Archives de catégorie : Enseignement secondaire

Tribune du collectif « Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire-géographie » sur Mediapart

Une tribune a été publiée le 22 avril 2011 par le collectif « Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire-géographie » en Une du site d’information Mediapart. Ce dernier est un site payant mais les tribunes sont en libre accès pour les non-abonnés.

Bibliographie: Histoire 1ère L/ES/S: «Croissance et mondialisation»

Dans le souci de rapprocher enseignement supérieur et enseignement secondaire – l’histoire économique et l’histoire scolaire – nous mettons en ligne cette bibliographie qui se rapporte au chapitre d’histoire économique du nouveau programme de première qui  sera à appliquer à compter de la rentrée 2011.  La bibliographie est volontairement courte et limitée à une page afin de mettre à disposition des références pour guider ceux qui souhaiteraient aller un peu plus loin. Nous envisageons, par la suite, de proposer quelques outils (textes, graphiques, biographies…) pour aider à la mise en œuvre de cette question.

S. Effosse & C. Perrin

Bibliographie

  • Asselain Jean-Charles, Histoire économique. De la révolution industrielle à la première guerre mondiale, FNSP, 1985.
  • Bairoch Paul, Victoires et déboires. Histoire économique et sociale du monde du XVIè siècle à nos jours, Gallimard, 1997.
  • Berend Ivàn, Histoire économique de l’Europe du XXe siècle, De Boeck, 2008
  • Berger Suzanne, Notre première mondialisation, Leçons d’un échec oublié, Seuil, 2003.
  • Braudel Fernand, La dynamique du capitalisme, Flammarion, 1988.
  • Grataloup Christian, Geohistoire de la mondialisation. Le temps long du monde, Armand Colin, 2007.
  • Hobsbawm Eric, Histoire économique et sociale de la Grande-Bretagne, Seuil, 1997.
  • Floud Roderick, Johnson Paul (dir.), Cambridge Economic History of modern Britain, Cambridge University Press, 2004
  • « Ecrire l’histoire du monde », Le débat, 154, mars-avril 2009.
  • Landes David, L’Europe technicienne ou le Prométhée libéré, Gallimard, 1980.
  • Maddison Angus, L’économie mondiale : statistiques historiques, OCDE, 2003.
  • Mitchell Brian, International historical statistics Europe 1750-1988, Stockton Press, 1992.
  • Norel Philippe, L’histoire économique globale, Le Seuil, 2009.
  • O’Brien Patrick, Clesse Armand (dir.), Two hegemonies : Britain 1946-1914 and the united States 1941-1989, Ashgate Publishing, 2002.
  • Polanyi Karl, La grande transformation, Gallimard, 1988.
  • Rostow Walt, Les étapes de la croissance économique, Le seuil, 1963.
  • Van der Wee Herman, Histoire économique mondiale 1945-1990, Academia Bruylant, 1994.
  • Verley Patrick, La révolution industrielle, Gallimard, 1997.
  • Verley Patrick, L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Gallimard, 1997.
  • de Vries Jan, The industrious revolution: consumer behavior and the household economy, 1650 to the present, Cambride University Press, 2008.
  • Wallerstein Immanuel, L’Après-Libéralisme – Essai sur un système-monde à réinventer, L’aube, 2003.

De Gaulle, le bilan de la guerre et l’économie (Cédric Perrin)

Les élèves de terminales L ont à étudier cette année au programme de littérature le tome 3 des Mémoires de guerre du général de Gaulle. L’insertion de cet ouvrage au programme du baccalauréat a fait couler beaucoup d’encre: est-ce bien de la littérature se sont interrogés certains ? Il ne fait aucun doute, en revanche, que les mémoires de Charles de Gaulle sont un livre d’histoire, une source pour l’historien. La programmation de ce tome des Mémoires de guerre en littérature invite à établir, et franchir, les passerelles avec le programme d’histoire de terminales. Le lien avec le thème « bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale » paraît évident. S’agissant d’histoire économique, « l’intendance » a laissé de de Gaulle l’image d’un homme reléguant avec un certain mépris  la chose économique aux contingences du quotidien. Pourtant, le tome 3 s’ouvre sur des considérations qui montrent plutôt l’inverse et sur lesquelles l’enseignant d’histoire pourra s’appuyer pour dresser avec ses élèves un bilan économique de la France à la fin de l’Occupation. Lisons plutôt:

Les chemins de fer sont quasi bloqués. De nos 12000 locomotives, il nous en reste 2800. Aucun train, partant de Paris, ne peut atteindre Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux; Nantes, Lille, Nancy. Aucun ne traverse la Loire entre Nevers et l’Atlantique, ni la Seine entre Mantes et la Manche, ni le Rhône entre Lyon et la Méditerranée. Quant aux routes, 3000 ponts ont sauté, 300000 véhicules, à peine, sont en état de rouler sur 3 millions que nous avions eus ; enfin, le manque d’essence fait qu’un voyage en auto est une véritable aventure. […] En même temps, l’arrêt des transports désorganise le ravitaillement. D’autant plus que les stocks avoués de vivres, de matières premières, de combustibles, d’objets fabriqués, ont entièrement disparu.
Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. Tome 3 : Le Salut 1944-1946, Plon, Paris, 1959, rééd. Pocket,2010, p. 8.

L’enseignant trouvera dans la suite de l’œuvre d’autres passages intéressant l’histoire économique et le programme de terminales. A titre d’exemple : page 27 (pagination de la réédition Pocket utilisée par les élèves), les ouvriers et les mines de la région lilloise, page 49  : les réformes économiques et sociales de la Libération et la situation financière de la France, ou encore page 113 les difficultés du ravitaillement.

Projet de programme pour la classe de Terminale SES : les propositions de l’AFEP

Communiqué

Projet de programme pour la classe de Terminale SES : les propositions de l’AFEP

Paris, le 5 avril 2011

L’AFEP souhaite participer au processus de consultation actuellement en cours autour du projet de programme pour la classe de Terminale Sciences Economiques et Sociales. L’AFEP critique la démarche retenue par le groupe d’experts, qui accorde au mieux une place réduite à la sociologie, à l’histoire économique et à la science politique. Fondée sur le refus de la pluri-disciplinarité et sur la primauté de la théorie économique néo-classique, la logique du projet actuel est critiquable d’un point de vue scientifique, et inopérante pédagogiquement.

En effet, la séparation entre « science économique » et « sociologie » conduit à traiter de façon partielle des questions clef comme le chômage ou la croissance. Dans le projet actuel, il est très compliqué pour les élèves de faire le lien entre l’organisation du travail, traitée en sociologie, et le chômage, traité dans la partie économique.

Au sein même de la partie économique, la séparation entre l’analyse des facteurs de la croissance économique et celle des conséquences de la croissance sur l’environnement rend acrobatique l’analyse du développement durable.

L’AFEP constate enfin des absences très regrettables dans le projet. La finance n’est abordée que de façon marginale, à travers la question des taux de change entre monnaies. L’euro, notre monnaie, ainsi que les institutions qui la gouvernent, ne sont pas présentées aux lycéens

C’est pourquoi l’AFEP présente sa proposition de programme (voir ci-joint) :

1/ Nous proposons de réhabiliter l’approche pluridisciplinaire, en particulier sur des objets comme le chômage et l’emploi.

2/ Nous demandons que la pluralité des théories économiques soit présentée aux élèves.

3/ Enfin, des thèmes comme la finance, l’euro et les services publics doivent acquérir une place plus importante dans l’enseignement délivré aux lycéens.

Site de l’AFEP : http://www.assoeconomiepolitique.org/

Président de l’AFEP : André Orléan, Directeur de recherches au CNRS, orlean (at) pse (point) ens (point) fr

Contact : Gilles Raveaud, Université Paris 8 Saint-Denis, gillesraveaud (at) gmail (point) com.

Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire et de la géographie

En ce premier week end de véritable printemps, nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance du blog Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire et de la géographie.

Ce carnet a pour objet de proposer une réflexion et des propositions dansl’optique d’un renouvellement de l’enseignement de l’histoire et de la géographie scolaires et universitaires. Il réunit une équipe d’enseignants et de chercheurs de différentes disciplines et degrés d’enseignement qui souhaitent tout à la fois organiser une veille en ce domaine et construire un espace de discussions et de propositions à destination de la communauté éducative et du grand public. Il s’agira de discuter aussi bien des questions de programmes, de pratiques, d’épistémologie des deux disciplines, en confrontant des travaux scientifiques, des analyses et des témoignages. L’un des objectif principaux est de permettre l’organisation d’assises pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire-géographie, prévues en 2012.

Les billets publiés sur ce blog sont soumis à un comité de lecture composé de Suzanne Citron, Laurence De Cock, Patricia Legris, Philippe Olivera et Emmanuelle Picard. Toute personne intéressée peut envoyer des propositions à l’adresse suivante: hypotheses (point) aggio (at) yahoo (point) fr

Il s’accompagne de la mise en place d’un groupe de discussion (les messages sont modérés) auquel toutes les personnes intéressées sont invitées à participer. Vous pouvez vous y inscrire en envoyant en message à l’adresse du blog, en précisant que vous souhaitez participer au groupe de discussion.

L’enseignement de l’économie en lycée

L’APSES a publié un communiqué sur les nouveaux programmes d’économie en lycée:

L’APSES a rendu public un communiqué de presse ainsi que son analyse détaillée du projet de programme de SES de terminale mis en consultation par le ministère le 7 mars jusqu’au 22 avril.Le dogme du cloisonnement forcené entre sciences sociales continue de faire des dégâts en matière pédagogique, d’appréhension/compréhension du monde social et en termes de pluralisme paradigmatique. Alors que le groupe d’experts s’était engagé dans le préambule du programme de première à accroître en terminale la place des « objets communs », ces derniers restent cantonnés en fin de programme avec seulement 12% de l’horaire annuel comme en première. Ces objets communs ressemblent à des fourre-tout, à étudier en 5 heures chacun alors qu’ils sont très denses en problématiques et notions. Ils ont surtout l’air d’être là comme des alibis permettant en outre d’isoler la théorie économique standard des autres approches, qu’elles soient économique, sociologique ou de science politique.Nous vous laissons prendre connaissance de ces documents et serions très intéressés par vos analyses respectives. N’hésitez pas à nous en faire part.

Une analyse détaillée du projet de programme de tronc commun de SES en terminale ES par l’APSES

Communiqué de presse de l’APSES du 17 mars 2011 : De la première à la terminale, toujours le même dogmatisme pour les programmes de SES

Bien cordialement,
Marjorie Galy
Présidente de l’APSES

Quelques liens sur les débats autour du programme d’économie en lycée:

Rappel

Programmes officiels actuels de SES :

Propositions de programmes de l’APSES :