Archivo de la etiqueta: Commerce extérieur

Compte-rendu Journées de travail “European External Trade Statistics, 1700-1830″ 11 et 12 mars 2011

Cher(e)s collègues,

Le 11 et 12 mars ont eu lieu à l’université Lille-I deux journées de travail sur les statistiques du commerce extérieur entre 1700 et 1830.
Ces journées étaient organisées par Loïc Charles et moi-même.

Je vous joins une rapide présentation de ces journées et leur programme. Une partie des intervenants a accepté de rendre publiques leurs interventions. Vous les trouverez ici : https://listes.cru.fr/sympa/info/18c_trade_data

Je suis à votre disposition pour vous donner plus de renseignements sur ce projet.

Cordialement,

Guilaume Daudin

European External Trade Statistics, 1700-1830

Lille-I, March 11th-March 12th 2011

Organisers:

Loïc Charles and Guillaume Daudin

The structural changes of the eighteenth century and the early nineteenth century, including the Industrial Revolution, finally led to the establishment of our modern economies. However, the ongoing discussion about the Great Divergence between Europe and Asia shows that the nature and the immediate causes of these structural changes are still a matter of debate among economists and historians. This workshop initiates a research program that would reconsider these issues from the perspective of the external trade data collected by early modern states either for fiscal reasons or with the objective of constructing trade statistics.

March 11th

10 am-11.30: France and the Austrian Netherlands
Loïc Charles (INED / Reims), Ann Coenen (Anvers), Guillaume Daudin (Lille)

12.00-1.30pm: Britain and Austria
David Jacks (Simon Fraser), Klemens Kaps (Vienna)

2.30pm-4: Western Atlantic
Javier Cuenca-Esteban (Waterloo), Alejandra Irigoin (LSE)

4.30-6.00: Portugal and the Netherlands
Cristina Moreira (Minho), Werner Scheltjens (Groningen)

March 12th

9.00am-10.30: Italy
Andrea Caracausi (Padua), Giovanna Tonelli (Milano)

11.00-12.30: Eastern Europe
Szymon Kazusek (Kielce), Cristian Luca (Dunarea de Jos Galati)

1.30pm-3.00: Historical statistics from the perspective of contemporary economics
Jérôme Héricourt (Lille), Jean-Jacques Nowak (Lille), Michel Fouquin (CEPII)

3.00-4.00: Further research and collaboration, especially regarding other databases: common questions and useful bridges?
Michael Seeruys (Leiden) Sylvia Marzagalli (Nice)

Guillaume Daudin – Le rôle du commerce dans la croissance: une réflexion à partir de la France du XVIIIe siècle (résumé de thèse)

Le rôle du commerce dans la croissance : une réflexion à partir de la France du XVIIIe siècle

Durant mes travaux de thèse, j’ai été financé par le Ministère de la Recherche par le biais d’un programme de mobilité internationale organisé par le Ministère de la Recherche et le CNRS. Cela m’a permis d’aller travailler durant la majeure partie de ma thèse au département d’histoire économique de la London School of Economics – en restant toutefois, en théorie et en pratique, lié au laboratoire EUREQua de l’université Paris-I. Cette double affiliation m’a permis à la fois de découvrir deux mondes universitaires très différents et de bénéficier de l’expertise de chercheurs de domaines différents. J’ai ainsi écrit ma thèse sous l’étroit encadrement à la fois de Nick Crafts – qui est un spécialiste de l’économie du XVIIIe siècle – à Londres et d’Antoine d’Autume – spécialiste des théories de la croissance – à Paris. J’ai de plus complété ce financement en enseignant l’histoire économique et l’économie du développement à HEC, la London School of Economics, et l’université de Cambridge.

Ma thèse étudie deux mécanismes d’influence de l’activité commerciale sur la croissance économique. Le premier de ces mécanismes relie le développement du commerce intérieur à une croissance graduelle par l’intégration des ménages au marché. L’accumulation de capital par les intermédiaires est ce qui rend possible la croissance du commerce intérieur. Le deuxième de ces mécanismes tient au rôle que peut avoir l’existence du commerce international en tant que secteur dans l’accumulation, et donc dans la croissance de l’économie nationale.

Ma thèse s’ancre dans l’examen de la France du XVIIIe siècle, de la fin de guerre de Succession d’Espagne au début des guerres révolutionnaires. Cet ancrage justifie, selon un raisonnement inductif, les hypothèses des modèles économiques formels que je développe pour étudier les mécanismes que je veux mettre à jour. Cet ancrage est aussi l’assurance que ces mécanismes peuvent s’appliquer à une situation concrète. Il présente de plus un intérêt historique propre : l’étude des sources déjà publiées me permet de présenter une synthèse de ce que nous savons sur le commerce intérieur et international de la France du XVIIIe siècle.

Le choix de la France du XVIIIe siècle comme point d’ancrage de mon raisonnement se justifie par la vigueur et par les caractéristiques de sa croissance économique. Les chiffres disponibles indiquent que la croissance réelle par tête était approximativement de 0,6 % par an. C’est un chiffre important pour une économie préindustrielle : la croissance française était ainsi au moins aussi rapide que celle de la Grande-Bretagne, même si la situation au début du XVIIIe siècle était meilleure au nord de la Manche. De plus, les secteurs du commerce intérieur et du commerce extérieur connaissaient une croissance plus rapide que le reste de l’économie.

La première partie de ma thèse présente un mécanisme de croissance reposant sur l’extension de l’activité des intermédiaires. Sa seconde partie étudie le rôle que peut avoir le secteur extérieur dans l’accumulation du capital disponible dans l’économie intérieure.

§       Le rôle du commerce intérieur dans la croissance

Dans la première partie de cette thèse, j’ai étudié un modèle de croissance graduelle liée au développement du commerce intérieur. Pour cela, j’examine tout d’abord la structure industrielle française, puis je souligne le caractère crucial de la mobilisation des réserves de travail rural pour la croissance industrielle. Cela m’a permis finalement d’étudier le rôle des intermédiaires du commerce intérieur et de proposer un modèle de croissance s’appuyant sur l’extension de leurs activités

Aspects de l’industrie française au XVIIIe siècle

Les formes de l’organisation industrielle sont au centre de ma recherche : c’est à partir d’elles que j’analyse le rôle des intermédiaires. Il n’est cependant pas possible d’en faire une étude microéconomique complète : je dois travailler à partir d’exemples spécifiques. Pour mettre ceux-ci en perspective, je commence par une présentation de l’organisation macroéconomique de l’industrie française. Cette présentation montre que la structure industrielle française restait traditionnelle à la fin du XVIIIe siècle. Les grands secteurs de la révolution industrielle : charbon, fer et coton restaient marginaux. De même, le progrès technique et la spécialisation régionale n’avaient pas l’importance qu’ils prirent au XIXe siècle. Cela n’empêchait pas l’industrie française d’être dynamique dans un cadre traditionnel.

J’étudie ensuite l’action de l’état. Celle-ci défendait en permanence les acteurs de l’échange plutôt que les producteurs. Ces derniers devaient se plier à un grand nombre de réglementations techniques qui rabaissaient le coût d’accès à l’information et de surveillance des intermédiaires. Les producteurs des zones rurales qui échappaient à l’action de l’état étaient, par défaut, avantagés.

Enfin, je montre que la forme la plus dynamique de l’organisation industrielle de la France du XVIIIe siècle était la proto-industrie rurale. Celle-ci se définissait par trois caractères : ses marchés se trouvaient hors de sa zone de production ; les paysans participaient à la production, même si celle-ci était dominée in fine par les élites urbaines ; on constatait le développement d’une forme complémentaire d’agriculture commercialisée qui permettait de compenser le transfert d’une partie de la force de travail rurale dans l’industrie.

En conséquence, l’intégration des réserves de travail rurales dans l’économie régionale était un enjeu majeur de la croissance de la France au XVIIIe siècle. Cela justifie l’étude plus approfondie des ruraux et des intermédiaires dans les chapitres suivants.

L’intégration du monde rural au marché

J’utilise tout d’abord les chiffres existants sur la productivité du travail agricole pour rejeter l’hypothèse malthusienne que l’on trouve parfois dans la littérature : il existait bien tout au long du XVIIIe siècle des réserves de travail rurales qui n’étaient pas techniquement nécessaires à la production de subsistances. Cette réserve de travail était cependant liée à la terre pour deux raisons : l’importance des exigences saisonnières de l’agriculture et les liens de la plus grande partie de la population avec le monde agricole par le biais de la petite propriété, de l’activité des chefs de ménages et des réseaux sociaux existants. La diffusion de l’activité commerciale dans les zones rurales était au cœur du processus de croissance.

Puis j’étudie les ressorts de cette diffusion. Pour cela, j’ai tout d’abord examiné les réflexions théoriques existantes sur le comportement des ruraux. Cela m’a permis de dégager deux facteurs potentiellement importants dans l’intégration croissante du monde rural à l’économie d’échange : d’une part la diffusion de nouveaux biens de consommation (produits exotiques, textile, ameublement…), et d’autre part l’ouverture de débouchés pour les réserves de travail rurales. L’étude des inventaires après décès et de l’évolution de certaines zones de proto-industrie confirme que ces deux phénomènes étaient en œuvre. Elles ne pouvaient l’être que parce que des intermédiaires étaient prêts à organiser les échanges au sein de l’économie nationale. Ils le faisaient, par exemple, en avançant le capital nécessaire à l’immobilisation des matières premières durant leur transformation au sein de systèmes de « putting-out », ou bien en proposant de nouveaux biens de consommation à portée des ménages ruraux.

L’importance du rôle des intermédiaires justifie leur étude dans le chapitre suivant.

Le commerce intérieur : analyse et modèle

Le troisième chapitre analyse le commerce intérieur et le rôle des intermédiaires avant de bâtir un modèle formel s’appuyant sur les faits stylisés que nous avons dégagés jusqu’à maintenant.

Tout d’abord, je décris le commerce intérieur français. Pour cela, j’ai cherché à déterminer la taille de la « cellule élémentaire » de l’activité commerciale au sein de laquelle les coûts de transactions étaient suffisamment faibles pour ne pas rendre nécessaire l’intervention des intermédiaires. J’ai montré pourquoi ces cellules nous semblent correspondre aux cantons qui seront créés par la Révolution française. Puis j’ai analysé la nature des échanges au sein des cantons et entre les cantons et le monde extérieur. Nous avons la chance de disposer de quelques sources pour mesurer l’importance des échanges entre les cantons : je les ai utilisées pour décrire les réseaux de commercialisation. Enfin, j’ai cherché à analyser plus précisément la nature des réseaux que nous avons mis à jour à partir des relations entre les différents intermédiaires.

Je mène ensuite une réflexion théorique sur la nature de l’activité des intermédiaires. Les coûts de l’échange se divisent en coût de transformation et en coût de transaction. Le paiement des coûts de transaction est au centre de l’activité des intermédiaires : il me semble avoir été le plus souvent négligé en faveur du changement institutionnel qui permet de les abaisser. Les moyens de payer ces coûts de transaction sont les connaissances des intermédiaires, qui leur permettent de gérer l’incertain et l’inconnu ; leur capital social, qui leur permet de s’assurer du bon comportement des autres agents ; et enfin le capital financier et monétaire. Ce dernier peut se substituer aux autres moyens de transaction. Il est surtout le seul d’entre eux à ne pas être soumis à un taux de dépréciation considérable : c’est donc lui qui permet l’extension de l’activité des intermédiaires, en leur permettant d’accumuler à nouveau les autres moyens de transaction lorsque cela est nécessaire.

La troisième section de ce chapitre développe un modèle théorique formel qui reprend les faits que nous avons dégagés jusqu’à maintenant. Le cœur productif du modèle est une économie « paysanne » d’archipel à deux types de biens. Le bien-S est produit par tous les cantons : il représente la production autarcique. Chaque canton ne produit par contre qu’une seule catégorie de biens-Y. Ceux-ci sont hautement complémentaires. Un problème de coordination se pose donc dans cette économie d’archipel : chacun ne veut produire de son bien-Y que dans la mesure où il permet de se procurer les autres variétés. La situation normale est donc une concurrence monopolistique sous-optimale. Différents modes alternatifs d’organisation du marché sont alors introduits. L’introduction d’un marchand centralisant tous les échanges en biens-Y – tout en prélevant sa rémunération – améliore la situation : il se comporte en effet comme un « tyran bénévolent ». L’introduction de plusieurs marchands se faisant concurrence peut avoir des effets ambigus. L’introduction d’une contrainte de capacité – le capital transactionnel – pour les marchands est le développement le plus intéressant. Le modèle se rapproche alors d’un modèle de Solow où la fonction de réaction des ménages ruraux a les caractéristiques d’une fonction de production habituelle. Le modèle débouche donc sur un processus de croissance graduelle reposant sur l’extension des capacités de transaction dans l’économie.

En étudiant tout d’abord les caractéristiques de l’industrie française, puis en m’interrogeant sur le rôle des ruraux dans la croissance avant de mener une réflexion sur l’activité des intermédiaires, j’ai pu développer un modèle de croissance reposant sur l’extension de l’activité commerciale intérieure compatible avec les faits stylisés de la France au XVIIIe siècle.

§       Le rôle du commerce extérieur dans la croissance

La deuxième partie de la thèse étudie le rôle que peut avoir le commerce extérieur dans la croissance intérieure par le biais de l’encouragement de l’accumulation du capital. Pour cela, j’ai tout d’abord fait l’inventaire de ce que nous savons du commerce extérieur français, puis celui de ce que nous savons sur ses profits. J’ai montré ensuite dans quelle mesure l’activité commerciale a pu encourager l’accumulation du capital dans l’économie intérieure.

Le commerce extérieur français : 1716-1792

J’ai d’abord étudié les données disponibles pour étudier le commerce extérieur français. Entre la toute fin du règne de Louis XIV et le début des guerres de la Révolution, il existait une administration chargée de collecter les données du commerce extérieur. Nous étudions tout d’abord ses méthodes : celles-ci sont restées stables jusqu’au début des années 1780. Puis j’ai fait l’inventaire des sources qui ont survécu. Enfin, j’ai montré que les diverses sources ne se contredisent pas : elles forment au contraire un tout assez cohérent qui nous donne une base d’étude solide.

J’ai ensuite utilisé ces données pour décrire le commerce extérieur français. Sa croissance de long terme n’a pas connu de rupture tout au long du siècle. Ses variations conjoncturelles sont dominées par les effets déprimants de chacune des guerres maritimes contre l’Angleterre. La structure du commerce telle que l’on peut la mesurer au début et à la fin du siècle montre très clairement que la France était un pays plus industrialisé que ses partenaires commerciaux. Une comparaison rapide avec la situation anglaise permet de constater que l’industrie française – au moins dans le cadre traditionnel précédant la révolution industrielle – était plus compétitive que l’industrie britannique.

J’ai cherché ensuite à découvrir l’existence de liens directs entre le commerce extérieur et l’économie intérieure. Cependant, ni la recherche d’une corrélation des conjonctures, ni la recherche d’un lien entre la balance commerciale et l’évolution du stock monétaire, ne sont très concluantes. La section la plus dynamique du secteur extérieur porte sur les échanges coloniaux : une grande partie de ceux-ci était en fait liée au contrôle par la France du commerce entre les colonies et certains pays d’Europe. Il s’agissait donc d’une activité n’ayant que peu de liens directs avec l’économie intérieure. J’ai donc décidé d’appréhender le commerce extérieur comme un secteur propre de l’économie intérieure et de laisser de côté les théories habituelles de l’échange international.

La mesure des profits

Les profits issus du secteur des échanges extra-européens ont fait l’objet de nombreux débats dans la littérature historique sans qu’une conclusion s’en soit dégagée : on dispose pourtant sur eux d’un grand nombre de données.

Pour préparer l’étude des sources secondaires disponibles, j’ai rappelé la valeur du taux de profit normal dans l’économie intérieure : la recherche d’un actif de référence n’est pas aisée. Puis j’ai mis de côté deux activités annexes – la banque et l’assurance – dont les activités étaient souvent mêlées à celles du commerce international.

Ceci fait, j’ai pu présenter, en un catalogue, les sources disponibles sur les profits du commerce extra-européens. Je montre pourquoi les documents officiels – portant essentiellement sur le commerce avec les Indes Orientales – ne sont dignes que d’une confiance limitée. Il est cependant possible d’utiliser de nombreux comptes d’expéditions qui ont été repris par différents auteurs. Le commerce de Nantes à la fin de l’Ancien Régime est particulièrement bien connu grâce à ces sources. Enfin, il est aussi possible de reprendre un certain nombre de comptes de sociétés, qui donnent peut-être une approche plus exacte de ce qu’était le profit des entrepreneurs, par opposition à celui des capitalistes passifs.

Je synthétise ensuite les 400 chiffres de profits – tirés de 43 sources différentes – que j’ai rassemblés. Je montre tout d’abord qu’il n’y a pas de disparité systématique dans le temps et dans l’espace des chiffres de profits. Il semble toutefois que les zones de hauts profits se soient déplacées durant le siècle. Je donne ensuite les éléments qui nous permettent de juger qu’il n’y a pas de biais systématique dans notre échantillon. Je conclus que les profits du secteur extra-européen étaient en effet supérieurs aux profits intérieurs, sans toutefois être aussi fabuleux qu’on a bien voulu le dire. Cette supériorité – d’un ou deux points de pourcentage – ne s’explique pas par les caractéristiques différentes des investissements. Le risque de l’investissement dans le commerce extra-européen était limité par une importante dispersion des portefeuilles. De plus, la liquidité des investissements dans le secteur extra-européen était plus importante que dans le secteur intérieur : la rotation du capital n’y durait approximativement que trois ans, ce qui était plus court que pour l’investissement agricole ou les emprunts à l’état.

Il est possible de confirmer le caractère attractif de l’investissement dans le commerce extra-européen par des réflexions indirectes portant sur l’accroissement des fortunes négociantes – nous disposons des éléments pour étudier le cas de Nantes et de Bordeaux ; les mouvements du capital et surtout les mouvements des hommes. La force d’attraction que représentaient les grands centres de l’investissement extra-européen montre bien que l’investissement dans le commerce au loin était avantageux par rapport à l’investissement intérieur.

Le rôle du secteur extérieur dans l’économie intérieure

J’ai d’abord essayé de déterminer la taille du secteur extérieur. Pour cela j’ai estimé les profits totaux du secteur extérieur en suivant une méthode proche de celle développée par O’Brien (O’Brien, Patrick. (1982). “European Economic Development : The Contribution of the Periphery”. Economic History Review (February)). pour étudier le cas de l’Angleterre. Puis j’ai calculé la part du travail en estimant le nombre de personnes employées par le secteur extra-européen avant d’estimer leur rémunération. La somme de la rémunération du capital et du travail dans le secteur extra-européen forme sa valeur ajoutée : c’est donc une mesure de son importance.

Puis j’ai comparé la taille du secteur extra-européen à celle de l’économie française. Tout d’abord de manière directe : il représentait entre 9 et 14 % de l’industrie française, soit entre 3,5 et 4,2 % du produit total à la fin de l’Ancien Régime. Il représentait aussi entre 2,2 et 2,6 % du produit cumulé entre 1715 et 1791. Sa croissance représentait enfin entre 5,9 et 7 % de la croissance absolue française sur la même période. Cette approche directe n’est cependant pas satisfaisante : si le secteur extra-européen n’avait pas existé, les facteurs de production qui y sont utilisés auraient été utilisés dans l’économie intérieure. Suivant une méthode présentée par Barbara Solow (Solow, Barbara. (1985). “Caribbean Slavery and British Growth : the Eric Williams Hypothesis”. Journal of Development Economics, 17 (1), pp. 99-115.), il est possible de mesurer que le manque à gagner pour l’économie française aurait été de 1,1 à 1,8 % Cependant, ce manque à gagner se serait réparti de manière très inégale selon les facteurs de production : la rémunération du capital aurait été plus faible de 5,8 à 7,3 %.

J’estime aussi l’importance de l’investissement issu du secteur extra-européen pour l’économie intérieure. Cela me permet de mesurer l’importance de cet investissement pour la croissance intérieure : celle-ci aurait été réduite de 8 % à la fin du siècle si les facteurs de production utilisés dans le secteur extra-européen avaient été recyclés dans l’économie intérieure. Cette approche quantitative débouche donc sur des chiffres qui ne sont pas considérables. À partir des réflexions existantes sur le comportement des marchands, je propose un autre type d’analyse. Il est possible que le secteur extra-européen ait eu une importance pour la croissance par ses effets qualitatifs. Je développe ainsi un modèle formel à partir du modèle de la première partie qui place le secteur extra-européen dans un rôle de croissance endogène de type « cœur de croissance ». Son existence permet aux capitaux d’échapper aux rendements décroissants de l’économie intérieure. Elle encourage donc l’accumulation du capital dans l’ensemble de l’économie intérieure.

J’ai donc d’abord mis en place un modèle de croissance reposant sur l’approfondissement de la spécialisation des producteurs ; celle-ci étant rendue possible par le développement des échanges entre eux. Puis j’ai pris en compte un aspect important de l’activité commerciale international : le fait qu’il s’agissait d’une activité de hauts profits. Cela m’a permis de développer un modèle de cœur de croissance ancré dans une situation empirique. En retour, ce modèle nous donne peut-être une des clés de la croissance de la fin de l’Ancien Régime en France. Cette thèse a donc à la fois éclairé certains points sur la réalité et la nature de la croissance française au XVIIIe siècle, et mis en lumière de manière formelle et argumentée des mécanismes de croissance souvent négligés par les économistes.

Cette thèse a été récompensée :

–       Du prix de thèse annuel de l’Association Française de Sciences Économiques 2001

–       En étant « shortlisted » (ainsi que deux autres thèses) pour le prix de thèse Luzzato attribué par l’European Historical Economics Society en juillet 2003

Cette thèse est disponible sur TEL : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00586912/fr/

Un ouvrage en a été tiré : Commerce et Prospérité, la France au XVIIIe siècle, PUPS, 2005