Archives par mot-clé : innovation

AAC : XIXes journées d’histoire du management et des organisations

Appel à communication

XIXes JOURNEES D’HISTOIRE DU MANAGEMENT ET DES ORGANISATIONS

Anciennement « Journées d’Histoire de la comptabilité et du management »

Université Paris-Est – Marne-la-Vallée, 26-28 mars 2014

L’Innovation

Les Journées d’Histoire de la Comptabilité et du Management, aujourd’hui Journées d’Histoire

du Management et des Organisations, constituent depuis leur première édition en 1995, un

rendez-vous annuel incontournable pour ceux qui s’intéressent à l’histoire et à la gestion. Elles

rassemblent des gestionnaires, historiens, juristes, sociologues et économistes.

Comme chaque année, toutes les propositions de communications sont les bienvenues, mais

nous souhaitons néanmoins proposer un axe de réflexion. Ainsi, l’Association pour l’Histoire du

Management et des Organisations, l’Institut de Recherche en Gestion (IRG, université Paris-Est)

et l’université Paris-Est – Marne-la-Vallée, avec le soutien de l’Association Francophone de

Comptabilité, lancent cet appel à communication sur le thème de l’Innovation.

A la rencontre de la technologie, des besoins de l’utilisateur et des contraintes du marché,

l’innovation touche toutes les fonctions de l’entreprise. On distingue ainsi traditionnellement

quatre types d’innovations : innovation de produit, de procédé, marketing ou organisationnelle.

Au cours de ces 19e Journées d’Histoire du Management et des Organisations, nous souhaitons

aborder l’innovation dans son épaisseur historique et en contexte, en envisageant dans leur

diversité les pratiques innovantes.

Nous suggérons ici certaines approches :

– étudier les pratiques de conception, s’intéressant aux mécanismes cognitifs et

organisationnels en jeu dans la créativité et l’innovation

– proposer une approche des milieux innovants, des réseaux et des transactions que

génèrent les collectifs de l’innovation

– questionner les modèles et outils de gestion de l’innovation, dans leur dimension

historique

– analyser les modalités de la légitimation, de l’appropriation et de la diffusion de

l’innovation

– étudier les institutions de l’innovation, à travers notamment le rôle des brevets

– décrire les marchés émergents de l’innovation, et mettre en évidence les outils

permettant de les approcher

– Enfin, la thématique de l’innovation pose la question de la résistance des acteurs au

changement.

Dans la continuité des précédentes Journées, sont attendues des communications à caractère

historique couvrant les domaines de la comptabilité, du management ainsi que ceux de la

stratégie, du nouveau management public, du marketing, de la finance…

Comme chaque année, toutes les propositions de communication intégrant une dimension

historique sont bienvenues.

Tutorat de thèses / Atelier méthodologique

Cette journée est ouverte à tous les participants.

Les Journées d’Histoire débuteront par un atelier doctoral organisé le 26 mars, comprenant un

tutorat de thèses d’histoire du management et des organisations, et, l’après-midi, un atelier

méthodologique portant sur « L’Ecriture de l’Histoire », par Patrick Fridenson.

Les doctorants souhaitant présenter leurs recherches à l’occasion de cet atelier devront fournir

un document d’une dizaine de pages maximum spécifiant leur champ de recherche (thème,

questions de recherche), le cadre théorique ou l’articulation théorique de la thèse, leur

démarche méthodologique, les premiers résultats (le cas échéant), leurs principales références

bibliographiques.

Les doctorants en début de thèse sont encouragés à participer.

Dates à retenir

Date limite de soumission des textes des communications (30 000 signes minimum – 70 000

signes maximum) : 15 décembre 2013

Décision du comité de lecture : 19 janvier 2014

Version définitive des textes : 9 février 2014

Les propositions devront être envoyées en français ou anglais accompagnées d’un résumé en

français et anglais à l’adresse suivante : jhmo@univ-mlv.fr

Chaque proposition de communication fera l’objet d’une lecture anonyme.

Contact : jhmo@univ-mlv.fr

Site internet : https://sites.google.com/site/jhmo2014/home

Comité scientifique :

Amina Bécheur

Eugénie Briot

Ludovic Cailluet

Pierre Labardin

Eve Lamendour

Yannick Lemarchand

Michel du Moutier

Marc Nikitin

Eric Pezet

Nicolas Praquin

Pierre Prétou

Béatrice Touchelay

Catherine Vuillermot

Comité d’organisation :

Marianne Abramovici

Eugénie Briot

Cécile Fonrouge

Cédric Poivret

Mathias Szpirglas

 

Des JHCM aux JHMO

Nées en 1995, à l’initiative de quelques membres de l’Association francophone de comptabilité,

les Journées d’histoire de la comptabilité, devenues Journées d’histoire de la comptabilité et du

management en 1998, vont de nouveau changer de dénomination en 2014, à l’occasion de leur

dix-neuvième édition. Si ce changement prend en compte l’élargissement thématique des

communications présentées lors de ces Journées, il est aussi la conséquence de la création de

l’Association pour l’Histoire du Management et des Organisations, qui en coordonnera

désormais l’organisation en lien avec les institutions qui les accueilleront.

Si à partir de la fin des années 1980, les comptables furent parmi les premiers à intégrer la

démarche historique à leurs recherches, bien d’autres disciplines des sciences de gestion ont

depuis fait de même et les travaux se sont largement multipliés et diversifiés. Dans le même

temps, historiens, sociologues, juristes et économistes ont été de plus en plus nombreux à

s’intéresser à l’histoire des savoirs et pratiques de gestion. L’élargissement thématique des

communications présentées lors de ces Journées témoigne sans équivoque de ce phénomène.

Parallèlement à une augmentation de leur fréquentation, la proportion des communications

portant sur des questions de comptabilité et de contrôle n’a cessé de diminuer, pour passer en

dessous des 40% en 2013.

Dès lors, plusieurs collègues venus d’horizons variés ont décidé de franchir une nouvelle étape

en créant une association non seulement transversale par rapport aux sciences de gestion mais

aussi pluri-disciplinaire. Il s’agit de rassembler tous ceux qui, relevant d’univers scientifiques

différents et avec des questionnements variés, ont fait de l’histoire du management et des

organisations l’objet de leurs investigations. Encourager les recherches, enrichir la réflexion,

favoriser les échanges d’expérience et les collaborations inter-disciplinaires, mais aussi informer,

donner de la visibilité à ce courant, en faire connaître les travaux et les activités, aider les

doctorants, promouvoir l’enseignement de cette histoire,… sont quelques-unes des missions que

se donne la nouvelle association.

Par son implication dans les Journées d’histoire, depuis 1995, l’Association Francophone de

Comptabilité a joué un rôle déterminant dans l’émergence et l’essor des recherches historiques

en gestion. Grâce à elle, un courant s’est créé qui prend aujourd’hui son autonomie. Nous l’en

remercions et nous félicitons du soutien qu’elle accorde désormais à nos activités.

Yannick Lemarchand, Eric Pezet, Eugénie Briot, Catherine Vuillermot

Membres du bureau de l’AHMO

Pour toute demande d’informations complémentaires sur l’AHMO et ses activités, en attendant

l’ouverture prochaine de son site internet : asso.ahmo@gmail.com

Publication du numéro 23 de la Revue TST (dossier sur les trajectoires d’innovation des transports et des services urbains).

Domingo Cuéllar nous signale la  publication du numéro 23 de la revue TST

DOSSIER: LES TRAJECTOIRES D’INNOVATION DES TRANSPORTS ET DES SERVICES URBAINS EN EUROPE OCCIDENTALE AUX XIXÈME ET XXÈME SIÈCLES: INCERTITUDE ET IRRÉVERSIBILITÉ

Introduction. Christophe BOUNEAU (Université de Bordeaux 3)

L’irréversibilité dans l’équipement des grands ports de commerce occidentaux au XIXe siècle: les bifurcations d’une trajectoire d’innovation. Bruno MARNOT (Université de Bordeaux 3)

L’impériale ou la plate-forme arrière: deux trajectoires d’innovation divergentes pour les autobus dans les métropoles de Paris et de Londres. Arnaud PASSALACQUA (Université Paris 7 Diderot)

Les trajectoires d’innovation des infrastructures suisses pour les services urbains d’eau et d’énergie au XIXème siècle: un processus de réversibilité technologique. Serge PAQUIER (Universités de Lyon et Saint-Etienne)

D’une trajectoire d’innovation incertaine à une ascension irréversible: le cas du néon, une offre renouvelée de services commerciaux par le gaz. Stéphanie LE GALLIC (Université Paris IV Sorbonne)

Les trajectoires d’innovation du tourisme de la Côte Gasconne: planification territo-riale, normalisation environnementale et standardisation sociale (XIX-XXème siècle). Mikael NOAILLES (Université de Bordeaux 3)

ARTICLES

Ramón MOLINA y Antònia MOREY (Universitat de les Illes Balears): Ferrocarril, localización empresarial y transformaciones urbanísticas en la ciudad de Palma (1870-1940)

Daniel CASTILLO (Universidad de Las Palmas de Gran Canaria): Análisis sobre el impacto de la introducción y desarrollo de la intermodalidad en el puerto de Dakar (1857-1936)

PATRIMOINE

Beatriz Mugayar KÜHL (Universidade de São Paulo): A expansão ferroviária em São Paulo (Brasil) e problemas para a preservação de seu patrimônio

LIVRES

Richard VAHRENKAMP: The Logistic Revolution: the rise of Logistics in the Mass Consumption Society, por Carmen Lizárraga (Universidad de Granada)

Lars NILSSON (Ed.): The Coming of Post-Industrial City. Challenges and Res-ponses in Western European Urban Development since 1950, por Gregorio Núñez-Romero Balmas (Universidad de Granada)

Darina MARTYKÁNOVÁ: Reconstructing Ottoman Engineers. Archaeology of a Profession (1789-1914), por Carlos Larrinaga (Universidad de Granada)

Ángel Mª ORMAECHEA: Crashes y crisis. Bilbao en 1865-1866, por Olga Ma-cías (Universidad del País Vasco)

Fidel GÓMEZ OCHOA: Santander: Puerto, Historia, Territorio, por Julio Re-vuelta López (Universidad de Cantabria)

Ana María MOJARRO BAYO: La Historia del Puerto de Huelva, 1873-1930, por Sebastián Prieto Rodríguez

 

S’il vous plaît rappelez-vous que par Marcial Pons pouvez commander des copies ou effectuer une souscription annuelle (25 euros). http://clientes.marcialpons.es/mpintra/suscripciones/DetalleCatalogo.asp?revista=027685).

Nous vous souhaitons bonne et heureuse année 2013,

 

TST es una revista académica dedicada a la publicación de trabajos de investigación sobre la historia de los transportes, los servicios y las telecomunicaciones. Su primer número apareció en el año 2001 y tiene una periodicidad semestral, (junio y diciembre)

******************************************

Domingo Cuéllar

Museo del Ferrocarril de Madrid

Paseo de las Delicias, 61

28045 MADRID

Teléfonos (+34 91 506 80 18 / +34 699 47 61 55)

www.museodelferrocarril.org

Appel de l’ANR – Sociétés innovantes – Innovation, économie, modes de vie

Ce programme se structure autour de 4 axes thématiques:

  • Innovations et représentations
  • Innovations, changements sociaux et modes de vie
  • Innovations et modèles économiques
  • Configurations, acteurs, dynamiques.

Il ambitionne notamment de renforcer les partenariats de recherche entre entreprises et équipes de sciences sociales et humaines. Il s’agit de pratiquer une interdisciplinarité systématique entre laboratoires et entreprises de divers champs thématiques (STIC, nanotechnologies, matériaux, énergie, transport, habitat, environnement, production agricole et alimentaire, procédés industriels, santé, etc.) et les sciences humaines et sociales (sociologie, économie, histoire, géographie, psychologie…) qui s’intéressent aux comportements individuels et sociaux et aux modèles économiques.

Date limite de dépôt des projets : 25 mai 2011

Manufrance: que reste-t-il de nos amours ?

Date et lieu: 01 juin 2011,  Saint-Étienne

Manufrance : que reste-t-il de nos amours ? 100 ans d’innovation, 100 000 m2 de friche, des millions de souvenirs…

Créée en 1885 à l’initiative conjointe d’Etienne Mimard et de Pierre Blachon, la Manufacture française d’armes et de cycles de Saint-Étienne (Manufrance), s’est élevée en l’espace d’un siècle au rang de symbole industriel et commercial de la ville. Entreprise mythique et emblématique, Manufrance sera le sujet d’un colloque international aux débats ouverts et transdisciplinaires, mêlant présentation de films, tables rondes, interventions scientifiques et parcours patrimoniaux. A travers ce colloque international, nous souhaitons faire notre la célèbre devise « bien faire et le faire savoir ». L’Université Jean Monnet lance cet appel à contributions internationales et interdisciplinaires. Une publication est envisagée. Le comité scientifique présidé par Monsieur Pierre Lamard est placé sous la présidence d’honneur de Monsieur Denis Woronoff.

Texte de l’annonce sur Calenda.

Troisième école d’été du Réseau de recherche sur l’innovation

Appel à communication

Ecole d’été 2011 du Réseau de Recherche sur l’Innovation – SITE Clersé
31 août 2011- 3 septembre 2011 (Dunkerque)
“Entrepreneuriat, Innovation et Développement Durable”

En ce début de 21ème siècle, la création d’entreprise constitue un enjeu économique et social de premier plan en termes de création d’emplois, d’activités industrielles et de services, d’innovations et de développement territorial. Ce n’est certes pas l’entrepreneur qui a envoyé l’homme sur la lune (Galbraith, 1968), mais c’est à partir d’un socle technique et scientifique structuré par l’Etat et les grandes entreprises, qu’une myriade de petites entreprises innovantes (Microsoft, Apple, Google, Facebook, etc.) ont été créées depuis ces trente dernières années. Ces entreprises structurent désormais avec un succès incontestable l’offre mondiale dans leur secteur d’activité. Ces événements industriels ont contribué à placer sur le devant de la scène économique mondiale un acteur que la croissance économique de l’après-guerre avait occulté : l’entrepreneur (Baumol, 1968). Défini par Jean-Baptiste Say comme l’intermédiaire entre le savant qui produit la connaissance et l’ouvrier qui l’applique à l’industrie, l’entrepreneur est aujourd’hui conçu comme le chaînon (souvent) manquant entre la science et l’industrie (Audretsch, 2006). Par l’acte d’entreprendre, des individus imaginatifs et ambitieux innovent, contribuant à révolutionner les modes de production et de consommation. Le développement économique et industriel favorise sans cesse l’apparition de nouvelles opportunités d’investissement rythmée par le mouvement de la vague de destruction créatrice ou bien de… création créatrice. C’est ainsi que les perspectives plus ou moins lointaines de l’épuisement des énergies fossiles ou des catastrophes naturelles provoquées par le réchauffement climatique, constituent autant d’opportunités de créer et d’entreprendre. Dans tous les pays industriels et en développement, de nombreuses entreprises sont créées, dans les activités « vertes » (nouveaux matériaux, éco-construction, nouvelles énergies, etc.), répondant aux injonctions d’un nouveau modèle de développement, celui du développement durable. Cette dynamique entrepreneuriale dans les activités vertes s’inscrit aussi dans une redéfinition de la dimension territoriale des économies nationales. Nombre de régions, en Europe ou dans le monde, connaissent de grandes difficultés après que soit retombé le coup de soufflet  étatique donné au début des années 1950 pour impulser le développement d’activités industrielles fortement capitalistiques (sidérurgie, raffinage, etc.).

Mais, derrière cet aspect mythique (voire romanesque) de la création d’entreprise, se dissimulent des enjeux plus prosaïques. Créer une entreprise, c’est aussi créer son emploi, y compris pour des catégories particulières d’individus ayant des difficultés d’insertion sur le marché du travail (femmes, immigrés, jeunes, etc.), dans un contexte économique difficile marqué par une forte incertitude et un taux de chômage élevé. C’est ce qui explique la multiplication de mesures de politique économique visant à faciliter la création d’entreprise (alléger la procédure administrative de la création d’entreprise, développer les marchés financiers et le capital-risque, etc.) et/ou à faciliter la transition de la situation de salarié à celle d’entrepreneur et inversement (faciliter les licenciements et les embauches), selon la conjoncture économique. Dans ce contexte économique nouveau, marqué par le repli de l’Etat-providence et les stratégies d’externalisation des grandes entreprises, de nouvelles opportunités de création d’entreprises apparaissent, notamment dans le secteur des services.

A la croisée de plusieurs défis, le capitalisme de ce début de siècle se transforme : création d’emplois, d’activités nouvelles, développement durable, développement régional, etc. L’entrepreneur pourra-t-il tout faire ? Dans quel cadre institutionnel cela sera-t-il possible ?

L’appel à contribution sur Calenda.