Archives par mot-clé : APSES

Quel rôle pour les programmes scolaires dans la refondation de l’école ?

 

Le Samedi 24 novembre 2012, au Salon de l’Education, avec le soutien de la Ligue de l’enseignement,

L’Association des professeurs de sciences économiques et sociales
organise une table ronde sur le thème :

Quel rôle pour les programmes scolaires dans la refondation de l’école ?


Parce que l’école concerne les jeunes de plus en plus longtemps, son rôle dans l’influence des comportements des individus une fois devenus adultes est manifeste. Il est donc légitime que les contenus d’enseignement et les pédagogies pratiquées soient une préoccupation majeure des citoyens et des responsables politiques. Choisir un programme scolaire, sélectionner parmi les savoirs et savoir-faire possibles ceux dont on va privilégier la transmission n’est donc pas un choix anodin : au contraire, ce choix concerne l’ensemble de la société, et traduit en programmes scolaires les objectifs de formation citoyenne qu’elle se donne. Construire un programme, c’est participer à la définition des finalités de l’Ecole : c’est un enjeu démocratique majeur. Ce travail ne peut donc pas être qu’un travail d’experts en éducation, et ne peut se faire dans l’opacité : c’est un choix qui engage la société de demain, qui doit donc reposer sur une réflexion et des choix aussi bien scientifiques qu’éthiques, civiques et politiques.
 
Alors que le gouvernement actuel affiche son ambition de refonder l’Ecole, et que le ministre Vincent Peillon a annoncé qu’il souhaitait instaurer un Conseil Supérieur des Programmes afin de procéder à une réécriture démocratique de ceux-ci, l’Apses (association des professeurs de sciences économiques et sociales) souhaite participer au débat sur les programmes scolaires : des universitaires, enseignants, formateurs, pédagogues seront réunis samedi 24 novembre de 14h à 16h au forum Condorcet (Cité de l’éducation, Hall 7.2) pour débattre de la confection des programmes : compte-tenu des enjeux majeurs dont ils sont porteurs, qui peuvent être les acteurs compétents et légitimes pour les construire ? Comment doivent-ils travailler ?
 
Pour éclairer cette question, l’accent sera particulièrement mis sur les programmes de sciences économiques et sociales, qui font, depuis plusieurs décennies, l’objet de vives controverses de la part d’acteurs aussi variés que des organisations patronales, des médias ou encore des organisations politiques. Souvent pointés du doigt comme responsable de « l’inculture économique des français », les programmes de SES ont été profondément remaniés à l’occasion de la réforme du lycée, sans concertation du monde enseignants et du monde universitaire dans sa diversité. Aujourd’hui largement contestés par les enseignants et de nombreuses associations d’enseignants-chercheurs d’économie, de sociologie et de sciences politiques, ces programmes restent dans l’œil du cyclone médiatique, déchaînant, à l’instar des programmes d’histoire-géographie, les polémiques les plus vives. Alors qu’en France, le levier des programmes a trop peu été utilisé pour faire avancer la démocratisation scolaire, il nous semble qu’ils sont pourtant, et particulièrement en ce qui concerne les sciences humaines et sociales, emblématique d’enjeux scolaires, sociaux et politiques centraux.
 
Seront présents à cette table ronde :
Laurence De Cock, historienne et co-fondatrice du collectif Aggiornamento histoire-géographie ; Gisèle Jean, ex directrice IUFM de Poitiers et formatrice ; Igor Martinache, membre du bureau national de l’Apses ; André Orléan, économiste ; Philippe Watrelot, Président du CRAP-Cahiers pédagogiques.
 
La table ronde sera animée par le journaliste Emmanuel Lévy.

En marge de ce débat, l’Apses tiendra une table d’information sur la série ES, ses atouts et ses débouchés, à destination de tous, et particulièrement des élèves et de leurs parents. Ce stand sera animé par une équipe d’enseignants de SES, et Bruno Magliulo, spécialiste des questions d’orientation et auteur de « Que faire avec un bac ES ? ».
 
 
Informations pratiques :
Samedi 24 novembre 2012, de 14h à 17h,
 au Salon de l’Education, Mo Porte de Versailles
Cité de l’éducation, Hall 7.2, Forum Condorcet <http://www.salon-education.com/index.php?option=com_content&amp;view=article&amp;id=61&amp;Itemid=67>
Relation presse et demande de renseignements, pour le BN de l’Apses : amelie.jeammet@free.fr <mailto:amelie.jeammet@free.fr>  / 06 62 78 11 26
Entrée gratuite

Courrier de l’APSES au Ministre de l’Education nationale

 

Demande urgente d’audience au ministère par l’APSES pour cause de programme infaisable en Terminale…

A peine 3 semaines que la rentrée a eu lieu et pas un jour ne passe sans que nous ne recevions des mails de collègues affolés ou en colère tellement le programme de terminale est encyclopédique, confus, mal structuré, inutilement complexe… bref tellement il est impossible à enseigner dans une classe devant (et encore moins avec) de vrais élèves.
Nous sommes contraints à renoncer à la diversité des dispositifs pédagogiques (c’est-à-dire à renoncer à notre métier), et déjà, alors que nous ne sommes encore qu’au tout début de l’année, la certitude que nous ne finirons pas le programme est évidente, que la réussite des élèves les plus fragiles est compromise et que la formation du citoyen est empêchée.
Pour boucler ce programme, chacun des 15 chapitres doit être expédié en 15 jours, soit 10h de classe, ce qui est insuffisant pour de nombreux chapitres, mais c’est sans compter les évaluations, les corrections, les exercices d’entraînement à faire en classe avec les élèves… ni les ponts, les sorties scolaires, les journées d’information à l’orientation, les absences pour stage des enseignants etc
On ne peut pas accepter qu’un programme contraigne les enseignants à utiliser tout le temps de classe à seulement transmettre des connaissances et ne permette plus de former les élèves à l’analyse de documents, aux techniques de l’argumentaiton, l’apprentissage de la problématisaiton, la construction d’une introduction, d’un plan etc
Aussi, nous insistons pour que les allègements que vous aviez évoqués lors de notre dernière rencontre, mais seulement pour la rentrée 2013, entrent en vigueur dès cette année (et que les nouvelles épreuves soient aménagées). Dès cette année, avant qu’un nouveau groupe d’experts ne planche sur de nouveaux programmes et de nouvelles épreuves pour les rentrées 2013 (première) et 2014 (terminale).
Il le faut pour protéger les élèves qui passeront le bac en juin 2013.

A cet effet, nous demandons à nouveau à être reçus en audience au cabinet du Ministre Vincent Peillon.

Veuillez agréer, Messieurs, l’expression de notre sincère dévouement au service public d’Education ainsi que nos respectueuses salutations.