Archives de catégorie : Masters

Séminaire du groupe aéronautique de l’UT2J Toulouse

Le groupe aéronautique de l’UT2J organise un séminaire en salle A306 de la Maison de la recherche de l’UT2J (Toulouse) le 18 octobre de 14 heures à 18 heures.
18-octobre-2016-l-industrie-ae-ronautique-une-histoire-sociale_1474459157624-jpg
Il s’inscrit désormais également dans le parcours de master d’histoire contemporaine « Histoire et patrimoine de l’aéronautique et de l’espace » mis en place à l’UT2J (UE « Économie, sciences et techniques » (UE HI1D702V)). A cette occasion, nous écouterons :
– Herrick CHAPMAN (New York University), L’industrie aéronautique en France pendant des années 1930 et 1940 : Innovation, pouvoir, conflit
– Clair JUILLIET (UT2J), La régulation sociale dans un grand établissement de constructions aéronautiques toulousain (années 1940-années 1980)
L’entrée est libre. Vous trouverez  l’affiche de la demi-journée ici. N’hésitez pas à diffuser l’information dans vos réseaux respectifs.
Bien Cordialement,
Clair

Clair JUILLIET

Université de Toulouse – Université Toulouse – Jean Jaurès
Laboratoire FRAMESPA/Labex SMS
Conseiller scientifique – collection Privat Aviation

comité pour l’histoire de La Poste, aides à la recherche

Dans le cadre de la rentrée universitaire 2016, le Comité pour l’histoire de la Poste examine les dossiers d’étudiants de master ou de doctorat pour l’attribution, sur critères, d’aides à la recherche. Toutes les informations sont recensées ci dessous.

Il est vivement recommandé de prendre contact en amont avec nos services et de se reporter à une liste, purement indicative, des sujets.

http://www.laposte.fr/chp/pages/sujets.php.

SOUTIEN A LA RECHERCHE 2016 / 2017

Depuis 20 ans, le Comité pour l’histoire de La Poste (CHP) contribue à une meilleure connaissance de l’histoire des Postes, françaises, européennes ou étrangères, des débuts de l’époque moderne à nos jours.

Bénéficiaires : étudiant(e)s poursuivant un cursus universitaire dans l’Union européenne, préparant un master ou une thèse de doctorat, sous l’égide d’un professeur ou d’un directeur de recherche français, ou en co-tutelle avec un professeur dont l’université est en convention avec une université française.

Sujet de recherche : Les travaux de master ou de doctorat doivent porter sur la Poste ou les systèmes postaux, au moins en partie, selon une approche (non exclusive) des territoires, des communications et/ou des sociétés, au cours des périodes citées ; les disciplines éligibles sont l’histoire, l’histoire du droit, la sociologie ou la géographie (dans une perspective historique). Les projets d’histoire comparée à dimension internationale sont souhaitables.

Les projets et mémoires doivent impérativement être rédigés en français ou en anglais.

Montant annuel des aides : de 2 500 à 5 000 euros au maximum.

Dossiers de candidature : Il est vivement recommandé de prendre contact avec le CHP avant de faire acte de candidature.

Auprès de : josiane.foynat@laposte.fr

Les dossiers doivent être transmis au CHP avant le mercredi 12 octobre 2016.

Groupe La Poste

Sébastien Richez

chargé de recherche / docteur en histoire

 

GROUPE LA POSTE
Comité pour l’histoire / DPC
CP A 503
9 RUE DU COLONEL PIERRE AVIA
75757 PARIS CEDEX 15
Tél. : 0155440153

Tél. port. : 0787675628
sebastien.richez@laposte.fr
www.laposte.fr/chp

 

Prix CILAC jeune chercheur 2012

Prix Cilac/Jeune chercheur en patrimoine industriel, scientifique et technique,

avec le soutien d’EDF

Institué en 2011, le « Prix Cilac/Jeune chercheur en patrimoine industriel » est un encouragement à la recherche, à la valorisation et la prise d’initiatives innovantes dans le domaine du patrimoine industriel. Il a pour vocation de rendre compte de la vitalité de l’enseignement et de la recherche, théorique et appliquée, dans le vaste champ du patrimoine industriel, scientifique et technique.

Il s’adresse donc aux étudiants dans les domaines des sciences humaines et sociales, des sciences de l’ingénieur, de l’architecture, de l’urbanisme et des arts plastiques, de niveau Master 1 et 2 et doctorat.

Ouvert aux étudiants de toutes disciplines, de niveau Master 1 et 2, Recherche et Professionnel, et aux doctorants, ce prix vise à promouvoir des travaux innovants, en cours ou récemment achevés, dans le domaine du patrimoine industriel, par leur méthodologie, leur objet, leur mise en œuvre et/ou leur forme finale.

Le Prix CILAC/Jeune chercheur est accordé dans deux catégories : recherche et recherche appliquée.


L’édition 2012 du Prix Cilac/Jeune chercheur donnera lieu à une journée d’étude

le 13 décembre 2012, à l’Espace fondation EDF, à Paris

avec le soutien d’EDF

au cours de laquelle les candidats présenteront leur travail devant le Jury et le public.

Les lauréats seront proclamés à l’issue de cette journée.

 

Date limite d’envoi des dossiers de candidature : 30 octobre 2012 par voie électronique au CILAC : cilac@wanadoo.fr ou à l’adresse postale : CILAC, BP 251, 56007 Vannes cedex.

Le dossier doit comporter :

–  Le titre du projet/travail et son résumé (15 lignes)

– Un poster format A0 (80×115 cm) sous forme électronique

–  Le CV et la copie de la carte d’étudiant

–  Le cas échéant, le mémoire ou résultat final correspondant.

Le concours comprend trois étapes :


1)    Première étape, 30 octobre 2012 : constitution d’un dossier de présentation et d’un projet de poster

Les candidats doivent constituer un dossier de présentation et un projet de poster format au format A0 (80×115 cm) récapitulant leur travail d’une façon synthétique et efficace, en employant les ressources de la photographie, du graphisme, etc.

–  13 novembre 2012 : Les candidats recevront une réponse définitive.

–  3 décembre 2012 : les candidats retenus pour faire une intervention devront faire parvenir le texte final de leur communication, ainsi que le diaporama, par voie électronique au CILAC : cilac@wanadoo.fr pour (format .doc et .ppt)

2)    Deuxième étape, 13 décembre 2012 : participation à la journée d’étude, présentation publique du projet

Le CILAC finance la venue à Paris des étudiants dont la candidature sera retenue sur dossier afin de présenter leurs travaux et de débattre avec des spécialistes de ces questions. Les communications feront éventuellement l’objet d’une publication dans L’Archéologie industrielle en France. Cette aide constitue le premier encouragement donné par le CILAC aux étudiants.

 

La présentation se fera sous la forme d’une présentation orale de 20 minutes, avec diaporama, pendant laquelle le/la candidat/e exposera son travail. Parallèlement, les Posters seront exposés dans la salle de conférences de l’Espace Electra. Une séance d’échanges devant les posters est prévue.

 

3)    Troisième étape : délibération du jury et remise du prix

Les lauréats dans chacune des deux catégories Recherche et Recherche appliquée se verront remettre à l’issue de la journée un prix d’un montant de 500 euros qui s’ajoute à la prise en charge de leurs frais de participation à la journée d’étude et de réalisation du poster.

Le jury prendra en compte le dossier, la présentation orale, la qualité des échanges et du débat avec les candidats et celle du poster pour décerner les prix.

Les dates à retenir:

§  30 octobre : envoi du dossier de candidature

§  13 novembre : présélection et réponse du jury

§  3 décembre : envoi du texte final de leur communication et du diaporama

§  13 décembre : journée d’étude et remise du prix

Attachment: Prix Cilac 2012.pdf
Description: Adobe PDF document

 


  • [histoire_eco] Rappel: Prix CILAC Jeune chercheur 2012Florence Hachez-Leroy, 22/10/2012

Publication: Vincent Duchaussoy, « La Banque de France et l’État »

Vincent Duchaussoy, La Banque de France et l’État. De Giscard à Mitterrand : Enjeux de pouvoir ou résurgence du mur d’argent ? (1978-1984). Préface d’Olivier Feiertag. Paris: L’Harmattan. ISBN : 978-2-296-56467-1 • 23 € • 228 pages

Vincent Duchaussoy, doctorant à l’université de Rouen et auprès de la Mission historique de la Banque de France, publie son premier ouvrage, issu de son travail de Mastère. Il a obtenu le prix « Master » 2010 de l’Institut François Mitterrand.

Qu’est-ce que le mur d’argent ? Un mythe ou une réalité ? Cette expression, prêtée à Édouard Herriot, a longtemps désigné l’opposition des milieux financiers à la réussite d’un gouvernement de gauche, particulièrement s’agissant des expériences du Cartel des gauches (1924-26) ou du Front populaire (1936-37).

Ce livre se propose de revisiter cette problématique dans le contexte historique du retour, inédit sous la Ve République, de la gauche française au pouvoir en mai 1981. Analysant les figures modernes du mur de l’argent, une attention toute particulière est portée au rôle de la Banque de France, chargée de la mise en œuvre de la politique monétaire. Est-elle, comme elle le fut jadis, la figure de proue de l’opposition des milieux financiers ?

Plus largement, c’est donc des rapports entre la banque centrale et la puissance tutélaire de l’État dont il sera question. Replacé dans la main de l’État par le Front populaire, nationalisé à la Libération, l’Institut d’émission apparaît, en ce tournant des années 1980, comme plus que jamais intégré dans la sphère publique. Entre tutelle statutaire et désir d’autonomie, alors même que l’économie française est, dès avant 1981, secouée par une conjoncture défavorable qui met au jour l’étendue de ses faiblesses, comment la Banque de France parvient-elle à faire entendre sa voix et influencer les décisions gouvernementales ? En ces quelques années se jouent la réforme d’un système économique et l’avenir de ces institutions.

Table des matières

Préface

INTRODUCTION

PARTIE I. UNE ECONOMIE A BOUT DE SOUFFLE

Chapitre 1. D’inquiétantes faiblesses structurelles

Chapitre 2. La France apprend le marché

Chapitre 3. Comment endiguer la spéculation ?

PARTIE II. DE LA RELANCE A LA RIGUEUR, QUELLE POLITIQUE ECONOMIQUE POUR LA FRANCE ?

Chapitre 4. 1981, ou la tentation d’une autre politique

Chapitre 5. L’échec des dévaluations

Chapitre 6. La rigueur est-elle un « tournant » ?

PARTIE III. DES CONTRAINTES MULTIPLES

Chapitre 7. La Banque de France, banque d’État ou banque de l’État ?

Chapitre 8. Mythe et réalités du « mur d’argent »

Chapitre 9. Le monde gouverne la France, ou l’épreuve de la contrainte extérieure

CONCLUSION

Mathieu Llexa: « La librairie perpignanaise au temps du triomphe du livre (1810-1914) » – Mémoire de Master

En Français / en català

Histoire Contemporaine, sous la direction de Nicolas Marty et la Co – direction de Martine Camiade, Université de Perpignan Via Domitia, 2011, 290 pages.

Ce mémoire de Master étudie le commerce de la librairie à Perpignan entre 1810 et 1914. Sans prétendre réaliser une histoire totale de la librairie perpignanaise au XIXe siècle, il se propose de dégager des axes de recherche accompagnés d’exemples concrets. Alors que le commerce du livre connait, en ce début de XXIe siècle, des mutations sans précédent, il est apparu utile de voir comment, concrètement, dans une ville de Province, le métier de libraire et le commerce du livre ont pu se développer à l’ère de l’industrialisation. Pour y parvenir, de nombreuses sources d’archives ont été utilisées. Les dossiers de série 2T des Archives départementales relative à l’Imprimerie, la Librairie et la Presse ont été grandement sollicités. Afin d’élargir le champ de recherches, d’autres séries telles que la Justice (Série U), les archives notariales, l’administration générale, les registres d’états civils constituent le corpus d’archives du mémoire. Ce travail a également bénéficié des derniers avancements de la recherche sur la librairie et le commerce urbain (cf. Patricia Sorel, Histoire de la librairie française, Paris, le Cercle de la librairie, 2008). L’objectif a été de faire émerger diverses questions autour de trois points fondamentaux : le premier est la librairie vue au plan économique, qui tourne autour du commerce du livre et de sa diffusion ; le deuxième a été la place des libraires dans la diffusion de la culture dans une ville de province ; le troisième a été de réfléchir à la place qu’avaient les libraires dans la ville, en essayant d’associer les deux premiers. Il apparait ainsi que l’histoire des librairies et de leurs libraires présentent un intérêt de premier plan pour l’histoire de la ville et du territoire, que ce soit par l’entrée économique, dans le domaine politique ou, in fine, le plan culturel. La situation géographique de Perpignan, dans son ère culturelle à la fois catalane et française, ajoute un intérêt supplémentaire à l’étude. En effet, commerce et industrie du livre, échanges transfrontaliers et européens, réseaux légaux et clandestins, vie professionnelle et personnelle des libraires, dynamisation de l’économie, « bras de fer » politiques ou diplomatiques, valorisation de la culture catalane et bien d’autres thèmes sont au programme. Celui-ci sera développé dans un doctorat co dirigé par les universités de Perpignan et Gérone (Catalogne, Espagne).

Mateu LLEXA, La llibreria a Perpinyà en el temps del llibre (1810 – 1914), Historia Contemporània, sota la direcció del Nicolas Marty i la subdirecció de la Martina Camiada, Universitat de Perpinyà Via Domitia, 2011, 290 pagines.

Aquesta tesi de mestratge estudis el comerç de la llibreria Perpinyà entre 1810 i 1914. Sense pretendre fer una història total de la llibreria a Perpinyà al segle XIX, es proposa identificar les àrees de recerca, juntament amb exemples concrets. Mentre que el comerç de llibres sap, a principis de segle XXI de canvis sense precedents, va ser útil per veure com, en concret, en una ciutat de províncies, el comerç de llibreria i el comerç del llibre van ser capaços de desenvolupar-se durant l’era de la industrialització. Per aconseguir això, moltes fonts d’arxiu han estat utilitzat. Les sèries de registres 2T d’arxius departamentals de la impremta, les llibreries i la premsa han estat molt demanat. Per ampliar l’abast de la investigació, altres sèries com la Justícia (Sèrie U), els registres notarials, administració general, els registres civils constitueixen el corpus de la memòria d’arxiu. Aquest treball també ha beneficiat dels últims avenços sobre la llibreria i el comerç urbà (veure Patricia Sorel, Història de la llibreria francesa, París, al Cercle de la Llibreria, 2008). L’objectiu va estat de de se preguntar sobre tres punts fonamentals: el primer és la llibreria per al pla econòmic que gira al voltant del comerç del llibre i la seva distribució; el segon es de conèixer la participació dels llibreters en la difusió de la cultura d’un poble de província, i el tercer es comprendre la importància dels llibreters en la ciutat, tractant de combinar els dos primers punts. Per tant, sembla que la història de les llibreries i els seus llibreters són d’interès líder de la història de la ciutat i el territori, ja sigui per l’entrada econòmica, en la política o, en última instància, el pla de la cultura. La ubicació geogràfica de Perpinyà, en la seva època cultural català i francès, afegeix un interès addicional en l’estudi. De fet, el comerç i la indústria del llibre, les intercanvis transfrontereres  i en Europa, les xarxes legals i il·legals, vida personal i professional dels llibreters, impulsió de la economia, « enfrontament » polític o diplomàtic, el desenvolupament de la cultura català i molts altres temes han estat estudiat. Això es desenvoluparà en un doctorat co dirigit per les universitats de Perpinyà (Universitat de Perpinyà Via Domitia) i per la universitat de Girona (UdG), en Espanya.

 

Le commerce alimentaire à Tours au XVIIIème siècle : acteurs, espaces et pratiques

Maud Villeret
villeret (point) maud (at) univ-nantes (point) fr
Localisation des manuscrits disponibles :

  • Bibliothèque spécialisée d’histoire de l’université François Rabelais de Tours

  • Archives départementales d’Indre-et-Loire

  • Archives municipales de Tours.

Commerce : on entend par ce mot, dans le sens général, une communication réciproque ((DIDEROT Denis et D’ALEMBERT Jean le Rond, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Genève, Pellet, 1751.)).

La définition tirée de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert éclaire l’approche suivie au cours de nos recherches. Etudier le commerce alimentaire ne se résume pas à dresser des courbes de prix et d’approvisionnement, mais plutôt à étudier les modalités d’un échange entre des individus. A travers une approche économique et matérielle de la ville de l’Ancien Régime, différentes histoires se sont ouvertes à nous. L’histoire sociale tout d’abord, car au sein du commerce alimentaire coexistent différents groupes d’acteurs dont les liens sont tissés avec les fils de la solidarité ou du conflit. L’histoire des mentalités ensuite, car étudier l’alimentation sous l’Ancien Régime c’est approcher la peur, la peur de manquer, mais aussi la peur de s’empoisonner et toutes ces peurs entraînent des réactions variées : l’émeute, l’auto-surveillance. L’histoire du droit et de la criminalité enfin, car le commerce alimentaire est fait de règles, de normes et de fraudes, d’écarts à la norme1.

Nous avons choisi d’étudier le commerce alimentaire d’une ville moyenne, Tours, sur l’ensemble du 18ème siècle afin de mieux percevoir les déplacements géographiques des lieux marchands au sein de la ville. Notre choix s’est porté sur une localité qui regroupe en son sein des métiers jurés et des métiers libres.

Le petit commerce: une historiographie restreinte

S’il existe de multiples études sur les corporations de bouche en particulier, les recherches plus globales sont peu nombreuses. Le petit commerce dans son ensemble a été délaissé par l’historiographie au profit d’études jugées plus prestigieuses sur le grand commerce international. Ses acteurs sont eux aussi négligés, F-J Ruggiu dans son dernier ouvrage s’est étonné du vide historiographique qui touche la catégorie des artisans et des marchands en France, alors même qu’outre-manche, la middling sort est un sujet de prédilection pour les historiens modernistes2. Récemment, dans ce désert historiographique, l’ouvrage collectif La boutique et la ville ((COQUERY Natacha, dir., La Boutique et la ville. Commerces, commerçants, espaces et clientèles, XVIème-XXème siècle, Tours, Publication de l’Université François Rabelais-CEHVI, 2000.)) et l’habilitation à diriger des recherches non encore publiée de Natacha Coquery sur la boutique parisienne au XVIIIe siècle3 ont tenté de remettre le petit commerce au cœur des réflexions des historiens français.

Plus le domaine de recherche est banal, ancré dans la vie quotidienne, plus il a été délaissé par les historiens, a fortiori pour le secteur alimentaire en partie délaissé ou étudié par le biais des archives de métier, à travers le prisme déformant de l’organisation corporative. Ces dernières années  quelques travaux majeurs ont vu le jour, comme ceux de Madeleine Ferrières sur les peurs alimentaires4 et celui de Reynald Abad5. Steven Kaplan6 a, le premier, étudié un secteur majeur de l’alimentation dans sa globalité (c’est-à-dire une recherche sur l’intégralité du circuit commercial, de l’approvisionnement à la distribution, mais aussi une étude de ses différents acteurs). Enfin, la récente thèse d’Anne Montenach sur le commerce alimentaire à Lyon7 a beaucoup stimulé nos recherches et nous a ouvert des pistes de réflexion sur la caractéristique première du secteur : la multiplicité des acteurs et des espaces qu’ils occupent.

Les archives de police, une source privilégiée

Afin de mener à bien cette étude et d’en saisir les multiples facettes nous avons choisi d’utiliser deux types de sources. Les archives judiciaires, et plus particulièrement celles du lieutenant de police, constituent le fondement de l’étude. Nous avons trouvé dans ces fonds une grande diversité d’actes (plusieurs centaines ont été dépouillés) : procès verbaux, règlements, interrogatoires ou encore tournées d’inspection. Ces documents portent sur tous les acteurs du commerce alimentaire : ils ont permis d’approcher les marchands moins visibles que les maîtres jurés, comme les forains ou  les revendeurs extérieurs au cadre corporatif. D’autres sources plus sociales ont été mobilisées : près de 80 inventaires après décès ont fourni une multitude d’informations sur l’environnement matériel des commerçants de Tours, privé ou professionnel, une centaine de contrats de mariage ont été dépouillés et plus de deux cents individus ont été recherchés dans les registres paroissiaux.

Un fil conducteur : la variation d’échelle

Nous avons souhaité allier deux méthodes : l’une quantitative et l’autre qualitative. Grâce à l’étude des inventaires, les niveaux de richesse des commerçants alimentaires ont été évalués. Nous avons adopté une approche sérielle des archives judiciaires en dépouillant 84 procès verbaux pour fraude dressés au cours du 18e siècle. Parallèlement, ces mêmes sources nous ont permis de suivre des parcours singuliers, des destins d’hommes, de femmes et de leurs familles, seul moyen pour nous d’approcher les individus dans leur complexité et dans leur vérité, en s’éloignant d’un homme moyen et en se rapprochant de la notion d’Edoardo Grendi «l’exceptionnel normal»8. Ce travail résulte d’une tension permanente entre deux approches opposées l’une à l’autre par l’historiographie et porte le projet (sans doute déraisonnable) de les réconcilier. Cette appréhension de l’histoire doit beaucoup à la lecture de Jacques Revel ; fervent défenseur de la variation d’échelle, il rappelle qu’aucun niveau d’analyse (qu’il soit micro ou macro) n’a de suprématie sur l’autre9. Seule la combinaison des deux échelles, l’aller-retour incessant entre elles, permettent d’appréhender le feuilleté du social et donc sa complexité. Dans notre étude, les individus ne sont pas isolés de leur groupe social, la micro-histoire a trop tendance à minimiser l’importance du groupe voire à affirmer que le niveau macro se construit grâce au micro, à l’individu10. La société du XVIIIe siècle est très hiérarchisée, un individu s’identifie et se pense comme appartenant à un groupe et, dans l’étude présente, à un métier11. Affirmer cela ne revient pas à nier toute stratégie individuelle : si un individu appartient bien à une catégorie, il ne se résume pas non plus à elle. Il agit selon ses propres choix au sein d’un groupe ; il peut ainsi se conformer aux normes de ce dernier ou bien au contraire s’en écarter.

Le sujet étant vaste, certains points ont délibérément été mis de côté. Les circuits de l’approvisionnement en amont de l’échange commercial au sein de la ville sont peu traités : ce thème a déjà été bien défriché par Brigitte Maillard12. Nous nous sommes concentrée sur l’échange alimentaire dans l’enceinte de la ville, avec à l’esprit une question principale : comment le commerce alimentaire malgré son manque d’unité (des acteurs pluriels, des lieux de vente multiformes) est-il régulé, par quelles autorités et dans quelle mesure la politique d’approvisionnement de la ville est-elle couronnée de succès ?

Un commerce aux visages pluriels

Nos travaux ont démontré le regard ambigu porté sur les espaces commerçants. Les commerces collectifs (boucheries et poissonneries) sont rejetés hors les murs en raison de leurs nuisances. A l’inverse, marchés et boutiques sont des moteurs d’entraînement économique, ils suscitent la convoitise des quartiers qui en sont dépourvus. Leur localisation n’est pas uniforme dans l’espace urbain : les commerces de luxe (confiseries, pâtisseries) se regroupent dans les quartiers les plus aisés au plus près de leur clientèle, les boulangeries, boutiques de proximité par excellence sont disséminées dans toute la ville et les activités polluantes situées dans les quartiers périphériques souvent pauvres. La localisation des boutiques et marchés est remarquable par sa grande permanence dans le temps, fruit d’un héritage elle n’est pas pour autant immuable. Au cours du 18ème siècle, plusieurs intendants se succèdent à Tours dont le brillant intendant Du Cluzel. Sous son intendance, la ville s’ouvre à la circulation. Une nouvelle route est tracée : la route d’Espagne qui traverse verticalement Tours du nord au sud. Les grands travaux modifient considérablement la dynamique commerciale de la ville et bouleversent la répartition des commerçants de bouche. L’implantation d’un nouveau marché donne lieu à de véritables concurrences entre quartiers qui désirent à travers lui capter les parcours des habitants.

Tout comme il n’existe pas un unique espace commerçant, il n’existe pas un seul type de marchands. Revendeurs, forains, maîtres de métiers, veuves, les commerçants se coulent difficilement dans des moules préconçus. Inutile de chercher une unité de richesses ou d’honorabilité, l’unité est ailleurs, dissimulée dans l’identité des individus, dans leur esprit de corps. Un corps qui peut connaître des conflits, des maux divers en son sein, mais qui se construit autour d’une identité commune. Cette identité trouve ses racines dans l’opposition ; ses anticorps, pour filer la métaphore, en sont le fondement. Les revendeuses de menues denrées viennent d’horizons divers mais lorsqu’elles sont menacées de déplacement par le corps de ville, elles s’unissent, font groupe pour s’y opposer. L’esprit de corps n’est pas uniforme, il est à la mesure de l’organisation qui le structure, il est donc beaucoup plus fort dans les communautés de métier. Ces dernières sont bien vivantes et ne peuvent se résumer à des coquilles vides, les réseaux professionnels et familiaux l’attestent. Ainsi 79% des 174 commerçants alimentaires établis en 1777 ont repris le métier de leur père. La stricte homogamie atteint 39% chez ces mêmes individus, le record étant détenu par les bouchers qui se marient dans 82% des cas avec une fille issue de la même profession. L’appartenance à un groupe influe directement sur les stratégies individuelles même si elle n’est pas l’unique moteur. Le métier est l’élément dominant de l’identité d’un individu, le cas de la communauté des bouchers, extrême il est vrai, en est une illustration parfaite.

Pluralité des espaces, pluralité des marchands mais aussi des rapports entre les différents acteurs de la scène marchande, nous avons été confrontée à une économie composite. L’hétérogénéité ne doit cependant pas induire en erreur et être assimilée à un cloisonnement : bien au contraire, chaque partie de ce secteur commercial est en forte interaction avec les autres, le marché ne se développe pas sans ses voisines les boutiques, les boutiquiers ne prospèrent pas sans l’apport des forains. D’où l’intérêt d’une histoire sociale qui s’intéresse à la fois aux relations entre les différents groupes et entre les différents acteurs. Les deux échelles, les deux niveaux d’analyse, sont indissociables.

Un commerce sous surveillance

La multiplicité des espaces et des acteurs impose une surveillance pointilleuse des échanges commerciaux dans un secteur aussi vital pour la population. L’ensemble des acteurs participent au contrôle du commerce alimentaire, qu’ils soient marchands, clients ou commissaires de police, tous vérifient avec zèle les agissements de chacun. Les réglementations sont strictes et leur diversité semble en mesure de prévenir tous les abus : les temps, les espaces, les pratiques commerciales sont réglementées. Les tentatives d’accaparement de marchandises sont les plus surveillées afin d’éviter les émotions populaires. Les métiers de bouche assurent un véritable service public : bouchers, poissonniers et boulangers doivent avoir des étaux suffisamment garnis pour satisfaire la clientèle. Les prix de nombreux aliments sont fixés ce qui donne lieu à des querelles interminables entre les autorités de police et les marchands qui contreviennent volontiers à ces tarifs.

La fraude : une répression modulée

Malgré l’implication très forte des forces régulatrices, le secteur de l’alimentation n’échappe pas à la fraude. Ici encore, il est inutile de chercher une unité : tous les marchands y participent, quel que soit leur sexe ou leur statut. Il est facile de basculer dans le camp des fraudeurs. Les temps interdits comme le carême, les heures de marché imposées pour éviter les accaparements sont allègrement contournés, les poids des marchandises sont  faussés et leur qualité souvent déficiente. Les pratiques frauduleuses sont multiples et les consommateurs en sont les principales victimes. Mais les sanctions infligées aux contrevenants sont sans commune mesure avec la peine réellement encourue, inscrite dans les règlements de police. Les types de sanctions sont d’une sévérité relative, proportionnelle à la nature des délits : saisie de poids faux, saisie de marchandise non réglementaire, et dans une moindre mesure, le remboursement des clients lésés. Les amendes sont rares, elles représentent 23% des sanctions relevées. Cette relative clémence démontre à quel point la gestion du secteur alimentaire est complexe.

Encadrer, surveiller, protéger le consommateur et par là même l’ordre public, sans toutefois décourager les marchands d’approvisionner la ville, telle pourrait être la devise des autorités locales. L’histoire que nous avons retracée ici est donc celle du compromis, dans la seule fin d’assurer l’ordre public qui, sous l’Ancien Régime, est encore fortement déterminé par le niveau d’approvisionnement de la population.

  1. CERUTTI Simona, « Normes et pratiques, ou de la légitimité de leur opposition », dans LEPETIT Bernard, dir., Les formes de l’expérience : une autre Histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995, p. 127-149. []
  2. RUGGIU F-J, L’individu et la famille dans les sociétés urbaines anglaises et françaises 1720-1780, Paris, collection Roland Mousnier, Presses universitaires Paris Sorbonne, 2007. RUGGIU François-Joseph, BEAUVALET Scarlett, GOURDON Vincent, « Réseaux et mobilités à Paris au milieu du 17e siècle », Histoire économie et Société, n°4, 1998, p. 547-560. []
  3. COQUERY Natacha, La boutique à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Université de Paris I- Panthéon Sorbonne, HDR dactylographiée, cinq volumes, 2006. []
  4. FERRIERES Madeleine, Histoire des peurs alimentaires. Du moyen âge à l’aube du XXème siècle, Paris, Le Seuil, Collection l’univers historique, 2002. []
  5. ABAD Reynald, Le grand marché : l’approvisionnement alimentaire de Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2002. []
  6. KAPLAN Steven L., Le meilleur pain du monde. Les boulangers de Paris au 18ème siècle, Paris, Fayard, 1996 []
  7. MONTENACH Anne, Espaces et pratiques du commerce alimentaire à Lyon au 17ème siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009. []
  8. REVEL Jacques, dir., Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Hautes Etudes/ Gallimard/ Le Seuil, 1996, p. 31. []
  9. REVEL Jacques, op. cit., introduction. []
  10. ROSENTAL Paul-André, « Construire le macro par le micro : Frédrick Barth et la microstoria », dans REVEL Jacques, dir., Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Hautes Etudes/ Gallimard/ Le Seuil, 1996. []
  11. Voir sur ce point la brillante introduction de l’ouvrage dirigé par Fanny COSANDEY, Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, EHESS, 2005. []
  12. MAILLARD Brigitte, Les campagnes de Touraine au 18ème siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998. []