Appel de l’ANR – Sociétés innovantes – Innovation, économie, modes de vie

Ce programme se structure autour de 4 axes thématiques:

  • Innovations et représentations
  • Innovations, changements sociaux et modes de vie
  • Innovations et modèles économiques
  • Configurations, acteurs, dynamiques.

Il ambitionne notamment de renforcer les partenariats de recherche entre entreprises et équipes de sciences sociales et humaines. Il s’agit de pratiquer une interdisciplinarité systématique entre laboratoires et entreprises de divers champs thématiques (STIC, nanotechnologies, matériaux, énergie, transport, habitat, environnement, production agricole et alimentaire, procédés industriels, santé, etc.) et les sciences humaines et sociales (sociologie, économie, histoire, géographie, psychologie…) qui s’intéressent aux comportements individuels et sociaux et aux modèles économiques.

Date limite de dépôt des projets : 25 mai 2011

Le commerce alimentaire à Tours au XVIIIème siècle : acteurs, espaces et pratiques

Maud Villeret
villeret (point) maud (at) univ-nantes (point) fr
Localisation des manuscrits disponibles :

  • Bibliothèque spécialisée d’histoire de l’université François Rabelais de Tours

  • Archives départementales d’Indre-et-Loire

  • Archives municipales de Tours.

Commerce : on entend par ce mot, dans le sens général, une communication réciproque ((DIDEROT Denis et D’ALEMBERT Jean le Rond, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Genève, Pellet, 1751.)).

La définition tirée de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert éclaire l’approche suivie au cours de nos recherches. Etudier le commerce alimentaire ne se résume pas à dresser des courbes de prix et d’approvisionnement, mais plutôt à étudier les modalités d’un échange entre des individus. A travers une approche économique et matérielle de la ville de l’Ancien Régime, différentes histoires se sont ouvertes à nous. L’histoire sociale tout d’abord, car au sein du commerce alimentaire coexistent différents groupes d’acteurs dont les liens sont tissés avec les fils de la solidarité ou du conflit. L’histoire des mentalités ensuite, car étudier l’alimentation sous l’Ancien Régime c’est approcher la peur, la peur de manquer, mais aussi la peur de s’empoisonner et toutes ces peurs entraînent des réactions variées : l’émeute, l’auto-surveillance. L’histoire du droit et de la criminalité enfin, car le commerce alimentaire est fait de règles, de normes et de fraudes, d’écarts à la norme1.

Nous avons choisi d’étudier le commerce alimentaire d’une ville moyenne, Tours, sur l’ensemble du 18ème siècle afin de mieux percevoir les déplacements géographiques des lieux marchands au sein de la ville. Notre choix s’est porté sur une localité qui regroupe en son sein des métiers jurés et des métiers libres.

Le petit commerce: une historiographie restreinte

S’il existe de multiples études sur les corporations de bouche en particulier, les recherches plus globales sont peu nombreuses. Le petit commerce dans son ensemble a été délaissé par l’historiographie au profit d’études jugées plus prestigieuses sur le grand commerce international. Ses acteurs sont eux aussi négligés, F-J Ruggiu dans son dernier ouvrage s’est étonné du vide historiographique qui touche la catégorie des artisans et des marchands en France, alors même qu’outre-manche, la middling sort est un sujet de prédilection pour les historiens modernistes2. Récemment, dans ce désert historiographique, l’ouvrage collectif La boutique et la ville ((COQUERY Natacha, dir., La Boutique et la ville. Commerces, commerçants, espaces et clientèles, XVIème-XXème siècle, Tours, Publication de l’Université François Rabelais-CEHVI, 2000.)) et l’habilitation à diriger des recherches non encore publiée de Natacha Coquery sur la boutique parisienne au XVIIIe siècle3 ont tenté de remettre le petit commerce au cœur des réflexions des historiens français.

Plus le domaine de recherche est banal, ancré dans la vie quotidienne, plus il a été délaissé par les historiens, a fortiori pour le secteur alimentaire en partie délaissé ou étudié par le biais des archives de métier, à travers le prisme déformant de l’organisation corporative. Ces dernières années  quelques travaux majeurs ont vu le jour, comme ceux de Madeleine Ferrières sur les peurs alimentaires4 et celui de Reynald Abad5. Steven Kaplan6 a, le premier, étudié un secteur majeur de l’alimentation dans sa globalité (c’est-à-dire une recherche sur l’intégralité du circuit commercial, de l’approvisionnement à la distribution, mais aussi une étude de ses différents acteurs). Enfin, la récente thèse d’Anne Montenach sur le commerce alimentaire à Lyon7 a beaucoup stimulé nos recherches et nous a ouvert des pistes de réflexion sur la caractéristique première du secteur : la multiplicité des acteurs et des espaces qu’ils occupent.

Les archives de police, une source privilégiée

Afin de mener à bien cette étude et d’en saisir les multiples facettes nous avons choisi d’utiliser deux types de sources. Les archives judiciaires, et plus particulièrement celles du lieutenant de police, constituent le fondement de l’étude. Nous avons trouvé dans ces fonds une grande diversité d’actes (plusieurs centaines ont été dépouillés) : procès verbaux, règlements, interrogatoires ou encore tournées d’inspection. Ces documents portent sur tous les acteurs du commerce alimentaire : ils ont permis d’approcher les marchands moins visibles que les maîtres jurés, comme les forains ou  les revendeurs extérieurs au cadre corporatif. D’autres sources plus sociales ont été mobilisées : près de 80 inventaires après décès ont fourni une multitude d’informations sur l’environnement matériel des commerçants de Tours, privé ou professionnel, une centaine de contrats de mariage ont été dépouillés et plus de deux cents individus ont été recherchés dans les registres paroissiaux.

Un fil conducteur : la variation d’échelle

Nous avons souhaité allier deux méthodes : l’une quantitative et l’autre qualitative. Grâce à l’étude des inventaires, les niveaux de richesse des commerçants alimentaires ont été évalués. Nous avons adopté une approche sérielle des archives judiciaires en dépouillant 84 procès verbaux pour fraude dressés au cours du 18e siècle. Parallèlement, ces mêmes sources nous ont permis de suivre des parcours singuliers, des destins d’hommes, de femmes et de leurs familles, seul moyen pour nous d’approcher les individus dans leur complexité et dans leur vérité, en s’éloignant d’un homme moyen et en se rapprochant de la notion d’Edoardo Grendi «l’exceptionnel normal»8. Ce travail résulte d’une tension permanente entre deux approches opposées l’une à l’autre par l’historiographie et porte le projet (sans doute déraisonnable) de les réconcilier. Cette appréhension de l’histoire doit beaucoup à la lecture de Jacques Revel ; fervent défenseur de la variation d’échelle, il rappelle qu’aucun niveau d’analyse (qu’il soit micro ou macro) n’a de suprématie sur l’autre9. Seule la combinaison des deux échelles, l’aller-retour incessant entre elles, permettent d’appréhender le feuilleté du social et donc sa complexité. Dans notre étude, les individus ne sont pas isolés de leur groupe social, la micro-histoire a trop tendance à minimiser l’importance du groupe voire à affirmer que le niveau macro se construit grâce au micro, à l’individu10. La société du XVIIIe siècle est très hiérarchisée, un individu s’identifie et se pense comme appartenant à un groupe et, dans l’étude présente, à un métier11. Affirmer cela ne revient pas à nier toute stratégie individuelle : si un individu appartient bien à une catégorie, il ne se résume pas non plus à elle. Il agit selon ses propres choix au sein d’un groupe ; il peut ainsi se conformer aux normes de ce dernier ou bien au contraire s’en écarter.

Le sujet étant vaste, certains points ont délibérément été mis de côté. Les circuits de l’approvisionnement en amont de l’échange commercial au sein de la ville sont peu traités : ce thème a déjà été bien défriché par Brigitte Maillard12. Nous nous sommes concentrée sur l’échange alimentaire dans l’enceinte de la ville, avec à l’esprit une question principale : comment le commerce alimentaire malgré son manque d’unité (des acteurs pluriels, des lieux de vente multiformes) est-il régulé, par quelles autorités et dans quelle mesure la politique d’approvisionnement de la ville est-elle couronnée de succès ?

Un commerce aux visages pluriels

Nos travaux ont démontré le regard ambigu porté sur les espaces commerçants. Les commerces collectifs (boucheries et poissonneries) sont rejetés hors les murs en raison de leurs nuisances. A l’inverse, marchés et boutiques sont des moteurs d’entraînement économique, ils suscitent la convoitise des quartiers qui en sont dépourvus. Leur localisation n’est pas uniforme dans l’espace urbain : les commerces de luxe (confiseries, pâtisseries) se regroupent dans les quartiers les plus aisés au plus près de leur clientèle, les boulangeries, boutiques de proximité par excellence sont disséminées dans toute la ville et les activités polluantes situées dans les quartiers périphériques souvent pauvres. La localisation des boutiques et marchés est remarquable par sa grande permanence dans le temps, fruit d’un héritage elle n’est pas pour autant immuable. Au cours du 18ème siècle, plusieurs intendants se succèdent à Tours dont le brillant intendant Du Cluzel. Sous son intendance, la ville s’ouvre à la circulation. Une nouvelle route est tracée : la route d’Espagne qui traverse verticalement Tours du nord au sud. Les grands travaux modifient considérablement la dynamique commerciale de la ville et bouleversent la répartition des commerçants de bouche. L’implantation d’un nouveau marché donne lieu à de véritables concurrences entre quartiers qui désirent à travers lui capter les parcours des habitants.

Tout comme il n’existe pas un unique espace commerçant, il n’existe pas un seul type de marchands. Revendeurs, forains, maîtres de métiers, veuves, les commerçants se coulent difficilement dans des moules préconçus. Inutile de chercher une unité de richesses ou d’honorabilité, l’unité est ailleurs, dissimulée dans l’identité des individus, dans leur esprit de corps. Un corps qui peut connaître des conflits, des maux divers en son sein, mais qui se construit autour d’une identité commune. Cette identité trouve ses racines dans l’opposition ; ses anticorps, pour filer la métaphore, en sont le fondement. Les revendeuses de menues denrées viennent d’horizons divers mais lorsqu’elles sont menacées de déplacement par le corps de ville, elles s’unissent, font groupe pour s’y opposer. L’esprit de corps n’est pas uniforme, il est à la mesure de l’organisation qui le structure, il est donc beaucoup plus fort dans les communautés de métier. Ces dernières sont bien vivantes et ne peuvent se résumer à des coquilles vides, les réseaux professionnels et familiaux l’attestent. Ainsi 79% des 174 commerçants alimentaires établis en 1777 ont repris le métier de leur père. La stricte homogamie atteint 39% chez ces mêmes individus, le record étant détenu par les bouchers qui se marient dans 82% des cas avec une fille issue de la même profession. L’appartenance à un groupe influe directement sur les stratégies individuelles même si elle n’est pas l’unique moteur. Le métier est l’élément dominant de l’identité d’un individu, le cas de la communauté des bouchers, extrême il est vrai, en est une illustration parfaite.

Pluralité des espaces, pluralité des marchands mais aussi des rapports entre les différents acteurs de la scène marchande, nous avons été confrontée à une économie composite. L’hétérogénéité ne doit cependant pas induire en erreur et être assimilée à un cloisonnement : bien au contraire, chaque partie de ce secteur commercial est en forte interaction avec les autres, le marché ne se développe pas sans ses voisines les boutiques, les boutiquiers ne prospèrent pas sans l’apport des forains. D’où l’intérêt d’une histoire sociale qui s’intéresse à la fois aux relations entre les différents groupes et entre les différents acteurs. Les deux échelles, les deux niveaux d’analyse, sont indissociables.

Un commerce sous surveillance

La multiplicité des espaces et des acteurs impose une surveillance pointilleuse des échanges commerciaux dans un secteur aussi vital pour la population. L’ensemble des acteurs participent au contrôle du commerce alimentaire, qu’ils soient marchands, clients ou commissaires de police, tous vérifient avec zèle les agissements de chacun. Les réglementations sont strictes et leur diversité semble en mesure de prévenir tous les abus : les temps, les espaces, les pratiques commerciales sont réglementées. Les tentatives d’accaparement de marchandises sont les plus surveillées afin d’éviter les émotions populaires. Les métiers de bouche assurent un véritable service public : bouchers, poissonniers et boulangers doivent avoir des étaux suffisamment garnis pour satisfaire la clientèle. Les prix de nombreux aliments sont fixés ce qui donne lieu à des querelles interminables entre les autorités de police et les marchands qui contreviennent volontiers à ces tarifs.

La fraude : une répression modulée

Malgré l’implication très forte des forces régulatrices, le secteur de l’alimentation n’échappe pas à la fraude. Ici encore, il est inutile de chercher une unité : tous les marchands y participent, quel que soit leur sexe ou leur statut. Il est facile de basculer dans le camp des fraudeurs. Les temps interdits comme le carême, les heures de marché imposées pour éviter les accaparements sont allègrement contournés, les poids des marchandises sont  faussés et leur qualité souvent déficiente. Les pratiques frauduleuses sont multiples et les consommateurs en sont les principales victimes. Mais les sanctions infligées aux contrevenants sont sans commune mesure avec la peine réellement encourue, inscrite dans les règlements de police. Les types de sanctions sont d’une sévérité relative, proportionnelle à la nature des délits : saisie de poids faux, saisie de marchandise non réglementaire, et dans une moindre mesure, le remboursement des clients lésés. Les amendes sont rares, elles représentent 23% des sanctions relevées. Cette relative clémence démontre à quel point la gestion du secteur alimentaire est complexe.

Encadrer, surveiller, protéger le consommateur et par là même l’ordre public, sans toutefois décourager les marchands d’approvisionner la ville, telle pourrait être la devise des autorités locales. L’histoire que nous avons retracée ici est donc celle du compromis, dans la seule fin d’assurer l’ordre public qui, sous l’Ancien Régime, est encore fortement déterminé par le niveau d’approvisionnement de la population.

  1. CERUTTI Simona, « Normes et pratiques, ou de la légitimité de leur opposition », dans LEPETIT Bernard, dir., Les formes de l’expérience : une autre Histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995, p. 127-149. []
  2. RUGGIU F-J, L’individu et la famille dans les sociétés urbaines anglaises et françaises 1720-1780, Paris, collection Roland Mousnier, Presses universitaires Paris Sorbonne, 2007. RUGGIU François-Joseph, BEAUVALET Scarlett, GOURDON Vincent, « Réseaux et mobilités à Paris au milieu du 17e siècle », Histoire économie et Société, n°4, 1998, p. 547-560. []
  3. COQUERY Natacha, La boutique à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Université de Paris I- Panthéon Sorbonne, HDR dactylographiée, cinq volumes, 2006. []
  4. FERRIERES Madeleine, Histoire des peurs alimentaires. Du moyen âge à l’aube du XXème siècle, Paris, Le Seuil, Collection l’univers historique, 2002. []
  5. ABAD Reynald, Le grand marché : l’approvisionnement alimentaire de Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2002. []
  6. KAPLAN Steven L., Le meilleur pain du monde. Les boulangers de Paris au 18ème siècle, Paris, Fayard, 1996 []
  7. MONTENACH Anne, Espaces et pratiques du commerce alimentaire à Lyon au 17ème siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009. []
  8. REVEL Jacques, dir., Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Hautes Etudes/ Gallimard/ Le Seuil, 1996, p. 31. []
  9. REVEL Jacques, op. cit., introduction. []
  10. ROSENTAL Paul-André, « Construire le macro par le micro : Frédrick Barth et la microstoria », dans REVEL Jacques, dir., Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Hautes Etudes/ Gallimard/ Le Seuil, 1996. []
  11. Voir sur ce point la brillante introduction de l’ouvrage dirigé par Fanny COSANDEY, Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, EHESS, 2005. []
  12. MAILLARD Brigitte, Les campagnes de Touraine au 18ème siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998. []

Archives nationales: Communiqué de l’AFHE

L’Association française d’histoire économique prend acte, avec tristesse, du brutal limogeage de la directrice des Archives Nationales, Isabelle Neuschwander. L’AFHE appuie les positions prises par l’APHG et l’AAF et se désole de ce nouveau coup porté à une institution cruciale aussi bien pour la démocratie que pour la science. Continuer la lecture de Archives nationales: Communiqué de l’AFHE

Archives nationales : Communiqué des associations françaises d’historiens de l’enseignement supérieur et chercheurs en histoire

L’Association française des historiens économistes (AFHE), l’Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR), la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (SHMESP) et la Société des professeurs d’histoire de l’Antiquité des universités (SOPHAU) réprouvent l’éviction brutale de la Direction des Archives nationales de Madame Isabelle Neuschwander, conservatrice générale du patrimoine. Elle y exerçait ses fonctions depuis 2007 et la qualité du travail qu’elle a accompli a été saluée par le Directeur général des patrimoines et le Directeur chargé des archives de France. Elle avait montré sa capacité de dialogue avec les archivistes et les historiens, son souci de rendre les archives accessibles à toutes les recherches.

Manufrance: que reste-t-il de nos amours ?

Date et lieu: 01 juin 2011,  Saint-Étienne

Manufrance : que reste-t-il de nos amours ? 100 ans d’innovation, 100 000 m2 de friche, des millions de souvenirs…

Créée en 1885 à l’initiative conjointe d’Etienne Mimard et de Pierre Blachon, la Manufacture française d’armes et de cycles de Saint-Étienne (Manufrance), s’est élevée en l’espace d’un siècle au rang de symbole industriel et commercial de la ville. Entreprise mythique et emblématique, Manufrance sera le sujet d’un colloque international aux débats ouverts et transdisciplinaires, mêlant présentation de films, tables rondes, interventions scientifiques et parcours patrimoniaux. A travers ce colloque international, nous souhaitons faire notre la célèbre devise « bien faire et le faire savoir ». L’Université Jean Monnet lance cet appel à contributions internationales et interdisciplinaires. Une publication est envisagée. Le comité scientifique présidé par Monsieur Pierre Lamard est placé sous la présidence d’honneur de Monsieur Denis Woronoff.

Texte de l’annonce sur Calenda.

La construction contemporaine des territoires du Champagne

La construction contemporaine des territoires du Champagne

L’invention de la Champagne viticole, 1811-1911-2011

Jeudi 07 avril 2011  |  Troyes (10000)

La constitution de la Champagne viticole contemporaine est, pour une large part, une construction historique effectuée il y a maintenant près de deux siècles. Ce colloque international propose ainsi de revenir sur les différents moments de genèse, de mutations et de construction des territoires vitivinicoles de la Champagne, du XIXe siècle à nos jours, en passant par les phases techniques, économiques et culturelles d’invention du Champagne. Il s’agira également de revenir, pendant ces journées, sur une construction historique jalonnée par la conflictualité politique et sociale et par l’élaboration de normes de production et de commercialisation du vin.

Consulter le programme.

Troisième école d’été du Réseau de recherche sur l’innovation

Appel à communication

Ecole d’été 2011 du Réseau de Recherche sur l’Innovation – SITE Clersé
31 août 2011- 3 septembre 2011 (Dunkerque)
“Entrepreneuriat, Innovation et Développement Durable”

En ce début de 21ème siècle, la création d’entreprise constitue un enjeu économique et social de premier plan en termes de création d’emplois, d’activités industrielles et de services, d’innovations et de développement territorial. Ce n’est certes pas l’entrepreneur qui a envoyé l’homme sur la lune (Galbraith, 1968), mais c’est à partir d’un socle technique et scientifique structuré par l’Etat et les grandes entreprises, qu’une myriade de petites entreprises innovantes (Microsoft, Apple, Google, Facebook, etc.) ont été créées depuis ces trente dernières années. Ces entreprises structurent désormais avec un succès incontestable l’offre mondiale dans leur secteur d’activité. Ces événements industriels ont contribué à placer sur le devant de la scène économique mondiale un acteur que la croissance économique de l’après-guerre avait occulté : l’entrepreneur (Baumol, 1968). Défini par Jean-Baptiste Say comme l’intermédiaire entre le savant qui produit la connaissance et l’ouvrier qui l’applique à l’industrie, l’entrepreneur est aujourd’hui conçu comme le chaînon (souvent) manquant entre la science et l’industrie (Audretsch, 2006). Par l’acte d’entreprendre, des individus imaginatifs et ambitieux innovent, contribuant à révolutionner les modes de production et de consommation. Le développement économique et industriel favorise sans cesse l’apparition de nouvelles opportunités d’investissement rythmée par le mouvement de la vague de destruction créatrice ou bien de… création créatrice. C’est ainsi que les perspectives plus ou moins lointaines de l’épuisement des énergies fossiles ou des catastrophes naturelles provoquées par le réchauffement climatique, constituent autant d’opportunités de créer et d’entreprendre. Dans tous les pays industriels et en développement, de nombreuses entreprises sont créées, dans les activités « vertes » (nouveaux matériaux, éco-construction, nouvelles énergies, etc.), répondant aux injonctions d’un nouveau modèle de développement, celui du développement durable. Cette dynamique entrepreneuriale dans les activités vertes s’inscrit aussi dans une redéfinition de la dimension territoriale des économies nationales. Nombre de régions, en Europe ou dans le monde, connaissent de grandes difficultés après que soit retombé le coup de soufflet  étatique donné au début des années 1950 pour impulser le développement d’activités industrielles fortement capitalistiques (sidérurgie, raffinage, etc.).

Mais, derrière cet aspect mythique (voire romanesque) de la création d’entreprise, se dissimulent des enjeux plus prosaïques. Créer une entreprise, c’est aussi créer son emploi, y compris pour des catégories particulières d’individus ayant des difficultés d’insertion sur le marché du travail (femmes, immigrés, jeunes, etc.), dans un contexte économique difficile marqué par une forte incertitude et un taux de chômage élevé. C’est ce qui explique la multiplication de mesures de politique économique visant à faciliter la création d’entreprise (alléger la procédure administrative de la création d’entreprise, développer les marchés financiers et le capital-risque, etc.) et/ou à faciliter la transition de la situation de salarié à celle d’entrepreneur et inversement (faciliter les licenciements et les embauches), selon la conjoncture économique. Dans ce contexte économique nouveau, marqué par le repli de l’Etat-providence et les stratégies d’externalisation des grandes entreprises, de nouvelles opportunités de création d’entreprises apparaissent, notamment dans le secteur des services.

A la croisée de plusieurs défis, le capitalisme de ce début de siècle se transforme : création d’emplois, d’activités nouvelles, développement durable, développement régional, etc. L’entrepreneur pourra-t-il tout faire ? Dans quel cadre institutionnel cela sera-t-il possible ?

L’appel à contribution sur Calenda.

Monnaie antique, monnaie moderne, monnaies d’ailleurs… Métissages et hybridations

Date et lieu: Mercredi 08 juin 2011  |  Nanterre (92000)

VIIIe Colloque International de la Maison René-Ginouvès, Archéologie et Ethnologie

Les historiens et les archéologues ont beaucoup écrit sur les origines et les fonctions – économiques, politiques ou sacrées – de la monnaie. De leur côté, les ethnologues et les sociologues ont débattu des différentes formes monétaires à partir de la classique opposition entre « monnaies primitives » et « monnaies modernes ». Toutefois les observations, analyses et hypothèses produites dans ces divers champs disciplinaires sont rarement confrontées en vue d’une appréhension tout à la fois diachronique et interculturelle du phénomène.

Partant du constat que le phénomène monétaire présente un caractère éminemment protéiforme dans ses réalisations du passé ou de l’ailleurs, et n’est en rien réductible à ses usages modernes – hérités de la Grèce antique », on se propose d’examiner ce qui se passe très concrètement lorsque des sociétés aux formes et pratiques monétaires différentes se rencontrent. Le contact provoque-t-il de part et d’autre des transformations significatives dans les moyens et systèmes d’échange ? Si oui, quelle est la nature et l’ampleur de ces changements ? Quelles en sont les étapes et les modalités ? Par quels bricolages s’articulent alors les divers systèmes ? Quelles sphères ou instances sont ou ne sont pas impliquées de part et d’autre ? Comment, à quelles fins et où circulent les anciens et nouveaux objets-monnaies ? Par quels chemins la monnaie métallique occidentale s’est-elle insinuée puis souvent imposée ? Ou au contraire pourquoi a-t-elle été refusée ?

Au-delà de la variété circonstancielle et de l’éclectisme des études de cas, le colloque tentera, par une esquisse comparative, d’apporter un éclairage original sur la place et la nature de la monnaie dans les sociétés étudiées.

Consulter le programme.

L’enseignement de l’économie en lycée

L’APSES a publié un communiqué sur les nouveaux programmes d’économie en lycée:

L’APSES a rendu public un communiqué de presse ainsi que son analyse détaillée du projet de programme de SES de terminale mis en consultation par le ministère le 7 mars jusqu’au 22 avril.Le dogme du cloisonnement forcené entre sciences sociales continue de faire des dégâts en matière pédagogique, d’appréhension/compréhension du monde social et en termes de pluralisme paradigmatique. Alors que le groupe d’experts s’était engagé dans le préambule du programme de première à accroître en terminale la place des « objets communs », ces derniers restent cantonnés en fin de programme avec seulement 12% de l’horaire annuel comme en première. Ces objets communs ressemblent à des fourre-tout, à étudier en 5 heures chacun alors qu’ils sont très denses en problématiques et notions. Ils ont surtout l’air d’être là comme des alibis permettant en outre d’isoler la théorie économique standard des autres approches, qu’elles soient économique, sociologique ou de science politique.Nous vous laissons prendre connaissance de ces documents et serions très intéressés par vos analyses respectives. N’hésitez pas à nous en faire part.

Une analyse détaillée du projet de programme de tronc commun de SES en terminale ES par l’APSES

Communiqué de presse de l’APSES du 17 mars 2011 : De la première à la terminale, toujours le même dogmatisme pour les programmes de SES

Bien cordialement,
Marjorie Galy
Présidente de l’APSES

Quelques liens sur les débats autour du programme d’économie en lycée:

Rappel

Programmes officiels actuels de SES :

Propositions de programmes de l’APSES :

Relevé des décisions du Comité directeur (24 janvier 2011)

Membres excusés: Gérard Béaur, Michèle Merger, Catherine Vuillermot.

Membres présents: Mathieu Arnoux, Patrice Baubeau, Fabrice Boudjaaba, Xavier Daumalin, Sophie Chauveau, Anne Conchon, Natacha Coquery, Guillaume Daudin, Jean-Claude Daumas, Sabine Effosse, Cecilia d’Ercole, Laurent Feller, Danielle Fraboulet, Patrick Fridenson, Pierre-Cyrille Hautcoeur, Jean Heffer, Jérôme Jambu, Hervé Joly, Corine Maitte, Nicolas Marty, Philippe Minard, Liliane Pérez, Catherine Verna, Pierre Vernus. Continuer la lecture de Relevé des décisions du Comité directeur (24 janvier 2011)

Hjalmar Schacht, financier et diplomate – Frédéric Clavert, résumé de thèse

Références de la version publiée de la thèse: Clavert, Frédéric. Hjalmar Schacht, financier et diplomate (1930-1950). Bruxelles: PIE-Peter Lang, 2009, 473 p.

Hjalmar Schacht, financier et diplomate est une thèse soutenue le 11 décembre 2006. Le jury était composé de Sylvain Schirmann et Marie-Thérèse Bitsch (Université Robert Schuman, tous les deux co-directeurs de la thèse), Rainer Hudemann (Université de Sarre, rapporteur), Alfred Wahl (Université de Metz, rapporteur) et Éric Bussière (Université Paris IV, président du jury). Hjalmar Schacht, président de la Reichsbank (1924-1930, 1933-1939) et ministre de l’Économie du Reich (1934-1937), a fait l’objet de nombreuses biographies. Ces dernières se divisent pour la plupart en deux sortes : les hagiographies ou les brûlots. En conséquence, certains aspects de la vie de Schacht restaient relativement inconnus, comme son passage en Belgique en 1914-1915 ou sa dénazification en 1946-1950.

Cette thèse, publiée par Peter Lang en 2009, a pour ambition d’analyser la « période nazie » de Schacht, entendue dans un sens large. Débutant avec sa démission de 1930 et, surtout, tentant d’expliquer cette démission par les négociations autour du plan Young de 1928 à 1930, elle se termine avec sa dénazification par une chambre de Basse-Saxe, en 1950. Le but de la thèse est de préciser les relations existant entre Schacht d’une part et les structures politiques allemandes et internationales d’autre part.

1. Origines de la thèse

Lors de travaux antérieurs, à l’iep de Strabsourg puis à l’Institut des Hautes Études Européennes, le personnage de Schacht avait retenu notre attention pour plusieurs raisons. En premier lieu, son rôle international de 1936 à 1938 était difficilement cernable et a suscité notre curiosité. En second lieu, l’originalité du parcours d’un homme deux fois président de la Reichsbank, sous Weimar et sous le IIIe Reich, est frappante. En troisième lieu, il n’existait pas de travaux universitaires, à l’exception de celui d’Amos E. Simpson dans les années 19601, se concentrant sur lui2. D’hagiographies en brûlots, l’historiographie ne permettait pas une évaluation poussée du parcours de Schacht.

Enfin, il y a la question du choix, liée à l’entre-deux-guerres, entre communisme et fascisme, entre organisation de l’Europe et nationalisme, entre priorité politique et priorité économique. Schacht a procédé à des choix, qui sont représentatifs de cette Allemagne déstabilisée par la Première Guerre mondiale. Car si son parcours est original parce qu’il est spectaculaire, il est surtout à l’image du destin allemand dans la première moitié du XXe siècle.

Il a fallu « construire » une problématique, en prenant garde de ne pas tomber dans l’« illusion biographique ». Nous avons choisi de nous placer sur le plan des relations internationales. Comment Schacht conçoit-il le rôle de l’Allemagne dans le monde ? Cette question a permis de faire émerger une forme de continuité : l’obsession de l’indépendance de l’Allemagne vis-à-vis de circuits financiers et économiques anglo-saxons et, dans une moindre mesure, français.

2. Archives

Il a paru évident de commencer par le dépouillement des dépôts allemands classiques de l’entre-deux-guerres : la Reichsbank, le ministre de l’Économie du Reich, la chancellerie.

Le fond Schacht à la Reichsbank a permis d’établir une chronologie fiable, d’attirer l’attention sur certains événements (par exemple les effets désastreux des discours de l’été 1934 sur l’opinion publique britannique) et de consulter des documents essentiels : les procès-verbaux des conférences des transferts par exemple (1933-1934). Certaines bornes chronologiques ont aussi été définies dès cette période : par exemple, la rupture entre la première et la seconde partie de la thèse, l’été 1934, semblait plus pertinente que mars 1933. C’est en effet en août 1934 que le Reich sort définitivement de la logique multilatérale pour gérer son fort endettement extérieur.

La consultation des archives très connues de la chancellerie a permis d’insérer Schacht dans la logique polycratique du IIIe Reich. Cette étape des recherches a été déterminante : il a fallu choisir entre intentionnalisme, fonctionnalisme ou neutralité. Aidé de la lecture de la biographie de Hitler par Ian Kershaw, le choix de l’interprétation fonctionnaliste du régime nazi, reposant sur l’analyse des structures et surtout sur la notion de pouvoir charismatique, s’est imposé de lui-même. De ces archives a émergé également la question de l’influence de Schacht sur les relations du Reich avec la Chine.

Après la consultation de ces archives allemandes, un problème de méthode liée au genre biographique s’est posé : comment passer outre la phase classique de détestation profonde du sujet étudié ? Une assez longue pause dans la thèse, pour des raisons externes, a permis de revenir à une vision personnelle plus modérée de Schacht.

La seconde phase de consultation des archives a concerné des centres non-allemands. Les fonds de la Banque de France, conjointement à la lecture des archives publiées de l’Auswärtiges Amt et du Quai d’Orsay notamment, ont montré à quel point la conférence sur le plan Young et sa préparation sont déterminants pour expliquer la rupture de Schacht avec la République de Weimar. Les archives de la Banque de France sont d’autant plus importantes qu’une partie – les notes de Clément Moret – est inédite. Cette rupture se situe entre les réunions du Comité des experts et la seconde conférence de La Haye et se concrétise par la démission de 1930. L’importance du Comité des experts dans le parcours de Schacht a été confirmée par les documents consultés à la Banque des Règlements Internationaux à Bâle. Ils ont également permis de fortement relativiser le rôle de Schacht dans la création de cet institut bancaire.

Nous avons utilisé également les archives de la Société des Nations. Elles ont apporté un éclairage international sur la conférence de Londres de 1933 et, également, sur la question de Danzig. Le fond de Sean Lester a apporté un éclairage économique sur la Ville Libre d’une part et, d’autre part, met en valeurs le rôle de Schacht en 1935 sur cette question.

Les archives non-allemandes nous ont entraîné à nouveau dans les archives allemandes dans la dernière phase des recherches. À Berlin, nous avons cherché des documents complémentaires sur le plan Young, sur la Chine, sur les transferts, sur les relations avec la Banque de France. À Coblence, il restait à dépouiller le fond Schacht, qui a réservé quelques surprises, et a, parallèlement aux archives françaises et bâloises, montré l’importance de la question d’Eupen et Malmédy et de la Belgique en général dans la vie de Schacht. À Munich et Hanovre, les archives sur le procès des grands criminels de guerre et sur la dénazification nous ont été utiles dans une double perspective : l’utilisation des témoignages d’une part et d’autre part l’éclairage sur la période 1944-1950.

Deux exemples permettent de comprendre ce que peuvent apporter les témoignages : Kurt Schmitt, ministre de l’Économie en 1933 et 1934 et Hans Bernd Gisevius, résistant. La comparution du premier pendant les procès de dénazification a permis de cerner la concurrence que se sont livrée Schmitt et Schacht au printemps 1934 dans le cadre de la logique polycratique émergente et de lier ce conflit à la crise de régime de juin-juillet 1934. Cette logique polycratique, néfaste pour Schacht à partir de l’hiver 1935-1936, lui a été bénéfique en 1934. Le même témoignage montre également les limites méthodologiques : Schmitt a la mémoire qui flanche et raconte certains événements avec très peu de précisions. Le témoignage de Gisevius à Nuremberg nous a forcé à réévaluer les actes de résistance de Schacht. Ce dernier, après-guerre, est confronté à un problème : s’il veut faire reconnaître sa participation à des tentatives de putsch, il doit les rattacher à la tentative d’assassinat du 20 juillet 1944, acte le plus connu de la résistance conservatrice. Cependant, il n’y joue pas de rôle. Ses ouvrages justifiant après guerre sa résistance sont ainsi peu convaincants. Le témoignage de Gisevius, confronté au journal de von Hassell par exemple, a montré que Schacht participe réellement à des actes de résistance de 1938 à 1941. Il permet également de comprendre l’entrée progressive et assez tardive de Schacht dans l’opposition au régime.

Enfin, les archives de dénazification ont permis de définir la date de fin de la thèse, 1950, date de la dénazification définitive de Schacht.

3. Apports de la thèse

En premier lieu, il nous semble que notre thèse apporte un éclairage plus complet sur Schacht. A-t-il été un opportuniste ? Schacht ne s’est jamais embarrassé de scrupules vis-à-vis des institutions. Sous la République de Weimar, lorsqu’il apparaît clairement qu’elle n’est pas capable, entre 1929 et 1930, d’atteindre certains objectifs – soit la fin des réparations, soit l’obtention d’un surplus d’exportation ou encore le retour des colonies – Schacht démissionne et, après avoir tenté de se rapprocher de Brüning, se rapproche des nazis et fait le choix implicite de la fin de la Démocratie. Néanmoins, en termes d’idées et de pratiques, il y a une stabilité certaine chez Schacht. L’appel aux colonies, la lutte contre le traité de Versailles, la restauration d’une puissance militaire, l’influence allemande en Mitteleuropa, par exemple, sont des constantes du discours et des décisions de Schacht, y compris après 1945. Il y a aussi stabilité des techniques financières employées et de leurs finalités. La Golddiskontbank, par exemple, a pour but de recréer un stock d’or pour le Reichsmark d’une part et de faciliter les exportations allemandes. Les propositions de Schacht d’avril 1929 au comité des experts concernent aussi l’accroissement des exportations allemandes. Le projet financier qu’il veut soumettre au débat dans les années 1950 et 1960 pour faciliter les investissements allemands à l’étranger se situe également dans cette perspective.

Une deuxième question se pose sur Schacht : a-t-il été, comme le suggèrent certaines hagiographies ou articles, un visionnaire ? La réponse est négative. Dans la première moitié du XXe siècle, particulièrement après la Première Guerre mondiale, se pose une question essentielle : quelle organisation pour l’Europe ? L’État-Nation est-il toujours la forme pertinente d’organisation économique ? Dans une perspective « schmollerienne », Schacht reste un nationaliste et un mercantiliste : il est clairement passé à côté des débats sur les questions européennes.

En troisième lieu, Schacht, étant donné les fonctions qu’il a occupées, s’est parfaitement intégré au IIIe Reich. Il n’a pas été membre du parti nazi, mais il fut une part du Béhémoth par ses relations avec Hitler, Goebbels ou Göring ; par sa participation à la propagande du Reich ; par ses initiatives, comme le mémorandum de mai 1935 qui a pour conséquence la mise en place des lois antisémites de Nuremberg ; par sa participation aux luttes intestines constantes qui caractérisent le régime nazi.

En quatrième lieu, il faut détruire l’image d’un Schacht « philosémite » qu’il s’est lui-même donné. L’antisémitisme de « dissimilation » de Schacht et des conservateurs qui se sont alliés aux nazis a été une condition de l’arrivée au pouvoir de Hitler et du renforcement de son pouvoir. Comme le décrit Ian Kershaw, cet antisémitisme conservateur a renforcé le processus de radicalisation de la politique antisémite du IIIe Reich. Pour autant, ce même antisémitisme de « dissimilation » est un facteur de marginalisation de Schacht. Les lois de Nuremberg mettaient un terme, du point de vue de Schacht, au « problème Juif ». Pour Hitler ou Rosenberg, elles représentaient plutôt une étape. Le grand pogrom de novembre 1938 pousse Schacht à proposer un plan de financement de l’émigration des Juifs en décembre 1938, qu’il tente de défendre à Londres et à Berlin. Cette solution montre cependant l’importance des préjugés raciaux et culturels de Schacht. Reposant sur des présupposés antisémites, elle est inacceptable pour les Juifs.

Enfin, Schacht a fait l’objet d’une clémence certaine lors des procès d’après-guerre. À Nuremberg, la volonté politique, finalement acceptée par les Soviétiques, d’assurer aux accusés un procès le plus équitable possible, la logique de « complot » utilisée par l’accusation et qui ne peut commencer qu’à partir de 1937 et du protocole Hoßbach et enfin la hiérarchisation des peines et des accusés mènent à l’acquittement de Schacht. En effet, l’accusation n’a jamais pu prouver que Schacht disposait de fonctions importantes après 1937. De plus, les avocats de l’ancien ministre le défendent avec efficacité, malgré une plaidoirie parfois emphatique.

Le processus de dénazification souffre, dans le cas particulier de Schacht, de cet acquittement. Après un premier procès dont les archives semblent indiquer qu’il ne fut pas équitable, les Spruchkammer du Würtemberg-Bade et de Basse-Saxe classent Schacht en catégorie V : grâce à ses faits de résistance, Schacht est libéré. La complexité de ces procédures, la rivalité entre Länder, la logique de la loi de dénazification qui attribue aux Résistants une sorte de relaxe automatique, permettent à Schacht d’être libéré. Finalement, Schacht est un symbole des limites de la procédure de dénazification, qui voit des subalternes être classés en catégorie III (une sorte de culpabilité « modérée ») et des dignitaires en catégorie V (relaxe). Schacht n’est pas, dans cette logique, un cas isolé. Un autre exemple de cette mansuétude est Kurt Schmitt, condamné comme Hauptschuldiger en 1946, mais déclaré Mitläufer en 1949 et condamné au paiement d’une amende et des frais du procès. Grâce à sa résistance, Schacht échappe même au classement en catégorie III ou IV.

4. Zones d’ombre

La carrière de Schacht après 1950 mériterait une étude, éventuellement intégrée dans un sujet plus large qu’une biographie sur Schacht.

Pour cette période, les aspects internationaux semblaient être les plus intéressants au début de notre thèse. Il est probable que son activité intérieure soit finalement plus déterminante et puisse nous apprendre beaucoup sur la rfa. En effet, les liens entre certains milieux (le Rhein Ruhr Klub, la csu) et d’anciens dignitaires du régime nazi (Schacht) ou de personnalités qui ont joué un rôle dans la chute de la République de Weimar (Brüning, Luther) nous semblent montrer que la création et l’ancrage de la rfa en Europe de l’Ouest n’ont pas été une évidence pour tous les Allemands. L’évolution politique de Schacht dans les années 1960, lorsque l’Allemagne est confrontée aux phénomènes « Mai 68 », devrait également être précisément étudiée. Sur cette même période, une étude précise sur l’activité bancaire et internationale de Schacht manque pour l’après-guerre. Quel est, par exemple, son comportement vis-à-vis de l’indépendance du Togo et du Cameroun, anciennes colonies allemandes ?

  1. Simpson, A. E., Hjalmar Schacht in perspective, Mouton, 1969. []
  2. Depuis, Christopher Kopper a publié une biographie de Schacht. Kopper, C., Hjalmar Schacht, Aufstieg und Fall von Hitlers mächtigstem Bankier, Hanser Wirtschaft, Munich, 2006. []

La boutique à Paris au XVIIIe siècle – Natacha Coquery, résumé d’habilitation

L’habilitation a été publiée sous la référence suivante: Coquery Natacha, Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle : luxe et demi-luxe, Comité des travaux historiques et scientifiques – CTHS, 2011.

Le fil d’Ariane du livre fut de chercher à comprendre le rôle des bouti­quiers, longtemps dédaignés, dans l’élar­gissement social du marché et l’avè­nement d’une culture de consommation. Les boutiques ont été un élément central dans le processus de dévelop­pement des consom­­mations au XVIIIe siècle. Leur essor, qui traduit une hausse iné­dite de la demande et de la production de biens, s’explique par un contexte éco­nomique, social et culturel favorable. Mais quel est le prix à payer pour cette évolution ? Face à la banali­sation de la boutique, à des consommateurs plus nombreux et plus exigeants, à la varié­té des produits, aux modes incessantes et à la baisse des prix liées à l’expansion de la produc­tion et de la consommation, qui induisent une circu­lation accrue des biens et de l’argent quelle qu’en soit la forme, les petits commer­çants doivent faire preuve d’une capacité d’adaptation, voire d’antici­pation, décuplée. Dans le contexte de croissance du XVIIIe siècle, le triomphe du secteur distributif ne va pas de soi.

La bou­tique parisienne a été observée sous trois angles : culturel, géogra­phique, socio-économique, autrement dit, la boutique en mots, en cartes, en chiffres, dans les repré­­sen­tations (litté­raires), dans la ville, comme entre­prise.

Les textes offrent des images nu­an­cées : le guide est attiré par le remar­quable et les curiosités, l’almanach par l’ex­haus­tivité, le dithyrambe ou le natio­nalisme écono­mique. Tous livrent un pano­rama de la bou­tique parisienne qui té­moigne de son importance nou­velle et du désir de reconnaissance des marchands. En l’absence de dénom­brement officiel, seul l’almanach peut servir à la reconstruction d’une géo­gra­­phie com­mer­ciale du Paris de l’ancien ré­gime : tous les boutiquiers ont été pris en compte, d’où une réflexion globale sur le monde corporatif parisien et sur la vi­sion qu’en donnèrent les frères Savary, fins connaisseurs.

L’intérêt de carto­graphier le paysage commercial est de saisir le rôle urbain de la bou­tique : comprendre les emplacements et les mouvements, le mélange complexe de perma­nences, telle l’antique croisée de Paris, et de chan­­­gements, de voies fortes et faibles, l’atmo­sphère commerciale d’un quar­tier, les phéno­mènes d’attraction, de disper­sion ou de répulsion qui varient selon les mé­tiers, etc., bref, comprendre l’histoire de l’implantation commer­­­ciale, qui façon­na en grande partie le terri­toire urbain. C’est une deuxième façon d’inter­­roger la visibilité des bouti­quiers, non dans la littéra­ture mais dans le terri­­toire.

Changer de source permet de changer d’échelle : l’analyse micro-géographique est menée grâce aux adresses des cré­an­ciers et des clients de quelques bou­tiquiers, bijoutiers et tapis­siers, extraites des livres de comptes ou des bilans de faillite. Pourquoi ces deux métiers ? Parce qu’ils incarnent le marché de luxe et de demi-luxe, emblé­matique de la réussite commerciale pari­sienne, de l’explosion des consom­mations et de la « culture des appa­rences » : les premiers ornent les corps, les seconds les maisonnées. Mais aussi parce qu’ils sont mixtes, brouillant les frontières car mêlant le travail et les réseaux de l’artisanat à ceux du commerce. À partir de la bou­tique-atelier, l’inter­rogation porte sur la notion de territoire commercial et sur les liens entre espace et éco­nomie : les réseaux professionnels, de clientèle et de crédit sont projetés dans l’espace pa­­­risien pour comprendre les stratégies spa­tiales et les dyna­miques de proxi­mité ou d’éloignement, voisinage n’implique pas forcé­ment coordination, entre les acteurs de l’échange. Les territoires se modifient selon le secteur – bijou­terie et tapisserie renvoient à deux métiers organisés de façon différente, profession­nellement et spatialement – et selon les boutiquiers puisque d’un marchand à l’autre, les réseaux d’interconnaissance varient.

L’environnement culturel et spatial posé, le fonction­nement quotidien de l’entreprise boutiquière peut être analysé. Les documents sont foisonnants : bilans de faillite et listes de créan­­­­ciers, inventaires après décès et stocks de marchandises, actes de société, litiges, contrats d’ater­moiements, d’union passés entre le failli et ses créan­ciers, etc. Les livres de comptes d’Aubourg, bijoutier joaillier éta­bli rue Mazarine, faubourg Saint-Germain, et de Law, tapissier miroitier ins­tallé rue Saint-Honoré, permettent une explo­ration sans précé­dent de l’entre­prise à travers l’as­pect multiforme du crédit, la gestion et les compétences profes­sionnelles, les difficultés, la fail­lite, les ryth­mes du com­merce, la clien­tèle, la diffu­sion et la circulation des biens, l’incroyable diver­sité des services et des marchandises distribués, le jeu sur les qua­­lités et le mélange équivoque du fin, du faux, du vieux, du faible, de l’enrichi, de l’uni…, le désir de fan­taisie des riches et des moins riches, les archaïsmes, le troc, mais aussi les pra­tiques inno­vantes pour ré­pondre au goût et à la mode… Les archives révèlent l’iné­pui­sable vitalité commer­çante sur laquelle reposent en bonne partie le succès et la re­nom­mée de la capitale euro­péenne de la mode et du luxe, mais aussi la montée concomitante des risques du métier. Elles met­­tent en lum­ière l’épais­seur et les contrastes de la société commer­çante, la complexité des rapports sociaux et des conflits qui la traversent, la pres­sion des liens de confiance et de méfiance qui la struc­turent.

La « révolution » des consommations… : le terme est excessif car le secteur com­merçant baigne dans un milieu très traditionnel, qui continue d’être modelé par des repré­sen­tations, des pratiques, des règles, des implantations, des réseaux, des rapports de force, mais aussi par des modes de consommation et de production ancestraux, ce qui ne veut pas dire immobiles. Un premier bouleversement du système distributif va être lié à la nais­sance du grand magasin, à la fin des années 1820. Et pourtant le dynamisme com­mercial éclate de tous côtés, indiscutable cheville ouvrière de l’expansion du XVIIIe siècle, en dépit des difficultés et des risques multipliés par la croissance même : l’épanouissement de la publicité, tremplin multi­forme (annonces dans la presse, prospectus, almanachs, guides, vitrines et montres…) qui fait fi des sempi­ternelles images dévalorisantes ; la transfor­mation et la création urbaines, manifestations d’une emprise conquérante qui traduit l’active partici­pation à la spécu­lation immo­bilière, à la vie et au devenir de la cité (le Palais-Royal, les places et les théâtres, les boulevards et leurs abords, les faubourgs et les marges urbaines) ; la sou­plesse des manières de comptabiliser, de collaborer et d’exercer le métier en réponse aux rigi­dités corporatives ; la variété des modes de paiements, du plus sommaire au plus sophistiqué, et la chronologie élastique des règlements ; la délicate maîtrise du crédit et du temps et la pugnacité face aux aléas profes­sionnels ; la rapidité d’adap­tation, l’aptitude à saisir les opportunités du marché, à lancer ou propager les modes, à jouer sur les qualités, les prix et les goûts pour attirer une pratique élargie, et réussir. Entreprenants impénitents, grands diffuseurs d’usa­ges et d’objets inédits, qu’ils soient neufs ou anciens, auprès d’une clientèle mêlée, aristocratique et bour­geoise, mais faillis, pris par les rets du crédit et les pesanteurs financières, éco­no­miques et sociales, le bijoutier Aubourg et le tapissier Law incarnent les ambiguïtés d’un siècle qui balance entre archaïsme et moder­nité.

On the status and the Future Economic History in the World, de Jörg Baten et Julia Muschallik

Abstract

In spite of a rapid globalization of our discipline, surprisingly little is known about economic history as a discipline and the scholars who are representing it: How many economic

historians are there in the world? In which countries or world regions are they concentrated, and where are they lacking? Can we explain differences in the number of economic historians

who are participating on world congresses, and which determinants encourage or limit participation propensity? We also provide a forecast of world congress participation in 2012.

This study is based on the first initiative to estimate the extent of the field in the world. Using an email questionnaire we analyze the global situation of this discipline. Overall 59

countries could be surveyed in this overview, including countries such as Vietnam, Ghana and Haiti. We estimate the overall number of economic historians in the world to be around

10,400 scholars, and the numbers of the global elite that had some economic history exposure around 39 million.

L’article complet est disponible en PDF.

Statuts de l’Association française d’histoire économique

Article I – Désignation | Article II – Objet | Article III – Siège social | Article IV – Composition | Article V – Admission | Article VI – Les membres | Article VII – Radiations | Article VIII – Ressources | Article IX – Assemblée générale | Article X – Comité directeur | Article XI – Bureau | Article XII – Président | Article XIII – Secrétaire général et trésorier | Article XIV – Contrôleur aux comptes | Article XV – Révision des statuts | Article XVI – Dissolution

Article I – Désignation

Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant pour titre : Association française d’histoire économique

Article II – Objet

Cette association a pour but  de promouvoir le développement de l’histoire économique. Afin d’atteindre cet objectif, l’Association

  1. s’efforce de favoriser le progrès  de la recherche et la diffusion de ses résultats,
  2. établit une communication régulière entre ses membres par tous les moyens appropriés (réunions, lettre d’information, courrier électronique, site…),
  3. entretient des relations régulières avec  les associations françaises et étrangères afin de permettre la transmission d’informations et le développement de la coopération scientifique,
  4. représente la communauté des chercheurs en histoire économique auprès des administrations responsables de la conservation des archives publiques ou privées, des bibliothèques, de la documentation, ainsi que des ministères en charge de l’Education nationale et de la Recherche,
  5. assure la représentation de l’Association au sein d’organismes nationaux ou internationaux lorsque cette représentation est nécessaire à la défense de son objet,
  6. organise tous les trois ans un colloque et, occasionnellement, des rencontres scientifiques.

Article III – Siège social

Le siège social est fixé à la Maison des sciences de l’homme, actuellement 190-198 avenue de France, Paris 13e.

Il pourra être transféré par simple décision du comité directeur ; la ratification par l’assemblée générale sera nécessaire.

Article IV – Composition

L’association se compose de :

a) Membres actifs ou adhérents

b) Membres bienfaiteurs.

Sont membres bienfaiteurs les personnes physiques ou morales qui s’intéressent au développement de l’histoire économique.

Article V – Admission

Pour faire partie de l’Association, il faut être agréé par le bureau, qui statue, lors de chacune de ses réunions, sur les demandes d’admission présentées.

Article VI – Les membres

Il est créé deux catégories de cotisations : l’une pour les membres actifs, l’autre pour les membres bienfaiteurs. L’assemblée générale, sur proposition du Comité directeur, en fixe le montant.

Article VII – Radiations

La qualité de membre se perd par :

a) La démission ;

b) Le décès ;

c) La radiation prononcée par le Comité directeur pour non-paiement de la cotisation ou pour motif grave.

Article VIII – Ressources

Les ressources de l’Association se composent

  1. des cotisations de ses membres,
  2. de subventions publiques,
  3. de dons manuels,
  4. des intérêts de son compte épargne.
  5. de remboursements de services.

Article IX – Assemblée générale

L’assemblée générale ordinaire comprend tous les membres de l’Association à quelque titre qu’ils y soient affiliés. L’Assemblée générale ordinaire se réunit sur convocation du bureau au moins une fois chaque année

Quinze jours au moins avant la date fixée, les membres de l’Association sont convoqués par les soins du secrétaire général. L’ordre du jour est indiqué sur les convocations.

Le président, assisté des membres du Bureau, préside l’Assemblée et expose la situation morale de l’Association. Le trésorier rend compte de sa gestion et soumet le bilan à l’approbation de l’assemblée. Enfin, l’assemblée se prononce sur le programme des travaux de l’Association et, plus généralement, sur toute question inscrite à l’ordre du jour.

Elle procède au renouvellement du Comité directeur selon la procédure décrite à l’article X.

Si besoin est, ou sur la demande de la moitié plus un des membres à jour de leur cotisation, le président peut convoquer une assemblée générale extraordinaire, suivant les formalités prévues ci-dessus.

Article X – Comité directeur

L’association est dirigée par un Comité directeur, élu pour trois années par l’assemblée générale. Il est composé de 19 membres qui sont rééligibles. Seules les candidatures déclarées sont recevables et elles doivent être communiquées aux adhérents avant la date de l’élection. Seuls peuvent prendre part au vote les adhérents inscrits à jour de leur cotisation. L’élection a lieu au scrutin secret à la majorité des suffrages exprimés. Les votes par correspondance et par procuration sont admis. Les procurations sont limitées à deux par personne. L’assemblée générale désigne un bureau de cinq membres chargé de régler la procédure de l’élection, de veiller à sa régularité et d’en proclamer les résultats.

Lorsque le représentant de l’Association française au sein de l’Association internationale d’histoire économique n’a pas été élu au Comité directeur, il y siège en surnombre. Le Comité directeur peut également compter des chargés de mission, élus par l’assemblée générale sur proposition du Président.

Le Comité se réunit au moins trois fois par an, sur convocation du président, ou sur la demande du quart de ses membres. Les décisions sont prises à la majorité des voix; en cas de partage, la voix du président est prépondérante. Tout membre du Comité qui, sans excuse, n’aura pas assisté à trois réunions consécutives sera considéré comme démissionnaire.

Dans l’intervalle des sessions de l’assemblée, le Comité directeur prend toutes les décisions concernant la vie de l’Association. En particulier, il désigne les représentants de l’Association dans les organismes nationaux et internationaux.

Article XI – Bureau

Le Comité directeur choisit parmi ses membres, au scrutin secret, un Bureau composé de 7 membres : un président, quatre vice-présidents, un secrétaire général, et un trésorier. Il représente d’une façon permanente le Comité directeur. Il se réunit plusieurs fois par an pour examiner la situation générale de l’Association et  mettre au point les projets de l’Association avant de les soumettre à l’approbation du Comité directeur et de l’assemblée générale.

Article XII – Président

Le Président ne peut exercer ses fonctions plus de trois ans. A l’expiration de son mandat, il siège de droit et en surnombre au Comité directeur et au Bureau. En cas d’indisponibilité prolongée, l’intérim est assuré par l’un des vice-présidents après avis favorable du Comité directeur.

Article XIII – Secrétaire général et trésorier

Le Secrétaire général est élu pour trois ans et rééligible une fois. Il est chargé de l’administration de l’Association, de la rédaction de la Lettre d’information et de l’annuaire, et de l’établissement d’une correspondance électronique avec les adhérents. A l’expiration de son mandat, il siège de droit et en surnombre au Comité directeur.

Le trésorier est élu pour trois ans et rééligible une fois.

Article XIV – Contrôleur aux comptes

L’assemblée générale désigne parmi les membres de l’Association un contrôleur aux comptes, entend son rapport et statue sur lui.

Article XV – Révision des statuts

Tout projet visant à modifier les statuts de l’association doit être soumis à l’approbation du Comité directeur puis de l’assemblée générale. La majorité absolue est requise avant l’application des nouveaux statuts.

Article XVI – Dissolution

En cas de dissolution prononcée par les deux tiers au moins des membres présents à l’Assemblée générale, un ou plusieurs liquidateurs sont nommés par celles-ci, et l’actif, s’il y a lieu, est dévolu conformément à l’article 9 de la loi du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901.