Tous les articles par Frédéric Clavert

Docteur en histoire contemporaine, Frédéric Clavert a étudié les sciences politiques et l’histoire contemporaine à Strasbourg et à Leeds. Ses recherches touchent aujourd’hui de plus en plus aux sources de l’historien.ne à l’ère numérique. Passé par Strasbourg, Paris-Sorbonne et Lausanne, il est désormais chercheur au Center for Contemporary and Digital History (C2DH) de l’Université du Luxembourg.

Fonds de l’INC sur la presse consumériste mondiale versé aux Archives nationales

Par l’entremise de notre association, l’AFHE, le 15 février dernier, l’Institut national de la consommation (INC) a déposé aux Archives nationales du monde du travail (ANMT) son fonds sur la presse consumériste mondiale, d’une très grande richesse et encore inexploré : 65 revues, allant des années 1968 à 2008.

Titre Pays Dates Palette Années manquantes
CONSUMER VOICE USA
FDA CONSUMER USA 1968 – 2003 1
JOURNAL OF CONSUMER POLICY Pays Bas 1968 – 2007 5
VERNRAUCHER UND RECHT allemagne 1989 – 2005 2 1996-1997
BUDGET ET DROITS Belgique 1984 – 2007 5
CHOICE Australie 1963 – 2006 5
CHOICE MAGAZINE Hong Kong 1988-2008 3
CIUDADANO Espagne 1974 – 2001 4
CONSOMMATEUR CANADIEN (LE) Canada 1968 – Oct 1992 1
CONSUMATORI Italie 1990 – 1996 4
CONSUMENTENGIDS Pays Bas 1968 – 2008 3
CONSUMER Nouvelle Zelande 1968 – 2007 3
CONSUMER Espagne Juin 1982- 2007 4
CONSUMER CHOICE Irlande 1985 – 2008 4 1994 à 1996
CONSUMER REPORTS Etats-Unis 1968- 2008 1
CONSUMERS’RESEARCH Etats-Unis 1976 – 2004 1
MAGAZINE CONSUMIDORES Bresil 1992 – 2001 1
CONSUMO I CALIDAD DE VIDA Chili 1991 – 1999 1
EROSKI (devenu Consumer Juin 1997) Espagne 1982 – Mai 1997
FINANZTEST Allemagne 1991 – 2008 2
FORBRUKER RAPPORTEN Norvège 1968 – 2004 3 1996 à 1998
GARDENING FROM WHICH ? Grande-Bretagne 1988 – 1993 2
INFORMATION DEL CONSUMO Espagne 1983 – Jan 1993 4
J’ACHETE MIEUX devenu FRG Suisse 1968-2007 5
KONSUMENT Autriche 1968 – 2006 3
KONSUMENT (DE) Luxembourg 1963 – 2006 4
K-TIP Suisse 1997 – Juin 2002 5
MONTHLY CONSUMERS Japon 1984 – 2008 3
NAGYTO Hongrie 1980 – 1985 4
OCU COMPA MAESTRA Espagne 1980 – 2008 4
EL OJO DEL CONSUMIDOR Argentine 1987 – 2002 1
PIONEIRO (O) Portugal 1983 – 1993 4
PROTECT YOURSELF Canada 1989 – 1991 1
PROTEGEZ-VOUS Canada 1973 – 2007 1
PROTESTE Portugal 1979 – 2006 4
PRUF MIT Suisse 1975 – 1997 5
RAAD OG RESULTATER Danemark 1975 – Déc 1999 5
RAD OCH RON Suède 1970- 2006 3
REVISTA DEL CONSUMIDOR Mexique 1979 – Julio 2001 1
SKS INDEX Allemagne 1994 – 1999 5
SKS TEST Suisse 1966-1988 5
SPROS Russie 1998 – 2007 5
TAENK + TEST Danemark 1969 – 2008 5
TEST Allemagne 1966 – 2007 2
TEST NUMEROS SPECIAUX Allemagne 1987 – 1996 2
TEST ACHATS MAGAZINE Belgique 1964 – 2006 5
TEST NOI CONSUMATORI Italie 1993 – Oct 1997 4
UFIDEC Belgique 1979 – 1984 5
VERBRAUCHERDIENST Allemagne 1980 – 1985 2
WHICH? Grande-Bretagne 1968-2008 2
O CONSUMIDOR Portugal 1989-2001 4
BUDGET HEBDO Belgique 1997- 2007 5
TEST ACHATS IMPOTS Belgique 1979-2005 5
TEST ACHAT BUDGET Belgique 1970-1984 5
CONSUMERISM USA 1971-1980 1
LE REVEIL DU CONSOMMATEUR CANADIEN Canada 1972-1977 1
CONSOMMATION CANADA Canada 1990-1999 1
HOLYDAY WHICH Grande-Bretagne 1974-2008 2
FINANTEST SPEZIAL Allemagne 1997–2007 2
VENRAUCHER POLITISHE KORRESPONDENZ Allemagne 1980-2002 2 1989-1998
ESTUDIOS SOBRE CONSUMO Espagne 1989-2008 4
SCELTE DEL CONSUMIDOR + suppléments Italie 1996-2006 4
CONSUMING INTEREST Australie 1995-2006 5
CONSUMENTENRECHT Pays -Bas 1985-1993 5
DENTEN EN DOEN Pays -Bas 1982-1990 5

Le fonds le plus récent des revues consuméristes, c’est-à-dire moins de 5 ans, est consultable à l’INC sur rendez-vous.

Appel à communications: « L’approvisionnement des villes portuaires en Europe du XVIe siècle à nos jours »

Depuis les travaux de Jean-Claude Perrot sur Caen, de Steven Kaplan et de Reynald Abad sur Paris, d’Alberto Guenzi sur Bologne ou de Roger Scola sur Manchester, l’approvisionnement des villes de l’Europe moderne a été largement abordé à travers de nombreux exemples. Les aires d’approvisionnement ont fait l’objet de plusieurs publications collectives qui ont bien montré l’importance d’un arrière-pays aux dimensions variables selon les produits et les conjonctures. De leur côté, les études les plus récentes sur les villes portuaires ont apporté des précieux éléments sur cette question dont l’intérêt avait déjà été mis en lumière par Gérard Le Bouédec et Philippe Haudrère pour Lorient à travers l’exemple de la Compagnie des Indes ; elles ont aussi mis en évidence l’importance de la logistique portuaire et son influence sur l’espace urbain.

Il est donc intéressant aujourd’hui de tenter de dresser une typologie des dynamiques propres aux villes portuaires en France et en Europe, grâce à la rencontre entre spécialistes du fait portuaire et spécialistes des questions d’approvisionnement. Les villes portuaires sont des lieux d’interactions et d’attraction qui associent le monde du commerce, de la marine, de la pêche et une population de plus en plus nombreuse et cosmopolite du XVIe siècle à nos jours.

Quels sont les besoins particuliers de ces villes portuaires, à la fois lieux de consommation et espaces de transit, marqués par la marine, les horizons lointains et l’essor du commerce ? Le régime alimentaire et les consommations des habitants des ports présentent-ils des singularités, en raison de la proximité de la mer et des produits qu’elle peut offrir, par le biais des activités de pêche et de commerce ? Comment les logiques d’approvisionnement ont-elles évolué dans la durée ? Peut-on encore distinguer des spécificités pour les villes portuaires à l’époque contemporaine ? Quelles conséquences l’approvisionnement a-t-il sur le paysage urbain, l’organisation de l’espace et les structures économiques ?

Si les liens avec l’avant-pays sont assez bien connus, les relations des villes portuaires avec leur arrière-pays en terme d’approvisionnement et le fonctionnement de ce marché intérieur restent encore en partie à explorer. Les communications pourront donc s’inscrire dans les différentes thématiques proposées.

Pour plus d’informations, téléchargez l’appel à contributions.

Bourses annuelles d’aide à la mobilité internationale. Institut français d’histoire en Allemagne (Francfort)

Date limite de dépôt des candidatures : 15 février 2013

Au 1er septembre 2013, deux bourses d’aide à la mobilité internationale (AMI) seront ouvertes à l’Institut français d’histoire en Allemagne (Francfort-sur-le-Main, Allemagne).  Peuvent faire acte de candidature des doctorants en histoire ancienne, médiévale, moderne et contemporaine ayant engagé une recherche qui concerne l’histoire ou l’historiographie allemande ou franco-allemande.

La sélection se fera sur examen des projets de recherche. Le dossier de candidature, composé de deux documents joints en pièce attachée, est également disponible en ligne sur le site de l’IFHA à l’adresse suivante:
(voie postale uniquement)
Institut français d’histoire en Allemagne (IFHA)
Senckenberganlage 31. Hauspostfach 141
D – 60 325 Frankfurt am Main
(à compter du 1er février  2013 : IFHA, Goethe-Universität Frankfurt, Grüneburgplatz 1, Postfach 42, IG-Farben-Haus, D-60629 Frankfurt am Main).
tel : +49 – (0)69/798 31 900
Fax : +49 – (0)69/798 31 910
ifha@institutfrancais.de
www.ifha.fr

Documents:

 

Parution: La gloire de l’industrie, XVIIe-XIXe siècle. Faire de l’histoire avec Gérard Gayot

Corine Maitte, Philippe Minard et Matthieu de Oliveira (dir.). La gloire de l’industrie, XVIIe-XIXe siècle. Faire de l’histoire avec Gérard Gayot, Rennes, PUR, « Histoire », 2012.

Cet ouvrage traite des mondes industriels d’Europe occidentale, saisis au moment où s’affirme le premier capitalisme manufacturier. Il conduit le lecteur du comptoir commercial à l’atelier artisanal, du carreau de la mine à l’usine mécanisée. Il porte ainsi l’écho des ambitions marchandes, des efforts appliqués des entrepreneurs, mais aussi des foucades et fureurs ouvrières.

Les contributions réunies ici permettent de tirer les enseignements des recherches les plus récentes et d’illustrer la fécondité des voies ouvertes par Gérard Gayot, auquel l’ouvrage est dédié. Cet historien inventif des manufactures textiles n’avait pas son pareil, dans sa manière chaleureuse et passionnée, pour dessiner les territoires manufacturiers, décrypter les stratégies des « chefs d’industrie » et narrer leur saga, tout comme il savait peindre les gestes minutieux des ouvriers et dire l’application harassante au travail. Pédagogue hors pair et professeur charismatique, Gérard Gayot a laissé une empreinte profonde et féconde, à l’université de Lille comme dans la communauté internationale des historiens.

Ainsi nous est donnée à lire une histoire tout à la fois économique et sociale, une histoire vivante et vibrante, une histoire à hauteur d’homme.

Pour plus d’informations: http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2933

Hjalmar Schacht, financier et diplomate – Frédéric Clavert, résumé de thèse

Références de la version publiée de la thèse: Clavert, Frédéric. Hjalmar Schacht, financier et diplomate (1930-1950). Bruxelles: PIE-Peter Lang, 2009, 473 p.

Hjalmar Schacht, financier et diplomate est une thèse soutenue le 11 décembre 2006. Le jury était composé de Sylvain Schirmann et Marie-Thérèse Bitsch (Université Robert Schuman, tous les deux co-directeurs de la thèse), Rainer Hudemann (Université de Sarre, rapporteur), Alfred Wahl (Université de Metz, rapporteur) et Éric Bussière (Université Paris IV, président du jury). Hjalmar Schacht, président de la Reichsbank (1924-1930, 1933-1939) et ministre de l’Économie du Reich (1934-1937), a fait l’objet de nombreuses biographies. Ces dernières se divisent pour la plupart en deux sortes : les hagiographies ou les brûlots. En conséquence, certains aspects de la vie de Schacht restaient relativement inconnus, comme son passage en Belgique en 1914-1915 ou sa dénazification en 1946-1950.

Cette thèse, publiée par Peter Lang en 2009, a pour ambition d’analyser la « période nazie » de Schacht, entendue dans un sens large. Débutant avec sa démission de 1930 et, surtout, tentant d’expliquer cette démission par les négociations autour du plan Young de 1928 à 1930, elle se termine avec sa dénazification par une chambre de Basse-Saxe, en 1950. Le but de la thèse est de préciser les relations existant entre Schacht d’une part et les structures politiques allemandes et internationales d’autre part.

1. Origines de la thèse

Lors de travaux antérieurs, à l’iep de Strabsourg puis à l’Institut des Hautes Études Européennes, le personnage de Schacht avait retenu notre attention pour plusieurs raisons. En premier lieu, son rôle international de 1936 à 1938 était difficilement cernable et a suscité notre curiosité. En second lieu, l’originalité du parcours d’un homme deux fois président de la Reichsbank, sous Weimar et sous le IIIe Reich, est frappante. En troisième lieu, il n’existait pas de travaux universitaires, à l’exception de celui d’Amos E. Simpson dans les années 19601, se concentrant sur lui2. D’hagiographies en brûlots, l’historiographie ne permettait pas une évaluation poussée du parcours de Schacht.

Enfin, il y a la question du choix, liée à l’entre-deux-guerres, entre communisme et fascisme, entre organisation de l’Europe et nationalisme, entre priorité politique et priorité économique. Schacht a procédé à des choix, qui sont représentatifs de cette Allemagne déstabilisée par la Première Guerre mondiale. Car si son parcours est original parce qu’il est spectaculaire, il est surtout à l’image du destin allemand dans la première moitié du XXe siècle.

Il a fallu « construire » une problématique, en prenant garde de ne pas tomber dans l’« illusion biographique ». Nous avons choisi de nous placer sur le plan des relations internationales. Comment Schacht conçoit-il le rôle de l’Allemagne dans le monde ? Cette question a permis de faire émerger une forme de continuité : l’obsession de l’indépendance de l’Allemagne vis-à-vis de circuits financiers et économiques anglo-saxons et, dans une moindre mesure, français.

2. Archives

Il a paru évident de commencer par le dépouillement des dépôts allemands classiques de l’entre-deux-guerres : la Reichsbank, le ministre de l’Économie du Reich, la chancellerie.

Le fond Schacht à la Reichsbank a permis d’établir une chronologie fiable, d’attirer l’attention sur certains événements (par exemple les effets désastreux des discours de l’été 1934 sur l’opinion publique britannique) et de consulter des documents essentiels : les procès-verbaux des conférences des transferts par exemple (1933-1934). Certaines bornes chronologiques ont aussi été définies dès cette période : par exemple, la rupture entre la première et la seconde partie de la thèse, l’été 1934, semblait plus pertinente que mars 1933. C’est en effet en août 1934 que le Reich sort définitivement de la logique multilatérale pour gérer son fort endettement extérieur.

La consultation des archives très connues de la chancellerie a permis d’insérer Schacht dans la logique polycratique du IIIe Reich. Cette étape des recherches a été déterminante : il a fallu choisir entre intentionnalisme, fonctionnalisme ou neutralité. Aidé de la lecture de la biographie de Hitler par Ian Kershaw, le choix de l’interprétation fonctionnaliste du régime nazi, reposant sur l’analyse des structures et surtout sur la notion de pouvoir charismatique, s’est imposé de lui-même. De ces archives a émergé également la question de l’influence de Schacht sur les relations du Reich avec la Chine.

Après la consultation de ces archives allemandes, un problème de méthode liée au genre biographique s’est posé : comment passer outre la phase classique de détestation profonde du sujet étudié ? Une assez longue pause dans la thèse, pour des raisons externes, a permis de revenir à une vision personnelle plus modérée de Schacht.

La seconde phase de consultation des archives a concerné des centres non-allemands. Les fonds de la Banque de France, conjointement à la lecture des archives publiées de l’Auswärtiges Amt et du Quai d’Orsay notamment, ont montré à quel point la conférence sur le plan Young et sa préparation sont déterminants pour expliquer la rupture de Schacht avec la République de Weimar. Les archives de la Banque de France sont d’autant plus importantes qu’une partie – les notes de Clément Moret – est inédite. Cette rupture se situe entre les réunions du Comité des experts et la seconde conférence de La Haye et se concrétise par la démission de 1930. L’importance du Comité des experts dans le parcours de Schacht a été confirmée par les documents consultés à la Banque des Règlements Internationaux à Bâle. Ils ont également permis de fortement relativiser le rôle de Schacht dans la création de cet institut bancaire.

Nous avons utilisé également les archives de la Société des Nations. Elles ont apporté un éclairage international sur la conférence de Londres de 1933 et, également, sur la question de Danzig. Le fond de Sean Lester a apporté un éclairage économique sur la Ville Libre d’une part et, d’autre part, met en valeurs le rôle de Schacht en 1935 sur cette question.

Les archives non-allemandes nous ont entraîné à nouveau dans les archives allemandes dans la dernière phase des recherches. À Berlin, nous avons cherché des documents complémentaires sur le plan Young, sur la Chine, sur les transferts, sur les relations avec la Banque de France. À Coblence, il restait à dépouiller le fond Schacht, qui a réservé quelques surprises, et a, parallèlement aux archives françaises et bâloises, montré l’importance de la question d’Eupen et Malmédy et de la Belgique en général dans la vie de Schacht. À Munich et Hanovre, les archives sur le procès des grands criminels de guerre et sur la dénazification nous ont été utiles dans une double perspective : l’utilisation des témoignages d’une part et d’autre part l’éclairage sur la période 1944-1950.

Deux exemples permettent de comprendre ce que peuvent apporter les témoignages : Kurt Schmitt, ministre de l’Économie en 1933 et 1934 et Hans Bernd Gisevius, résistant. La comparution du premier pendant les procès de dénazification a permis de cerner la concurrence que se sont livrée Schmitt et Schacht au printemps 1934 dans le cadre de la logique polycratique émergente et de lier ce conflit à la crise de régime de juin-juillet 1934. Cette logique polycratique, néfaste pour Schacht à partir de l’hiver 1935-1936, lui a été bénéfique en 1934. Le même témoignage montre également les limites méthodologiques : Schmitt a la mémoire qui flanche et raconte certains événements avec très peu de précisions. Le témoignage de Gisevius à Nuremberg nous a forcé à réévaluer les actes de résistance de Schacht. Ce dernier, après-guerre, est confronté à un problème : s’il veut faire reconnaître sa participation à des tentatives de putsch, il doit les rattacher à la tentative d’assassinat du 20 juillet 1944, acte le plus connu de la résistance conservatrice. Cependant, il n’y joue pas de rôle. Ses ouvrages justifiant après guerre sa résistance sont ainsi peu convaincants. Le témoignage de Gisevius, confronté au journal de von Hassell par exemple, a montré que Schacht participe réellement à des actes de résistance de 1938 à 1941. Il permet également de comprendre l’entrée progressive et assez tardive de Schacht dans l’opposition au régime.

Enfin, les archives de dénazification ont permis de définir la date de fin de la thèse, 1950, date de la dénazification définitive de Schacht.

3. Apports de la thèse

En premier lieu, il nous semble que notre thèse apporte un éclairage plus complet sur Schacht. A-t-il été un opportuniste ? Schacht ne s’est jamais embarrassé de scrupules vis-à-vis des institutions. Sous la République de Weimar, lorsqu’il apparaît clairement qu’elle n’est pas capable, entre 1929 et 1930, d’atteindre certains objectifs – soit la fin des réparations, soit l’obtention d’un surplus d’exportation ou encore le retour des colonies – Schacht démissionne et, après avoir tenté de se rapprocher de Brüning, se rapproche des nazis et fait le choix implicite de la fin de la Démocratie. Néanmoins, en termes d’idées et de pratiques, il y a une stabilité certaine chez Schacht. L’appel aux colonies, la lutte contre le traité de Versailles, la restauration d’une puissance militaire, l’influence allemande en Mitteleuropa, par exemple, sont des constantes du discours et des décisions de Schacht, y compris après 1945. Il y a aussi stabilité des techniques financières employées et de leurs finalités. La Golddiskontbank, par exemple, a pour but de recréer un stock d’or pour le Reichsmark d’une part et de faciliter les exportations allemandes. Les propositions de Schacht d’avril 1929 au comité des experts concernent aussi l’accroissement des exportations allemandes. Le projet financier qu’il veut soumettre au débat dans les années 1950 et 1960 pour faciliter les investissements allemands à l’étranger se situe également dans cette perspective.

Une deuxième question se pose sur Schacht : a-t-il été, comme le suggèrent certaines hagiographies ou articles, un visionnaire ? La réponse est négative. Dans la première moitié du XXe siècle, particulièrement après la Première Guerre mondiale, se pose une question essentielle : quelle organisation pour l’Europe ? L’État-Nation est-il toujours la forme pertinente d’organisation économique ? Dans une perspective « schmollerienne », Schacht reste un nationaliste et un mercantiliste : il est clairement passé à côté des débats sur les questions européennes.

En troisième lieu, Schacht, étant donné les fonctions qu’il a occupées, s’est parfaitement intégré au IIIe Reich. Il n’a pas été membre du parti nazi, mais il fut une part du Béhémoth par ses relations avec Hitler, Goebbels ou Göring ; par sa participation à la propagande du Reich ; par ses initiatives, comme le mémorandum de mai 1935 qui a pour conséquence la mise en place des lois antisémites de Nuremberg ; par sa participation aux luttes intestines constantes qui caractérisent le régime nazi.

En quatrième lieu, il faut détruire l’image d’un Schacht « philosémite » qu’il s’est lui-même donné. L’antisémitisme de « dissimilation » de Schacht et des conservateurs qui se sont alliés aux nazis a été une condition de l’arrivée au pouvoir de Hitler et du renforcement de son pouvoir. Comme le décrit Ian Kershaw, cet antisémitisme conservateur a renforcé le processus de radicalisation de la politique antisémite du IIIe Reich. Pour autant, ce même antisémitisme de « dissimilation » est un facteur de marginalisation de Schacht. Les lois de Nuremberg mettaient un terme, du point de vue de Schacht, au « problème Juif ». Pour Hitler ou Rosenberg, elles représentaient plutôt une étape. Le grand pogrom de novembre 1938 pousse Schacht à proposer un plan de financement de l’émigration des Juifs en décembre 1938, qu’il tente de défendre à Londres et à Berlin. Cette solution montre cependant l’importance des préjugés raciaux et culturels de Schacht. Reposant sur des présupposés antisémites, elle est inacceptable pour les Juifs.

Enfin, Schacht a fait l’objet d’une clémence certaine lors des procès d’après-guerre. À Nuremberg, la volonté politique, finalement acceptée par les Soviétiques, d’assurer aux accusés un procès le plus équitable possible, la logique de « complot » utilisée par l’accusation et qui ne peut commencer qu’à partir de 1937 et du protocole Hoßbach et enfin la hiérarchisation des peines et des accusés mènent à l’acquittement de Schacht. En effet, l’accusation n’a jamais pu prouver que Schacht disposait de fonctions importantes après 1937. De plus, les avocats de l’ancien ministre le défendent avec efficacité, malgré une plaidoirie parfois emphatique.

Le processus de dénazification souffre, dans le cas particulier de Schacht, de cet acquittement. Après un premier procès dont les archives semblent indiquer qu’il ne fut pas équitable, les Spruchkammer du Würtemberg-Bade et de Basse-Saxe classent Schacht en catégorie V : grâce à ses faits de résistance, Schacht est libéré. La complexité de ces procédures, la rivalité entre Länder, la logique de la loi de dénazification qui attribue aux Résistants une sorte de relaxe automatique, permettent à Schacht d’être libéré. Finalement, Schacht est un symbole des limites de la procédure de dénazification, qui voit des subalternes être classés en catégorie III (une sorte de culpabilité « modérée ») et des dignitaires en catégorie V (relaxe). Schacht n’est pas, dans cette logique, un cas isolé. Un autre exemple de cette mansuétude est Kurt Schmitt, condamné comme Hauptschuldiger en 1946, mais déclaré Mitläufer en 1949 et condamné au paiement d’une amende et des frais du procès. Grâce à sa résistance, Schacht échappe même au classement en catégorie III ou IV.

4. Zones d’ombre

La carrière de Schacht après 1950 mériterait une étude, éventuellement intégrée dans un sujet plus large qu’une biographie sur Schacht.

Pour cette période, les aspects internationaux semblaient être les plus intéressants au début de notre thèse. Il est probable que son activité intérieure soit finalement plus déterminante et puisse nous apprendre beaucoup sur la rfa. En effet, les liens entre certains milieux (le Rhein Ruhr Klub, la csu) et d’anciens dignitaires du régime nazi (Schacht) ou de personnalités qui ont joué un rôle dans la chute de la République de Weimar (Brüning, Luther) nous semblent montrer que la création et l’ancrage de la rfa en Europe de l’Ouest n’ont pas été une évidence pour tous les Allemands. L’évolution politique de Schacht dans les années 1960, lorsque l’Allemagne est confrontée aux phénomènes « Mai 68 », devrait également être précisément étudiée. Sur cette même période, une étude précise sur l’activité bancaire et internationale de Schacht manque pour l’après-guerre. Quel est, par exemple, son comportement vis-à-vis de l’indépendance du Togo et du Cameroun, anciennes colonies allemandes ?

  1. Simpson, A. E., Hjalmar Schacht in perspective, Mouton, 1969. []
  2. Depuis, Christopher Kopper a publié une biographie de Schacht. Kopper, C., Hjalmar Schacht, Aufstieg und Fall von Hitlers mächtigstem Bankier, Hanser Wirtschaft, Munich, 2006. []