Comptabilité d’entreprises et Histoire XIX-XXe siècles. Objets, pratique et enjeux

HISTOIRE – ENTREPRISE & GESTION

Groupe de travail piloté par

Didier Bensadon Université Paris Dauphine Nicolas Praquin Université Paris Sud

Béatrice Touchelay Université Paris Est Créteil Philippe Verheyde Université Paris VIII

1e Journée d’études

VENDREDI 17 JUIN 2011

Comptabilité d’entreprises et Histoire XIXe-XXe siècles

objets, pratiques et enjeux

UNIVERSITE PARIS VIII – IDHE/CNRS

Bâtiment D Salle D 002 (amphi rdc)

(informations et plan d’accès sur www.idhe-paris8.fr)

8h45 – 9h15

● accueil des participants

9h15 – 9h30

● Introduction

Philippe Verheyde (université Paris 8 – IDHE)

9h30 – 11h

Première session – présidence Michel Margairaz (université Paris I – IDHE)

François Pasqualini, (université Paris Dauphine)

Le regard d’un juriste sur l’idée d’entreprise, XIXe-XXe siècles.

Danièle Fraboulet (université Paris XIII)

De l’intérêt des bilans d’entreprise pour l’histoire.

Discussion

11h – 11h15 pause café

11h15- 12h45

Deuxième session – présidence Albert Broder (université Paris Est Créteil)

Yannick Lemarchand (université de Nantes)

Savoirs et pratiques comptables de l’entreprise agricole expérimentale dans la France du XIXe siècle.

Boris Deschanel (université Paris I)

Apprendre et transmettre les pratiques comptables au début du XIXe siècle : l’exemple des milieux d’affaires dauphinois

Discussion

12h45- 14h pause déjeuner

14h – 16h30

Troisième session – présidence Anne Pezet (université Paris Dauphine)

Jean-Claude Daumas (université de Franche-Comté)

Acteurs et enjeux des réformes de la comptabilité d’entreprise : le cas de Blin & Blin

Jacques Richard (université Paris Dauphine)

Histoire de la comptabilité des chemins de fer allemands et la révolution comptable du XIXe siècle

Pierre Gervais (université Paris VIII – IDHE°)

Profits et pertes : réflexions sur le fonctionnement et les objectifs de la comptabilité à l’époque moderne.

Discussion

● Conclusions

Didier Bensadon (université Paris Dauphine)

Contacts et inscription obligatoire avant le 17 mai (pour déjeuner) auprès de : phil.verheyde@orange.fr

Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire et de la géographie

En ce premier week end de véritable printemps, nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance du blog Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire et de la géographie.

Ce carnet a pour objet de proposer une réflexion et des propositions dansl’optique d’un renouvellement de l’enseignement de l’histoire et de la géographie scolaires et universitaires. Il réunit une équipe d’enseignants et de chercheurs de différentes disciplines et degrés d’enseignement qui souhaitent tout à la fois organiser une veille en ce domaine et construire un espace de discussions et de propositions à destination de la communauté éducative et du grand public. Il s’agira de discuter aussi bien des questions de programmes, de pratiques, d’épistémologie des deux disciplines, en confrontant des travaux scientifiques, des analyses et des témoignages. L’un des objectif principaux est de permettre l’organisation d’assises pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire-géographie, prévues en 2012.

Les billets publiés sur ce blog sont soumis à un comité de lecture composé de Suzanne Citron, Laurence De Cock, Patricia Legris, Philippe Olivera et Emmanuelle Picard. Toute personne intéressée peut envoyer des propositions à l’adresse suivante: hypotheses (point) aggio (at) yahoo (point) fr

Il s’accompagne de la mise en place d’un groupe de discussion (les messages sont modérés) auquel toutes les personnes intéressées sont invitées à participer. Vous pouvez vous y inscrire en envoyant en message à l’adresse du blog, en précisant que vous souhaitez participer au groupe de discussion.

Rural History Network International Conference

The IISH organizes the ESSHC once every two years. The conference does not have a central theme and welcomes papers about all periods and subjects. The main objective of the conference is to introduce historians who use the insights and techniques from the social sciences to social scientists that focus on the past in their research and vice versa.

Glasgow – du 11 au 14 avril 2012

Date limite de dépôt des projets de communication : 1 mai 2011

http://www.rhi.wur.nl/UK/RHN/Glasgow/

L’économie et les institutions : une perspective historique

The study of the relations between the economy and the institutions has been gaining relevance in the social sciences. Adopting a perspective of the institutions which is not confined to the restricted field of economic organizations, but it includes a whole set of rules, beliefs and norms that influence the economy, it remains open a vast field of research which has always been central among historians: analyze and understand, in historical context, changes and permanencies of the social factors that make up the institutions. The institutional framework that distinguishes each economic space or country at a particular historical context contains an important part of understanding on the performance of their economies. In this sense, our aim is that the 31stMeeting of the Portuguese Association of Economic and Social History will be an important moment of reflection, in historical perspective on economics and institutions. The 31st APHES Conference invites the national and international scientific community to participate in this debate, submitting thematic panels or individual papers. PhD and Master’s students will find in the Conference a special space for participation.

Coimbra – du 18 au 19 novembre 2011

Date limite de dépôt des projets de communication : 30 avril 2011

http://www4.fe.uc.pt/aphes31/

Gérer autrement

Les crises financière, économique et sociale que nous connaissons questionnent non seulement l’efficacité des pratiques de gestion des organisations mais aussi leur légitimité. La gestion instrumentale rigoureuse conçue hier comme un gage de prospérité est aujourd’hui dénoncée comme la source de maux profonds : « la société est malade de la gestion ». Dès lors, il apparaît urgent d’interroger les notions de performances et de repenser les pratiques, qu’il s’agisse de la finance, la gouvernance, l’entrepreneuriat, le management ou la formation à la gestion elle-même, qui permettront d’atteindre cette conception renouvelée de la performance

Lors de cette journée de recherche, nous souhaitons explorer certaines pistes qui offrent une alternative aux pratiques de gestion traditionnelles sans pour autant relever de l’économie sociale et solidaire. Comment peut-on aujourd’hui gérer les organisations de sorte que l’on restaure leur légitimité et que l’on concilie celle-ci avec la performance ?

Évry – 24 juin 2011
Date limite de dépôt des projets de communication : 18 avril 2011
http://calenda.revues.org/nouvelle19391.html

Appel de l’ANR – Sociétés innovantes – Innovation, économie, modes de vie

Ce programme se structure autour de 4 axes thématiques:

  • Innovations et représentations
  • Innovations, changements sociaux et modes de vie
  • Innovations et modèles économiques
  • Configurations, acteurs, dynamiques.

Il ambitionne notamment de renforcer les partenariats de recherche entre entreprises et équipes de sciences sociales et humaines. Il s’agit de pratiquer une interdisciplinarité systématique entre laboratoires et entreprises de divers champs thématiques (STIC, nanotechnologies, matériaux, énergie, transport, habitat, environnement, production agricole et alimentaire, procédés industriels, santé, etc.) et les sciences humaines et sociales (sociologie, économie, histoire, géographie, psychologie…) qui s’intéressent aux comportements individuels et sociaux et aux modèles économiques.

Date limite de dépôt des projets : 25 mai 2011

Le commerce alimentaire à Tours au XVIIIème siècle : acteurs, espaces et pratiques

Maud Villeret
villeret (point) maud (at) univ-nantes (point) fr
Localisation des manuscrits disponibles :

  • Bibliothèque spécialisée d’histoire de l’université François Rabelais de Tours

  • Archives départementales d’Indre-et-Loire

  • Archives municipales de Tours.

Commerce : on entend par ce mot, dans le sens général, une communication réciproque ((DIDEROT Denis et D’ALEMBERT Jean le Rond, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Genève, Pellet, 1751.)).

La définition tirée de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert éclaire l’approche suivie au cours de nos recherches. Etudier le commerce alimentaire ne se résume pas à dresser des courbes de prix et d’approvisionnement, mais plutôt à étudier les modalités d’un échange entre des individus. A travers une approche économique et matérielle de la ville de l’Ancien Régime, différentes histoires se sont ouvertes à nous. L’histoire sociale tout d’abord, car au sein du commerce alimentaire coexistent différents groupes d’acteurs dont les liens sont tissés avec les fils de la solidarité ou du conflit. L’histoire des mentalités ensuite, car étudier l’alimentation sous l’Ancien Régime c’est approcher la peur, la peur de manquer, mais aussi la peur de s’empoisonner et toutes ces peurs entraînent des réactions variées : l’émeute, l’auto-surveillance. L’histoire du droit et de la criminalité enfin, car le commerce alimentaire est fait de règles, de normes et de fraudes, d’écarts à la norme1.

Nous avons choisi d’étudier le commerce alimentaire d’une ville moyenne, Tours, sur l’ensemble du 18ème siècle afin de mieux percevoir les déplacements géographiques des lieux marchands au sein de la ville. Notre choix s’est porté sur une localité qui regroupe en son sein des métiers jurés et des métiers libres.

Le petit commerce: une historiographie restreinte

S’il existe de multiples études sur les corporations de bouche en particulier, les recherches plus globales sont peu nombreuses. Le petit commerce dans son ensemble a été délaissé par l’historiographie au profit d’études jugées plus prestigieuses sur le grand commerce international. Ses acteurs sont eux aussi négligés, F-J Ruggiu dans son dernier ouvrage s’est étonné du vide historiographique qui touche la catégorie des artisans et des marchands en France, alors même qu’outre-manche, la middling sort est un sujet de prédilection pour les historiens modernistes2. Récemment, dans ce désert historiographique, l’ouvrage collectif La boutique et la ville ((COQUERY Natacha, dir., La Boutique et la ville. Commerces, commerçants, espaces et clientèles, XVIème-XXème siècle, Tours, Publication de l’Université François Rabelais-CEHVI, 2000.)) et l’habilitation à diriger des recherches non encore publiée de Natacha Coquery sur la boutique parisienne au XVIIIe siècle3 ont tenté de remettre le petit commerce au cœur des réflexions des historiens français.

Plus le domaine de recherche est banal, ancré dans la vie quotidienne, plus il a été délaissé par les historiens, a fortiori pour le secteur alimentaire en partie délaissé ou étudié par le biais des archives de métier, à travers le prisme déformant de l’organisation corporative. Ces dernières années  quelques travaux majeurs ont vu le jour, comme ceux de Madeleine Ferrières sur les peurs alimentaires4 et celui de Reynald Abad5. Steven Kaplan6 a, le premier, étudié un secteur majeur de l’alimentation dans sa globalité (c’est-à-dire une recherche sur l’intégralité du circuit commercial, de l’approvisionnement à la distribution, mais aussi une étude de ses différents acteurs). Enfin, la récente thèse d’Anne Montenach sur le commerce alimentaire à Lyon7 a beaucoup stimulé nos recherches et nous a ouvert des pistes de réflexion sur la caractéristique première du secteur : la multiplicité des acteurs et des espaces qu’ils occupent.

Les archives de police, une source privilégiée

Afin de mener à bien cette étude et d’en saisir les multiples facettes nous avons choisi d’utiliser deux types de sources. Les archives judiciaires, et plus particulièrement celles du lieutenant de police, constituent le fondement de l’étude. Nous avons trouvé dans ces fonds une grande diversité d’actes (plusieurs centaines ont été dépouillés) : procès verbaux, règlements, interrogatoires ou encore tournées d’inspection. Ces documents portent sur tous les acteurs du commerce alimentaire : ils ont permis d’approcher les marchands moins visibles que les maîtres jurés, comme les forains ou  les revendeurs extérieurs au cadre corporatif. D’autres sources plus sociales ont été mobilisées : près de 80 inventaires après décès ont fourni une multitude d’informations sur l’environnement matériel des commerçants de Tours, privé ou professionnel, une centaine de contrats de mariage ont été dépouillés et plus de deux cents individus ont été recherchés dans les registres paroissiaux.

Un fil conducteur : la variation d’échelle

Nous avons souhaité allier deux méthodes : l’une quantitative et l’autre qualitative. Grâce à l’étude des inventaires, les niveaux de richesse des commerçants alimentaires ont été évalués. Nous avons adopté une approche sérielle des archives judiciaires en dépouillant 84 procès verbaux pour fraude dressés au cours du 18e siècle. Parallèlement, ces mêmes sources nous ont permis de suivre des parcours singuliers, des destins d’hommes, de femmes et de leurs familles, seul moyen pour nous d’approcher les individus dans leur complexité et dans leur vérité, en s’éloignant d’un homme moyen et en se rapprochant de la notion d’Edoardo Grendi «l’exceptionnel normal»8. Ce travail résulte d’une tension permanente entre deux approches opposées l’une à l’autre par l’historiographie et porte le projet (sans doute déraisonnable) de les réconcilier. Cette appréhension de l’histoire doit beaucoup à la lecture de Jacques Revel ; fervent défenseur de la variation d’échelle, il rappelle qu’aucun niveau d’analyse (qu’il soit micro ou macro) n’a de suprématie sur l’autre9. Seule la combinaison des deux échelles, l’aller-retour incessant entre elles, permettent d’appréhender le feuilleté du social et donc sa complexité. Dans notre étude, les individus ne sont pas isolés de leur groupe social, la micro-histoire a trop tendance à minimiser l’importance du groupe voire à affirmer que le niveau macro se construit grâce au micro, à l’individu10. La société du XVIIIe siècle est très hiérarchisée, un individu s’identifie et se pense comme appartenant à un groupe et, dans l’étude présente, à un métier11. Affirmer cela ne revient pas à nier toute stratégie individuelle : si un individu appartient bien à une catégorie, il ne se résume pas non plus à elle. Il agit selon ses propres choix au sein d’un groupe ; il peut ainsi se conformer aux normes de ce dernier ou bien au contraire s’en écarter.

Le sujet étant vaste, certains points ont délibérément été mis de côté. Les circuits de l’approvisionnement en amont de l’échange commercial au sein de la ville sont peu traités : ce thème a déjà été bien défriché par Brigitte Maillard12. Nous nous sommes concentrée sur l’échange alimentaire dans l’enceinte de la ville, avec à l’esprit une question principale : comment le commerce alimentaire malgré son manque d’unité (des acteurs pluriels, des lieux de vente multiformes) est-il régulé, par quelles autorités et dans quelle mesure la politique d’approvisionnement de la ville est-elle couronnée de succès ?

Un commerce aux visages pluriels

Nos travaux ont démontré le regard ambigu porté sur les espaces commerçants. Les commerces collectifs (boucheries et poissonneries) sont rejetés hors les murs en raison de leurs nuisances. A l’inverse, marchés et boutiques sont des moteurs d’entraînement économique, ils suscitent la convoitise des quartiers qui en sont dépourvus. Leur localisation n’est pas uniforme dans l’espace urbain : les commerces de luxe (confiseries, pâtisseries) se regroupent dans les quartiers les plus aisés au plus près de leur clientèle, les boulangeries, boutiques de proximité par excellence sont disséminées dans toute la ville et les activités polluantes situées dans les quartiers périphériques souvent pauvres. La localisation des boutiques et marchés est remarquable par sa grande permanence dans le temps, fruit d’un héritage elle n’est pas pour autant immuable. Au cours du 18ème siècle, plusieurs intendants se succèdent à Tours dont le brillant intendant Du Cluzel. Sous son intendance, la ville s’ouvre à la circulation. Une nouvelle route est tracée : la route d’Espagne qui traverse verticalement Tours du nord au sud. Les grands travaux modifient considérablement la dynamique commerciale de la ville et bouleversent la répartition des commerçants de bouche. L’implantation d’un nouveau marché donne lieu à de véritables concurrences entre quartiers qui désirent à travers lui capter les parcours des habitants.

Tout comme il n’existe pas un unique espace commerçant, il n’existe pas un seul type de marchands. Revendeurs, forains, maîtres de métiers, veuves, les commerçants se coulent difficilement dans des moules préconçus. Inutile de chercher une unité de richesses ou d’honorabilité, l’unité est ailleurs, dissimulée dans l’identité des individus, dans leur esprit de corps. Un corps qui peut connaître des conflits, des maux divers en son sein, mais qui se construit autour d’une identité commune. Cette identité trouve ses racines dans l’opposition ; ses anticorps, pour filer la métaphore, en sont le fondement. Les revendeuses de menues denrées viennent d’horizons divers mais lorsqu’elles sont menacées de déplacement par le corps de ville, elles s’unissent, font groupe pour s’y opposer. L’esprit de corps n’est pas uniforme, il est à la mesure de l’organisation qui le structure, il est donc beaucoup plus fort dans les communautés de métier. Ces dernières sont bien vivantes et ne peuvent se résumer à des coquilles vides, les réseaux professionnels et familiaux l’attestent. Ainsi 79% des 174 commerçants alimentaires établis en 1777 ont repris le métier de leur père. La stricte homogamie atteint 39% chez ces mêmes individus, le record étant détenu par les bouchers qui se marient dans 82% des cas avec une fille issue de la même profession. L’appartenance à un groupe influe directement sur les stratégies individuelles même si elle n’est pas l’unique moteur. Le métier est l’élément dominant de l’identité d’un individu, le cas de la communauté des bouchers, extrême il est vrai, en est une illustration parfaite.

Pluralité des espaces, pluralité des marchands mais aussi des rapports entre les différents acteurs de la scène marchande, nous avons été confrontée à une économie composite. L’hétérogénéité ne doit cependant pas induire en erreur et être assimilée à un cloisonnement : bien au contraire, chaque partie de ce secteur commercial est en forte interaction avec les autres, le marché ne se développe pas sans ses voisines les boutiques, les boutiquiers ne prospèrent pas sans l’apport des forains. D’où l’intérêt d’une histoire sociale qui s’intéresse à la fois aux relations entre les différents groupes et entre les différents acteurs. Les deux échelles, les deux niveaux d’analyse, sont indissociables.

Un commerce sous surveillance

La multiplicité des espaces et des acteurs impose une surveillance pointilleuse des échanges commerciaux dans un secteur aussi vital pour la population. L’ensemble des acteurs participent au contrôle du commerce alimentaire, qu’ils soient marchands, clients ou commissaires de police, tous vérifient avec zèle les agissements de chacun. Les réglementations sont strictes et leur diversité semble en mesure de prévenir tous les abus : les temps, les espaces, les pratiques commerciales sont réglementées. Les tentatives d’accaparement de marchandises sont les plus surveillées afin d’éviter les émotions populaires. Les métiers de bouche assurent un véritable service public : bouchers, poissonniers et boulangers doivent avoir des étaux suffisamment garnis pour satisfaire la clientèle. Les prix de nombreux aliments sont fixés ce qui donne lieu à des querelles interminables entre les autorités de police et les marchands qui contreviennent volontiers à ces tarifs.

La fraude : une répression modulée

Malgré l’implication très forte des forces régulatrices, le secteur de l’alimentation n’échappe pas à la fraude. Ici encore, il est inutile de chercher une unité : tous les marchands y participent, quel que soit leur sexe ou leur statut. Il est facile de basculer dans le camp des fraudeurs. Les temps interdits comme le carême, les heures de marché imposées pour éviter les accaparements sont allègrement contournés, les poids des marchandises sont  faussés et leur qualité souvent déficiente. Les pratiques frauduleuses sont multiples et les consommateurs en sont les principales victimes. Mais les sanctions infligées aux contrevenants sont sans commune mesure avec la peine réellement encourue, inscrite dans les règlements de police. Les types de sanctions sont d’une sévérité relative, proportionnelle à la nature des délits : saisie de poids faux, saisie de marchandise non réglementaire, et dans une moindre mesure, le remboursement des clients lésés. Les amendes sont rares, elles représentent 23% des sanctions relevées. Cette relative clémence démontre à quel point la gestion du secteur alimentaire est complexe.

Encadrer, surveiller, protéger le consommateur et par là même l’ordre public, sans toutefois décourager les marchands d’approvisionner la ville, telle pourrait être la devise des autorités locales. L’histoire que nous avons retracée ici est donc celle du compromis, dans la seule fin d’assurer l’ordre public qui, sous l’Ancien Régime, est encore fortement déterminé par le niveau d’approvisionnement de la population.

  1. CERUTTI Simona, « Normes et pratiques, ou de la légitimité de leur opposition », dans LEPETIT Bernard, dir., Les formes de l’expérience : une autre Histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995, p. 127-149. []
  2. RUGGIU F-J, L’individu et la famille dans les sociétés urbaines anglaises et françaises 1720-1780, Paris, collection Roland Mousnier, Presses universitaires Paris Sorbonne, 2007. RUGGIU François-Joseph, BEAUVALET Scarlett, GOURDON Vincent, « Réseaux et mobilités à Paris au milieu du 17e siècle », Histoire économie et Société, n°4, 1998, p. 547-560. []
  3. COQUERY Natacha, La boutique à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Université de Paris I- Panthéon Sorbonne, HDR dactylographiée, cinq volumes, 2006. []
  4. FERRIERES Madeleine, Histoire des peurs alimentaires. Du moyen âge à l’aube du XXème siècle, Paris, Le Seuil, Collection l’univers historique, 2002. []
  5. ABAD Reynald, Le grand marché : l’approvisionnement alimentaire de Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2002. []
  6. KAPLAN Steven L., Le meilleur pain du monde. Les boulangers de Paris au 18ème siècle, Paris, Fayard, 1996 []
  7. MONTENACH Anne, Espaces et pratiques du commerce alimentaire à Lyon au 17ème siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009. []
  8. REVEL Jacques, dir., Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Hautes Etudes/ Gallimard/ Le Seuil, 1996, p. 31. []
  9. REVEL Jacques, op. cit., introduction. []
  10. ROSENTAL Paul-André, « Construire le macro par le micro : Frédrick Barth et la microstoria », dans REVEL Jacques, dir., Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Hautes Etudes/ Gallimard/ Le Seuil, 1996. []
  11. Voir sur ce point la brillante introduction de l’ouvrage dirigé par Fanny COSANDEY, Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, EHESS, 2005. []
  12. MAILLARD Brigitte, Les campagnes de Touraine au 18ème siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998. []

Archives nationales: Communiqué de l’AFHE

L’Association française d’histoire économique prend acte, avec tristesse, du brutal limogeage de la directrice des Archives Nationales, Isabelle Neuschwander. L’AFHE appuie les positions prises par l’APHG et l’AAF et se désole de ce nouveau coup porté à une institution cruciale aussi bien pour la démocratie que pour la science. Continuer la lecture de Archives nationales: Communiqué de l’AFHE

Archives nationales : Communiqué des associations françaises d’historiens de l’enseignement supérieur et chercheurs en histoire

L’Association française des historiens économistes (AFHE), l’Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR), la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (SHMESP) et la Société des professeurs d’histoire de l’Antiquité des universités (SOPHAU) réprouvent l’éviction brutale de la Direction des Archives nationales de Madame Isabelle Neuschwander, conservatrice générale du patrimoine. Elle y exerçait ses fonctions depuis 2007 et la qualité du travail qu’elle a accompli a été saluée par le Directeur général des patrimoines et le Directeur chargé des archives de France. Elle avait montré sa capacité de dialogue avec les archivistes et les historiens, son souci de rendre les archives accessibles à toutes les recherches.

Manufrance: que reste-t-il de nos amours ?

Date et lieu: 01 juin 2011,  Saint-Étienne

Manufrance : que reste-t-il de nos amours ? 100 ans d’innovation, 100 000 m2 de friche, des millions de souvenirs…

Créée en 1885 à l’initiative conjointe d’Etienne Mimard et de Pierre Blachon, la Manufacture française d’armes et de cycles de Saint-Étienne (Manufrance), s’est élevée en l’espace d’un siècle au rang de symbole industriel et commercial de la ville. Entreprise mythique et emblématique, Manufrance sera le sujet d’un colloque international aux débats ouverts et transdisciplinaires, mêlant présentation de films, tables rondes, interventions scientifiques et parcours patrimoniaux. A travers ce colloque international, nous souhaitons faire notre la célèbre devise « bien faire et le faire savoir ». L’Université Jean Monnet lance cet appel à contributions internationales et interdisciplinaires. Une publication est envisagée. Le comité scientifique présidé par Monsieur Pierre Lamard est placé sous la présidence d’honneur de Monsieur Denis Woronoff.

Texte de l’annonce sur Calenda.

La construction contemporaine des territoires du Champagne

La construction contemporaine des territoires du Champagne

L’invention de la Champagne viticole, 1811-1911-2011

Jeudi 07 avril 2011  |  Troyes (10000)

La constitution de la Champagne viticole contemporaine est, pour une large part, une construction historique effectuée il y a maintenant près de deux siècles. Ce colloque international propose ainsi de revenir sur les différents moments de genèse, de mutations et de construction des territoires vitivinicoles de la Champagne, du XIXe siècle à nos jours, en passant par les phases techniques, économiques et culturelles d’invention du Champagne. Il s’agira également de revenir, pendant ces journées, sur une construction historique jalonnée par la conflictualité politique et sociale et par l’élaboration de normes de production et de commercialisation du vin.

Consulter le programme.

Troisième école d’été du Réseau de recherche sur l’innovation

Appel à communication

Ecole d’été 2011 du Réseau de Recherche sur l’Innovation – SITE Clersé
31 août 2011- 3 septembre 2011 (Dunkerque)
“Entrepreneuriat, Innovation et Développement Durable”

En ce début de 21ème siècle, la création d’entreprise constitue un enjeu économique et social de premier plan en termes de création d’emplois, d’activités industrielles et de services, d’innovations et de développement territorial. Ce n’est certes pas l’entrepreneur qui a envoyé l’homme sur la lune (Galbraith, 1968), mais c’est à partir d’un socle technique et scientifique structuré par l’Etat et les grandes entreprises, qu’une myriade de petites entreprises innovantes (Microsoft, Apple, Google, Facebook, etc.) ont été créées depuis ces trente dernières années. Ces entreprises structurent désormais avec un succès incontestable l’offre mondiale dans leur secteur d’activité. Ces événements industriels ont contribué à placer sur le devant de la scène économique mondiale un acteur que la croissance économique de l’après-guerre avait occulté : l’entrepreneur (Baumol, 1968). Défini par Jean-Baptiste Say comme l’intermédiaire entre le savant qui produit la connaissance et l’ouvrier qui l’applique à l’industrie, l’entrepreneur est aujourd’hui conçu comme le chaînon (souvent) manquant entre la science et l’industrie (Audretsch, 2006). Par l’acte d’entreprendre, des individus imaginatifs et ambitieux innovent, contribuant à révolutionner les modes de production et de consommation. Le développement économique et industriel favorise sans cesse l’apparition de nouvelles opportunités d’investissement rythmée par le mouvement de la vague de destruction créatrice ou bien de… création créatrice. C’est ainsi que les perspectives plus ou moins lointaines de l’épuisement des énergies fossiles ou des catastrophes naturelles provoquées par le réchauffement climatique, constituent autant d’opportunités de créer et d’entreprendre. Dans tous les pays industriels et en développement, de nombreuses entreprises sont créées, dans les activités « vertes » (nouveaux matériaux, éco-construction, nouvelles énergies, etc.), répondant aux injonctions d’un nouveau modèle de développement, celui du développement durable. Cette dynamique entrepreneuriale dans les activités vertes s’inscrit aussi dans une redéfinition de la dimension territoriale des économies nationales. Nombre de régions, en Europe ou dans le monde, connaissent de grandes difficultés après que soit retombé le coup de soufflet  étatique donné au début des années 1950 pour impulser le développement d’activités industrielles fortement capitalistiques (sidérurgie, raffinage, etc.).

Mais, derrière cet aspect mythique (voire romanesque) de la création d’entreprise, se dissimulent des enjeux plus prosaïques. Créer une entreprise, c’est aussi créer son emploi, y compris pour des catégories particulières d’individus ayant des difficultés d’insertion sur le marché du travail (femmes, immigrés, jeunes, etc.), dans un contexte économique difficile marqué par une forte incertitude et un taux de chômage élevé. C’est ce qui explique la multiplication de mesures de politique économique visant à faciliter la création d’entreprise (alléger la procédure administrative de la création d’entreprise, développer les marchés financiers et le capital-risque, etc.) et/ou à faciliter la transition de la situation de salarié à celle d’entrepreneur et inversement (faciliter les licenciements et les embauches), selon la conjoncture économique. Dans ce contexte économique nouveau, marqué par le repli de l’Etat-providence et les stratégies d’externalisation des grandes entreprises, de nouvelles opportunités de création d’entreprises apparaissent, notamment dans le secteur des services.

A la croisée de plusieurs défis, le capitalisme de ce début de siècle se transforme : création d’emplois, d’activités nouvelles, développement durable, développement régional, etc. L’entrepreneur pourra-t-il tout faire ? Dans quel cadre institutionnel cela sera-t-il possible ?

L’appel à contribution sur Calenda.

Monnaie antique, monnaie moderne, monnaies d’ailleurs… Métissages et hybridations

Date et lieu: Mercredi 08 juin 2011  |  Nanterre (92000)

VIIIe Colloque International de la Maison René-Ginouvès, Archéologie et Ethnologie

Les historiens et les archéologues ont beaucoup écrit sur les origines et les fonctions – économiques, politiques ou sacrées – de la monnaie. De leur côté, les ethnologues et les sociologues ont débattu des différentes formes monétaires à partir de la classique opposition entre « monnaies primitives » et « monnaies modernes ». Toutefois les observations, analyses et hypothèses produites dans ces divers champs disciplinaires sont rarement confrontées en vue d’une appréhension tout à la fois diachronique et interculturelle du phénomène.

Partant du constat que le phénomène monétaire présente un caractère éminemment protéiforme dans ses réalisations du passé ou de l’ailleurs, et n’est en rien réductible à ses usages modernes – hérités de la Grèce antique », on se propose d’examiner ce qui se passe très concrètement lorsque des sociétés aux formes et pratiques monétaires différentes se rencontrent. Le contact provoque-t-il de part et d’autre des transformations significatives dans les moyens et systèmes d’échange ? Si oui, quelle est la nature et l’ampleur de ces changements ? Quelles en sont les étapes et les modalités ? Par quels bricolages s’articulent alors les divers systèmes ? Quelles sphères ou instances sont ou ne sont pas impliquées de part et d’autre ? Comment, à quelles fins et où circulent les anciens et nouveaux objets-monnaies ? Par quels chemins la monnaie métallique occidentale s’est-elle insinuée puis souvent imposée ? Ou au contraire pourquoi a-t-elle été refusée ?

Au-delà de la variété circonstancielle et de l’éclectisme des études de cas, le colloque tentera, par une esquisse comparative, d’apporter un éclairage original sur la place et la nature de la monnaie dans les sociétés étudiées.

Consulter le programme.

L’enseignement de l’économie en lycée

L’APSES a publié un communiqué sur les nouveaux programmes d’économie en lycée:

L’APSES a rendu public un communiqué de presse ainsi que son analyse détaillée du projet de programme de SES de terminale mis en consultation par le ministère le 7 mars jusqu’au 22 avril.Le dogme du cloisonnement forcené entre sciences sociales continue de faire des dégâts en matière pédagogique, d’appréhension/compréhension du monde social et en termes de pluralisme paradigmatique. Alors que le groupe d’experts s’était engagé dans le préambule du programme de première à accroître en terminale la place des « objets communs », ces derniers restent cantonnés en fin de programme avec seulement 12% de l’horaire annuel comme en première. Ces objets communs ressemblent à des fourre-tout, à étudier en 5 heures chacun alors qu’ils sont très denses en problématiques et notions. Ils ont surtout l’air d’être là comme des alibis permettant en outre d’isoler la théorie économique standard des autres approches, qu’elles soient économique, sociologique ou de science politique.Nous vous laissons prendre connaissance de ces documents et serions très intéressés par vos analyses respectives. N’hésitez pas à nous en faire part.

Une analyse détaillée du projet de programme de tronc commun de SES en terminale ES par l’APSES

Communiqué de presse de l’APSES du 17 mars 2011 : De la première à la terminale, toujours le même dogmatisme pour les programmes de SES

Bien cordialement,
Marjorie Galy
Présidente de l’APSES

Quelques liens sur les débats autour du programme d’économie en lycée:

Rappel

Programmes officiels actuels de SES :

Propositions de programmes de l’APSES :

Relevé des décisions du Comité directeur (24 janvier 2011)

Membres excusés: Gérard Béaur, Michèle Merger, Catherine Vuillermot.

Membres présents: Mathieu Arnoux, Patrice Baubeau, Fabrice Boudjaaba, Xavier Daumalin, Sophie Chauveau, Anne Conchon, Natacha Coquery, Guillaume Daudin, Jean-Claude Daumas, Sabine Effosse, Cecilia d’Ercole, Laurent Feller, Danielle Fraboulet, Patrick Fridenson, Pierre-Cyrille Hautcoeur, Jean Heffer, Jérôme Jambu, Hervé Joly, Corine Maitte, Nicolas Marty, Philippe Minard, Liliane Pérez, Catherine Verna, Pierre Vernus. Continuer la lecture de Relevé des décisions du Comité directeur (24 janvier 2011)