Archives de catégorie : Nouvelles diverses

Offre d’emploi :Three Tenure-track positions at Denison University

Please share the following job ads with PhD candidates and other interested individuals in your network.

Position 1 (Economics Department): Financial Economics

Position 2 (Global Commerce program): Economic History

Position 3 (Data Analytics program): Mathematical & Quantitative Methods

Best wishes,

Fadhel

فاضل قابوب

Fadhel Kaboub
Associate Professor of Economics, Denison University
President, Binzagr Institute for Sustainable Prosperity
Granville, OH 43023 740-587-6315 @FadhelKaboub

Le mercredi 12 octobre 2016 à 19 heures se tiendra à l’Institut culturel italien de Paris, 50 rue de Varenne, 75007 Paris une rencontre en hommage à la mémoire d’Alberto Tenenti.
Y sera présenté le volume des Actes du Colloque international organisé par le Collège de France les 9 et 10 novembre 2012 à l’occasion du 10ème anniversaire de sa disparition, le 11 novembre 2002, à Paris :
« La Renaissance d’Alberto Tenenti (1924-2002). Portrait intellectuel d’un historien franco-italien », Essais réunis par Maurice Aymard, François Dupuigrenet Desroussilles et Carlo Ossola, Studi Veneziani, N.S. LXXII (2015).
Interviendront Maurice Aymard, François Dupuigrenet Desroussilles, Yves Hersant et Carlo Ossola

Rappelons, parmi les ouvrages d’histoire économique et sociale d’Alberto Tenenti:

Naufrages, corsaires et assurances maritimes à Venise (1592-1609), Paris, Bibliothèque générale de l’École pratique des hautes études, 1959
Venezia e i corsari, 1580-1615, Bari, Laterza, 1961
L’Italia del Quattrocento : economia e società, Laterza, 1996

Où en est l’enseignement de l’histoire économique en France ?

La table ronde organisée par l’AFHE dans le cadre des 19e Rendez-vous de l’histoire se déroulera :

Vendredi 7 octobre 2016 à 11h45

à Blois, au campus de la CCI (Amphi vert)

eco-rvh-2016_7oct_afhe

La Carte blanche de l’AFHE réunira enseignants du secondaire et du supérieur, économistes et historiens pour établir ensemble un bilan de l’enseignement de l’histoire économique en France. Quelle est la place de l’histoire économique dans les programmes d’histoire et de SES du secondaire et dans les cursus d’économie et d’histoire à l’université ?

Intervenants :

  • Cédric PERRIN, professeur agrégé d’histoire au lycée Grandmont (Tours), Chargé de mission AFHE
  • Véronique CHANKOWSKI, Maître de conférence en histoire antique à l’université de Lyon
  • Guillaume DAUDIN, professeur à l’université Paris-Dauphine
  • Igor MARTINACHE, professeur agrégé en sciences sociales, représentant de l’APSES

Modération : Stéphane FRACHET, journaliste, correspondant régional du journal les Échos.


Crédit image de une : « Claremont High School, Television in the classroom »- Tasmanian Archive and Heritage Office: AB713-1-9607 en cc sur Flickr

Apprendre de ses erreurs, par Hubert Bonin

Sur le site de l’Histoire, Hubert Bonin rend compte de la publication des actes du colloque de l’AFHE à Lille : L’échec a-t-il des vertus économiques ? publié sous la direction de Natacha Coquery et Matthieu de Oliveira :

« Généralement, on n’aime pas l’échec ni ceux qui échouent dans le monde de l’entreprise et de l’économie. Avec audace, une équipe de 24 historiens a pris le sujet à bras le corps lors d’un congrès. Ils discutent du rapport délicat entre prudence et avancées stratégiques ou innovations ; des effets des échecs sur l’enrichissement du capital d’expérience des manageurs, plus prompts désormais à une anticipation plus rationnelle, car la fameuse « gestion du changement » implique des tâtonnements, dont des cas concrets sont ici fournis, surtout pour l’histoire contemporaine, mais aussi pour les Temps modernes.

Des échecs conduisent à des impasses et des faillites ; d’autres à plus de coopération interentreprises ou européenne (sidérurgie). Il est clair que certains révèlent des inflexions durables de l’environnement économique : il devient alors illusoire de vouloir freiner le mouvement, malgré des essais de la part de l’État ou de l’Europe : il faut dès lors réinventer l’histoire d’une cité, d’une branche, d’une entreprise. »

(source)


Crédit image de une : “The Accident at the Gare Montparnasse (35º50’31.11″,+2º19’13.14” by Jon Horvath and Hans Gindlesberger. Archival pigment print.

[Création à partir de l’image originale de l’accident de la Gare Montparnasse de 1895 en couverture de l’ouvrage recensé]

Chers collègues,

Je remercie très chaleureusement tous ceux d’entre vous qui ont accepté de me renseigner sur ces questions. Un bon témoignage de leur nombre et que je n’ai pas réussi à leur répondre à tous ! (Mais j’y travaille). Tout le territoire n’est pas couvert, mais nous nous en rapprochons…

Certains collègues m’ont signalé, à raison, que mon message faisait comme si les gestionnaires n’étaient pas concernés par la question. Ce serait absurde. Je leur présente mes excuses.

Je serai aussi très content de savoir ce qui se fait en histoire des entreprises en particulier et en histoire économique en général dans les premiers et les seconds cycles de gestion.

Rappel : pour ne pas encombrer la liste, il vaut sans doute mieux que vous m’envoyiez vos réponses à mon adresse mail (gdaudin@mac.com ou guillaume.daudin@dauphine.fr)

Sincères salutations,

Guillaume Daudin

Forwarded message:

From: Guillaume Daudin gdaudin@mac.com
To: histoire_eco@groupes.renater.fr
Subject: Enseignement de l’histoire des faits économiques dans les facultés d’économie ?
Date: Tue, 30 Aug 2016 09:29:35 +0200

Chers collègues,

Il se tiendra le 7 octobre à Blois une table ronde sur l’enseignement de l’histoire économique (http://www.rdv-histoire.com/edition-2016-partir/ou-en-est-l-enseignement-de-l-histoire-economique). Je dois présenter ce qui se passe dans les facultés d’économie. Je connais la situation à Dauphine, un peu celle à Lille, je peux me renseigner sur Paris… Mais c’est tout de même un horizon assez étroit !

Je serai donc content si ceux d’entre vous qui savent ce qui se passe dans la faculté d’économie de leur université (ou tout autre institution du supérieur) voulaient le partager. Quelques questions possibles et non-limitatives :

  • Est-ce qu’il y a des cours d’histoire des faits économiques en premier et/ou en second cycle d’économie ?
  • Sont-ils optionnels ou obligatoires ?
  • S’ils sont optionnels, quelles est la part (approximative) de la promotion qui les choisit ?
  • Sont-ils limités à des cours magistraux ou sont-ils accompagnés de TD ?
  • Sont-ils dispensés par des historiens des faits économiques, des historiens de la pensée économiques ou des économistes ? Ou tout autre aspect qui vous semble pertinent et intéressant…

Pour ne pas encombrer la liste, il vaut sans doute mieux que vous m’envoyiez vos réponses à mon adresse mail plutôt qu’à la liste (gdaudin@mac.comou guillaume.daudin@dauphine.fr)

Si vous êtes suffisamment nombreux à me répondre, je partagerais avec la liste les résultats de mon enquête avec la liste des informateurs (sauf avis contraire), par exemple par un billet sur le carnet de recherche de l’association (https://afhe.hypotheses.org)

Merci d’avance !

Guillaume Daudin
Professeur des Universités en Économie
Université Paris-Dauphine

1er octobre, Journée d’étude : Décentrer l’histoire du travail

Journée d’étude de l’Association française pour l’histoire des mondes du travail

Décentrer l’histoire du travail
(mondes asiatiques et maghrébins)
Samedi 1er octobre 2016
Centre Malher, 9 rue Malher, 75004 Paris
Métro : Saint-Paul
 
Dès sa création en 2013, l’Association française pour l’histoire des mondes du travail a inscrit une ouverture globale dans ses orientations de recherches. Elle a ainsi vocation à promouvoir des études sur le travail et les travailleurs à toutes les époques et sous toutes les latitudes.
Le thème choisi pour sa deuxième journée d’études invite à décentrer l’histoire du travail en s’intéressant à d’autres espaces que ceux largement balisés par une historiographie  centrée sur le monde occidental (Europe et Amérique du Nord) et sur les formes de mobilisation contrainte de la main d’œuvre instituées dans les territoires coloniaux.
À l’heure de l’histoire globale, décentrer l’histoire du travail ne consiste pas à satisfaire à une mode scientifique, en déplaçant à d’autres aires géographiques des questionnements mûris dans le creuset de l’historiographie occidentale. Quitter les rivages de l’Europe et de l’Amérique du Nord, c’est non seulement envisager des traditions historiographiques singulières, mais aussi étudier des chronologies différentes, des formes alternatives de production et d’organisation du travail, d’autres rapports de subordination, d’action et de lutte, impliquant des mains d’œuvre aux statuts divers. C’est surtout permettre de penser à nouveaux frais des notions qui ont été élaborées dans le cadre des historiographies occidentales ou des processus explicatifs (comme celui cherchant à rendre compte des dynamiques capitalistes) qui leur sont associés.
Dans cette perspective, il s’agit d’abord d’envisager des historiographies, des temporalités et des contextes généralement mal connus par les historiens non spécialistes de ces terrains, et susceptibles de proposer de nouveaux éclairages sur les dynamiques historiques du travail. Le propos se veut aussi plus ambitieux : le décentrement invite à  considérer à nouveaux frais les territoires et les histoires plus familiers, à intégrer d’autres récits pour composer des histoires plus vastes, à inventer des chronologies plus ambitieuses. Une telle démarche doit permettre également de dénaturaliser quelques évidences et de questionner quelques certitudes : l’Europe occupe-t-elle nécessairement une position centrale ?  L’Occident incarne-t-il nécessairement la modernité ?
En invitant ainsi quelques-uns des meilleurs spécialistes d’histoires du travail non-occidentales, l’AFHMT fait le pari qu’il y a beaucoup à apprendre de telles approches  comparées.
Programme
9 h 30 – 12 h 30 : Amphithéâtre Dupuis (discutant : Philippe MINARD, Paris 8 et EHESS) :
1.      Vanessa CARU (CNRS, CEIAS), Du paradigme de la « modernisation » à l’histoire sociale, les renouvellements de l’historiographie du travail en Inde au XXe siècle.
2.      Annick LACROIX (Paris-Ouest), Etudier le travail dans l’Algérie et  le Maghreb au XXe siècle.
3.      Claude CHEVALEYRE (EHESS, CECMC)Histoire du travail et de la servitude en Chine impériale. Problèmes conceptuels et historiographiques.
 
12 h 30 – 13 h 30 : déjeuner (inscription préalable nécessaire : 20 € environ, mais à moitié prix pour les adhérent-e-s)
13 h 30 – 15 h : Assemblée générale (adhérent-e-s de l’AFHMT)
15 h – 17 h : Amphithéâtre Dupuis (discutant : Alessandro STANZIANI, EHESS, CRH)
1.      Aditya SARKAR (Université de Warwick), Arrears Due: Wage-Payments and Mill Politics in Late 19th Century Bombay. 
2.      Bernard THOMANN (INALCO, ESOPP)Les mineurs dans l’histoire du travail au Japon. 
Inscription auprès de Nicolas Hatzfeld (nicolas.hatzfeld@gmail.com) jusqu’au 23 septembre

 

Philippe Minard
UMR 8533 CNRS (IDHE.S), université Paris 8, et EHESS (CRH)

Votre avis nous intéresse !

Enquête auprès des lectrices et des  lecteurs du carnet de l’AFHE

Utilisateurs et utilisatrices des outils de communication numérique de l’AFHE, membre ou non de l’association, votre avis nous intéresse.

En suivant ce lien, vous trouverez un court questionnaire anonyme auquel nous vous remercions par avance de répondre.

__________

Crédit image de une : Benjamin Reay – Big question mark en cc sur Flickr

A propos de la crise européenne et les unions monétaires dans l’histoire

Durant des années nous avons tenté d’obtenir un financement pour étudier les questions des Unions monétaires dans l’histoire, en particulier la fin des unions.

Voir par exemple http://www.monetary-union.net/The-EMU-Project

Chaque fois (appels COST, appels européens, visite à la BCE, ANR) on nous a dit que le sujet ne présentait pas d’intérêt, que la construction européenne était une marche irréversible vers l’union.

Maintenant nous voyons le résultat de cet aveuglement des technocrates.

 

On peut toujours relire ce que nous avons écrit sur la fin des unions et la crise du 19e siècle Moneta publications (www.moneta.be)

Georges Depeyrot, Directeur de recherche CNRS
Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

NEW ! Promotion: -25 % on Moneta volumes 
Subscribe to the newletter Moneta http://www.moneta.be
Moneta on Facebook https://www.facebook.com/collection.moneta
DAMIN program  http://www.anr-damin.net
Academia
 http://cnrs.academia.edu/GeorgesDepeyrot

Soutenir Metropolitiques !

LogoMetropolitiquesAppel à dons exceptionnel

Cinq ans après sa création, la revue Métropolitiques  s’est désormais installée au cœur des débats sur les questions urbaines et territoriales. Avec plus de 900 articles publiés (dont 250 en anglais), elle joue désormais un rôle important dans la diffusion des savoirs et l’animation des débats entre chercheurs, professionnels, politiques et citoyens. Malgré cette réussite, dont atteste un nombre croissant de lecteurs, la revue connaît actuellement d’importante difficultés financières. Continuer la lecture de Soutenir Metropolitiques !

Conférence D. Agut, J.C. Moreno Garcia – Documents fonciers égyptiens

Dans le cadre du séminaire d’histoire économique de l’Antiquité (J. Zurbach), Damien Agut et Juan Carlos Moreno Garcia feront une intervention commune le jeudi 19 mai sur des documents fonciers de l’Égypte ancienne.

Documents fonciers égyptiens. I : documents ramessides (J.C. Moreno Garcia)

Documents fonciers égyptiens. II: cadastres et registres fiscaux du XIe au IXe siècle (D. Agut)

Le séminaire a lieu à l’ENS, 45 rue d’Ulm, Paris, en salle d’Histoire (esc. D, 2e étage), de 16 à 18h.

Cliometrica, Vol. 10, No. 2, 2016

Claude Diebolt nous communique :

Springer Verlag, together with the managing editor, the co-editors, the  honorary members and the associate editors are pleased to announce the online publication of Cliometrica, Vol. 10, No. 2, May 2016:
http://link.springer.com/journal/11698/10/2/page/1

11698_4_1_oc.indd

Nuno Palma
Sailing away from Malthus: intercontinental trade and European economic  growth, 1500-1800
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-015-0126-1

Matthew Jaremski, Brady Plastaras
The competition and coexistence of mutual and commercial banks in New  England, 1870-1914
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-015-0127-0

Jonathan Pritchett, Jessica Hayes The occupations of slaves sold in New Orleans: Missing values, cheap talk, or informative advertising?
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-015-0129-y

Frans Buelens, Ewout Frankema Colonial adventures in tropical agriculture: new estimates of returns to investment in the Netherlands Indies, 1919-1938
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-015-0128-z

Samuel Standaert, Stijn Ronsse, Benjamin Vandermarliere Historical trade integration: globalization and the distance puzzle in the long twentieth century
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-015-0130-5

As accepted papers get typeset, they become available for journal subscribers through Springer’s Online Program. For access, click on the following link:
http://link.springer.com/journal/11698/onlineFirst/page/1

I take this opportunity to renew my invitation and warmly encourage all of you to submit your own new articles to our journal and of course to motivate your colleagues to do the same. For all editorial matters, including articles offered for publication, please
go to: http://www.editorialmanager.com/clio/, or contact me by e-mail:
cdiebolt@unistra.fr.

P.S.: Handbook of Cliometrics: http://www.springer.com/fr/book/9783642404054

P.P.S.: Submit your book proposals to Studies in Economic History:
http://www.springer.com/series/13279

Rolande Trempé (1916-2016)

Les mineurs de Carmaux 1848-1914 (Editions Ouvrières, 1971),  Les trois batailles du charbon 1936-1947 (La Découverte, 1989) ou encore son chapitre de  La France ouvrière, tome 1 : Des origines à 1920 (Editions sociales, 1993) sont des textes qui ont marqué l’histoire économique.

Rolande Trempé, historienne des mondes du travail, historienne de Jaurès, historienne des femmes, Résistante et historienne de la Résistance, militante encore et toujours, est décédée subitement hier. Elle allait avoir cent ans le 31 mai.

Au-delà de la grande tristesse qui est celle de ses amis de l’Université de Toulouse et d’ailleurs, qui est aussi la mienne (étudiant, j’avais été plongé par Jean Bouvier dans les mines de charbon, ce qui m’avait valu de rencontrer Rolande Trempé et d’être ébloui par elle), je voudrais signaler que l’on peut l’entendre ou la voir sur le web, dans des programmes passionnants.

Par exemple :

 

Et vous indiquer deux autres manières de connaître la vie et l’étendue de l’oeuvre de Rolande Trempé :
– l’entretien que Rolande Trempé avait accordé fin janvier à Marianne Debouzy, Ingrid Hayes, Michel Pigenet et moi paraîtra dans le numéro d’avril-juin 2016 du Mouvement Social ;
– la notice biographique que le Dictionnaire créé par Jean Maitron avait choisi de lui consacrer, oeuvre de Michelle Perrot, paraîtra prochainement dans le dernier tome de la série 1940-1968 du Maitron aux Editions de l’Atelier.

Patrick Fridenson

QUE DEVIENT LE C.T.H.S. ?

ASSOCIATION  DES AMIS DU CTHS ET DES SOCIETES SAVANTES

Co/CTHS 110 Rue de Grenelle – 75357 Pairs cedex 07

QUE DEVIENT LE C.T.H.S. ?

L’Association des Amis du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques et des Sociétés Savantes, fidèle à ses missions de défense d’un organisme qui occupe une place essentielle dans la recherche participative en France, tient à faire le point et vous informer sur la situation actuelle du Comité.

Rattaché depuis 2007 à l’École nationale des chartes par un arrêté du ministère de l’Éducation nationale garantissant son autonomie, il est depuis 2015 l’objet d’attaques de la part de l’actuelle direction de l’École des chartes (ENC) et de son directeur Jean-Michel Leniaud mettant en cause son existence même.

– ponctions sur son fonds de roulement et gestion comptable opaque de la part de l’École qui conduisent à transformer le Comité en « variable d’ajustement » lui permettant de faire face à ses propres difficultés de gestion.
– remise en cause continuelle de l’autonomie du Comité et volonté de transformer en simple service de l’École cet organisme créé en 1834 par Guizot et dont le rôle et les missions sont fixés par l’Etat.

Cette attitude de la direction de l’École des chartes a entravé le fonctionnement du Comité des travaux historiques et scientifiques durant l’année 2015.

– remise en cause de son programme éditorial (10 ouvrages papier publiés contre 23 en 2014 prévus). Il en résulte un manque à gagner important pour le Comité.  Cela  pénalise  gravement les  jeunes docteurs et les chercheurs qui attendent la publication de leurs travaux.
– difficultés pour les différentes sections du Comité de se réunir régulièrement
– difficultés pour l’organisation du Congrès annuel des sociétés savantes
– remise en cause des programmes de recherche collaborative notamment la base prosopographique la « France savante » et la numérisation des dictionnaires topographiques
– refus du choix du Comité pour la nomination de son délégué général.

En ce début d’année 2016, l’ENC a imposé au CTHS un budget qui interdit tout fonctionnement réel : il n’est plus en mesure de faire face aux missions qui lui ont été confiées par l’État.

Fidèles à leur vocation, les Amis du  CTHS ont engagé une action dès l’année dernière pour dénoncer cet état de fait:
– Soutien à la pétition pour la défense du CTHS qui a recueilli 3500 signatures
– Publication d’une lettre ouverte au Président de la République lors de sa venue à l’École des chartes en octobre 2015.

À l’initiative du ministère de l’Éducation nationale, sous la conduite de M. Michel Zink, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-Lettres et professeur au Collège de France, un comité d’experts a été chargé d’examiner la situation du CTHS. Son rapport, rendu le 2 février 2016, souligne le caractère fragile de la position de la direction de l’École quant aux difficultés financières du Comité et reconnaît implicitement que celles-ci ne sauraient être imputées à ce dernier. Il insiste également sur la nécessaire révision des statuts garantissant l’autonomie du CTHS pour l’accomplissement de ses missions.

La mise en œuvre rapide par le ministère de l’Éducation nationale et la direction générale de l’Enseignement supérieur (DGSIP) devrait permettre de sortir de la crise actuelle.  Si la direction de l’École persistait dans son attitude, le Comité disparaîtrait à brève échéance, à un moment où le rôle des associations est reconnu comme indispensable à la vie sociale.

La ministre de l’Éducation nationale et de la recherche doit faire connaître à la communauté scientifique si elle souhaite que l’organisme de recherche et d’animation des sociétés savantes de France, qui fédère depuis près de deux cents ans des hommes et des disciplines très diverses, puisse continuer ses missions.

Pour notre part nous refusons le démantèlement d’une institution, profondément originale, qui a su faire la preuve au cours de sa longue histoire de sa capacité à se renouveler et à s’adapter à des situations nouvelles et nous refusons que le Comité porte la responsabilité d’une situation qui n’est pas de son fait.

Nous appelons la communauté des chercheurs et des sociétés savantes à se mobiliser pour faire face à ces menaces.

Nous sommes prêts à saisir la Chambre régionale des comptes pour que toute la lumière soit faite sur la situation financière et budgétaire réelle du CTHS.

Nous saisissons actuellement le Tribunal administratif sur la nomination du délégué général du CTHS et sommes décidés à engager toutes les actions nécessaires pour que les engagements de l’État soient respectés.

L’Association des Amis du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques et des Sociétés Savantes

Paris mars 2016

Appel à communication – Rio de Janeiro juillet 2017

Cher(e)s collègues

avec Alexandre Carmago, doctorant en histoire à Rio de Janeiro, et Ute Schneider, professeure d’histoire moderne à Druisburg-Essen, nous souhaitons proposer une session consacrée à la statistique, à ses transformations et à ses usages depuis le XVIIe siècle pour le prochain congrès d’histoire des sciences et des techniques prévu à Rio de Janeiro (Brésil) en juillet 2017.
Trouvez ci-dessous notre appel à communication, n’hésitez pas à y répondre et à le diffuser
Un grand merci

Béatrice Touchelay

Univ. Lille, CNRS, UMR 8529-IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion, F-59000 Lille, France

Séminaire « Crises de la dette publique » 23 février 2015, Bercy

Les crises de la dette publique en Amérique du Sud

Mardi 23 février 2016, 15h-18h

Bercy, bâtiment Vauban, salle V0064 Sud 1.

Invités :

Carlos Marichal (Université de Mexico) :

« Débats sur les crises des dettes latino-américaines : les cas de de Mexique (1982) et Argentine (2001) en perspective historique »

Juan Florès (Université de Genève) :

« Sans filet : prêteurs en dernier ressort internationaux et crise de la dette latino-américaine de 1982 »

 

Du fait de mesures de sécurité renforcées, l’inscription à cette séance du séminaire est obligatoire afin que nous puissions vous renvoyer une confirmation d’inscription dont vous devrez vous munir ainsi que d’une pièce d’identité car elles vous seront demandées à l’entrée de Bercy. Veillez à arriver 15’ à l’avance en raison des délais de contrôle.

Contact : boris.hazoume@finances.gouv.fr