Archives de catégorie : Congrès

L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Actes du congrès AFHE 2013

En octobre 2013, le congrès de l’AFHE se tenait aux archives nationales du monde du travail (ANMT) à Roubaix autour des vertus économiques de l’échec.

Les actes viennent de paraître (en décembre 2015) aux éditions du Comité pour l’histoire économique et financières de la France – IGPDE, sous la direction de Natacha Coquery et Matthieu de Oliveira.

Présentation :

À l’été 2008, la planète tremble en découvrant l’ampleur de la crise financière. Les subprimes deviennent en quelques semaines une réalité dévastatrice. Continuer la lecture de L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Actes du congrès AFHE 2013

Art et économie, une histoire partagée – Congrès AFHE 2016

 

Appel à contributions pour le Congrès de l’Association Française d’Histoire Economique 2016.

AFHE/FRAMESPA. Toulouse, 18 et 19 novembre 2016

Argumentaire

Le colloque international est ouvert aux historiens, économistes, archéologues, historiens de l’art, historiens de la littérature, aux doctorants, jeunes chercheurs et aux personnalités impliquées dans la thématique (culture, patrimoine, arts du spectacle, etc.). Il se propose d’explorer dans la longue durée les relations entre l’économie et l’art dans toutes ses déclinaisons. Continuer la lecture de Art et économie, une histoire partagée – Congrès AFHE 2016

L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Programme du congrès AFHE 2013

Affiche du Colloque 2013 de l'AFHE
Affiche du Colloque 2013 de l’AFHE

À l’occasion de son congrès 2013, qui se tiendra les 4 et 5 octobre aux Archives nationales du monde du travail à Roubaix, l’AFHE propose, en collaboration avec l’IRHiS (UMR 8529, université de Lille 3), de s’intéresser aux vertus économiques de l’échec.

L’historiographie abonde de succès, de réussites et de conquêtes, au risque d’oublier les échecs, tout aussi nombreux, qu’ils soient humains, financiers, commerciaux, stratégiques, technologiques ou politiques. Au-delà de la légende de Bernard Palissy ou de la mode contemporaine de la sérendipité, l’échec ne serait-il qu’un succès différé, une preuve d’héroïsme technique et économique ? Est-il synonyme de fin ou de terminus pour l’historien ? Comment ce dernier le perçoit-il et l’analyse-t-il, en regard des enjeux qui lui sont propres ? Et quels sont, pour les contemporains, les éléments qui permettent d’en comprendre la réception, l’analyse et la sanction ? Faut-il y voir la source des efforts d’autres agents, une simple étape au sein d’un processus d’innovation ? Peut-on même en envisager les retombées imprévisibles, pas nécessairement négatives, que l’on se place au niveau des individus, des familles, des sociétés ou de l’humanité toute entière ?

Ces problèmes, et bien d’autres, questionnent notre rapport à l’échec, que l’on soit acteur ou historien. Faire varier les échelles d’analyse – temporelle, spatiale et sociale  – peut aider à en révéler les multiples dimensions, d’où le choix des six sessions : les usages sociaux de la faillite ; histoire des entreprises ; espaces transfrontaliers et politique en Europe ; discours, récit et image de l’échec ; les districts et les territoires ; institutions et politiques publiques.