Archives par mot-clé : France

AAC Modèle culinaire français : diffusion, adaptations, transformations, oppositions à travers le monde (17e-21e siècles)

Chers collègues,

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communications du prochain colloque de
l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation (IEHCA)
consacré au « Modèle culinaire français : diffusion, adaptations,
transformations, oppositions à travers le monde (17e-21e siècles) » qui se
tiendra à Tours du 3 au 5 décembre 2014.

N’hésitez pas à diffuser l’information autour de vous !
Bien cordialement.
Loïc Bienassis

Appel à communications – Colloque IEHCA, 3-5 décembre 2014, à Tours

Le modèle culinaire français : diffusion, adaptations, transformations,
oppositions à travers le monde (17e-21e siècles)

Le prestige, la réputation et l’influence dont la cuisine française a joui
pendant des siècles semblent une évidence de l’histoire de l’alimentation.
Mais les modalités par lesquelles le modèle culinaire français s’est diffusé
au prix de profondes adaptations et transformations n’ont pas fait l’objet
d’une étude d’ensemble : comme on a pu l’écrire à propos de l’Europe moderne,
« La mesure de l’influence française est un chantier d’avenir dont les
mécanismes complexes sont encore à analyser en profondeur ». Certes, on
dispose d’enquêtes locales et ponctuelles mais le moment est venu de
reprendre la question de manière globale et synthétique. C’est ce à quoi vise
le présent colloque.
Trois orientations fondamentales en constituent l’originalité. D’abord, le «
culinaire » doit ici s’entendre au sens large et, bien que les procédés, les
produits et les recettes en forment le cœur, il y a place pour des recherches
portant sur les représentations gastronomiques et, à côté des nourritures
solides, pour les boissons et notamment les vins, tant l’œnologie a concouru
à la renommée de l’art culinaire français. La 2e originalité de ce colloque
est sa dimension mondiale : un point de vue exclusivement franco-français est
à exclure et la notion de diffusion doit pouvoir s’entendre non seulement au
sens géographique le plus étendu mais également comme un processus irriguant
la société. Enfin, le dernier parti-pris est celui de la longue durée, entre
le 17e siècle, lorsqu’une cuisine française transformée en profondeur
commence à être largement traduite en Europe (à travers, notamment, le
symptomatique Cuisinier français de La Varenne), et aujourd’hui, où son «
hégémonie » paraît bien menacée.
Sans prétendre être exhaustif, on peut suggérer quelques pistes de réflexion.
Ainsi paraît-il pertinent de s’intéresser aux vecteurs par lesquels le modèle
culinaire français s’est diffusé. A côté de phénomènes déjà bien repérés – la
consommation de produits alimentaires considérés comme spécifiquement
français ou les règles d’un service et d’un art de table « à la française » –
on doit s’interroger sur le rôle de la langue française dans la cuisine, pour
la taxinomie des plats et des recettes comme pour celle des métiers de la
cuisine (garde-manger, saucier, entremétier). Le succès des livres de
cuisine, qu’ils aient été traduits ou directement diffusés en français, doit
évidemment faire l’objet d’une attention particulière, mais on n’oubliera pas
les guides et prix divers, qui reflètent l’importance du modèle français dans
les systèmes d’évaluation de la cuisine.
Les passeurs, qui ont joué un rôle de premier plan dans la diffusion du
modèle culinaire français, doivent être également considérés. On pense
d’abord aux cuisiniers : cuisiniers français bien sûr – dont la présence,
l’image et le prestige méritent de véritables enquêtes comparatives – mais
aussi cuisiniers étrangers formés en France, sur le tas ou dans le cadre
d’institutions spécifiques. Ces cuisiniers ont pu être au service de maîtres,
voyageurs ou diplomates, dont les déplacements les mettaient à même de
prendre contact avec les réalités et les principes de la cuisine française.
Plus récemment, les journalistes ou essayistes ayant séjourné en France ont
pu, une fois retournés dans leur pays, transmettre leur enthousiasme : on
pense, pour le monde anglo-saxon, à M.F.K Fisher, traducteur de La
Physiologie du goût de Brillat-Savarin, ou à des auteurs de livres de cuisine
française régionale et familiale comme Elizabeth David ou Julia Child qui ont
profondément changé le paysage culinaire de leurs pays respectifs.
Enfin les processus même de diffusion du modèle culinaire français doivent
être interrogés. On s’intéressera de près aux phénomènes capitaux
d’adaptation et d’appropriation : le modèle est-il repris à l’identique,
adapté (parfois jusqu’au métissage), critiqué, éventuellement même rejeté ?
Cela contribue-t-il dans certains cas à créer quelque chose de neuf ? La
concurrence d’autres modèles est également une notion à ne pas négliger. Le
rôle de la France dans la diffusion des produits nouveaux semble limité
(cf., pour l’Epoque moderne, les produits américains, le sucre, les nouvelles
boissons comme thé, chocolat ou café). Le maintien de certaines habitudes, de
certaines préférences engendre une distance grandissante – on pense au goût
des épices en Europe orientale ou en Espagne – susceptible d’entraîner une
véritable réaction culinaire anti-française , comme l’a connue l’Angleterre
: l’adoption ou le rejet du modèle culinaire français au XVIIIe siècle y a
recoupé des profils sociaux et des oppositions politiques qui illustrent la
richesse et la complexité de ce champ de recherche.

Ce colloque est organisé par l’Institut Européen d’Histoire de l’Alimentation
(IEHCA, Tours) qui a porté la candidature du « Repas gastronomique des
Français » au patrimoine culturel immatériel de l’humanité établi par
l’UNESCO. Ce colloque s’inscrit dans le travail de l’IEHCA autour du Repas
gastronomique des Français.

Comité scientifique : Eva Barlösius, Isabelle Bianquis, Mary Hyman, Bruno
Laurioux, Philippe Meyzie, Massimo Montanari, Pascal Ory, Florent Quellier,
Françoise Sabban, Peter Scholliers.

Si vous souhaitez présenter une communication à ce colloque, merci d’envoyer
avant le 1er décembre 2013 une proposition comprenant un argumentaire et un
CV (au total 1 page maximum), en français ou en anglais, auprès de Bruno
Laurioux
bruno.laurioux@uvsq.fr
et de l’IEHCA
contact@iehca.eu

Les fondations américaines et l’émergence de l’expertise économique en France : Ludovic Tournes, Cercle d’épistémologie économique

Cercle d’épistémologie économique
    CES, UNIVERSITE DE PARIS I – PANTHEON SORBONNE
106-112 bd de l’Hôpital, 75647 PARIS CEDEX 13, FRANCE
tél: 01 44 07 82 37

Chers amis,
La prochaine séance du Cercle d’épistémologie économique aura lieu:

 jeudi 6 juin 2013
de 18 heures à 20 heures
à la Maison des Sciences Économiques ,
dans la salle S 17
106-112 bd de l’Hôpital, 75013 Paris.
(Métro : Campo-Formio  ou Place d’Italie. Autobus : 57, 67, 27, 83 et 47)

Ludovic TOURNES 

(Université de Genève)

traitera le thème suivant:

« Les fondations américaines et l’émergence de l’expertise économique en France (1920-1960) »

 

Avec amitié,

Annie L. Cot
Jérôme Lallement

Séminaire la France et l’aide au développement, 13 février.

Chères et chers collègues,

En étant désolé du retard avec lequel je vous écris, je me permets de vous informer que la prochaine séance de mon 
séminaire sera consacrée à la place de la France dans l'aide au  développement et aura lieu mercredi 13 février de 14 h à 17 h salle F au Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy, 75005 Paris (métro : Maubert-Mutualité).
Nous entendrons un exposé de Laure Quennouëlle-Corre (CNRS, Centre de 
Recherches Historiques) : "Institution publique ou banque de 
développement : histoire de l'Agence Française de Développement".

Celui-ci sera suivi par un témoignage de François Jay (Agence Française 
de Développement) : « L’AFD : du local au mondial par une stratégie de 
métiers globaux ».

Très cordialement

Patrick Fridenson
Centre de Recherches Historiques
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
190-198 Avenue de France
75244 Paris cedex 13
http://crh.ehess.fr/document.php?id=341

Publication du numéro 23 de la Revue TST (dossier sur les trajectoires d’innovation des transports et des services urbains).

Domingo Cuéllar nous signale la  publication du numéro 23 de la revue TST

DOSSIER: LES TRAJECTOIRES D’INNOVATION DES TRANSPORTS ET DES SERVICES URBAINS EN EUROPE OCCIDENTALE AUX XIXÈME ET XXÈME SIÈCLES: INCERTITUDE ET IRRÉVERSIBILITÉ

Introduction. Christophe BOUNEAU (Université de Bordeaux 3)

L’irréversibilité dans l’équipement des grands ports de commerce occidentaux au XIXe siècle: les bifurcations d’une trajectoire d’innovation. Bruno MARNOT (Université de Bordeaux 3)

L’impériale ou la plate-forme arrière: deux trajectoires d’innovation divergentes pour les autobus dans les métropoles de Paris et de Londres. Arnaud PASSALACQUA (Université Paris 7 Diderot)

Les trajectoires d’innovation des infrastructures suisses pour les services urbains d’eau et d’énergie au XIXème siècle: un processus de réversibilité technologique. Serge PAQUIER (Universités de Lyon et Saint-Etienne)

D’une trajectoire d’innovation incertaine à une ascension irréversible: le cas du néon, une offre renouvelée de services commerciaux par le gaz. Stéphanie LE GALLIC (Université Paris IV Sorbonne)

Les trajectoires d’innovation du tourisme de la Côte Gasconne: planification territo-riale, normalisation environnementale et standardisation sociale (XIX-XXème siècle). Mikael NOAILLES (Université de Bordeaux 3)

ARTICLES

Ramón MOLINA y Antònia MOREY (Universitat de les Illes Balears): Ferrocarril, localización empresarial y transformaciones urbanísticas en la ciudad de Palma (1870-1940)

Daniel CASTILLO (Universidad de Las Palmas de Gran Canaria): Análisis sobre el impacto de la introducción y desarrollo de la intermodalidad en el puerto de Dakar (1857-1936)

PATRIMOINE

Beatriz Mugayar KÜHL (Universidade de São Paulo): A expansão ferroviária em São Paulo (Brasil) e problemas para a preservação de seu patrimônio

LIVRES

Richard VAHRENKAMP: The Logistic Revolution: the rise of Logistics in the Mass Consumption Society, por Carmen Lizárraga (Universidad de Granada)

Lars NILSSON (Ed.): The Coming of Post-Industrial City. Challenges and Res-ponses in Western European Urban Development since 1950, por Gregorio Núñez-Romero Balmas (Universidad de Granada)

Darina MARTYKÁNOVÁ: Reconstructing Ottoman Engineers. Archaeology of a Profession (1789-1914), por Carlos Larrinaga (Universidad de Granada)

Ángel Mª ORMAECHEA: Crashes y crisis. Bilbao en 1865-1866, por Olga Ma-cías (Universidad del País Vasco)

Fidel GÓMEZ OCHOA: Santander: Puerto, Historia, Territorio, por Julio Re-vuelta López (Universidad de Cantabria)

Ana María MOJARRO BAYO: La Historia del Puerto de Huelva, 1873-1930, por Sebastián Prieto Rodríguez

 

S’il vous plaît rappelez-vous que par Marcial Pons pouvez commander des copies ou effectuer une souscription annuelle (25 euros). http://clientes.marcialpons.es/mpintra/suscripciones/DetalleCatalogo.asp?revista=027685).

Nous vous souhaitons bonne et heureuse année 2013,

 

TST es una revista académica dedicada a la publicación de trabajos de investigación sobre la historia de los transportes, los servicios y las telecomunicaciones. Su primer número apareció en el año 2001 y tiene una periodicidad semestral, (junio y diciembre)

******************************************

Domingo Cuéllar

Museo del Ferrocarril de Madrid

Paseo de las Delicias, 61

28045 MADRID

Teléfonos (+34 91 506 80 18 / +34 699 47 61 55)

www.museodelferrocarril.org

Parution: Les droites et l’économie en France au XXe siècle

Les droites et l’économie en France au XXème siècle

Sous la direction de Olivier Dard et Gilles Richard

Rive neuve Editions, 2011. Collection Actes académiques

L’actualité française récente, à travers les polémiques sur la présidence de Nicolas Sarkozy, la soirée du Fouquet’s, le yacht de Vincent Bolloré et bien entendu « l’affaire Woerth-Bettencourt », a relancé des débats déjà anciens sur les droites et l’argent. Le phénomène n’est pas nouveau et a déjà une longue histoire derrière lui, depuis la mise en cause du « Mur d’argent » et des « Deux cents familles », dans laquelle se sont illustrées bien des plumes venues de gauche (Francis Delaisi, Augustin Hamon) mais aussi des droites nationalistes, d’Emmanuel Beau de Loménie à Henry Coston. Aujourd’hui, d’essais journalistiques en numéros spéciaux d’hebdomadaires, la collusion entre les droites et les affaires est largement dénoncée. Sur plus d’un siècle, les relations entre les droites et l’économie ont fait l’objet tout à la fois de lieux communs et de représentations solidement établies.

L’ouvrage n’élude nullement cet aspect de la question (les représentations sont évoquées à travers les « Deux cents familles », la chanson et le cinéma) mais il procède d’une démarche différente. C’est fort de ces héritages et de ces constats que le volume s’est employé à investir quatre principaux chantiers. Le premier d’entre eux analyse comment les droites françaises appréhendent et pensent l’économie, ce qui pose la question des doctrines et des idéologies à l’oeuvre.

Le deuxième chantier porte sur l’examen des milieux privilégiés avec lesquels se nouent des relations entre les droites françaises et l’économie : les entreprises et les patrons. Le troisième chantier concerne les forces politiques et sociales. Un quatrième chantier enfin renvoie aux expériences gouvernementales menées sous la conduite des droites ou auxquelles certaines de leurs composantes ou figures sont associées.

L’intention est de réfléchir ici à ce qui peut être défini comme une politique de droite, cela en tenant compte à la fois des déterminants du clivage droite / gauche dans la vie politique française au XXe siècle, de la complexité à articuler « modernisation » et « archaïsme » – la modernisation peut se faire sous l’égide des droites – et de la relation particulière des droites françaises avec le libéralisme qui rend instructive mais délicate une comparaison avec l’étranger, notamment le monde anglo-saxon, pour peu qu’on ne tombe pas dans une homologie simplificatrice.

ISBN : 978-2-36013-049-8

Séminaire: État, travail et société aux XVIIIe-XIXe siècles (Angleterre, France et monde atlantique)

  • 13 mai : Séance commune avec le Programme de Recherches Interdisciplinaires sur les Îles Britanniques

Michael Braddick (University of Sheffield)

« Authority and regulation in the early modern English state and the first British empire »

Discutant : Jean-François Dunyach, université Paris 4

Lieu : 10, rue Charles V, 75004 Paris, salle C 330, de 14h. à 17 h.

  • 20 mai : Michael Braddick (University of Sheffield)

« How the modern world made Britain : Britain’s sonderweg, c. 1480-1830 »

Lieu : IHMC (escalier D, 3e étage), ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris, de 14 h. à 16 h.

  • 27 mai : Michael Braddick (University of Sheffield)

« Political partisanship, individual agency and social relations in early modern England »

Lieu : IHMC (escalier D, 3e étage), ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris, de 14 h. à 16 h.

Journée d’étude « Des livres entre l’Espagne et la France » – 12 mai 2011

Journée d’étude – 12 mai 2011 Colegio de España. Cité Universitaire.

7E bd Jourdan • 75014 Paris. Sala Ramón y Cajal.

Organisation : IHMC (CNRS – École Normale Superieure), Colegio de España.

Responsables scientifiques : Sabine Juratic (CNRS) ; Nicolás Bas Martin (Universidad de Valencia)

L’avènement des Bourbons de France sur le trône d’Espagne au début du XVIIIe siècle renforce les relations entre les deux États, tandis que l’affirmation du pouvoir central et le développement de la cour contribuent à l’extension des usages de la langue française et à l’intensification des échanges culturels. Réunissant historiens, littéraires et spécialistes du livre, la journée d’étude se propose d’analyser ces mutations sous l’angle particulier de l’histoire du livre, à partir de l’étude de la circulation des imprimés, des textes et des idées entre les deux pays, depuis le règne de Philippe V jusqu’à l’occupation napoléonienne. Trois aspects seront plus spécifiquement abordés : les conditions institutionnelles et économiques de la circulation des livres ; le rôle de médiation des écrivains, libraires et imprimeurs, savants, voyageurs et traducteurs ; et finalement, les formes de résistance qui s’expriment en Espagne face à l’hégémonie française.Entre interdiction et permission, les livres de France sont devenus un objet très convoité par les savants et par quelques aristocrates de l’Espagne des Lumières. Ce faisant, les nouveautés publiées et distribuées au delà des Pyrénées ont contribué, non sans susciter une certaine méfiance, à l’évolution culturelle de l’Espagne et à sa relative modernisation.

Programme

9.30 h. Ouverture JAVIER DE LUCAS. Director del Colegio de España.,
FRÉDÉRIC BARBIER. Directeur de recherche au CNRS, directeur d’étude à
l’EPHE (IHMC/ENS Ulm).
NICOLÁS BAS MARTÍN. Universidad de Valencia.

Matinée : Confrontations

Présidence : Daniel ROCHE

10.00 h. Mª LUISA LÓPEZ VIDRIERO.(Biblioteca Real de Madrid) : Face à
face: séduction et identité.

10.30 h. FRÉDÉRIC BARBIER (Institut d’histoire moderne et
contemporaine, CNRS-ENS, et École Pratique des Hautes Études) : Le
Voyage pittoresque et historique de l’Espagne d’Alexandre de Laborde.

11.30 h. FERMÍN DE LOS REYES GÓMEZ. (Universidad Complutense de
Madrid) : De la “tranquillité publique” à la liberté de presse: la
censure des idées revolutionnaires en Espagne.

12.00 h. JEAN-MARC BUIGUÈS. (Université de Bordeaux III) : Le livre
scientifique en Espagne au XVIIIe siècle.

Après-midi : Circulations
Présidence : Maria Luisa LÓPEZ VIDRIERO.

14.30 h. JESÚS ASTIGÁRRAGA GOENAGA.(Universidad de Zaragoza) : Livres
économiques et circulation des idées entre l’Espagne et la France au
XVIIIe siècle: le cas de Jacques Accarias de Serionne.
15.00 h. DOMINIQUE VARRY(ENSSIB, Lyon-Villeurbanne) : Les Deville,
libraires lyonnais exportateurs de livres vers l’Espagne et les
Amériques.

16.30 h. NICOLÁS BAS MARTÍN. (Universidad de Valencia) : De la
circulation des livres et des idées entre l’Espagne et la France au
XVIIIe siècle: Cavanilles et le libraire Fournier.

17.00 h. SABINE JURATIC.(Institut d’Histoire moderne et contemporaine,
CNRS-ENS) : La librairie parisienne et le commerce des livres avec
l’Espagne au XVIIIe siècle.

Sabine Juratic

Chargée de recherche
IHMC (CNRS-ENS)
45 rue d’Ulm
75005 Paris

sabine [point] juratic [at] ens [point] fr

Guillaume Daudin – Le rôle du commerce dans la croissance: une réflexion à partir de la France du XVIIIe siècle (résumé de thèse)

Le rôle du commerce dans la croissance : une réflexion à partir de la France du XVIIIe siècle

Durant mes travaux de thèse, j’ai été financé par le Ministère de la Recherche par le biais d’un programme de mobilité internationale organisé par le Ministère de la Recherche et le CNRS. Cela m’a permis d’aller travailler durant la majeure partie de ma thèse au département d’histoire économique de la London School of Economics – en restant toutefois, en théorie et en pratique, lié au laboratoire EUREQua de l’université Paris-I. Cette double affiliation m’a permis à la fois de découvrir deux mondes universitaires très différents et de bénéficier de l’expertise de chercheurs de domaines différents. J’ai ainsi écrit ma thèse sous l’étroit encadrement à la fois de Nick Crafts – qui est un spécialiste de l’économie du XVIIIe siècle – à Londres et d’Antoine d’Autume – spécialiste des théories de la croissance – à Paris. J’ai de plus complété ce financement en enseignant l’histoire économique et l’économie du développement à HEC, la London School of Economics, et l’université de Cambridge.

Ma thèse étudie deux mécanismes d’influence de l’activité commerciale sur la croissance économique. Le premier de ces mécanismes relie le développement du commerce intérieur à une croissance graduelle par l’intégration des ménages au marché. L’accumulation de capital par les intermédiaires est ce qui rend possible la croissance du commerce intérieur. Le deuxième de ces mécanismes tient au rôle que peut avoir l’existence du commerce international en tant que secteur dans l’accumulation, et donc dans la croissance de l’économie nationale.

Ma thèse s’ancre dans l’examen de la France du XVIIIe siècle, de la fin de guerre de Succession d’Espagne au début des guerres révolutionnaires. Cet ancrage justifie, selon un raisonnement inductif, les hypothèses des modèles économiques formels que je développe pour étudier les mécanismes que je veux mettre à jour. Cet ancrage est aussi l’assurance que ces mécanismes peuvent s’appliquer à une situation concrète. Il présente de plus un intérêt historique propre : l’étude des sources déjà publiées me permet de présenter une synthèse de ce que nous savons sur le commerce intérieur et international de la France du XVIIIe siècle.

Le choix de la France du XVIIIe siècle comme point d’ancrage de mon raisonnement se justifie par la vigueur et par les caractéristiques de sa croissance économique. Les chiffres disponibles indiquent que la croissance réelle par tête était approximativement de 0,6 % par an. C’est un chiffre important pour une économie préindustrielle : la croissance française était ainsi au moins aussi rapide que celle de la Grande-Bretagne, même si la situation au début du XVIIIe siècle était meilleure au nord de la Manche. De plus, les secteurs du commerce intérieur et du commerce extérieur connaissaient une croissance plus rapide que le reste de l’économie.

La première partie de ma thèse présente un mécanisme de croissance reposant sur l’extension de l’activité des intermédiaires. Sa seconde partie étudie le rôle que peut avoir le secteur extérieur dans l’accumulation du capital disponible dans l’économie intérieure.

§       Le rôle du commerce intérieur dans la croissance

Dans la première partie de cette thèse, j’ai étudié un modèle de croissance graduelle liée au développement du commerce intérieur. Pour cela, j’examine tout d’abord la structure industrielle française, puis je souligne le caractère crucial de la mobilisation des réserves de travail rural pour la croissance industrielle. Cela m’a permis finalement d’étudier le rôle des intermédiaires du commerce intérieur et de proposer un modèle de croissance s’appuyant sur l’extension de leurs activités

Aspects de l’industrie française au XVIIIe siècle

Les formes de l’organisation industrielle sont au centre de ma recherche : c’est à partir d’elles que j’analyse le rôle des intermédiaires. Il n’est cependant pas possible d’en faire une étude microéconomique complète : je dois travailler à partir d’exemples spécifiques. Pour mettre ceux-ci en perspective, je commence par une présentation de l’organisation macroéconomique de l’industrie française. Cette présentation montre que la structure industrielle française restait traditionnelle à la fin du XVIIIe siècle. Les grands secteurs de la révolution industrielle : charbon, fer et coton restaient marginaux. De même, le progrès technique et la spécialisation régionale n’avaient pas l’importance qu’ils prirent au XIXe siècle. Cela n’empêchait pas l’industrie française d’être dynamique dans un cadre traditionnel.

J’étudie ensuite l’action de l’état. Celle-ci défendait en permanence les acteurs de l’échange plutôt que les producteurs. Ces derniers devaient se plier à un grand nombre de réglementations techniques qui rabaissaient le coût d’accès à l’information et de surveillance des intermédiaires. Les producteurs des zones rurales qui échappaient à l’action de l’état étaient, par défaut, avantagés.

Enfin, je montre que la forme la plus dynamique de l’organisation industrielle de la France du XVIIIe siècle était la proto-industrie rurale. Celle-ci se définissait par trois caractères : ses marchés se trouvaient hors de sa zone de production ; les paysans participaient à la production, même si celle-ci était dominée in fine par les élites urbaines ; on constatait le développement d’une forme complémentaire d’agriculture commercialisée qui permettait de compenser le transfert d’une partie de la force de travail rurale dans l’industrie.

En conséquence, l’intégration des réserves de travail rurales dans l’économie régionale était un enjeu majeur de la croissance de la France au XVIIIe siècle. Cela justifie l’étude plus approfondie des ruraux et des intermédiaires dans les chapitres suivants.

L’intégration du monde rural au marché

J’utilise tout d’abord les chiffres existants sur la productivité du travail agricole pour rejeter l’hypothèse malthusienne que l’on trouve parfois dans la littérature : il existait bien tout au long du XVIIIe siècle des réserves de travail rurales qui n’étaient pas techniquement nécessaires à la production de subsistances. Cette réserve de travail était cependant liée à la terre pour deux raisons : l’importance des exigences saisonnières de l’agriculture et les liens de la plus grande partie de la population avec le monde agricole par le biais de la petite propriété, de l’activité des chefs de ménages et des réseaux sociaux existants. La diffusion de l’activité commerciale dans les zones rurales était au cœur du processus de croissance.

Puis j’étudie les ressorts de cette diffusion. Pour cela, j’ai tout d’abord examiné les réflexions théoriques existantes sur le comportement des ruraux. Cela m’a permis de dégager deux facteurs potentiellement importants dans l’intégration croissante du monde rural à l’économie d’échange : d’une part la diffusion de nouveaux biens de consommation (produits exotiques, textile, ameublement…), et d’autre part l’ouverture de débouchés pour les réserves de travail rurales. L’étude des inventaires après décès et de l’évolution de certaines zones de proto-industrie confirme que ces deux phénomènes étaient en œuvre. Elles ne pouvaient l’être que parce que des intermédiaires étaient prêts à organiser les échanges au sein de l’économie nationale. Ils le faisaient, par exemple, en avançant le capital nécessaire à l’immobilisation des matières premières durant leur transformation au sein de systèmes de « putting-out », ou bien en proposant de nouveaux biens de consommation à portée des ménages ruraux.

L’importance du rôle des intermédiaires justifie leur étude dans le chapitre suivant.

Le commerce intérieur : analyse et modèle

Le troisième chapitre analyse le commerce intérieur et le rôle des intermédiaires avant de bâtir un modèle formel s’appuyant sur les faits stylisés que nous avons dégagés jusqu’à maintenant.

Tout d’abord, je décris le commerce intérieur français. Pour cela, j’ai cherché à déterminer la taille de la « cellule élémentaire » de l’activité commerciale au sein de laquelle les coûts de transactions étaient suffisamment faibles pour ne pas rendre nécessaire l’intervention des intermédiaires. J’ai montré pourquoi ces cellules nous semblent correspondre aux cantons qui seront créés par la Révolution française. Puis j’ai analysé la nature des échanges au sein des cantons et entre les cantons et le monde extérieur. Nous avons la chance de disposer de quelques sources pour mesurer l’importance des échanges entre les cantons : je les ai utilisées pour décrire les réseaux de commercialisation. Enfin, j’ai cherché à analyser plus précisément la nature des réseaux que nous avons mis à jour à partir des relations entre les différents intermédiaires.

Je mène ensuite une réflexion théorique sur la nature de l’activité des intermédiaires. Les coûts de l’échange se divisent en coût de transformation et en coût de transaction. Le paiement des coûts de transaction est au centre de l’activité des intermédiaires : il me semble avoir été le plus souvent négligé en faveur du changement institutionnel qui permet de les abaisser. Les moyens de payer ces coûts de transaction sont les connaissances des intermédiaires, qui leur permettent de gérer l’incertain et l’inconnu ; leur capital social, qui leur permet de s’assurer du bon comportement des autres agents ; et enfin le capital financier et monétaire. Ce dernier peut se substituer aux autres moyens de transaction. Il est surtout le seul d’entre eux à ne pas être soumis à un taux de dépréciation considérable : c’est donc lui qui permet l’extension de l’activité des intermédiaires, en leur permettant d’accumuler à nouveau les autres moyens de transaction lorsque cela est nécessaire.

La troisième section de ce chapitre développe un modèle théorique formel qui reprend les faits que nous avons dégagés jusqu’à maintenant. Le cœur productif du modèle est une économie « paysanne » d’archipel à deux types de biens. Le bien-S est produit par tous les cantons : il représente la production autarcique. Chaque canton ne produit par contre qu’une seule catégorie de biens-Y. Ceux-ci sont hautement complémentaires. Un problème de coordination se pose donc dans cette économie d’archipel : chacun ne veut produire de son bien-Y que dans la mesure où il permet de se procurer les autres variétés. La situation normale est donc une concurrence monopolistique sous-optimale. Différents modes alternatifs d’organisation du marché sont alors introduits. L’introduction d’un marchand centralisant tous les échanges en biens-Y – tout en prélevant sa rémunération – améliore la situation : il se comporte en effet comme un « tyran bénévolent ». L’introduction de plusieurs marchands se faisant concurrence peut avoir des effets ambigus. L’introduction d’une contrainte de capacité – le capital transactionnel – pour les marchands est le développement le plus intéressant. Le modèle se rapproche alors d’un modèle de Solow où la fonction de réaction des ménages ruraux a les caractéristiques d’une fonction de production habituelle. Le modèle débouche donc sur un processus de croissance graduelle reposant sur l’extension des capacités de transaction dans l’économie.

En étudiant tout d’abord les caractéristiques de l’industrie française, puis en m’interrogeant sur le rôle des ruraux dans la croissance avant de mener une réflexion sur l’activité des intermédiaires, j’ai pu développer un modèle de croissance reposant sur l’extension de l’activité commerciale intérieure compatible avec les faits stylisés de la France au XVIIIe siècle.

§       Le rôle du commerce extérieur dans la croissance

La deuxième partie de la thèse étudie le rôle que peut avoir le commerce extérieur dans la croissance intérieure par le biais de l’encouragement de l’accumulation du capital. Pour cela, j’ai tout d’abord fait l’inventaire de ce que nous savons du commerce extérieur français, puis celui de ce que nous savons sur ses profits. J’ai montré ensuite dans quelle mesure l’activité commerciale a pu encourager l’accumulation du capital dans l’économie intérieure.

Le commerce extérieur français : 1716-1792

J’ai d’abord étudié les données disponibles pour étudier le commerce extérieur français. Entre la toute fin du règne de Louis XIV et le début des guerres de la Révolution, il existait une administration chargée de collecter les données du commerce extérieur. Nous étudions tout d’abord ses méthodes : celles-ci sont restées stables jusqu’au début des années 1780. Puis j’ai fait l’inventaire des sources qui ont survécu. Enfin, j’ai montré que les diverses sources ne se contredisent pas : elles forment au contraire un tout assez cohérent qui nous donne une base d’étude solide.

J’ai ensuite utilisé ces données pour décrire le commerce extérieur français. Sa croissance de long terme n’a pas connu de rupture tout au long du siècle. Ses variations conjoncturelles sont dominées par les effets déprimants de chacune des guerres maritimes contre l’Angleterre. La structure du commerce telle que l’on peut la mesurer au début et à la fin du siècle montre très clairement que la France était un pays plus industrialisé que ses partenaires commerciaux. Une comparaison rapide avec la situation anglaise permet de constater que l’industrie française – au moins dans le cadre traditionnel précédant la révolution industrielle – était plus compétitive que l’industrie britannique.

J’ai cherché ensuite à découvrir l’existence de liens directs entre le commerce extérieur et l’économie intérieure. Cependant, ni la recherche d’une corrélation des conjonctures, ni la recherche d’un lien entre la balance commerciale et l’évolution du stock monétaire, ne sont très concluantes. La section la plus dynamique du secteur extérieur porte sur les échanges coloniaux : une grande partie de ceux-ci était en fait liée au contrôle par la France du commerce entre les colonies et certains pays d’Europe. Il s’agissait donc d’une activité n’ayant que peu de liens directs avec l’économie intérieure. J’ai donc décidé d’appréhender le commerce extérieur comme un secteur propre de l’économie intérieure et de laisser de côté les théories habituelles de l’échange international.

La mesure des profits

Les profits issus du secteur des échanges extra-européens ont fait l’objet de nombreux débats dans la littérature historique sans qu’une conclusion s’en soit dégagée : on dispose pourtant sur eux d’un grand nombre de données.

Pour préparer l’étude des sources secondaires disponibles, j’ai rappelé la valeur du taux de profit normal dans l’économie intérieure : la recherche d’un actif de référence n’est pas aisée. Puis j’ai mis de côté deux activités annexes – la banque et l’assurance – dont les activités étaient souvent mêlées à celles du commerce international.

Ceci fait, j’ai pu présenter, en un catalogue, les sources disponibles sur les profits du commerce extra-européens. Je montre pourquoi les documents officiels – portant essentiellement sur le commerce avec les Indes Orientales – ne sont dignes que d’une confiance limitée. Il est cependant possible d’utiliser de nombreux comptes d’expéditions qui ont été repris par différents auteurs. Le commerce de Nantes à la fin de l’Ancien Régime est particulièrement bien connu grâce à ces sources. Enfin, il est aussi possible de reprendre un certain nombre de comptes de sociétés, qui donnent peut-être une approche plus exacte de ce qu’était le profit des entrepreneurs, par opposition à celui des capitalistes passifs.

Je synthétise ensuite les 400 chiffres de profits – tirés de 43 sources différentes – que j’ai rassemblés. Je montre tout d’abord qu’il n’y a pas de disparité systématique dans le temps et dans l’espace des chiffres de profits. Il semble toutefois que les zones de hauts profits se soient déplacées durant le siècle. Je donne ensuite les éléments qui nous permettent de juger qu’il n’y a pas de biais systématique dans notre échantillon. Je conclus que les profits du secteur extra-européen étaient en effet supérieurs aux profits intérieurs, sans toutefois être aussi fabuleux qu’on a bien voulu le dire. Cette supériorité – d’un ou deux points de pourcentage – ne s’explique pas par les caractéristiques différentes des investissements. Le risque de l’investissement dans le commerce extra-européen était limité par une importante dispersion des portefeuilles. De plus, la liquidité des investissements dans le secteur extra-européen était plus importante que dans le secteur intérieur : la rotation du capital n’y durait approximativement que trois ans, ce qui était plus court que pour l’investissement agricole ou les emprunts à l’état.

Il est possible de confirmer le caractère attractif de l’investissement dans le commerce extra-européen par des réflexions indirectes portant sur l’accroissement des fortunes négociantes – nous disposons des éléments pour étudier le cas de Nantes et de Bordeaux ; les mouvements du capital et surtout les mouvements des hommes. La force d’attraction que représentaient les grands centres de l’investissement extra-européen montre bien que l’investissement dans le commerce au loin était avantageux par rapport à l’investissement intérieur.

Le rôle du secteur extérieur dans l’économie intérieure

J’ai d’abord essayé de déterminer la taille du secteur extérieur. Pour cela j’ai estimé les profits totaux du secteur extérieur en suivant une méthode proche de celle développée par O’Brien (O’Brien, Patrick. (1982). « European Economic Development : The Contribution of the Periphery ». Economic History Review (February)). pour étudier le cas de l’Angleterre. Puis j’ai calculé la part du travail en estimant le nombre de personnes employées par le secteur extra-européen avant d’estimer leur rémunération. La somme de la rémunération du capital et du travail dans le secteur extra-européen forme sa valeur ajoutée : c’est donc une mesure de son importance.

Puis j’ai comparé la taille du secteur extra-européen à celle de l’économie française. Tout d’abord de manière directe : il représentait entre 9 et 14 % de l’industrie française, soit entre 3,5 et 4,2 % du produit total à la fin de l’Ancien Régime. Il représentait aussi entre 2,2 et 2,6 % du produit cumulé entre 1715 et 1791. Sa croissance représentait enfin entre 5,9 et 7 % de la croissance absolue française sur la même période. Cette approche directe n’est cependant pas satisfaisante : si le secteur extra-européen n’avait pas existé, les facteurs de production qui y sont utilisés auraient été utilisés dans l’économie intérieure. Suivant une méthode présentée par Barbara Solow (Solow, Barbara. (1985). « Caribbean Slavery and British Growth : the Eric Williams Hypothesis ». Journal of Development Economics, 17 (1), pp. 99-115.), il est possible de mesurer que le manque à gagner pour l’économie française aurait été de 1,1 à 1,8 % Cependant, ce manque à gagner se serait réparti de manière très inégale selon les facteurs de production : la rémunération du capital aurait été plus faible de 5,8 à 7,3 %.

J’estime aussi l’importance de l’investissement issu du secteur extra-européen pour l’économie intérieure. Cela me permet de mesurer l’importance de cet investissement pour la croissance intérieure : celle-ci aurait été réduite de 8 % à la fin du siècle si les facteurs de production utilisés dans le secteur extra-européen avaient été recyclés dans l’économie intérieure. Cette approche quantitative débouche donc sur des chiffres qui ne sont pas considérables. À partir des réflexions existantes sur le comportement des marchands, je propose un autre type d’analyse. Il est possible que le secteur extra-européen ait eu une importance pour la croissance par ses effets qualitatifs. Je développe ainsi un modèle formel à partir du modèle de la première partie qui place le secteur extra-européen dans un rôle de croissance endogène de type « cœur de croissance ». Son existence permet aux capitaux d’échapper aux rendements décroissants de l’économie intérieure. Elle encourage donc l’accumulation du capital dans l’ensemble de l’économie intérieure.

J’ai donc d’abord mis en place un modèle de croissance reposant sur l’approfondissement de la spécialisation des producteurs ; celle-ci étant rendue possible par le développement des échanges entre eux. Puis j’ai pris en compte un aspect important de l’activité commerciale international : le fait qu’il s’agissait d’une activité de hauts profits. Cela m’a permis de développer un modèle de cœur de croissance ancré dans une situation empirique. En retour, ce modèle nous donne peut-être une des clés de la croissance de la fin de l’Ancien Régime en France. Cette thèse a donc à la fois éclairé certains points sur la réalité et la nature de la croissance française au XVIIIe siècle, et mis en lumière de manière formelle et argumentée des mécanismes de croissance souvent négligés par les économistes.

Cette thèse a été récompensée :

–       Du prix de thèse annuel de l’Association Française de Sciences Économiques 2001

–       En étant « shortlisted » (ainsi que deux autres thèses) pour le prix de thèse Luzzato attribué par l’European Historical Economics Society en juillet 2003

Cette thèse est disponible sur TEL : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00586912/fr/

Un ouvrage en a été tiré : Commerce et Prospérité, la France au XVIIIe siècle, PUPS, 2005

Parution: La bataille des télécoms (Marie Carpenter)

Marie Carpenter, La bataille des télécoms. Vers une France numérique, Paris, Editions Economica, 2011, 600 pages. Prix : 35 euros.

En 1967, la Direction Générale des Télécommunications avait moins de 4 millions d’abonnés, tous en France. Aujourd’hui France Télécom sert 200 millions de clients dans le monde. Comment est-on passé d’une administration publique à une entreprise comptant parmi les grands opérateurs mondiaux ? Cette transformation aura pris des décennies, mais l’impulsion en a été donnée par le plan du  » téléphone pour tous  » conduit dans les années 1970, dont Gérard Théry, ancien directeur général des Télécommunications, a été l’initiateur et le principal acteur.

Il décrit ainsi la prise de décision de doter tous les Français du téléphone : « Par le politique. C’est un acte délibéré de politique industrielle, comme la fusée Ariane, le nucléaire, le TGV ». Deux autres décisions majeures seront la numérisation complète des réseaux et le lancement du Minitel, faisant entrer la France dans la  » société numérique ». Fondé sur des entretiens avec les grands acteurs de l’époque et sur l’analyse critique des sources historiques, ce livre nous fait entrer dans les coulisses de la mutation des télécommunications des années 1970.

Il nous rapporte également celle d’une France entreprenante et du rayonnement de ses grandes entreprises. Le récit est passionnant et instructif car l’étude de cette transformation économique et industrielle montre les capacités insoupçonnées de changement d’un pays pour relever les défis de l’innovation et de la compétition mondiale.