Archives de catégorie : Hommages

Alain Dewerpe, in memoriam

par Cecilia D’Ercole


Alain DewerpeAlain Dewerpe s’est éteint soudainement le 16 avril dernier, dans la pleine force de sa vigueur intellectuelle. Il aura marqué, par sa pensée originale à la croisée de disciplines et de problématiques de grande envergure, l’ensemble des travaux scientifiques sur l’histoire sociale, politique et économique de l’Europe. Car Alain Dewerpe était un esprit lucide qui prenait à bras-le-corps les grands thèmes de l’histoire moderne et contemporaine, de la transition entre le monde agraire et la première industrialisation européenne jusqu’aux évolutions présentes de la société industrielle. Il savait aborder de main de maître non seulement les grandes synthèses, comme l’illustre son ouvrage sur les Mondes du travail en France (Paris 1989), mais aussi les enquêtes minutieuses sur le monde de l’entreprise : rappelons ses travaux sur les usines Schneider (1995), Citroën (1992-1994), et ses enquêtes sur l’Ansaldo de Gênes, qui avait déjà attiré son attention en 1985 et l’occupait encore actuellement.

Il était, par excellence, un bâtisseur des passerelles européennes : formé en France (École normale supérieure) et en Italie (École française de Rome), il connaissait bien les chemins et les écarts de ces deux pays aux destins si proches et si différents, l’un ancré dans le cœur de l’Europe, l’autre projeté vers la Méditerranée.

Sa passion pour la recherche allait de pair avec son engagement pédagogique : professeur d’histoire et géographie (1980-1981), il a été maître de conférences à l’École normale supérieure (1987-1991) avant d’être élu directeur d’études à l’Ehess en 1991. L’intitulé de sa chaire,« Histoire sociale comparée de l’industrialisation », prouvait qu’il se rangeait résolument parmi ceux qui franchissent le pas et tissent les liens entre l’histoire économique et l’histoire sociale.

Son intérêt pour l’histoire sociale rejoint son vécu personnel sur un point très intime lorsqu’il dresse la fresque, précise et tragique, du « massacre d’Etat » du 8 février 1962. Les stratégies politiques des forces en présence, les rituels de l’imaginaire républicain (la manifestation, le cérémonial du deuil collectif) y sont reconstruits et analysés avec une grande finesse, grâce à un travail monumental de collecte de sources écrites et orales. Le grand thème des relations entre démocratie et violence y est exploré dans ses recoins le plus secrets. Ce n’est que par deux lignes de cet impressionnant ouvrage que le lecteur averti apprendra que cet œuvre est – entre autres et surtout – un monument à la mémoire de la mère de l’auteur, Fanny Dewerpe, l’une des victimes de cette page noire de l’histoire de la France contemporaine.

Tel était Alain Dewerpe : une intelligence puissante et une nature pudique, un savant bien armé avec un regard curieux. Nous continuerons de le lire mais sa parole nous manquera.

Sit tibi terra levis.





___________________________________
Crédit image : Alain Dewerpe, site de l’EHESS

Hommage à Alain Dewerpe

par Patrick Fridenson

Notre collègue Alain Dewerpe, directeur d’études à l’EHESS, a été emporté hier à 62 ans par les suites d’un problème cardiaque. Il était de ceux qui avaient refusé la séparation entre histoire économique et histoire sociale (ce qu’avaient aussi refusé ses doctorants) et il était aussi de ceux qui avaient trouvé beaucoup d’intérêt à l’économie des conventions. Egalement pionnier dans d’autres domaines de l’histoire, il avait repris depuis deux ans son projet de livre sur l’histoire de la grande entreprise industrielle italienne Ansaldo (1853-1993), aujourd’hui absorbée par Finmeccanica, avec l’idée de le boucler.

Ayant fait plusieurs années avec lui un séminaire conjoint sur l’histoire des entreprises et l’international, je tiens aussi à dire à quel point l’enseignement était pour lui important.

Nous penserons beaucoup à ce grand historien.

Patrick Fridenson
Centre de Recherches Historiques
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
190-198 Avenue de France
75244 Paris cedex 13
http://ift.tt/1ingn47

Décès d’Alain Dewerpe

C’est avec une infinie tristesse que j’ai appris la mort d’Alain Dewerpe par la présidence de l’Ehess.

J’aimerais adresser à sa famille mes condoléances attristées et m’associer à route démarche collective des historiens en sa mémoire, de Marseille ou je réside. Comment faire?

Christelle Rabier

>

Hommage Bernard Maris

Notre collègue Bernard Maris est décédé dans les conditions tragiques que l’on connaît.
Les médias ont, à juste titre, rappelé ses multiples facettes : journaliste, essayiste, débatteur, vulgarisateur, romancier, érudit.
Peu ont mis en exergue l’enseignant-chercheur.
Mondes Sociaux, magazine en ligne de Sciences humaines et sociales, a voulu combler cette lacune en donnant la parole à des chercheurs du LEREPS, laboratoire toulousain auquel il a appartenu pendant huit ans et qu’il a dirigé durant deux années.

« Bernard Maris, un humaniste et un penseur critique de l’économie dominante » : http://sms.hypotheses.org/3383

N’hésitez pas à faire circuler cet hommage dans et hors du champ universitaire, soit en utilisant le lien hypertexte ci-dessus, soit en imprimant l’article (cliquez sur « Imprimer ce billet » en fin d’article).

Bonne lecture.
Le Comité éditorial

 LABEX  SMS – http://sms.univ-tlse2.fr/

Revue ARTEFACT. Techniques, histoire et sciences humaines – Charlie Hebdo / Hyper Cacher

La direction de la revue Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines exprime sa profonde émotion face aux attentats odieux perpétrés à Charlie Hebdo et au magasin Hyper Cacher de la Porte de Vincennes.

artefact

Elle exprime sa profonde solidarité aux victimes et à leurs familles. Attachés à comprendre la place et le rôle des techniques comme constitutives des sociétés, nous héritons d’une tradition forte, au sein de laquelle « l’école française de technologie » comme l’appelait notre collègue François Sigaut est une référence majeure. Pour Marcel Mauss, pour André Leroi-Gourhan, pour André-Georges Haudricourt, dans la technique s’exprime le kaléidoscope des variations qui fait la texture des sociétés. Ceci justifiait pour Mauss une « sociologie technologique », dont l’encyclopédisme puise ses racines dans la pensée des Lumières. Cette liaison entre les techniques, l’humanité et la société sous-tend notre publication. C’est notre intérêt pour l’humain, pour sa capacité à réduire l’hétérogénéité des contraintes en problème, en somme pour l’_expression_ de la pensée constitutive de son existence, qui justifie notre engagement dans la promotion des études sur la technique. Nous faisons nôtre Simone Weil (« On ne peut rien concevoir de plus grand pour l’homme qu’un sort qui le mette directement aux prises avec la nécessité nue, sans qu’il ait rien à attendre que de soi, et que sa voie soit une perpétuelle création de lui-même par lui-même »). Nous faisons nôtre Georges Canguilhem (« L’homme est en continuité avec la vie par la technique »). Publiant une revue de sciences sociales des techniques, nous revendiquons la nécessité de penser la technique pour penser l’humain. Nous sommes profondément meurtris par la négation effroyable de l’humanisme qu’expriment ces attentats. Nous affirmons notre volonté de continuer à œuvrer pour défendre la faculté de juger, l’exercice de l’intelligence et l’infinie diversité de la pensée humaine.
La direction de rédaction de la revue : Sophie de Beaune, Christiane Demeulenaere-Douyère, Liliane Hilaire-Pérez, Audrey Millet, Marie Thébaud-Sorger.

PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/revue.artefact

Hommages à Bernard Maris, 1946-2015

Copyright Bernard Maris/RadioFrance 2015
© B. Maris/RadioFrance 2015

_

_

_

Économiste lucide et penseur original, Bernard Maris vient de perdre tragiquement la vie. Nous déplorons vivement la perte d’une intelligence et d’une parole éclairantes.

Ce site publiera prochainement une plus large réflexion sur sa pensée et son œuvre. Pour l’heure, nous vous proposons une revue de presse avec les renvois aux hommages déjà parus.

Natacha Coquery, Cecilia D’Ercole & Émilien Ruiz

_

_

_

Billets, articles et chroniques en hommages à Bernard Maris

  • « Oncle Bernard, tu vas nous manquer », par Stéphane Ménia (Econoclaste)

« La tuerie au siège de Charlie Hebdo me touche pour plein de raisons. Parmi celles-ci, il y a le décès de l’économiste Bernard Maris, qui écrivait sous le pseudo oncle Bernard chez Charlie. Compte tenu de l’objet de ce site, je vais m’attarder sur ce point. D’autres parleront bien mieux des autres disparus. D’autres parleront également mieux que moi de Maris. Mais je me permets de le faire ici modestement, sans relecture, pour dire qu’il va nous manquer. Bernard Maris était un économiste atypique. Pas un chercheur, au sens classique. Vous ne trouverez aucune de ses publications dans les grandes revues spécialisées. En revanche, c’était un passeur… » [Lire la suite]

  • « Hommage à Bernard Maris », par Mireille Azzoug (Blog Mediapart de Bernard Gensane)

« Né à Toulouse le 23 septembre 1946, Bernard Maris, professeur des universités, économiste, essayiste et chroniqueur au journal Charlie Hebdo, nous a quittés ce mercredi 7 janvier 2015. Il a été froidement exécuté, avec neuf autres membres de l’équipe de ce journal et deux policiers, par des tueurs barbares qui s’en sont pris à la liberté de la presse, à la liberté de penser, aux valeurs fondamentales de la démocratie, de la République et de l’humanité… » [Lire la suite]

  • « Adieu à Bernard Maris », par Philippe Frémaux (Alternatives économiques)

« L’attentat contre Charlie Hebdo n’a pas seulement tué des personnes. Il s’est aussi attaqué à la liberté d’expression, à la démocratie et à la cohésion de notre société. Il nous faut lutter contre le terrorisme avec détermination, mais sans perdre de vue que ce serait donner raison à ceux qui le pratiquent que d’abandonner nos valeurs pour adopter la vision du monde qui est la leur, un monde où l’intolérance est loi, un monde où l’identité se fonde sur la détestation de l’autre… » [Lire la suite ici – ou ]

  • Hommage à Bernard Maris, par Gilles Raveaud (L’économie politique)

« Bernard Maris a été assassiné le mercredi 7 janvier 2015 dans les locaux du magazine Charlie Hebdo, lors de la conférence de rédaction à laquelle il participait. Bernard Maris avait de multiples qualités, tant intellectuelles, professionnelles, artistiques, que personnelles. En particulier, il était doté d’une gentillesse et d’une bienveillance rares. En tant qu’économiste, il possédait avec brio ce qui est peut-être la qualité la plus importante : la capacité de surprendre, de provoquer, mais aussi et surtout d’expliquer au plus grand nombre, de décortiquer, d’expliquer et… de faire rire. [Lire la suite]

  • « Atterré », par Jean-Marie Harribey (Alternatives économiques & Basta!)

« Le mot “atterré” a pris aujourd’hui un autre sens. Il ne désigne plus seulement une poignée d’économistes en opposition avec leurs collègues qui continuent envers et contre toute pensée logique de faire prendre des vessies pour des lanternes aux citoyens et à leurs étudiants. Bernard Maris faisait partie de ces économistes atterrés. Mais aujourd’hui le mot “atterré” désigne l’effondrement qui nous atteint, nous sidère et nous submerge… » [Lire la suite ici ou ]

  • « Hommage à Bernard Maris », par Marion L’Hour – On arrête pas l’éco (France Inter)

« Il y a encore un an, l’émission s’ouvrait par le portrait au vitriol de l’homme ou la femme de la semaine économique, dressé par Bernard Maris. Pour rendre hommage à l’économiste de Charlie Hebdo, nous décrochons ce samedi l’un de ces « Encadrés »… » [Lire – et écouter – la suite]

  • « Lire Bernard Maris », par Benoît Melançon (L’oreille tendue)

« Lisant la Vie habitable de Véronique Côté (2014), l’Oreille tombe sur cette citation de Capitalisme et pulsion de mort de Gilles Dostaler et Bernard Maris (2010) : «La technique appelle l’utilité, et l’utilité la laideur. […] La beauté ne fait pas partie du plan capitaliste. À l’inutile et à la beauté, il n’est pas nécessaire de donner d’explication, c’est pourquoi la technique et la loi rationnelle les ignorent» (cité p. 20). » [Lire la suite]

  • « Hommage à Bernard Maris », par Dominique Seux (France Inter)

« Sept ans de régal, à l’écouter, à dialoguer avec lui, à  être son complice. A être en désaccord  -parfois, souvent, pas toujours-, mais bien sûr, pas son adversaire. Bernard est pour moi bien plus qu’un confrère, c’est un compère. Depuis hier, je ne peux pas y croire. Bernard et sa tête d’épagneul triste quand le monde le désespère, Bernard et ses bras qu’il jette un peu partout d’enthousiasme quand un ami surgit ou une idée le séduit… » [Lire – et écouter – la suite]

  • « À Bernard Maris, homme délicieux », par Jacques Sapir (Huffigton Post & RussEurope)

« L’attentat qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo, et provoqué la mort de deux policiers nous remplit d’horreur et de dégoût. Certains de ces journalistes étaient connus de tous. Je ne puis écrire en vérité que pour un, l’économiste Bernard Maris, qui écrivait sous le pseudonyme d’« Oncle Bernard » des billets hilarants et décapants… » [Lire la suite ici ou – traduction en anglais et italien]

  • « Charlie Hebdo : hommage à Bernard Maris », par Olivier Pastré (Le Figaro/Vox)

« Dieu – sic – sait que tu m’énervais parfois. Pourquoi fallait-il que tu pousses parfois trop loin tes critiques les plus pertinentes sur les dysfonctionnements de l’économie de marché mondialisée? Pourquoi fallait-il que tu désignes certains tenants de la pensée néo-libérale comme bouc-émissaires si faciles à «dézinguer»? Tu étais trop talentueux pour, dans certains cas, te laisser aller à de telles facilités. Tu avais par ailleurs quatre immenses qualités qui font, pour certaines, défauts à tant de tes confrères… » [Lire la suite]

  • « Bernard Maris, économiste iconoclaste, homme jubilatoire », par Antoine d’Abbundo (La Croix)

« Selon l’état civil, il s’appelait Bernard Maris, né en 1946, docteur en sciences économiques, tendance Keynes, et professeur à la retraite. Mais les lecteurs de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo et ses amis le connaissaient d’abord sous le nom d’Oncle Bernard, un pseudo sous lequel il signait, depuis des années, une chronique drolatique et vitriolée contre la pensée libérale et les forces du marché… » [Lire la suite]

  • « Bernard Maris ou les paradoxes d’un assassinat », par Maurice Szafran (Challenges)

« Dans Charlie, le grand Charlie des années 2000, ce journal qui chaque semaine agitait ses lecteurs, les faisait à la fois rire et réfléchir, Oncle Bernard occupait une place tout à fait particulière… » [Lire la suite]

Voir aussi

Le mensuel Alternative économique a ouvert l’accès à l’ensemble des publication de Bernard Maris dans ses colonnes.

Sur Youtube, vous trouverez de nombreuses interventions filmées et des entretiens. Par exemple, celle qu’il fit pour le 30e anniversaire du CEMAGREF, devenu Irstéa pour l’occasion :

Clioweb, le blog vous propose une revue de liens vers quelques textes et hommage de ou concernant Bernard Maris.

Sur le site de France Inter, où Bernard Maris était chroniqueur, vous trouverez – via cette page – de nombreux podcasts. Par exemple, en octobre 2014, il fut l’invité de Jean Lebrun pour une marche de l’histoire consacrée à Hayek.

________________________

_

Merci à @mart1oeil, @emikochert, @jeanbaptisteb, @rpierronnet, @schapuisdespres, @balleverte, @benoitmelancon et @ATERdeluxe pour leur contribution, via Twitter, à la constitution de cette petite revue de presse. D’autres hommages et ressources à signaler ? N’hésitez pas à les indiquer en commentaires. E.R.

_

Obsèques François Caron 19 décembre 2014

L’Association française d’histoire économique dont il fut le président,

l’Association Georges Pompidou, l’Association pour l’histoire des caisses d’épargne, le Comité pour l’histoire de l’électricité et de l’énergie, l’Institut pour l’histoire de l’Aluminium, Rails et histoire – Association pour l’histoire des chemins de fer,

dont il fut le fondateur et l’animateur, président du conseil scientifique,

ont la tristesse de faire part du décès du professeur François Caron,

partagent la peine de sa famille et vous invitent à vous associer à l’hommage qui lui sera rendu le vendredi 19 décembre 2014, à 15 h 15, à l’église Saint-Jean-Baptiste, 1, rue du Docteur-Berger, 92330 Sceaux (RER B, Sceaux).

Dons in memoriam aux établissements Jeanne Garnier (association des Dames du Calvaire, http://dons.jeanne-garnier.org/) ou à Aide à l’Eglise en détresse pour les Chrétiens d’Orient (http://www.aed-france.org/).

François Caron, 1931-2014

FrançoisCaronFrançois Caron, historien de l’économie, de l’entreprise et des systèmes techniques, qui a croisé les disciplines et donné un sens aux concepts clés de notre époque – réseau, innovation, culture professionnelle et dimension sociale de la technique – nous a quittés le 14 décembre 2014. Michèle Merger, qui fut l’une des premières étudiantes en doctorat de F. Caron et qui lui a succédé à la présidence du comité scientifique de Rails et histoire, association qu’il avait fondée en1987, retrace ici la carrière de son maître, qui restera longtemps le nôtre.

L’équipe de Rails et histoire,
Association pour l’histoire des chemins de fer –
contact@ahicf.com

[Texte diffusé sur la liste de l’AFHE et publié sur le site de Rail et histoire]

 

François Caron, 1931-2014

Malade depuis quelques mois, François Caron nous a quittés le 14 décembre 2014 à l’âge de 83 ans. Sa disparition laisse un grand vide dans la communauté des historiens français et parmi ses élèves qui ont pu accomplir sous sa direction des travaux de recherche, les conduisant pour la plupart à des carrières de chercheur ou d’enseignant-chercheur.

François Caron est né à Hazebrouck en 1931 ; après ses études secondaires, il s’est dirigé vers la Sorbonne pour commencer ses études d’histoire et vers l’École libre des Sciences Politiques dont il a été diplômé en 1953. Après avoir obtenu l’agrégation d’histoire (1956) et accompli son service militaire (en grande partie en Algérie), il a été nommé professeur au lycée Chaptal. C’est à partir de ces premières années de professorat qu’il a entrepris ses recherches sur la Compagnie des chemins de fer du Nord dans le cadre de la préparation d’une thèse de doctorat d’État sous la direction d’Ernest Labrousse puis sous celle de François Crouzet à partir de 1965. En octobre 1959, il est devenu attaché de recherche au CNRS, ce qui lui a permis d’avancer ses travaux et, en octobre 1965, il a été nommé assistant à Paris X-Nanterre. Dès lors, il a pu gravir les divers échelons du cursus universitaire : promu maître-assistant, il a été ensuite appelé à succéder à André Armengaud, professeur titulaire de la chaire d’histoire économique à l’université de Dijon. Après sa brillante soutenance de thèse en mai 1969, il a obtenu le statut de professeur des universités en histoire contemporaine. Il a quitté son poste en 1976, date à laquelle il a été élu professeur d’histoire économique à Paris – Sorbonne (Paris IV), succédant ainsi à Pierre Léon. Cinq ans plus tard, il est devenu directeur de l’U.E.R. d’histoire et a assumé cette fonction jusqu’en septembre 1986, date à laquelle il a été nommé chef de la mission scientifique au ministère des Universités. De retour à la Sorbonne, il a créé, avec la collaboration de ses collègues de l’EHESS, du CNAM et de Paris VIII, le DEA d’histoire des techniques. En 1988, il a été l’un des fondateurs de l’école doctorale de Paris IV Mondes contemporains dont il est devenu le premier directeur. Parallèlement, il a enseigné l’histoire économique à l’École nationale des Chartes et dirigé de nombreux travaux. Devenu vice-président du conseil scientifique de l’université en 1993, F. Caron a également succédé à F. Crouzet à la direction du DEA d’histoire moderne et contemporaine, fonctions qu’il a assumées jusqu’en novembre 1996. L’éméritat lui a été décerné en 1998.

Son autorité scientifique l’a conduit également à assumer diverses responsabilités. De 1978 à 1986, il a fait partie du Conseil scientifique du CNRS pour y représenter, en tant que membre élu, l’histoire moderne et contemporaine ; de 1978 à 1982 et de 1987 à 1991, il a siégé – en tant que membre élu puis en tant que membre nommé – au Comité consultatif des universités. De 1991 à 1995, il a été élu au Conseil national des universités. Après avoir été secrétaire du jury d’agrégation d’histoire de 1973 à 1977, il a présidé le jury du CAPES d’histoire-géographie en 1982 et en1983 et, cinq ans plus tard, il a accepté de présider le jury d’agrégation d’histoire. En 1982, il a été élu à la présidence de l’AFHE (Association française des historiens économistes). Enfin, de mai 1987 à mai 1990, il a également assumé les fonctions de directeur de l’IHMC (Institut d’histoire moderne et contemporaine), l’un des trois laboratoires d’histoire du CNRS.

Les travaux de F. Caron ont véritablement renouvelé, d’une manière approfondie, l’historiographie relative à l’évolution de l’économie de la France et du monde occidental. Son itinéraire avait commencé avec une thèse de doctorat d’État remarquable et originale à plus d’un titre : en analysant la gestion du réseau de la compagnie du Nord selon une perspective à moyen terme, F. Caron a respecté la perception qu’en avaient ses dirigeants et les ingénieurs et il a restitué le plus justement possible la réalité quotidienne. La grande originalité de sa démarche a été liée au fait qu’il a fondé son travail sur l’étude des interactions entre l’histoire des prix, l’histoire des coûts et la politique tarifaire de la compagnie, rompant ainsi non seulement avec la simple histoire cyclique des prix qui avait été l’un des thèmes privilégiés des historiens économistes des années 1950-1960, mais aussi avec celle qui avait fait des innovations et des progrès techniques la clé explicative de toutes les mutations de l’entreprise. Sa thèse a décrit avec précision les crises des transports dues à la fois au ralentissement des investissements (lui-même provoqué par une hausse des prix) et aux distorsions entre, d’une part, les services et les technologies spécifiques à la traction à vapeur et, d’autre part, à la gestion du trafic. Analysant également le rôle qu’ont joué les autres moyens de transport concurrents (voies navigables et routes), F. Caron a pu également consacrer de longs développements à l’évolution économique de la vaste région desservie par les lignes de la compagnie, région qui lui tenait à cœur ; il a pu mettre en évidence le rôle essentiel joué par l’État, acteur incontournable dont la préoccupation essentielle visait à défendre l’intérêt général et les petits producteurs. En établissant ainsi son jugement sur sa connaissance précise des faits, sur des analyses issue de dépouillements d’archives d’entreprise sur lesquelles il a su attirer l’attention et qu’il a pour certaines contribué à préserver, F. Caron a ensuite orienté ses recherches dans quatre grandes directions : l’histoire quantitative et l’histoire économique de la France et de l’Europe occidentale aux XIXe et XXe siècles, l’histoire des entreprises, l’histoire des techniques et l’histoire des réseaux.

L’ensemble de ces travaux, qui s’inscrivaient dans le prolongement de sa thèse, lui a permis non seulement d’organiser ou de participer à de nombreux colloques en France et à l’étranger, mais aussi et surtout de combattre certaines idées reçues. Il a ainsi condamné définitivement l’idée diffusée par l’historiographie anglo-saxonne ou certains technocrates dans les années 1950 selon laquelle les entrepreneurs de l’Hexagone auraient été le contraire de l’entrepreneur schumpetérien, c’est-à-dire conservateurs et hostiles au changement technique. Remettant en cause les travaux des économistes qui avaient fait du progrès technique une entité abstraite, il a pu montrer la complexité des interactions techniques dans le contexte institutionnel et culturel dans lequel évoluent les entreprises ; il a ainsi accordé une place privilégiée à l’étude des solidarités tissées entre les équipes dirigeantes à partir des liens familiaux, sociaux, idéologiques et confessionnels et des complémentarités de compétences dans le milieu des ingénieurs. Il a assigné un rôle primordial au cheminement technique et, soucieux de percevoir le développement des économies occidentales depuis la fin du XVIIIe siècle, il a fondé ses analyses sur le concept de la dynamique du système technique. S’inspirant des travaux de Bertrand Gille qui avait défini, en précurseur, la notion de filières techniques, il s’est attaché à expliquer le passage d’un système technique à un autre ; il a mis en valeur les dysfonctionnements des systèmes, dus à l’inadaptation de l’objet technique à son usage ou à la distorsion entre l’état de la technologie et la demande des consommateurs. Confrontés à ces dysfonctionnements, responsables d’incidents ou d’accidents dramatiques, les ingénieurs ont été obligés de rechercher de nouvelles solutions mais F. Caron n’a pas remis en cause la « créativité technicienne », capable de faire naître de nouveaux produits répondant aux aspirations de la demande et entraînant, à l’aval, de nouvelles pratiques sociales inhérentes à leur usage et, à l’amont, des effets importants sur l’ensemble du système technique. Il a montré clairement que « la technologie construit le social autant qu’elle en est le produit ». Ses recherches lui ont permis aussi de prêter une attention particulière à l’évolution des pratiques culturelles et au développement de la société de consommation.

Au cours des dernières années de sa vie, il s’est consacré à la rédaction de plusieurs ouvrages et notamment des deux derniers tomes de l’Histoire des chemins de fer en France dont le premier tome avait été publié en 1997. Le deuxième paru en 2005 couvrait la période 1883-1937 et le manuscrit du troisième consacré à l’histoire de la SNCF jusqu’à la fin des années 1990 a été remis à l’éditeur alors qu’il venait d’être hospitalisé.

Tout en se consacrant à ses recherches, F. Caron a œuvré non seulement pour promouvoir l’histoire économique, l’histoire des techniques et l’histoire des entreprises, mais aussi pour la sauvegarde des fonds documentaires trop souvent abandonnés voire détruits. Dès 1981, il a créé à Paris IV le Centre de recherche en histoire de l’innovation (CRHI) dont il a assuré la direction jusqu’en 1998. C’est également en 1981 qu’il a participé à la création de l’Association pour l’histoire de l’électricité en France (AHEF) dont il était le conseiller scientifique. Quelques années plus tard, il a également participé à la fondation de l’Institut d’histoire de l’aluminium (IHA, 1986), du Comité pour l’histoire économique et financière de la France (CHEFF) et de l’Association pour l’histoire des chemins de fer (AHICF, connue désormais sous le nom de Rails et histoire) en 1987, de l’Institut pour l’histoire de l’industrie (IDHI) et de l’Association Georges Pompidou en 1989, de l’Association pour l’histoire des Caisses d’épargne et du Comité pour l’histoire de la Poste en 1995. Soucieux de combler la lacune due à la disparition de la Revue d’histoire économique et sociale, il a été, en 1982, l’un des fondateurs de la revue Histoire économie et société. Son nom reste également attaché à la revue Entreprises et histoire créée en 1992.

Son enseignement et toutes ces initiatives lui ont permis de contribuer à la formation de plusieurs générations d’historiens. Sa direction de recherche, ses interventions dans les soutenances, dans les débats, la fidélité de sa participation aux réunions organisées par les jeunes chercheurs leur ont fait connaître un maître à la fois brillant et modeste, accessible au doute, passionnément attaché à la recherche, au dialogue, à l’objet de l’histoire et au document auquel il renvoyait et revenait lui-même sans cesse. Ses ouvrages de synthèse, qui sont devenus des manuels, leur ont révélé l’ampleur de ses lectures, de sa mémoire, la variété de ses intérêts intellectuels et artistiques et surtout sa capacité de synthèse dans des concepts et des formules qui ont fait date. Ses compétences intellectuelles ont contribué au rayonnement de l’histoire économique française au-delà de nos frontières. En 1981, il a été Visiting Fellow à l’All Souls College d’Oxford ; il a tenu de nombreuses conférences à l’étranger (Angleterre, Italie, Belgique, Suisse, Russie, Japon) dans le cadre de séminaires ou en tant que professeur invité.

En 1994, les insignes de chevalier dans l’ordre la Légion d’honneur sont venus récompenser non seulement son œuvre et son action mais aussi une personnalité hors pair et son autorité morale. Partout où F. Caron a exercé ses fonctions et là où il a assumé des responsabilités scientifiques (comme par exemple à l’AHICF où il avait été président du Comité scientifique jusqu’en mai 2012, date à laquelle l’auteure de ces lignes lui a succédé), il a laissé l’image d’un collègue, hostile à toute forme d’arrogance et de vanité, nuancé dans la critique qu’il voulait toujours constructive, tout en étant ferme dans ses convictions et dans leur expression. Qui l’a connu personnellement aura toujours présente à l’esprit l’image d’une personne très généreuse, à l’écoute de l’autre, discrète, aimable et distinguée. Tous ses collègues et tous ses élèves ne peuvent qu’être affligés par la nouvelle de son décès et ont une pensée émue pour toute sa famille, notamment pour son épouse Marie-Thérèse, elle aussi historienne, professeur des Universités honoraire.

Michèle Merger

Centenaire de Pierre Léon (1914-1976)

Je dois à la vigilance de Bruno Dumons (CNRS-LARHRA) de m’avoir signalé que Pierre Léon, ancien président de l’AFHE, aurait eu 100 ans aujourd’hui. On me permettra, sans l’avoir connu, de rappeler brièvement sa carrière et son œuvre.

Né le 24 novembre 1914 à Lyon, Pierre Léon est revenu dans cette ville en 1952, après avoir soutenu cette même année à la Sorbonne sa monumentale thèse d’Etat sous la direction d’Ernest Labrousse La Naissance de la grande industrie en Dauphiné (fin XVIIe siècle-1869), comme maître de conférences puis professeur titulaire d’une nouvelle chaire d’histoire économique à la faculté des Lettres. Il avait auparavant obtenu l’agrégation d’histoire et de géographie en 1937 (à moins de 23 ans !), avait enseigné aux lycées de Nancy (1937-1940), puis, après une interruption imposée par la législation antisémite de Vichy, Nice (1944-1945) et Grenoble (1945-1948, 1951-1952, avec trois années comme attaché de recherche au CNRS dans l’intervalle).

Il est l’auteur d’ouvrages personnels sur Les techniques métallurgiques dauphinoises au dix-huitième siècle (1961, issu de sa thèse complémentaire), les Marchands et spéculateurs dauphinois dans le monde antillais du XVIIIe siècle (1963), les Économies et sociétés de l’Amérique latine : essai sur les problèmes du développement à l’époque contemporaine : 1815-1967 (1969) et les Économies et sociétés préindustrielles (1970) qui révèlent l’extraordinaire diversité de ses centres d’intérêt. Avec son collègue d’histoire moderne Richard Gascon, il a créé le Centre histoire économique et sociale de la région lyonnaise qui a reçu ensuite homologation ministérielle il y a tout juste cinquante ans, en 1964. Il y dirige d’innovantes enquêtes collectives sur les Structures économiques et problèmes sociaux du monde rural dans la France du Sud-Est: fin du XVIIe siècle-1835 (1966) ou la Géographie de la fortune et structures sociales à Lyon au XIXe siècle (1973). Il organise en 1970 le grand colloque lyonnais sur L’industrialisation en Europe au XIXe siècle.

Directeur d’innombrables mémoires de maîtrise et de DES, il affiche, dans le premier numéro du Bulletin du centre en 1968, loin des normes des écoles doctorales actuelles, 4 thèses de 3e cycle et 18 thèses de doctorat d’État en cours sous sa direction ! Plusieurs d’entre elles, comme celles de Maurice Garden (1969), Gilbert Garrier (1971), Jean Merley (1973) et Yves Lequin (1975), sont soutenues de son vivant. Entre-temps, après qu’il y a, dit-on, mal vécu les évènements de mai 1968, il a quitté les bords du Rhône pour prendre une chaire à la Sorbonne en 1970. Il continue cependant de diriger pendant plusieurs années le Centre lyonnaise avant d’en céder le flambeau à ses élèves.

Il disparaît à 62 ans en 1976. Les deux années suivantes paraissent de manière posthume les six volumes de la grande Histoire économique et sociale du monde qu’il a dirigée. Le Centre lyonnais et le Bulletin associé conservent la mémoire de son nom, jusqu’à ce que des réorganisations universitaires en 2003 l’effacent.

Mieux que ces lignes très factuelles, il faut relire les beaux hommages que lui rendaient à sa mort Maurice Garden (consulter en PDF) et, au titre de son rayonnement international, son collègue suisse Jean-François Bergier (consulter en PDF).

Hervé Joly, chargé de recherche CNRS au Centre Pierre Léon
d’histoire économique et sociale (1994-2003).

Hommage de Gérard Béaur à Joseph GOY.

Notre ami, Joseph Goy, Directeur d’Etudes à l’EHESS, s’est éteint dimanche dernier. C’est une grande perte pour notre Association qui le comptait parmi ses membres depuis les origines et pour l’histoire économique toute entière dans laquelle il a tenu une large place, tant par ses activités scientifiques que par les fonctions qu’il a occupées au sein de l’Association Internationale d’Histoire Economique. Il en fut en effet le secrétaire général pendant 12 années (1986-1998). Il resta jusqu’à sa maladie un participant assidu aux réunions du Comité directeur de l’AFHE et un participant actif aux congrès qu’elle organisait. Spécialiste des sociétés rurales, il a notamment consacré ses travaux à l’histoire de la reproduction sociale et de la transmission des exploitations. En mettant l’accent dans son enseignement sur les sociétés de montagnes et plus largement sur les rapports à la terre qu’entretenait la paysannerie, et en dirigeant de nombreuses enquêtes au niveau international, il a largement influencé les destinées de l’histoire des campagnes. Il laisse le souvenir d’un collègue chaleureux et généreux dont l’action et les encouragements ont été décisifs pour les recherches de nombreux collègues.

Hommage à Maurice Lévy-Leboyer, disparu le 27 septembre 2014

Hubert Bonin, professeur d’histoire économique à Bordeaux et ancien trésorier de l’AFHE, rappelle le souvenir de Maurice Lévy-Leboyer, ancien président de l’AFHE

Impressions du professeur Bonin (Université de Bordeaux)

à propos de son Maître Lévy-Leboyer

Le professeur Maurice Lévy-Leboyer est mort la semaine dernière, à 94 ans. Je l’avais rencontré quand j’étais élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, en première année ; je suivais en effet les cours de la licence d’histoire à l’université de Paris 10-Nanterre, et je m’étais inscrit, un peu par hasard, au cours d’histoire économique. C’est là que j’avais écouté avec passion un enseignant riche d’idées, un peu touffu, mais brillant et, cela a toujours été essentiel pour moi, un défricheur, un brasseur de débats. Son assistant, pour le TD, était Albert Broder, qui nous initiait à la statistique de base ! Tout cela ne nous rajeunit donc pas !!! Mais, en maîtrise, j’avais préféré suivre la filière d’histoire politique, auprès de Philippe Vigier. J’en étais sorti content (avec un mémoire de maîtrise sur Le Progrès de Lyon sous le Second Empire), mais quelque peu dubitatif sur l’originalité de l’histoire politique et sur la portée de ma recherche… Comme, pendant la préparation à l’agrégation à l’ENS, il y avait eu beaucoup d’histoire économique (la Grèce archaïque : un peu ; Marchands au Moyen Âge : beaucoup ; L’Angleterre au xviie siècle : pas mal), j’ai décidé, après l’agrégation, de me spécialiser en histoire économique, et c’est là que j’ai choisi de faire ma thèse de 3e cycle sous la férule de M. Lévy-Leboyer. Il m’a fait confiance, grande confiance, en me confiant la lecture des archives non classées de la Banque nationale de crédit, aux Archives nationales, où j’allais me servir au sous-sol avec un chariot et travaillais dans le bureau d’Isabelle Brot-Guérin, la responsable des archives économiques ! On en rêverait aujourd’hui…

On ne peut pas dire que Lévy-Leboyer était de « bon conseil », car il suivait peu son chercheur, en fait. Cela explique que j’ai surtout bénéficié des conseils techniques d’A. Broder et souvent travaillé avec Jean Bouvier puis Alain Plessis, notamment. Mais Lévy-Leboyer était riche en idées, lors de nos tête à tête chez lui, où il était un hôte charmant et convaincant, ou lors du séminaire d’histoire économique (François Caron, Jean-Noël Jeanneney, René Girault, Jean Bouvier !). Il était toujours riche en suggestions utiles, en pistes de débats et de recherches, surtout pour le modeste professeur de collège que j’ai été pendant dix ans. Une certaine empathie nous aura réunis : il m’avait ainsi choisi comme remplaçant pour mon tout premier colloque international, à la Fondation Bellagio, au bord du lac de Côme, au début des années 1980 ; et, comme d’autres « jeunes » (Catherine Omnès, Michel Lescure, Marc Meuleau, Pierre Lanthier, André Thépot ou Nathalie Carré de Malberg notamment), il m’a convié à participer à plusieurs des (grands) colloques qu’il aura co-présidés dans le cadre du CHEFF-Comité pour l’histoire économique et financière de la France. Bref, l’intérêt qu’il avait suscité en licence puis son esprit brillant expliquent en partie ma carrière universitaire et académique, même s’il n’aura jamais été un « mandarin » conduisant les élections et l’affectation de ses « poulains »…

 Il fallait se débrouiller tout seul, en des temps où le « schéma de carrière » n’était pas aussi formalisé qu’aujourd’hui – d’où le départ de M. Meuleau (historien de la Banque de l’Indochine) pour la banque Indosuez, où il a accompli un parcours solide entre Paris et l’Asie, et mes propres années en entreprise. Mais on formait une petite « secte » d’historiens de la banque et de la finance, en parallèle aux deux communautés d’historiens d’entreprise cristallisées autour de François Caron et de Patrick Fridenson, excellents conseillers de leurs thésards. C’est pourquoi je lui suis resté fidèle et ai engagé mon doctorat d’État sur la piste des banques françaises de l’entre-deux-guerres. Il avait dès lors magistralement conduit le processus qui avait abouti à la soutenance de ma thèse de doctorat, à Nanterre, en janvier 1995 (avec, comme jury : F. Caron, Jean-Charles Asselain, Jacques Marseille, M. Lévy-Leboyer, A. Plessis).  Je ne suis pas sûr qu’il avait lu cette thèse en entier… Mais il avait laissé F. Caron animer le jury avec succès !

Dans le cadre de ces remarques personnalisées, je me suis souvent positionné « contre » sa démarche intellectuelle, à dire vrai. C’est que le fulgurant Lévy-Leboyer était capable de prendre une série de chiffres et d’en tirer des analyses scintillantes et des conclusions novatrices, mais parfois avec quelques idées un peu en porte-à-faux par rapport à des réalités plus humbles et terre-à-terre. Cela dit, c’est avec de tels coups portés aux idées reçues qu’il aura lancé des recherches stimulantes sur le patronat français, sur le système bancaire français des xixe et xxe siècles (avec des chapitres flamboyants et solides dans les volumes de l’énorme Histoire économique et sociale de la France, aux Puf), sur la croissance, la compétitivité et le degré d’ouverture de l’économie française.

Ce qui m’avait attiré enfin était son esprit d’ouverture à l’histoire internationalisée, loin du localisme régional ou franco-français. Il en usait parfois – par des voyages, cours et colloques nombreux de par le monde, à une époque où cela ne se pratiquait pas encore et où les budgets académiques étaient chiches… Précisons qu’il aura été l’un des piliers fondateurs de l’European Association for Banking & Finance History (Eabh), de Francfort, au début des années 1990, non seulement parce qu’il parlait un anglais fluide, mais aussi parce qu’il savait parler d’égal à égal aux grands maîtres européens et aux banquiers ! En tout cas, on peut assurer qu’il s’est montré en une magnifique force de levier pour stimuler une histoire comparatiste alors pionnière – il la partageait avec Paul Bairoch, bien sûr ! – et ainsi donner un nouveau sens à l’histoire économique française elle-même, au cœur du cercle des macro-économistes Jean Marczewski, Tihomir J. Markovitch, Jean-Claude Toutain ou François Crouzet. Ce qui était d’ailleurs fascinant était sa capacité à être leur égal en histoire « à chiffres et séries » tout en rédigeant des développements « littéraires » du meilleur style !

Il n’aura pas eu autant de disciples français que F. Caron ; il n’aura pas eu le rayonnement médiatique d’un J. Marseille ; il n’aura pas été le pilier des associations et des séminaires d’histoire économique internationales comme P. Fridenson. Pourtant, il aura nourri une « descendance » intellectuelle, elle-même dorénavant transmise aux docteurs de ses propres docteurs. Et il aura consolidé avec dynamisme et rayonnement la « chaire d’histoire économique » de Paris 10-Nanterre, en cédant le relais à Alain Plessis, Michel Lescure et maintenant Sabine Effosse.

Quelques références

À propos des banques

  • Maurice Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Puf, 1964 (818 pp.) [voir la riche analyse de François Caron dans : Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1968, volume 23, 3, pp. 616-632, disponible sur le site Persée].
  • Maurice Lévy-Leboyer, « La spécialisation des établissements bancaires », in Fernand Braudel & Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, Paris, Puf, 3, premier volume, 1976.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « Le crédit et la monnaie. L’évolution institutionnelle », in Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, tome 3, volume 1, Paris, Puf, 1976.
  • Maurice Lévy-Leboyer (dir.), Les banques en Europe de l’Ouest de 1920 à nos jours, Paris, Comité pour l’histoire économique & financière de la France, 1995.

À propos du patronat

  • Maurice Lévy-Leboyer, « Le patronat français a-t-il été malthusien ? », Le Mouvement social, n°88, juillet-septembre 1974, pp. 3-49.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « Hierarchical structure, rewards and incentives in a large corporation: The early managerial experience of Saint-Gobain », in Norbert Horn & Jürgen Kocka (dir.), Recht and Entwicklung der Grossunternehmen im 19. und frühen 20 Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1979.
  • Lévy-Leboyer (dir.), Le patronat de la seconde industrialisation, cahier n°4, Le Mouvement social, Paris, Éditions ouvrières, 1979.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « The large corporation in modern France », in Alfred D. Chandler & Herman Daems (dir.), Managerial hierarchies, Cambridge, Mass, Harvard University Press, 1980.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « The large family firm in French manufacturing », in Akio Okochi & Shigeaki Tasuoka (dir.), Family Business in the Era of Industrial Growth: Ownerhip and Management, Tokyo, Tokyo University Press, 1984.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « Le patronat français a-t-il échappé à la loi des trois générations ? », Le Mouvement social, n°132, juillet-septembre 1985, pp. 3-7.
  • Maurice Lévy-Leboyer (et alii, dir.), Multinational Enterprise in Historical Enterprise, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « La grande entreprise française : un modèle français ? », in Maurice Lévy-Leboyer & Jean-Claude Casanova (dir.), Entre l’État et le marché : l’économie française des années 1880 à nos jours, Paris, Seuil, 1991.

À propos de la croissance économique et industrielle :

  • Maurice Lévy-Leboyer, « La croissance économique en France au xixe siècle. Résultats préliminaires », Annales E.S.C, tome XXIII, n°4, juillet-août 1968, pp. 788-807.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « La décélération de l’économie française dans la seconde moitié du xixe siècle », Revue d’histoire économique et sociale, n°4, 1971, pp. 485-507.
  • Maurice Lévy-Leboyer (dir.), La position internationale de la France (Aspects économiques et financiers), Paris, Ehess, 1977.
  • Maurice LévyLeboyer, « La dette publique en France au xixe siècle », in La dette publique aux xviiie et xixe siècles. Son développement sur le plan local, régional et national, Bruxelles, Crédit communal de Belgique, collection « Histoire Pro Civitate », 1980.
  • Paul Bairoch & Maurice Lévy-Leboyer (dir), Disparities in Economic Development since the Industrial Revolution, Londres, McMillan, 1981 ; New York, Saint-Martin’s Press.
  • Maurice Lévy-Leboyer & François Bourguignon, L’économie française au xixe siècle. Analyse macro-économique, Paris, Économica, 1985.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « Le processus d’industrialisation. Le cas de l’Angleterre et de la France », Revue historique, avril-juin 1988, pp. 281-298.
  • René Girault & Maurice Lévy-Leboyer (dir.), Le Plan Marshall et le relèvement économique de l’Europe, Paris, Cheff, 1993.
  • Maurice Lévy-Leboyer et Henri Morsel (dir.), Histoire de l’électricité en France, tome II, 1919-1946, Paris, Fayard, 1994.
  • Maurice Lévy-Leboyer (dir.), Histoire de la France industrielle, Paris, Larousse, 1996.