Archives de catégorie : Enseignement secondaire

Où en est l’enseignement de l’histoire économique ?

Le vendredi 7 octobre 2016, l’AFHE, partenaire de l’Economie aux Rendez-vous de l’Histoire, a réuni pour sa Carte blanche enseignants du secondaire et du supérieur, économistes et historiens, pour établir ensemble un bilan de l’enseignement de l’histoire économique en France. Quelle est la place de l’histoire économique dans les programmes d’histoire et de SES du secondaire et dans les cursus d’économie et d’histoire à l’université ? Continuer la lecture de Où en est l’enseignement de l’histoire économique ?

Faire l’économie de l’histoire au lycée ? L’évacuation progressive de l’histoire économique dans les programmes de SES

 

Avant toute chose, au nom de l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES), je vous remercie très sincèrement pour cette invitation à réfléchir collectivement sur la place de l’histoire économique dans l’enseignement. Cette dimension historique est d’autant plus vive pour nous en cette période que nous célébrons le cinquantenaire de l’introduction de l’enseignement des sciences économiques et sociales (SES) dans les filières générales du lycée français. Continuer la lecture de Faire l’économie de l’histoire au lycée ? L’évacuation progressive de l’histoire économique dans les programmes de SES

Que faut-il enseigner en SES ? (enseigants-chercheurs)

Chers collègues,

L’APSES vient vous poser une question à la fois simple et fondamentale : quelles sont à vos yeux les 5 à 8 grandes idées et méthodes issues des sciences économiques et sociales, dont il vous semble important qu’elles soient enseignées à nos lycéens ?
Nous avons mis en ligne un court questionnaire (avec explicitation de la démarche) afin de collecter les réponses du plus grand nombre possible d’universitaires en sciences sociales.

En plus des questions d’identification, ce questionnaire ne comporte que 2 questions.

Le lien vers le questionnaire en ligne :

http://ift.tt/1stOAko

Merci beaucoup pour votre participation (n’hésitez pas à diffuser ce mails à vos collègues si vous adhérez à la démarche).

Bien à vous

Marjorie GALY

Présidente de l’APSES (Association des Professeurs de Sciences Economiques et Sociales)
Professeur de SES à Strasbourg
http://www.apses.org
http://sesame.apses.org
http://ift.tt/1BXM8cC

Que faut-il enseigner au lycée en SES ? (enseignants-chercheurs)

Bonjour,

Voici un message de Marjory Galy, Présidente de l’APSES, qui nous invite à répondre à un questionnaire (voir le lien doodle ci-dessous) sur les contenus de l’enseignement des sciences économiques et sociales dans les lycées.

Bien cordialement
Cecilia D’Ercole

Objet : Que faut-il enseigner au lycée en SES ? (enseignants-chercheurs)

Chers collègues,

L’APSES vient vous poser une question à la fois simple et fondamentale : quelles sont à vos yeux les 5 à 8 grandes idées et méthodes issues des sciences économiques et sociales, dont il vous semble important qu’elles soient enseignées à nos lycéens ?
Nous avons mis en ligne un court questionnaire (avec explicitation de la démarche) afin de collecter les réponses du plus grand nombre possible d’universitaires en sciences sociales.
Nous souhaiterions que votre association diffuse le lien vers ce très court questionnaire en ligne à ses adhérents en insistant sur la simplicité de participation et l’importance des réponses.
Merci de nous indiquer si cela est possible.

Le lien vers le questionnaire en ligne :

http://ift.tt/1stOAko

Merci beaucoup pour votre aide. Nous allons également contacter individuellement dans les jours et semaines qui viennent les universitaires dont nous avons les coordonnées.

Bien à vous

Marjorie GALY

Présidente de l’APSES (Association des Professeurs de Sciences Economiques et Sociales)
Professeur de SES à Strasbourg
http://www.apses.org
http://sesame.apses.org
http://ift.tt/1BXM8cC

Communiqué de l’AFEP

L’AFEP se réjouit de l’installation de la Commission Hautcœur

 


Paris, le 21 octobre 2013


Le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé mardi 15 octobre l’installation d’une mission pour les Sciences Economiques confiée à Pierre-Cyrille Hautcœur afin « d’analyser la situation actuelle de l’ensemble de la filière sciences économiques, tant sur le plan de la recherche, dans une logique interdisciplinaire, que de la formation et de l’insertion professionnelle des étudiants ».

L’Association Française d’Economie Politique (AFEP) se réjouit que la feuille de route de Madame la Ministre fasse référence aux « débats » qui animent notre communauté, notamment à propos des « orientations de recherche dominantes » et de « la carrière universitaire ». L’AFEP se retrouve dans l’affirmation selon laquelle il convient de « maintenir ou même enrichir la diversité des options théoriques et des méthodes » ainsi que dans l’importance accordée par la lettre aux « contacts et passerelles interdisciplinaires ».

L’AFEP voit dans la constitution de cette Commission la reconnaissance par le Ministère d’un mauvais fonctionnement de la filière Sciences Économiques en France. C’est ce constat qui avait provoqué en 2009 la création de l’AFEP, qui regroupe aujourd’hui près de 600 adhérents.

L’AFEP se déclare disponible pour participer aux travaux de la Commission.

L’AFEP souhaite notamment qu’à l’avenir :

– le pluralisme des méthodes et des champs théoriques mobilisés en économie soit respecté et reconnu ;

– la pluralité des supports de diffusion de la recherche soit valorisée ;

– l’investissement dans les tâches pédagogiques soit un atout dans l’avancement des carrières des enseignants-chercheurs ;

– une section CNU à voie normale (sans agrégation) intitulée « Economie et Société » soit créée.

Enfin, l’AFEP sera particulièrement attentive à ce que la composition de la Commission soit, selon les termes de la lettre de mission, « représentative des différents courants de pensée » qui constituent la Science Economique en France.
Site de l’AFEP : http://www.assoeconomiepolitique.org/

<http://www.assoeconomiepolitique.org/>
Secrétariat de l’AFEP : <secretariat.afep@googlemail.com>

Président de l’AFEP : André Orléan, Directeur de recherches au CNRS, <orlean@pse.ens.fr>

Les sujets 2013 du baccalauréat en SES

Sujets SES Métropole Bac 2013

Dissertation

Quels sont les déterminants des stratégies d’internationalisation de la production des firmes multinationales ?

Épreuve composée

EC1

- 1. Quels sont les caractéristiques des groupes de statut selon Max Weber ?

- 2. Montrer que le PIB ne mesure pas la soutenabilité de la croissance

EC2 : Vous présenterez le document puis vous caractériserez les inégalités de patrimoine qu’il met en évidence

Doc : Patrimoine en % détenu par les x% des ménages les plus riches.

EC 3 : A l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez que les conflits sociaux peuvent être un facteur de cohésion sociale.

Économie Approfondie

Sujet A : Comment peut-on expliquer la mise en place de la politique de la concurrence ?

Sujet B : Quelles sont les caractéristiques de la globalisation financière ?

Sciences Sociales et Politiques

Sujet A : Peut-on encore parler de variables lourdes explicatives du comportement électoral aujourd’hui en France ?

Sujet B : Quels sont les effets des modes de scrutin sur la compétition politique en démocratie ?

Sujets SES des académies extérieures

Liban

dissertation : L’école favorise-t-elle la mobilité sociale ?
EA :Comment la politique de concurrence peut-elle s’exercer à l’égard des entreprises ?
SSP : Comment les organisations politiques participent-elles au fonctionnement de la démocratie ?

Europe orientale – Afrique centrale

dissertation : Dans quelle mesure la croissance économique peut-elle être souhaitable ?

Antilles-Guyane
EA : Pourquoi une politique de la concurrence est-elle nécessaire ?

Polynésie
EA : Quels sont les objectifs et les modalités de la politique de la concurrence ?
SSP : Comment les modes de scrutin favorisent-ils ou défavorisent-ils la parité ?

Pondichéry
dissertation: Dans quelle mesure le recours au protectionnisme est-il souhaitable ?

 

source : http://www.apses.org/metier-pedagogies/sujets-de-bac/article/nouvel-article-4628

Journée de formation sur les nouveaux programmes de Terminale des lycées

 
L’Association   des Professeurs de l’Association des Historiens contemporéaniste de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (AHCESR) et l’APHG vous invitent à participer à la journée de formation  Sur les  nouveaux programmes de  Terminale des lycées

  Le samedi 25 mai 2013 à  la Sorbonne

Amphi Lefebvre Paris 1 –Sorbonne

  14,  Rue  Cujas  Paris 5ème 

se  munir de la convocation et d’une pièce d’identité

Le          programme est  susceptible d’aménagements

Matinée :          9h          -12h30
8h30          h Accueil
9h 05   ouverture        par        Nadine Vivier,        Présidente de l’AHCER        et Bruno Benoit ,        Président de        l’APHG
Deux communications :
9h -15          -10 h20
 Le Proche et le Moyen Orient, un foyer de conflits          depuis la fin de la Première Guerre          mondiale
Dominique Avon ,        Professeur d’Histoire contemporaine        à        l’université du Mans, Directeur du département d’Histoire
Questions/Réponses :10’
10h20 -11h20
Gouverner          la            France depuis           1946   par        Alain Bergounioux ,  historien        ,        Inspecteur général d’Histoire et de Géographie
11h20  -12h30
Table-ronde : Réflexion        sur les moments clés du XX e s, indispensables à la        connaissance du monde contemporain par les élèves du secondaire
Participants : Alain Bergounioux,         Inspecteur général d’Histoire et de Géographie ; Bruno Benoît. Président de        l’APHG ,        Professeur des universités (IEP de Lyon ), Jean Garrigues membre        de l’AHCESR , Professeur        des        universités (université d’Orléans) ,(sous réserve) Patrick Garcia , Maître de Conférences IUFM de Saint –        Quentin en        Yvelines (sous réserve ); Franck Schwab        , Professeur au lycée Henri Loritz , Président de la Régionale APGH        Lorraine
Après midi :
14 h -18 h
Trois         communications :
14 h -15 h : Mémoire          et opinion publique en France depuis l’Affaire Dreyfus
Par Patrick Eveno,        Professeur des universités à Paris 1, titulaire de la chaire        Media
Questions 15h-15h15
15 h-15  -16        h15 :
L’historien          et les          mémoires de la guerre d’Algérie
Sylvie Thénault,        Chargé de recherches au CNRS, associée à l’Institut du temps        Présent
Questions        16h15-16h30
16 h30  -17h30
La            Chine et le monde depuis le          mouvement du 4          mai 1918
Hugues Tertrais,        Professeur des universités à Paris1, titulaire de la chaire Asie
Questions /Réponses 17-30 -17h45
Clôture par la présidence 17 h50
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….Bulletin d’inscription
Nom
Prénom
Etablissement, ville
Courriel
Matinée    Oui      Non                                                            Après midi     oui       non
Inscription            obligatoire à adresser            par courrier ou mail à :
APHG .          Journée,          BP 6541 – 75065  Paris          Cedex 02

Parution : le CAP, un diplôme du peuple, 1911-2011.

Je me permets de signaler la parution de l’ouvrage suivant :

Le CAP : Un diplôme du peuple, 1911-2011 / sous la direction de Guy Brucy, Fabienne Maillard et Gilles Moreau
Presses universitaires de Rennes, 2012, 316 p.

Le certificat d’aptitude professionnelle (CAP), centenaire en 2011, a toujours fait l’objet de polémiques. Cet ouvrage, le premier consacré à ce diplôme toujours vivace, à la fois « lieu de mémoire » de la formation et enjeu d’avenir propose de rendre compte des rapports entre apprentissages professionnels, certifications et société. À travers cet exemple emblématique, ce sont les conflits et les compromis générés par la mise en place d’un diplôme professionnel, quel qu’il soit, qui sont à l’étude.

Table des matières

Introduction

Première partie : Le cap : un diplôme professionnel
Guy Brucy : Penser historiquement le Cap
Lucie Tanguy : Mort et résurrection du Cap dans les années 1980-1990
Fabienne Maillard : La « refondation » du CAP : ambitions et limites d’une politique
Anissa Belhadjin et Maryse Lopez : L’enseignement du français en Cap depuis 1945
Xavier Sido : L’enseignement des mathématiques en CAP, 1945-1985
Pascal Caillaud : Certifier la capacité professionnelle : un débat juridique centenaire

Deuxième partie
le cap fac e au marc hé du travail
Nicolas Divert : Le cap de l’habillement : la fin d’un diplôme ouvrier emblématique ?
Marie-Cécile Bouju : Les Cap des métiers du livre de la Belle époque aux années 1970.
Marianne Thivend : Le genre des Cap « commerciaux » dans les années 1950
Stéphane Lembré : Les Cap et le marché de l’emploi dans le Nord et le Pas-de-Calais (1919-1939)
Marc Suteau : Les artisans du bâtiment et le Cap (1920-2000)
Henri Eckert : CAP : la lente agonie d’un symbole ?

Troisième partie : le cap et son public
Gilles Moreau : Le Cap, quel genre de diplôme ?
Ugo Palheta : Le Cap comme voie de salut : le cas des apprentis du bâtiment
Joanie Cayouette-Remblière : Le CAP dans l’espace des trajectoires scolaires
Thibault Cizeau : Le Cap, un échauffement pour aller plus loin ?
Valérie Capdevielle-Mougnibas et Amélie Courtinat-Camps : Préparer un CAP en 2011
Conclusion générale
Bibliographie indicative

Lettre ouverte au Ministre de Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia

La professionnalisation incantatoire comme panacée pour la formation des enseignants ?

Lettre ouverte à M. Vincent Peillon, ministre de l’Éducation nationale.

Monsieur le Ministre,

Nous venons de prendre connaissance des documents préparatoires concernant l’organisation des futurs concours de recrutement d’enseignants. Ce qui nous frappe tout de suite à la lecture de ces textes, c’est le parti-pris fiévreux du « professionnel d’abord » qui les irrigue. Il va sans dire que les concours comme le CRPE ou le CAPES sont bien des concours de recrutement (et non des certifications académiques) et qu’enseigner est un métier qui s’apprend. Qui s’apprend, mais comment ? C’est là où le bât blesse à notre sens. Vous entendez réformer les épreuves des concours de recrutement en référence notamment à des compétences censées être « professionnalisantes » comme celle de « connaître, à un premier niveau de maîtrise, les procédés didactiques courants mis en œuvre dans un contexte professionnel réel » ou encore « envisager son exercice professionnel dans les contextes prévisibles », dès lors les épreuves orales consisteraient en une épreuve de « présentation d’activité professionnelle » et une autre « d’entretien professionnel »… Or ces compétences ne s’ancreront pas – comme vous le reconnaissez par ailleurs – dans une véritable expérience professionnelle et ce ne sont pas les stages prévus qui pourront y suppléer ; elles ne pourront donc résulter que d’une acquisition bâclée de « procédés » (c’est le terme que vous employez et il est lui-même très révélateur !) transmis « hors-sol », ne générant que des récitations superficielles. C’est d’ailleurs ce qui s’était passé quand une « épreuve professionnelle » avait été instaurée en 1992 à l’oral du CAPES. Sans pratique réelle d’enseignement les candidat-e-s d’alors qui devaient présenter des « fiches d’observation » de cours ne pouvaient que répéter des « trucs » réputés « didactiques » ingérés sans possibilité d’examen critique. Les séances observées étaient labellisées pour l’occasion comme modèles, au mépris d’une des exigences premières du métier d’enseignant qui nécessite de perpétuels renouvellements et adaptations en fonction des situations singulières que représente chaque leçon, oubliant que la didactique ne saurait se passer d’un ancrage disciplinaire. L’expérience s’est révélée désastreuse et a été abandonnée dès la troisième année. Seule l’option réflexive a été sauvegardée pour devenir l’actuelle Épreuve sur dossier (ESD). Pour notre part nous sommes persuadés qu’une véritable professionnalisation ne peut avoir lieu que dans le cadre d’une formation en alternance comprenant une année d’enseignement en responsabilité avec décharge significative pour dégager un temps de formation continuée. C’est cette année de stage qui constitue le cœur de la formation professionnelle et proprement pédagogique reposant sur une pratique de classe encadrée et réflexive. Exiger des étudiant-e-s de M1 de préparer en 2 semestres un concours comprenant, comme vous le proposez, un volet disciplinaire de haut niveau, un volet « formation professionnelle » s’appuyant sur des stages et un volet « initiation à la recherche », manifeste au mieux une sévère méconnaissance du « terrain », sacro-sainte entité pourtant rituellement invoquée par les inspirateurs de ce projet et au pire un inquiétant irréalisme qui constitue une véritable menace pour notre système de formation. Car à trop vouloir embrasser on aura une mauvaise préparation disciplinaire, une « formation professionnelle » illusoire et une initiation à la recherche inexistante. Revenons sur terre et redescendons du ciel enchanté de la professionnalisation incantatoire ! Apprenons un peu, et modestement, de l’histoire des concours et notamment de l’épisode calamiteux de 1992. Nos futurs enseignants ont évidemment besoin d’une formation professionnelle mais pas au détriment de la maîtrise des savoirs disciplinaires ni d’une véritable initiation à la recherche disciplinaire avec leur volet de réflexion épistémologique qui font partie des garants de leur esprit critique, de leur indépendance et donc, faut-il le rappeler, de leur efficacité pédagogique. Serait-ce camper sur un corporatisme suranné que de plaider pour l’ancrage disciplinaire ? Nous soutenons au contraire ici que le nécessaire travail interdisciplinaire dans nos enseignements repose sur la mise en complémentarité des différentes disciplines en fonction de la singularité de chacune et non sur leur dénaturation. Plus encore, le plaidoyer pour « dédisciplinariser » les concours n’est selon nous, et au delà des vieilles lunes rhétoriques sur l’efficacité qui servent à sa promotion, qu’une manière de ne plus considérer la compétence disciplinaire comme partie intégrante du socle de la légitimité et de l’efficience professionnelles. C’est pourquoi nous appelons tous les enseignants et en particulier ceux qui travaillent dans la formation des enseignants à exprimer publiquement leur refus de ce projet en l’état pour demander : • Ne pas surcharger l’année de préparation du concours pour que les étudiant-e-s puissent s’y préparer dans de bonnes conditions. • Pour les concours : – des épreuves d’admission qui vérifient la maîtrise des savoirs disciplinaires – des épreuves orales qui complètent et approfondissent cette vérification du côté de la réflexion sur l’histoire, l’épistémologie, les méthodes, les débats, les contenus des disciplines et de leur enseignement, dans une perspective qui intègre les enjeux de l’interdisciplinarité – des épreuves qui comprennent donc une réflexion sur les savoirs scolaires et sur les spécificités disciplinaires du métier d’enseignant. • Le cœur de la formation professionnelle doit être, après le concours, une année de formation en alternance avec un service réduit devant les élèves comprenant un travail de recherche disciplinaire (qui peut être une recherche concernant l’enseignement de la discipline) sanctionnée par la soutenance d’un mémoire. Ces propositions restreintes ne prétendent évidemment pas aborder tous les problèmes que ce projet pose, nous restons en particulier persuadés que le compactage de la préparation disciplinaire au concours, du travail de recherche et de la formation professionnelle pendant la seule année de M1 est une mauvaise solution, mais, sur les points limités avancés ci-dessus, il y a urgence selon nous à tirer la sonnette d’alarme et même un peu plus, c’est-à-dire à se mobiliser pour changer ce projet.

Veuillez recevoir Monsieur le Ministre, l’expression de notre haute considération,

Christian Delacroix (Université Paris Est Marne-La-Vallée)

François Dosse (Université Paris Est Créteil)

Patrick Garcia (Université de Cergy Pontoise)

Quel rôle pour les programmes scolaires dans la refondation de l’école ?

 

Le Samedi 24 novembre 2012, au Salon de l’Education, avec le soutien de la Ligue de l’enseignement,

L’Association des professeurs de sciences économiques et sociales
organise une table ronde sur le thème :

Quel rôle pour les programmes scolaires dans la refondation de l’école ?


Parce que l’école concerne les jeunes de plus en plus longtemps, son rôle dans l’influence des comportements des individus une fois devenus adultes est manifeste. Il est donc légitime que les contenus d’enseignement et les pédagogies pratiquées soient une préoccupation majeure des citoyens et des responsables politiques. Choisir un programme scolaire, sélectionner parmi les savoirs et savoir-faire possibles ceux dont on va privilégier la transmission n’est donc pas un choix anodin : au contraire, ce choix concerne l’ensemble de la société, et traduit en programmes scolaires les objectifs de formation citoyenne qu’elle se donne. Construire un programme, c’est participer à la définition des finalités de l’Ecole : c’est un enjeu démocratique majeur. Ce travail ne peut donc pas être qu’un travail d’experts en éducation, et ne peut se faire dans l’opacité : c’est un choix qui engage la société de demain, qui doit donc reposer sur une réflexion et des choix aussi bien scientifiques qu’éthiques, civiques et politiques.
 
Alors que le gouvernement actuel affiche son ambition de refonder l’Ecole, et que le ministre Vincent Peillon a annoncé qu’il souhaitait instaurer un Conseil Supérieur des Programmes afin de procéder à une réécriture démocratique de ceux-ci, l’Apses (association des professeurs de sciences économiques et sociales) souhaite participer au débat sur les programmes scolaires : des universitaires, enseignants, formateurs, pédagogues seront réunis samedi 24 novembre de 14h à 16h au forum Condorcet (Cité de l’éducation, Hall 7.2) pour débattre de la confection des programmes : compte-tenu des enjeux majeurs dont ils sont porteurs, qui peuvent être les acteurs compétents et légitimes pour les construire ? Comment doivent-ils travailler ?
 
Pour éclairer cette question, l’accent sera particulièrement mis sur les programmes de sciences économiques et sociales, qui font, depuis plusieurs décennies, l’objet de vives controverses de la part d’acteurs aussi variés que des organisations patronales, des médias ou encore des organisations politiques. Souvent pointés du doigt comme responsable de « l’inculture économique des français », les programmes de SES ont été profondément remaniés à l’occasion de la réforme du lycée, sans concertation du monde enseignants et du monde universitaire dans sa diversité. Aujourd’hui largement contestés par les enseignants et de nombreuses associations d’enseignants-chercheurs d’économie, de sociologie et de sciences politiques, ces programmes restent dans l’œil du cyclone médiatique, déchaînant, à l’instar des programmes d’histoire-géographie, les polémiques les plus vives. Alors qu’en France, le levier des programmes a trop peu été utilisé pour faire avancer la démocratisation scolaire, il nous semble qu’ils sont pourtant, et particulièrement en ce qui concerne les sciences humaines et sociales, emblématique d’enjeux scolaires, sociaux et politiques centraux.
 
Seront présents à cette table ronde :
Laurence De Cock, historienne et co-fondatrice du collectif Aggiornamento histoire-géographie ; Gisèle Jean, ex directrice IUFM de Poitiers et formatrice ; Igor Martinache, membre du bureau national de l’Apses ; André Orléan, économiste ; Philippe Watrelot, Président du CRAP-Cahiers pédagogiques.
 
La table ronde sera animée par le journaliste Emmanuel Lévy.

En marge de ce débat, l’Apses tiendra une table d’information sur la série ES, ses atouts et ses débouchés, à destination de tous, et particulièrement des élèves et de leurs parents. Ce stand sera animé par une équipe d’enseignants de SES, et Bruno Magliulo, spécialiste des questions d’orientation et auteur de « Que faire avec un bac ES ? ».
 
 
Informations pratiques :
Samedi 24 novembre 2012, de 14h à 17h,
 au Salon de l’Education, Mo Porte de Versailles
Cité de l’éducation, Hall 7.2, Forum Condorcet <http://www.salon-education.com/index.php?option=com_content&amp;view=article&amp;id=61&amp;Itemid=67>
Relation presse et demande de renseignements, pour le BN de l’Apses : amelie.jeammet@free.fr <mailto:amelie.jeammet@free.fr>  / 06 62 78 11 26
Entrée gratuite

A propos des nouveaux programmes de Terminales

Le collectif Aggiornamento Hist-Géo a publié ce texte à propos des nouveaux programmes de terminales sur son Carnet de recherche :

 

Faire cours ou faire court ? A propos du programme d’histoire-géographie des terminales L et ES

7 novembre 2012

Par

Rédacteurs : Mathieu Ferradou, Vincent Capdepuy, Laurent Gayme, Servane Marzin, Laurence Khichane, Christophe Bosquillon, Laurence De Cock, Cédric Perrin

 » Les nouveaux programmes des terminales L et ES entrés en vigueur à la rentrée 2012 n’ont pas suscité les mêmes remous que ceux de première et notamment de première S. Ce silence relatif interroge : faut-il y voir un désintérêt pour des filières jugées moins cruciales ou les programmes seraient-ils meilleurs, voire acceptables ? ‹…› « 

lire la suite : http://aggiornamento.hypotheses.org/1135

CAPES EXTERNE d’HISTOIRE et de GÉOGRAPHIE Préparation des CAPES externes 2013 et 2014

Lettre de cadrage du 18 octobre 2012 aux préparateurs et candidats

>

> Laurent CARROUE
Président du Jury du CAPES
Inspecteur général de l’Education nationale
Paris, le 19 octobre 2012

>

> Mesdames, Messieurs,

>
Comme vous le savez sans doute, la mastérisation et la préparation des concours
externes de l’enseignement secondaire sont en train d’être profondément réorganisées. Ce
chantier est considérable.
Alors que les épreuves écrites d’admission du CAPES 2013 approchent, que divers
bruits circulent et que vous êtes très nombreux à nous contacter, il m’a semblé nécessaire –
ainsi qu’aux membres du Directoire que je remercie publiquement pour leur engagement – de
vous informer au mieux du déroulement des concours 2013 et 2014.
Nous sommes en effet bien conscient des difficultés et incertitudes auxquelles vous
êtes aujourd’hui confrontés du fait de cette nouvelle, mais si indispensable, période
transitoire. Dans tous les cas, le Jury fera – comme il l’a toujours fait ces dernières années –
tout son possible pour que préparateurs et candidats assurent préparations et passages des
épreuves dans le climat de confiance, d’apaisement et de sérénité qui sied à un tel concours.
Dans ce cadre, nous vous rappelons trois faits d’importance :
 Le cadre des épreuves écrites et orales demeure le même pour les trois
concours de la période 2013/2014.
 Les six questions aux programmes sont gelées et demeurent les mêmes comme
je l’avais annoncé en juin 2012 afin de faciliter le travail des préparateurs.
 L’augmentation des postes mis aux concours représente pour les candidats une
opportunité historique d’accès à un emploi rémunéré, exigeant mais de qualité.
Nous ne pouvons donc que les engager vivement à continuer dans cette voie.

>
1. Cadre général : trois concours en deux ans, une vraie chance pour les candidats

>
Pour comprendre la complexité de la situation actuelle, il convient d’avoir à l’esprit
deux processus différents qui se chevauchent et s’articulent.
Premièrement, le Ministère souhaite mettre fin aux modalités actuelles de la
mastérisation Darcos/ Pécresse. C’est l’objectif du passage du Capes 2013 au Capes 2014 qui
est cependant lié, en particulier, à la définition et à la mise en place des futures ESPE (Ecoles
Supérieures du Professorat et de l’Education) en voie de création (référentiel métier, cahier
des charges national de la formation, structures juridiques et administratives, année de stage
en responsabilité et en alternance…). Ces concours ne sont pas remis en cause et vont se
dérouler normalement, avec cependant pour le Capes 2014 des modifications qui se sont pas
encore totalement fixées à l’heure actuelle (date des écrits reportée au printemps, types de
stage de titularisation…).
Deuxièmement, face à une explosion non prévue des départs à la retraite (cf. effets des
modifications des textes), le Ministère a décidé d’organiser un nouveau concours afin de
répondre à une situation d’urgence à la rentrée scolaire de septembre 2013. Ce nouveau
concours est appelé CAPES 2013 Bis (ou 2) avec des écrits d’admissibilité en juin 2013 et des
oraux d’admission en juin 2014.
Cela signifie que les préparateurs et les jurys vont devoir préparer trois concours de
recrutement en deux ans :
CAPES 2013 «normal» : écrits nov. 2012/ oraux juin 2013.
CAPES 2013 «Bis» : écrits mai ( ?)/ juin 2013/ oraux juin 2014.
CAPES 2014 «normal» : écrits printemps 2014 ( ?)/ oraux juin 2014.
Au delà des difficultés de mise en oeuvre et de préparation, nous devons signaler que
cette conjonction tout à fait exceptionnelle – étroitement associée à la forte hausse des postes
aux concours – va se traduire pour les candidats par des opportunités de recrutement
historiquement exceptionnelles ces trois prochaines années. Ainsi au CAPES externe, le
stock de postes mis aux concours passe de 580 en 2012 à 1 430 en cumulant les CAPES 2013
normal et 2013 Bis. Soit une augmentation de 850 postes supplémentaires (+ 146 %).
Nous ne pouvons donc qu’encourager préparateurs et candidats à préparer avec
sérieux ces deux ou trois prochaines années les concours du CAPES externe.

>
2. Le déroulement du CAPES 2013 «normal» : un quart de postes en plus (+ 23 %)

>
Après les CAPES 2011 et 2012, le CAPES 2013 «Normal» est sur de bonnes voies. On
compte 4 650 inscrits, dont 3 900 au CAPES et 743 au CAFEP, contre 4 486 en 2011 et 4 479
en 2012. Soir + 171 inscrits sur un an (+ 4 %).
Par contre, nous vous informons que le CAPES 2013 externe d’histoire et de
géographie voit son nombre de poste augmenter de presque un quart (+ 23 %). Un vrai geste
politique et un réel encouragement à bien préparer ce concours.
Comparaison Capes 2012/Capes 2013 : nombre de postes
Capes 2012 Capes 2013 Diff volume Diff en %
Capes 580 715 135 + 23 %
Cafep (privé) 110 100 – 10 – 9 %
Total 690 815 + 125 + 18 %
Voici pour votre information le planning prévisionnel du CAPES 2013 Normal. Il est
conforme à la structure des CAPES 2011 et 2012.
Planning prévisionnel du CAPES 2013 «Normal»
Epreuves écrites d’admissibilité Jeudi 15 et vendredi 16 Novembre 2012
Correction des écrits 6 décembre 2012/24 janvier 2013
Envoi des convocations pour les oraux * Entre février et avril 2013
Epreuves orales d’admission à Châlons/C. * Vers Juin 2013 (15 juin/ 9 juillet)
Proclamation des résultats * Vers le 10 juillet 2013
Affectation en stage en Académie * Mi/fin juillet 2013
Année de stage de titularisation en Académie Sept. 2013/ juin 2014
* = dates approximatives pour l’instant.

Les questions aux programmes du CAPES externe 2013 «normal».
Géographie
La France : La France en villes
Canada, Etats-Unis, Mexique
Géographie des conflits
Histoire Le prince et les arts en France et Italie (XIV em/ XVIII em)
Les diasporas grecques du VIII em à la fin du IIIem siècles av JC (bassin médit. Et proche
Orient)
Les sociétés coloniales à l’âge des Empires : Afrique, Antilles, Asie (années 1850/ années 1950)

>
3. Déroulement du Capes 2013 Bis : un nouveau concours intercalé

>
A la demande du Ministère, un concours de recrutement supplémentaire est créé afin
de répondre aux besoins de l’enseignement. Les postes ouverts à ce concours sont d’un
volume équivalent au CAPES 2013 Normal. Nous attirons cependant votre attention sur deux
spécificités majeures.
Premièrement, le concours du CAPES 2013 Bis est ouvert aux étudiants de M1 et aussi
de M2. Les candidats devront prouver qu’ils sont en possession, le jour de l’admissibilité,
d’une inscription en M1 pour l’année universitaire 2012/2013. Aux étudiants admissibles au
CAPES 2013 Bis sera proposé un contrat spécifique en établissement pour l’année scolaire
2014 correspondant à un tiers de temps statutaire (6 heures/hebdo.) payé comme un mi-temps.
Pour les étudiants en M1, il sera donc proposé un M2 en alternance (sous contrat de travail).
Comparaison CAPES 2012/CAPES 2013 Bis : nombre de postes
Capes 2012 Capes 2013 bis Diff volume Diff en %
Capes 580 715 135 + 23 %
Cafep (privé) 110 100 – 10 – 9 %
Total 690 815 + 125 + 18 %
Deuxièmement, ce nouveau concours a la particularité de s’organiser sur une
temporalité différente avec des épreuves écrites d’admissibilité en juin 2013 et des épreuves
orales d’admission en juin 2014. Cette modification a pour but de pouvoir proposer aux
admissibles des heures d’enseignement dans les EPLE dès l’automne 2013 (cf. plus haut). En
voici le planning prévisionnel à la date d’aujourd’hui.
Planning du « CAPES 2013 Bis intercalé»
Ouverture des inscriptions 11 janvier 2013
Epreuves écrites d’admissibilité Entre le 17 et le 23 juin 2013
Correction des écrits 20 juin/ 7 juillet
Proclamation des résultats de l’admissibilité Vers le 8/10 juillet
Affectation en stage en Académie * Mi/fin juillet 2013
Année de stage Sept 2013/ juin 2014
Epreuves orales d’admission à Châlons/C. * Juin / juillet 2014
Proclamation des résultats définitifs * Vers 10 juillet 2014
L’architecture et la définition des épreuves sont les mêmes, ainsi que les questions au
programme. Cela signifie en particulier que les candidats au CAPES Normal 2013 peuvent
aussi faire le choix de s’inscrire à ce nouveau concours lors de l’ouverture des inscriptions en
janvier 2013 puisqu’ils ne disposeront pas encore de leurs résultats d’admissibilité.

Les questions au programme du CAPES 2013 Bis
Géographie
La France : La France en villes
Canada, Etats-Unis, Mexique
Géographie des conflits
Histoire Le prince et les arts en France et Italie (XIV em/ XVIII em)
Les diasporas grecques du VIII em à la fin du IIIem siècles av JC (bassin médit. Et proche
Orient)
Les sociétés coloniales à l’âge des Empires : Afrique, Antilles, Asie (années 1850/ années 1950)

>

> 4. Capes externe 2014 normal

>
L’organisation du concours du CAPES 2014 est étroitement dépendante de la
définition des ESPE et des maquettes des futurs Masters. Dans le cadre actuel, la place d’un
concours complet (admissibilité puis admission) en fin de M1 est aujourd’hui l’hypothèse la
plus probable.
Planning du Capes externe 2014
Ouverture des inscriptions ?
Epreuves écrites d’admissibilité Printemps 2014
Correction des écrits Fin printemps 2014
Proclamation des résultats de l’admissibilité Fin printemps 2014
Epreuves orales d’admission à Châlons/C. * Juin / juillet 2014
Proclamation des résultats définitifs * Vers 10 juillet 2014
Les questions au programme du CAPES externe 2014
Géographie
La France : La France en villes
Canada, Etats-Unis, Mexique
Géographie des conflits
Histoire Le prince et les arts en France et Italie (XIV em/ XVIII em)
Les diasporas grecques du VIII em à la fin du IIIem siècles av JC (bassin médit. Et proche
Orient)
Les sociétés coloniales à l’âge des Empires : Afrique, Antilles, Asie (années 1850/ années 1950)

>

> NB : Nous vous rappelons que dans le cadre de sa stratégie nationale numérique, le
Ministère de l’Education nationale a mis en place un Portail national de ressources en
Histoire Géographie qui est devenu aujourd’hui un outils indispensable de la préparation aux
concours puis de l’activité professionnelle d’un enseignant. En voici l’adresse :
http://eduscol.education.fr/histoire-geographie/

Courrier de l’APSES au Ministre de l’Education nationale

 

Demande urgente d’audience au ministère par l’APSES pour cause de programme infaisable en Terminale…

A peine 3 semaines que la rentrée a eu lieu et pas un jour ne passe sans que nous ne recevions des mails de collègues affolés ou en colère tellement le programme de terminale est encyclopédique, confus, mal structuré, inutilement complexe… bref tellement il est impossible à enseigner dans une classe devant (et encore moins avec) de vrais élèves.
Nous sommes contraints à renoncer à la diversité des dispositifs pédagogiques (c’est-à-dire à renoncer à notre métier), et déjà, alors que nous ne sommes encore qu’au tout début de l’année, la certitude que nous ne finirons pas le programme est évidente, que la réussite des élèves les plus fragiles est compromise et que la formation du citoyen est empêchée.
Pour boucler ce programme, chacun des 15 chapitres doit être expédié en 15 jours, soit 10h de classe, ce qui est insuffisant pour de nombreux chapitres, mais c’est sans compter les évaluations, les corrections, les exercices d’entraînement à faire en classe avec les élèves… ni les ponts, les sorties scolaires, les journées d’information à l’orientation, les absences pour stage des enseignants etc
On ne peut pas accepter qu’un programme contraigne les enseignants à utiliser tout le temps de classe à seulement transmettre des connaissances et ne permette plus de former les élèves à l’analyse de documents, aux techniques de l’argumentaiton, l’apprentissage de la problématisaiton, la construction d’une introduction, d’un plan etc
Aussi, nous insistons pour que les allègements que vous aviez évoqués lors de notre dernière rencontre, mais seulement pour la rentrée 2013, entrent en vigueur dès cette année (et que les nouvelles épreuves soient aménagées). Dès cette année, avant qu’un nouveau groupe d’experts ne planche sur de nouveaux programmes et de nouvelles épreuves pour les rentrées 2013 (première) et 2014 (terminale).
Il le faut pour protéger les élèves qui passeront le bac en juin 2013.

A cet effet, nous demandons à nouveau à être reçus en audience au cabinet du Ministre Vincent Peillon.

Veuillez agréer, Messieurs, l’expression de notre sincère dévouement au service public d’Education ainsi que nos respectueuses salutations.