Archives par mot-clé : environnement

Journée d’étude du RUCHE consacrée à l’histoire des mines

Ci-dessous, le programme d’une journée d’étude pluridisciplinaire du RUCHE
(Réseau Universitaire de Chercheurs en Histoire Environnementale)
consacrée à 
l’histoire des mines.
Lieu : EHESS, 190 avenue de France, salle du Conseil A
Date : jeudi 30 mai 2013
Vous y êtes cordialement invité-e-s.




Journée d’étude pluridisciplinaire,  30 mai 2013
Histoire environnementale, économique et sociale des mines

Lieu : EHESS, salle du Conseil A (sous-sol)
190 avenue de France,  75013  Paris, m° Quai de la Gare

Programme

9h30     Accueil des participants
9h50     Ouverture de la journée, Patrick Fournier, président du RUCHE
Université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand 2 et CHEC

10h00   Présidence de séance : Geneviève MASSARD GUILBAUD, historienne
EHESS et Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097 ENS/EHESS/CNRS)

Béatrice CAAUET, archéologue
CNRS, Laboratoire TRACES – UMR 5608, Université de Toulouse 2 Le Mirail
« Les mines d’or celtiques et romaines dans le paysage et leur impact environnemental dans l’histoire »

Marie-Christine BAILLY-MAÎTRE, archéologue
CNRS, LA3M, UMR 7298 (AMU – CNRS)
« Les mines au Moyen-Âge – Un champ de recherche transdisciplinaire »

Hervé PUJOL, juriste
CNRS, UMR 5815 « Dynamiques du droit », Faculté de Droit de Montpellier.
« La judiciarisation des conflits environnementaux : les mines d’or de Salsigne (1932-1955) ».

13h00      déjeuner sur place

14h30  Présidence de séance (sous réserve) :  Carmen SALAZAR SOLER, anthropologue
CNRS, Centre de recherche sur les mondes américains, CERMA (UMR EHESS/CNRS)

Philippe MIOCHE, historien
 UMR TELEMME, Aix-Marseille Université.
« Paysages de l’après-mine en Provence : bauxite et lignite, approche comparée »

Gabrielle HECHT, historienne des sciences
Université du Michigan, invitée à l’EHESS.
« Les déchets contre-attaquent : mines d’uranium et excès radioactifs en Afrique »

16h30      Fin de la journée d’étude
17h00    (pour les élus du RUCHE)  Réunion du CA du RUCHE

Journée d’étude pluridisciplinaire: Histoire des modes de régulation environnementale

Mardi 14 juin 2011, CNAM, Paris

Réseau Thématique Pluridisciplinaire « Histoire de l’environnement » (CNRS INSHS/INEE)

Le Réseau Thématique Pluridisciplinaire CNRS (INEE et INSHS) « Histoire de l’environnement » organise, en 2011, une série de quatre journées d’études. Après une première journée tenue à Arras en mars sur le thème « Usages et Pratiques de l’environnement », une seconde journée se tient à Paris, le 14 juin sur le sujet « Histoire des régulations environnementales ». La troisième se tiendra à Grenoble, le 7 octobre, et sera consacrée à l’histoire des vulnérabilités. Ces journées sont ouvertes aux chercheurs de toutes disciplines de sciences humaines et sociales et de sciences de l’environnement intéressés.

Si l’on en croit les analystes des politiques publiques, la régulation environnementale effectuée par le biais de normes issues d’une action réglementaire serait entrée en crise à la fin du XXe siècle, pour des raisons diverses : insuffisance des connaissances dont disposent les pouvoirs publics, incapacité à faire respecter les règlements établis, faible efficacité aussi bien environnementale qu’économique, contestation et infractions par les intéressés, incapacité à stimuler les solutions reposant sur l’innovation… Ce type de régulation laisserait de plus en plus souvent la place à une régulation par les « instruments économiques » tels que les écotaxes, les droits à polluer etc., ou par des formes de « régulation négociée » appelées aussi « gouvernementalité coopérative », dans lesquelles des accords volontaires sont conclus entre parties prenantes. Cette forme de régulation serait en fait, selon le sociologue Pierre Lascoumes, bien plus ancienne, mais elle se serait autrefois passée de façon plus discrète, en raison de ce qu’elle s’oppose au droit régalien de décider et de contraindre. Cette forme a aussi été contestée comme étant par nature favorable aux industriels, plus aptes à détourner les accords négociés à leur profit, et comme constituant un recul par rapport aux formes juridiques. L’objectif de la journée d’étude proposée ici n’est pas de trancher ce débat mais d’y apporter une contribution historienne en montrant comment a fonctionné par le passé la régulation des questions environnementales. Nous chercherons donc à « rendre leur histoire » à ces différentes formes de régulation­ si tant est que toutes ces formes en aient une ­, ou à d’autres formes si d’autres s’avèrent avoir existé. Nous souhaitons ne préjuger ni de l’ancienneté respective des diverses formes de régulation, ni de l’existence d’autres formes qui ne seraient plus appliquées aujourd’hui, car il nous semble que nous ne savons encore que peu de choses sur le sujet.

Les intervenants ont été invités à réfléchir, notamment, aux questions suivantes :

  • Quels types de régulation environnementale rencontre-t-on dans l’histoire, et à quels propos, et pour réguler quoi ? des ressources ? des milieux ? des agents économiques ? des polluants ? des risques ?…
  • Comment ces régulations sont-elles apparues, comment ont-elles mises sur pied, à l’initiative de qui (de quels groupes sociaux ?) et pour répondre à quel souci, protéger quels intérêts, faire face à quelle(s) évolution(s) ? Entraient-elles en contradiction avec des modes de régulation existant antérieurement ? En cas de norme scientifique ou technique, à qui, à quels experts, la rédaction de ces normes était-elle confiée ? Quelle était la nature de cette norme ?
  • Comment fonctionnaient-elles ? Comportaient-elles des objectifs précis, voire chiffrés ? des calendriers, des « obligations de résultat » ? Quel était leur cadre juridique, législatif, réglementaire ? Les acteurs étaient-ils bien identifiés, les responsabilités bien définies ? Quels types de savoirs étaient mis en oeuvre ? Donnaient-elles lieu à des controverses scientifiques ou techniques ? Étaient-elles le lieu de production de nouveaux savoirs ?
  • Quels dispositifs étaient prévus en cas d’infraction ? Quelles sanctions ? – Que montre, a posteriori, l’analyse de leur fonctionnement ? Ouvraient-elles la porte à des pratiques de lobbying, de jeux d’influence ? Au profit de qui ou de quoi fonctionnaient-elles en réalité ? Étaient-elles efficaces sur le plan environnemental, économique, social et pourquoi ? Les propositions de communications portant sur des pays autres que la France ou comparant des systèmes de régulation mis en oeuvre dans des régimes juridiques différents (pays de Common Law, de droit écrit) étaient particulièrement bienvenues.

Pour en savoir plus:

Parution: Thomas Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles, Paris, 1770-1830

Le Roux Thomas, Le laboratoire des pollutions industrielles – Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, coll. « L’évolution de l’Humanité », 2011, 544 p.

« Au tournant du xixe siècle, Paris est la scène d’une industrialisation qui remet en cause les relations des hommes à leur environnement. Bousculant une société d’Ancien Régime fortement préoccupée de santé publique et de règles de bon voisinage, le développement d’activités polluantes provoque une transformation du droit et des institutions. C’est cette révolution que nous fait découvrir Thomas Le Roux. Prenant en compte l’ensemble des acteurs sociaux et politiques, l’État, la Ville, les industriels, les juristes, les scientifiques et l’opinion publique, il décrit le processus complexe qui donna aux fabriques et aux manufactures, notamment dans le secteur de la chimie, la possibilité de s’implanter en ville. À partir de l’étude des pollutions nouvelles dont les Parisiens font alors  l’expérience, l’auteur propose une histoire totale de la capitale industrielle, non plus épopée des entrepreneurs, mais lente et difficile adaptation de la ville aux risques de l’industrie et de la technique. Dans cette approche novatrice de la modernité manufacturière, où les nuisances découlent du progrès, Paris est le laboratoire d’une légitimation des pollutions, annonçant la nouvelle alliance de l’État, de la science et de l’industrie dans un projet politique inédit. »

Actualités de l’histoire environnementale.