Tous les articles par Guillaume Daudin

l’histoire de la publicité graphique au Mexique aux XIXe et XXe Siècles

Pour information, l’université de Mexico organise un colloque sur

l’histoire de la publicité graphique au Mexique aux XIXe et XXe Siècles

du 22 au 23 novembre prochain.

Le texte de présentation :

PRESENTACIÓN

La publicidad constituye una de las herramientas visuales más
poderosas para acercar a los individuos y las colectividades con el
mundo del consumo. Es un espacio en el que se entrecruzan disciplinas
como el diseño, la mercadotecnia, el arte, la psicología, la economía,
la sociología o la historia, entre muchas otras. Es también lugar de
construcción de representaciones, subjetividades y estereotipos tanto
de sujetos, grupos y espacios. La publicidad se erige como una fuente
de enorme riqueza no sólo para reconstruir contextos históricos del
pasado sino también para analizar mundos emocionales, tendencias
artísticas y estéticas, representaciones, ideologías. El objetivo de
este coloquio es crear un espacio en el que a partir de un encuentro
de estudiosos de diversas disciplinas logren reconstruirse diversos
sitios, discusiones y temáticas en torno a un tema que con frecuencia
ha sido marginado de los estudios académicos en México: la historia de
la publicidad gráfica impresa.

Algunas de las temáticas que se analizarán en este coloquio son:
publicidad gráfica en prensa, carteles, volantes, espacios
publicitarios; estrategias comerciales, alianzas, promociones,
regalos, ediciones especiales, patrocinios; publicistas, diseñadores,
artistas, dibujantes, empresas; públicos de la publicidad: hombres,
mujeres, niños, etnias, extranjeros, docentes y estudiantes; historia
de marcas, productos y servicios extintos a través de la publicidad,
estilos gráficos y artísticos, discursos y estereotipos.

Cordialement,


Cédric Perrin
IDHE – Paris Ouest Nanterre
chargé de mission auprès de l’AFHE
http://afhe.ehess.fr/document.php?id=1687

Politique monétaire et politique du crédit en France pendant les Trente Glorieuses, 1945-1973.

j’ai le plaisir de vous convier à la soutenance de ma thèse intitulée

Politique monétaire et politique du crédit en France pendant les Trente Glorieuses, 1945-1973.
Mercredi 19 septembre 2012 à 14h
Grande salle  – Campus Jourdan
  École Normale Supérieure
48 boulevard Jourdan
Paris 14e
Jury :
Antoine d’Autume – Professeur à l’Université Paris 1, École d’économie de Paris
Michael Bordo – Professeur à l’Université Rutgers,  NBER  (Rapporteur)
Pierre-Cyrille Hautcoeur – Directeur d’études à l’EHESS, École d’économie de Paris  (Directeur de thèse)
Benoît Mojon – Directeur des Études monétaires et financières, Banque de France (Rapporteur)
Romain Rancière – Professeur à l’École d’économie de Paris
Mary O’Sullivan – Professeure à l’Université de Genève
Gilles Saint-Paul – Professeur à l’École d’économie de Toulouse
Un pot de thèse suivra la soutenance.Le fichier pdf de la thèse est disponible avant la soutenance sur simple demande.

Bien à vous
Eric

 

PS de la rédaction  : Voici le texte de la thèse : https://sites.google.com/site/ericmonnet/these

Éric Monnet

Paris School of Economics


Ph. D. student. 

Campus Jourdan – 48 Boulevard Jourdan 75014 Paris

Building A, 1st floor, office A107

Phone +33(0)1 43 13 63 26

monnet@pse.ens.fr

http://www.parisschoolofeconomics.eu/en/monnet-eric/

 

 

Travail en famille, travail non rémunéré en Europe (XVe-XXIe siècle)

Chères/chers collègues

 

J’ai le plaisir de vous présenter le programme de  la deuxième journée internationale d’études du projet « Travail en famille travail, non rémunéré » qui aura lieu à Rouen le 5 octobre 2012

Elle portera en particulier sur le travail des conjoints et des apprentis au sein des activités productives familiales.

Pour tout renseignement complémentaire  : Anna Bellavitis (anna.bellavitis@univ-rouen.fr) ou Manuela Martini (manuela.martini@univ-paris-diderot.fr)

Très cordialement

 

Manuela Martini

 

***

Manuela Martini

Maître de conférences en histoire contemporaine

Université Paris Diderot-Paris 7

manuela.martini@univ-paris-diderot.fr

 

 

École Française de Rome, GRHIS-Université de Rouen, ICT-Université Paris Diderot

Avec la collaboration de l’Università di Urbino et de la Casa de Velázquez

Travail en famille, travail non rémunéré en Europe

(XVe-XXIe siècle)

2eJournée d’études internationale

5 octobre 2012 – Université de Rouen

Programme

9h30 Introduction. Anna Bellavitis (Université de Rouen-GRHIS)  et Manuela Martini (Université Paris Diderot-ICT)

 

Matin: Le travail des conjoints dans l’entreprise familiale

Modératrice : Anna Bellavitis

-10h00-Ariadne Schmidt (Leiden University): The profits of unpaid work. Assisting labour of women in the early modern urban economy in the Dutch Republic.

-10h30-Jane Whittle (University of Exeter) : Evidence of married women’s production activities in rural England 1550-1700

 

Discussant: Claire Lemercier (CNRS-CSO Sciences Po, Paris)

 

-12h00-Céline Bessière (Université Paris-Dauphine) : Le genre dans les entreprises familiales viticoles de Cognac : la place problématique du conjoint.

-12h30 – Francesca Cesaroni (Università di Urbino): The role of “invisible” women in the Italian family business

 

13h00-Discussant : Raffaella Sarti (Università di Urbino)

 

Après-midi : Familles, apprentissages et domesticité

Modératrice : Manuela Martini

 

-15h00-Fabia Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : Esclaves et pourtant apprentis… (Barcelone-XIVe-XVe siècles)

-15h30- Francisco García González (Albacete-Universidad de Castilla-La Mancha) : Criados y sirvientes: entre el aprendizaje y la dependencia en la España del Antiguo Régimen

 

16h30 – Discussants : Sibylle Gollac (ENS, Centre M. Halbwachs, Paris) ;

 

Conclusions : Philippe Minard (Université Paris 8-EHESS)

 

Colloque « Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge »

Cette liste est un service offert par l’Association Française d’Histoire Économique (AFHE).

***************************************************************************************************************

Chers collègues,

merci de prendre connaissance du colloque « Classer, dire, compter.
Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen
Âge » qui se tiendra à Parsi (AN Pierrefitte et Cour des Comptes) les 10 et
11 octobre prochains

Mercredi 10 octobre
9 h 00 Accueil des participants
9 h 20 Agnès Magnien, directrice des Archives nationales, et Bruno
Galland, directeur des publics des Archives nationales Ouverture du
colloque
9 h 40 Olivier Mattéoni, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Introduction
Forme, organisation et ordonnancement des comptabilités
Président de séance : Bruno Galland, directeur des publics des Archives
nationales
10 h 00 Patrice Beck, Université Charles-de-Gaulle-Lille 3 Rapport de
synthèse
10 h 25 Elisabeth Lalou, Université de Rouen Les brouillons sur tablettes
de cire de la royauté française : une conservation paradoxale
10 h 50 Matthieu Leguil, Université de Franche-Comté « Faire et ordonner
ses comptes » dans les États bourguignons méridionaux aux XIVe et XVe
siècles : uniformité ou diversité des comptabilités duchoises et comtoises
?
11 h 15 Discussion et pause
Président de séance : Olivier Guyotjeannin, professeur à l’École nationale
des chartes
11 h 50 Christine Jéhanno, Université du Littoral L’écriture comptable à
la lumière de l’ornementation : le décor des comptes à la fin du Moyen Âge
12 h 15 Harmony Dewez, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Une simplicité
trompeuse : le compte manorial monastique (Angleterre, XIIIe siècle)
12 h 40 Discussion
13 h 00 Fin de la 1re session
13 h 00 Déjeuner-buffet sur place
Mathématiques et pratiques : des savoirs aux savoir-faire comptables
Président de séance : Laurent Feller, professeur à l’Université Paris 1
Panthéon-Sorbonne,
14 h 15 Stéphane Lamassé, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Rapport de
synthèse
14 h 40 Philippe Bernardi, Lamop-UMR 8589 L’enregistrement des dépenses
pontificales : calculs etpratiques comptables à Avignon au XIVe siècle
15 h 05 Marc Boone, Université de Gand L’influence des pratiques et
savoir-faire « étatiques » dans les comptes des villes flamandes et des
principautés des anciens Pays-Bas
15 h 30 Discussion et pause
Président de séance : Frédéric Martin, professeur à l’Université de Nantes
16 h 10 Darwin Smith, Lamop-UMR 8589 La gestion comptable et
entrepreunariale de maestro Antonio Alabanti, prieur de la Santissima
Annunziata de Florence (1477-1485)
16 h 35 Marc Bompaire, EPHE, et Emilie Lebailly, conservateur du château
de Maintenon Monnaies de compte et monnaies réelles dans les comptabilités
médiévales : l’exemple du registre du connétable d’Eu (1311-1349)
17 h 00 Discussion
17 h 20 Fin de la 2e session

Jeudi 11 octobre
9 h 00 Accueil des participants à la Grand’Chambre
9 h 15 Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes Accueil
Compter et « conter » : mots et discours des comptes
Président de séance : Albert Rigaudière, professeur émérite à l’Université
Paris 2 Panthéon-Assas, membre de l’Institut
9 h 30 Olivier Mattéoni, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Rapport de
synthèse
9 h 55 Denis Menjot, Université Lumière-Lyon 2 Le vocabulaire fi scal dans
les comptes urbains des couronnes de Castille et d’Aragon à la fin du
Moyen Âge
10 h 20 Florent Garnier, Université d’Auvergne Expression du droit dans
les comptabilités des villes du Midi de la France au Moyen Âge
10 h 45 Discussion et pause
Présidente de séance : Claude Gauvard, professeur émérite à l’Université
Paris 1 Panthéon-Sorbonne
11 h 25 Daniel Russo, Université de Bourgogne Des choses et des mots. Le
vocabulaire de la matière pour désigner les objets d’art à la cour de
Bourgogne
11 h 50 Marie-Laure Legay, Université Charles-de-Gaulle-Lille 3 Les mots
de la comptabilité et la naissance d’un savoir d’État (époque moderne)
12 h 15 Discussion
12 h 40 Fin de la 3e session
Regards extérieurs et d’aujourd’hui
Président de séance : Jean-François Bénard, procureur général honoraire
près la Cour des comptes
14 h 30 Grégory Chambon, Université de Bretagne occidentale Pratiques
comptables dans le palais de Mari au Proche-Orient ancien (début du IIe
millénaire av. J.-C.)
14 h 55 Eric Vallet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne La comptabilité
d’État en pays d’Islam (IXe-XVe siècle) : normes et formes
15 h 20 Matthieu de Oliveira, Université Charles-de-Gaulle-Lille 3
Comptabilité privée et comptabilité publique aux XIXe-XXe siècles : formes
et normes
15 h 45 Discussion et pause
16 h 30 Fin de la 4e session
16 h 30 Table ronde conclusive, sous la présidence de Christian
Descheemaeker, président de chambre à la Cour, président du Comité
d’histoire de la Cour des comptes, avec Didier Bensadon, maître de
conférences en sciences de gestion, Université Paris-Dauphine,
Vincent Feller, avocat général près la Cour des comptes, Sébastien Kott,
maître de conférences en droit public, Université Paris-Ouest Nanterre-La
Défense, Yannick Lemarchand, professeur de sciences de gestion, Université
de Nantes, Bernard Zuber, conseiller maître honoraire à la Cour des
comptes.
17 h 30 Mylène Orange-Louboutin, directrice générale de l’Institut de la
Gestion publique et du Développement économique Clôture

Matthieu DE OLIVEIRA
Maître de conférences en histoire contemporaine
Resp. du Master « Monde du travail et Archivistique »
Université de Lille 3 – UMR 8529 IRHiS
http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/5DeOliveira.html

PROGRAMME Colloque norme comptable, 10-11 octobre

 

formulaire d’invitation colloque

JOURNEE D’ETUDES PRETER CE QUE L’ON VEND, EMPRUNTER CE QUE L’ON ACHETE LE CREDIT INTER-ENTREPRISES EN FRANCE EN PERSPECTIVE HISTORIQUE (18e-20e siècles)

Madame, Monsieur

J’ai le plaisir de vous informer de la Journée d’Études organisée à
l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense le 24 octobre sur le crédit
inter-entreprises 18e-20e siècles (programme en document joint).

Vous y êtes cordialement invités.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma
considération distinguée.

Michel LESCURE

JOURNEE D’ETUDES
PRETER CE QUE L’ON VEND, EMPRUNTER CE QUE L’ON ACHETE LE CREDIT INTER-ENTREPRISES EN FRANCE EN PERSPECTIVE HISTORIQUE (18e-20e siècles)
24 octobre 2012
UNIVERSITE DE PARIS OUEST NANTERRE LA DEFENSE (salle G 614)

Organisée par Michel Lescure, avec le soutien de l’IDHE-Nanterre, l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense et la Société Générale.

Comité scientifique : Natacha Coquery (Université de Lyon 2, LAHRHA), Laurence Fontaine (CNRS, CRH), Michel Boutillier (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, Economix), Pierre-Cyrille Hautcoeur (EHESS, PSE)

Programme
9h-10h50
Président : Laurence Fontaine (CNRS, CRH)
Introduction : Michel Lescure (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHE), « Le crédit inter-entreprises »
Maud Villeret (Université de Nantes, CRHIA): « L’usage du crédit dans l’industrie française au XVIIIe siècle : l’exemple des raffineries de sucre »
Marie Agnes Dequidt : « Le crédit inter-firmes dans l’horlogerie parisienne au XVIIIe siècle »
Commentaires (Nadine Levratto, CNRS, Economix) et discussion

11H-13h
Président : Natacha Coquery (Université Lyon 2, LAHRHA)
Yannick Lemarchand (Université de Nantes, LEMNA-EA 4272), « Comptabilité et crédit commercial au XVIIIe siècle : le cas de la maison Chaurand ».
Viera Rebolledo-Dhuin (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), « Du crédit-fournisseur à la banque : la circulation du papier de la maison Ledoux au XIXe siècle».
Pierre-Antoine Desaux (Université de Tours), « Le crédit inter-entreprises dans l’industrie des pâtes alimentaires »
Commentaires (Michel Boutillier, Université de Paris Ouest, Economix) et discussion

13h-14H Pause (déjeuner-buffet)

14H-16H
Président : Claire Lemercier (CNRS, CSO)
Jean-Luc Mastin (IRISS), « La mutualité du crédit des « grandes familles » du Nord, au cœur du système financier régional au XIXe siècle ».
Jean-Claude Daumas (Université de Franche-Comté, Laboratoire des Sciences Historiques), « Du crédit à l’association : le cas de Blin et Blin (1872-1975) »
Jean-Marc Olivier (Université de Toulouse), « Les relations de crédit dans les firmes aéronautiques à Toulouse à la veille de la guerre de 1914-1918 »
Commentaires (Pierre-Cyrille Hautcoeur, EHESS, PSE) et discussion

16H15-18H30
Président : Jean-Claude Daumas (Université de Franche-Comté, Laboratoire des Sciences Historiques)
Cédric Perrin (IDHE), « Le crédit inter-entreprises dans l’artisanat en France au 20e siècle »
Sabine Effosse (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHE), « Les débuts de l’affacturage en France »
Ydriss Ziane (IAE Université de Paris 1, GREGOR), « No Going Back :  The Interactions Between Processed Inventories and Trade Credit »
Commentaires (Michel Lescure) et discussion

 

Programme

Appel à communication Organisations patronales 3e colloque juin 2013

Version française

Les organisations patronales et les autres organisations  collectives

(europe  – XIXe – XXe siècles)

COLLOQUE INTERNATIONAL DES 20 ET 21 JUIN 2013  A LYON

LARHRA

Avec la collaboration des

UNIVERSITÉS DE PARIS-CITÉS-PARIS XIII ET DE PARIS I-SORBONNE

Appel à communications

 

Ce colloque s’inscrit dans le programme pluridisciplinaire et international de recherche sur les organisations patronales (2010-2014). En effet, si des travaux de juristes, puis de politistes, d’économistes de sociologues et d’historiens ont analysé des aspects particuliers de cette question – sociabilité des élites, groupes de pression, action collective des élites économiques, histoire des entreprises, des politiques économiques et des institutions économiques etc -, si des études internationales ont été menées sur la représentation patronale, sur les pratiques de gestion de main-d’œuvre, en revanche l’étude historique des organisations patronales en tant qu’organisation, de plus dans une perspective comparative de long terme au niveau européen, reste, malgré quelques recherches récentes, un terrain encore relativement vierge.

 

Ce colloque sera le troisième du programme. Il vient à la suite :

– d’une journée d’études (11 juin 2010) qui a tiré un bilan sémantique, archivistique et historiographique du sujet.

– d’un premier colloque, tenu  les  9 et 10 juin 2011 aux universités de Paris – Cités – Paris XIII et Paris I – Panthéon-Sorbonne, sur « Les organisations patronales en Europe aux XIXe et XXe siècles. Genèse et morphologies originelles ». Les résultats ont été publiés aux Presses Universitaires de Rennes (PUR) au printemps 2012 (Danièle Fraboulet et Pierre Vernus (dir.), Genèse des organisations patronales en Europe 19e-20e siècles).

– d’un second colloque, qui s’est déroulé les 21 et 22 juin 2012 dans les mêmes lieux (universités de Paris – Cités – Paris XIII et Paris I – Panthéon-Sorbonne) et a eu pour objet  l’étude des « Formes et moyens d’action des organisations patronales dans la sphère publique » (31 intervenants dont la moitié d’autres pays européens). Une publication est prévue chez le même éditeur pour le printemps 2013.

Par ailleurs, la session 168 Historical and international comparison of Business interest associations (19th-20th century) au Congrès mondial d’histoire économique (XVIth WEHC) tenu du 9 au 13 juillet 2012 à l’Université de Stellenbosch en Afrique du Sud a permis d’élargir notre réflexion à de nouveaux pays.

Un dernier colloque sera proposé en 2014 sur le thème : Les organisations patronales et la régulation des marchés.

Ce troisième colloque, objet du présent appel, se tiendra les 20 et 21 juin 2013 à Lyon, et portera sur « Les organisations patronales et les autres organisations collectives  (Europe 19e-20e siècles) ».

En effet, les organisations patronales entretiennent des rapports de diverses natures avec d’autres organisations. Nous vous proposons d’étudier ici les relations des organisations patronales (et non celles des individus) avec :

–       les syndicats de salariés

–       les partis politiques

–       les clubs de réflexion et les think tank

–       les autres associations patronales et les chambres de commerce

–       les divers organismes patronaux

 

Les thèmes de réflexion suivants vous sont proposés :

–       Quelle est la nature précise des relations entretenues entre les organisations patronales et les autres structures collectives ? A-t-on affaire à des stratégies de contrôle, d’alliances, d’orientation, d’influence idéologique, d’affrontement ? S’agit-il de relations de domination, de soumission, d’égal à égal, de conflit, de concurrence… ? Observe-t-on un partage des rôles ou des fonctions ?

 

–       Quelles formes prennent ces relations :

–       * le financement ?

–       * les négociations collectives ?

–       * la collaboration ?

–       * la mise en place de liens personnels (présence de membres de l’organisation patronale dans les instances dirigeantes d’autres acteurs socio-politiques ; mise en exergue de réseaux sociaux, etc.) ?

–       * l’instauration de liens informels ou formalisés et régulés? (attention on exclura ici la régulation économique qui sera l’objet du prochain colloque). Les jeux d’échelles et l’évolution de la conjoncture sont à prendre en compte dans une dynamique qui ne se réduit pas forcément à des confrontations bi-latérales, mais qui peut donner lieu à des systèmes relationnels intégrant un nombre substantiel d’organisations.

 

–       Une mise en miroir des organisations du patronat et de celles des salariés pourrait être fructueuse. Dans quelle mesure la structuration et l’activité des unes a-t-elle conduit les autres à ajuster leurs propres structures et leurs fonctions. Ainsi, dans le cas français, l’organisation interne de la CGT et les stratégies qu’elle a mises en oeuvre dès sa naissance ont « inspiré » les OP, notamment les dirigeants de l’UIMM (relation entre l’organisation nationale et les organisations régionales ; comité de soutien aux grévistes versus caisse d’assistance mutuelle contre le « chômage forcé » etc). Peut-on examiner cette situation dans d’autres pays européens ?

 

Les propositions de communications sont à adresser avant le 1er décembre 2012 à :

Danièle Fraboulet : danielefraboulet@wanadoo.fr

Pierre Vernus : pierre.vernus@ish-lyon.cnrs.fr

Clotilde Druelle-Korn : clotilde.druelle-korn@orange.fr

Cédric Humair : Cedric.Humair@unil.ch

 

 

Vous serez avisés des communications retenues fin janvier 2013.

 

Le colloque se déroulera en français et en anglais.

 

Une publication est prévue.

 

Comité d’organisation :

Clotilde Druelle-Korn (Université de Limoges) ; Danièle Fraboulet (Université de Paris-Cité -Paris 13/CRESC) ; Cédric Humair (Université de Lausanne) ; Michel Margairaz (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne/ IDHE) ; Pierre Vernus (Université de Lyon II/LARHRA)

Conseil scientifique :

France :

Eric Bussière (Université de Paris IV) ; Olivier Dard, (Université de Metz) ; Jean-Claude Daumas, (Université de Besançon) ; Clotilde Druelle-Korn, (Université de Limoges) ; Danièle Fraboulet, (Université de Sorbonne Paris-Cité Paris 13) ; Annette Jobert, (CNRS-IDHE) ; Michel Margairaz, (Université de Paris I – Panthéon – Sorbonne) ; Hélène Michel, (Université de Strasbourg) ; Michel Offerlé (ENS Ulm) : Jean-Marie Pernot, (IRES) ; Gilles Richard, (IEP Rennes) ; Béatrice Touchelay, (Université de Lille III) ; Pierre Vernus (Université de Lyon II)

Autres pays européens :

Peter Hertner (Allemagne) ; Suzy Pasleau (Belgique) ; Dirk Luyten (Belgique) ; A-M Bernal (Espagne) ; Paolo Tedeschi (Italie) ; Francesca Carnevali (R-U) ; Arthur Mac Ivor (R-U) ; Alan Mac Kinlay (R-U) ; Sébastien Guex (Confédération Helvétique) ; Hans-Ulrich Jost (Confédération Helvétique) ; Laurent Tissot (Confédération Helvétique).

 

**********

 

 

English version

–        

 

Appraisal of the Relationships between Business Associations and other organizations – Europe 19-20th C.

 

International Symposium – LARHRA – Lyon – Fr., June, 20th – 21st 2013

In collaboration with the Universities of Paris-Cités Paris 13

and Paris 1-Sorbonne

Call for Papers

 

The proposed international symposium affirms its continuity with a current international and interdisciplinary research program, launched in 2010, on Business and Trade Organizations in Europe (19-20th C.). Indeed, if Political Scientists and Economists, then Historians and Social Scientists, have investigated several specific points, such as: Elites’ forms of sociability, lobbies, collective actions, history of companies etc., if international studies on Employer’s representation groups or Employer’s labor policies, were initiated; by contrast historical studies focusing on these organizations, themselves, and in a comparative perspective, remain scarce. Therefore the field of Business Associations must be explored more fully.

 

The symposium to be held, follows previous meetings:

–       A first Workshop held in June 2010. Numerous contributions and papers were devoted to the Meaning, Translation, Historiography and Archives of Business and Trade Organizations in Europe.

–       An international symposium on the Genesis, Historic Forms and Structures of these organizations took place in June 2011. The Proceedings have been edited in 2012 by Danièle Fraboulet and Pierre Vernus (Presses Universitaires de Rennes, 2012)

–       A second symposium called on June 21st 22nd 2012, explored the Ways and Means of the Trade and Business Organizations in the Public Sphere. A publication is planned for Spring 2013.

–       Furthermore, the session n° 168 Historical and international comparison of Business interest associations (19th-20th century) at the XVIth World Economic History Congress (Stellenbosch July 2012) broadened the issues to new countries.

 

Before a final symposium to be called in 2014 on Business Associations and Market Regulation, the third international symposium is challenging the Appraisal of the  Relationships between Business Associations and other organizations in Europe 19-20thC.

 

Business Association defined, develop, foster and maintain different types of relationships with other organizations (domination, collaboration, competition, dispute etc.). The goal of the 2013 symposium, is to study more extensively the relationships built over time by the Business Associations themselves (i.e. not individuals) with:

–       Workers’ Organizations

–       Political Parties

–       Clubs and Think Tanks

–       other Business and Trade Organizations or Chambers of Commerce

–       Employers’ Organizations

 

Preferred topics for paper submission are expected to address the following themes:

 

–       What is the exact nature of the relationships between Business Associations and other kinds of organizations: control strategy, ideological influence, confrontation, domination, peer-to-peer relationships, surrender? Does one notice distribution and sharing of functions?

–       What are the forms and manifestations of these relationships: financing, collective bargaining, collaborative, friendship and personnel way, social networks?

–       Are those relationships formal, explicit, informal, or regulate (please notice that Economic Regulation will be examined in 2014). The different levels for action and the changing economic conditions are to be taken into account to analyse the dynamic of relations systems that are not always bilateral but may include a substantial number of organizations.

–       Comparing the structuring of Business Associations and Worker’s Organization in a given sector should be interesting and fruitful. For instance how do these organizations adjust each other their strategies and functions? Thus, in France the organization and strategies implemented by the CGT from its creation inspired the managers of the IUMM. May this be noticed in other countries?

 

 

The proposed papers, including the title and a summary accompanied by a short CV (in French or English) must be sent no later than 1st of December 2012 to

Danièle Fraboulet, danielefraboulet@wanadoo.fr

Pierre Vernus : pierre.vernus@ish-lyon.cnrs.fr

Clotilde Druelle-Kornclotilde.druelle-korn@unilim.fr

Cédric Humair Cedric.Humair@unil.ch

 

 

Notification by janvier 2013. Language of the symposium: French or English. Selected contributions will be published.

 

Organizing Committee:

Clotilde Druelle-Korn (Université de Limoges) ; Danièle Fraboulet (Université de Paris-Cité -Paris 13/CRESC) ; Cédric Humair (Université de Lausanne) ; Michel Margairaz (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne/ IDHE) ; Pierre Vernus (Université de Lyon II/LARHRA)

 

Scientific Committee:

France 

 

Eric Bussière (Université de Paris IV) ; Olivier Dard, (Université de Metz) ; Jean-Claude Daumas, (Université de Besançon) ; Clotilde Druelle-Korn, (Université de Limoges) ; Danièle Fraboulet, (Université de Sorbonne Paris-Cité Paris 13) ; Annette Jobert, (CNRS-IDHE) ; Michel Margairaz, (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne) ; Hélène Michel, (Université de Strasbourg) ; Michel Offerlé (ENS Ulm) : Jean-Marie Pernot, (IRES) ; Gilles Richard, (IEP Rennes) ; Béatrice  Touchelay, (Université de Lille III) ; Pierre Vernus (Université de Lyon II)

 

Other European countries:

Peter Hertner (Allemagne) ; Suzy Pasleau (Belgique) ; Dirk Luyten (Belgique) ; A-M Bernal (Espagne) ; Paolo Tedeschi (Italie) ; Francesca Carnevali (R-U) ; Arthur Mac Ivor (R-U) ; Alan Mac Kinlay (R-U) ; Sébastien Guex (Confédération Helvétique) ; Hans-Ulrich Jost (Confédération Helvétique) ; Laurent Tissot (Confédération Helvétique).

 

 

Monnaies grecques en ligne

Chers Collègues, Chers Amis

La numérisation de la collection de monnaies grecques et provinciales romaines de la BnF est en cours. Les premières images sont disponibles sur bnf.fr. Le document attaché vous aidera à les trouver sur le site internet. Diffusez-le largement auprès des personnes intéressées par la numismatique, l’histoire ancienne, les lettres classiques, etc.

Cordialement,

Frédérique Duyrat
Conservateur en chef chargé des monnaies grecques
Département des Monnaies, Médailles et Antiques
Bibliothèque nationale de France
5, rue Vivienne
F-75084 Paris Cedex 02
Tél. +33 1 53 79 81 29
frederique.duyrat@bnf.fr
http://www.bnf.fr

 

Monnaies grecques sur bnf.fr 150dpi

Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine 59-2, avril-juin 2012

vient de paraître cet été :


Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine

59-2, avril-juin 2012 

éditions BELIN, 25 euros, code 006344, en librairie

sur le portail Belin :

http://www.editions-belin.com/ewb_pages/r/recherche-avancee.php?rech_go=1&collection=Revue%20Histoire%20Moderne%20et%20Contemporaine


et sur www.CAIRN.info                                                                 

 

Sommaire


Le périmètre du droit

Martine Grinberg, Simone Geoffroy-Poisson, avec la collaboration d’Alexandra Laclau 

Rédaction des coutumes et territoires au XVIe siècle : Paris et Montfort-L’Amaury


L’épreuve de la guerre

Marie-Bénédicte Vincent


Quand les fonctionnaires doutent de l’État. Le délitement de l’administration allemande pendant la Première Guerre mondiale

 Vincent Viet

Droit des blessés et intérêt de la nation : une casuistique de guerre (1914-1918)


Jeunesse et politique

 Emmanuel Droit

De l’être au paraître : vêtement et identité politique en RDA. Le foulard des Jeunes Pionniers (1949-1989)

 

Françoise Blum

Sénégal 1968 : révolte étudiante et grève générale

 

Lectures

 Bernard Gaînot

Les affrontements militaires sous la Révolution et l’Empire : une « guerre totale » ? (sur David Bell et Frank Attar)


Comptes rendus


Charlotte Vorms, Bâtisseurs de banlieue. Madrid : le quartier de la Prosperidad (1860-1936)

Chères et chers collègues,
j’ai le plaisir de vous faire part de la parution de :

Charlotte Vorms, Bâtisseurs de banlieue. Madrid : le quartier de la Prosperidad (1860-1936)
Grâne, Créaphis, août 2012.

Berceau du socialisme madrilène dans les années 1920, bastion républicain pendant la guerre civile et centre d’ébullition culturelle et politique dans les dernières années du Franquisme et la Transition, la Prosperidad – « la Prospe » comme l’appellent ses habitants – est un quartier de Madrid à forte identité.

Son histoire commence dans les années 1860. Dans la périphérie nord-est de Madrid, des propriétés agricoles à faible rendement sont loties et revendues en petites parcelles sans viabilisation, à des personnes modestes, majoritairement des ouvriers en bâtiment. Ceux-ci y construisent leur maison et s’y s’installent avec leur famille, fondant ainsi ce qu’on appelle alors le faubourg de la Prosperidad.

Ce livre, à travers une micro-histoire de ce nouveau quartier, de sa naissance en 1860 à la guerre civile en 1936, apporte des éléments de réflexion sur les processus de construction de la ville, au croisement d’une analyse du bâti, d’une histoire du marché immobilier et d’une sociologie d’une société urbaine en formation. L’auteur montre comment l’évolution d’un quartier s’intègre à celle de la ville dans son ensemble, comment ses caractéristiques locales s’expliquent par son imbrication dans une réalité qui le dépasse, articulant ainsi son histoire à l’histoire nationale.

Séminaire Banque de France

Chers tous,

 

Le séminaire de la Mission historique de la Banque de France fait sa rentrée !

Le principe demeure le même : un jeune chercheur confronte l’avancée de ses recherches au regard critique d’un chercheur confirmé.

 

L’entrée est libre, vous êtes tous bienvenus !

 

Prochaine séance : Lundi 17 septembre 2012, 16h

 

Romain Thiébaud (Doctorant, université de Paris 1)

La Banque de France et la liquidité de l’économie en période de haute conjoncture (1958-1973)

 

Discutant : Pierre-Cyrille Hautcoeur

(Directeur d’études à l’EHESS, Professeur associé à l’École d’économie de Paris)

Attention, exceptionnellement, nouveau lieu !!!

48, rue Notre-Dame des victoires (Paris 2e, métro Bourse)

 

 

Vincent Duchaussoy,

 

Banque de France

Service du Patrimoine historique et des Archives

Mission historique.

 

10-1069

31 rue Croix-des-Petits-Champs

75049 PARIS Cedex 01.

 

01.42.97.74.51

06.87.93.36.68

12e Congrès de l’Association française de science politique – Paris, 9-11 juillet 2013

 

12e Congrès de l’Association française de science politique – Paris, 9-11 juillet 2013
Appel à communications pour la section thématique n° 17Retour sur le gouvernement des risques collectifs : quelle place pour les industriels ?

     Depuis la fin des années 1990, le paysage institutionnel de la régulation des risques sanitaires et environnementaux s’est profondément modifié, en France comme en Europe. De nombreux travaux ont montré comment cette nouvelle configuration des politiques publiques s’est accompagnée, sous la pression des médias et de diverses mobilisations collectives, de transformations importantes des formes de gouvernement des risques collectifs : création de nouvelles agences d’évaluation des risques, développement de dispositifs de surveillance épidémiologique, procéduralisation de l’expertise, etc. Toutefois, un aspect de ces recompositions a été peu abordé par la littérature scientifique : le rôle des acteurs industriels. Cette section thématique propose ainsi de réunir plusieurs contributions visant à mieux appréhender la façon dont ces acteurs (entreprises, groupes, filières, organisations professionnelles, agences de communication, organismes de conseil, fondations privées, etc.) participent à l’évaluation, à la gestion et à la prévention des risques que leurs activités économiques contribuent à créer.Quatre axes de recherche nous intéressent particulièrement :

1 – La participation des acteurs privés à la production de l’expertise. Dans ce domaine, les agences et les administrations sont souvent dépendantes des données fournies par les industriels. On évoque parfois un « détour de régulation » pour qualifier ce mode de gouvernance qui place les acteurs privés au cœur de la gestion et l’évaluation des risques. Dans le secteur des industries chimiques et pharmaceutiques par exemple, la production de données et leur partage avec les pouvoirs publics constitue un enjeu clé pour la mise sur le marché de nouvelles substances. Quelles sont les données rendues publiques par les industriels et selon quelles modalités sont-elles produites et contrôlées ?

2 – La place des acteurs privés dans la production des normes, des règlements et des instruments de régulation des risques collectifs. On s’intéressera particulièrement aux types de relations qu’entretiennent les pouvoirs publics avec les industriels (co-gestion, co-décision, recherche du consensus, etc.). Les cadres institutionnels et les formes de ces interactions (participation à des groupes de travail, activités de lobbying, relations informelles, etc.) pourraient faire l’objet d’un examen approfondi. Quels sont les représentants et les organisations qui portent les intérêts des industriels ? Quels liens entretiennent-ils avec leurs mandants ? Que produisent ces interactions, ponctuellement et sur le moyen terme ?

3 – La diffusion et l’appropriation de ces normes, règlements, et instruments d’action publique dans les établissements industriels. On portera un intérêt particulier aux dispositifs à caractère incitatif et volontaire, ainsi qu’aux standards, chartes et autres guides de « bonnes pratiques ». L’extension des obligations d’autocontrôle place les industriels au cœur du gouvernement des risques collectifs, et ils ont des effets en retour sur le rôle des agents de l’Etat, désormais cantonnés à un contrôle dit de « second degré », par exemple dans le domaine de la sécurité sanitaire des aliments. Comment se met en place concrètement le gouvernement des risques par les acteurs privés ? Correspond-il seulement à un effacement de l’action publique ? Quelle nouvelle donne crée-t-il entre autorités publiques et industriels ?

4 – Le travail d’information et de communication des industriels. Ces démarches incluent à la fois des actions d’information à caractère obligatoire (en matière de prévention des risques professionnels ou autour des établissements SEVESO…) et des opérations volontaires de communication visant à mettre en scène leur implication et leur souci du bien commun (campagnes de prévention sur les risques nutritionnels au sein des cantines scolaires, financement de la recherche par des fondations privées…). Comment les campagnes et les supports de communication sont-ils fabriqués ? A quels publics sont-ils destinés ? Dans quelle mesure ces outils concourent-ils au gouvernement des risques collectifs et des populations qui y sont exposées ?

Enquêter sur les entreprises industrielles et leurs organisations soulève des difficultés spécifiques, notamment en termes d’accès aux sources. Cela pose aussi la question de la posture du chercheur lorsqu’il aborde un tel objet, l’adoption d’une approche compréhensive (sans être lénifiante) dans l’étude des industriels étant sans doute moins évidente et moins aisée que pour d’autres univers sociaux. Nous attendons donc des contributions à cette ST qu’elles abordent de front ces enjeux en termes de méthodes et de posture de recherche.

     Les propositions de communications (4 000 signes maximum) devront inclure une présentation précise du terrain et des matériaux empiriques mobilisés. Elles devront être adressées avant le 15 octobre 2012 à l’adresse suivante : marc-olivier.deplaude@ivry.inra.fr

Organisateurs :
Laure Bonnaud
Marc-Olivier Déplaude
Nicolas Fortané
INRA – Unité RiTME (Risques Travail Marchés État)

Marc-Olivier Déplaude

Chargé de recherche
INRA

RiTME (Risques Travail Etat Marchés, UR 1323)
65 Bd de Brandebourg
94205 Ivry-sur-Seine
—-
01 49 59 69 55
www.paris.inra.fr/ritme/membres_de_l_unite/marc_olivier_deplaude

Compte-rendu Journées de travail « European External Trade Statistics, 1700-1830 » 11 et 12 mars 2011

Cher(e)s collègues,

Le 11 et 12 mars ont eu lieu à l’université Lille-I deux journées de travail sur les statistiques du commerce extérieur entre 1700 et 1830.
Ces journées étaient organisées par Loïc Charles et moi-même.

Je vous joins une rapide présentation de ces journées et leur programme. Une partie des intervenants a accepté de rendre publiques leurs interventions. Vous les trouverez ici : https://listes.cru.fr/sympa/info/18c_trade_data

Je suis à votre disposition pour vous donner plus de renseignements sur ce projet.

Cordialement,

Guilaume Daudin

European External Trade Statistics, 1700-1830

Lille-I, March 11th-March 12th 2011

Organisers:

Loïc Charles and Guillaume Daudin

The structural changes of the eighteenth century and the early nineteenth century, including the Industrial Revolution, finally led to the establishment of our modern economies. However, the ongoing discussion about the Great Divergence between Europe and Asia shows that the nature and the immediate causes of these structural changes are still a matter of debate among economists and historians. This workshop initiates a research program that would reconsider these issues from the perspective of the external trade data collected by early modern states either for fiscal reasons or with the objective of constructing trade statistics.

March 11th

10 am-11.30: France and the Austrian Netherlands
Loïc Charles (INED / Reims), Ann Coenen (Anvers), Guillaume Daudin (Lille)

12.00-1.30pm: Britain and Austria
David Jacks (Simon Fraser), Klemens Kaps (Vienna)

2.30pm-4: Western Atlantic
Javier Cuenca-Esteban (Waterloo), Alejandra Irigoin (LSE)

4.30-6.00: Portugal and the Netherlands
Cristina Moreira (Minho), Werner Scheltjens (Groningen)

March 12th

9.00am-10.30: Italy
Andrea Caracausi (Padua), Giovanna Tonelli (Milano)

11.00-12.30: Eastern Europe
Szymon Kazusek (Kielce), Cristian Luca (Dunarea de Jos Galati)

1.30pm-3.00: Historical statistics from the perspective of contemporary economics
Jérôme Héricourt (Lille), Jean-Jacques Nowak (Lille), Michel Fouquin (CEPII)

3.00-4.00: Further research and collaboration, especially regarding other databases: common questions and useful bridges?
Michael Seeruys (Leiden) Sylvia Marzagalli (Nice)

Guillaume Daudin – Le rôle du commerce dans la croissance: une réflexion à partir de la France du XVIIIe siècle (résumé de thèse)

Le rôle du commerce dans la croissance : une réflexion à partir de la France du XVIIIe siècle

Durant mes travaux de thèse, j’ai été financé par le Ministère de la Recherche par le biais d’un programme de mobilité internationale organisé par le Ministère de la Recherche et le CNRS. Cela m’a permis d’aller travailler durant la majeure partie de ma thèse au département d’histoire économique de la London School of Economics – en restant toutefois, en théorie et en pratique, lié au laboratoire EUREQua de l’université Paris-I. Cette double affiliation m’a permis à la fois de découvrir deux mondes universitaires très différents et de bénéficier de l’expertise de chercheurs de domaines différents. J’ai ainsi écrit ma thèse sous l’étroit encadrement à la fois de Nick Crafts – qui est un spécialiste de l’économie du XVIIIe siècle – à Londres et d’Antoine d’Autume – spécialiste des théories de la croissance – à Paris. J’ai de plus complété ce financement en enseignant l’histoire économique et l’économie du développement à HEC, la London School of Economics, et l’université de Cambridge.

Ma thèse étudie deux mécanismes d’influence de l’activité commerciale sur la croissance économique. Le premier de ces mécanismes relie le développement du commerce intérieur à une croissance graduelle par l’intégration des ménages au marché. L’accumulation de capital par les intermédiaires est ce qui rend possible la croissance du commerce intérieur. Le deuxième de ces mécanismes tient au rôle que peut avoir l’existence du commerce international en tant que secteur dans l’accumulation, et donc dans la croissance de l’économie nationale.

Ma thèse s’ancre dans l’examen de la France du XVIIIe siècle, de la fin de guerre de Succession d’Espagne au début des guerres révolutionnaires. Cet ancrage justifie, selon un raisonnement inductif, les hypothèses des modèles économiques formels que je développe pour étudier les mécanismes que je veux mettre à jour. Cet ancrage est aussi l’assurance que ces mécanismes peuvent s’appliquer à une situation concrète. Il présente de plus un intérêt historique propre : l’étude des sources déjà publiées me permet de présenter une synthèse de ce que nous savons sur le commerce intérieur et international de la France du XVIIIe siècle.

Le choix de la France du XVIIIe siècle comme point d’ancrage de mon raisonnement se justifie par la vigueur et par les caractéristiques de sa croissance économique. Les chiffres disponibles indiquent que la croissance réelle par tête était approximativement de 0,6 % par an. C’est un chiffre important pour une économie préindustrielle : la croissance française était ainsi au moins aussi rapide que celle de la Grande-Bretagne, même si la situation au début du XVIIIe siècle était meilleure au nord de la Manche. De plus, les secteurs du commerce intérieur et du commerce extérieur connaissaient une croissance plus rapide que le reste de l’économie.

La première partie de ma thèse présente un mécanisme de croissance reposant sur l’extension de l’activité des intermédiaires. Sa seconde partie étudie le rôle que peut avoir le secteur extérieur dans l’accumulation du capital disponible dans l’économie intérieure.

§       Le rôle du commerce intérieur dans la croissance

Dans la première partie de cette thèse, j’ai étudié un modèle de croissance graduelle liée au développement du commerce intérieur. Pour cela, j’examine tout d’abord la structure industrielle française, puis je souligne le caractère crucial de la mobilisation des réserves de travail rural pour la croissance industrielle. Cela m’a permis finalement d’étudier le rôle des intermédiaires du commerce intérieur et de proposer un modèle de croissance s’appuyant sur l’extension de leurs activités

Aspects de l’industrie française au XVIIIe siècle

Les formes de l’organisation industrielle sont au centre de ma recherche : c’est à partir d’elles que j’analyse le rôle des intermédiaires. Il n’est cependant pas possible d’en faire une étude microéconomique complète : je dois travailler à partir d’exemples spécifiques. Pour mettre ceux-ci en perspective, je commence par une présentation de l’organisation macroéconomique de l’industrie française. Cette présentation montre que la structure industrielle française restait traditionnelle à la fin du XVIIIe siècle. Les grands secteurs de la révolution industrielle : charbon, fer et coton restaient marginaux. De même, le progrès technique et la spécialisation régionale n’avaient pas l’importance qu’ils prirent au XIXe siècle. Cela n’empêchait pas l’industrie française d’être dynamique dans un cadre traditionnel.

J’étudie ensuite l’action de l’état. Celle-ci défendait en permanence les acteurs de l’échange plutôt que les producteurs. Ces derniers devaient se plier à un grand nombre de réglementations techniques qui rabaissaient le coût d’accès à l’information et de surveillance des intermédiaires. Les producteurs des zones rurales qui échappaient à l’action de l’état étaient, par défaut, avantagés.

Enfin, je montre que la forme la plus dynamique de l’organisation industrielle de la France du XVIIIe siècle était la proto-industrie rurale. Celle-ci se définissait par trois caractères : ses marchés se trouvaient hors de sa zone de production ; les paysans participaient à la production, même si celle-ci était dominée in fine par les élites urbaines ; on constatait le développement d’une forme complémentaire d’agriculture commercialisée qui permettait de compenser le transfert d’une partie de la force de travail rurale dans l’industrie.

En conséquence, l’intégration des réserves de travail rurales dans l’économie régionale était un enjeu majeur de la croissance de la France au XVIIIe siècle. Cela justifie l’étude plus approfondie des ruraux et des intermédiaires dans les chapitres suivants.

L’intégration du monde rural au marché

J’utilise tout d’abord les chiffres existants sur la productivité du travail agricole pour rejeter l’hypothèse malthusienne que l’on trouve parfois dans la littérature : il existait bien tout au long du XVIIIe siècle des réserves de travail rurales qui n’étaient pas techniquement nécessaires à la production de subsistances. Cette réserve de travail était cependant liée à la terre pour deux raisons : l’importance des exigences saisonnières de l’agriculture et les liens de la plus grande partie de la population avec le monde agricole par le biais de la petite propriété, de l’activité des chefs de ménages et des réseaux sociaux existants. La diffusion de l’activité commerciale dans les zones rurales était au cœur du processus de croissance.

Puis j’étudie les ressorts de cette diffusion. Pour cela, j’ai tout d’abord examiné les réflexions théoriques existantes sur le comportement des ruraux. Cela m’a permis de dégager deux facteurs potentiellement importants dans l’intégration croissante du monde rural à l’économie d’échange : d’une part la diffusion de nouveaux biens de consommation (produits exotiques, textile, ameublement…), et d’autre part l’ouverture de débouchés pour les réserves de travail rurales. L’étude des inventaires après décès et de l’évolution de certaines zones de proto-industrie confirme que ces deux phénomènes étaient en œuvre. Elles ne pouvaient l’être que parce que des intermédiaires étaient prêts à organiser les échanges au sein de l’économie nationale. Ils le faisaient, par exemple, en avançant le capital nécessaire à l’immobilisation des matières premières durant leur transformation au sein de systèmes de « putting-out », ou bien en proposant de nouveaux biens de consommation à portée des ménages ruraux.

L’importance du rôle des intermédiaires justifie leur étude dans le chapitre suivant.

Le commerce intérieur : analyse et modèle

Le troisième chapitre analyse le commerce intérieur et le rôle des intermédiaires avant de bâtir un modèle formel s’appuyant sur les faits stylisés que nous avons dégagés jusqu’à maintenant.

Tout d’abord, je décris le commerce intérieur français. Pour cela, j’ai cherché à déterminer la taille de la « cellule élémentaire » de l’activité commerciale au sein de laquelle les coûts de transactions étaient suffisamment faibles pour ne pas rendre nécessaire l’intervention des intermédiaires. J’ai montré pourquoi ces cellules nous semblent correspondre aux cantons qui seront créés par la Révolution française. Puis j’ai analysé la nature des échanges au sein des cantons et entre les cantons et le monde extérieur. Nous avons la chance de disposer de quelques sources pour mesurer l’importance des échanges entre les cantons : je les ai utilisées pour décrire les réseaux de commercialisation. Enfin, j’ai cherché à analyser plus précisément la nature des réseaux que nous avons mis à jour à partir des relations entre les différents intermédiaires.

Je mène ensuite une réflexion théorique sur la nature de l’activité des intermédiaires. Les coûts de l’échange se divisent en coût de transformation et en coût de transaction. Le paiement des coûts de transaction est au centre de l’activité des intermédiaires : il me semble avoir été le plus souvent négligé en faveur du changement institutionnel qui permet de les abaisser. Les moyens de payer ces coûts de transaction sont les connaissances des intermédiaires, qui leur permettent de gérer l’incertain et l’inconnu ; leur capital social, qui leur permet de s’assurer du bon comportement des autres agents ; et enfin le capital financier et monétaire. Ce dernier peut se substituer aux autres moyens de transaction. Il est surtout le seul d’entre eux à ne pas être soumis à un taux de dépréciation considérable : c’est donc lui qui permet l’extension de l’activité des intermédiaires, en leur permettant d’accumuler à nouveau les autres moyens de transaction lorsque cela est nécessaire.

La troisième section de ce chapitre développe un modèle théorique formel qui reprend les faits que nous avons dégagés jusqu’à maintenant. Le cœur productif du modèle est une économie « paysanne » d’archipel à deux types de biens. Le bien-S est produit par tous les cantons : il représente la production autarcique. Chaque canton ne produit par contre qu’une seule catégorie de biens-Y. Ceux-ci sont hautement complémentaires. Un problème de coordination se pose donc dans cette économie d’archipel : chacun ne veut produire de son bien-Y que dans la mesure où il permet de se procurer les autres variétés. La situation normale est donc une concurrence monopolistique sous-optimale. Différents modes alternatifs d’organisation du marché sont alors introduits. L’introduction d’un marchand centralisant tous les échanges en biens-Y – tout en prélevant sa rémunération – améliore la situation : il se comporte en effet comme un « tyran bénévolent ». L’introduction de plusieurs marchands se faisant concurrence peut avoir des effets ambigus. L’introduction d’une contrainte de capacité – le capital transactionnel – pour les marchands est le développement le plus intéressant. Le modèle se rapproche alors d’un modèle de Solow où la fonction de réaction des ménages ruraux a les caractéristiques d’une fonction de production habituelle. Le modèle débouche donc sur un processus de croissance graduelle reposant sur l’extension des capacités de transaction dans l’économie.

En étudiant tout d’abord les caractéristiques de l’industrie française, puis en m’interrogeant sur le rôle des ruraux dans la croissance avant de mener une réflexion sur l’activité des intermédiaires, j’ai pu développer un modèle de croissance reposant sur l’extension de l’activité commerciale intérieure compatible avec les faits stylisés de la France au XVIIIe siècle.

§       Le rôle du commerce extérieur dans la croissance

La deuxième partie de la thèse étudie le rôle que peut avoir le commerce extérieur dans la croissance intérieure par le biais de l’encouragement de l’accumulation du capital. Pour cela, j’ai tout d’abord fait l’inventaire de ce que nous savons du commerce extérieur français, puis celui de ce que nous savons sur ses profits. J’ai montré ensuite dans quelle mesure l’activité commerciale a pu encourager l’accumulation du capital dans l’économie intérieure.

Le commerce extérieur français : 1716-1792

J’ai d’abord étudié les données disponibles pour étudier le commerce extérieur français. Entre la toute fin du règne de Louis XIV et le début des guerres de la Révolution, il existait une administration chargée de collecter les données du commerce extérieur. Nous étudions tout d’abord ses méthodes : celles-ci sont restées stables jusqu’au début des années 1780. Puis j’ai fait l’inventaire des sources qui ont survécu. Enfin, j’ai montré que les diverses sources ne se contredisent pas : elles forment au contraire un tout assez cohérent qui nous donne une base d’étude solide.

J’ai ensuite utilisé ces données pour décrire le commerce extérieur français. Sa croissance de long terme n’a pas connu de rupture tout au long du siècle. Ses variations conjoncturelles sont dominées par les effets déprimants de chacune des guerres maritimes contre l’Angleterre. La structure du commerce telle que l’on peut la mesurer au début et à la fin du siècle montre très clairement que la France était un pays plus industrialisé que ses partenaires commerciaux. Une comparaison rapide avec la situation anglaise permet de constater que l’industrie française – au moins dans le cadre traditionnel précédant la révolution industrielle – était plus compétitive que l’industrie britannique.

J’ai cherché ensuite à découvrir l’existence de liens directs entre le commerce extérieur et l’économie intérieure. Cependant, ni la recherche d’une corrélation des conjonctures, ni la recherche d’un lien entre la balance commerciale et l’évolution du stock monétaire, ne sont très concluantes. La section la plus dynamique du secteur extérieur porte sur les échanges coloniaux : une grande partie de ceux-ci était en fait liée au contrôle par la France du commerce entre les colonies et certains pays d’Europe. Il s’agissait donc d’une activité n’ayant que peu de liens directs avec l’économie intérieure. J’ai donc décidé d’appréhender le commerce extérieur comme un secteur propre de l’économie intérieure et de laisser de côté les théories habituelles de l’échange international.

La mesure des profits

Les profits issus du secteur des échanges extra-européens ont fait l’objet de nombreux débats dans la littérature historique sans qu’une conclusion s’en soit dégagée : on dispose pourtant sur eux d’un grand nombre de données.

Pour préparer l’étude des sources secondaires disponibles, j’ai rappelé la valeur du taux de profit normal dans l’économie intérieure : la recherche d’un actif de référence n’est pas aisée. Puis j’ai mis de côté deux activités annexes – la banque et l’assurance – dont les activités étaient souvent mêlées à celles du commerce international.

Ceci fait, j’ai pu présenter, en un catalogue, les sources disponibles sur les profits du commerce extra-européens. Je montre pourquoi les documents officiels – portant essentiellement sur le commerce avec les Indes Orientales – ne sont dignes que d’une confiance limitée. Il est cependant possible d’utiliser de nombreux comptes d’expéditions qui ont été repris par différents auteurs. Le commerce de Nantes à la fin de l’Ancien Régime est particulièrement bien connu grâce à ces sources. Enfin, il est aussi possible de reprendre un certain nombre de comptes de sociétés, qui donnent peut-être une approche plus exacte de ce qu’était le profit des entrepreneurs, par opposition à celui des capitalistes passifs.

Je synthétise ensuite les 400 chiffres de profits – tirés de 43 sources différentes – que j’ai rassemblés. Je montre tout d’abord qu’il n’y a pas de disparité systématique dans le temps et dans l’espace des chiffres de profits. Il semble toutefois que les zones de hauts profits se soient déplacées durant le siècle. Je donne ensuite les éléments qui nous permettent de juger qu’il n’y a pas de biais systématique dans notre échantillon. Je conclus que les profits du secteur extra-européen étaient en effet supérieurs aux profits intérieurs, sans toutefois être aussi fabuleux qu’on a bien voulu le dire. Cette supériorité – d’un ou deux points de pourcentage – ne s’explique pas par les caractéristiques différentes des investissements. Le risque de l’investissement dans le commerce extra-européen était limité par une importante dispersion des portefeuilles. De plus, la liquidité des investissements dans le secteur extra-européen était plus importante que dans le secteur intérieur : la rotation du capital n’y durait approximativement que trois ans, ce qui était plus court que pour l’investissement agricole ou les emprunts à l’état.

Il est possible de confirmer le caractère attractif de l’investissement dans le commerce extra-européen par des réflexions indirectes portant sur l’accroissement des fortunes négociantes – nous disposons des éléments pour étudier le cas de Nantes et de Bordeaux ; les mouvements du capital et surtout les mouvements des hommes. La force d’attraction que représentaient les grands centres de l’investissement extra-européen montre bien que l’investissement dans le commerce au loin était avantageux par rapport à l’investissement intérieur.

Le rôle du secteur extérieur dans l’économie intérieure

J’ai d’abord essayé de déterminer la taille du secteur extérieur. Pour cela j’ai estimé les profits totaux du secteur extérieur en suivant une méthode proche de celle développée par O’Brien (O’Brien, Patrick. (1982). « European Economic Development : The Contribution of the Periphery ». Economic History Review (February)). pour étudier le cas de l’Angleterre. Puis j’ai calculé la part du travail en estimant le nombre de personnes employées par le secteur extra-européen avant d’estimer leur rémunération. La somme de la rémunération du capital et du travail dans le secteur extra-européen forme sa valeur ajoutée : c’est donc une mesure de son importance.

Puis j’ai comparé la taille du secteur extra-européen à celle de l’économie française. Tout d’abord de manière directe : il représentait entre 9 et 14 % de l’industrie française, soit entre 3,5 et 4,2 % du produit total à la fin de l’Ancien Régime. Il représentait aussi entre 2,2 et 2,6 % du produit cumulé entre 1715 et 1791. Sa croissance représentait enfin entre 5,9 et 7 % de la croissance absolue française sur la même période. Cette approche directe n’est cependant pas satisfaisante : si le secteur extra-européen n’avait pas existé, les facteurs de production qui y sont utilisés auraient été utilisés dans l’économie intérieure. Suivant une méthode présentée par Barbara Solow (Solow, Barbara. (1985). « Caribbean Slavery and British Growth : the Eric Williams Hypothesis ». Journal of Development Economics, 17 (1), pp. 99-115.), il est possible de mesurer que le manque à gagner pour l’économie française aurait été de 1,1 à 1,8 % Cependant, ce manque à gagner se serait réparti de manière très inégale selon les facteurs de production : la rémunération du capital aurait été plus faible de 5,8 à 7,3 %.

J’estime aussi l’importance de l’investissement issu du secteur extra-européen pour l’économie intérieure. Cela me permet de mesurer l’importance de cet investissement pour la croissance intérieure : celle-ci aurait été réduite de 8 % à la fin du siècle si les facteurs de production utilisés dans le secteur extra-européen avaient été recyclés dans l’économie intérieure. Cette approche quantitative débouche donc sur des chiffres qui ne sont pas considérables. À partir des réflexions existantes sur le comportement des marchands, je propose un autre type d’analyse. Il est possible que le secteur extra-européen ait eu une importance pour la croissance par ses effets qualitatifs. Je développe ainsi un modèle formel à partir du modèle de la première partie qui place le secteur extra-européen dans un rôle de croissance endogène de type « cœur de croissance ». Son existence permet aux capitaux d’échapper aux rendements décroissants de l’économie intérieure. Elle encourage donc l’accumulation du capital dans l’ensemble de l’économie intérieure.

J’ai donc d’abord mis en place un modèle de croissance reposant sur l’approfondissement de la spécialisation des producteurs ; celle-ci étant rendue possible par le développement des échanges entre eux. Puis j’ai pris en compte un aspect important de l’activité commerciale international : le fait qu’il s’agissait d’une activité de hauts profits. Cela m’a permis de développer un modèle de cœur de croissance ancré dans une situation empirique. En retour, ce modèle nous donne peut-être une des clés de la croissance de la fin de l’Ancien Régime en France. Cette thèse a donc à la fois éclairé certains points sur la réalité et la nature de la croissance française au XVIIIe siècle, et mis en lumière de manière formelle et argumentée des mécanismes de croissance souvent négligés par les économistes.

Cette thèse a été récompensée :

–       Du prix de thèse annuel de l’Association Française de Sciences Économiques 2001

–       En étant « shortlisted » (ainsi que deux autres thèses) pour le prix de thèse Luzzato attribué par l’European Historical Economics Society en juillet 2003

Cette thèse est disponible sur TEL : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00586912/fr/

Un ouvrage en a été tiré : Commerce et Prospérité, la France au XVIIIe siècle, PUPS, 2005

Histoire des faits économiques (Histoire antique et médiévale) – Guillaume Daudin, plan de cours

Ce cours s’intéresse à l’histoire économique du monde depuis l’origine de l’humanité jusqu’aux débuts de l’époque moderne. Deux questions seront abordées: qu’est-ce qui explique la suprématie de l’Eurasie sur les autres parties du monde au XVIe siècle ? L’Europe médiévale est-elle exceptionnelle par rapport à l’économie antique et aux autres zones géographiques?

Plan du cours.