Tous les articles par C. Perrin

Où en est l’enseignement de l’histoire économique ?

Le vendredi 7 octobre 2016, l’AFHE, partenaire de l’Economie aux Rendez-vous de l’Histoire, a réuni pour sa Carte blanche enseignants du secondaire et du supérieur, économistes et historiens, pour établir ensemble un bilan de l’enseignement de l’histoire économique en France. Quelle est la place de l’histoire économique dans les programmes d’histoire et de SES du secondaire et dans les cursus d’économie et d’histoire à l’université ? Continuer la lecture de Où en est l’enseignement de l’histoire économique ?

Communiqué de l’AFEP

L’AFEP se réjouit de l’installation de la Commission Hautcœur

 


Paris, le 21 octobre 2013


Le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé mardi 15 octobre l’installation d’une mission pour les Sciences Economiques confiée à Pierre-Cyrille Hautcœur afin « d’analyser la situation actuelle de l’ensemble de la filière sciences économiques, tant sur le plan de la recherche, dans une logique interdisciplinaire, que de la formation et de l’insertion professionnelle des étudiants ».

L’Association Française d’Economie Politique (AFEP) se réjouit que la feuille de route de Madame la Ministre fasse référence aux « débats » qui animent notre communauté, notamment à propos des « orientations de recherche dominantes » et de « la carrière universitaire ». L’AFEP se retrouve dans l’affirmation selon laquelle il convient de « maintenir ou même enrichir la diversité des options théoriques et des méthodes » ainsi que dans l’importance accordée par la lettre aux « contacts et passerelles interdisciplinaires ».

L’AFEP voit dans la constitution de cette Commission la reconnaissance par le Ministère d’un mauvais fonctionnement de la filière Sciences Économiques en France. C’est ce constat qui avait provoqué en 2009 la création de l’AFEP, qui regroupe aujourd’hui près de 600 adhérents.

L’AFEP se déclare disponible pour participer aux travaux de la Commission.

L’AFEP souhaite notamment qu’à l’avenir :

– le pluralisme des méthodes et des champs théoriques mobilisés en économie soit respecté et reconnu ;

– la pluralité des supports de diffusion de la recherche soit valorisée ;

– l’investissement dans les tâches pédagogiques soit un atout dans l’avancement des carrières des enseignants-chercheurs ;

– une section CNU à voie normale (sans agrégation) intitulée « Economie et Société » soit créée.

Enfin, l’AFEP sera particulièrement attentive à ce que la composition de la Commission soit, selon les termes de la lettre de mission, « représentative des différents courants de pensée » qui constituent la Science Economique en France.
Site de l’AFEP : http://www.assoeconomiepolitique.org/

<http://www.assoeconomiepolitique.org/>
Secrétariat de l’AFEP : <secretariat.afep@googlemail.com>

Président de l’AFEP : André Orléan, Directeur de recherches au CNRS, <orlean@pse.ens.fr>

l’AFHE aux Rendez-vous de l’Histoire

 

 » La guerre, une chance pour l’économie ?  »

 


Pour débattre de cette question, nous aurons parmi nous un représentant des quatre grandes périodes de l’Histoire :

– Isabelle Warin, chargée de cours à l’Université de Zürich,
– Stéphane
Boisselier, maître de conférences à l’université de Poitiers,
– Katia
Béguin, directrice d’études à l’EHESS (CRH),
– Patrice
Baubeau, maître de conférences à l’université Paris Ouest Nanterre (IDHE),
– Hervé
Joly, directeur de recherche au CNRS, université de Lyon (Triangle),

Le débat sera animé par :
– Cédric Perrin, lycée Grandmont, Tours / IDHE

 

 

-> dimanche 13 octobre de 11h30 à 13h,
Amphi rouge de la CCI, Blois

 

 

AFHE

Les sujets 2013 du baccalauréat en SES

Sujets SES Métropole Bac 2013

Dissertation

Quels sont les déterminants des stratégies d’internationalisation de la production des firmes multinationales ?

Épreuve composée

EC1

- 1. Quels sont les caractéristiques des groupes de statut selon Max Weber ?

- 2. Montrer que le PIB ne mesure pas la soutenabilité de la croissance

EC2 : Vous présenterez le document puis vous caractériserez les inégalités de patrimoine qu’il met en évidence

Doc : Patrimoine en % détenu par les x% des ménages les plus riches.

EC 3 : A l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez que les conflits sociaux peuvent être un facteur de cohésion sociale.

Économie Approfondie

Sujet A : Comment peut-on expliquer la mise en place de la politique de la concurrence ?

Sujet B : Quelles sont les caractéristiques de la globalisation financière ?

Sciences Sociales et Politiques

Sujet A : Peut-on encore parler de variables lourdes explicatives du comportement électoral aujourd’hui en France ?

Sujet B : Quels sont les effets des modes de scrutin sur la compétition politique en démocratie ?

Sujets SES des académies extérieures

Liban

dissertation : L’école favorise-t-elle la mobilité sociale ?
EA :Comment la politique de concurrence peut-elle s’exercer à l’égard des entreprises ?
SSP : Comment les organisations politiques participent-elles au fonctionnement de la démocratie ?

Europe orientale – Afrique centrale

dissertation : Dans quelle mesure la croissance économique peut-elle être souhaitable ?

Antilles-Guyane
EA : Pourquoi une politique de la concurrence est-elle nécessaire ?

Polynésie
EA : Quels sont les objectifs et les modalités de la politique de la concurrence ?
SSP : Comment les modes de scrutin favorisent-ils ou défavorisent-ils la parité ?

Pondichéry
dissertation: Dans quelle mesure le recours au protectionnisme est-il souhaitable ?

 

source : http://www.apses.org/metier-pedagogies/sujets-de-bac/article/nouvel-article-4628

Journée de formation sur les nouveaux programmes de Terminale des lycées

 
L’Association   des Professeurs de l’Association des Historiens contemporéaniste de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (AHCESR) et l’APHG vous invitent à participer à la journée de formation  Sur les  nouveaux programmes de  Terminale des lycées

  Le samedi 25 mai 2013 à  la Sorbonne

Amphi Lefebvre Paris 1 –Sorbonne

  14,  Rue  Cujas  Paris 5ème 

se  munir de la convocation et d’une pièce d’identité

Le          programme est  susceptible d’aménagements

Matinée :          9h          -12h30
8h30          h Accueil
9h 05   ouverture        par        Nadine Vivier,        Présidente de l’AHCER        et Bruno Benoit ,        Président de        l’APHG
Deux communications :
9h -15          -10 h20
 Le Proche et le Moyen Orient, un foyer de conflits          depuis la fin de la Première Guerre          mondiale
Dominique Avon ,        Professeur d’Histoire contemporaine        à        l’université du Mans, Directeur du département d’Histoire
Questions/Réponses :10’
10h20 -11h20
Gouverner          la            France depuis           1946   par        Alain Bergounioux ,  historien        ,        Inspecteur général d’Histoire et de Géographie
11h20  -12h30
Table-ronde : Réflexion        sur les moments clés du XX e s, indispensables à la        connaissance du monde contemporain par les élèves du secondaire
Participants : Alain Bergounioux,         Inspecteur général d’Histoire et de Géographie ; Bruno Benoît. Président de        l’APHG ,        Professeur des universités (IEP de Lyon ), Jean Garrigues membre        de l’AHCESR , Professeur        des        universités (université d’Orléans) ,(sous réserve) Patrick Garcia , Maître de Conférences IUFM de Saint –        Quentin en        Yvelines (sous réserve ); Franck Schwab        , Professeur au lycée Henri Loritz , Président de la Régionale APGH        Lorraine
Après midi :
14 h -18 h
Trois         communications :
14 h -15 h : Mémoire          et opinion publique en France depuis l’Affaire Dreyfus
Par Patrick Eveno,        Professeur des universités à Paris 1, titulaire de la chaire        Media
Questions 15h-15h15
15 h-15  -16        h15 :
L’historien          et les          mémoires de la guerre d’Algérie
Sylvie Thénault,        Chargé de recherches au CNRS, associée à l’Institut du temps        Présent
Questions        16h15-16h30
16 h30  -17h30
La            Chine et le monde depuis le          mouvement du 4          mai 1918
Hugues Tertrais,        Professeur des universités à Paris1, titulaire de la chaire Asie
Questions /Réponses 17-30 -17h45
Clôture par la présidence 17 h50
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….Bulletin d’inscription
Nom
Prénom
Etablissement, ville
Courriel
Matinée    Oui      Non                                                            Après midi     oui       non
Inscription            obligatoire à adresser            par courrier ou mail à :
APHG .          Journée,          BP 6541 – 75065  Paris          Cedex 02

Lettre ouverte au Ministre de Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia

La professionnalisation incantatoire comme panacée pour la formation des enseignants ?

Lettre ouverte à M. Vincent Peillon, ministre de l’Éducation nationale.

Monsieur le Ministre,

Nous venons de prendre connaissance des documents préparatoires concernant l’organisation des futurs concours de recrutement d’enseignants. Ce qui nous frappe tout de suite à la lecture de ces textes, c’est le parti-pris fiévreux du « professionnel d’abord » qui les irrigue. Il va sans dire que les concours comme le CRPE ou le CAPES sont bien des concours de recrutement (et non des certifications académiques) et qu’enseigner est un métier qui s’apprend. Qui s’apprend, mais comment ? C’est là où le bât blesse à notre sens. Vous entendez réformer les épreuves des concours de recrutement en référence notamment à des compétences censées être « professionnalisantes » comme celle de « connaître, à un premier niveau de maîtrise, les procédés didactiques courants mis en œuvre dans un contexte professionnel réel » ou encore « envisager son exercice professionnel dans les contextes prévisibles », dès lors les épreuves orales consisteraient en une épreuve de « présentation d’activité professionnelle » et une autre « d’entretien professionnel »… Or ces compétences ne s’ancreront pas – comme vous le reconnaissez par ailleurs – dans une véritable expérience professionnelle et ce ne sont pas les stages prévus qui pourront y suppléer ; elles ne pourront donc résulter que d’une acquisition bâclée de « procédés » (c’est le terme que vous employez et il est lui-même très révélateur !) transmis « hors-sol », ne générant que des récitations superficielles. C’est d’ailleurs ce qui s’était passé quand une « épreuve professionnelle » avait été instaurée en 1992 à l’oral du CAPES. Sans pratique réelle d’enseignement les candidat-e-s d’alors qui devaient présenter des « fiches d’observation » de cours ne pouvaient que répéter des « trucs » réputés « didactiques » ingérés sans possibilité d’examen critique. Les séances observées étaient labellisées pour l’occasion comme modèles, au mépris d’une des exigences premières du métier d’enseignant qui nécessite de perpétuels renouvellements et adaptations en fonction des situations singulières que représente chaque leçon, oubliant que la didactique ne saurait se passer d’un ancrage disciplinaire. L’expérience s’est révélée désastreuse et a été abandonnée dès la troisième année. Seule l’option réflexive a été sauvegardée pour devenir l’actuelle Épreuve sur dossier (ESD). Pour notre part nous sommes persuadés qu’une véritable professionnalisation ne peut avoir lieu que dans le cadre d’une formation en alternance comprenant une année d’enseignement en responsabilité avec décharge significative pour dégager un temps de formation continuée. C’est cette année de stage qui constitue le cœur de la formation professionnelle et proprement pédagogique reposant sur une pratique de classe encadrée et réflexive. Exiger des étudiant-e-s de M1 de préparer en 2 semestres un concours comprenant, comme vous le proposez, un volet disciplinaire de haut niveau, un volet « formation professionnelle » s’appuyant sur des stages et un volet « initiation à la recherche », manifeste au mieux une sévère méconnaissance du « terrain », sacro-sainte entité pourtant rituellement invoquée par les inspirateurs de ce projet et au pire un inquiétant irréalisme qui constitue une véritable menace pour notre système de formation. Car à trop vouloir embrasser on aura une mauvaise préparation disciplinaire, une « formation professionnelle » illusoire et une initiation à la recherche inexistante. Revenons sur terre et redescendons du ciel enchanté de la professionnalisation incantatoire ! Apprenons un peu, et modestement, de l’histoire des concours et notamment de l’épisode calamiteux de 1992. Nos futurs enseignants ont évidemment besoin d’une formation professionnelle mais pas au détriment de la maîtrise des savoirs disciplinaires ni d’une véritable initiation à la recherche disciplinaire avec leur volet de réflexion épistémologique qui font partie des garants de leur esprit critique, de leur indépendance et donc, faut-il le rappeler, de leur efficacité pédagogique. Serait-ce camper sur un corporatisme suranné que de plaider pour l’ancrage disciplinaire ? Nous soutenons au contraire ici que le nécessaire travail interdisciplinaire dans nos enseignements repose sur la mise en complémentarité des différentes disciplines en fonction de la singularité de chacune et non sur leur dénaturation. Plus encore, le plaidoyer pour « dédisciplinariser » les concours n’est selon nous, et au delà des vieilles lunes rhétoriques sur l’efficacité qui servent à sa promotion, qu’une manière de ne plus considérer la compétence disciplinaire comme partie intégrante du socle de la légitimité et de l’efficience professionnelles. C’est pourquoi nous appelons tous les enseignants et en particulier ceux qui travaillent dans la formation des enseignants à exprimer publiquement leur refus de ce projet en l’état pour demander : • Ne pas surcharger l’année de préparation du concours pour que les étudiant-e-s puissent s’y préparer dans de bonnes conditions. • Pour les concours : – des épreuves d’admission qui vérifient la maîtrise des savoirs disciplinaires – des épreuves orales qui complètent et approfondissent cette vérification du côté de la réflexion sur l’histoire, l’épistémologie, les méthodes, les débats, les contenus des disciplines et de leur enseignement, dans une perspective qui intègre les enjeux de l’interdisciplinarité – des épreuves qui comprennent donc une réflexion sur les savoirs scolaires et sur les spécificités disciplinaires du métier d’enseignant. • Le cœur de la formation professionnelle doit être, après le concours, une année de formation en alternance avec un service réduit devant les élèves comprenant un travail de recherche disciplinaire (qui peut être une recherche concernant l’enseignement de la discipline) sanctionnée par la soutenance d’un mémoire. Ces propositions restreintes ne prétendent évidemment pas aborder tous les problèmes que ce projet pose, nous restons en particulier persuadés que le compactage de la préparation disciplinaire au concours, du travail de recherche et de la formation professionnelle pendant la seule année de M1 est une mauvaise solution, mais, sur les points limités avancés ci-dessus, il y a urgence selon nous à tirer la sonnette d’alarme et même un peu plus, c’est-à-dire à se mobiliser pour changer ce projet.

Veuillez recevoir Monsieur le Ministre, l’expression de notre haute considération,

Christian Delacroix (Université Paris Est Marne-La-Vallée)

François Dosse (Université Paris Est Créteil)

Patrick Garcia (Université de Cergy Pontoise)

FRAGMENTS D’HISTOIRE DU COMPAGNONNAGE, n°14

 

LE 14e VOLUME DES FRAGMENTS D’HISTOIRE DU COMPAGNONNAGE VIENT DE PARAÎTRE

Format 21 x 30 cm, 232 pages, environ 150 illustrations en N et B. ISBN : 978-2-917836-02-06. Dépôt légal : 4e trimestre 2012. Prix : 22 € + port. Disponible au musée du Compagnonnage, 8, rue Nationale 37000 TOURS.

Toujours attendu des historiens et chercheurs en Compagnonnage, histoire sociale et histoire des techniques, le quatorzième volume des Fragments d’histoire du Compagnonnage vient de paraître à l’initiative du musée de Tours. Rappelons que les articles sont la version imprimée et enrichie des conférences données l’année précédente au musée.

Ce numéro est particulièrement dense et ses 232 pages lèvent une fois encore le voile sur des sujets jusqu’alors peu abordés.

Histoire de l’Alliance compagnonnique de la Ville de Tours, par Laurent BASTARD. Cette contribution occupe les deux tiers de l’ouvrage et relate l’histoire d’une institution désormais unique en France. L’Alliance compagnonnique fut en effet fondée en 1908 entre toutes les associations de compagnons de Tours, afin de donner plus de visibilité au Compagnonnage. En butte aux attaques des syndicats de l’époque, les compagnons trouvèrent en l’Alliance un porte-parole efficace. Mais son action s’étendit rapidement à d’autres secteurs. En 1911, l’Alliance fonda le musée compagnonnique (sur les bases duquel sera créé l’actuel musée du Compagnonnage en 1968) pour exposer au grand public des chefs-d’œuvre jusqu’alors enfermés dans des locaux privés. En 1911 également, elle mit en place une Société Protectrice des Apprentis, consciente qu’il fallait travailler en amont au recrutement de futurs compagnons. Cette institution perdura avec succès jusqu’en 1978, les CFA ayant ensuite pris le relais. Mais l’histoire de l’Alliance est aussi faite de crises graves, notamment durant l’entre-deux-guerres, lorsque les sociétés se divisèrent entre partisans et opposants de la Fédération Générale du Compagnonnage, les uns voulant se rapprocher de l’Union Compagnonnique, d’autres s’en éloignant pour se regrouper au sein de la Confédération Salomon-Jacques-Soubise. L’Alliance recueillit aussi en 1932 un important patrimoine immobilier grâce à la donation de Ferdinand Legeay, Père des compagnons du Devoir. Il s’ensuivit d’autres bouleversements… L’histoire de l’Alliance est celle d’hommes de convictions qui ont permis d’établir jusqu’à aujourd’hui une structure de rencontre au-delà des mouvements contemporains que sont l’Association ouvrière et la Fédération compagnonnique (l’Union et le Devoir de liberté n’y participant pas).

Auguste Proud, un fabricant lyonnais de cannes compagnonniques, par René TEULET, Serge ETIENNE et Jean PHILIPPON. Ces trois compagnons (mécanicien, métallier et cuisinier) de Lyon se sont intéressés à l’histoire de ce fabricant de cannes, un compagnon charron du Devoir dit Vendéen la Tranquillité (1872-1921), établi à Oullins (Rhône). R. Teulet évoque sa  généalogie et l’on apprend que Proud, issu d’une modeste famille d’agriculteurs de Vairé (Vendée) a accompli son tour de France puis s’est arrêté à Lyon où il a épousé la belle-fille de son employeur. Auguste Proud a ensuite racheté le fonds d’un fabricant de cannes lyonnais qui fournissait les compagnons depuis une vingtaine d’années. En 1901, il poursuivra cette activité au point d’acquérir le quasi-monopole de la fournitures des cannes à tous les compagnons, de tous métiers et de tous rites. S. Etienne aborde ensuite les caractéristiques techniques des cannes Proud, qui vont s’imposer jusqu’à nos jours, les motifs estampés de l’embout constituant une création originale. Enfin, J. Philippon évoque le parcours compagnonnique d’Auguste Proud, reçu à la Sainte-Catherine 1891 à Marseille, puis celui de son fils, reçu compagnon charron à Lyon en 1924, qui poursuivra quelques années encore la fabrication des cannes. R. Teulet, S. Etienne et J. Philippon ont découvert que l’atelier Proud était demeuré en l’état, à Oullins, et ont pu recueillir le matériel et les archives de cette entreprise unique en son genre.

Rites et symboles des compagnons : une construction permanente, par Laurent BASTARD. Il est de coutume de considérer les rites et symboles du Compagnonnage comme un ensemble immuable, transféré de siècle en siècle au fil des générations de compagnons. L. Bastard démontre le contraire. En effet, en dehors d’une structure permanente, reposant sur l’exercice d’un métier, une initiation, des liens fraternels et la pratique du tour de France, les éléments dits « traditionnels » n’ont cessé d’évoluer. Après avoir défini les notions de rite et de symbole, ainsi que leur fonction, L. Bastard évoque les sources de ce patrimoine : le christianisme, la chevalerie et l’armée, des usages communs aux associations populaires, auxquels se sont ajoutés au XIXe siècle la franc-maçonnerie et la mutualité. A l’aide de nombreux exemples, il analyse la source de différents symboles (l’œil dans le triangle, la ruche…) et rites (la chaîne d’alliance, la voûte de cannes…). Puis il évoque les raisons qui ont conduit les compagnons, au fil du temps, à modifier leurs rites et symboles, à adopter de nouveaux modèles, à innover et à s’adapter à leur environnement.

Le passage des compagnons boulangers à la Sainte-Baume avant 1884. Ce dernier article constitue un complément aux deux précédentes contributions publiées sur la Sainte-Baume dans les Fragments 7 et 12. De nouvelles découvertes permettent aujourd’hui de savoir auprès de qui, durant plus d’un demi-siècle, les compagnons boulangers du Devoir faisaient authentifier leur passage à la grotte de Marie-Madeleine. Considérés en effet comme des « soi-disant compagnons » par les autres corps du Devoir, les boulangers n’avaient pas la possibilité d’acheter leurs « couleurs » (rubans) à Saint-Maximin et de signer le registre ouvert pour les autres compagnons. Mais cela ne les a pas empêchés de passer à la Sainte-Baume dès les années 1830…

Quel rôle pour les programmes scolaires dans la refondation de l’école ?

 

Le Samedi 24 novembre 2012, au Salon de l’Education, avec le soutien de la Ligue de l’enseignement,

L’Association des professeurs de sciences économiques et sociales
organise une table ronde sur le thème :

Quel rôle pour les programmes scolaires dans la refondation de l’école ?


Parce que l’école concerne les jeunes de plus en plus longtemps, son rôle dans l’influence des comportements des individus une fois devenus adultes est manifeste. Il est donc légitime que les contenus d’enseignement et les pédagogies pratiquées soient une préoccupation majeure des citoyens et des responsables politiques. Choisir un programme scolaire, sélectionner parmi les savoirs et savoir-faire possibles ceux dont on va privilégier la transmission n’est donc pas un choix anodin : au contraire, ce choix concerne l’ensemble de la société, et traduit en programmes scolaires les objectifs de formation citoyenne qu’elle se donne. Construire un programme, c’est participer à la définition des finalités de l’Ecole : c’est un enjeu démocratique majeur. Ce travail ne peut donc pas être qu’un travail d’experts en éducation, et ne peut se faire dans l’opacité : c’est un choix qui engage la société de demain, qui doit donc reposer sur une réflexion et des choix aussi bien scientifiques qu’éthiques, civiques et politiques.
 
Alors que le gouvernement actuel affiche son ambition de refonder l’Ecole, et que le ministre Vincent Peillon a annoncé qu’il souhaitait instaurer un Conseil Supérieur des Programmes afin de procéder à une réécriture démocratique de ceux-ci, l’Apses (association des professeurs de sciences économiques et sociales) souhaite participer au débat sur les programmes scolaires : des universitaires, enseignants, formateurs, pédagogues seront réunis samedi 24 novembre de 14h à 16h au forum Condorcet (Cité de l’éducation, Hall 7.2) pour débattre de la confection des programmes : compte-tenu des enjeux majeurs dont ils sont porteurs, qui peuvent être les acteurs compétents et légitimes pour les construire ? Comment doivent-ils travailler ?
 
Pour éclairer cette question, l’accent sera particulièrement mis sur les programmes de sciences économiques et sociales, qui font, depuis plusieurs décennies, l’objet de vives controverses de la part d’acteurs aussi variés que des organisations patronales, des médias ou encore des organisations politiques. Souvent pointés du doigt comme responsable de « l’inculture économique des français », les programmes de SES ont été profondément remaniés à l’occasion de la réforme du lycée, sans concertation du monde enseignants et du monde universitaire dans sa diversité. Aujourd’hui largement contestés par les enseignants et de nombreuses associations d’enseignants-chercheurs d’économie, de sociologie et de sciences politiques, ces programmes restent dans l’œil du cyclone médiatique, déchaînant, à l’instar des programmes d’histoire-géographie, les polémiques les plus vives. Alors qu’en France, le levier des programmes a trop peu été utilisé pour faire avancer la démocratisation scolaire, il nous semble qu’ils sont pourtant, et particulièrement en ce qui concerne les sciences humaines et sociales, emblématique d’enjeux scolaires, sociaux et politiques centraux.
 
Seront présents à cette table ronde :
Laurence De Cock, historienne et co-fondatrice du collectif Aggiornamento histoire-géographie ; Gisèle Jean, ex directrice IUFM de Poitiers et formatrice ; Igor Martinache, membre du bureau national de l’Apses ; André Orléan, économiste ; Philippe Watrelot, Président du CRAP-Cahiers pédagogiques.
 
La table ronde sera animée par le journaliste Emmanuel Lévy.

En marge de ce débat, l’Apses tiendra une table d’information sur la série ES, ses atouts et ses débouchés, à destination de tous, et particulièrement des élèves et de leurs parents. Ce stand sera animé par une équipe d’enseignants de SES, et Bruno Magliulo, spécialiste des questions d’orientation et auteur de « Que faire avec un bac ES ? ».
 
 
Informations pratiques :
Samedi 24 novembre 2012, de 14h à 17h,
 au Salon de l’Education, Mo Porte de Versailles
Cité de l’éducation, Hall 7.2, Forum Condorcet <http://www.salon-education.com/index.php?option=com_content&amp;view=article&amp;id=61&amp;Itemid=67>
Relation presse et demande de renseignements, pour le BN de l’Apses : amelie.jeammet@free.fr <mailto:amelie.jeammet@free.fr>  / 06 62 78 11 26
Entrée gratuite

Colloque « Pour une histoire de la Radio-Télévision scolaire »

sous la direction de Thierry Lefebvre (Université Paris Diderot) et Laurent Garreau (CNDP)
MERCREDI 28 NOVEMBRE 2012
Université Paris Diderot I Amphithéâtre Buffon
15 rue Hélène Brion I Paris 13e I Métro Bibliothèque François-Mitterrand I Ligne 14 ou RER C

 

PROGRAMME
09  h 30 Ouverture par Bernadette Bricout (vice-présidente de l’Université Paris Diderot)  et Jean-Marc
Merriaux (directeur général du Centre national de documentation pédagogique – CNDP)
09  h 40 « Essai de chronologie de la télévision scolaire », Laurent Garreau (CNDP)
10  h 00 Projection d’un module audiovisuel inédit consacré à Henri Dieuzeide (ancien directeur de la
Radio-Télévision scolaire)
10 h 15 Grand témoin : Annette Bon (INRP/ Radio-Télévision scolaire)
11 h 00 Extraits inédits d’Art et diffusion de masse de Jacques Rutman (1969), avec Pierre Bourdieu et
Raymonde Moulin
11 h 15 « La télévision scolaire dans les fonds de l’INA », Denis Maréchal (INA)
11 h 45 Extrait inédit de L’homme et son journal (Hélène Aymonier, Éric Rohmer, 1967), avec Jacques Fauvet
12 h 00 « Le Bulletin de la Radio-Télévision scolaire », Béatrice de Pastre (CNC)
14 h 00 « L’audiovisuel scolaire dans les collections de la BNF : jeux d’échelles », Alain Carou (BNF)
14 h 30 Grand témoin : Philippe Pilard (Radio-Télévision scolaire)
15 h 20 Projection d’un module audiovisuel inédit consacré à Georges Gaudu (ancien responsable de la
Télévision scolaire)
15 h 30 « 50 ans de pédagogie par le petit écran, une exposition en préparation », Laurent Trémel
(Musée national de l’Éducation)
15 h 50 Projection d’un module audiovisuel inédit consacré à la formation des adultes dans la production
du CNDP, avec Viviane Glikman (INRP)
16 h 00
Table ronde « À la recherche de la Radio scolaire »
Yvan Amar (RFI), Alexandre Duval (CNDP), Hélène Jarry-Personnaz (Radio scolaire) et Thierry
Lefebvre (Université Paris Diderot)
16 h 50 Projection du documentaire Les Magdaléniens de Bernard Planque (1966), écrit par Geneviève
Jacquinot
17 h 00 Grand témoin : Geneviève Jacquinot (Université Paris 8), à l’occasion de la réédition augmentée de
son ouvrage Image et pédagogie

A propos des nouveaux programmes de Terminales

Le collectif Aggiornamento Hist-Géo a publié ce texte à propos des nouveaux programmes de terminales sur son Carnet de recherche :

 

Faire cours ou faire court ? A propos du programme d’histoire-géographie des terminales L et ES

7 novembre 2012

Par

Rédacteurs : Mathieu Ferradou, Vincent Capdepuy, Laurent Gayme, Servane Marzin, Laurence Khichane, Christophe Bosquillon, Laurence De Cock, Cédric Perrin

 » Les nouveaux programmes des terminales L et ES entrés en vigueur à la rentrée 2012 n’ont pas suscité les mêmes remous que ceux de première et notamment de première S. Ce silence relatif interroge : faut-il y voir un désintérêt pour des filières jugées moins cruciales ou les programmes seraient-ils meilleurs, voire acceptables ? ‹…› « 

lire la suite : http://aggiornamento.hypotheses.org/1135

Courrier de l’APSES au Ministre de l’Education nationale

 

Demande urgente d’audience au ministère par l’APSES pour cause de programme infaisable en Terminale…

A peine 3 semaines que la rentrée a eu lieu et pas un jour ne passe sans que nous ne recevions des mails de collègues affolés ou en colère tellement le programme de terminale est encyclopédique, confus, mal structuré, inutilement complexe… bref tellement il est impossible à enseigner dans une classe devant (et encore moins avec) de vrais élèves.
Nous sommes contraints à renoncer à la diversité des dispositifs pédagogiques (c’est-à-dire à renoncer à notre métier), et déjà, alors que nous ne sommes encore qu’au tout début de l’année, la certitude que nous ne finirons pas le programme est évidente, que la réussite des élèves les plus fragiles est compromise et que la formation du citoyen est empêchée.
Pour boucler ce programme, chacun des 15 chapitres doit être expédié en 15 jours, soit 10h de classe, ce qui est insuffisant pour de nombreux chapitres, mais c’est sans compter les évaluations, les corrections, les exercices d’entraînement à faire en classe avec les élèves… ni les ponts, les sorties scolaires, les journées d’information à l’orientation, les absences pour stage des enseignants etc
On ne peut pas accepter qu’un programme contraigne les enseignants à utiliser tout le temps de classe à seulement transmettre des connaissances et ne permette plus de former les élèves à l’analyse de documents, aux techniques de l’argumentaiton, l’apprentissage de la problématisaiton, la construction d’une introduction, d’un plan etc
Aussi, nous insistons pour que les allègements que vous aviez évoqués lors de notre dernière rencontre, mais seulement pour la rentrée 2013, entrent en vigueur dès cette année (et que les nouvelles épreuves soient aménagées). Dès cette année, avant qu’un nouveau groupe d’experts ne planche sur de nouveaux programmes et de nouvelles épreuves pour les rentrées 2013 (première) et 2014 (terminale).
Il le faut pour protéger les élèves qui passeront le bac en juin 2013.

A cet effet, nous demandons à nouveau à être reçus en audience au cabinet du Ministre Vincent Peillon.

Veuillez agréer, Messieurs, l’expression de notre sincère dévouement au service public d’Education ainsi que nos respectueuses salutations.

Compte-rendu du XVIe congrès mondial d’histoire économique à Stellenbosch

Ce compte-rendu a été rédigé par Annie Loser, lauréate de la bourse doctorale de l’AFHE.

Un autre CR est disponible sur le carnet de la revue Tracés.

Le XVIe congrès mondial d’histoire économique s’est tenu du 9 au 13 juillet 2012 à l’université de Stellenbosch, au cœur du pays afrikaner, dans la province du Cap Occidental, en Afrique du Sud. La rencontre, qui a rassemblé près de 800 historiens, économistes et économistes historiens venus de 59 pays, proposait, pour sa première édition en Afrique, de s’interroger sur « les racines du développement ».

Les communications ont été présentées sur neuf demi-journées mettant en concurrence jusqu’à quinze sessions parallèles, abordant des thèmes aussi variés que « Le commerce des produits exotiques », « La mode et le développement économique », « Les effets économiques des catastrophes naturelles », « La grande divergence », « L’histoire de l’entrepreneuriat en Afrique », « Les politiques fiscales dans les colonies » ou  « L’économie de castes en Asie du Sud ».

James Robinson, professeur à Harvard, a ouvert le colloque avec une intervention centrée sur l’influence de la colonisation sur le développement économique de l’Afrique subsaharienne. Après avoir distingué plusieurs types de colonies – selon le degré de centralisation politique précolonial et l’intensité du peuplement blanc notamment,  et avoir exposé deux études de cas – sur le Sierra Leone et le Ghana, il a insisté sur les raisons de l’influence négative de la colonisation sur le développement économique en Afrique subsaharienne : la colonisation aurait retardé le développement des régions déjà en voie de centralisation, et si dans les régions où les colons se sont installés massivement, la colonisation a pu avoir un impact économique positif, celui-ci aurait été largement éphémère, alors que les effets négatifs liés à la perturbation des structures politiques existantes ont persisté dans le temps.

Lors de la seconde session plénière, Deirdre McCloskey, Professeure à l’Université de Göteborg et à Chicago, a présenté sa vision de l’histoire économique et ses perspectives sur la révolution industrielle, en insistant sur l’incapacité des économistes à expliquer la divergence entre l’Europe occidentale et le reste du monde. Après avoir passé en revue les principales explications tirées de la théorie de la croissance, elle a insisté sur l’importance des changements rhétoriques relatifs aux rapports à la richesse, au commerce et à l’innovation en vigueur dans le monde bourgeois pour l’avènement du capitalisme. Selon elle, ce sont ces changements dans le domaine éthique qui, bien qu’accidentels, car ils auraient pu se produire sur d’autres continents, ont conduit à l’accélération de la croissance économique caractéristique de la révolution industrielle.

La semaine a aussi été marquée par l’intervention Jan Luiten Van Zanden, Professeur à l’Université d’Utrecht et président de l’Association internationale d’histoire économique (IEHA), qui, lors de la « session présidentielle », a exposé le cadre théorique, les objectifs et les méthodes du projet « Clio Infra » de constitution d’une large base de données accessibles en ligne sur la croissance, les inégalités et les niveaux de vie à travers le monde après 1500.  La session de la vice-présidente de l’IEHA, Grietjie Verhoef, Professeure à l’Université de Johannesburg, a rassemblé des communications sur les interactions entre le développement économique et l’environnement.

La session plénière de clôture a pris la forme d’un débat entre Gareth Austin et James Robinson sur le rôle des institutions dans le développement économique de l’Afrique subsaharienne. Alors que James Robinson est revenu sur l’importance de la centralisation politique pour la croissance économique, Gareth Austin a proposé de s’interroger sur le fait de savoir si la colonisation avait été une réponse à un manque de développement économique en Afrique subsaharienne qui aurait pu être liée à un contexte environnemental spécifique, caractérisé par une abondance de terres combinée à une certaine rareté de la main-d’œuvre et des capitaux.

Le congrès s’est clos sur la présentation du prochain congrès, qui se tiendra en 2015 à Kyoto.

Résumé d’habilitation: Damien Coulon – Grand commerce, groupes urbains et individu à Perpignan à la fin du Moyen Âge. Mémoire d’habilitation inédit à diriger des recherches (soutenu le 25 novembre 2011)

Alors que l’historiographie récente souligne de plus en plus clairement que la Catalogne n’est pas affectée aussi durablement que d’autres régions européennes par la crise du bas Moyen Âge et que plusieurs de ses centres économiques témoignent alors d’un réel dynamisme, la ville de Perpignan ne paraît guère avoir attiré l’attention des chercheurs, malgré l’essor de son industrie textile. Si cette activité a certes fait l’objet d’études, on ne peut en dire autant ses marchands, qui étaient pourtant parvenus à étendre leurs réseaux à travers la Méditerranée, dans des conditions il est vrai particulières, qui méritent précisément d’être étudiées. La capitale du Roussillon dispose pourtant d’abondantes archives, que complète en outre une documentation pléthorique, mais encore plus largement sous-exploitée : celle de la puissante compagnie Datini de Prato en Toscane, au tournant des XIVe et XVe siècles. L’une et l’autre jettent ainsi un double éclairage qui permet d’étudier le rayonnement de ce centre urbain qui s’étendit très au-delà d’une aire régionale, donnant de lui une image bien éloignée de celle d’une ville de garnison aux confins de la couronne d’Aragon, qui s’est imposée trop facilement dans l’historiographie.

Afin de comprendre ces phénomènes, il est tout d’abord nécessaire de refaire la genèse du processus d’essor commercial de la ville. Il repose avant tout sur son industrie textile, qui se développa à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, faisant de Perpignan un des premiers centres drapiers du Principat de Catalogne. Forts de cette production de qualité supérieure par rapport aux autres foyers catalans, des pareurs qui intervenaient dans le la fabrication des draps, se livrèrent bientôt à leur commercialisation aux côtés de marchands, diffusant progressivement dans tout le nord-ouest de la Méditerranée les fameux cadis de Perpignan. Mais un facteur externe joua également un rôle décisif après le retour de la ville et de l’ensemble du royaume de Majorque dont elle était capitale, à la couronne d’Aragon en 1343, et malgré la crise sévère entraînée par le déclenchement de l’épidémie de peste en 1348 : le vigoureux essor du grand commerce du Levant organisé par les négociants de Barcelone, à partir des années 1370. Désireux de s’y approvisionner en précieuses épices qu’ils pouvaient ensuite redistribuer dans le reste de l’Europe, ils s’appuyèrent principalement sur les exportations de draps catalans pour développer ces échanges. Une collaboration étroite se noua ainsi entre négociants des deux centres urbains : les Barcelonais mettaient à la disposition des Perpignanais leur réseau de consulats et de funduks à travers la Méditerranée, tandis que ces derniers ajoutaient leurs draps de qualité aux flux d’exportations textiles nourries vers le Levant. Ces importants débouchés sur les marchés plus ou moins lointains de Méditerranée stimulèrent puissamment la production textile à Perpignan ainsi que dans tout le Principat de Catalogne, dont les capacités dépassèrent largement le cadre d’un simple approvisionnement régional. Les Perpignanais furent ainsi bientôt en mesure de développer leurs propres relations avec le Levant, à partir du port de Collioure, dans des proportions certes nettement plus réduites que les Barcelonais, mais toujours en concertation avec eux.

Attirées entre autres par les importants profits réalisés dans le cadre de ces échanges, de puissantes compagnies marchandes étrangères, notamment celle que développa l’homme d’affaires Francesco Datini de Prato en Toscane, y participèrent et les stimulèrent même, s’appuyant sur un correspondant permanent et sa petite équipe à Perpignan. A leur tour des compagnies allemandes, qui se livraient à la commercialisation d’autres articles, s’intéressèrent à ce foyer commercial en y déployant leurs réseaux et leur mode d’organisation quelque peu différents.

La richesse générée par ces activités entraîna bien sûr un rôle plus influent des négociants les plus dynamiques, qui connurent une promotion sociale, accédant pour certains jusqu’au poste de consul de la ville, tandis que de leur côté, certains bourgeois rentiers engageaient une partie de leurs revenus dans ce lucratif commerce. Dans le contexte des ambitieux et coûteux projets de conquêtes du roi Alphonse le Magnanime (1416-1458) en Méditerranée, que les Barcelonais finirent par juger menaçants pour leur négoce, quelques hommes d’affaires perpignanais furent quant à eux amenés à accorder des prêts colossaux au monarque. Incapable de les rembourser, celui-ci les gratifia par la concession d’impôts et de droits qui consacraient leur ascension sociale et leur rôle de financiers. Ce n’est pas un hasard si l’on trouve parmi ces créanciers, le grand argentier du roi de France Charles VII, Jacques Cœur, dont les galères mouillaient d’ailleurs dans le port de Collioure. Mais à la mort du souverain, les hommes d’affaires de Perpignan perdirent leur principal soutien et source d’enrichissement. Peu de temps après, s’ouvrait un conflit entre le roi de France Louis XI et le successeur d’Alphonse, Jean II, dont Perpignan devint l’un des enjeux les plus âpres, tandis qu’une guerre civile ravageait la Catalogne, clôturant ainsi un long cycle de circonstances favorables pour la capitale du Roussillon et ses négociants.

Toutefois, l’ampleur de la documentation laissée par la compagnie Datini est telle, au tournant des XIVe et XVe siècles, en raison surtout du très grand nombre de lettres échangées entre marchands qui nous sont parvenues, qu’elle invite à présenter différemment ces données classiquement centrées sur différents groupes urbains. La répartition de la correspondance échangée par le représentant de cette compagnie à Perpignan, Pere Tequi ou Piero Tecchini, s’étalant sur environ 25 années, permet en effet une approche individuelle de ses activités, assez fine. Près de 170 de ses lettres étant autographes, elles invitent à mener plus loin l’enquête et à mieux cerner ce personnage, au-delà des informations évidemment à vocation surtout commerciale échangées. Ces ego-documents apportent en particulier d’intéressants renseignements sur ses relations avec ses correspondants, la perception de son insertion dans le réseau Datini, voire sa façon d’envisager le rapport à soi. Rappelons que, de manière significative, au même moment, les premiers portraits individuels de marchands commencent en effet à être dressés, témoignant d’un nouveau regard porté sur eux-mêmes dans un contexte de pré-modernité revalorisant leur rôle dans la société. Or, bien que le processus d’individuation ait fait l’objet d’études, elles se sont généralement attachées à des figures de clercs intellectuels pour la période médiévale, qui ont il est vrai livré moins difficilement que d’autres ce rapport à eux-mêmes. Et si cette démarche rencontre bien des obstacles eux aussi significatifs, dans le cas de Pere Tequi, elle permet tout de même d’envisager l’analyse méthodique d’un certain nombre de marqueurs individuels, tels que son écriture, sa signature, ses habitudes épistolaires, qui nous renseignent notamment sur sa formation, sa culture et sa profonde intégration dans le milieu roussillonnais, alors qu’il était lui-même de lointaine origine toscane. En outre, il est parfois amené à exprimer des émotions – également mises en scène, bien sûr – voire à se démarquer de certains membres du réseau Datini lors de conflits ou de projets dont il cherche à se réserver l’exclusivité, se livrant ainsi davantage. Si cette démarche à hauteur d’homme ne fournit bien souvent que des réponses partielles, elle n’en apporte pas moins un éclairage original et tout à fait complémentaire des phénomènes observés à l’échelle de l’ensemble de la ville ou des groupes qui animent ses activités marchandes. Elle confirme bien en tout cas que Perpignan constituait un centre économique essentiel jusqu’au milieu du XVe siècle, qui offrait de remarquables possibilités de promotion sociale dont surent pleinement profiter les descendants de Pere Tequi.