Archives par mot-clé : commerce

Appel à candidature Atelier doctoral Arezzo 1-5 juillet 2013

Mesdames, Messieurs,

Nous vous prions de bien vouloir trouver en pièces jointes l’appel à candidature au VIe Atelier doctoral Sources pour l’histoire économique européenne (XIIIe-XVIIe siècles) – Échange de marchandises et paiements e Europe (XIVe-XVIIe siècle) : acteurs, entreprises, réseaux, systèmes qui se déroulera à Arezzo du 1er au 5 juillet 2013.

Avec nos cordiales salutations.

 

Claire Challéat
École française de Rome
Secrétariat d’Histoire moderne et contemporaine et sciences sociales

Piazza Farnese 67
Tél. +39.0668601244
Fax. +39.0668601511

 Appel_Arezzo_2013 document PDF à téléchager. 

 

 

AAC 16eme colloque Etienne Thil

 

16ème COLLOQUE INTERNATIONAL ETIENNE THIL 

2-3-4 Octobre 2013

ESCP Europe – Campus Paris

 

APPEL A COMMUNICATIONS

 

 

                          Atelier Doctoral le 4 Octobre matin

Visite de concepts commerciaux innovants le 4 Octobre

 

Un peu d’histoire ….

La pensée d’Etienne THIL, praticien et théoricien de la révolution du commerce moderne, a profondément marqué le secteur de la distribution. Le colloque qui porte son nom se veut le forum annuel de tous les professionnels et universitaires passionnés par l’étude et les mutations du commerce.

Crée en 1998 par l’Association « Rencontres Université-Commerce », ce colloque met l’accent sur la transdisciplinarité et la communication entre le monde de l’entreprise et le monde académique. La richesse des échanges provient du dialogue entre les universitaires, qu’ils soient gestionnaires, économistes, sociologues, géographes, historiens ou juristes, et les managers, qui chaque jour imaginent et construisent le commerce de demain.

En l’honneur du 50ème anniversaire de la création du premier hypermarché, cette 16ème édition est accueillie à l’ESCP Europe à Paris, dans le cadre de sa politique de valorisation de la recherche.

Le colloque est organisé en partenariat avec le PICOM (Pôle de compétitivité des Industries du COMmerce) pour la troisième année consécutive, ainsi qu’avec différentes organisations professionnelles et entreprises (PROCOS, FCA, CARREFOUR)

Au-delà des sessions habituelles de présentation de travaux académiques le 2 Octobre, le colloque de 2013 consacrera la journée du 3 Octobre à différentes tables rondes et débats faisant dialoguer chercheurs et praticiens. Les 3 meilleures communications seront également présentées en session plénière.

Parallèlement, afin de contribuer à la production mais également à la visibilité de la recherche doctorale en distribution et de favoriser le lien précoce entre entreprises et doctorants, pour la seconde année consécutive, un atelier doctoral sera organisé le matin du vendredi 4 Octobre. Cet atelier, multidisciplinaire dans l’esprit des Rencontres Etienne Thil, associera des directeurs de recherche et des représentants des enseignes membres du PICOM.

Compte tenu du succès du « Ch’Thil Tour » 2012 à Lille, nous proposons, le vendredi 4 Octobre, un « Eiffel Tour » qui fera découvrir aux 30 heureux participants (30 premiers inscrits, inscription dès le 1/03/ 2013) quelques uns desconcepts commerciaux les plus innovants de la région parisienne.

 

Thèmes des communications souhaitées


Confrontés à de très fortes mutations tant de son environnement que de ses métiers, les acteurs du commerce et de la distribution se doivent d’être encore plus innovants qu’ils ne l’ont été par le passé. De ce fait, les communications privilégiant une vision prospective du commerce et de la distribution et une analyse des tendances d’évolution récentes (consommations émergentes, nouveaux usages des technologies, stratégies client, formats, canaux, nouveaux rôles des vendeurs…) sont particulièrement attendues. La dimension internationale et interculturelle du commerce et de la distribution sera également privilégiée pour cette édition 2013.

Nous vous invitons à développer des perspectives originales et multidisciplinaires sur les thèmes suivants (liste non exhaustive):

·         Comment l’histoire du commerce peut-elle contribuer à mieux envisager son avenir et à mieux comprendre l’évolution des concepts marchands ?

·         Commerce et espace (public, de flux, urbain, rural, etc.) : quels liens demain ?

·         Pratiques de consommation émergentes : quelle(s) place(s) pour les distributeurs ? Acteurs ou spectateurs ?

·         Quels rôles pour le magasin et les vendeurs face à un client connecté et « omnicanal » ?

·         De l’empowerment du client à l’empowerment du vendeur ? impacts sur le mix ressources humaines

·         Les nouveaux usages des technologies par les clients et leur impact sur la relation avec les distributeurs (et le personnel en contact)

·         Les nouvelles aides  à la vente en magasin ou à distance : facteurs de rejet et d’adoption par les consommateurs et par les vendeurs

·         Quelles innovations pour un « service sans couture » tous canaux confondus et tout au long du parcours-client ?

·         La distribution et les jeunes (en tant que client et/ou collaborateur) : quelles relations ?

·         La distribution et les seniors (en tant que client et/ou collaborateur) : quelles relations ?

·         Prospective sur les relations fournisseurs-distributeurs-clients finaux : vers de nouveaux modèles de construction de l’offre ?

·         Le passage d’une logique de propriété à une logique d’usage : quel potentiel, quels enjeux pour les distributeurs ?

·         Les nouveaux Business Models émergents dans le commerce : nouveaux entrants, désintermédiation, systèmes de paiement, etc.

·         Que peut-on apprendre de la distribution dans les pays émergents ?

·         Nouveaux aspects juridiques dans le commerce

·         Big Data : enjeux de l’utilisation, du partage et de la valorisation des données pour les clients et pour les entreprises (confiance, privacy, VRM, etc.)

·         Les liens entre ré-enchantement de la consommation  et commerce

·         La confiance : au-delà de la marque d’enseigne, quelles pratiques pour susciter la confiance ?

·         Comment gérer les contradictions des consommateurs (économique vs éthique ; personnalisation vs privacy…) ?

·         L’évolution des pratiques de mutualisation dans la distribution (flux logistiques, centrales d‘achat, etc.).

 

 

Prix et valorisation des communications :

 

Comme chaque année, des prix seront remis aux meilleures communications :

–          Prix ETIENNE THIL de la meilleure communication jeune chercheur (chercheur de moins de 30 ans et/ou ayant soutenu une thèse au cours de l’année précédente)

 

–          Prix DIA MART de la communication ayant le plus grand intérêt managérial pour les entreprises.

 

 

–          Prix PICOM de la meilleure communication prospective.

 

Les meilleures communications présentées au colloque pourront être publiées dans un cahier spécial de la revue Management & Avenir sous réserve de l’accord de la rédaction.

Avec l’accord des auteurs, les communications en anglais définitivement retenues seront soumises à  N.Towers@hw.ac.uk pour publication dans l’International Journal of Retail and Distribution Management.

 

 

Procédure de soumission et calendrier

 

Afin de favoriser les échanges disciplinaires, on distinguera cette année la procédure générale et une procédure ad-hoc pour les communications d’histoire.

 

1.      PROCEDURE GENERALE

 

Attention ! Changement important dans la procédure de soumission

Dépôt d’une communication courte[1] relative à une recherche aboutie présentant clairement la problématique, l’éclairage théorique mobilisé, la méthodologie de la recherche ainsi que les principaux résultats obtenus et les implications opérationnelles qui en découlent, avant le 2 avril 2013 sur la plateforme http://thil2013.sciencesconf.orgLe document ne doit pas excéder 7 pages (y compris figures et tableaux éventuels, hors première page de titre, résumé managérial et références bibliographiques).

 

Une feuille de style disponible sur le site internet du colloque vous permettra de présenter votre communication courte conformément aux normes du colloque. La première page de titre ne doit pas comporter le nom de l’auteur ou des auteurs.

 

  • Pour toute demande de renseignements, vous pouvez envoyer un mail à :

 

Isabelle Collin-Lachaud : isabelle.collin-lachaud@univ-lille2.fr

Sylvain Willart : sylvain.willart@univ-lille1.fr et/ou Mbaye Diallo mbayefall.diallo@univ-lille2.fr

Les chercheurs souhaitant postuler aux différents prix (jeune chercheur « prix Etienne Thil », prix Dia Mart ou prix PICOM) doivent le signaler sur la page de garde de leur soumission. Seules ces communications seront susceptibles de recevoir les prix.

  • Retour aux auteurs avec les avis du comité scientifique au plus tard le 3 juin 2013

 

  • Envoi des communications définitives, qui avaient été acceptées sous réserve de modifications mineures, avant le 3 juillet 2013.

 

  • Les communications retenues, publiées dans les actes du colloque, peuvent être rédigées en français ou en anglais. Les auteurs doivent se conformer aux instructions de la feuille de style disponible sur le site.

 

  • Nous attirons l’attention des auteurs sur la nécessité de développer particulièrement les résultats et les implications opérationnelles de leur recherche, le colloque ayant pour vocation d’intéresser également des professionnels du secteur (managers, professionnels du conseil et des études marketing, etc.). Dans cet objectif, les auteurs ajouteront à leur soumission un résumé managérial d’une page en prenant exemple sur les résumés du Journal of Retailing.

 

 

2.      PROCEDURE SPECIFIQUE HISTOIRE

 

 

Les propositions de communications devront être adressées au comité scientifique du Colloque Etienne Thil sur la plateforme http://thil2013.sciencesconf.org pour le 2 juin au plus tard. Elles comprendront  le titre de la communication, un résumé en français de 3 000 caractères espaces compris, l’institution d’appartenance et un bref CV du ou des auteurs. Elles seront évaluées par un comité de lecture ad-hoc sous la présidence du Professeur Jean-Claude Daumas.

Les communications acceptées pour le Congrès 2013 de l’AFHE feront l’objet d’une pré-acceptation automatique par le Comité scientifique du Colloque, mais elles ne seront définitivement retenues qu’en fonction de la pertinence de leurs contenus par rapport aux thèmes souhaités pour le 16ème Colloque Etienne Thil.

Retour aux auteurs le 3 juillet 2013.

La procédure de soumission pour l’atelier doctoral est légèrement différente :

·         Envoi d’un résumé de la recherche doctorale en 7 pages maximum hors bibliographie ainsi que d’un court CV. Le processus d’évaluation n’est donc pas anonyme. Le résumé doit montrer comment la thèse se positionne par rapport à la littérature existante, indiquer l’ancrage théorique choisi, les choix méthodologiques effectués ou à effectuer ainsi que, pour les doctorants les plus avancés, les résultats préliminaires s’ils sont disponibles. Rappelons que cet atelier doctoral constitue, pour les doctorants, une opportunité de présenter devant d’autres doctorants et enseignants-chercheurs de disciplines différentes, ainsi que devant des professionnels de la distribution. Il est donc essentiel que le résumé soit accessible pour des non-spécialistes du domaine. Ce résumé sera déposé avant le 2 AVRIL 2013 sur la plateforme http://thil2013.sciencesconf.org

 

·         Pour toute question, vous pouvez envoyer un mail à :

 

 

Isabelle Collin-Lachaud : isabelle.collin-lachaud@univ-lille2.fr

Sylvain Willart : sylvain.willart@univ-lille1.fr

 

et/ou Mbaye Diallo : mbayefall.diallo@univ-lille2.fr

 

 

·         Le retour aux candidats sera envoyé au plus tard le 3 juin 2013.

 

 

Comité scientifique

 

Sous la présidence d’Isabelle COLLIN-LACHAUD, professeur des Universités à l’I.M.M.D (Institut du Marketing et du Management de la Distribution) de l’Université Lille 2, le Comité scientifique est composé par les précédents présidents du Colloque Etienne Thil et les fondateurs :

Olivier BADOT – ESCP-Europe, François BOBRIE – IAE Université de Poitiers, Sandrine CADENAT – UPECGérard CLIQUET – Université de Rennes I, Enrico COLLA – Novancia, Véronique des GARETS – Université de Tours, Jean-YvesDUYCK – Université de La Rochelle, André FADY, Université de Rennes I, Marc FILSER – IAE  Université de Dijon, Francis GUILBERT – IAE Université de Lille I, Marie-Louise HELIES-HASSID – Université Paris-Dauphine, Patrick NICHOLSON – Université Lille 2, Gilles PACHE – Université de Montpellier I, Suzanne PONTIER – UPEC, Valérie RENAUDIN – Université Paris-Dauphine, Pierre VOLLE – Université Paris-Dauphine.

Et par tous les membres cooptés par les présidents, qui chaque année, par leurs relectures, contribuent à la qualité des travaux du colloque.

Et pour l’Histoire et les Sciences Sociales, par: Jean Claude DAUMAS-Université de Franche Comté, Franck COCHOY, Université de Toulouse 2, Philippe Moati, Université de Paris Diderot.

Information générale sur l’Association Etienne Thil : sur le site http://thil-memoirevivante.prd.fr

 

Séminaire histoire économique des juifs : 25 février: inter cultural trade and the Sephardim

Nous sommes heureux de vous inviter à la séance du 25 février 201310h.-12h., dans laquelle interviendra :

Jessica Vance Roitmann (KITLV, Royal Dutch Institute for Southeast Asian and Caribbean Studies, Leyde) à propos son livre : The Same but Different? Inter-cultural Trade and the Sephardim, 1595-1640, Leyde, Brill, 2011.

 

Université Paris-Diderot, 13 rue Albert Einstein, bâtiment Sophie Germain, salle 1012.

RER C / Métro 14 : Bibliothèque François-Mitterrand – Tramway T3a  – Bus 89, 62, 64, 325

 

 

Bien cordialement,

pour les organisateurs,

Liliane Pérez.

 

Parution « Langues et langages du commerce »

Gilbert Buti, Michèle Janin-Thivos et Olivier Raveux (dir.) (avec la coll. de Mathieu Grenet), Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, Presses universitaires de Provence, 2013, 280 pages, 24 euros, ISBN : 9782853998635

 

La période allant de la fin du xve siècle au début du xixe a été celle de la mise en relation d’espaces lointains, de l’accélération des transactions et des circulations, de la transformation des pratiques et des réseaux du négoce, bref, de la première mondialisation des échanges. La dilatation de l’espace commercial et l’essor du négoce interculturel ont conduit les marchands à mobiliser, ajuster et élargir leurs compétences, notamment celles qui concernent les langues et les langages – considérés ici dans leur acception la plus large. Ce constat a souvent été dressé par les historiens du commerce qui n’ont cependant pas poussé plus avant leurs travaux dans une direction qui les éloignait de leurs études en cours. Ces recherches différées ont rarement été remises sur le métier ou seulement de manière périphérique à l’occasion de réflexions sur la formation des négociants ou des diplomates et sur la médiation interculturelle. Or, force est de reconnaître que dans le commerce international le maniement et la maîtrise de compétences langagières et linguistiques comptent parmi les éléments de la réussite. Cet ouvrage collectif, qui privilégie les espaces méditerranéen et européen, vise à comprendre comment ces compétences ont été acquises, pensées, utilisées et transmises non seulement par les marchands, mais aussi par ceux qui agissaient pour leur compte ou qui les accompagnaient.

 

Gilbert Buti, Michèle Janin-Thivos et Olivier Raveux

Introduction

Apprentissages et intermédiaires linguistiques

Frédéric Hitzel : L’école des jeunes de langues d’Istanbul, un modèle d’apprentissage des langues orientales

Christiane Villain-Gandossi : Giovani di lingua, drogmans auprès du baile de Venise et la Porte ottomane au XVIe siècle

Mathieu Grenet : Alexis Gierra, « interprète juré des langues orientales » à Marseille : une carrière entre marchands, frères et refugiés (fin XVIIIe-premier tiers du XIXe siècle)

Jochen Hoock et Wolfgang Kaiser : Les manuels plurilingues à l’usage des marchands à l’époque moderne

Les marchands à l’épreuve des langues

Jacques Bottin : La pratique des langues dans l’espace commercial de l’Europe de l’Ouest au début de l’époque moderne

Olivier Raveux : Les marchands orientaux et les langues occidentales au XVIIe siècle : l’exemple des Choffelins de Marseille

Michèle Janin-Thivos : La pratique des langues vivantes chez les marchands français de Lisbonne au XVIIIe siècle. L’exemple de Jacques Ratton père et fils

Gilbert Buti : Langues et langages des capitaines marchands de Marseille au XVIIIe siècle

Jocelyne Dakhlia : La langue franque, langue du marchand en Méditerranée ?

Écritures et classifications

Kéram Kévonian : Organisation et langage de la comptabilité des marchands arméniens (fin XVIIe-début XVIIIe siècle)

Gaëlle Lapeyrie : L’écriture comptable comme langage spécifique des marchands (France méridionale, début XVIIe siècle)

Liliane Pérez et Bernard Vaisbrot : Le livre de comptes de Solomon Hyman. Judaïsme, culture négociante et réseaux innovateurs entre Paris, Londres et Birmingham au XVIIIe siècle

Natacha Coquery : Norme, genre, taxinomie. Désigner les métiers : le Dictionnaire de commerce de Savary des Bruslons

Thèse « Gouverner le commerce au XVIIIe siècle. Conseil et bureau du commerce », Sébastien Vosgien

M. Sébastien VOSGIEN, enseignant-chercheur contractuel à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, a soutenu le 09/12/2011 une thèse intitulée « Gouverner le commerce au XVIIIe siècle. Conseil et Bureau du commerce ».

Cette thèse, dirigée par le Recteur Maurice Quénet, a été soutenue à l’Université Paris II Panthéon-Assas, dans le cadre de la section 03 « Histoire du droit et des institutions ». Elle a obtenu la mention « très honorable avec félicitations du jury », ainsi que le prix de thèse de Paris II Panthéon-Assas.

Résumé de la thèse :
Le Conseil et le Bureau du commerce constituent l’instance principale de l’administration royale du commerce au XVIIIe siècle. Bien que le roi n’assiste jamais aux séances hebdomadaires, cette institution, créée en 1700 et dissoute en 1791, a contribué à modeler l’économie française de l’époque. Installé au sommet d’une pyramide institutionnelle, cet organe est étroitement associé à l’élaboration et à l’application du droit économique, exerçant un véritable pouvoir par procuration en matière d’édiction de la norme. Un de ses traits les plus originaux consiste en la présence, très influente, de Députés du commerce. Ces Députés du commerce, au minimum, constituent un tiers-intervenant susceptible de crédibiliser l’institution par rapport aux forces vives de l’économie. Par ailleurs, une intégration institutionnelle forte tend à solidariser presque organiquement les chambres de commerce, les corporations et les manufactures avec l’instance centrale. Contrairement à une vision quelque peu réductrice d’une économie « dirigiste », le Conseil/Bureau du commerce, durant la première moitié du siècle, opère une économie d’une nature profondément conventionnelle. Concrètement, cette institution forme le point de rencontre de toutes les entités intéressées au commerce et le rapport de force s’avère ambigu entre le pouvoir et les opérateurs privés. Durant la seconde moitié du siècle, le Bureau du commerce change radicalement de politique, voire de doctrine, pour mettre en œuvre un libéralisme économique « premier ». Le langage employé et l’intériorisation de concepts économiques et idéologiques nouveaux montrent le degré de pénétration de ce libéralisme.
Title and Abstract :
Governing the economy during the XVIIIth century. Council and Bureau of commerce
The Council and Bureau of commerce formed the major body of the royal administration of commerce in the XVIIIth century. Although the king never attended the weekly assemblies, this institution, created in 1700 and abolished in 1791, contributed to shape the French economy at the time. Placed at the top of an institutional pyramid, this organization is narrowly associated with the elaboration and enforcement of the economic right. One of its most prominent features is the very influential presence of Deputies of commerce. These Deputies, at least, constituted a third party liable to give credit to the institution in relation to the forces of the economy. In addition, a strong institutional integration tended to bring together almost organically the Chambres de commerce, the corporations and the manufactures with the central body. Contrary to a somewhat shortview vision of “dirigisme”, the Council/Bureau of commerce operated a deeply conventional economy throughout the first half of the century. This institution allows for the meeting of all the entities interested in commerce, and shapes the relationship between central power and private operators, which was seemingly ambiguous. During the second half of the century, the Bureau of commerce dramatically switches its politics, in order to build a “first” economic liberalism. The language and the appropriation of new economic and ideological concepts demonstrate the high degree of influence this liberalism enjoys.
Sébastien Vosgien est Docteur en droit et  Enseignant-chercheur contractuel à l’U.V.S.Q.

Le commerce du luxe – le luxe du commerce. Production, exposition et circulation des objets précieux du Moyen Âge à nos jours / The Trade in Luxury and Luxury in Trade. The production, display, and circulation of precious objects from the Middle Ages to the present day

Colloque organisé par Alain Bonnet (Grenoble 2, LARHRA) et Natacha Coquery (Lyon 2, LARHRA)
21-23 novembre 2012
Musées Gadagne, 1 place du Petit-Collège, Lyon
http://luxe2012.sciencesconf.org/
http://calenda.revues.org/nouvelle23124.html

Résumé

Comment se produisent, s’exposent, se diffusent et se consomment les produits du luxe ? Le but de ce colloque est de revenir sur la question de la spécialisation progressive d’un commerce voué aux objets précieux qui concourent à l’embellissement de la personne ou du cadre de vie. Le luxe a souvent été cantonné aux productions des beaux-arts ; il s’agira ici de montrer la richesse et la diversité de ce qui était (et reste) compris sous cette appellation et d’observer comment se sont progressivement mis en place des marchés spécialisés. Le colloque développera trois approches spécifiques : la circulation spatiale du luxe (marchands et marchandises), l’économie du luxe (concevoir, produire, vendre), les circulations sociales du luxe (luxe et demi-luxe).

Programme

Mercredi 21 novembre 2012

I – Marchands et marchandises. La circulation spatiale du luxe

9h30 Accueil

10h Discours introductifs

Présidence de séance : Bruno Blondé, Université d’Anvers

10h30-11h Ingrid Houssaye Michienzi, FRAMESPA-UMR 5136 (Toulouse Le Mirail), De l’Afrique subsaharienne aux marchés européens : les compagnies marchandes florentines et le commerce des plumes d’autruche (fin xive – début xve siècle)

11h-11h30 Wilfried Zeisler, Université Paris IV, De new york à Saint-Pétersbourg, le commerce international du luxe à la belle-époque

11h30-12h Lavinia Maddaluno, Université de Cambridge, Scenarios of trade: eighteenth-century british watches, clocks, telescopes, and the two ‘easts’

12h-12h30 Discussion

12h30-14h30 Déjeuner

Présidence de séance : Marco Belfanti, Université de Brescia

14h30-15h Diego Davide, Université de Naples Suor Orsolo Benincasa, Production, circulation and consumption of gold and silver in the xviiie century in the kingdom of naples

15h-15h30 Anne Montenach, Aix-Marseille Université, Vendre le luxe en province : circuits officiels et réseaux parallèles dans le Dauphiné du XVIIIe siècle

15h30-15h45 Pause

15h45-16h15 Federica Veratelli, Université Paris-Est Créteil Val de Marne, Les marchés du luxe et leurs réseaux à la Renaissance. Le cas des hommes d’affaires italiens dans les Flandres (1477-1530)

16h15-16h45 Nadia Matringe, European University Institute, Le commerce du luxe à Lyon au milieu du XVIe siècle : un monopole italien ?

16h45-18h Discussion

Jeudi 22 novembre 2012

II – L’économie du luxe : concevoir, produire, vendre

8h30 Accueil

Présidence de séance : Jean-Claude Daumas, Université de Franche-Comté

9h-9h30 Eugénie Briot, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, La parfumerie parisienne du XIXe siècle : fabrique d’une industrie de luxe

9h30-10h Florence Charpigny, Université Lyon 2, Luxe en images, images du luxe : les soieries f. Ducharne dans l’officiel de la couture et de la mode (1921-1972)

10h-10h30 Ekaterina Bulgakova, Université d’État de Moscou Lomonossov, Le commerce de luxe français a Moscou et Saint-Pétersbourg au XIXe siècle : topographie, exposition, perception

10h30-10h45 Pause

10h45-11h15 Stéphane Lembré, Université d’Artois-IUFM Nord-Pas de Calais, Former les ouvriers du luxe. La société d’encouragement à l’art et à l’industrie au service du savoir-faire (1889-1973)

11h15-11h45 Anne Perrin-Khelissa, Université catholique de l’Ouest (Angers), De l’agrément au goût. Justifier les manufactures d’État sous la Révolution (Sèvres, Gobelins, savonnerie)

11h45-12h30 Discussion

12h30-14h30 Déjeuner

Présidence de séance : Stéphane Castelluccio, CNRS, Centre André Chastel (Paris)

14h30-15h Sophie Raux, Université Lille 3, François Verbeelen : un entrepreneur exceptionnel de loteries d’oeuvres d’art et d’objets de luxe dans les Flandres à fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle

15h-15h30 Barbara Furlotti, The Warburg Institute (Londres), Mapping the market for Antiquities in early modern Italy: networks and practices

15h30-16h Maud Villeret, Université de Nantes, Les confiseurs au XVIIIe siècle : les stratégies de vente d’un luxe sucré

16h-16h15 Pause

16h15-16h45 Anne Wegener-Sleeswijk, Université Paris I, Corruption, vice et vin. La lutte pour un marché de luxe traditionnel aux provinces-unies (XVIIIe siècle)

16h45-17h15 Philippe Meyzie, Université Bordeaux 3, Produits des terroirs et marché du luxe alimentaire XVIIIe-début XIXe siècle

17h15-18h30 Discussion

Vendredi 23 novembre 2012

III – Luxe et demi-luxe. Les circulations sociales du luxe

8h30 Accueil

Présidence de séance : France Nerlich, Université de Tours

9h-9h30 Manuel Charpy, CNRS-IRHIS (Lille 3), La rareté partagée. Commerces et consommations des Antiquités et des curiosités au XIXe siècle (Paris, Londres et New York)

9h30-10h Sabine Pasdelou, Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, Le japonisme popularisé des manufactures de céramique : la diffusion du demi-luxe en France entre 1880 et 1950

10h-10h30 Marcia Pointon, Université de Manchester, The diamond engagement ring and the relativity of luxury

10h30-10h45 Pause

10h45-11h15 Audrey Gléonec, Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, La démocratisation du meuble de style au XIXe siècle

11h15-11h45 Camille Mestdagh, Université Paris IV, Curiosités et luxe dans l’ameublement du XIXe siècle : le commerce et l’œuvre des Beurdeley

11h45-12h30 Discussion

12h30-14h30 Déjeuner

Présidence de séance : Nadège Sougy, Université de Neuchâtel

14h30-15h Katie Scott, The Courtauld Institute of Art (Londres), Hannah Williams, St John’s College (Oxford), Everyday lives and luxury objects: François Boucher’s shells and Charles-Antoine Coypel’s watch

15h-15h30 Jon Stobart, Université de Northampton, The luxury of learning: books, knowledge and display in the English country house, c.1730-1800

15h30-15h45 Pause

15h45-16h15 Amanda Phillips, Institute of Iranian Studies, University of St Andrews, Scotland, The sincerest form of flattery: Ottoman furnishing velvets and their imitators, 1600-1800

16h15-16h45 George Lazar, Institut d’Histoire N. Iorga (Bucarest), les marchands de luxe, le luxe des marchands dans l’europe orientale (XVIIe-XVIIIe siècles)

16h45-18h Discussion

Colloque : « Enjeux touristiques et lieux commercçants; Enjeux commerciaux et lieux touristiques » – Amiens, 12-14 juin 2012

Journées de la Commission « géographie du commerce » et de la Commission « géographie du tourisme et des loisirs »

MARDI 12 JUIN 2012, Logis du Roy

Accueil des participants et introduction aux journées du CNFG [15h40- 16h40] :

  • Réception « officielle » des participants ; intervention de représentants des collectivités  territoriales
  • Accueil des participants : Philippe NIVET, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Picardie Jules Verne, Directeur de l’UFR d’Histoire et de Géographie ; Olivier LAZZAROTTI, Professeur de géographie, Directeur de l’équipe « Habiter le Monde », Université de Picardie Jules Verne
  • Introduction des journées des Commissions « Commerce » et « Tourisme » du CNFG : Nathalie LEMARCHAND, Professeur de géographie, Présidente de la Commission de géographie du commerce, CNFG, Université Paris 8 ; Philippe DUHAMEL, Professeur de géographie, Président de la Commission de géographie du tourisme, CNFG, Université d’Angers

Session 1 : Le commerce des lieux touristiques / Le commerce dans les lieux touristiques [1/2], 16h40-18h30

  • 16h40-17h : Maria GRAVARI-BARBAS, EIREST, IREST, Université Paris 1 et Chiara RABIOSI, EIREST, IREST, Université Paris 1 : Les grands magasins parisiens, entre stratégies commerciales et stratégies touristiques.
  • 17h-17h20 : Laurie LEPAN, UMR ESO, UFR ITBS, Université d’Angers : Shopping et tourisme :
    comment les lieux du shopping s’insèrent-ils dans les mobilités touristiques ? Le cas de la
    métropole parisienne.
  • 17h20-17h40 : Anne-Cécile MERMET, EA EIREST, Université Paris 1, UFR TES, Université Paris 8 : Produire et consommer l’authenticité dans des quartiers touristiques : le cas des centres historiques (le Marais et le Vieux Lille).
  • 17h40-18h : Yoann MORVAN, Coresponsable de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (Institut Français d’Etudes Anatoliennes – USR 3131), Chercheur associé au Centre de Recherches Français à Jérusalem (USR 3132) : Istanbul et Jérusalem : entre bazar et mall, nouvelles synergies des pélerinages marchands
  • 18h-18h25 : Débats et questions

Session hors les murs : visite d’Amiens, 18h30-19h30

Dîner offert par l’Université de Picardie-Jules Verne

MERCREDI 13 JUIN 2012, Logis du Roy

Session 2 : Le commerce des lieux touristiques/le commerce dans les lieux touristiques [2/2], 9h-10h50

  • 9h-9h20 : Anouk BONNEMAINS, Véronique PEYRACHE-GADEAU et Christophe GAUCHON, Laboratoire EDYTEM, Université de Savoie : L’offre commerciale dans les stations de Tarentaise : marqueur de l’évolution et de la spécification d’un territoire touristique ?
  • 9h20-9h40 : Christian HELION, UFR des Sciences Sociales, Université de Versailles Saint Quentin-en-Yvelines : Le Yumbo Center (Gran Canaria) : rôle d’une armature commerciale dans la dynamique territoriale d’une destination gay.
  • 9h40-10h : Khadija BENRBIA, Université Mohamed Premier, Oujda, Maroc : Tourisme et activités commerciales dans une ville balnéaire. Le cas de la ville de Saïdia.
  • 10h-10h20 : Jérôme PIRIOU, UMR ESO-Angers, Sup de Co La Rochelle : La fonction de services des lieux dans un espace touristique régional : une autre lecture de la relation centre-périphérie.
  • 10h20-10h50 : Débats et questions

10h50-11h20 : Pause café

Session 3 : Lieux du commerce, lieux touristiques [1/2], 11h20-12h30

  • 11h20-11h40 : Vincent COËFFE et Jean-René MORICE, UMR ESO, UFR ITBS, Université d’Angers : Du grand magasin au lieu touristique : l’exemple des Galeries Lafayette Haussmann.
  • 11h40-12h : Pierre CHABARD, Ecole nationale supérieure d’architecture, de la ville et des territoires de Marne-la-Vallée (Université Paris-Est), Directeur de l’Observatoire de la Condition Suburbaine : L’architecture, le lieu et l’identité : Val d’Europe vs. Metropol Parasol.
  • 12h-12h30 : Débats et questions

Déjeuner : 12h30-13h30 (lieu à préciser)

Session hors les murs : excursion en baie de Somme, Saint-Valéry-sur-Somme « Station touristique balnéaire sur la rive sud de la Baie de Somme, Saint-Valéry-sur-Somme est aujourd’hui l’une des communes à proximité d’Amiens où tourisme et commerce participent, simultanément, à l’animation du lieu. On s’y rend aussi bien pour ses éléments historiques ou « naturels » du patrimoine que pour le nombre et la diversité de ses restaurants, entre autres. »

Dîner à Saint Valéry sur Somme

JEUDI 14 JUIN 2012, Logis du Roy

Session 4 : Lieux du commerce, lieux touristiques [2/2], 9h–12h50

  • 9h-9h20 : Francesco ADAMO, GeoProgress, Onlus, Università degli Studi del Piemonte O. “A. Avogadro”, Novara, Italie : Commerce, tourisme et loisir. Le cas de la ville de Turin.
  • 9h20-9h40: Caterina CIRELLI, Université de Catane, Teresa GRAZIANO, Université de Catane, Enrico NICOSIA, Université de Macerata et Carmelo MARIA PORTO, Université de Macerata : The gateways of contemporary cities, between tourist flows and retail vocation.
  • 9h40-10h : Ekaterina ANDREEVA-JOURDAIN, UMR ESO, UFR ITBS, Université d’Angers : Les touristes russes et les lieux du commerce en France.
  • 10h-10h30 : Débats et questions

10h30-11h : Pause café

  • 11h-11h20 : Nadjia BENALI-NOUANI, Chercheur au Laboratoire « Ville, Urbanisme et Développement Durable » VUDD, Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger, EPAU, Algérie : Les centres commerciaux algérois, lieux de loisirs et du tourisme ?
  • 11h20-11h40 : Koudzo SOKEMAWU, Département de Géographie, Université de Lomé (Togo) : Le marché aux fétiches d’Akodessewa : un lieu touristique au coeur de la ville de Lomé (Togo).
  • 11h40-12h : Aurore NAVARRO, Laboratoire d’études rurales, Université Lyon 2 : Du tourisme urbain au tourisme rural en Ardèche méridionale, les marchés de détail comme faire-valoir des lieux.
  • 12h-12h20 : Si Mohamed BEN MASSOU, École Supérieure de Technologie d’Essaouira (ESTE), Université Cadi Ayyad, Marrakech (Maroc) : Les lieux de commerce : des produits touristiques entre les mains des voyagistes
  • 12h20-12h50 : Débats et questions

Déjeuner (lieu à préciser)

Session 5 : Modèles spatiaux, pratiques sociales, 14h-16h40

  • 14h00-14h20 : Matthieu DELAGE et Antoine FLEURY, UMR Géographie-cités (CNRS, Universités Paris 1 et Paris 7) : Commerces et centralités touristiques à Paris.
  • 14h20-14h40 : Isabelle COLLIN, Laboratoire Hommes, villes et Territoires, UFR de géographie et d’aménagement, Université Lille 1 : Le commerce une facette majeure du dynamisme touristique des centres-villes métropolitains : l’exemple de Lille et Marseille.
  • 14h40-15h : Débats et questions

15h-15h20 : Pause café

  • 15h20-15h40 : Teresa GRAZIANO, Université de Catane et Enrico NICOSIA, University of Macerata (Italie) : New tourist practices and consumption patterns: the impact of the factory outlet format on the Sicilian tourist sector.
  • 15h40-16h0 : Colette RENARD-GRANDMONTAGNE, CLSH-Nancy, Université de Lorraine : Au coeur de l’été madrilène : Madrid-Xanadú.
  • 16h-16h20 : Alfred Homère NGABDAM MFONDOUM, Département de géographie, Université de Yaoundé I (Cameroun) : Déploiement spatiotemporel des fabriques et des centres de commerce artisanaux, et touristification de l’espace urbain – étude de cas dans la ville de Foumban (Département du Noun – Ouest-Cameroun).
  • 16h20-16h40 : Débats et questions

Conclusions des journées du CNFG, 16h40-17h20

Adresse des journées d’études du CNFG : Université de Picardie Jules Verne, Le Logis du Roy, Passage du Logis du Roi, 80 000 Amiens

AAC: Le commerce du luxe – Le luxe du commerce. Production, exposition et circulation des objets précieux du Moyen Âge à nos jours

APPEL À CONTRIBUTION

 

Jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2012 – Lyon, musée Gadagne

Le commerce du luxe – Le luxe du commerce. Production, exposition et circulation des objets précieux du Moyen Âge à nos jours

The Trade in Luxury and the Luxury of Trade. The production, display, and circulation of precious objects from the Middle-Ages to the present day

Appel à communication pour le colloque international pluridisciplinaire « Le commerce du luxe – Le luxe du commerce. Production, exposition et circulation des objets précieux du Moyen Âge à nos jours » organisé par le LARHRA (UMR 5190 Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes), qui se tiendra au musée Gadagne, 1 place du petit Collège, à Lyon, les jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2012.

Argumentaire

Comment se produisent, s’exposent, se diffusent et se consomment les produits du luxe ? Le but de ce colloque est de revenir sur la question de la spécialisation progressive d’un commerce voué aux objets précieux qui concourent à l’embellissement de la personne ou du cadre de vie. Il entend être une manifestation largement ouverte d’un point de vue chronologique, spatial et disciplinaire, faisant appel à des spécialistes d’horizons différents : histoire, histoire de l’art, économie, littérature, sociologie, etc.

Cette approche interdisciplinaire du marché du luxe sur la longue durée, du Moyen Age à nos jours, permettra de confronter les expériences et de mettre en relief les permanences et les mutations. Le luxe a souvent été cantonné aux productions des beaux-arts ; il s’agira ici de montrer la richesse et la diversité de ce qui était (et reste) compris sous cette appellation et d’observer comment se sont progressivement mis en place des marchés spécialisés. Ce colloque développera deux approches spécifiques, d’une part les acteurs et les marchandises, d’autre part les lieux de vente et la puissance matérielle et symbolique attachée à ce secteur particulier de l’économie. Le luxe ne ressortit pas, en effet, seulement aux logiques et aux formes de l’économie matérielle ; il est également une valeur polémique, commerce symbolique, argument politique, controverse religieuse, etc., dont les termes croisent, anticipent, s’affranchissent ou prolongent les circuits de sa consommation.

Les communications, qui pourront étudier aussi bien les exemples français qu’étrangers, devront s’inscrire dans les axes développés ci- dessous :

I/ Marché du luxe, marchands et marchandises

– Les acteurs (biographies, carrières) ; les intermédiaires, du producteur au consommateur (marchands, agents…) ; la professionnalisation du secteur, de l’atelier au commerce spécialisé (galeristes, boutiques et maisons de luxe…).

– L’organisation du commerce du luxe (modes administratifs, professionnels, réglementations et contraintes, etc.) ; spécialisation progressive et séparation des corps de métier (producteurs/marchands) ; de l’artisanat à l’industrie du luxe : de la boutique à la marque, de la maison à la holding, la formation de groupes de luxe mondiaux (LVMH, PPR, Richemont, Prada…), aux techniques industrielles (publicité de masse, etc.) ; la mondialisation du marché du luxe.

– Les matières premières et la production ; importation et transformation ; savoir-faire local ou mondialisation ; les techniques et procédés industriels ; les formes de sous-traitance et de délocalisation ; les ouvriers, techniciens, industriels, inventeurs du luxe et du demi-luxe.

– La démocratisation du luxe et les objets (simili, faux, plaqué, contrefaçon, seconde main, faux luxe et demi-luxe) ; les traficants (faussaires, truands, revendeurs, marchands…).

– Les catégories du luxe : la notion de produit de luxe dans la longue durée, relativité et fluctuations de la définition, les niveaux de luxe (accessible, intermédiaire, inabordable…) ; études de cas (le bijou, la tapisserie, le vêtement, l’horlogerie, la maroquinerie, l’automobile, le vin, voire des services comme le tourisme ou l’immobilier).

– Le commerce de l’art (peinture, sculpture, gravure) et l’art commercial (demi-luxe) ; la mise en place du partage entre luxe et beaux-arts ; le chemin d’un objet d’art, de la sortie de l’atelier au musée.

II/ Inscription urbaine et architecturale du marché du luxe

– Exposition, mise en scène, promotion : marché du luxe et innovation architecturale.

– L’inscription du commerce de luxe dans l’espace urbain (rues, quartiers…) ; les lieux de vente ou de conservation et les modes d’emprise urbaine et sociale (boutiques, ateliers, foires, ponts, marchés, hôtels des ventes, galeries, biennales, marchands de couleurs, cercles mondains, associations d’artistes, show rooms, mégastores…) ; les interactions entre contraintes professionnelles, techniques et socio-psychologiques (la griffe, l’image d’un quartier).

– Médiatisation et stratégies différenciées de visibilité (enseignes, « triangle d’or », publicité, journaux spécialisés, revues financées par des galeristes, Internet…).

III/ Circulations et usages du luxe

– Les réseaux socio-professionnels et géographiques du marché du luxe, des lieux de production aux lieux de consommation ; relations verticales (négociants, producteurs, grossistes, industriels, financiers, détaillants…) et horizontales (réseaux de collaboration professionnelle, du local à l’international), etc.

– Jeu d’échelles et dynamiques territoriales du marché du luxe : quelles circulations pour quels produits (aires de chalandise) ? Les limites de la ville, de la région, du pays ; produits de luxe, dynamiques de proximité et mondialisation ; etc.

– Perpétuation, démocratisation, dévalorisation, réinvention du luxe ; quelles sources pour estimer l’élargissement du marché, les variations de la notion de luxe et la circulation des produits dans la société ? (le luxe à la campagne, le luxe populaire…) ; les mécanismes de diffusion du luxe et les rapports imitation/invention/ distinction ; les relations entre l’évolution du luxe et celle de la société.

IV/ L’économie intellectuelle du luxe

– Conceptions et usages socio-politiques du luxe : de la sphère privée à la sphère publique, luxe visible et luxe intime (maisons princière, bourgeoise), la parade sociale (carrosses, blasons, vêtements…).

– Le luxe dans tous ses états : munificence, prodigalité, gloire et préciosité etc.

– Le luxe des autres : sa place dans les récits de voyage, les utopies.

– Le luxe et ses opposants : réception et critique du développement du commerce du luxe ; le luxe, nécessité culturelle ou gangrène sociale ? Le luxe est-il une valeur ou un stigmate ? La querelle du luxe au siècle des Lumières et ses prolongements au XIXe siècle.

English version

The methods of production, display, circulation, and consumption of luxury goods will be the subject of this conference. The aim is to raise questions about growing specialization in a trade devoted to precious objects which are designed to make people and their surroundings more attractive. Specialists from different backgrounds will deal with these questions from many chronological, spatial and disciplinary perspectives. Diverse acadenic fields will thus be represented, among them history, art and design history, economics, literature, sociology, etc.

This interdisciplinary approach to the luxury market across a long period of time, from the Middle-Ages to the present day, will make it possible to contrast different experiences and underline continuities as well as changes. Luxury has often been discussed merely with reference to fine arts production. Here, in contrast, the objective is to reveal the richness and diversity of a phenomenon referred to as ‘luxury’, and the progressive emergence of specialized markets. Two specific approaches will thus be developed in the conference: on the one hand, a focus on people and goods, and on the other hand, a focus on points of sale and the material and symbolic power deriving from this particular sector of the economy. Indeed, luxury does not only derive from the methods and forms of the material economy; it is also a controversial value, a symbolically charged trade, a political argument, a religious controversy. These facets of luxury are either linked with or remote from the circuits of consumption, leading or following consumption practices. The papers, which may refer to French or foreign examples, should contribute to the following topics and perspectives:

I Luxury markets, merchants and goods.

– People (biographies, careers); middlemen, from producer to consumer (merchants, agents…); the professionalization of the sector, from workshop to specialized business (gallery owners, establishments selling luxury goods…).

– The organization of the luxury trade (administrative and professional methods, regulations and constraints, etc); growing specialization and the division into different trade associations (producers/merchants); from craftsmanship to luxury industry, from shops selling luxury goods to brands, from commercial houses to holding companies, to the creation of luxury groups on a global scale (LVMH, PPR, Richemont, Prada…) to industrial techniques (mass advertising, etc); the globalization of the luxury market.

– Raw materials and production; import and transformation; local know- how versus globalization; industrial techniques and processes; forms of subcontracting and delocalization; workers, technicians, industrialists, inventors of luxury and semi-luxury.

– The democratization of luxury objects (copies, fakes, plating, counterfeits, secondhand, fake luxury, semi luxury); traffickers (forgers, conmen, secondhand dealers, merchants).

– Categories of luxury: the notion of luxury goods across time, relativity of and fluctuations in the definition of luxury, levels of luxury (accessible, intermediate, prohibitive); case studies (jewellery, tapestry, clothing, watch-making, fine leather craft, car industry, wine, even services such as tourism or real estate).

– The art market (painting, sculpture, engraving) and commercial art (semi-luxury); luxury and the fine arts; a picture’s trajectory from the studio to the museum.

II The urban and architectural dimension of the luxury market.

– Display, staging, promotion: the luxury market and architectural innovation.

– The luxury business in urban space (streets, districts…); points of sale or storage and typical urban and social sites (shops, workshops, fairs, bridges, markets, salesrooms, galleries, biennials, society life, artists’ associations, show rooms, megastores…); interactions between professional, technical, and socio-psychological constraints (maker’s labels, the image of a district).

– Promotion through the media, different publicity strategies (trade cards, shop signs, the ‘Golden Triangle’, advertising, specialist magazines, journals sponsored by gallery-owners, the internet…).

III The circulation and uses of luxury.

– Socio-professional and geographical networks of the luxury market, from places of production to places of consumption; vertical relations (merchants, producers, wholesalers, industrialists, financiers, retailers…), and horizontal relations (networks of professional collaboration, from the local to the global), etc.

– The interplay of size and territorial dynamism in the luxury market: which circuits for which goods (catchment areas)? The limits of the city, the region, the country; luxury goods, the dynamics of the local and global, etc.

– The perpetuation, democratization, depreciation, reinvention of luxury; which sources account for the growing market, variations in the notion of luxury and the circulation of goods in society ? (luxury in the countryside, popular luxury…); mechanisms for the circulation of luxury, the relationships between imitation / invention / distinction: the relations between the evolution of luxury and the evolution of society.

IV The intellectual economy of luxury

– Conceptions and socio-political uses of luxury: from the private to the public sphere, visible and intimate luxury (royal and bourgeois households), ostentation (coaches, coats of arms, clothing…).

– Multifaceted luxury in all its forms: munificence, extravagance, glory, and preciousness etc.

– The luxury of others: in travel writing, utopias.

– Luxury and its opponents: the reception and criticism of the development of luxury commerce; luxury – a cultural necessity or social plague? Is luxury good or bad? The luxury debate in the Enlightenment and its continuation into the 19th century.

Modalités pratiques

– Les propositions de communication sont à envoyer à Alain Bonnet, maître de conférences habilité d’histoire de l’art à l’université de Nantes et à Natacha Coquery, professeur d’histoire à l’université de Lyon 2.

alainjeanclaudebonnet [at] gmail [point] com

natacha.coquery [at] wanadoo [point] fr

– Le délai pour l’envoi des propositions de communication est fixé au 1er janvier 2012.

– Comité d’organisation : LARHRA

– Comité scientifique :

Marco BELFANTI, université de Brescia

Bruno BLONDÉ, université d’Anvers

Alain BONNET, université de Nantes

Stéphane CASTELLUCCIO, université de Paris IV

Adeline COLLANGE, musée des Beaux-Arts, Nantes

Natacha COQUERY, université de Lyon 2

Damien COULON, université de Strasbourg

Jean-Claude DAUMAS, Institut universitaire de France, université de Besançon

Pascal JULIEN, université de Toulouse

Yannick LEMARCHAND, université de Nantes

Yann LIGNEREUX, université de Nantes

Lesley MILLER, Victoria and Albert Museum

France NERLICH, université de Tours

Maria-Anne PRIVAT-SAVIGNY, musées Gadagne, Lyon

Pierre VERNUS, université de Lyon 2

Patrick VERLEY, ex-université de Genève

Publication: Gérad Minaud – Les gens de commerce et le droit à Rome

Le vocabulaire latin est riche de termes évoquant les échanges et les transactions économiques, mais les Romains n’en ont laissé aucune définition.

Pour commencer, un examen diachronique des mots va faciliter la recherche, notamment en vérifiant par exemple si l’appellation de mercator ou celle de negotiator renvoyaient à un régime juridique particulier, parallèlement au statut civil des personnes (Romain ou non, libre ou esclave, femme, etc). Ce travail d’identification des acteurs conduit ensuite à voir de façon plus détaillée les rapports entre la vie commerciale et le droit.

Plusieurs questions, toujours d’actualité aujourd’hui, retiennent alors l’attention : qui pouvait faire du commerce, de quelle manière et où, quel contrôle exerçait l’autorité publique sur cette faculté, quelles règles s’appliquaient aux gens de commerce, dans quels métiers, comment s’organisaient leurs rapports juridiques, entre eux ou avec un tiers, de quelles juridiction relevaient-ils, etc ?

Le législateur romain avait en effet déjà cerné tous ces problèmes de la vie commerciale, mais plutôt que d’avoir bâti un droit commercial, c’est un droit des affaires innommé qu’il semble avoir mis en place au fil du temps. Au IVe siècle p.C., un statut administratif des gens de commerce et des juridictions commerciales donnent la timide impression de se manifester, mais l’Empire romain vivait son dernier siècle en Occident, et cette tendance ne put prospérer.

Gérard Minaud, diplômé de l’Institut supérieur de gestion (1984), docteur en histoire (EHESS, 2002) et docteur en sciences juridiques (Université Paul Cézanne Aix-Marseille III 2009), propose dans cet ouvrage le texte de sa dernière thèse : par son sujet elle s’inscrit dans la suite de son précédent ouvrage La comptabilité à Rome. Après avoir dirigé pendant près de vingt ans des entreprise industrielles, siégé au Conseil de prud’hommes de Marseille et au conseil d’administration d’institutions publiques, Gérard Minaud se consacre désormais à la recherche et à l’enseignement, il est notamment chercheur associé au Centre Camille Jullian (UMR 6573). Spécialiste de la gestion dans l’Antiquité romaine, ses travaux actuels portent sur la gestion du travail

 

Le commerce alimentaire à Tours au XVIIIème siècle : acteurs, espaces et pratiques

Maud Villeret
villeret (point) maud (at) univ-nantes (point) fr
Localisation des manuscrits disponibles :

  • Bibliothèque spécialisée d’histoire de l’université François Rabelais de Tours

  • Archives départementales d’Indre-et-Loire

  • Archives municipales de Tours.

Commerce : on entend par ce mot, dans le sens général, une communication réciproque ((DIDEROT Denis et D’ALEMBERT Jean le Rond, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Genève, Pellet, 1751.)).

La définition tirée de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert éclaire l’approche suivie au cours de nos recherches. Etudier le commerce alimentaire ne se résume pas à dresser des courbes de prix et d’approvisionnement, mais plutôt à étudier les modalités d’un échange entre des individus. A travers une approche économique et matérielle de la ville de l’Ancien Régime, différentes histoires se sont ouvertes à nous. L’histoire sociale tout d’abord, car au sein du commerce alimentaire coexistent différents groupes d’acteurs dont les liens sont tissés avec les fils de la solidarité ou du conflit. L’histoire des mentalités ensuite, car étudier l’alimentation sous l’Ancien Régime c’est approcher la peur, la peur de manquer, mais aussi la peur de s’empoisonner et toutes ces peurs entraînent des réactions variées : l’émeute, l’auto-surveillance. L’histoire du droit et de la criminalité enfin, car le commerce alimentaire est fait de règles, de normes et de fraudes, d’écarts à la norme1.

Nous avons choisi d’étudier le commerce alimentaire d’une ville moyenne, Tours, sur l’ensemble du 18ème siècle afin de mieux percevoir les déplacements géographiques des lieux marchands au sein de la ville. Notre choix s’est porté sur une localité qui regroupe en son sein des métiers jurés et des métiers libres.

Le petit commerce: une historiographie restreinte

S’il existe de multiples études sur les corporations de bouche en particulier, les recherches plus globales sont peu nombreuses. Le petit commerce dans son ensemble a été délaissé par l’historiographie au profit d’études jugées plus prestigieuses sur le grand commerce international. Ses acteurs sont eux aussi négligés, F-J Ruggiu dans son dernier ouvrage s’est étonné du vide historiographique qui touche la catégorie des artisans et des marchands en France, alors même qu’outre-manche, la middling sort est un sujet de prédilection pour les historiens modernistes2. Récemment, dans ce désert historiographique, l’ouvrage collectif La boutique et la ville ((COQUERY Natacha, dir., La Boutique et la ville. Commerces, commerçants, espaces et clientèles, XVIème-XXème siècle, Tours, Publication de l’Université François Rabelais-CEHVI, 2000.)) et l’habilitation à diriger des recherches non encore publiée de Natacha Coquery sur la boutique parisienne au XVIIIe siècle3 ont tenté de remettre le petit commerce au cœur des réflexions des historiens français.

Plus le domaine de recherche est banal, ancré dans la vie quotidienne, plus il a été délaissé par les historiens, a fortiori pour le secteur alimentaire en partie délaissé ou étudié par le biais des archives de métier, à travers le prisme déformant de l’organisation corporative. Ces dernières années  quelques travaux majeurs ont vu le jour, comme ceux de Madeleine Ferrières sur les peurs alimentaires4 et celui de Reynald Abad5. Steven Kaplan6 a, le premier, étudié un secteur majeur de l’alimentation dans sa globalité (c’est-à-dire une recherche sur l’intégralité du circuit commercial, de l’approvisionnement à la distribution, mais aussi une étude de ses différents acteurs). Enfin, la récente thèse d’Anne Montenach sur le commerce alimentaire à Lyon7 a beaucoup stimulé nos recherches et nous a ouvert des pistes de réflexion sur la caractéristique première du secteur : la multiplicité des acteurs et des espaces qu’ils occupent.

Les archives de police, une source privilégiée

Afin de mener à bien cette étude et d’en saisir les multiples facettes nous avons choisi d’utiliser deux types de sources. Les archives judiciaires, et plus particulièrement celles du lieutenant de police, constituent le fondement de l’étude. Nous avons trouvé dans ces fonds une grande diversité d’actes (plusieurs centaines ont été dépouillés) : procès verbaux, règlements, interrogatoires ou encore tournées d’inspection. Ces documents portent sur tous les acteurs du commerce alimentaire : ils ont permis d’approcher les marchands moins visibles que les maîtres jurés, comme les forains ou  les revendeurs extérieurs au cadre corporatif. D’autres sources plus sociales ont été mobilisées : près de 80 inventaires après décès ont fourni une multitude d’informations sur l’environnement matériel des commerçants de Tours, privé ou professionnel, une centaine de contrats de mariage ont été dépouillés et plus de deux cents individus ont été recherchés dans les registres paroissiaux.

Un fil conducteur : la variation d’échelle

Nous avons souhaité allier deux méthodes : l’une quantitative et l’autre qualitative. Grâce à l’étude des inventaires, les niveaux de richesse des commerçants alimentaires ont été évalués. Nous avons adopté une approche sérielle des archives judiciaires en dépouillant 84 procès verbaux pour fraude dressés au cours du 18e siècle. Parallèlement, ces mêmes sources nous ont permis de suivre des parcours singuliers, des destins d’hommes, de femmes et de leurs familles, seul moyen pour nous d’approcher les individus dans leur complexité et dans leur vérité, en s’éloignant d’un homme moyen et en se rapprochant de la notion d’Edoardo Grendi «l’exceptionnel normal»8. Ce travail résulte d’une tension permanente entre deux approches opposées l’une à l’autre par l’historiographie et porte le projet (sans doute déraisonnable) de les réconcilier. Cette appréhension de l’histoire doit beaucoup à la lecture de Jacques Revel ; fervent défenseur de la variation d’échelle, il rappelle qu’aucun niveau d’analyse (qu’il soit micro ou macro) n’a de suprématie sur l’autre9. Seule la combinaison des deux échelles, l’aller-retour incessant entre elles, permettent d’appréhender le feuilleté du social et donc sa complexité. Dans notre étude, les individus ne sont pas isolés de leur groupe social, la micro-histoire a trop tendance à minimiser l’importance du groupe voire à affirmer que le niveau macro se construit grâce au micro, à l’individu10. La société du XVIIIe siècle est très hiérarchisée, un individu s’identifie et se pense comme appartenant à un groupe et, dans l’étude présente, à un métier11. Affirmer cela ne revient pas à nier toute stratégie individuelle : si un individu appartient bien à une catégorie, il ne se résume pas non plus à elle. Il agit selon ses propres choix au sein d’un groupe ; il peut ainsi se conformer aux normes de ce dernier ou bien au contraire s’en écarter.

Le sujet étant vaste, certains points ont délibérément été mis de côté. Les circuits de l’approvisionnement en amont de l’échange commercial au sein de la ville sont peu traités : ce thème a déjà été bien défriché par Brigitte Maillard12. Nous nous sommes concentrée sur l’échange alimentaire dans l’enceinte de la ville, avec à l’esprit une question principale : comment le commerce alimentaire malgré son manque d’unité (des acteurs pluriels, des lieux de vente multiformes) est-il régulé, par quelles autorités et dans quelle mesure la politique d’approvisionnement de la ville est-elle couronnée de succès ?

Un commerce aux visages pluriels

Nos travaux ont démontré le regard ambigu porté sur les espaces commerçants. Les commerces collectifs (boucheries et poissonneries) sont rejetés hors les murs en raison de leurs nuisances. A l’inverse, marchés et boutiques sont des moteurs d’entraînement économique, ils suscitent la convoitise des quartiers qui en sont dépourvus. Leur localisation n’est pas uniforme dans l’espace urbain : les commerces de luxe (confiseries, pâtisseries) se regroupent dans les quartiers les plus aisés au plus près de leur clientèle, les boulangeries, boutiques de proximité par excellence sont disséminées dans toute la ville et les activités polluantes situées dans les quartiers périphériques souvent pauvres. La localisation des boutiques et marchés est remarquable par sa grande permanence dans le temps, fruit d’un héritage elle n’est pas pour autant immuable. Au cours du 18ème siècle, plusieurs intendants se succèdent à Tours dont le brillant intendant Du Cluzel. Sous son intendance, la ville s’ouvre à la circulation. Une nouvelle route est tracée : la route d’Espagne qui traverse verticalement Tours du nord au sud. Les grands travaux modifient considérablement la dynamique commerciale de la ville et bouleversent la répartition des commerçants de bouche. L’implantation d’un nouveau marché donne lieu à de véritables concurrences entre quartiers qui désirent à travers lui capter les parcours des habitants.

Tout comme il n’existe pas un unique espace commerçant, il n’existe pas un seul type de marchands. Revendeurs, forains, maîtres de métiers, veuves, les commerçants se coulent difficilement dans des moules préconçus. Inutile de chercher une unité de richesses ou d’honorabilité, l’unité est ailleurs, dissimulée dans l’identité des individus, dans leur esprit de corps. Un corps qui peut connaître des conflits, des maux divers en son sein, mais qui se construit autour d’une identité commune. Cette identité trouve ses racines dans l’opposition ; ses anticorps, pour filer la métaphore, en sont le fondement. Les revendeuses de menues denrées viennent d’horizons divers mais lorsqu’elles sont menacées de déplacement par le corps de ville, elles s’unissent, font groupe pour s’y opposer. L’esprit de corps n’est pas uniforme, il est à la mesure de l’organisation qui le structure, il est donc beaucoup plus fort dans les communautés de métier. Ces dernières sont bien vivantes et ne peuvent se résumer à des coquilles vides, les réseaux professionnels et familiaux l’attestent. Ainsi 79% des 174 commerçants alimentaires établis en 1777 ont repris le métier de leur père. La stricte homogamie atteint 39% chez ces mêmes individus, le record étant détenu par les bouchers qui se marient dans 82% des cas avec une fille issue de la même profession. L’appartenance à un groupe influe directement sur les stratégies individuelles même si elle n’est pas l’unique moteur. Le métier est l’élément dominant de l’identité d’un individu, le cas de la communauté des bouchers, extrême il est vrai, en est une illustration parfaite.

Pluralité des espaces, pluralité des marchands mais aussi des rapports entre les différents acteurs de la scène marchande, nous avons été confrontée à une économie composite. L’hétérogénéité ne doit cependant pas induire en erreur et être assimilée à un cloisonnement : bien au contraire, chaque partie de ce secteur commercial est en forte interaction avec les autres, le marché ne se développe pas sans ses voisines les boutiques, les boutiquiers ne prospèrent pas sans l’apport des forains. D’où l’intérêt d’une histoire sociale qui s’intéresse à la fois aux relations entre les différents groupes et entre les différents acteurs. Les deux échelles, les deux niveaux d’analyse, sont indissociables.

Un commerce sous surveillance

La multiplicité des espaces et des acteurs impose une surveillance pointilleuse des échanges commerciaux dans un secteur aussi vital pour la population. L’ensemble des acteurs participent au contrôle du commerce alimentaire, qu’ils soient marchands, clients ou commissaires de police, tous vérifient avec zèle les agissements de chacun. Les réglementations sont strictes et leur diversité semble en mesure de prévenir tous les abus : les temps, les espaces, les pratiques commerciales sont réglementées. Les tentatives d’accaparement de marchandises sont les plus surveillées afin d’éviter les émotions populaires. Les métiers de bouche assurent un véritable service public : bouchers, poissonniers et boulangers doivent avoir des étaux suffisamment garnis pour satisfaire la clientèle. Les prix de nombreux aliments sont fixés ce qui donne lieu à des querelles interminables entre les autorités de police et les marchands qui contreviennent volontiers à ces tarifs.

La fraude : une répression modulée

Malgré l’implication très forte des forces régulatrices, le secteur de l’alimentation n’échappe pas à la fraude. Ici encore, il est inutile de chercher une unité : tous les marchands y participent, quel que soit leur sexe ou leur statut. Il est facile de basculer dans le camp des fraudeurs. Les temps interdits comme le carême, les heures de marché imposées pour éviter les accaparements sont allègrement contournés, les poids des marchandises sont  faussés et leur qualité souvent déficiente. Les pratiques frauduleuses sont multiples et les consommateurs en sont les principales victimes. Mais les sanctions infligées aux contrevenants sont sans commune mesure avec la peine réellement encourue, inscrite dans les règlements de police. Les types de sanctions sont d’une sévérité relative, proportionnelle à la nature des délits : saisie de poids faux, saisie de marchandise non réglementaire, et dans une moindre mesure, le remboursement des clients lésés. Les amendes sont rares, elles représentent 23% des sanctions relevées. Cette relative clémence démontre à quel point la gestion du secteur alimentaire est complexe.

Encadrer, surveiller, protéger le consommateur et par là même l’ordre public, sans toutefois décourager les marchands d’approvisionner la ville, telle pourrait être la devise des autorités locales. L’histoire que nous avons retracée ici est donc celle du compromis, dans la seule fin d’assurer l’ordre public qui, sous l’Ancien Régime, est encore fortement déterminé par le niveau d’approvisionnement de la population.

  1. CERUTTI Simona, « Normes et pratiques, ou de la légitimité de leur opposition », dans LEPETIT Bernard, dir., Les formes de l’expérience : une autre Histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995, p. 127-149. []
  2. RUGGIU F-J, L’individu et la famille dans les sociétés urbaines anglaises et françaises 1720-1780, Paris, collection Roland Mousnier, Presses universitaires Paris Sorbonne, 2007. RUGGIU François-Joseph, BEAUVALET Scarlett, GOURDON Vincent, « Réseaux et mobilités à Paris au milieu du 17e siècle », Histoire économie et Société, n°4, 1998, p. 547-560. []
  3. COQUERY Natacha, La boutique à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Université de Paris I- Panthéon Sorbonne, HDR dactylographiée, cinq volumes, 2006. []
  4. FERRIERES Madeleine, Histoire des peurs alimentaires. Du moyen âge à l’aube du XXème siècle, Paris, Le Seuil, Collection l’univers historique, 2002. []
  5. ABAD Reynald, Le grand marché : l’approvisionnement alimentaire de Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2002. []
  6. KAPLAN Steven L., Le meilleur pain du monde. Les boulangers de Paris au 18ème siècle, Paris, Fayard, 1996 []
  7. MONTENACH Anne, Espaces et pratiques du commerce alimentaire à Lyon au 17ème siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009. []
  8. REVEL Jacques, dir., Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Hautes Etudes/ Gallimard/ Le Seuil, 1996, p. 31. []
  9. REVEL Jacques, op. cit., introduction. []
  10. ROSENTAL Paul-André, « Construire le macro par le micro : Frédrick Barth et la microstoria », dans REVEL Jacques, dir., Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Hautes Etudes/ Gallimard/ Le Seuil, 1996. []
  11. Voir sur ce point la brillante introduction de l’ouvrage dirigé par Fanny COSANDEY, Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, EHESS, 2005. []
  12. MAILLARD Brigitte, Les campagnes de Touraine au 18ème siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998. []

Manufrance: que reste-t-il de nos amours ?

Date et lieu: 01 juin 2011,  Saint-Étienne

Manufrance : que reste-t-il de nos amours ? 100 ans d’innovation, 100 000 m2 de friche, des millions de souvenirs…

Créée en 1885 à l’initiative conjointe d’Etienne Mimard et de Pierre Blachon, la Manufacture française d’armes et de cycles de Saint-Étienne (Manufrance), s’est élevée en l’espace d’un siècle au rang de symbole industriel et commercial de la ville. Entreprise mythique et emblématique, Manufrance sera le sujet d’un colloque international aux débats ouverts et transdisciplinaires, mêlant présentation de films, tables rondes, interventions scientifiques et parcours patrimoniaux. A travers ce colloque international, nous souhaitons faire notre la célèbre devise « bien faire et le faire savoir ». L’Université Jean Monnet lance cet appel à contributions internationales et interdisciplinaires. Une publication est envisagée. Le comité scientifique présidé par Monsieur Pierre Lamard est placé sous la présidence d’honneur de Monsieur Denis Woronoff.

Texte de l’annonce sur Calenda.