Présentation de l’association

[Ce billet collectif a été co-écrit par : Patrice Baubeau ; Guillaume Daudin ; Stéphane Le Bras ; Claire Lemercier ; Nicolas Marty et Émilien Ruiz et a fait l’objet d’une première publication sur Devenir historien-ne]

Fondée en 1965, l’Association française d’histoire économique (AFHE) regroupe les chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants dont les travaux se rapportent à l’histoire économique, de l’Antiquité à nos jours et sur tous les terrains géographiques, sans se limiter aux historiens dans une définition disciplinaire étroite.

L’association a d’ailleurs changé de nom il y a quelques années en passant d’Association française des historiens économistes à Association française d’histoire économique. En abandonnant une formule prêtant à confusion (les historiens seraient aussi des économistes) l’AFHE soulignait ainsi son ouverture à des chercheurs d’autres spécialités.

En effet, conformément à la tradition française dans ce domaine, l’AFHE définit l’histoire économique de manière très ouverte, incluant les travaux aux frontières de l’histoire sociale, politique, urbaine, des sciences et techniques, de la gestion, etc. Elle est ouverte à toutes les méthodes quantitatives et qualitatives et à toutes les échelles de travail.

Grâce à cette approche transversale de l’histoire économique, l’AFHE est l’une des (rares) associations qui réunit des spécialistes de toutes les périodes historiques.

Comme toutes les associations, l’AFHE est dirigée par un bureau (président.e ; secrétaire général.e ; trésorier.ère), auquel s’ajoute 4 vice-présidents représentants les quatre périodes historiques. L’organe décisionnel de l’association est le comité directeur, composé de 19 membres élus pour trois ans, des anciens présidents et secrétaires généraux de l’association qui y siègent de droit.

Quelles sont les activités de l’AFHE ?

La liste de diffusion de l’AFHE, gratuite, compte plus de 1 100 abonnés. Elle met également à disposition de tous un site consacré à l’actualité de l’histoire économique et de l’histoire de la pensée économique, ne se limitant pas aux activités des adhérents de l’association.

L’association participe en tant que telle à des événements scientifiques ou grand public liés à l’histoire (comme les Rendez-Vous de l’Histoire de Blois) et elle organise régulièrement des rencontres : une journée d’études tous les ans, à l’occasion de son assemblée générale ; un congrès national tous les trois ans, lors du renouvellement de ses instances. Celui-ci est également ouvert aux collègues étrangers et les actes en sont publiés.

Par ailleurs, l’AFHE tâche d’encourager la recherche en histoire économique en distribuant des bourses, sur ses fonds ou avec le soutien de partenaires, notamment en direction des doctorants et des docteurs :

  • des bourses de voyage pour faciliter le financement des déplacements de doctorants au Congrès d’histoire économique mondiale (WEHC) organisé par l’International Economic History Association (IEHA) tous les trois ans.
  • des prix de thèse, distribués tous les deux ans à deux thèses soutenues dans les deux années précédentes, et financés avec l’appui de BNP-Paribas.

De plus, par le biais des comités bi nationaux, l’AFHE essaie de faire vivre les relations avec les associations étrangères équivalentes. C’est le cas, avec l’AEHE (Asociación española de historia económica) au sein du comité franco espagnol d’histoire économique AFHE-AEHE. Programmes communs, confrontations et comparaisons, traductions, contacts entre universitaires seniors et jeunes chercheurs en sont les principaux moteurs.

Une association pionnière dans la transparence des recrutements universitaires

C’est sur le site de l’AFHE qu’est hébergé le « wiki auditions histoire« . Depuis 2011, participant d’un mouvement plus général, il vise à rendre facilement accessible toutes les informations relatives aux recrutements de maîtres de conférences et professeurs en histoire des sections 21 (Histoire, civilisations, archéologie et art des mondes anciens et médiévaux) et section 22 (Histoire et civilisations : histoire des mondes modernes, histoire du monde contemporain ; de l’art ; de la musique) du Conseil national des universités.

Il s’agit d’une initiative participative. Tout le monde (enseignants-chercheurs, membres des comités de sélection, candidats et candidates) peut faire parvenir des informations qui y seront ajoutées.

Ce suivi des recrutements reçoit le soutien de nombreuses associations professionnelles d’historiens: à ce jour, outre l’Association française d’histoire économique qui l’héberge sur son site) : l’Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche ; le Comité français des sciences historiques ; la Société de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle ; la Société française d’histoire urbaine ; l’Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre – Mnémosyne et la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public.

En mai 2012, la section 22 du CNU à pris la décision suivante : “Soucieuse de favoriser la plus grande transparence dans les procédures de recrutement des enseignants-chercheurs par les comités de sélection, la 22e section du CNU s’associe unanimement à l’initiative wiki audition et appelle tous les collègues concernés à livrer les informations nécessaires à la vie et la reconnaissance de ce site”.

Vous pouvez aussi suivre l’actualité du wiki-audition histoire sur sa page facebook.

Je suis enseignant et/ou chercheur, pourquoi adhérer à l’AFHE ? Et si je suis étudiant en Master ou doctorant ?

Adhérer à l’AFHE permet de défendre l’histoire économique, notamment dans les programmes du secondaire ou dans les recrutements universitaires. Par votre adhésion, vous lui donnez également les moyens d’assurer une veille scientifique et d’enregistrer la mémoire de notre discipline.

Les deux ouvrages récemment parus sous la direction de Jean-Claude Daumas (L’Histoire économique en mouvement1, 2012 et Faire de l’histoire économique aujourd’hui, 2013) doivent ainsi beaucoup à l’AFHE. Ces ouvrages – et c’est un autre avantage de l’adhésion – ont par ailleurs été gracieusement expédiés à tous les adhérents (à jour de cotisation). Il en ira de même des actes du colloque de Roubaix de novembre 2013.

Les étudiants qui souhaitent postuler aux différentes bourses de l’AFHE, doivent pour cela adhérer préalablement à leur candidature. Enfin, l’adhésion donne accès gratuitement aux congrès de l’AFHE.

Deux retours d’expérience

Claire Lemercier : Dans mon expérience personnelle, lorsque j’étais jeune docteure, adhérer à l’AFHE et me rendre à ses manifestations m’a permis de rencontrer très vite différents collègues au-delà de ma spécialité étroite, ce qui est intéressant intellectuellement et ne peut pas nuire pour les recrutements. J’ai regretté alors de n’avoir pas connu l’association pendant ma thèse, ce qui m’aurait par exemple permis de découvrir plus tôt certains pans de bibliographie. Certes, à l’époque, la liste et le site n’existaient pas : aujourd’hui, on peut avoir accès aux informations rassemblées par l’association sans y adhérer. Mais cela ne remplace pas les rencontres personnelles lors des réunions ou manifestations scientifiques. Comme toutes les associations, l’AFHE a des difficultés à trouver des membres acceptant de s’impliquer dans son fonctionnement (gestion du site et de la liste, organisation des colloques, etc.), car nous sommes tous sur-occupés. Du coup, il y a de la place pour des jeunes motivés qui peuvent ainsi se faire connaître hors de leur cercle local et faire des expériences utiles.

De manière moins intéressée, il me paraît fondamental que des “sociétés savantes”, comme on dit, comme l’AFHE continuent à exister. De mon côté, je n’ai quitté les instances de l’AFHE que pour contribuer à essayer de faire grandir l’association généraliste d’histoire contemporaine, paradoxalement moins connue. Mon modèle en la matière est le dynamisme des associations de sociologie et de science politique, qui couvrent même leur discipline entière. Celles-ci sont particulièrement actives pour essayer d’assurer la transparence et l’équité dans les recrutements, mais aussi pour défendre leur discipline : par exemple, l’affaire Teissier a été clé dans la montée en puissance de l’AFS.

Enfin et peut-être surtout, depuis quelques années, les politiques de mise en concurrence et de regroupement de laboratoires ou d’universités poussent chacun.e à ne plus travailler qu’avec ses collègues direct.e.s. C’est très préjudiciable à l’avancée des recherches, et les sociétés savantes peuvent représenter à cet égard un pôle de résistance par le maintien de liens transversaux – même si c’est précisément pour cela qu’elles sont menacées, elles qui doivent toujours grappiller dans les ressources de tel ou tel pour trouver une salle ou un emplacement sur un serveur, alors même que par définition elles ne se veulent pas mono-site (voir à ce sujet l’appel lancé par la Association française d’études américaines).

Stéphane Le Bras : En ce qui me concerne, j’ai adhéré lors de ma dernière année de préparation de thèse après avoir participé au congrès de l’AFHE. Ma démarche a été triple. Tout d’abord, il s’agissait, dans un milieu universitaire construit par les réseaux et où l’importance des relations interpersonnelles est fondamentale, de m’inscrire dans une dynamique qui me semblait porteuse et fructueuse, d’autant plus que j’étais alors enseignant dans une université de taille moyenne et isolée géographiquement (Pau). En ce sens, participer au congrès a été un véritable déclic sur le plan humain. J’y ai rencontré des personnes disponibles, prévoyantes et attentives. Mon adhésion résultait alors d’une démarche utilitariste, mais également humaine. Ensuite, il me semble que, dans une logique concurrentielle entre disciplines et spécialités qui nous dépasse parfois, l’histoire économique mérite une visibilité et un dynamisme que seule une association forte, solide et entreprenante peut assurer. Dans ma réflexion, participer, dans un premier temps comme adhérent et peut-être plus tard comme membre plus actif, à l’association était le gage d’un soutien à un mouvement dans lequel, je l’avais bien senti lors du congrès, toutes les sensibilités et tous les pans de la recherche économique étaient représentés. Enfin, plus prosaïquement, adhérer me semblait être également un moyen de continuer à faire fonctionner les outils dont nous disposons (carnet de recherche, site internet, liste de diffusion) et qui sont très utiles pour pouvoir rester en contact direct avec la réalité et l’actualité de la recherche historique.

En définitive, alors doctorant puis candidat aux recrutements pour un poste de MCF, participer au congrès et adhérer dans la foulée ont été pour moi synonymes d’un triple avantage : engranger de confiance et légitimité face au regard critique de collègues spécialistes lors du congrès ; élargir mes réseaux et m’inscrire dans un mouvement associatif offrant visibilité et pourvoyeur d’informations (bibliographie, actualités, tendances) ; aborder avec plus de sérénité la phase de recrutement durant laquelle j’ai pu obtenir informations et conseils, permettant – quelque peu – de déconstruire les représentations que l’on se fait du processus.

Je partage enfin totalement l’avis de Claire Lemercier sur l’importance des associations. Celles-ci permettent un lien social et humain primordial, notamment face à la mise en concurrence qui existe entre chercheurs et entre disciplines. Par ailleurs, elles assurent également des rencontres qui, au-delà de l’aspect purement humain, permettent de mettre en perspective ses propres recherches et d’enrichir ses réflexions en étant confronté à d’autres méthodes, d’autres modes de pensée, d’autres approches. C’est, à mon avis, primordial tout au long de la carrière de chercheur, mais peut-être encore plus à ses débuts, notamment dans la rencontre avec des spécialistes de questions sur lesquelles on a été amené à travailler en tant que jeune chercheur. C’est ce brassage, des idées, des personnes, des ingénieries méthodologiques, des générations qui s’avère tout particulièrement fécond et productif.

 

Adhérent à l’AFHE, je souhaite contribuer au carnet : comment faire ?

Le carnet de recherche de l’AFHE, hébergé sur Hypothèses.org, est animé par des membres de l’Association française d’histoire économique.

Complémentaire à la liste de diffusion (histoire_eco@cru.fr) ce site a d’abord pour ambition de faire connaître aux chercheurs (historiens, économistes, sociologues, gestionnaires…) des informations variées sur l’actualité de la recherche en histoire économique. Annonces de colloques, de publications, diffusion d’appels à projets, appel à contributions, etc.

Lorsque vous partagez des informations sur la liste de diffusion de l’AFHE, celles-ci sont donc reprises sur le site.

Carnet de recherche de l'AFHE sur Hypotheses.org
Carnet de recherche de l’AFHE sur Hypotheses.org

L’objectif est de contribuer à la visibilité de l’histoire économique en facilitant les échanges intellectuels entre les chercheurs et en offrant un espace ouvert aux questions qui stimulent la communauté scientifique.

Pour contribuer à l’enrichissement du contenu de ce carnet, vous avez donc plusieurs possibilités :

  • vous animez un séminaire, organisez une journée d’études ou un colloque : n’hésitez pas à nous proposer un compte rendu à publier sur le site ;
  • vous souhaitez donner de la visibilité à votre thèse, à votre habilitation à diriger des recherches : n’hésitez pas à nous proposer un long résumé ou le texte de votre soutenance pour publication sur le carnet ;
  • vous avez dirigé une recherche de Master, un doctorat qui vous semble mériter une mention sur le carnet : n’hésitez pas à nous mettre en relation avec vos étudiants ;
  • vous venez de soutenir un doctorat en histoire économique et vous souhaitez mettre en ligne votre position de thèse (discours de soutenance) ? N’hésitez pas à nous contacter.

Enfin, le carnet peut tout à fait accueillir vos comptes rendus d’ouvrages publiés dans des revues (sous réserve que vous ayez obtenu l’accord du comité de rédaction pour cette reproduction).

*

Alors, tenté.es ? N’hésitez pas à visiter le carnet de l’AFHE, et à jeter un œil au bulletin d’adhésion

_________________________________________________

Publication initiale : Patrice Baubeau, Guillaume Daudin, Stéphane Le Bras, Claire Lemercier, Nicolas Marty et  Émilien Ruiz, « Découvrez… l’Association française d’histoire économique (AFHE)« , Devenir historien-ne, 13 octobre 2014.

_________________________________________________

  1. Dont vous avez pu lire une brève recension ici même… Voir : « Où va l’histoire économique française ?«  []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *