Archives de catégorie : Thèses et Habilitations

Soutenance de thèse « Les marchés de l’indigo en France », 19 novembre

Mesdames et Messieurs les Professeurs, chers collègues, chers amis,

J’ai le plaisir de vous convier à la soutenance de ma thèse, intitulée

Les marchés de l’indigo en France. Flux, acteurs, produits (XVIIe – XVIIIe siècles)

qui se tiendra le samedi 19 novembre 2016 à 14h

à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne

Galerie Dumas, Salle D 632 (entrée 14 rue Cujas, 75005 Paris)

Le jury sera composé de :

Monsieur Guillaume Daudin, Professeur à l’Université Paris-Dauphine

Monsieur Robert DuPlessis, Professeur émérite à Swarthmore College

Monsieur Pierre Gervais, Professeur à l’Université Sorbonne nouvelle-Paris III

Madame Corine Maitte, Professeur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Madame Dominique Margairaz, Professeur émérite à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne (directrice de thèse)

 La soutenance sera suivie d’un pot dans la bibliothèque de l’Institut d’histoire économique et sociale (escalier C, 3e étage à gauche, vers 17h) auquel vous êtes chaleureusement conviés.

En raison des mesures de sécurité mises en place à l’entrée de l’université, je vous serais reconnaissante de bien vouloir me signaler par courriel ( marguerite.t.martin@gmail.com) votre intention d’assister à la soutenance avant le jeudi 17 novembre : seules les personnes inscrites sur la liste des invités seront autorisées à entrer.

En attendant d’avoir le plaisir de vous retrouver à cette occasion, je vous adresse à tous mes meilleures salutations,

Marguerite Martin

Résumé de la thèse :  

Centrée sur l’espace constitué par le royaume de France et ses colonies, cette thèse met en évidence les structures et les dynamiques du marché de l’indigo, entre le milieu du XVIIe et la fin du XVIIIe siècle. Colorant exotique principalement employé en teinture, blanchisserie et peinture, l’indigo fait partie de ces nouveaux produits qui transforment la palette des couleurs à l’époque moderne. Le secteur de la finition des étoffes est alors un secteur fondamental de la production textile. Il est réglementé afin de garantir aux consommateurs la solidité et la beauté des couleurs. Il est aussi au cœur de l’innovation textile, afin de répondre aux demandes d’une population qui a adopté la « culture des apparences » (Daniel Roche). La France est un espace central du marché de l’indigo européen et atlantique en raison de sa position dominante dans la production et redistribution du colorant bleu, sa colonie de Saint-Domingue étant le principal producteur d’indigo pour l’Europe pendant tout le XVIIIe siècle. Dans les ports du royaume, une large gamme d’acteurs est intéressée à son commerce, en particulier des grands négociants qui contrôlent une part importante des quantités en circulation. L’étude de leurs correspondances permet de saisir comment à partir des informations qui leur parviennent d’Europe et d’Amérique, ils sont en mesure de construire leurs anticipations et quelle perception ils ont du marché. L’hétérogénéité des qualités des indigos mis sur le marché, l’existence de réputations de qualité associées aux différentes zones de production pour l’Europe, en particulier Saint-Domingue, le Guatemala espagnol, la Caroline anglaise, mais aussi le Venezuela ou Java, recoupent des filières de distribution distinctes par empire colonial, contribuant à structurer le marché tout comme les effets recherchés en teinture par les utilisateurs du colorant.

Soutenance de thèse Léo CHARLES, « Protection, spécialisation et croissance économique pendant la première mondialisation en France et en Suisse (1850-1913) »

Bonjour à toutes et à tous,

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse :

Protection, spécialisation et croissance économique pendant la première mondialisation en France et en Suisse (1850-1913)

Celle-ci aura lieu le lundi 7 novembre 2016 à 14h dans la salle du Petit Salon, Université de Bordeaux, Avenue Léon Duguit 33608 Pessac.

Le jury sera composé de :

  1. Stéphane Becuwe, directeur de recherche CNRS, Université de Bordeaux, co-directeur de thèse
  2. Bertrand Blancheton, Professeur des universités, Université de Bordeaux, co-directeur de thèse
  3. Antoine Bouët, Professeur des universités, Université de Bordeaux
  4. Guillaume Daudin, Professeur des universités, Université Paris-Dauphine,rapporteur
  5. Claude Diebolt, Directeur de recherche CNRS, Université de Strasbourg
  6. Michael Huberman, Professeur titulaire, Université de Montréal,rapporteur 

Résumé de la thèse :

 

À la suite des travaux de Paul Bairoch, cette thèse étudie le lien entre protectionnisme et croissance économique pendant la première mondialisation (1850-1913) en France et en Suisse. En particulier, nous nous intéressons à un chainon manquant dans l’explication de la corrélation positive entre droits de douane et croissance, celui de la relation entre la politique commerciale et la spécialisation des nations. Dans cette thèse, nous considérons la politique commerciale comme un phénomène construit, temporel, s’inscrivant dans une structure institutionnelle particulière. Par conséquent, les deux premiers chapitres présentent le contexte théorique, historique et politique dans lequel s’inscrit la politique commerciale des économies au 19e siècle. Par la suite, nous présentons deux bases de données sur le commerce extérieur de la France et de la Suisse. Ces bases originales nous permettent de mener une étude empirique sur la spécialisation à l’exportation de ces deux économies ainsi que sur la relation entre protectionnisme et exportations, en nous basant sur un nouveau test empirique de la protection des industries dans l’enfance. Cette thèse montre alors que la France met en place un protectionnisme traditionnel qui, sous l’influence des groupes de pression, vise à maintenir les spécialisations traditionnelles de l’économie. Au contraire, la Suisse met en place un protectionnisme innovant, qui vise l’émergence de nouvelles spécialisations favorisant ainsi la réussite économique de la nation.

Au plaisir de vous y retrouver ou d’échanger avec vous,

Bien cordialement,

Léo CHARLES


Léo CHARLES

Doctorant en Histoire Economique / PhD candidate in Economic History
GREThA – UMR CNRS 5113

Avenue Léon Duguit, 33 608 Pessac Cedex, FRANCE
T. +33 (0)5.56.84.40.73
P. +33 (0)6.13.58.24.04
gretha.u-bordeaux.fr/fr/members/charles-l%C3%A9o

HDR Florence Hachez-Leroy

Chers​ ​et chères Collègues,
Des raisons administratives ne m’ont pas permis d’en faire l’annonce plus tôt, mais j’ai le plaisir de vous inviter à la soutenance de mon dossier d’habilitation à diriger des recherches intitulé « Risque, innovation et enjeux mémoriels : l’industrie entre histoire et patrimoine »

le mercredi 2 décembre 2015, à 9 heures, à l’EHESS

105, boulevard Raspail, salle 8

Avec un mémoire inédit intitulé :
« Dangereux pour la santé ? Alimentation, monde scientifique, monde industriel, XIXe-XXe siècles »

et un mémoire de synthèse :  « De l’archéologie industrielle au patrimoine industriel 3.0 »

Le jury est composé de :
Jérôme Authier, Université de Paris Est Créteil
Sophie Dubuisson-Quellier, CNRS
Marc de Ferrière le Vayer, Université François Rabelais de Tours
Patrick Fridenson, EHESS, garant
Jean-Paul Gaudillière, INSERM et EHESS
Nicolas Marty, Université de Perpignan
Peter Scholliers, Vrije Universiteit Brussel
Un pot sera servi à  l’issue des délibérations, merci de me confirmer votre présence.

Bien amicalement

Florence Hachez-Leroy

​Maître de conférences
Membre honoraire de l’IUF
ComUE Lille Nord de France, U. Artois
Centre de recherches historiques (EHESS/CNRS)
190-198, avenue de France
F-75244 Paris cedex 13
http://grhen.ehess.fr/index.php?313

Thèse : La rigueur et les réformes Histoire des politiques du travail et de l’emploi du gouvernement Mauroy (1981-1984)

mardi 24 novembre

La rigueur et les réformes
 Histoire des politiques du travail et de l’emploi du gouvernement Mauroy (1981-1984)

 

Directeur de thèse : M. Pascal ORY, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

  Membres du jury :
M. Alain CHATRIOT, professeur des Universités à Sciences-Po
M. Nicolas HATZFELD, professeur des Universités à l’université d’Évry
M. Michel MARGAIRAZ, professeur des Universités à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
M. Michel PIGENET, professeur des Universités à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
M. Paul-André  ROSENTAL,  professeur des Universités à Sciences-Po, chercheur associé à l’INED
La soutenance aura lieu en Sorbonne, salle Duroselle.
L’accès se fait par le 1, rue Victor Cousin. Il faut prendre tout droit (galerie Gerson) puis la première galerie à droite (galerie Dumas). La salle Duroselle se situe sur la gauche.

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes tous chaleureusement conviés, même si vous ne pouvez pas assister à la soutenance.
Merci de me confirmer votre présence.

Résumé:
Le gouvernement Mauroy est habituellement associé au « tournant de la rigueur » de 1983. Après l’euphorie, le pouvoir socialiste aurait brusquement adopté l’austérité économique. L’étude des politiques du travail et de l’emploi permet de remettre en cause ce schéma d’une double manière. Tout d’abord, l’alternance permit à des hauts fonctionnaires modernistes, très influencés par la philosophie négociatrice de Jacques Delors et de la CFDT, de parvenir aux postes de décision clés en matière de politique sociale. Dès 1981, les réformes sociales furent engagées sous le signe de la rigueur, avec la volonté de ne pas provoquer de dérapage économique et budgétaire irréversible. La réduction du temps de travail, mise au point au sein du Commissariat général du Plan, fut réalisée en privilégiant la négociation sociale décentralisée et la modération salariale. L’abaissement de l’âge de la retraite à 60 ans fut à l’origine élaboré en augmentant la durée de cotisation. Les lois Auroux réformant le droit du travail n’attaquèrent pas le pouvoir des chefs d’entreprise. La deuxième remise en cause concerne le tournant de 1983 : en fait, le point d’inflexion de la politique du gouvernement Mauroy se situe au premier semestre de 1982. Après l’abandon des 35 heures, la lutte contre le chômage ne constitua plus pour lui qu’un objectif secondaire. Il se trouva alors dans une impasse, sans grande réforme à réaliser. Son agenda fut certes dominé par les problèmes financiers (déficit de l’UNEDIC, qui conduisit à réduire drastiquement les prestations chômage, et financement de la retraite), mais cela ne signifie pas qu’il y ait eu conversion généralisée des élites socialistes au néolibéralisme.
Matthieu Tracol

 

Soutenance de thèse : Une sociologie des chemins de fer français aux XIXe et XXe siècles

Chères collègues, chers collègues,

J’ai le plaisir de vous convier à la soutenance de ma thèse de doctorat en sociologie intitulée :

Pratiques économiques et pensées du changement dans un service public marchand
Une sociologie des chemins de fer français aux XIXe et XXe siècles

La soutenance aura lieu le jeudi 26 novembre 2015 à 14h00 à l’Université Lille 1 (métro Cité scientifique, amphi B16, bâtiment SH3). Elle sera suivie d’un pot de thèse auquel vous êtes convié(e)s. Afin d’en faciliter son organisation, merci par avance de m’annoncer votre présence.

Jury :
Bernard Convert, Directeur de recherche au CNRS, Université Lille 1, codirecteur de la thèse
Marnix Dressen, Professeur à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, codirecteur de la thèse
Olivier Godechot, Directeur de recherche au CNRS, Sciences Po Paris, rapporteur
Frédéric Lebaron, Professeur à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, rapporteur
Fabian Muniesa, Maître de recherche au Centre de sociologie de l’innovation, Mines ParisTech, examinateur
Georges Ribeill, Directeur de recherche honoraire à l’École nationale des Ponts et chaussées, examinateur
Philippe Steiner, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne, président

Résumé :
A partir d’un matériau composé d’archives, d’ouvrages spécialisés, de littérature grise et d’entretiens, cette thèse explore les transformations des manières de faire et de concevoir l’économie ferroviaire en France. Notre analyse socio-historique met au jour les recompositions de la politique du rail et l’évolution des logiques de gestion des compagnies ferroviaires sur le moyen et le long terme. Tandis que, dans les années 1820-1830, le développement des chemins de fer est laissé à l’initiative des entrepreneurs privés, la seconde moitié du XIXe siècle est marquée par un engagement progressif de l’Etat dans le secteur, qui finance et encadre l’exploitation de vastes réseaux organisés en monopoles régionaux. La nationalisation des chemins de fer en 1938 et la politique de planification des transports de la période d’après-guerre constituent l’apogée de ce processus d’étatisation. Le dernier demi-siècle se caractérise au contraire par une érosion de la conception traditionnelle du service public et par une intensification de la régulation marchande, dont la récente libéralisation du rail et la nouvelle politique commerciale de la SNCF sont les signes les plus manifestes. Les transformations du rail renvoient à l’évolution des catégories de pensée et d’action dominantes au sein du champ politico-administratif, aux rapports de force sociaux dans les entreprises ferroviaires, ainsi qu’aux propriétés matérielles des chemins de fer en comparaison de celles des autres techniques de transport existantes. Ensemble, ces trois dimensions définissent l’espace des possibles et des probables de l’économie ferroviaire.

Bien cordialement,

Jean FINEZ
Doctorant en sociologie (Univ. Lille 1, Clersé-CNRS)
Page personnelle : http://clerse.univ-lille1.fr/spip.php?article441

HDR  : la céruse et le saturnisme professionnel, Judith Rainhorn

Cher(e)s collègues,
Cher(e)s ami(e)s,

J’ai l’honneur et le plaisir de vous convier à la soutenance de mon dossier d’Habilitation à Diriger des Recherches en Histoire,
intitulé Histoire sociale des populations au travail. Ville, santé, migrations, XIXe-XXe siècles.

Le mémoire de recherche inédit s’intitule
Poison légal. Une histoire sociale, politique et sanitaire de la céruse et du saturnisme professionnel,
XIXe-premier XXe siècle

La soutenance se tiendra jeudi 10 décembre 2015, à partir de 9h30, à Sciences Po
salle de réunion de l’École doctorale,
199 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris (métro Rue du Bac, Saint-Germain des Prés),
escalier sous la voûte, 3e étage.

Le jury sera composé de :

M. Vincent Barras, Professeur, Université de Lausanne, Suisse (rapporteur)
M. Jean-Paul Gaudillière, Directeur de recherche, INSERM-EHESS
M. Nicolas Hatzfeld, Professeur, Université d’Évry-Val d’Essonne (président)
Mme Gabrielle Hecht, Professeure, University of Michigan, États-Unis
Mme Anne Rasmussen, Professeure, Université de Strasbourg (rapporteur)
M. Paul-André Rosental, Professeur, Institut d’Études politiques de Paris (garant)

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement convié(e)s.
Merci de me confirmer votre présence avant le 5 décembre.

Bien amicalement,

——-
Judith Rainhorn
Maître de conférences à l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
Laboratoire Calhiste / Esopp (CRH – EHESS)
http://www.univ-valenciennes.fr/CALHISTE/membres/rainhorn_judith

Résumé :
Le mémoire inédit présenté pour l’Habilitation à diriger des recherches met en perspective, sur le temps long, l’histoire inachevée des tensions entre un poison industriel et la société humaine qui l’héberge et qui, pendant deux siècles, s’est accommodée de cette cohabitation. Le constat liminaire qui préside à cette enquête est celui-ci : la céruse (ou blanc de plomb), produit reconnu éminemment dangereux pour la santé humaine a, en dépit de cela, été fabriquée, diffusée et très largement utilisée en France pendant près de cent-cinquante ans, de l’aube du XIXe au milieu du XXe siècle, en toute connaissance de cause. Il s’agit par conséquent d’interroger les raisons du maintien durable d’une substance toxique au sein du paysage industriel et sur le marché français et européen, et de questionner les conditions du consentement collectif des acteurs concernés : monde ouvrier au front de la toxicité, industriels entre profit et progrès technique, corps médical constatant les dégâts sanitaires, opinion publique témoin de l’affection, pouvoirs publics confrontés au dilemme entre l’économiquement possible et le sanitairement souhaitable. L’empoisonnement de ceux qui fabriquent, de ceux qui utilisent, voire de ceux qui cohabitent avec le produit, a fait l’objet, pendant deux siècles, d’un consentement quasi général, au regard des mobilisations intermittentes qu’il a suscitées. Poison légal : voilà donc l’oxymore qui est au cœur de cette recherche.
Celle-ci se situe au carrefour de l’histoire sociale du travail dans la société industrielle, de l’histoire de la santé et des savoirs médicaux, de l’histoire économique d’un secteur industriel et de celle des mobilisations et des politiques publiques en matière de santé ouvrière. Elle cherche à retracer l’itinéraire de l’accommodement au poison industriel qui épouse une chronologie heurtée, faisant alterner périodes de publicisation et périodes de confinement des discours et des mobilisations, pendant un siècle et demi. À partir de sources industrielles, médicales, parlementaires et administratives, elle fait de l’histoire de la céruse et du saturnisme professionnel un observatoire privilégié pour poser la question du gouvernement des risques professionnels.

Soutenance de thèse :  politiques du travail et de l’emploi du gouvernement Mauroy (1981-1984)

Cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s,

J’ai l’honneur et le plaisir de vous convier à la soutenance de ma thèse de doctorat d’histoire, le mardi 24 novembre à 9 h :

La rigueur et les réformes
Histoire des politiques du travail et de l’emploi du gouvernement Mauroy (1981-1984)

Directeur de thèse : M. Pascal ORY, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Membres du jury :
M. Alain CHATRIOT, professeur des Universités à Sciences-Po
M. Nicolas HATZFELD, professeur des Universités à l’université d’Évry
M. Michel MARGAIRAZ, professeur des Universités à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
M. Michel PIGENET, professeur des Universités à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
M. Paul-André  ROSENTAL,  professeur des Universités à Sciences-Po, chercheur associé à l’INED
La soutenance aura lieu en Sorbonne, salle Duroselle.
L’accès se fait par le 1, rue Victor Cousin. Il faut prendre tout droit (galerie Gerson) puis la première galerie à droite (galerie Dumas). La salle Duroselle se situe sur la gauche.

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes tous chaleureusement conviés, même si vous ne pouvez pas assister à la soutenance.
Merci de me confirmer votre présence.

Résumé:
Le gouvernement Mauroy est habituellement associé au « tournant de la rigueur » de 1983. Après l’euphorie, le pouvoir socialiste aurait brusquement adopté l’austérité économique. L’étude des politiques du travail et de l’emploi permet de remettre en cause ce schéma d’une double manière. Tout d’abord, l’alternance permit à des hauts fonctionnaires modernistes, très influencés par la philosophie négociatrice de Jacques Delors et de la CFDT, de parvenir aux postes de décision clés en matière de politique sociale. Dès 1981, les réformes sociales furent engagées sous le signe de la rigueur, avec la volonté de ne pas provoquer de dérapage économique et budgétaire irréversible. La réduction du temps de travail, mise au point au sein du Commissariat général du Plan, fut réalisée en privilégiant la négociation sociale décentralisée et la modération salariale. L’abaissement de l’âge de la retraite à 60 ans fut à l’origine élaboré en augmentant la durée de cotisation. Les lois Auroux réformant le droit du travail n’attaquèrent pas le pouvoir des chefs d’entreprise. La deuxième remise en cause concerne le tournant de 1983 : en fait, le point d’inflexion de la politique du gouvernement Mauroy se situe au premier semestre de 1982. Après l’abandon des 35 heures, la lutte contre le chômage ne constitua plus pour lui qu’un objectif secondaire. Il se trouva alors dans une impasse, sans grande réforme à réaliser. Son agenda fut certes dominé par les problèmes financiers (déficit de l’UNEDIC, qui conduisit à réduire drastiquement les prestations chômage, et financement de la retraite), mais cela ne signifie pas qu’il y ait eu conversion généralisée des élites socialistes au néolibéralisme.

Amitiés,
Matthieu Tracol

HDR : Une histoire de convergence Valérie Schafer

Cher(e)s collègues,

J’ai le plaisir de vous inviter à la soutenance de mon dossier d’Habilitation à Diriger des Recherches

Une histoire de convergence
Les technologies de l’information et de la communication depuis les années 1950

Le manuscrit original est intitulé
En construction

Une histoire française du Web des années 1990

La soutenance aura lieu le mercredi 25 novembre 2015, à partir de 14h00, à l’Institut des sciences de la communication

20 rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris (métro Gobelins)

Le jury est composé de :

M. Andreas FICKERS, Professeur à l’Université du Luxembourg

M. Olivier FORCADE, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne

Mme Delphine GARDEY, Professeure à l’Université de Genève

M. Pascal GRISET, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne (garant)

M. Christian LICOPPE, Professeur à Télécom ParisTech

Mme Cécile MÉADEL, Professeure à l’Université Panthéon-Assas

M. Franck REBILLARD, Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Bien cordialement,

Valérie Schafer
Chargée de recherche à l’ISCC (CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC)

Carnet de recherche
http://web90.hypotheses.org

Site de l’institut
http://www.iscc.cnrs.fr

Le goût de l’or blanc, soutenance de thèse de Maud Villeret

Maud Villeret soutiendra sa thèse d’histoire intitulée :

Le goût de l’or blanc. Transformation et diffusion du sucre dans la vallée ligérienne au XVIIIe siècle.

le vendredi 20 novembre 2015 à 14 heures 30 à l’université de Nantes, bâtiment Tertre, chemin de la Censive (salle du conseil) 44100 Nantes.

Composition du jury :

  • Bruno Blondé (rapporteur)
  • Natacha Coquery (directrice de thèse)
  • Liliane Hilaire-Pérez (examinatrice)
  • Yannick Lemarchand (président)
  • Philippe Meyzie (examinateur)
  • Pierrick Pourchasse (rapporteur)

Résumé

À la fin du XVIIIe siècle, le sucre, autrefois considéré comme un produit de luxe, devient un aliment de première nécessité pour une partie des classes populaires. Le fil conducteur de ce travail consiste à comprendre comment le sucre s’est diffusé dans l’alimentation des Français au XVIIIe siècle, selon quels vecteurs, quelle chronologie, et quelles sont les transformations économiques, sociales et culturelles induites par la consommation croissante d’un nouvel aliment. L’étude porte sur la vallée ligérienne, de Nantes, un des premiers ports coloniaux du royaume, à Orléans, premier centre de raffinage. La première partie est consacrée à l’essor de la filière de redistribution du sucre. Au-delà d’une cartographie des marchés de consommation français et européens, il s’agit d’appréhender les stratégies déployées par l’État et les négociants pour développer le commerce. La deuxième partie porte sur les raffineries et explique l’apparent paradoxe : la France, premier producteur de sucre européen, échoue à conquérir les marchés étrangers avec son sucre raffiné. Mais l’histoire du raffinage est aussi émaillée de réussites : grâce à l’arrivée d’ouvriers étrangers qualifiés, aux encouragements de l’État et à l’investissement des négociants, le royaume est devenu autosuffisant à la fin du siècle. La consommation fait l’objet de la troisième partie. L’enjeu est de savoir si, comme en Angleterre, le sucre peut être qualifié de produit de consommation de masse à la fin du XVIIIe siècle. Il s’agit aussi d’établir le rôle des détaillants et de comprendre l’importance du souci de distinction et d’imitation dans l’essor du goût pour le sucre.

Crédit image de une : La boutique du confiseur Berthellemot au Palais Royal vers 1802 © The Trustees of the British Museum, « Le goût du jour n°5 », Caricatures parisiennes, Paris, chez Martinet libraire, vers 1802.

Soutenance de thèse de Lionel Dufaux – L’Amphithéâtre, la galerie et le rail – 6 juillet 2015

Lionel Dufaux soutiendra sa thèse d’histoire, option histoire des techniques, intitulée :
L’Amphithéâtre, la galerie et le rail
Le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle

le lundi 6 juillet 2015 à 13 heures 30 au Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme – 75013 Paris (salle de réunion du 5e étage).

Composition du jury :
Louis André, Université de Rennes II (examinateur)
Bruno Belhoste, Université de Paris I (rapporteur)
Soraya Boudia, Université de Paris-Descartes (présidente)
Liliane Hilaire-Pérez, Université Paris-Diderot et EHESS (directrice de la thèse)
Pierre Lamard, UTMB (rapporteur)

Résumé :
Le Conservatoire des arts et métiers a occupé une place essentielle dans la diffusion des connaissances techniques et de l’innovation dans le domaine ferroviaire au XIXe siècle. Entre les années 1820 et la fin des années 1890, l’institution, chargée de soutenir le développement industriel, a en effet été largement impliquée dans l’introduction des techniques ferroviaires en France et comme relais de l’innovation dans ce domaine. L’étude des enseignements techniques du Conservatoire – prodigués par des personnalités du monde savant et industriel à destination d’un public d’ouvriers, de chefs d’ateliers, de contremaîtres ou d’entrepreneurs – et celle des collections d’objets, de modèles, de dessins et de photographies aujourd’hui conservées par le Musée des arts et métiers éclairent de manière originale l’histoire des chemins de fer, tant du point de vue de la construction et de l’entretien des infrastructures, des locomotives et moyens de traction, du matériel roulant que de l’exploitation et de la sécurité. L’examen des réseaux de sociabilités des enseignants rappelle la position centrale du Conservatoire, à la convergence des sociétés savantes, du monde industriel et de la sphère politique. Point de départ de cette recherche, l’étude des collections a nécessité l’élaboration d’une méthodologie particulière pour recenser et interpréter ces sources-objets. La mise en contexte de ces collections avec les enseignements du Conservatoire et l’histoire des chemins de fer permet d’apporter une contribution à l’histoire de l’établissement, de l’enseignement et des collections techniques.

RSVP : lionel.dufaux@gmail.com

Annonce soutenance HDR Olivier Raveux

Olivier Raveux soutiendra son dossier d’habilitation à diriger des recherches

 

le mercredi 1er juillet 2015, à 13 heures

salle D 143 de l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

2, rue de la Liberté 93256 Saint-Denis

 

« Espaces, acteurs et stratégies économiques en Méditerranée (XVIIe-XIXe siècle) »

 Avec un dossier de travaux intitulé

« Les échanges eurasiatiques au prisme de la Méditerranée aux XVIIe et XVIIIe siècles »

 

devant un jury composé de

Philippe Minard (Université de Paris 8, garant),

Giorgio Riello (University of Warwick),

Liliane Hilaire-Pérez (Université de Paris 7),

Corine Maitte (Université de Paris-Est Marne-la Vallée),

Gilbert Buti (Université d’Aix-Marseille)

et Nicolas Marty (Université de Perpignan)


  • [histoire_eco] Annonce soutenance HDR Olivier Raveux, Olivier RAVEUX, 24/06/2015

Archives gérées par MHonArc 2.6.19.

Les dessinateurs de fabrique en France, 18e-19e s.

Audrey Millet soutiendra sa thèse d’histoire intitulée

« Les dessinateurs de fabrique en France, XVIIIe-XIXe siècles » 

mardi 30 juin 2015, à l’université Paris 8

 

 

Composition du jury : 

  • Philippe Minard (directeur de la thèse), Université Paris 8
  • Olivier Christin (directeur de la thèse), Université de Neuchâtel
  • Liliane Hilaire-Pérez, Université Paris 7
  • Olivier Raveux, UMR TELEMME 7303
  • Giorgio Riello, Warwick University
  • Laurent Tissot, Université de Neuchâtel

Th_A-MILLET

 

Résumé : 

La première industrialisation, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, s’est appuyée sur ce que l’historiographie récente appelle « la révolution des consommateurs » : une consommation et une circulation accrue de tous les objets du quotidien, ces « choses banales » que sont tissus, dentelles, tapisseries, faïences, papiers peints, vaisselle… Le désir d’acheter et de posséder des biens autres que ceux qui permettent la simple survie conduit ainsi à une affirmation des phénomènes de mode, impliquant pour les producteurs la nécessité de prendre en compte le goût changeant des consommateurs et la diversification de leurs consommations. La course à la novation pour séduire la clientèle devient un enjeu majeur pour les manufacturiers. Le dessinateur occupe une place essentielle dans cette compétition, puisque la première phase du processus de production, avant celle de la fabrication et de la commercialisation, est celle de la création, du design du produit. Ce travail vise donc à interroger le statut de cette main-d’œuvre très qualifiée, détentrice d’un savoir-faire encore peu formalisé dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, mais qui tend à une lente institutionnalisation, dont nous examinerons les rythmes jusqu’à l’émergence et la codification de la profession. Une première partie est consacrée au dessin de fabrique qui définit en partie le métier de dessinateur. La seconde partie examine un corpus d’environ 4 000 dessinateurs afin de comprendre leurs mobilités, leur formation, leur condition salariale et leur niveau de vie. Enfin, la troisième partie analyse les débats liés à la copie et à l’innovation, et la protection des dessins de fabrique. Il convient de faire le deuil des taxinomies sociales ordinaires et en particulier des oppositions binaires figées : art/industrie, artiste/artisan, art libéral/art mécanique, mais aussi dessin de figure/dessin linéaire.

 

La soutenance débutera à 9 h.15 précises à l’Université Paris 8 :

2 rue de la liberté, Saint-Denis
Métro Saint-Denis université (ligne 13, terminus; attention à l’embranchement à la station La Fourche)
bâtiment D, salle 143 (1er étage)

Une réception suivra, vers 13h30 environ.

RSVP : audreypatrizia *at* yahoo *dot* fr

 

thèse de doctorat de Floreane Galeazzi

 Soutenance publique  de la thèse de doctorat de Floreane Galeazzi, intitulée: la France et la réforme du système monétaire international (1961-1987) Le rôle des experts du Working Party n°3 de l’OCDE, qui aura lieu : 
 
Le mercredi 3 juin 2015
De 14H30 à 18H00
à l’université de Rouen (salle F 311)
 
Le jury sera composé de :
Eric BUSSIERE, Professeur à l’université Paris IV (Rapporteur)
Laure QUENOUELLE-CORRE, Directrice de recherches CNRS (rapporteur)
Olivier FEIERTAG, Professeur à l’université de Rouen (directeur de recherches)
Harold JAMES, Professeur à l’université de Princeton
Mathieu LEIMGRUBER, Professeur à l’université de Genève
 

 

Géraldine Barron-Fortier, thèse de doctorat: Entre tradition et innovation : itinéraire d’un marin, Edmond Pâris (1806-1893)

Thèse de doctorat en histoire et civilisations de  Géraldine Barron-Fortier, Université Paris Diderot Paris 7, ED 382 EESC, Laboratoire ICT, dirigée par Mme Marie-Noëlle Bourguet: Entre tradition et innovation : itinéraire d’un marin, Edmond Pâris (1806-1893)

 La soutenance aura lieu le mercredi 8 avril 2015 à 14h, en salle des thèses de l’Université Paris Diderot Paris 7

 Le jury sera composé de

Mme Hélène Blais, maître de conférences, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense (rapporteur)

Mme Marie-Noëlle Bourguet, professeur émérite, Université Paris-Diderot

Mme Liliane Hilaire-Perez, professeur, Université Paris-Diderot

Mme Sylviane Llinares, professeur, Université de Bretagne Sud

Éric Rieth, directeur de recherche émérite, CNRS, Musée national de la Marine (rapporteur)

Résumé

Edmond Pâris est célèbre pour ses collections de plans et de modèles de bateaux traditionnels qui le font reconnaître aujourd’hui comme le père de l’ethnographique nautique ; on sait moins qu’il fut un acteur majeur de la révolution maritime du XIXe siècle qui a fait passer en quelques décennies la flotte de guerre de la voile à la vapeur, de la toile à l’hélice et du canon à la torpille. Une poignée d’officiers a joué un rôle déterminant dans l’accompagnement de ce changement : de solides connaissances scientifiques alliées à un goût pour l’expérimentation ont permis à ces marins d’adapter les concepts des ingénieurs aux spécificités de la navigation maritime ; cette phase de transition technique et organisationnelle, qui s’est essentiellement déroulée entre 1830 et 1860, s’est appuyée sur l’étude des processus, la formation des acteurs et l’adaptation des pratiques qui constituent ce que je propose de qualifier de technologie nautique. Pâris a publié un grand nombre d’articles et d’ouvrages qui lui ont ouvert les portes des principales institutions scientifiques et techniques. L’approche biographique permet de rapprocher ses recherches sur la navigation à la vapeur de l’étude de la construction navale extra-européenne menée au cours de trois campagnes lointaines, toutes composantes qui se trouvent au cœur du projet muséographique de Pâris au musée de Marine du Louvre ; elle met en relief l’importance conjointe du voyage et de l’objet technique bateau dans la carrière comme dans la construction de l’identité savante du marin.

Plan d’accès à la salle des thèses

Hall F, 5ème étage (accès par le hall E, allée paire, ascenseur F),  9 esplanade Pierre Vidal-Naquet ou 10 rue Françoise Dolto 75013 Paris

Thèses récentes en histoire contemporaine

Cher.e.s collègues,
Sur la suggestion de Cecilia d’Ercole, je me permets de faire suivre le message ci-dessous. Quoique portant seulement sur l’histoire contemporaine, et pas seulement sur l’histoire économique, il pourra sans doute vous permettre de découvrir des thèses intéressantes dans ce domaine. Si vous pensez à une thèse que nous avons oubliée,
– merci avant tout de vérifier qu’elle n’a pas été annoncée dans une livraison antérieure (il y en a notamment eu deux en 2014) sur http://ahcesr.hypotheses.org/category/theses
– si elle n’a pas été annoncée non plus, ce qui est très possible, n’hésitez pas à la signaler à Nicolas Patin, avec si possible l’indication du jury et le résumé, et nous l’inclurons dans une prochaine livraison. Souvenez-vous aussi que la liste histoire_eco diffuse les annonces de soutenances, c’est d’ailleurs une de nos sources.
Bien cordialement,
Claire Lemercier

——– Message transféré ——– Sujet : [AHCESR] Les thèses récentes d’histoire contemporaine (2014-2015) Date : Tue, 17 Feb 2015 10:19:33 +0100 De : nicolas.patin@u-bordeaux-montaigne.fr Répondre à : nicolas.patin@u-bordeaux-montaigne.fr Pour : ahcesr@groupes.renater.fr

Cher.e.s collègues,

L’AHCESR vient de mettre en ligne sa liste des thèses soutenues
récemment en Histoire contemporaine (2014-2015). Vous pouvez la
consulter sur le site de l’association à l’adresse suivante

http://ahcesr.hypotheses.org/416

Vous trouverez également ci-dessous cette liste des thèses en ordre
alphabétique, avec le nom, prénom, titre, date et lieu de soutenance.
Un fichier pdf est téléchargeable sur le site pour obtenir les résumés
et jurys, quand ceux-ci sont disponibles.

Bien cordialement,

Claire Lemercier (
claire.lemercier@sciencespo.fr)
Manuela Martini (
manuela.martini@univ-paris-diderot.fr)
Nicolas Patin (
nicolas.patin@u-bordeaux-montaigne.fr