Archives par mot-clé : entreprises

Appel à candidature Atelier doctoral Arezzo 1-5 juillet 2013

Mesdames, Messieurs,

Nous vous prions de bien vouloir trouver en pièces jointes l’appel à candidature au VIe Atelier doctoral Sources pour l’histoire économique européenne (XIIIe-XVIIe siècles) – Échange de marchandises et paiements e Europe (XIVe-XVIIe siècle) : acteurs, entreprises, réseaux, systèmes qui se déroulera à Arezzo du 1er au 5 juillet 2013.

Avec nos cordiales salutations.

 

Claire Challéat
École française de Rome
Secrétariat d’Histoire moderne et contemporaine et sciences sociales

Piazza Farnese 67
Tél. +39.0668601244
Fax. +39.0668601511

 Appel_Arezzo_2013 document PDF à téléchager. 

 

 

23 mai – Journée d’étude doctorale franco-suisse « Entreprises et marchés (XV Ie-XXIe siècles) », LARHRA Lyon

LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes – UMR CNRS 5190)

Séminaire « Entreprises et marchés (XVIe-XXIe siècles) »
Journée d’étude doctorale franco-suisse
en partenariat avec l’université de Neuchâtel
LARHRA/Institut d’histoire, Faculté des lettres et sciences humaines, Université de Neuchâtel
Jeudi 23 mai 2013
10 h – 12 h 30
Julien Caranton (université Pierre Mendès-France Grenoble 2, LARHRA)
Prévenir l’incertitude : mutualité et marché du travail à Grenoble au XIXe siècle
Anne Rothenbühler (université de Neuchâtel)
Travail et  condition : être domestique à Paris (1870-1914)
Antoine Vernet (université Lumière Lyon 2, LARHRA)
Des compétences pour l’industrie. Acteurs, réseaux et enjeux des systèmes locaux de formation professionnelle ; les industries métallurgiques en région stéphanoise, 1920-1990.
Déjeuner commun
14 h-17 h
Florian Charras (université Pierre Mendès-France Grenoble 2, LARHRA)
De l’auto-consommation à l’exportation : itinéraire commercial et culinaire de la pomme de terre du XVIe au XIXe siècle
Maud Villeret (université de Nantes, CRHIA)
Le commerce du sucre au XVIIIe siècle : les stratégies négociantes face à un marché pluriel
Anne de Steiger (université de Neuchâtel)
Rubans bâlois : marchés et qualités  XVIIIe- XIXe siècles
Joël Jornod (université de Neuchâtel)
Les magasins Gonset : une  PME à la conquête des petites villes de Suisse romande (1925-1970)
Organisation : Natacha Coquery, Anne Dalmasso, Guillaume Garner, Hervé Joly (LARHRA), Nadège Sougy (Université de Neuchâtel)
Accès libre
ISH, salle André Frossard

 

Journée d’étude HEG « La fiscalité des entreprises »

 

 

Chers collègues

Voici le programme de la prochaine journée d’étude « Histoire Entreprises Gestion » qui sera consacrée à la fiscalité des entreprises

Vous êtes tous bienvenus, un grand merci de vous inscrire en retournant à Nicolas Praquin le bulletin d’inscription joint en bas du programme (mail indiqué dans ce bulletin)

Bien cordialement

Béatrice Touchelay

 

CNRS- UMR 8529

I D H E

PARIS 8

 

 

3e Journée Histoire, Entreprises & Gestion (HEG)

La fiscalité des entreprises

7 juin 2013

Université de Paris-Sud (IUT de Sceaux) – PESOR

 

9h30 – 10h00     Accueil :

Florence Durieux, Directrice du Laboratoire du Pesor

Jean-Gilles M’Bianga, Directeur de l’IUT de Sceaux

10h00 – 10h15    Introduction, Nicolas Praquin, Université de Paris-Sud (Pesor)

 

Session 1. 10h-11h30                    L’administration fiscale et ses détracteurs

Présidence : Henri Zimnovitch

Cédric Perrin (IDHE), La fiscalité des artisans au XXe siècle. Enjeux économiques et politiques

Jean-Luc Rossignol (université de Franche-Comté), Pamphlets contre le système fiscal et dénonciation des mœurs fiscalo-comptables des années 1950

 

11h30-11h45 Pause-café

 

Session 2. 11h45-13h15                Causes, effets et conséquences des réformes fiscales

Présidence : Yannick Lemarchand

Annie Loeser (EHESS-Ecole d’Economie de Paris), Les stratégies d’optimisation, d’évasion et de fraude en matière d’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux et de taxe sur le chiffre d’affaires : impact sur le rendement de l’impôt et réaction des administrations fiscales (1917-1939)

Jacques Petitier (université de Nanterre), La fiscalité des transmissions patrimoniales à l’épreuve de l’entreprise : une délégitimation du contrôle fiscal au milieu des années 1980

 

13h15 – 14h30 Déjeuner

 

Session 3. 14h30 – 16h45              Capitalisme et mondialisation

Présidence : Michel Margairaz

Catherine Omnès (Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines), Les stratégies financières du capitalisme sont-elles dictées par la fiscalité ?

Pierre Mounier-Kuhn (Université Paris-Sorbonne), Investisseurs, start-up et multinationales dans les années noires : les archives d’un dirigeant financier en 1932-1948

Conclusion

16h45-17h00      Conclusions de la journée, Didier Bensadon

 

Comité d’Organisation

Didier Bensadon, Université Paris-Dauphine

Nicolas Praquin, Université Paris-Sud – IUT de Sceaux

Béatrice Touchelay, Université Lille Nord de France (Lille 3)

Philippe Verheyde, Université Paris VIII-Saint Denis

 

 

Université de Paris-Sud (IUT de Sceaux) – PESOR

 

Bulletin d’inscription

La journée est gratuite. Néanmoins, pour des raisons logistiques, il est indispensable que vous vous inscriviez à cette journée si vous souhaitez y participer.

Nous vous remercions de nous retourner ce bulletin d’inscription avant le 1er mai 2013 à l’adresse suivante : nicolas.praquin@u-psud.fr

NOM :

Prénom :

Adresse mail :

Affiliation (Université, Ecole, etc.) :

Laboratoire de recherche :

Statut : Etudiant – Doctorant – Enseignant du 2nd Degré – Enseignant-Chercheur

(biffer les mentions inutiles)

Tél. portable :

Souhaite participer au déjeuner :            oui         non        (biffer les mentions inutiles)

 

Olivier DARD, Hervé JOLY et Philippe VERHEYDE (dirs): Les entreprises françaises, l’occupation et le second XXe siècle.

LES ENTREPRISES FRANÇAISES, L’OCCUPATION ET LE SECOND XXe SIÈCLE, CRULH, université Paul Verlaine de Metz, 2011, 379p.

Il s’agit des actes du dernier colloque du GDR « Les entreprises françaises sous l’occupation ».

Table des matières

Philippe Verheyde: Introduction 

Kenneth J. Mouré: L’économie en transition : comment sortir d’une économie contrôlée ?

 Jean-François Eck: L’introduction de la collégialité dans le droit français des sociétés : à la recherche d’une influence allemande

Béatrice Touchelay: L’Occupation, frein ou moteur de l’harmonisation des pratiques comptables des entreprises françaises au XXesiècle ?

 Vincent Dray: Au cœur de la triangulaire États-Unis/France/Allemagne : l’affrontement, l’influence et la convergence technologique (1940-1960)

Thomas Zanetti:

Michelin dans la Guerre : brevet d’entreprise résistante et innovation technologique majeure

Claude Malon: La sortie de guerre du textile normand (1944-1957)

Jean-Marie Kuppel: L’Occupation et les mines de potasse d’Alsace : de l’Elsässische Kaliwerke à l’Entreprise minière et chimique (1941-1967)

Olivier Kourchid: De l’Occupation à la Libération et aux nationalisations : anticipations du deuxième XXsiècle par les Charbonnages de France et le bassin du Nord-Pas-de-Calais

Julie-Caroline Mathieu: Les Ets Isautier et la Seconde Guerre mondiale : réactivité et anticipation d’une entreprise sucrière familiale

Sylvain Champonnois: L’industrie aéronautique française de l’Occupation aux années 1960

Jessica Dos Santos: Corporatisme et modernisation industrielle : la Société du Familistère et l’organisation de l’industrie du chauffage (années 1930-années 1950)

Jean-Louis Loubet: L’automobile de l’après-guerre

Michel Margairaz: La Seconde Guerre mondiale, ses effets à court et long terme sur le système bancaire et financier

Laure Quennouëlle-Corre: La bourse sous l’Occupation : des réformes de longue portée

David Le Bris: Les conséquences de la Seconde Guerre mondiale sur la bourse en France : du marché à l’État

Cédric Perrin: La Seconde Guerre mondiale et la crise de l’artisanat des années 1950-1960

Fabrice Grenard: L’Occupation, accélérateur de la modernisation des pratiques commerciales en France (1930-1960)

Jean Laloum: Au cœur du Pletzl, la rue des Rosiers. Un lieu emblématique de l’immigration juive à Paris des années 1920 aux années 1950

Marc Perrenoud: Les effets et les conséquences de la Seconde Guerre mondiale sur les relations économiques franco-suisses (1940-1965)

Daniel Lefeuvre: La Seconde Guerre mondiale et l’industrialisation de l’Algérie

Marie-Christine Touchelay: La guerre et les mutations des entreprises en Guadeloupe

Première séance du séminaire « Entreprises-Management-Société »

Première séance du séminaire « Entreprises-Management-Société ».

Celle-ci aura lieu le jeudi 30 juin de 14 h 30 à 17 h, salle 306 (3ème étage)  à l’IAE Gustave Eiffel de l’Université Paris Est Créteil (Métro : ligne 8, arrêt Créteil-Université). Elle aura pour thème :

« Responsabilité sociale des entreprises et diversité des capitalismes dans la phase contemporaine d’internationalisation », à partir d’une présentation de Michel Capron (IRG, Paris Est Créteil) et de Pascal Petit (CEPN-CNRS, Université Paris 13), portant notamment sur les résultats d’une recherche concernant les comportements de reporting des entreprises cotées à travers le monde sur vingt ans.

Le papier est disponible par voie électronique sur simple demande.

Vous pouvez d’ores et déjà retenir la date du 2ème séminaire qui aura lieu le lundi 26 septembre, après-midi (même lieu) avec une présentation de Clotilde Druelle-Korn (historienne) sur les mouvements de la RSE aux Etats-Unis des origines aux années 1940.

Programme

Entreprises, management et société.

Séminaire transversal de l’IRG proposé par Michel Capron, avec le concours de Thierry Hommel (socio-économiste), Pascal Petit (économiste), Béatrice Touchelay (historienne), François Vallayes (philosophe).

Depuis les ouvrages de Perroux (1975) et de Sainsaulieu (1990), la recherche francophone s’est peu intéressée aux interfaces entre les entreprises et la société. De fait, ce champ a été implicitement accaparé par les thématiques de la RSE (responsabilité sociale d’entreprise), mais dans une optique essentiellement fonctionnaliste, instrumentale et du seul point de vue de la gestion de l’entreprise (Gond, Matten, 2007). De plus, le mouvement contemporain de la RSE (discours et pratiques depuis une dizaine d’années) s’est constitué d’une part, à partir de l’idée –jamais réellement contestée – que la RSE ne concernait que les mesures et démarches volontaires des entreprises allant au-delà des obligations légales et conventionnelles, comme le laissent supposer le Livre vert de la Commission de l’Union européenne (2001) et la définition donnée par l’OIT en 2006 et d’autre part, de l’idée (plus contestée) que la RSE favorisait une différenciation compétitive des entreprises.

Or il est difficile de faire abstraction que, dans une société donnée, la responsabilité sociale des entreprises est d’abord définie par le cadre institutionnel qui régule leur activité, impliquant en particulier le rapport salarial et les formes de concurrence. Selon les époques et les pays, elle dépend notamment du degré d’implication de l’Etat et de ses exigences quant à la ré-internalisation des coûts externés par les entreprises et à leur contribution à la production et à l’entretien des biens communs.

La posture réductrice du mouvement actuel de la RSE montre aujourd’hui ses limites dans la mesure où cette responsabilité apparaît collective et nécessite d’être appréhendée de façon globale, c’est-à-dire dans tous ses aspects multidimensionnels et dans un cadre spatial planétaire.  Exprimant les inévitables tensions entre activités économiques et activités civiles, les sociétés s’interrogent sur les évolutions en cours dans la prise en considération et la prise en charge des biens communs et in fine le déplacement de frontières entre sphère privée et sphère publique.

La recherche en sciences sociales ne peut être absente de ces problématiques, d’autant que le droit conteste maintenant que les « normes de RSE » puissent se développer indépendamment des normes publiques internationales (cf. Colloque de l’Université Bordeaux IV en octobre 2010). On ne peut ignorer, par ailleurs,  que de nombreux dispositifs volontaires de RSE se sont créés à l’initiative de pouvoirs publics, que la distinction « soft law/hard law » tend à s’estomper du fait des éventuels effets de sanction disciplinaire entraînés par ces normes et que, depuis la crise financière, les Etats sont amenés à jouer à nouveau un rôle dans la régulation du management des entreprises.

Il apparaît donc la nécessité d’une relecture et d’une révision des fondements théoriques de la relation entreprises/société autant à partir des  représentations des exigences de la société que des conséquences perçues par les milieux d’affaires.

Un programme de recherche visant à remplir cet objectif devrait comprendre :

  • Un approfondissement historique de cette relation, au moins depuis les origines du capitalisme.
  • Une meilleure connaissance (à la fois historique et philosophique) de l’évolution du concept de responsabilité, notamment du passage de son application de l’individu au collectif, avec les conséquences qu’il a pu induire.
  • Une révision de la notion de parties prenantes qui, malgré son succès, mais aussi l’abondante littérature critique dont elle a fait l’objet, ne peut dispenser d’une réflexion renouvelée sur les enjeux globaux (liens avec la notion de gouvernance des biens communs et la notion de soutenabilité des systèmes socio-écologiques (Ostrom, 2010).
  • Une approche contingente qui relativise les conceptions normatives issues de l’espace nord-américain et du contexte de l’après Seconde guerre mondiale (notamment courant du business ethics).
  • Un examen empirique des conséquences des affaiblissements et de l’endettement des Etats sur leur prise en charge de l’intérêt général et, corrélativement, de leur suppléance (ou non) par le monde des affaires privé.
  • Une poursuite des travaux sur la régulation des activités économiques dans un cadre mondialisé, tant en ce qui concerne l’effectivité des normes existantes que dans l’invention de normes nouvelles susceptibles d’encadrer la fragmentation des intérêts particuliers dans le contexte d’une concurrence internationale exacerbée (Graz, 2010).
  • Une posture permettant de revisiter la notion d’entreprise, notion de plus en plus floue et inopérante, ce qui implique de s’attaquer à une réflexion sur la place des « parties prenantes » en fonction des risques pris (assumés ou non) (cf. Beck, 2001) en regard de la société (et pas seulement de l’entreprise).
  • Des propositions en matière de nouvelle  gouvernance des entreprises, appelée à s’élargir au-delà de la relation dirigeants-actionnaires, ce qui suppose également un ré-examen des attributs du droit de propriété (Robé, 1999 ; Touffut, 2009).
  • Enfin, les conséquences pratiques des tailles atteintes par les grands groupes qui en font des « institutions au service de la société » (Weinstein, 2010).

Un tel programme  suppose, de toute évidence, des approches pluridisciplinaires et donc des concours d’enseignants-chercheurs venant d’autres disciplines que les sciences de gestion. Il pourrait, en l’élargissant, poursuivre utilement les travaux réalisés dans le cadre du programme ANR « Potentiel régulatoire de la RSE ».

Dans un premier temps, une série de séminaires auront lieu en 2011-début 2012 permettant de cerner les questions dans les différents champs disciplinaires et de préciser le programme de recherche pour 2012 et les années suivantes.

Appel à communication: Entreprises et profits – Etudes de cas: le profit dans les PME, perspectives historiques, 19e-20e siècles

Pendant longtemps, les historiens se sont intéressés au profit dans les grandes entreprises et les secteurs industriels considérés comme stratégiques pour l’industrialisation (sidérurgie, automobile, industrie électrique, etc.), ce phénomène a souvent été favorisé par la disponibilité d’archives de grands groupes. À l’opposé, l’analyse du profit dans les PME est restée à l’état embryonnaire et les approches existantes portent rarement sur plusieurs pays et différents secteurs. Ces dernières années, de nombreuses monographies ou travaux thématiques ont commencé à combler cette lacune, toutefois, les résultats de ces recherches restent disséminés et très peu de travaux analysent cette problématique d’un point de vue global ou transnational.

L’objectif du présent projet est de lancer une réflexion sur le profit dans les PME dans une perspective internationale qui doit aboutir à un livre collectif. Cet ouvrage pourra s’appuyer sur les exemples français, suisses et scandinaves marqués par le rôle crucial des PME dans le décollage économique. Mais il ne néglige pas pour autant le monde anglo-saxon où ce type de structure semble sous-estimé. Enfin, les cas plus récents de l’Allemagne, du Japon, de l’Italie et de l’Espagne, voire de la Chine, offrent également de belles pistes de réflexion autour du thème du profit.

Les propositions de communication peuvent couvrir différents champs d’étude et adopter diverses méthodologies. Elles peuvent aborder la thématique de l’analyse des profits sous un angle théorique ou méthodologique (comment analyser le profit, quels outils construire et utiliser, quelles sources utilisées – sources d’entreprises et sources externes, comment établir des comparaisons entre secteurs et entre entreprises ?, etc.). Des études de cas peuvent également être proposées, dans divers types de PME et divers secteurs. Nous invitons aussi les chercheurs à se pencher sur des thématiques classiques, telles que l’analyse du profit dans les entreprises familiales, mais nous les invitons à traiter ces thématiques sous de nouveaux angles. Par exemple, en étudiant les questions de risques et de profits, dans les secteurs du luxe et de la mode. Les perspectives par secteurs sont vivement encouragées, est-ce que la notion de profit est identique dans des entreprises de bien de consommation ou dans des entreprises d’équipement ? Enfin, l’approche devrait aussi favoriser des angles particuliers, tels que les stratégies personnelles des entrepreneurs ou des managers.

De plus, l’analyse du profit concernera son utilisation et sa répartition. Que devient le profit ? Quelles sont les parts prélevées par les actionnaires, par les cadres salariés ? Quelles sont les parts consacrées à l’autofinancement ? Aux ouvriers ? Comment les entrepreneurs camouflent-ils le profit ? Quelles sont les stratégies de gestion de l’inventaire et de l’amortissement. Enfin, la question peut aussi aborder les plans comptables, notamment pour les pays où ils ne sont pas imposés. La question du calcul du profit et de la rentabilité, liée ou pas à l’introduction de nouvelles méthodes comptables (comptabilités industrielles) peuvent aussi faire l’objet d’analyses.

Seules seront prises en compte les communications qui s’attachent à traiter le sujet de manière très précise.

Les langues du livre sont le français, l’anglais et l’allemand.

Calendrier

L’appel à contribution est ouvert jusqu’à fin mai 2011 avec confirmation fin juin 2011. Les textes devront être remis le 30 novembre 2011 et la publication aura lieu en septembre 2012. Selon les possibilités, deux journées d’études seront organisées aux Universités de Toulouse et de Neuchâtel en janvier-février 2012.

Les chercheurs sont invités à soumettre un papier d’une page, présentant le projet, accompagné d’une courte biographie. Les articles devront comprendre 30’000 à 40’000 signes, notes et espaces compris. Pour les personnes qui s’inscrivent des indications rédactionnelles plus précises seront transmises ultérieurement.

Contacts

Veuillez envoyer votre proposition d’article à l’une des deux adresses ci-dessous.

Alain CORTAT
Collaborateur scientifique
Institut d’histoire
Université de Neuchâtel
alain [point] cortat [at] unine [point] ch

Jean-Marc OLIVIER
Professeur d’histoire économique contemporaine
Directeur du laboratoire CNRS Framespa
Université de Toulouse
jean-m [point] olivier  [at] wanadoo [point] fr