury” brands.

Within this broad context, this conference will tackle topics and cases from various industries, countries and disciplines (business history, marketing, applied economics, etc.). In particular, the following issues are welcomed.

–          Globalization vs. re-localization of production in Europe: what is the role of global value chains in production in low-cost countries? How the contradiction between the European identity of luxury and the globalization of production was overcame? How were the protectionist labels (Made in France, Made in Italy, Made in Switzerland, etc.) introduced and how do they work?

–          Evolution of markets: which is the role of East Asian countries (Japan in the 1970s-1990s, China since 2000) in the emergence of this global industry? How did European luxury goods makers adapt to these emerging markets?

–          Marketing strategy and brand management: location or globalization?

–          Distribution strategy (licensing, export, global value chain): how and why did MNEs in the luxury industry did build new distribution channels? How did they adapt their global strategy to particular markets? What was the reaction of traditional commercial partners such as department stores?

–          Education of customers: how was it possible to democratize and globalize brands? Why and how the global luxury industry was mainly created as a “European” industry? Why Asian makers were largely unable to launch luxury brands?

 

Proposals should be sent by 28 February 2014 to the following three addresses:

laurent.tissot@unine.ch , donze.pierreyves.5z@kyoto-u.ac.jp , fujioka@kansai-u.ac.jp

 

Please send a summary (maximum 1 A4 page) of the proposed contribution, as well as a brief CV. The participants selected will be informed by the end of March 2014.

Papers, which should be between 7,000 and 10,000 words, should be sent by mid-September 2014.

The organizers are working in order to secure financial support to cover travel and stay expenses of the contributors.

The conference language is English. This conference is part of a larger international research project on the global business history of luxury goods. We intend to have another meeting in Asia in 2015. A selection of the contributions given at these conferences will be published as an edited book in 2015.

AAC Modèle culinaire français : diffusion, adaptations, transformations, oppositions à travers le monde (17e-21e siècles)

Chers collègues,

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communications du prochain colloque de
l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation (IEHCA)
consacré au « Modèle culinaire français : diffusion, adaptations,
transformations, oppositions à travers le monde (17e-21e siècles) » qui se
tiendra à Tours du 3 au 5 décembre 2014.

N’hésitez pas à diffuser l’information autour de vous !
Bien cordialement.
Loïc Bienassis

Appel à communications – Colloque IEHCA, 3-5 décembre 2014, à Tours

Le modèle culinaire français : diffusion, adaptations, transformations,
oppositions à travers le monde (17e-21e siècles)

Le prestige, la réputation et l’influence dont la cuisine française a joui
pendant des siècles semblent une évidence de l’histoire de l’alimentation.
Mais les modalités par lesquelles le modèle culinaire français s’est diffusé
au prix de profondes adaptations et transformations n’ont pas fait l’objet
d’une étude d’ensemble : comme on a pu l’écrire à propos de l’Europe moderne,
« La mesure de l’influence française est un chantier d’avenir dont les
mécanismes complexes sont encore à analyser en profondeur ». Certes, on
dispose d’enquêtes locales et ponctuelles mais le moment est venu de
reprendre la question de manière globale et synthétique. C’est ce à quoi vise
le présent colloque.
Trois orientations fondamentales en constituent l’originalité. D’abord, le «
culinaire » doit ici s’entendre au sens large et, bien que les procédés, les
produits et les recettes en forment le cœur, il y a place pour des recherches
portant sur les représentations gastronomiques et, à côté des nourritures
solides, pour les boissons et notamment les vins, tant l’œnologie a concouru
à la renommée de l’art culinaire français. La 2e originalité de ce colloque
est sa dimension mondiale : un point de vue exclusivement franco-français est
à exclure et la notion de diffusion doit pouvoir s’entendre non seulement au
sens géographique le plus étendu mais également comme un processus irriguant
la société. Enfin, le dernier parti-pris est celui de la longue durée, entre
le 17e siècle, lorsqu’une cuisine française transformée en profondeur
commence à être largement traduite en Europe (à travers, notamment, le
symptomatique Cuisinier français de La Varenne), et aujourd’hui, où son «
hégémonie » paraît bien menacée.
Sans prétendre être exhaustif, on peut suggérer quelques pistes de réflexion.
Ainsi paraît-il pertinent de s’intéresser aux vecteurs par lesquels le modèle
culinaire français s’est diffusé. A côté de phénomènes déjà bien repérés – la
consommation de produits alimentaires considérés comme spécifiquement
français ou les règles d’un service et d’un art de table « à la française » –
on doit s’interroger sur le rôle de la langue française dans la cuisine, pour
la taxinomie des plats et des recettes comme pour celle des métiers de la
cuisine (garde-manger, saucier, entremétier). Le succès des livres de
cuisine, qu’ils aient été traduits ou directement diffusés en français, doit
évidemment faire l’objet d’une attention particulière, mais on n’oubliera pas
les guides et prix divers, qui reflètent l’importance du modèle français dans
les systèmes d’évaluation de la cuisine.
Les passeurs, qui ont joué un rôle de premier plan dans la diffusion du
modèle culinaire français, doivent être également considérés. On pense
d’abord aux cuisiniers : cuisiniers français bien sûr – dont la présence,
l’image et le prestige méritent de véritables enquêtes comparatives – mais
aussi cuisiniers étrangers formés en France, sur le tas ou dans le cadre
d’institutions spécifiques. Ces cuisiniers ont pu être au service de maîtres,
voyageurs ou diplomates, dont les déplacements les mettaient à même de
prendre contact avec les réalités et les principes de la cuisine française.
Plus récemment, les journalistes ou essayistes ayant séjourné en France ont
pu, une fois retournés dans leur pays, transmettre leur enthousiasme : on
pense, pour le monde anglo-saxon, à M.F.K Fisher, traducteur de La
Physiologie du goût de Brillat-Savarin, ou à des auteurs de livres de cuisine
française régionale et familiale comme Elizabeth David ou Julia Child qui ont
profondément changé le paysage culinaire de leurs pays respectifs.
Enfin les processus même de diffusion du modèle culinaire français doivent
être interrogés. On s’intéressera de près aux phénomènes capitaux
d’adaptation et d’appropriation : le modèle est-il repris à l’identique,
adapté (parfois jusqu’au métissage), critiqué, éventuellement même rejeté ?
Cela contribue-t-il dans certains cas à créer quelque chose de neuf ? La
concurrence d’autres modèles est également une notion à ne pas négliger. Le
rôle de la France dans la diffusion des produits nouveaux semble limité
(cf., pour l’Epoque moderne, les produits américains, le sucre, les nouvelles
boissons comme thé, chocolat ou café). Le maintien de certaines habitudes, de
certaines préférences engendre une distance grandissante – on pense au goût
des épices en Europe orientale ou en Espagne – susceptible d’entraîner une
véritable réaction culinaire anti-française , comme l’a connue l’Angleterre
: l’adoption ou le rejet du modèle culinaire français au XVIIIe siècle y a
recoupé des profils sociaux et des oppositions politiques qui illustrent la
richesse et la complexité de ce champ de recherche.

Ce colloque est organisé par l’Institut Européen d’Histoire de l’Alimentation
(IEHCA, Tours) qui a porté la candidature du « Repas gastronomique des
Français » au patrimoine culturel immatériel de l’humanité établi par
l’UNESCO. Ce colloque s’inscrit dans le travail de l’IEHCA autour du Repas
gastronomique des Français.

Comité scientifique : Eva Barlösius, Isabelle Bianquis, Mary Hyman, Bruno
Laurioux, Philippe Meyzie, Massimo Montanari, Pascal Ory, Florent Quellier,
Françoise Sabban, Peter Scholliers.

Si vous souhaitez présenter une communication à ce colloque, merci d’envoyer
avant le 1er décembre 2013 une proposition comprenant un argumentaire et un
CV (au total 1 page maximum), en français ou en anglais, auprès de Bruno
Laurioux
bruno.laurioux@uvsq.fr
et de l’IEHCA
contact@iehca.eu

The Scandinavian Economic History Review

Chers collègues,
Editeur associé de la Scandinavian Economic History Review, je souhaite
encourager les historiens francophones à soumettre des articles en anglais
dans cette revue. Le champs des articles acceptés par le journal va au-delà
de l’aire culturelle scandinave. L’équipe éditoriale souhaite promouvoir les
contributions de qualité dans le domaine de l’histoire économique, sociale et
de l’histoire des entreprises sans exclusives méthodologiques.
Je vous invite à consulter le site de Taylor & Francis Online
(http://www.tandfonline.com/action/journalInformation?show=editorialBoard&journalCode=sehr20#.UjnA9rxbaVE
)qui publie la revue dont l’objet est défini ci-dessous :

The Scandinavian Economic History Review has been published since 1952 by the
Scandinavian Society of Economic and Social History.

The journal publishes articles and reviews in the fields of economic,
business and social history with a specific, but not exclusive interest in
Scandinavia. The journal also publishes contributions from closely related
fields and articles dealing with theoretical and methodological issues.

The editors aim to reflect contemporary research, thinking and debate in
these fields, within Scandinavia and throughout the world. The journal thus
comprises a broad variety of aspects and approaches to economic and social
history, ranging from macroeconomic history to business history, from
quantitative to qualitative studies.
Si vous avez un projet de publication, n’hésitez pas à me contacter.
Bien cordialement

Ludovic Cailluet
Professeur des Universités
Université du Littoral
CRM (UMR CNRS 5303) Université Toulouse 1

http://www.linkedin.com/in/cailluet

Association Charles Gide : AAC Colloque International : les économistes et le pouvoir

Veuillez trouver ci-dessous l’appel à communication pour le prochain colloque international de l’association Charles Gide pour l’étude de la pensée économique. La date limite d’envoi de propositions est le 30 septembre 2013.

XVe Colloque international

de l’Association Charles Gide pour l’étude de la pensée économique

Lyon, Jeudi 22, Vendredi 23 et Samedi 24 mai 2014

 

LES ECONOMISTES ET LE POUVOIR

 

APPEL À COMMUNICATIONS

(Date limite de soumission des propositions : 30 septembre 2013)

 

Le XVe Colloque international de l’Association Charles Gide pour l’Etude de la Pensée Economique (ACGEPE) se tiendra à l’Université Lumière-Lyon 2, du 22 au 24 mai 2014. Cette manifestation est organisée par le laboratoire TRIANGLE (UMR n° 5206 du CNRS).

Ce colloque international propose des sessions sur un thème spécifique : « Les économistes et le pouvoir  ». Il accueille également des communications portant sur l’ensemble des thèmes relevant de l’histoire de la pensée économique.

 

« Practical men, who believe themselves to be quite exempt from any intellectual influences, are usually the slaves of some defunct economist ».

John Maynard Keynes, 1936.

 

La crise financière et économique actuelle, parce qu’elle interroge à la fois la nature du savoir produit par la science économique d’aujourd’hui et les pratiques des économistes — en tant qu’experts, conseillers, voire membres de gouvernements dit technocratiques — incite les économistes à redoubler de réflexivité sur leur influence et leur responsabilité. C’est plus précisément la relation des économistes au pouvoir politique au cours de l’histoire que nous souhaiterions voir étudiée dans ces sessions thématiques. Les propositions de communications pourront par exemple aborder les trois niveaux suivants :

Savoir économique et pouvoir : quelle réflexivité des économistes ? Décrite alternativement comme « science de gouvernement », science de l’affectation des ressources rares à des fins alternatives laissées à la libre appréciation des gouvernants, science pure, science morale, la science économique doit-elle ou peut-elle être « neutre », pour reprendre l’adjectif choisi par Lionel Robbins en 1932 ? Comment peut-elle se décliner en savoirs purs ou autonomes, et en savoirs pratiques, dans la conduite de politiques économiques ou de réformes sociales ? Comment composer, en tant qu’économiste, avec l’éventuelle performativité des énoncés de la théorie économique ? Outre les positions épistémologiques de chacun, peut-on identifier des périodes historiques de « crise » méthodologique ou épistémologique, faisant écho à nos interrogations actuelles ?

Les économistes du pouvoir. Il s’agit d’aborder ici le rôle explicite des économistes auprès ou au sein du pouvoir politique. Notons tout d’abord les fonctions institutionnelles de plusieurs économistes en tant que « conseillers du Prince », de François Quesnay et ses disciples aux bâtisseurs de plans au cours des XIXe et XXe siècles ou aux experts contemporains au sein d’organismes d’études, de conseils économiques. Notons ensuite les fonctions de parlementaires exercées par certains (Ricardo à la Chambre des communes par exemple), ou les fonctions de ministres endossées par d’autres (Turgot, Schumpeter, etc.). Notons enfin le rôle des économistes dans divers think tanks, groupes de pression engagés au service de partis politiques. Ces différentes fonctions ont-elles fait progresser la théorie économique ?

Le pouvoir politique des idées économiques. Au-delà des engagements politiques éventuels, quel fut l’usage politique des théories ou des savoirs économiques ? La théorie peut-elle devenir un instrument politique ? Les économistes sont-ils responsables de ces usages ? Plus largement, avec l’idée de performativité de la science économique, les politologues et les sociologues ont renouvelé l’interrogation sur le rôle des économistes dans l’action sur le réel, ou proposé des analyses nuancées des modalités de circulation du savoir. Les sessions thématiques du colloque pourront ainsi également être consacrées à la difficulté des pouvoirs publics à considérer l’expertise économique.

Les propositions de communications prendront la forme d’un résumé d’environ 500 mots. Elles devront être déposées au plus tard le 30 septembre 2013 via le lien suivant :

http://gide2014.sciencesconf.org/user/submit

 

Les communications retenues devront nous être envoyées, sous leur forme définitive, pour le 30 avril 2014.

Des propositions de sessions complètes sont également les bienvenues : elles doivent le cas échéant comporter un titre, un résumé de chacune des propositions de communications, et indiquer le nom des présidents de session.

Un ensemble de papiers présentés à ce colloque sera sélectionné pour publication dans le numéro spécial d’une revue à comité de lecture.

Contact : gide2014@sciencesconf.org

 

Site internet du colloque : http://gide2014.sciencesconf.org


Rebeca GOMEZ BETANCOURT
www.rebecagomezbetancourt.com
Université Lumière Lyon 2. Triangle-ISH
14 Avenue Berthelot. 69007. Lyon, FRANCE.
Tél. +33 472 72 64 70