Tous les articles par corine maitte

12 sept : Une histoire sans le travail est-elle possible ?

Invitation à la Journée d’étude de l’Association française pour l’histoire des mondes du travail :

Une histoire sans le travail est-elle possible ?

Samedi 12 septembre 2015, 9h00-17h30
EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris
Métro : Notre-Dame-des-Champs

« Crise du travail » ? Recul de la « valeur travail » ? Les sociétés contemporaines s’interrogent sur le rôle du travail dans les relations sociales et sur sa place dans leur Histoire. Au point que certains courants historiographiques en mésestiment l’importance. Nous pensons au contraire que le travail constitue un « fait social total » qui irrigue et structure toute l’activité humaine, un fait social à partir duquel il est possible d’interroger les catégories, valeurs et pratiques diverses des sociétés à travers les âges. Aussi avons-nous retenu six thèmes que nous proposons de relire au prisme du travail et de son histoire, six thèmes qui sont au cœur des évolutions récentes des sciences sociales et dont nous discuterons les perspectives de recherche futures, dans une approche trans-périodique et trans-disciplinaire.

Programme

9 h 00 : Accueil

9 h 15 : Ouverture des travaux- Introduction de la journée d’étude

9 h 30 – 12 h 30 : sessions 1 à 3 (Amphithéâtre)

  1. Statuts sociaux et mise au travail : Claude Chevaleyre, Philippe Minard
  2. Travail marchand, travail non-marchand : Laurent Feller, Jérôme Gautié
  3. Genre, activité et travail : Anna Bellavitis, Sylvie Schweitzer

12 h 30 – 13 h 30 : déjeuner (salle 2- inscription préalable nécessaire : 20 € environ, mais à moitié prix pour les adhérent-e-s)

13 h 30 – 14 h 30 : Assemblée générale (adhérent-e-s de l’AFHMT)

14 h 30 – 17 h 30 : sessions 4 à 6 (Amphithéâtre)

  1. Mobilités et travail : Corine Maitte, Philippe Rygiel
  2. Corps, gestes et santé au travail : Nicolas Hatzfeld, François Jarrige, Hara Procopiou
  3. Politiques du travail : Jean-Pierre Le Crom, Michel Pigenet, Xavier Vigna
Nous vous rappelons que l’inscription préalable au déjeuner est nécessaire en envoyant un courrier à l’adresse suivante : afhmt2015@gmail.com 
Le coût du déjeuner est d’environ 20 €, mais à moitié prix pour les adhérentes et adhérents.
En espérant vous y retrouver nombreux, 
Le bureau de l’AFHMT

CFP colloque Banquets et présents honorifiques dans les villes de province en France, XIVe-XXe siècles

Banquets et présents honorifiques

dans les villes de province en France

(XIVe-XXe siècle)

 

Des archives à découvrir et à exploiter pour l’histoire de l’alimentation

 

 

Journée d’études

Bordeaux, Archives Municipales, mardi 7 juin 2016

 

 

Argumentaire

 

Des banquets des corporations au Moyen Âge, en passant par les repas édilitaires des XVIIe et XVIIIe siècles ou les banquets municipaux lors des voyages en province des présidents de la République et des ministres de la IIIe République, ces moments festifs et gastronomiques rythment la vie de la cité au gré des époques. Toutes les institutions importantes des villes provinciales (corporations, confréries, parlements, chambres de comptes, états provinciaux, municipalités, chambres de commerce, universités, conseils généraux, associations, etc) affirment leur pouvoir dans la ville par l’organisation de repas à l’occasion de la visite d’un personnage important, de la réception d’un nouveau membre dans l’institution, d’une élection, d’une inauguration ou pour célébrer une victoire militaire. Elles entretiennent aussi leurs réseaux de protecteurs (intendants, gouverneurs, évêques, nobles, présidents de la République, ministres, etc) et s’assurent la bienveillance des autorités grâce à des présents honorifiques dont les pots-de-vin au Moyen Âge fournissent une bonne illustration. Certaines spécialités gastronomiques apparaissent d’ailleurs de manière récurrente parmi ces dons alimentaires comme les jambons à Bayonne, le vin de Bourgogne à Dijon, les confitures sèches à Tours ou le pain d’épices à Reims. Si le poids de ces dépenses sur les finances de ces institutions et leur rôle dans l’entretien des réseaux politiques ont parfois retenu l’attention, tous ces repas et ces cadeaux, en dehors des dons de vins étudiés notamment par Christine Lamarre pour la Bourgogne, n’ont guère jusqu’à présent suscité un large intérêt de la part des historiens de l’alimentation.

Pourtant les archives, notamment municipales, contiennent, parfois depuis le Moyen Âge, de très belles séries de comptabilités et de pièces de dépenses dans lesquelles figurent des achats réguliers de présents de bouche (vin, confiture, jambons, truffes, salaisons, etc) et des factures donnant la liste des aliments ou des plats servis lors des banquets. Les délibérations et les correspondances éclairent aussi ces usages et leurs motivations. Pour les XIVe et XVe siècles, Jean-Pierre Leguay, l’un des rares historiens à s’être intéressés à ces banquets et ces dons, a bien montré la richesse potentielle des archives des villes bretonnes dans cette perspective. D’autres institutions comme les chambres des comptes, les états provinciaux ou les chambres de commerce offrent des sources comparables pour l’Ancien Régime. A l’époque contemporaine, les menus de banquets donnés lors de la réception d’hôtes illustres ou d’une célébration locale sont aussi parfois conservés dans les archives communales, départementales ou dans des fonds privés, éclairant une forme de valorisation des cuisines régionales. Les archives comptables de nombreuses institutions de pouvoir dans la ville recèlent sans doute encore des sources susceptibles d’éclairer la gastronomie urbaine même si leur repérage reste une tâche délicate.

Cette journée d’études a donc pour premier objectif de présenter les fonds disponibles (pour l’ensemble de la période envisagée en particulier pour les XIXe et XXe siècles dont les fonds sont démultipliés), la matérialité des archives (menus illustrés, par exemple) et les méthodes d’analyses qui pourraient être mises en œuvre (comme une enquête nationale sur les présents honorifiques des corps de ville et des municipalités). Le second objectif de cette journée est de mettre en lumière l’intérêt de ces banquets et des ces présents de bouche pour l’histoire des consommations alimentaires festives et de la valorisation des productions locales (produits des terroirs). Dépassant les simples recettes des livres de cuisine qui donnent avant tout accès à une histoire des normes alimentaires, ces sources, trop souvent négligées, permettent de saisir des pratiques alimentaires effectives dans la longue durée. Il s’agira aussi de mieux comprendre la place tenue par l’alimentation dans la représentation des pouvoirs urbains et dans le fonctionnement des réseaux politiques à travers l’étude des bénéficiaires, des circonstances de ces repas et de leur cérémonial.

 

Afin d’apporter un éclairage nouveau sur ces archives et sur leurs apports, cette journée souhaite donc réunir des archivistes, les mieux à même de connaître les fonds et les ressources potentielles, et des historiens aussi bien intéressés par l’histoire urbaine, l’histoire des institutions que par l’histoire de l’alimentation. Ces regards croisés devraient permettre de mettre en valeur l’intérêt de ces banquets et de ces dons pour l’histoire des villes et de l’alimentation. Ils pourraient aussi offrir des outils de réflexion sur les ressources que ces archives peuvent représenter aujourd’hui dans la valorisation du patrimoine gastronomique des villes françaises.

 

Axes thématiques

Les thèmes suivants pourront notamment être abordés (cette liste n’est évidemment pas exhaustive) :

–       Les archives disponibles, leur matérialité, leur classement, leur conservation.

–       Les initiateurs, les motifs, les lieux, le déroulement, les rituels et l’organisation matérielle des banquets.

–       Le rôle politique et social des présents honorifiques et des banquets.

–       Le poids financier de ces dépenses de bouche.

–       Des sources pour une étude de l’alimentation festive.

–       La valorisation des produits locaux à travers ces présents et ces banquets.

–       Archives et promotion du patrimoine gastronomique local aujourd’hui.

Responsable scientifique

Philippe Meyzie, maître de conférences en histoire moderne à l’Université Bordeaux Montaigne, CEMMC, membre junior de l’Institut Universitaire de France, chercheur associé à Léa (l’Equipe Alimentation de l’Université François Rabelais de Tours).

Comité scientifique :

Marc de Ferrière le Vayer, Professeur d’histoire contemporaine, Université François Rabelais-Tours,  chaire Unesco « Sauvegarde et valorisation des patrimoines culturels alimentaires »

Michel Figeac, Professeur d’histoire moderne, Université Bordeaux Montaigne, Directeur du CEMMC

Bruno Laurioux, Professeur d’histoire médiévale, Université Versailles Saint-Quentin, Directeur du conseil scientifique de l’IEHCA

Frédéric Laux, Directeur des Archives municipales de Bordeaux

Sandrine Lavaud, Maître de conférences en histoire médiévale, Université Bordeaux Montaigne, Ausonius

Philippe Meyzie, Maître de conférences en histoire moderne, Université Bordeaux Montaigne, CEMMC

Agnès Vatican, Directrice des Archives départementales de la Gironde

Jean-Pierre Williot, Professeur d’histoire contemporaine, Université François Rabelais-Tours, directeur de Léa (L’Equipe Alimentation)

Journée d’études organisée avec le soutien de :

– La chaire Unesco « Sauvegarde et valorisation des patrimoines culturels alimentaires »

– L’Equipe Alimentation (Léa) de l’Université François Rabelais de Tours  

– L’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation (IEHCA)

 Les propositions (résumé de 500 mots maximum) seront envoyées accompagnées d’un bref CV avant le 1er décembre 2015 à l’adresse suivante : Philippe.Meyzie@u-bordeaux-montaigne.fr

 

CHORD Conference: ‘Retailing and Distribution History’

The CHORD (Centre for the History of Retailing and Distribution) conference on: ‘Retailing and Distribution History’

will take place at the University of Wolverhampton, on 10 September 2015

The programme includes:

Christine Atha, University of Leeds,
Shopping in the design museum: curating, collecting and shopping for design

Emily Baines, De Montfort University
Concentrating on Fashion: the home market retail and distribution structure for British dress textiles 1919-40

Bruno Blondé, University of Antwerp and Jon Stobart, Manchester Metropolitan University
The language of value: a comparative approach to newspaper advertisements for auctions of second-hand household goods in eighteenth-century England and the Low Countries

Rika Fujioka, Kansai University
The development of Japanese department stores along with the growing ready-made clothes market from the 1950s to the 1970s

Janina Gosseye, Delft University of Technology
The Janus-faced suburban shopping centre: the Low Countries in search of a suitable shopping paradigm

Graham Harding, St Cross College, Oxford
Competition is useless: Gilbey’s and the emergence of modern retailing, 1855-1914

Richard Hawkins, University of Wolverhampton and Hildegard Norton-Uhl, University of Wolverhampton
Paprika Schlesinger: The Development of a Luxury Retail Shoe Brand in Belle Époque Vienna

Clare Hoare, King’s College London
Female business owners: a study of grocers in Edwardian London

Jennifer Holt,
Retailing and wholesaling c 1600: a Lune Valley case study

Sarah Laurenson, University of Edinburgh
‘In enclose herewith five compasses’: retailing jewellery and small luxuries in rural Scotland during the long nineteenth century

Lucile Peytavin, University of Lyon 2
Female haberdashers and haberdashers in La Motte-de-Galaure and in the north of Drome in the nineteenth and twentieth centuries

Martin Purvis, University of Leeds
Retailing in English suburbs during the 1920s and 1930s: development, deficiency and diversity

Gabi Schopf, Universität Bern
Buying and selling consumer goods in the eighteenth century: rural retailing in the Canton of Bern

Alex Taylor, University of Sheffield
Tobacco retailing in 1630s England: formal and informal

Shelley Tickell, University of Hertfordshire
Selecting shops to steal from in the eighteenth century metropolis – which retailers were most vulnerable to shoplifting?

The conference will be held in the Millennium City Building, University of Wolverhampton, Wolverhampton campus.

The fee is £26.

For further information and to register, please see the conference web-pages, at: home.wlv.ac.uk/~in6086/conf2015.htm

Or contact Karin Dannehl at k.dannehl@wlv.ac.uk or Laura Ugolini, at: L.Ugolini@wlv.ac.uk

Information about CHORD events can also be found here: https://retailhistory.wordpress.com/

Prof. Laura Ugolini
Professor of History

Joint editor, Textile History

Dept. of History, Politics, War Studies
Faculty of Social Sciences
Room MC334
University of Wolverhampton
Wolverhampton
WV1 1LY

l’AFHE aux Rendez-vous de l’Histoire : Empires et réseaux marchands – Méditerranée et Atlantique

Chers collègues,

Comme ces trois dernières années, l’AFHE sera présente à la prochaine édition des Rendez-vous de l’Histoire à Blois du 8 au 11 octobre 2015.

L’AFHE y présentera une table-ronde sur :

Empires et réseaux marchands

– Méditerranée et Atlantique (de l’Antiquité à la période moderne) –

Celle-ci se déroulera le samedi 10 octobre à 11h 30,

Amphi Denis Papin de l’INSA,

3 rue de la Chocolaterie

Je vous joins le carton édité par les organisateurs des Rendez-vous de l’Histoire pour l’annoncer.

N’hésitez pas à le diffuser largement au sein de vos réseaux.

Au plaisir de vous y retrouver,

Cédric PERRIN

IDHES-Evry

Chargé de mission AFHE

http://ift.tt/1hLg06t

Journée d’hommage à Maurice Lévy-Leboyer 1er octobre 2015

Journée d’hommage à Maurice Lévy-Leboyer 1er octobre 2015 Les organisateurs et organisatrices de cette demi-journée d’étude et d’hommage qui aura lieu un an après la disparition de Maurice Lévy-Leboyer ont souhaité qu’elle soit centrée sur l’actualité des principaux travaux de Maurice Lévy-Leboyer tout en offrant une pleine liberté de prise de parole aux présents : – les interventions au programme portent sur certains aspects saillants de l’œuvre de Maurice Lévy-Leboyer et seront suivies d’une discussion. – la table ronde finale permettra aux participants qui le souhaitent d’apporter des témoignages ou des points de vue complémentaires.13h30-13h45 Introduction Michel Lescure (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHES-Nanterre) 13h45-15h45 : le XIXe siècle Présidence : Catherine Omnès (Université Versailles Saint-Quentin-en Yvelines, Printemps) Richard Sylla (New York University, Stern Business School ) Fifty Years of Intellectual Fellowship Patrick Verley (Université de Genève) Industrialisation et position internationale de la France au XIXe siècle Leslie Hannah (London School of Economics and Political Science) Maurice Lévy-Leboyer et l’histoire comparée André Straus (CNRS-Phare, Université de Paris 1) L’économie française au XIXe siècle Fabrice Boudjaaba (CNRS-CRH, EHESS) La rente foncière en Basse-Normandie Discussion 16h-17h30 : le XXe siècle Présidence : Sabine Effosse (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHES) Yasuo Gonjo (National University of Yokohama) Le cours de Sciences Po (1952) : Histoire économique et sociale de la France depuis 1848 Angelo Riva (European Business School, Ecole d’économie de Paris) Banques et crises en Europe occidentale au XXe siècle Hervé Joly (CNRS-TRIANGLE, Université de Lyon) Le patronat français au XXe siècle : reproduction ou renouvellement ? Discussion 17h30-18h15 : Table ronde Maurice Lévy-Leboyer, l’homme de toutes les questions Animée par Florence Descamps (EPHE), Patrick Fridenson (EHESS, CRH) et Catherine Omnès (Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines, Printemps). Tous ceux qui ont travaillé avec Maurice Lévy-Leboyer seront invités à prendre la parole. 18h15 Cocktail Journée d’hommage organisée avec le soutien de l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE)-Direction de la Recherche/Comité pour l’Histoire économique et financière de la France (MINEFI), l’IDHES-Nanterre (UMR 8533), l’École doctorale E.O.S de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et la Revue Entreprises et Histoire.

APPEL L’argent des familles : pratiques et régulations sociales en Occident aux XIXe et XXe siècles

Trois-Rivières, Québec, Canada
16 et 17 juin 2016
Organisé conjointement par le Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ) et la Chaire de recherche du Canada en histoire du droit civil au Québec à l’époque contemporaine

Thématique
Au cours du XIXe siècle, l’industrialisation transforme profondément la manière dont les familles voient à leur subsistance et tentent d’assurer, le cas échéant, la reproduction de ressources et patrimoines aux contours divers. Le recul des économies fondées sur le monde de la terre et la montée en force du salariat fragilisent bien des ménages alors que l’idéologie libérale, au même moment, fait de la volonté individuelle et de la propriété les fondements des rapports socioéconomiques. Ces rapports vont désormais dépendre plus étroitement du maniement de l’argent et des divers véhicules de création et fructification de la valeur qui se multiplient avec le développement du capitalisme. À ce titre, les familles interagissent de plus en plus avec différents marchés dont le degré d’institutionnalisation est variable : crédit, assurances, finance et consommation courante, pour ne nommer que ceux-là.
De quelle manière le processus de monétarisation de la vie sociale a-t-il été vécu du point de vue des ménages et lignées familiales aux XIXe et XXe siècles? Il s’agira d’examiner l’expérience, les pratiques et les stratégies des familles, de toutes conditions, en regard de la place prise par l’argent en tant que forme dominante de lien social et en tenant compte de leur mouvement de reproduction matérielle et symbolique. Reproduction vécue dans des environnements marqués par des inégalités et fragilités différentes selon les époques, les lieux et les milieux. En outre, quelles pratiques institutionnelles ont présidé, avec une intensité variable, à la régulation de la monétarisation de la vie sociale telle que vécue dans la sphère domestique?
Si les familles seront au coeur des échanges lors de cette rencontre scientifique, le choix des échelles d?observation est ouvert. La question sociale suscitée par la diffusion du salariat au XIXe siècle (Castel, 1995) de même que la problématique des iniquités en matière de répartition des richesses nationales (Piketty, 2013) sont inséparables de l?étude de la vie privée, puisque la famille est le point focal de la reproduction sociale des individus avant la montée de l’État providence et, simultanément, l’un des vecteurs des inégalités à l’époque contemporaine, au moyen du retour en force de l’héritage. À l’autre bout du spectre, les actifs familiaux (salaires, immeubles, capitaux, etc.) engendrent leur propre trame de rapports microsociologiques, rapports formels, informels et changeants dans la durée (Zelizer, 1994).

Objectifs:
Les objectifs de ce colloque sont de permettre des réflexions croisées sur les différents processus et enjeux liés à la monétarisation de la vie sociale, du point de vue des familles, ainsi que sur les phénomènes de régulation sociale concomitants; de susciter des échanges à propos des différentes échelles spatiotemporelles à partir desquelles peuvent être abordés ces objets; de mieux comprendre les continuités et ruptures ayant marqué leur histoire.
Voici, à titre d’exemples, quelques-unes des réalités susceptibles d’être approfondies:
-La diversité des expériences et pratiques familiales en matière d’avoirs et de ressources, en tenant compte notamment du genre et de la classe
-Les interactions entre l?économie domestique et les formes « modernes » de rapport à l?argent, incluant la consommation et le crédit en régime capitaliste

– L’institutionnalisation et la régulation étatique des différentes formes d’avoirs familiaux, en particulier sur le plan juridique et judiciaire

Pour soumettre une proposition de communication
Les propositions de communication doivent interroger la problématique du colloque et comporter une dimension historique. Elles doivent aussi inclure: titre académique, affiliation institutionnelle, coordonnées complètes (courriel, adresse universitaire), titre de la communication, résumé de 250 mots, court cv. Les communications pourront être présentées tant en anglais qu?en français. Veuillez noter que ce colloque donnera lieu à publication, sous réserve d?évaluation favorable des textes soumis.
Date limite pour soumettre une proposition : le 15 septembre 2015.
Faites parvenir votre proposition par courriel à l?adresse suivante : cieq@uqtr.ca

Comité scientifique
Hélène Belleau, INRS Urbanisation Culture Société, Québec, Canada
Claude Didry, École normale supérieure de Cachan, France
Florent Le Bot, Université d’Evry Val d’Essonne, France
Thierry Nootens, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
Sherry Olson, Université McGill, Québec, Canada
Yvan Rousseau, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada

New in print: « Handbook of Cliometrics »

New in print at Springer Verlag!

Handbook of Cliometrics
Editors: Claude Diebolt and Michael Haupert
Springer Reference, Berlin, August 2015 (copyright 2016), 590 pages.
ISBN: 978-3-642-40405-4
ISBN: 978-3-642-40406-1 (e-Book)
ISBN: 978-3-642-40407-8 (print and electronic version bundle)
http://www.springer.com/fr/book/9783642404054

The Handbook of Cliometrics is a milestone in the field of historical economics and econometric history through its emphasis on the concrete contribution of cliometrics to our knowledge in economics and history. The articles in the handbook authored by the leading scholars in the fields, stress the usefulness of cliometrics for economists, historians and social scientists in general. The Handbook offers a comprehensive coverage of topics with each article providing an overview of the contributions of cliometrics to a particular topic. The Handbook sets a new standard of quality in the field by offering a world-wide forum of discussion in cliometrics.

Table of Contents

« An Introduction to the Handbook of Cliometrics »
Claude Diebolt and Michael J. Haupert.

Section 1: History

« The Cliometric Approach to Economic History »
Michael J. Haupert

« Economic History and Economic Development: New Economic History in Retrospect and Prospect »
Peter Temin

Section 2: Human Capital

« Human Capital »
Claudia Goldin

« Labor Markets »
Robert Margo

« Nutrition, the Biological Standard of Living, and Cliometrics »
Lee Craig

« Age-Heaping-Based Human Capital »
Franziska Tollnek and Joerg Baten

« Church Book Registry: A Cliometric View »
Jacob Weisdorf

Section 3: Growth

« Growth Theories »
Claude Diebolt and Faustine Perrin

« The English Industrial Revolution: A Cliometric Account »
Gregory Clark

« Economic-Demographic Interactions in Long-Run Growth »
James Foreman-Peck

« GDP Convergence in Modern Times »
Emanuele Felice

« Cliometric Approaches to International Trade »
Markus Lampe and Paul Sharp

Section 4: Finance

« Financial Markets and Cliometrics »
Larry Neal

« Payment Systems »
John James

« The Cliometric Study of Financial Panics and Crashes »
Matthew Jaremski

« Financial Systems and Economic Development »
Caroline Fohlin

Section 5: Innovation

« Innovation in Historical Perspective »
Stanley Engerman and Nathan Rosenberg

« The Cliometric Study of Innovations »
Jochen Streb

Section 6: Statistics and Cycles

« Statistical Inference »
Thomas Rahlf

« Trends, Cycles, and Structural Breaks in Cliometrics »
Terence Mills

Section 7: Government

« The Great Depression and the New Deal »
Price Fishback

« Cliometric Approaches to War »
Jari Eloranta

Vient de paraître : L’histoire si curieuse des mines de Brandes

Vient de paraître : L’histoire si curieuse des mines de Brandes

Choix de documents transcrits, traduits et présentés par
Fernand Peloux, Marie-Christine Bailly-Maitre et Hélène Viallet

Code ISBN: 978 2 7061 2260 6, 320 pages

Quelques mots sur l’ouvrage: En 1930, le grand historien Marc Bloch découvrait « l’histoire si curieuse des mines de Brandes ». En effet, du XIIe au milieu du XIVe siècle, à 1800 mètres d’altitude, une agglomération minière occupe un plateau au cœur du massif de l’Oisans, non loin de l’Alpe d’Huez. Une cité ouvrière se développe dans cet environnement naturel hostile. La mine de Brandes, principale source d’argent du dauphin, est dotée de tous les aménagements nécessaires à la vie et au travail des mineurs : habitations, église, nécropole, fortification, chantiers miniers, ateliers.

La conservation des vestiges de ce lieu classé au titre des monuments historiques permet de connaître les techniques du Moyen Âge, mais aussi de dresser le portrait d’une société de professionnels de la mine.Ce livre rassemble un choix de documents d’archives éclairés par l’archéologie, revisitant l’une des plus belles pages de l’histoire du Dauphiné médiéval. Illustré de photos et de documents, il nous aide à comprendre cette aventure minière emportée dans les troubles du XIVe siècle, mais qui a laissé des traces durables sur le paysage et sur la mémoire des hommes.

Quelques mots sur les auteurs:

Fernand Peloux est agrégé d’histoire et doctorant en histoire médiévale à  l’université de Toulouse – Jean Jaurès (UMR 5136 – laboratoire Framespa).

Marie-Christine Bailly-Maitre, directrice de recherches au CNRS (UMR 7298 – LA3M,Aix-en-Provence) et conservateur du musée d’Huez et de l’Oisans, est spécialiste d’histoire et d’archéologie minière et dirige les fouilles de Brandes-en-Oisans depuis 1977.

Helene Viallet, archiviste paléographe, spécialiste d’histoire alpine, dirige les archives départementales de l’Isère.

Table des matières

Preface
Note au lecteur
Introduction

Chapitre I – Le plateau de Brandes et la présence monastique en Oisans

Chapitre II – Brandes et les dauphins au XIIIe siècle
Chapitre III – Les enquêtes
Chapitre IV – Les documents comptables

Chapitre V – L’affaire de la Reya

Chapitre VI – Contrats d’albergement

Chapitre VII – Terriers et compoix

Chapitre VIII – Le plateau de Brandes au début du XVe siècle

Chapitre IX – Les visites pastorales

Chapitre X – La redécouverte de l’argentière de Brandes

Chapitre XI – Inventaire chronologique des sources écrites étudiées dans
le cadre des recherches sur Brandes

Chapitre XII – Pour une histoire monétaire du Dauphine médiéval

Chapitre XIII – Notes sur les anciennes mesures de l’Oisans

Glossaire
Bibliographie

Code SOFEDIS-SODIS: S56 633 2 35,00 €

Avis de parution

Pour information, vient de paraître :

Éric Bussière • Olivier Dard • Geneviève Duchenne (dir.), Francis Delaisi, du dreyfusisme à « l’Europe nouvelle », Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015. 266 p., 4 graph., 1 tabl. Euroclio. Vol. 91 Directeurs de collection : Éric Bussière, Michel Dumoulin et Antonio Varsori / br. ISBN 978-2-87574-285-8
eBook ISBN 978-3-0352-6550-7

F rancis Delaisi (1873–1947) n’a jamais fait l’objet d’un ou-
vrage. Pourtant, son nom est régulièrement cité par ses
contemporains et des épisodes de sa biographie sont abordés par des historiens aux spécialités très différentes. Il faut y voir
le reflet d’un itinéraire éclaté, pour le moins déroutant mais dont
ce collectif restitue la part de cohérence. Jeune étudiant dreyfusard,
Delaisi s’impose avant 1914 comme une figure marquante du syn-
dicalisme révolutionnaire et se fait remarquer par des essais viru-
lents contre les « maîtres de la France » et les « marchands de ca-
nons ». En lutte contre les élites et aux marges du système, Delaisi
le pénètre au lendemain du premier conflit mondial en devenant,
grâce à un essai remarqué sorti en 1929, Les Deux Europe, un ex-
pert en économie reconnu par les institutions françaises et inter-
nationales et un défenseur de la cause européenne. En 1936, le Front populaire redonne de la vigueur au polémiste. Il édite alors sous l’égide du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes La
Banque de France aux mains des deux cents familles. Mais Delaisi
demeure un pacifiste convaincu. La défaite ouvre la dernière phase
d’un parcours qui s’achève dans le collaborationnisme. Au final,
l’itinéraire de Delaisi se lit comme le produit d’un parcours franco-
français mais aussi européen, illustrant un souci écriture d’une nou-
velle histoire de l’Europe.

CONTENU : Olivier Dard/Geneviève Duchenne : « Francis Delaisi, un
inconnu célèbre à redécouvrir » • André Hélard : Francis Delaisi,
jeune dreyfusard rennais • Emmanuel Naquet : Francis Delaisi et la
Ligue des droits de l’homme, du dreyfusisme à la collaboration •
Michel Dreyfus : Francis Delaisi, les Juifs et l’économie, de la fin de
l’affaire Dreyfus à la Grande Guerre • Benjamin Gérôme : Francis
Delaisi, entre La Guerre sociale et la dénonciation des « nouvelles
féodalités » • Florent Le Bot : Francis Delaisi et le mythe des 200 fa-
milles • Arnaud Manas : Delaisi et la Banque de France ou l’obses-
sion de l’argent • Olivier Dard : Les économistes et Francis Delaisi •
Geneviève Duchenne : Francis Delaisi. Un économiste au service de
l’Europe et de la Belgique (1926–1946) • Gilles Morin : Du CVIA au
RPN. « Les tribulations d’un collaborationniste sincère » • Bernard
Bruneteau : Francis Delaisi. Une figure de l’européisme intégral.

ÉRIC BUSSIÈRE est professeur à l’Université de Paris-Sorbonne,
chaire Jean Monnet d’histoire de la construction européenne. Ses
travaux portent sur l’histoire des entreprises et des relations éco-
nomiques internationales et sur l’histoire de la construction euro-
péenne.

OLIVIER DARD est professeur d’histoire contemporaine à l’Univer-
sité de Paris-Sorbonne. Il est spécialiste d’histoire politique (relèves
des années 1930, droites radicales au 20e siècle).

GENEVIÈVE DUCHENNE est professeure invitée à l’Université ca-
tholique de Louvain et à l’Université Saint-Louis de Bruxelles.

Avis de parution

Pour information, vient de paraître : Éric Bussière • Olivier Dard • Geneviève Duchenne (dir.)  Francis Delaisi, du dreyfusisme à « l’Europe nouvelle » Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015. 266 p., 4 graph., 1 tabl. Euroclio. Vol. 91 Directeurs de collection : Éric Bussière, Michel Dumoulin et Antonio Varsori br. ISBN 978-2-87574-285-8 eBook ISBN 978-3-0352-6550-7  F rancis Delaisi (1873–1947) n’a jamais fait l’objet d’un ou- vrage. Pourtant, son nom est régulièrement cité par ses contemporains et des épisodes de sa biographie sont abor- dés par des historiens aux spécialités très différentes. Il faut y voir le reflet d’un itinéraire éclaté, pour le moins déroutant mais dont ce collectif restitue la part de cohérence. Jeune étudiant dreyfusard, Delaisi s’impose avant 1914 comme une figure marquante du syn- dicalisme révolutionnaire et se fait remarquer par des essais viru- lents contre les « maîtres de la France » et les « marchands de ca- nons ». En lutte contre les élites et aux marges du système, Delaisi le pénètre au lendemain du premier conflit mondial en devenant, grâce à un essai remarqué sorti en 1929, Les Deux Europe, un ex- pert en économie reconnu par les institutions françaises et inter- nationales et un défenseur de la cause européenne. En 1936, le Front populaire redonne de la vigueur au polémiste. Il édite alors sous l’égide du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes La Banque de France aux mains des deux cents familles. Mais Delaisi demeure un pacifiste convaincu. La défaite ouvre la dernière phase d’un parcours qui s’achève dans le collaborationnisme. Au final, l’itinéraire de Delaisi se lit comme le produit d’un parcours franco- français mais aussi européen, illustrant un souci écriture d’une nou- velle histoire de l’Europe. CONTENU : Olivier Dard/Geneviève Duchenne : « Francis Delaisi, un inconnu célèbre à redécouvrir » • André Hélard : Francis Delaisi, jeune dreyfusard rennais • Emmanuel Naquet : Francis Delaisi et la Ligue des droits de l’homme, du dreyfusisme à la collaboration • Michel Dreyfus : Francis Delaisi, les Juifs et l’économie, de la fin de l’affaire Dreyfus à la Grande Guerre • Benjamin Gérôme : Francis Delaisi, entre La Guerre sociale et la dénonciation des « nouvelles féodalités » • Florent Le Bot : Francis Delaisi et le mythe des 200 fa- milles • Arnaud Manas : Delaisi et la Banque de France ou l’obses- sion de l’argent • Olivier Dard : Les économistes et Francis Delaisi • Geneviève Duchenne : Francis Delaisi. Un économiste au service de l’Europe et de la Belgique (1926–1946) • Gilles Morin : Du CVIA au RPN. « Les tribulations d’un collaborationniste sincère » • Bernard Bruneteau : Francis Delaisi. Une figure de l’européisme intégral. ÉRIC BUSSIÈRE est professeur à l’Université de Paris-Sorbonne, chaire Jean Monnet d’histoire de la construction européenne. Ses travaux portent sur l’histoire des entreprises et des relations éco- nomiques internationales et sur l’histoire de la construction euro- péenne. OLIVIER DARD est professeur d’histoire contemporaine à l’Univer- sité de Paris-Sorbonne. Il est spécialiste d’histoire politique (relèves des années 1930, droites radicales au 20e siècle). GENEVIÈVE DUCHENNE est professeure invitée à l’Université ca- tholique de Louvain et à l’Université Saint-Louis de Bruxelles.  Cédric PERRIN IDHES-Evry Chargé de mission AFHE http://ift.tt/1hLg06t

Annonce parution ouvrage pollutions industrielles en Méditerranée

Pollutions industrielles et espaces m̩diterran̩ens XVIIIe РXXIe si̬cle

sous la direction de Laura Centemeri et Xavier Daumalin

Aix en Provence, éditions de la MMSH, 2015

Depuis le XVIIIe siècle, les pollutions industrielles affectent les écosystèmes riches et fragiles du bassin méditerranéen. Enjeu de conflits, de mobilisations, d’instrumentalisations et de régulation, la reconnaissance  de ces incidences sur l’environnement est aujourd’hui encore très variable, compte tenu de la diversité des situations politiques, économiques, sociales et culturelles. Cet ouvrage vise à  intégrer les espaces méditerranéens dans l’histoire mondiale des pollutions industrielles, à  partir d’une approche pluridisciplinaire qui s’attache à  dépasser les oppositions stériles entre sciences de l’humain et sciences de la nature, entre savoirs objectifs et perceptions, entre experts « neutres » et acteurs victimes de biais cognitifs. Dans leurs contributions, les auteurs analysent la production de la connaissance scientifique sur l’environnement comme participant de processus plus larges de mise en forme de la réalité sociale et matérielle, liés aux choix politiques qui définissent
les modes de relation des industries aux sociétés.

Laura Centemeri, chargée de recherche au CNRS, LAMES UMR 7305 (AMU, CNRS), est spécialiste de sociologie économique et politique de l’environnement. Xavier Daumalin, professeur des universités à l’Université d’Aix-Marseille,
TELEMME UMR 7303 (AMU, CNRS), est spécialiste d’histoire économique.

Ont contribué à cet ouvrage : Laurence Américi, Najet Aroua, Rafik Ben Charrada, Jamila Ben Souissi, Josep Bernabeu-Mestre, Marco Bertilorenzi, Anne Cadoret, Gérard Chastagnaret, Paolo Crivellari, Daniel Faget, Hervé Ferriare, Pierre Fournier, Eugenia
Galiana-Sánchez, Ximo Guillem-Llobat, Isabelle Laffont-Schwob, Mathieu Leborgne, Gwenola Le Naour, Pascal Marichalar, Eloy Martín Corrales, Cesare Mattina, Nicolas Maughan, Philippe Mioche, Sylvain Olivier, Mercedes PascualArtiaga, Mouna Rifi, Salvador Salort
i Vives, Ahlem Yahyaoui, Jeanne Zaouali

AAC Tracés n°31 – La méfiance

Chères et chers collègues,

je vous prie de trouver ci-dessous le nouvel appel à contributions – http://ift.tt/1KA2MoM méfiance, à laquelle la revue Tracés consacre son numéro 31, impose de traverser les frontières disciplinaires : elle soulève des questions psychologiques et institutionnelles, des enjeux d’efficacité économique, d’action politique ou de connaissance scientifique, et renvoie tant à des interactions circonscrites qu’à des transformations sur la longue durée. Nous invitons des contributions, issues de l’ensemble des sciences humaines et sociales, qui montreront que l’on peut saisir la méfiance sans se cantonner à la définir négativement – comme absence de confiance ou comme force destructrice.

Argumentaire

La confiance est presque unanimement abordée dans les sciences sociales comme une dimension vertueuse, constructrice et nécessaire de la vie sociale et relationnelle : elle apparaît comme désirable et en même temps obligatoire. Elle est ainsi traitée comme une condition de la communication, qui repose sur la possibilité de reconnaître les intentions du locuteur (Grice, 1975), ou encore comme le fondement de la légitimité  du pouvoir politique (Dunn, 1988). Or, cette confiance minimale, quand elle est nourrie, élargie et soutenue, deviendrait aussi un facteur de développement économique et démocratique. Inversement, l’absence de confiance, d’un point de vue économique, conduirait à un équilibre sous-optimal (Aghion et al., 2010). L’attention des chercheurs a donc été retenue par les processus et les institutions qui permettent le développement de la confiance : on peut évoquer les
travaux fondateurs de Weber, qui montre comment des structures juridiques (celles de la ville), certaines formes sociales (telles que la secte), ou encore l’appropriation pratique d’idées religieuses (le protestantisme), conduisent à accorder crédit aux personnes qui ne font pas partie du cercle familial. Mais la confiance semble aussi toujours être en crise : nous serions en train de vivre une ère de défiance généralisée, qui « détruit inexorablement notre lien social » (Algan, Cahuc et Zylberberg, 2012, p. 11).

Faut-il toutefois se contenter de traiter la méfiance comme une force purement négative et destructrice, ou comme une simple absence de confiance ? Dans ce numéro, nous souhaitons rassembler des travaux qui permettront de l’aborder autrement. De nombreux éléments pointent dans cette direction, dont les plus connus sont sans doute les discours politiques qui, au moins depuis la Révolution, érigent la défiance en vertu civique : plutôt que de tenter de conquérir le pouvoir, il faut avant tout le contrôler, et c’est ainsi que le Club des Cordeliers se présentait comme une « société de défiance et de surveillance » (Rosanvallon, 2006, p. 43).

Cette dimension politique de la défiance, comme posture antagoniste active, doit toutefois être reliée aux modalités personnelles et culturelles de la méfiance, à ses implications stratégiques et à ses
soubassements sociaux. Les mêmes situations concrètes impliquent en effet des expériences subjectives (la méfiance comme « sentiment »), des processus psychologiques, des croyances ou des idéologies, qui sont inséparables des dimensions sociales et institutionnelles de la méfiance.

Nous accueillerons donc des textes issus de l’ensemble des sciences de l’homme et de la société – de l’histoire aux sciences cognitives et de la linguistique à la sociologie politique –, afin de mettre en
évidence la variété des regards sur la méfiance. Nous invitons également les contributeurs à adopter un regard critique sur les aspects souvent peu explorés dans leur propre discipline, voire à établir des ponts entre des approches et des champs hétérogènes. À l’échelle du numéro, nous nous efforcerons de saisir la nature indissociablement psychologique et sociale, culturelle et institutionnelle, micro et macro, des phénomènes de méfiance et de défiance. La distinction que nous faisons dans cet appel – entre la méfiance envers les personnes,les enjeux institutionnels de la défiance politique, et le doute ou le soupçon à l’égard des savoirs – sert principalement à préciser les problématiques et les objets que nous voulons mettre au cœur du numéro : nous souhaitons que ces différentes directions ne soient pas perçues comme des catégories étanches, et invitons les contributeurs à en
franchir les frontières.

Axe 1. Les personnes : méfiance et altérité

La confiance interpersonnelle, que Niklas Luhmann (2006) qualifie de
forme première de la confiance, dépend de l’existence d’une certaine
familiarité entre les différentes parties. La confiance envers les
proches semble aller de soi – car on les connait suffisamment –, et elle
ne constituerait donc un problème intéressant pour les sciences
sociales qu’au-delà du foyer, de la famille ou de la micro-communauté,
lorsqu’il s’agit de savoir si l’on peut se fier à des inconnus ou des
étrangers, par exemple en s’appuyant sur leur réputation ou en cherchant
des informations à leur sujet. C’est une telle équivalence que nous
souhaitons questionner.

Certaines formes de méfiance explicite sont, en effet, le produit de
la familiarité. Les histoires de sorcellerie montrent que « la
principale source du danger réside toujours à l’intérieur de “la
maison” » (Geschiere, 2013, p. 13), dans une longue tradition
d’anthropologie africaniste qui peut faire écho aux recherches des
historiens. Nous proposons d’explorer ici cet objet toujours
potentiellement double de la méfiance – l’inconnu et le mieux connu –,
ainsi que les jeux de tensions qu’il suscite. Les différentes
configurations possibles de la méfiance ont en effet des implications
morales et affectives cruciales : si les proches – autant que les
inconnus – sont susceptibles de faire défaut, que signifie alors
« trahir » la confiance ? Cette question invite immédiatement à
s’interroger sur ce qu’est un proche. Que signifie « connaître » des
personnes ? Un ami est-il une personne à qui l’on peut se fier, envers
qui on a des obligations, ou bien pour qui on ressent certains
sentiments ? Nous accueillerons des contributions qui montreront comment
la méfiance permet de redéfinir les contours et la nature des réseaux
de parenté, des formes d’amitiés (Silver 1990), ou encore des groupes
définis par leur identité ethnique ou religieuse. C’est une question qui
se pose notamment lorsque sont rompues les règles implicites que
suivent les interactions ordinaires, comme le montrent les « breaching
experiments » de Garfinkel (1967). Par ailleurs, lorsque les
interactions sont médiatisées par des artefacts ou de nouvelles
technologies de communication, comment se reconfigurent alors les
rapports entre méfiance et altérité, et la définition même de cette
dernière ?

Ces rapports sociaux ne peuvent en aucun cas être coupés des ressorts
psychologiques ou cognitifs de la méfiance. Ces derniers
s’enracinent-ils dans une tentative permanente de sonder les intentions
et les mobiles d’autrui (Hardin éd., 2004) ? L’universalité et la
précocité d’une « théorie de l’esprit » sont solidement établies,
conduisant à étudier par exemple comment les enfants apprennent à agir
dans un monde où le mensonge est possible (Mascaro et Morin, 2011). Mais
les façons dont on peut parler de l’intériorité psychique des autres et
se la représenter varient fortement selon les cultures, les milieux et
les classes sociales. On trouve ainsi dans certaines écoles de droit
islamique l’idée que les mobiles peuvent se lire directement à partir
des actes (Rosen, 1989). Inversement, les membres de certaines sociétés
mélanésiennes prétendent que l’esprit des autres est complètement
opaque, et interdisent de s’interroger à ce propos (Rumsey et Robbins,
2007). Comment de telles représentations de l’autre interagissent-elles
avec les conceptions et les pratiques de la méfiance ? Et qu’est-ce que
la méfiance, au juste, dans ces contextes où la possibilité de sonder
les autres varie de manière aussi marquée ?

Axe 2. Les institutions : défiance et pouvoirs

La
méfiance peut également s’exercer à l’égard d’institutions – et
inversement être matérialisée dans des dispositifs institutionnels
visant à contrôler les administrés ou les subalternes. Si méfiance et
confiance saturent les discours économiques et politiques, c’est parce
qu’elles mettent en jeu le rapport à un futur toujours incertain, où se
pose la question de la prévisibilité des conduites d’autrui : le
principe même des calculs économiques repose sur l’anticipation, alors
que les démocraties représentatives posent toujours la question du lien
entre la volonté des électeurs et l’action de leurs élus (Bianco, 1994).
Nous appelons donc des contributions étudiant en détail ce que la
méfiance – consubstantielle au caractère imprévisible des relations
sociales – révèle des fonctionnements économiques, politiques et
sociaux.

La méfiance opère notamment entre personnes ou entités de même
statut : c’est celle des partenaires d’échange, notamment qu’il existe
une asymétrie d’information (comme sur les marchés d’occasion, voir
Akerlof, 1970), qui peut conduire les parties à recourir à une
protection institutionnelle ou juridique même lorsqu’elles sont, par
exemple, unies par des liens matrimoniaux (voir par exemple Trivellato,
2009). Elle imprègne les relations internationales, même lorsque les
États coopèrent officiellement, ce qui conduit à externaliser l’exercice
de la méfiance : on en confie la responsabilité à des institutions
particulières, comme les agences de renseignement (Dewerpe, 1994), pour
lesquelles le manquement à la morale ordinaire est une norme
professionnelle.

Mais la méfiance nous semble avoir partie liée avec les relations
verticales et le pouvoir. Dans les relations politiques, le monde du
travail et celui du crédit, ou plus largement dans l’ensemble des
relations contractuelles, que révèlent les stratégies de surveillance et
de contrôle des administrés ou des subalternes sur les rapports de
pouvoir ? Seigneurial, étatique, colonial, totalitaire, ou encore
économique, le pouvoir, dans toutes ses formes historiques et
anthropologiques, n’a de cesse de se méfier de ceux qu’il gouverne –
parce que la force du nombre est une menace permanente.

Inversement la méfiance n’est-elle pas aussi stratégie de protection
des administrés contre l’insécurité, l’arbitraire ou la domination
(Scott, 2008) ? En mettant en avant cette dimension, nous espérons
discuter les discours qui réduisent la méfiance à un état psychologique
ou moral (Guinnane, 2010), et qui invisibilisent ainsi les rapports de
force au sein desquels elle s’insère : l’injonction à la confiance a
bien aussi pour but d’instituer l’obéissance par la foi, la croyance, la
fidélité. La méfiance peut donc se muer en subversion. Refuser la
confiance, dans l’ordre politique ou économique, c’est instituer une
défiance qui est toujours de l’ordre du défi, d’un refus d’adhérer ou de
se soumettre à une injonction (Delalande 2011 ; Bourguinat 2002). Une
telle défiance a pu être valorisée dans certains contextes, comme vertu
civique, même si elle est toujours susceptible de se muer en force
d’inertie, qui empêche plus qu’elle ne permet (Rosanvallon, ibid.).

Nous attendons donc des contributions qui étudieront les diverses
manières dont la méfiance peut nourrir des formes de contrôle, de
résistance ou de rébellion, notamment à partir de cas sociohistoriques
précis, mais aussi – par exemple – de questionnements philosophiques.
Peut-on mettre au jour des logiques invariantes, des évolutions sur le
temps long, ou encore une récurrence de la méfiance dans des périodes de
rupture ? Peut-on même comparer des situations historiques radicalement
hétérogènes ? Que changent la construction de l’Etat, la naissance du
libéralisme politique et économique, ou le développement de l’économie
de marché ?

Axe 3. Les savoirs : scepticisme, doute, soupçon

La science, en tant qu’institution centrale de constitution du
savoir, mérite une attention particulière. Dans l’ordre de la
connaissance, la méfiance semble en effet caractérisée par une
ambivalence fondamentale.

Toute une tradition philosophique occidentale érige le doute radical
en aiguillon de la connaissance, comme sain exercice de la raison
critique. La question de la confiance envers nos perceptions nourrit en
effet des débats qui courent au moins de Platon à la phénoménologie.
Plus spécifiquement, le fait scientifique, en rupture avec le sens
commun, doit être « conquis » par les savants, suivant la formule
célèbre de Bachelard : même lorsque les savoirs populaires guident la
science (comme dans les recherches sur la botanique ou les pharmacopées
indigènes), il est nécessaire de s’en méfier – et un geste analogue est
souvent placé au fondement des sciences sociales, qu’il s’agisse de
« rompre avec les prénotions » chez Durkheim, ou de la qualification par
Elias du sociologue comme « chasseur de mythes ». Cette volonté de mise
à distance des savoirs populaires, qui se consolide en Europe aux xviie-xviiie
siècles, participe à la légitimation des savoirs comme sciences. Quels
sont les ressorts de cette méfiance progressive vis-à-vis des savoirs
populaires ? Si elle crée des étanchéités, exclut-elle pour autant toute
forme de circulation ? Quelles sont les évolutions marquantes qui
caractérisent ces phénomènes ? Cet intérêt pour la distinction et la
hiérarchisation de différents types de savoirs peut aussi faire écho aux
recherches menées en linguistique sur la modalité épistémique et les
marqueurs évidentiels, qui permettent aux locuteurs d’exprimer leurs
certitudes, leurs suppositions, ou leurs doutes quant à ce qu’ils ou
elles énoncent.

Mais dans le même temps, et c’est là la seconde facette, le doute
peut aussi s’exercer à l’égard de la science comme institution coupée du
reste du monde social, économique et politique. Cette dimension
affleure dans la parabole avec laquelle s’ouvre l’ouvrage de Bruno
Latour (2012). Un industriel demande à un climatologue : « Mais pourquoi
faudrait-il vous croire, vous plus que les autres ? » Et le
climatologue de répondre : « Si l’on n’a pas confiance dans
l’institution scientifique, c’est très grave. » La méfiance envers un
savoir institué relève bien de la méfiance envers l’institution qui lui
donne son imprimatur et qui l’autorise : le scepticisme qui
fonde le projet scientifique moderne prend maintenant pour cible la
science elle-même. On peut aussi y lire la question des rapports de
force qui opposent intérêts économiques et intérêts scientifiques, et
surtout la relation ambiguë de la société civile au savoir des
« experts » (Callon, Lascoumes et Barthe, 2001). Ces derniers sont des
professionnels du doute, mais ils en sont désormais l’objet, et on peut à
la fois valoriser ce phénomène comme une démocratisation de la critique
(qui ne délègue plus aveuglément la compétence de savoir et de juger),
et le voir comme une tendance nihiliste qui détruit la possibilité de
solidifier une vérité commune.

Quel est le rapport entre doute, scepticisme, méfiance et soupçon ?
Peut-on simplement opposer la méfiance et la défiance en traitant la
seconde comme une « précaution » raisonnable, comme le fait Littré ?
Quand passe-t-on par exemple de la rupture avec les prénotions à la
“sociologie du soupçon” (Heinich, 2009) ? Si l’on ne peut se satisfaire
d’une opposition a priori entre, par exemple, les « vrais
complots » et les « complots imaginaires » (Boltanski, 2012, p. 280),
qu’est-ce qui différencie le scepticisme du scientifique de la méfiance
paranoïaque du conspirationniste ? Dans les deux cas, il s’agit en effet
de la remise en question des vérités établies, d’un rejet des
explications mystificatrices et d’une tentative de rendre compte d’un
système dans sa globalité (voir West et Sanders, 2003). Nous espérons
recevoir des contributions qui exploreront dans quelle mesure il s’agit
de logiques fondamentalement différentes, ou au contraire d’une
définition avant tout contextuelle du caractère normal ou pathologique
du doute et de la méfiance.

Une caractéristique des travaux sur la méfiance est la circulation
des concepts ou des schèmes entre différents domaines, qui reste parfois
implicite, par exemple entre la psychiatrie et la science politique qui
s’intéressent à la paranoïa, entre la littérature d’espionnage et la
sociologie qui dévoile des vérités cachées (Boltanski, 2012). De manière
similaire, nous souhaitons rappeler que la méfiance envers les savoirs
est intrinsèquement liée à celle qui s’exerce à l’égard de personnes et
d’institutions : si une telle distinction nous a permis d’évoquer – sans
exhaustivité – certaines questions cruciales, nous souhaitons avant
tout encourager les décloisonnements thématiques et disciplinaires.

Bibliographie

Aghion Philippe, Algan Yann, Cahuc Pierre et Shleifer Andrei, 2010, « Regulation and distrust », The Quarterly Journal of Economics, vol. 125, n° 3, p. 1015-1049.

Akerlof George, 1970, « The market for “lemons” : quality uncertainty and the market mechanism », The Quarterly Journal of Economics, vol. 84, n° 3, p. 488-500.

Algan Yann, Cahuc Pierre et Zylberberg André, 2012, La fabrique de la défiance, Paris, Albin Michel.

Bianco William, 1994, Trust : Representatives and Constituents, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Boltanski Luc, 2012, Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes, Paris, Gallimard.

Bourguinat Nicolas 2002, Les Grains du désordre. L’État face aux violences frumentaires dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS.

Callon Michel, Lascoumes Pierre et Barthe Yannick, 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil.

Delalande Nicolas, 2011, Les batailles de l’impôt. Consentement et résistances de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil.

Dewerpe Alain, 1994. Espion. Une anthropologie historique du secret d’État contemporain, Paris, Gallimard.

Dunn John, 1994, « Trust and political agency », in Trust. Making and Breaking Cooperative Relations, Diego Gambetta éd., Oxford – New York, Basil Blackwell, p. 73-93.

Garfinkel Harold, 1967, Studies in Ethnomethodology, Englewoods Cliffs, Prentice-Hall.

Gescheire Peter, 2013, Witchcraft, Intimacy, and Trust. Africa in Comparison, Chicago, The Universtiy of Chicago Press.

Grice Paul, 1975, « Logic and conversation », Syntax and semantics, t. 3, Speech Acts, P. Colet et J.L. Morgan éd., New York, Academic Press, p. 41-58.

Guinnane TW, 2010, « Les économistes, le crédit et la confiance », Genèses, vol. 79, n° 2, p. 6-25.

Hardin Russel éd., 2004, Distrust, New York, Russell Sage Foundation.

Heinich Nathalie, 2009, Le bêtisier du sociologue, Paris, Klincksieck.

Latour Bruno, 2012, Enquête sur les modes d’existence, Paris, La Découverte.

Mascaro Olivier et Morin Olivier, 2011, « L’éveil du mensonge », Terrain, n° 57, p. 20-35.

Rosanvallon Pierre, 2006, La contre démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Le Seuil.

Rosen Lawrence, 1989, The Anthropology of Justice. Law as Culture in Islamic Society, Cambridge, Cambridge University Press.

Rumsey Alan et Robbins Joel éd., 2007, dossier « The opacity of other minds », Anthropological Quarterly, vol. 80, n° 4.

Scott James 2008, La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam.

Silver Allan, 1990, « Friendship in commercial society : eighteenth-century social theory and modern sociology », American Journal of Sociology, vol. 95, n° 6, p. 1474-1504.

Trivellato Francesca, 2009, The Familiarity of Strangers. The Sephardic Diaspora, Livorno, and Cross-Cultural Trade in the Early Modern Period, New Haven, Yale University Press.

West Harry G. et Sanders Todd éd., 2003, Transparency and Conspiracy, Durham, Duke University Press.

Modalités de soumission

L’appel à contribution a valeur de cadrage et permet la sélection des
contributions en fonction de leur pertinence par rapport au thème et
aux enjeux du numéro. Il a, en outre, vocation à suggérer aux rédacteurs
potentiels quelques pistes générales de réflexion, et à leur rappeler
que la revue Tracés attend un propos analytique et argumenté.

Articles

Les articles représentent des contributions originales à la
recherche, qui suivent les normes habituelles de la production
scientifique. Ils doivent tous se positionner par rapport à l’appel à
contributions.

Différents types d’approches sont possibles, permettant de
diversifier la manière d’aborder la thématique : nous accueillons tant
des articles à vocation essentiellement théorique, que des contributions
fondées sur des recherches empiriques, où les enjeux méthodologiques
seront précisés et discutés.

Tracés étant une revue interdisciplinaire, les articles
doivent pouvoir être envisagés cette perspective : ils doivent être
compréhensibles et pertinents pour des lecteurs non spécialistes ; ils
peuvent également faire appel à des méthodes et des références de
plusieurs disciplines, ou interroger les présupposés ou les outils
empiriques et théoriques d’une discipline à partir du point de vue d’une
autre discipline.

Les articles soumis ne peuvent excéder 45 000 signes (espaces, notes, et bibliographie incluses).

Notes

Nous publions des notes critiques qui présentent un ensemble de
travaux (éventuellement un ouvrage en particulier), une controverse
scientifique, ou l’état d’une question actuelle. Elles doivent dans tous
les cas se rattacher explicitement à la thématique du numéro et
permettre d’éclairer des orientations de recherche ou des débats
inhérents à cette dernière, notamment pour des lecteurs non spécialistes
des disciplines concernées.

Les notes soumises ne peuvent excéder 30 000 signes (espaces, notes, et bibliographie incluses).

Entretiens

Des entretiens avec des chercheurs ou d’autres experts des questions
étudiées sont également publiés dans chaque numéro. Les contributeurs
qui souhaiteraient en réaliser sont invités à prendre contact
directement avec le comité de rédaction (redactraces (a) ens-lyon.fr).

Traductions

Les traductions sont l’occasion de mettre à la disposition du public
des textes peu ou pas connus en France et qui constituent un apport
capital à la question traitée. Il doit s’agir d’une traduction
originale. Le choix du texte devra se faire en accord avec le comité de
rédaction et les questions de droits devront être réglées en amont de la
publication.

Il est donc demandé aux contributeurs de bien préciser pour quelle
rubrique l’article est proposé. La soumission d’articles en anglais est
également possible, mais si l’article venait à être retenu pour la
publication, sa traduction nécessaire en français demeure à la charge de
l’auteur.

Procédure

Les rédacteurs devront envoyer leur contribution avant le 15 janvier 2016 à l’adresse suivante : redactraces (a) ens-lyon.fr

Les rédacteurs doivent informer préalablement le comité de rédaction de Tracés (redactraces (a) ens-lyon.fr) et/ou les coordinateurs du numéro, Olivier Allard (oli.allard (a) cantab.net), Matthew Carey (matthew.carey (a) anthro.ku.dk) et Rachel Renault
(renaultrachel (a) yahoo.fr), de leur projet par courrier électronique
en indiquant le titre de leur contribution, la rubrique dans laquelle
ils le proposent, ainsi qu’un bref résumé du propos.

Chaque article est lu est par un membre du comité de rédaction et par
deux évaluateurs extérieurs. Nous maintenons l’anonymat des lecteurs et
des auteurs. A l’aide de ces rapports de lecture, les coordinateurs du
numéro rendent un avis sur la publication et décident des modifications à
demander aux auteurs afin de pouvoir publier l’article.

Dans le cas de propositions trop éloignées de l’appel à contribution
ou des exigences scientifiques de la revue, les coordinateurs se
réservent le droit, en accord avec le comité de rédaction, de rendre un
avis négatif sur la publication sans faire appel à une évaluation
extérieure. Hormis ces exceptions, une réponse motivée et argumentée est
transmise aux auteurs suite à la délibération du comité de lecture.

Nous demandons aux contributeurs de tenir compte des recommandations en matière de présentation indiquées sur la page suivante de notre site : http://ift.tt/1CReDXv

Les articles envoyés à la revue Tracés doivent être des articles
originaux. L’auteur s’engage à réserver l’exclusivité de sa proposition
à Tracés jusqu’à ce que l’avis du comité de lecture soit rendu. Il
s’engage également à ne pas retirer son article une fois que la
publication a été acceptée et que l’article a été retravaillé en
fonction des commentaires des lecteurs.

NB : L’insertion d’images et de supports iconographiques est possible
dans un nombre limité (Précisez-le dans votre déclaration d’intention).

Christelle Rabier_______________________

maîtresse de conférences en sciences sociales, Ehess

Histoire de la médicalisation européenne, 14e-19e siècles

Labex CAP / Lancement du concours post-doc 2015

Je me permets de signaler cet appel à candidatures qui pourrait au moins en partie concerner l’histoire économique (« patrimoine »)

Bien cordialement

Cecilia D’Ercole

Appel à candidatures / Six à huit contrats post-doctoraux
sont ouverts au concours 2015-2016

Date limite : le 2 septembre 2015

Le Laboratoire d’excellence « Création, Arts, Patrimoines » (Labex
CAP), annonce le recrutement par voie de concours de six à huit
chercheuses / chercheurs de niveau post-doctoral pour une période
d’un an.
L’hypothèse méthodologique du Labex CAP consiste à rapprocher, par
des travaux de recherche communs, les équipes universitaires et
les équipes des institutions conservant, divulguant et exposant
des collections et des fonds patrimoniaux. Dans ce contexte de
décloisonnement institutionnel et disciplinaire, les corpus
choisis et les objets de recherche concernent les interactions
entre création et patrimoines.
Le jury pluridisciplinaire, composé des membres du Conseil et du
Bureau du Labex, sélectionnera les six à huit projets de recherche
les plus pertinents et originaux, proposant des définitions
scientifiques nouvelles dans le cadre d’un appel
thématique.
En effet, quatre plateformes à projet seront mises en
place par le Labex CAP dès la rentrée 2015 :

Plateforme 1 : Création,
patrimoine et politique
Mots clés : dominations, conflits, destruction,
reconstructions, transferts, champs et contre-champs, émotions
patrimoniales, valeurs

Plateforme 2 : Représentations,
transmission. Séries, copies, multiples
Mots clés : arts performés, enregistrements ; tirages,
moulages, authenticité ; modèle économique de la copie

Plateforme 3 : Numérique, art et
archives : collaboration, outils et partage
Mots clés : création et archives numériques d’architecture, de
cinéma, de littérature ; valeurs des sources : œuvres et
archives d’artistes

Plateforme 4 : Exposition et
création : pratiques sociales et expériences du musée
Mots clés : instruments, récits, scénarios ; éclatement des
frontières du musée ; réalité augmentée

Conditions d’admission
→ Thèse soutenue après le 01/09/2010.Calendrier de recrutement
→ Date de lancement du concours : le 2 juillet 2015
→ Date de clôture du dépôt des candidatures : le 2 septembre
2015
→ Phase d’admissibilité : le 5 octobre 2015
→ Phase d’admission (auditions) : le 19 octobre 2015Durée du recrutement et date de prise de fonction
→ Les contrats proposés sont d’une durée d’un an
→ La prise de fonction s’effectuera à partir du 2 novembre 2015Dossier de candidature
Le dossier de candidature complet devra être envoyé au plus tard
le 3 septembre 2015 à 16h00 à l’adresse suivante : labex.creations.patrimoines@gmail.com
Afin de simplifier la procédure de réception et de traitement des
dossiers, veuillez envoyer l’ensemble des pièces relatives à votre
candidature au format PDF (Nom_Prénom.pdf). Veillez à optimiser la
taille et la résolution de vos fichiers. Si cela est possible, il
serait préférable que l’ensemble de votre dossier de candidature
n’excède pas 5 Mo et, au maximum, 10 Mo.
Le dossier comprend :
→ le projet de recherche : titre (explicite), nom de la plateforme
à projet choisie, unité d’accueil principal et unité d’accueil
secondaire (un laboratoire ou un département de musée), les deux
sont membres du Labex CAP (liste des partenaires ci-jointe),
présentation du projet rédigé en langue française (10 000 signes
maximum)
→ un curriculum vitae et une liste des publications
→ le diplôme de doctorat
→ le rapport de soutenance (si la thèse est soutenue en France)
→ une lettre de motivation
→ une publication significative (PDF)
→ deux lettres de recommandation au moins rédigées par des
chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de
la création
NB : Chaque dossier est évalué par deux experts extérieurs du
Conseil et du bureau du Labex. Le Conseil et le bureau siègent en
jury lors des phases d’admissibilité et d’admission.Obligations de services et participation aux travaux du
laboratoire
En plus du projet de recherche sur lequel ils auront été
sélectionnés, les chercheurs prendront part aux activités du
Labex. A concurrence de deux/cinquièmes de leur temps de travail,
ils contribueront notamment à l’organisation et à la réalisation
des actions de valorisations telles que ateliers, rencontres,
journées d’études, et à l’enrichissement des supports de
communication (site web, plaquettes ou documents de présentation)
ainsi qu’à la vie du laboratoire / du département d’accueil. Ils
organiseront ensemble le séminaire post-doctoral du Labex CAP.
Les post-doctorants exerceront leur fonction conformément à la charte

européenne du chercheur.Résultats attendus
–    le candidat s’engage à rendre une étude de 40 pages (60 000
signes espaces compris) portant sur son sujet de recherche à la
fin du contrat. Cette étude sera publiée dans les « Cahiers du CAP
», revue du Labex (Publications de la Sorbonne, Paris).
–    le candidat organise, prend part et suit les séances de
séminaire post-doctoral du Labex afin de présenter et de discuter
collectivement son travail.Rémunération
Les recrutements se font sous la forme d’un contrat à durée
déterminée à temps plein. Le candidat percevra une rémunération
forfaitaire mensuelle brute exclusive de toute rémunération
accessoire sur la base d’un temps plein d’un montant de 2361.45
euros.Critères de sélection
Les contrats proposés s’adressent à de jeunes chercheurs. Les
candidats doivent être titulaires d’un diplôme de doctorat et
pouvoir se prévaloir de premières réalisations dans le domaine de
la recherche.
Les critères pris en compte par le comité de sélection sont :
→ La qualité scientifique du projet, son originalité, son
adéquation avec les thèmes proposés cette année
→ Le profil et les aptitudes du candidat (compétences
scientifiques, expériences dans le domaine de la recherche,
publications)
→ Le caractère international des recherches (séjours d’étude,
publications, compétences linguistiques)
→ La pertinence des rattachements demandésContacts
Jeanne-Marie Portevin,  Gestionnaire du Labex CAP : labex.creations.patrimoines@gmail.com
Zinaïda Polimenova, Chargée de pilotage du Labex CAP : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr

« Les crises de la dette publique » : appel à communications

« Les crises de la dette publique »

Séminaire d’histoire économique et financière pour la période allant du 18e au 20e siècle organisé par l’IGPDE (Institut de la gestion publique et du développement économique) du 13 octobre 2015 au 14 juin 2016. Ce séminaire se veut une suite donnée à l’ouvrage La dette publique dans l’histoire publié en 2006.

Appel à communications

Résumé

Considérant l’acuité prise depuis quelques années par le phénomène économique de la crise des dettes publiques, le bureau de la Recherche de l’IGPDE se propose de réunir une série de communications relative à la question suivante : « Comment entre-t-on dans une crise de la dette publique et comment en sortir ? ». L’objectif est d’obtenir une couverture internationale aussi large que possible qui rende possibles les comparaisons entre les différentes expériences historiques et facilite l’analyse des modes de diffusions ainsi que la mise en évidence des modalités de transferts des processus de surendettement et de désendettement des Etats.

Argumentaire

1) Comment entre-t-on dans une crise de la dette publique ?

Le niveau actuel de la dette n’est pas inédit, loin de là. Classiquement « fille de la guerre », la dette publique a cru sous l’action toujours plus importante de cet État d’un nouveau type, l’Etat-Providence, qui apparaît à la fin du 19e siècle, est déjà très présent dans l’entre-deux-guerres et prend, à partir de 1945, une place considérable dans nos sociétés.

Plus généralement se pose la question de la typologie des crises de la dette publique :

– la définition de la notion de « crise de la dette » ne va pas de soi ; ainsi, quand passe-t-on du surendettement à la crise de la dette ?

– le périmètre et la mesure de la dette publique ont évolué, ce d’autant que la période étudiée s’étend sur deux siècles. Comment les crises de la dette ont-elles pu changer de nature et d’échelle ?

2) Comment sortir d’une crise de la dette publique ?

Deux remarques iconoclastes pour introduire les problématiques suivantes relatives à la réduction voire au règlement de la crise de dette :

– l’acharnement d’aujourd’hui à vouloir payer ses dettes, est-il une nouveauté ou connait-il de nombreux précédents ?

– comment expliquer qu’au cours de l’histoire, les créanciers sans cesse spoliés n’ont jamais hésité à revenir vers les emprunts d’État dès qu’une occasion se présentait ?

 

Quelques pistes indicatives, non exclusives d’autres propositions :

– Les origines des crises de dette

Quelle est la chronologie des crises de dette publique au sein des crises financières?

Les liens de causalité entre une crise monétaire, une crise bancaire, une crise de dette privée ou plus généralement une crise économique sont-ils univoques ? Quelle relation entre la dette privée et la dette publique ?

– L’aspect géographique ou spatial du phénomène de crise de dette publique doit être interrogé selon la crise de dette considérée : est-elle nationale, régionale ou mondiale ? Cette question amène aussi à réfléchir sur les phénomènes de contagion. La perception des crises de la dette est-elle instantanée ou bien est-elle analysée a posteriori ?

– La gestion de la crise

Qui sont les détenteurs de la dette ? Quelles sont les parties prenantes à la négociation de la dette ?

– Les conséquences de la crise

Quels effets sur le plan économique, sur le plan social, voire politique et culturel ? Le droit, interne ou international a-t-il évolué, sous l’effet des crises de dette publique ? Une jurisprudence sur ces questions financières existe-t-elle, peut-on en retracer l’histoire ?

 

Ce n’est donc pas la problématique de la gestion de la dette publique qui sera l’objet de ce séminaire, mais celle de ces épisodes particuliers que l’on peut qualifier de moments de « crises de la dette publique ».

Un résumé des communications données dans le cadre de la première année du séminaire « Les crises de la dette publique du 18e au 20e siècle » est disponible ici.

Les communications proposées porteront sur une thématique dans le domaine d’expertise de l’intervenant ; une capacité à dépasser les particularités de l’analyse pour aller vers des considérations de portée plus générale sera appréciée.

 

Modalités de soumission et d’évaluation

Cet appel s’adresse aux chercheurs confirmés ou aux jeunes chercheurs (post-doctorants, doctorants en fin de thèse) dans une perspective pluridisciplinaire. Les interventions sont prévues pour une durée de 45 à 50 minutes.

La sélection des contributions au séminaire s’effectue en deux temps. Au cours d’une première phase, les propositions reçues (autour de 6 000 signes) sont examinées par le comité scientifique.

Les auteurs dont les interventions sont acceptées soumettent dans un deuxième temps une communication complète (autour de 50 000 signes). Seules les contributions inédites seront retenues. Elles pourront donner lieu à publication, avec l’aval du Comité scientifique, dans les actes du séminaire « Les crises de la dette publique ».

Les propositions et communications seront envoyées à : Boris.Hazoume@finances.gouv.fr

 

Calendrier

15 septembre 2015 : date limite d’envoi des propositions

30 septembre 2015 : réponse aux intervenants après la première sélection sur résumé

30 novembre 2015 : date limite de réception des interventions

 

Comité scientifique :

Gérard Béaur, CNRS/EHESS

Pierre-Cyrille Hautcoeur, EHESS

Boris Hazoumé, IGPDE

Jean Heffer, EHESS

Tim Le Goff, Université York, Toronto

Michel Margairaz, Université Paris-I- Panthéon-Sorbonne, IDHE-CNRS

Philippe Mazuel, IGPDE

Laure Quennouëlle, CNRS