Archives de catégorie : Nouvelles diverses

Prix de thèse en histoire économique AHFE BNP-Paribas 2017. Appel à candidature

Le prix d’histoire économique « AFHE BNP Paribas » récompense deux docteurs de haut niveau ayant soutenu une thèse en sciences humaines et sociales dans le champ de l’histoire économique, rédigée en langue française ou soutenue dans une institution française en partie ou en totalité dans une autre langue que le français, et sur des objets pouvant relever des périodes antique, médiévale, moderne ou contemporaine.

Continuer la lecture de Prix de thèse en histoire économique AHFE BNP-Paribas 2017. Appel à candidature

Prix d’histoire sociale Fondation Mattei Dogan & FMSH

Appel à candidature 2017

Date limite de soumission des candidatures : 31 janvier 2017

Le prix d’histoire sociale est attribué à une thèse de doctorat de haut niveau traitant d’un sujet d’histoire sociale, dans le sens le plus large du terme, du XIXe au XXIe siècle, et portant sur la France, un ou plusieurs pays étrangers ou un sujet transnational.

Continuer la lecture de Prix d’histoire sociale Fondation Mattei Dogan & FMSH

Où en est l’enseignement de l’histoire économique ?

Le vendredi 7 octobre 2016, l’AFHE, partenaire de l’Economie aux Rendez-vous de l’Histoire, a réuni pour sa Carte blanche enseignants du secondaire et du supérieur, économistes et historiens, pour établir ensemble un bilan de l’enseignement de l’histoire économique en France. Quelle est la place de l’histoire économique dans les programmes d’histoire et de SES du secondaire et dans les cursus d’économie et d’histoire à l’université ? Continuer la lecture de Où en est l’enseignement de l’histoire économique ?

Séminaire du vendredi 13 janvier matin : Innovation et mobilité durable au Japon

 

Un séminaire sur « Innovative technologies for a sustainable mobility in Japan and beyond: Resurrecting diversity of technological choice in the automotive industry » se tiendra à l’EHESS, 190-198 avenue de France, salle 638, le 13 janvier prochain au matin de 9h 30 à 12h15.

Continuer la lecture de Séminaire du vendredi 13 janvier matin : Innovation et mobilité durable au Japon

Réponse à « BibCNRS »: les docteur.e.s sans postes sans accès aux revues?

Bonjour,
Cette réponse est envoyée à titre personnel, même si j’en ai discuté en amont avec d’autres membres du Conseil scientifique ; le bureau s’était accordé au préalable pour prévoir un temps de discussion sur la question le 23 janvier.

Continuer la lecture de Réponse à « BibCNRS »: les docteur.e.s sans postes sans accès aux revues?

Autour d’Alain Dewerpe 30 janvier 2017

 le lundi 30 janvier à partir de 9 h 30, salle des Conseils A et B, au 1er sous-sol de l’EHESS, 190 avenue de France, 75013 Paris. En voici le programme.
 Autour d’Alain Dewerpe
30 janvier 2017

 

Accueil du Centre de recherches historiques
Les mondes de l’industrie
Maurice Aymard : Entre histoire économique et histoire sociale : la protoindustrialisation.
Atelier François Simiand : Alain Dewerpe au travail.
Patrick Fridenson : Mutations de la grande entreprise en contexte italien : Ansaldo.

Prolongements
Caroline Moriceau : La santé au travail : un enjeu de société au croisement des savoirs dans la seconde moitié du XIXe siècle. Déjà.
Elisabeth Weinberg de Touchet : De l’Ansaldo à Yokosuka : naissance d’une grande industrie au Japon.

Le traitement de l’espace
Jean Boutier : L’anthropologie historique spatialisée d’Alain Dewerpe.
Marie-Vic Ozouf : Maîtriser l’espace public. Chrono-topographie anthropologique d’un affrontement, Charonne (8 février 1962).

Anthropologie de l’Etat
Pascal Engel : Alain Dewerpe et l ‘histoire dormante du secret.
Jacques Revel : Charonne. La violence d’Etat.

Appel à communications : Rethinking the form, governance & legal constitution of corporations

Call for papers for track T01_06
Rethinking the form, governance & legal constitution of corporations theoretical issues & social stakes

SIG 01: Business for Society (B4S) & SIG 02: Corporate Governance (CoGo) (co-sponsorship)
Convenors: Blanche Segrestin, Kenneth Starkey, Jeroen Veldman

L’Afrique des routes au musée du quai Branly-Jacques Chirac 2017

http://www.achac.com/blogs/137

Le musée du quai Branly-Jacques Chirac accueille, du 31 janvier au 19 novembre 2017, une exposition ambitieuse, L’Afrique des Routes, qui évoque, à l’aide de 350 œuvres et documents, le rôle mondial de l’Afrique des origines à nos jours. De la Chine aux Amériques en passant par l’Inde, l’Indonésie, le monde arabo-musulman et l’Europe, routes commerciales, routes jalonnées de villes, routes spirituelles et religieuses, routes des formes, routes coloniales, routes des objets, c’est l’évocation d’un continent au cœur de l’histoire globale, qui démontre la mobilité et l’ouverture des Africains tout au long de leur histoire. Le mythe des « arts premiers » et de l’Afrique « continent sans histoire » est révolu. 

Contrairement aux idées reçues, l’Afrique a toujours été un continent ouvert. Cela est démontré par la circulation des objets autant que des hommes, de leurs langues, de leur culture. L’exposition inclut des éléments majeurs de ces rencontres et nombreux sont les indices d’une vie incessante de relation : l’arrivée des langues afro-asiatiques ; les creusets que furent les espaces égyptien ou punique/carthaginois ; l’expansion des peuples de langues bantoues ; les échanges de plantes vers et depuis l’Afrique ; l’utilisation du dromadaire (avec les Romains, autour du Ier siècle de notre ère) qui transforma l’espace transsaharien ; les échanges religieux dont l’arrivée de l’islam en Afrique de l’ouest et sur la côte orientale (à partir des VIIe–Xe siècles) ; l’influence perse en Afrique orientale (1er– VIe siècles) ; l’essor du monde de l’Océan Indien et le rôle de l’or de Zimbabwe et des expéditions chinoises (Xe–XVe siècles) ; les routes de l’or qui déterminèrent « les siècles d’or » de l’Afrique occidentale dans la même période ; la présence de l’ivoire très précoce hors Afrique (déjà à Rome et dans l’Europe médiévale), et exponentielle à partir du XVIIIe siècle sur les marchés européen et asiatique ; la circulation ancienne des cauris (coquillages-monnaie) des îles Maldives en Afrique sahélienne occidentale. 

Les routes ne firent que s’amplifier avec l’essor des traites d’esclaves, puis la culture atlantique, l’influence chrétienne, l’intrusion du capitalisme européen… L’exposition entend aussi souligner le rôle de diffusion de savoirs et de cultures joué par les esclaves dans le reste du monde ; enfin, survient la rupture provoquée par l’invention des routes coloniales, qui bouleverse à nouveau les sociétés. Un colloque sur Les mondialisations africaines dans l’histoire le précisera les 20 et 21 avril 2017, et un cycle de neuf conférences mensuelles au fil de l’année, pour accompagner cette exposition-événement.

Parution de l’ouvrage de Manuela Martini : « Bâtiment en famille. Migrations et petite entreprise en banlieue « parisienne .

Parution de  l’ouvrage de Manuela Martini : Bâtiment en famille. Migrations et petite entreprise en banlieue parisienne aux éditions du CNRS.

Vous en trouverez une présentation sur le site de l’éditeur en suivant ce lien :

http://www.cnrseditions.fr/histoire/7375-batiment-en-famille.html

Collectif des docteur.e.s sans postes

Bonjour,
Ci-dessous, et en PJ, la présentation d’un nouveau collectif de lutte contre la précarité dans l’ESR : celui des « docteur.e.s sans postes ». N’hésitez pas à nous rejoindre et à diffusez largement ce message.
Cordialement

Notre initiative s’inscrit dans la dynamique du Collectif national des travailleur.e.s précaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR), avec lequel nous articulons différentes luttes localement et nationalement. Face à la précarisation massive et de longue durée dans l’ESR, elle vise à répondre à un problème spécifique : celui de l’atomisation des précaires après l’obtention de leur doctorat, en particulier lorsqu’ils ne sont plus véritablement liés à un laboratoire de recherche et quand ils travaillent dans plusieurs établissements, ce qui les rend extrêmement vulnérables en raison de leur isolement.

Le Collectif Docteur.e.s sans poste regroupe des enseignant.e.s et/ou des chercheur.e.s, titulaires d’un doctorat, qualifié.e.s – ou pas – aux fonctions de maître.sse de conférences (MCF). Ils assurent une très large partie des charges de cours dans l’Université française. Selon un rapport de 2016 sur « l’état de l’emploi scientifique en France », la part des emplois non permanents dans l’enseignement supérieur était de 34% – un tiers du total ! – en 2014. Ils effectuent également, la plupart du temps sans rétribution, une part conséquente de la production scientifique, de la gestion et de l’animation de la recherche.
La création du Collectif des Docteur.e.s sans poste répond au manque de moyens attribués à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche, tandis que le nombre d’étudiants n’a cessé d’augmenter (De 2009 à 2015 le nombre d’étudiants est passé de 1 367 275 en 2009 à 1 531 279 soit + 164 004 étudiants tandis que dans même temps, le nombre de postes ouverts au concours MCF a baissé, passant de 1977 en 2009 à 1291 en 2014). À cela s’ajoutent les effets délétères :

➢ De l’autonomisation des universités créée par la LRU
➢ Des réformes qui visent à créer des mastodontes universitaires – COMUE, IDEX – régis par des logiques managériales
➢ De l’accroissement du financement de la recherche par projet au détriment de financements pérennes

La précarité est structurelle et relève de la gestion ordinaire des enseignant.e.s et des chercheur.e.s dans l’ESR. Les docteur.e.s sans poste travaillent dans des conditions d’extrême précarité, très largement invisibilisées :

• Ils peuvent être vacataires (rétribués à l’heure de cours, sans prise en compte du temps de préparation, sous-payés, sans droit au chômage, sans droit à une véritable couverture en cas de maladie ou de grossesse). Pour assurer ces charges de cours, ils doivent justifier de revenus suffisants par ailleurs (!), et sont par conséquent contraints de trouver un emploi principal en dehors de l’ESR, ou de recourir au statut d’auto-entrepreneur, voire de passer par des sociétés de portage salarial.
• Ils peuvent être ATER, contrat d’un an renouvelable une seule fois. Les conditions imposées sont de plus en plus éclatées (certains contrats sont parfois regroupés sur quelques mois et non plus sur douze mois).
• Les contrats postdoctoraux qu’ils décrochent sont également soumis à une variété de situations (bourses et libéralités plutôt qu’un salaire, horaires variables…).
• Certains n’ont comme seule ressource qu’une allocation chômage, le RSA, voire n’ont droit à rien, en attendant un hypothétique recrutement.

Nos objectifs:

* Fédérer et coordonner les docteur.e.s sans poste pour sortir de l’état actuel d’isolement qui nous empêche de mener des luttes collectives
* Faire un état des lieux, témoigner, réunir nos expériences et sortir de l’invisibilité
* Arrêter une plateforme de revendications et définir des modalités de mobilisation

Notre Collectif est ouvert à tou.te.s les docteur.e.s : Toutes les contributions sont bienvenues Venez nous rejoindre !

Nous disposons d’une liste de discussion pour débattre collectivement et élaborer nos revendications et nos actions :
idf-docsansposte@precairesesr.fr
Pour s’inscrire sur la liste :
https://listes.lautre.net/cgi-bin/mailman/listinfo/idf-docsansposte

Des informations sur le Collectif des Précaires de l’ESR Site http://precairesesr.fr & Wiki http://wiki.precairesesr.fr

Bourse d’études – The Rothschild Archive

David Todd attire notre attention sur l’existence de la bourse d’études de The Rothschild Archive, qui sert à financer des déplacements internationaux des étudiants en recherche ou des chercheurs pour consulter les fonds Rothschild, soit à The Rothschild Archive à Londres soit aux Archives Nationales du Monde du Travail à Roubaix (série 132 AQ). Les bourses sont d’un montant maximal de £2000 et les candidatures peuvent être rédigées en français ou en anglais. Ces fonds constituent une ressource utile en histoire économique contemporaine bien sûr, mais aussi dans d’autres domaines tels que l’histoire du judaïsme, l’histoire de la philanthropie ou l’histoire des sciences.
Vous trouverez plus d’informations sur la procédure d’allocation des bourses au lien suivant:
David Todd
King’s College London, Senior Lecturer
Academic Advisory Board of the Rothschild Archive, Chair

Offre d’emploi :Three Tenure-track positions at Denison University

Please share the following job ads with PhD candidates and other interested individuals in your network.

Position 1 (Economics Department): Financial Economics

Position 2 (Global Commerce program): Economic History

Position 3 (Data Analytics program): Mathematical & Quantitative Methods

Best wishes,

Fadhel

فاضل قابوب

Fadhel Kaboub
Associate Professor of Economics, Denison University
President, Binzagr Institute for Sustainable Prosperity
Granville, OH 43023 740-587-6315 @FadhelKaboub

Le mercredi 12 octobre 2016 à 19 heures se tiendra à l’Institut culturel italien de Paris, 50 rue de Varenne, 75007 Paris une rencontre en hommage à la mémoire d’Alberto Tenenti.
Y sera présenté le volume des Actes du Colloque international organisé par le Collège de France les 9 et 10 novembre 2012 à l’occasion du 10ème anniversaire de sa disparition, le 11 novembre 2002, à Paris :
« La Renaissance d’Alberto Tenenti (1924-2002). Portrait intellectuel d’un historien franco-italien », Essais réunis par Maurice Aymard, François Dupuigrenet Desroussilles et Carlo Ossola, Studi Veneziani, N.S. LXXII (2015).
Interviendront Maurice Aymard, François Dupuigrenet Desroussilles, Yves Hersant et Carlo Ossola

Rappelons, parmi les ouvrages d’histoire économique et sociale d’Alberto Tenenti:

Naufrages, corsaires et assurances maritimes à Venise (1592-1609), Paris, Bibliothèque générale de l’École pratique des hautes études, 1959
Venezia e i corsari, 1580-1615, Bari, Laterza, 1961
L’Italia del Quattrocento : economia e società, Laterza, 1996

Où en est l’enseignement de l’histoire économique en France ?

La table ronde organisée par l’AFHE dans le cadre des 19e Rendez-vous de l’histoire se déroulera :

Vendredi 7 octobre 2016 à 11h45

à Blois, au campus de la CCI (Amphi vert)

eco-rvh-2016_7oct_afhe

La Carte blanche de l’AFHE réunira enseignants du secondaire et du supérieur, économistes et historiens pour établir ensemble un bilan de l’enseignement de l’histoire économique en France. Quelle est la place de l’histoire économique dans les programmes d’histoire et de SES du secondaire et dans les cursus d’économie et d’histoire à l’université ?

Intervenants :

  • Cédric PERRIN, professeur agrégé d’histoire au lycée Grandmont (Tours), Chargé de mission AFHE
  • Véronique CHANKOWSKI, Maître de conférence en histoire antique à l’université de Lyon
  • Guillaume DAUDIN, professeur à l’université Paris-Dauphine
  • Igor MARTINACHE, professeur agrégé en sciences sociales, représentant de l’APSES

Modération : Stéphane FRACHET, journaliste, correspondant régional du journal les Échos.


Crédit image de une : « Claremont High School, Television in the classroom »- Tasmanian Archive and Heritage Office: AB713-1-9607 en cc sur Flickr