Tous les articles par Rédaction

Association française d'histoire économique (AFHE)

François Caron, 1931-2014

FrançoisCaronFrançois Caron, historien de l’économie, de l’entreprise et des systèmes techniques, qui a croisé les disciplines et donné un sens aux concepts clés de notre époque – réseau, innovation, culture professionnelle et dimension sociale de la technique – nous a quittés le 14 décembre 2014. Michèle Merger, qui fut l’une des premières étudiantes en doctorat de F. Caron et qui lui a succédé à la présidence du comité scientifique de Rails et histoire, association qu’il avait fondée en1987, retrace ici la carrière de son maître, qui restera longtemps le nôtre.

L’équipe de Rails et histoire,
Association pour l’histoire des chemins de fer –
contact@ahicf.com

[Texte diffusé sur la liste de l’AFHE et publié sur le site de Rail et histoire]

 

François Caron, 1931-2014

Malade depuis quelques mois, François Caron nous a quittés le 14 décembre 2014 à l’âge de 83 ans. Sa disparition laisse un grand vide dans la communauté des historiens français et parmi ses élèves qui ont pu accomplir sous sa direction des travaux de recherche, les conduisant pour la plupart à des carrières de chercheur ou d’enseignant-chercheur.

François Caron est né à Hazebrouck en 1931 ; après ses études secondaires, il s’est dirigé vers la Sorbonne pour commencer ses études d’histoire et vers l’École libre des Sciences Politiques dont il a été diplômé en 1953. Après avoir obtenu l’agrégation d’histoire (1956) et accompli son service militaire (en grande partie en Algérie), il a été nommé professeur au lycée Chaptal. C’est à partir de ces premières années de professorat qu’il a entrepris ses recherches sur la Compagnie des chemins de fer du Nord dans le cadre de la préparation d’une thèse de doctorat d’État sous la direction d’Ernest Labrousse puis sous celle de François Crouzet à partir de 1965. En octobre 1959, il est devenu attaché de recherche au CNRS, ce qui lui a permis d’avancer ses travaux et, en octobre 1965, il a été nommé assistant à Paris X-Nanterre. Dès lors, il a pu gravir les divers échelons du cursus universitaire : promu maître-assistant, il a été ensuite appelé à succéder à André Armengaud, professeur titulaire de la chaire d’histoire économique à l’université de Dijon. Après sa brillante soutenance de thèse en mai 1969, il a obtenu le statut de professeur des universités en histoire contemporaine. Il a quitté son poste en 1976, date à laquelle il a été élu professeur d’histoire économique à Paris – Sorbonne (Paris IV), succédant ainsi à Pierre Léon. Cinq ans plus tard, il est devenu directeur de l’U.E.R. d’histoire et a assumé cette fonction jusqu’en septembre 1986, date à laquelle il a été nommé chef de la mission scientifique au ministère des Universités. De retour à la Sorbonne, il a créé, avec la collaboration de ses collègues de l’EHESS, du CNAM et de Paris VIII, le DEA d’histoire des techniques. En 1988, il a été l’un des fondateurs de l’école doctorale de Paris IV Mondes contemporains dont il est devenu le premier directeur. Parallèlement, il a enseigné l’histoire économique à l’École nationale des Chartes et dirigé de nombreux travaux. Devenu vice-président du conseil scientifique de l’université en 1993, F. Caron a également succédé à F. Crouzet à la direction du DEA d’histoire moderne et contemporaine, fonctions qu’il a assumées jusqu’en novembre 1996. L’éméritat lui a été décerné en 1998.

Son autorité scientifique l’a conduit également à assumer diverses responsabilités. De 1978 à 1986, il a fait partie du Conseil scientifique du CNRS pour y représenter, en tant que membre élu, l’histoire moderne et contemporaine ; de 1978 à 1982 et de 1987 à 1991, il a siégé – en tant que membre élu puis en tant que membre nommé – au Comité consultatif des universités. De 1991 à 1995, il a été élu au Conseil national des universités. Après avoir été secrétaire du jury d’agrégation d’histoire de 1973 à 1977, il a présidé le jury du CAPES d’histoire-géographie en 1982 et en1983 et, cinq ans plus tard, il a accepté de présider le jury d’agrégation d’histoire. En 1982, il a été élu à la présidence de l’AFHE (Association française des historiens économistes). Enfin, de mai 1987 à mai 1990, il a également assumé les fonctions de directeur de l’IHMC (Institut d’histoire moderne et contemporaine), l’un des trois laboratoires d’histoire du CNRS.

Les travaux de F. Caron ont véritablement renouvelé, d’une manière approfondie, l’historiographie relative à l’évolution de l’économie de la France et du monde occidental. Son itinéraire avait commencé avec une thèse de doctorat d’État remarquable et originale à plus d’un titre : en analysant la gestion du réseau de la compagnie du Nord selon une perspective à moyen terme, F. Caron a respecté la perception qu’en avaient ses dirigeants et les ingénieurs et il a restitué le plus justement possible la réalité quotidienne. La grande originalité de sa démarche a été liée au fait qu’il a fondé son travail sur l’étude des interactions entre l’histoire des prix, l’histoire des coûts et la politique tarifaire de la compagnie, rompant ainsi non seulement avec la simple histoire cyclique des prix qui avait été l’un des thèmes privilégiés des historiens économistes des années 1950-1960, mais aussi avec celle qui avait fait des innovations et des progrès techniques la clé explicative de toutes les mutations de l’entreprise. Sa thèse a décrit avec précision les crises des transports dues à la fois au ralentissement des investissements (lui-même provoqué par une hausse des prix) et aux distorsions entre, d’une part, les services et les technologies spécifiques à la traction à vapeur et, d’autre part, à la gestion du trafic. Analysant également le rôle qu’ont joué les autres moyens de transport concurrents (voies navigables et routes), F. Caron a pu également consacrer de longs développements à l’évolution économique de la vaste région desservie par les lignes de la compagnie, région qui lui tenait à cœur ; il a pu mettre en évidence le rôle essentiel joué par l’État, acteur incontournable dont la préoccupation essentielle visait à défendre l’intérêt général et les petits producteurs. En établissant ainsi son jugement sur sa connaissance précise des faits, sur des analyses issue de dépouillements d’archives d’entreprise sur lesquelles il a su attirer l’attention et qu’il a pour certaines contribué à préserver, F. Caron a ensuite orienté ses recherches dans quatre grandes directions : l’histoire quantitative et l’histoire économique de la France et de l’Europe occidentale aux XIXe et XXe siècles, l’histoire des entreprises, l’histoire des techniques et l’histoire des réseaux.

L’ensemble de ces travaux, qui s’inscrivaient dans le prolongement de sa thèse, lui a permis non seulement d’organiser ou de participer à de nombreux colloques en France et à l’étranger, mais aussi et surtout de combattre certaines idées reçues. Il a ainsi condamné définitivement l’idée diffusée par l’historiographie anglo-saxonne ou certains technocrates dans les années 1950 selon laquelle les entrepreneurs de l’Hexagone auraient été le contraire de l’entrepreneur schumpetérien, c’est-à-dire conservateurs et hostiles au changement technique. Remettant en cause les travaux des économistes qui avaient fait du progrès technique une entité abstraite, il a pu montrer la complexité des interactions techniques dans le contexte institutionnel et culturel dans lequel évoluent les entreprises ; il a ainsi accordé une place privilégiée à l’étude des solidarités tissées entre les équipes dirigeantes à partir des liens familiaux, sociaux, idéologiques et confessionnels et des complémentarités de compétences dans le milieu des ingénieurs. Il a assigné un rôle primordial au cheminement technique et, soucieux de percevoir le développement des économies occidentales depuis la fin du XVIIIe siècle, il a fondé ses analyses sur le concept de la dynamique du système technique. S’inspirant des travaux de Bertrand Gille qui avait défini, en précurseur, la notion de filières techniques, il s’est attaché à expliquer le passage d’un système technique à un autre ; il a mis en valeur les dysfonctionnements des systèmes, dus à l’inadaptation de l’objet technique à son usage ou à la distorsion entre l’état de la technologie et la demande des consommateurs. Confrontés à ces dysfonctionnements, responsables d’incidents ou d’accidents dramatiques, les ingénieurs ont été obligés de rechercher de nouvelles solutions mais F. Caron n’a pas remis en cause la « créativité technicienne », capable de faire naître de nouveaux produits répondant aux aspirations de la demande et entraînant, à l’aval, de nouvelles pratiques sociales inhérentes à leur usage et, à l’amont, des effets importants sur l’ensemble du système technique. Il a montré clairement que « la technologie construit le social autant qu’elle en est le produit ». Ses recherches lui ont permis aussi de prêter une attention particulière à l’évolution des pratiques culturelles et au développement de la société de consommation.

Au cours des dernières années de sa vie, il s’est consacré à la rédaction de plusieurs ouvrages et notamment des deux derniers tomes de l’Histoire des chemins de fer en France dont le premier tome avait été publié en 1997. Le deuxième paru en 2005 couvrait la période 1883-1937 et le manuscrit du troisième consacré à l’histoire de la SNCF jusqu’à la fin des années 1990 a été remis à l’éditeur alors qu’il venait d’être hospitalisé.

Tout en se consacrant à ses recherches, F. Caron a œuvré non seulement pour promouvoir l’histoire économique, l’histoire des techniques et l’histoire des entreprises, mais aussi pour la sauvegarde des fonds documentaires trop souvent abandonnés voire détruits. Dès 1981, il a créé à Paris IV le Centre de recherche en histoire de l’innovation (CRHI) dont il a assuré la direction jusqu’en 1998. C’est également en 1981 qu’il a participé à la création de l’Association pour l’histoire de l’électricité en France (AHEF) dont il était le conseiller scientifique. Quelques années plus tard, il a également participé à la fondation de l’Institut d’histoire de l’aluminium (IHA, 1986), du Comité pour l’histoire économique et financière de la France (CHEFF) et de l’Association pour l’histoire des chemins de fer (AHICF, connue désormais sous le nom de Rails et histoire) en 1987, de l’Institut pour l’histoire de l’industrie (IDHI) et de l’Association Georges Pompidou en 1989, de l’Association pour l’histoire des Caisses d’épargne et du Comité pour l’histoire de la Poste en 1995. Soucieux de combler la lacune due à la disparition de la Revue d’histoire économique et sociale, il a été, en 1982, l’un des fondateurs de la revue Histoire économie et société. Son nom reste également attaché à la revue Entreprises et histoire créée en 1992.

Son enseignement et toutes ces initiatives lui ont permis de contribuer à la formation de plusieurs générations d’historiens. Sa direction de recherche, ses interventions dans les soutenances, dans les débats, la fidélité de sa participation aux réunions organisées par les jeunes chercheurs leur ont fait connaître un maître à la fois brillant et modeste, accessible au doute, passionnément attaché à la recherche, au dialogue, à l’objet de l’histoire et au document auquel il renvoyait et revenait lui-même sans cesse. Ses ouvrages de synthèse, qui sont devenus des manuels, leur ont révélé l’ampleur de ses lectures, de sa mémoire, la variété de ses intérêts intellectuels et artistiques et surtout sa capacité de synthèse dans des concepts et des formules qui ont fait date. Ses compétences intellectuelles ont contribué au rayonnement de l’histoire économique française au-delà de nos frontières. En 1981, il a été Visiting Fellow à l’All Souls College d’Oxford ; il a tenu de nombreuses conférences à l’étranger (Angleterre, Italie, Belgique, Suisse, Russie, Japon) dans le cadre de séminaires ou en tant que professeur invité.

En 1994, les insignes de chevalier dans l’ordre la Légion d’honneur sont venus récompenser non seulement son œuvre et son action mais aussi une personnalité hors pair et son autorité morale. Partout où F. Caron a exercé ses fonctions et là où il a assumé des responsabilités scientifiques (comme par exemple à l’AHICF où il avait été président du Comité scientifique jusqu’en mai 2012, date à laquelle l’auteure de ces lignes lui a succédé), il a laissé l’image d’un collègue, hostile à toute forme d’arrogance et de vanité, nuancé dans la critique qu’il voulait toujours constructive, tout en étant ferme dans ses convictions et dans leur expression. Qui l’a connu personnellement aura toujours présente à l’esprit l’image d’une personne très généreuse, à l’écoute de l’autre, discrète, aimable et distinguée. Tous ses collègues et tous ses élèves ne peuvent qu’être affligés par la nouvelle de son décès et ont une pensée émue pour toute sa famille, notamment pour son épouse Marie-Thérèse, elle aussi historienne, professeur des Universités honoraire.

Michèle Merger

L’aluminium, matière à création

CREALU_2017

Colloque final de l’ANR Créalu

11 et 12 décembre 2014

__

L’aluminium, matière à création, XIXe – XXIe siècles

Aluminium as a Material for Creativity from the 19th to the 21st Century

Musée des Arts décoratifs
Auditorium, 111, Rue de Rivoli 75001 Paris

Entrée libre sur inscription, dans la limite des places disponibles auprès de Vanessa Alves : valves [at] ehess.fr Tél. : 01 49 54 24 42/25 13

 

Jeudi 11 décembre 2014

8:30 – Ouverture

  • Olivier Gabet, directeur du musée des Arts décoratifs
  • Béatrice Charon, présidente de l’Association française de l’aluminium
  • Patrick Fridenson, responsable de l’ANR CREALU

Session 1 – Président : Patrick Fridenson, École des Hautes Études en Sciences Sociales

8:45 – Le premier âge de l’aluminium/The First Age of the Aluminium

  • Thierry Renaux, Centre Alexandre Koyré, CNRS/EHESS, La dynamique des brevets pour la production d’aluminium de 1854 à 1886
  • Olga Kazakova, Université d’Orel, Russie, Le paradis d’aluminium : les batailles idéologiques en Russie des années 1860-1870 autour d’un nouveau métal
  • Manuel Charpy, CNRS/Institut de recherches historiques du Septentrion, Université de Lille 3, Du salon au cimetière. Réceptions sociales et usages d’une matière

Session 2 – Présidente : Béatrice Charon, présidente de l’AFA

10:10 – Le tour du monde de l’aluminium hors d’Europe/ Around the world of aluminium outside Europe

  • Margaret Graham, Université McGill, Montréal, Canada, Competing strategies in early aluminium development: knowledge, know-how and routine
  • Naomi Salaman, Brighton University United Kingdom and Felix Padel, Institute of Health Management Research, Jaipur, Raw material: aluminium reflections and battles over bauxite
  • Marcelo Rougier, Universidad de Buenos Aires, CONICET, Argentine, The development of the aluminum industry in Argentina (1940-1980)
  • Hajime Miwa, Japan Business History Institute, Keio University, Japon, From the rise and decline of Japanese smelters to the success of aluminium fabricaters

Session 3 – Président : Dominique Barjot, Université Paris-Sorbonne

11:50 – Table ronde grands témoins : Les voies de l’innovation technologique pour la production d’aluminium

  • Claude Vanvoren, directeur de la technologie Rio Tinto Alcan
  • Maurice Laparra, président de l’Institut pour l’histoire de l’aluminium

Déjeuner – 12:45 – 13:30

Session 4 – Présidente : Claire Brunet, directrice du département design de l’ENS Cachan

13:30 – Les processus d’innovation et de création : Intérieurs et arts décoratifs/The Process of Innovation and Creation: Interior and Decorative Arts

  • Mimi Sheller, Drexel University, Philadelphie, Velocity, Luminosity, and architecture: mobilizing the home with aluminium design
  • Claire Leymonerie, Institut pour l’histoire de l’aluminium, Centre de recherches historiques (EHESS/CNRS), Créer avec un matériau nouveau : les décorateurs français et l’aluminium dans l’entre-deux-guerres
  • Sandrine Ruhlmann, chercheuse rattachée au Centre d’anthropologie sociale du Laboratoire interdisciplinaire Solidarités, sociétés, territoire (LISST, Toulouse), De la cuisine à la tombe, les usages de l’aluminium en Mongolie

14:45 – Les processus d’innovation et de création : transporter, construire / The Process of Innovation and Creation: Transportation, Building

  • Guillaume de Syon, Albright College, Reading, États-Unis, Airships of wood, airships of aluminum: the peculiarities of a German debate
  • Georges Ribeill, Laboratoire Techniques, territoires et sociétés, École nationale des ponts et chaussées, L’aluminium : un intrus opportun durant les années 30 dans le monde ferroviaire ?
  • Alexandre Fernandez, Centre d’études des mondes modernes et contemporains, Université Bordeaux 3, Le très résistible essor de l’aluminium dans l’industrie motocycliste : de quelques pièces de fonderie aux « cadres alu » des années 1980
  • Mathilde Lavenu, École nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand, Aluminium et structure sérielle : transformations et mise à la marge d’un héritage, les mille clubs du Puy-de-Dôme

Session 5 – Présidente : Margaret Graham, Université McGill, Montréal

16:30 – La dynamique des marchés/ Markets dynamics

  • Dominique Barjot, Centre Roland Mousnier, Université Paris-Sorbonne, Dynamique des marchés et stratégie des firmes : les nouvelles multinationales en émergence, l’exemple de Rusal et Chinalco
  • Marco Bertilorenzi, Institut Fayol – EMSE & CH2ST/IHMC – Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Vendre à prix stables. La naissance d’un « credo » durable dans la commercialisation de l’aluminium, 1886-1914
  • Ivan Grinberg, Institut pour l’histoire de l’aluminium, et Philippe Mioche, TELEMME, Aix-Marseille Université, La création managériale dans l’acier et dans l’aluminium, autour de l’itinéraire de Jean Gandois, 1961 – 1994

17:45 – Table ronde grand témoin : 25 ans de recherches pour développer le marché de l’aluminium au Québec

  • Lucien Gendron, directeur du Centre québécois de recherche et de développement de l’aluminium, Université du Québec à Chicoutimi

18:30 – Fin de la journée

Vendredi 12 décembre 2014

Session 6 – Président : Philippe Mioche, Université d’Aix-Marseille

9:00 – L’aluminium importé, utilisé, esthétisé, patrimonialisé ? The Aluminium: Importation, Usages, Aestheticization, Heritagization?

  • Leda Papastefanaki, Université d’Ioannina et Nantia Roussou, Université Nationale d’Athènes, Grèce, « Aluminium de Grèce : l’usine se le rappelle ». À partir de la collecte d’histoires de travail et de vie dans une communauté industrielle contemporaine.
  • Guy Grégoire Awono Zinga, Université d’Évry Val d’Essonne, Introduction de l’aluminium dans la vie quotidienne au Cameroun
  • Alfonso Panzetta, Federica Tiripelli, Il cassero per la scultura, Montevarchi, Italie, Aluminium in Italian sculpture – its path from futurism to contemporary Art

Pause

  • Bénédicte Rolland-Villemot, Centre de recherche et de restauration des musées de France, Les contenants alimentaires dans les collections publiques au Mucem en particulier
  • Charlotte Delannée, Institut pour l’histoire de l’aluminium – CRH/CNRS-EHESS, L’aluminium dans les musées. Enquête dans deux régions témoins
  • Sarah Gandon-Ruiz, Institut pour l’histoire de l’aluminium – CRH/CNRS-EHESS, L’aluminium dans les musées des arts décoratifs, France, Belgique, Royaume-Uni, États-Unis.
  • Jenny Piquet, Nathalie Postic, Institut pour l’histoire de l’aluminium, Des photographies et des créateurs : l’enrichissement de l’iconothèque numérique de l’aluminium

12:20 – Grand témoin

  • Gérard Benoit à La Guillaume, artiste photographe/plasticien, Bidons Sans Frontières et l’expérience du Landart avec les pots à lait en aluminium

Déjeuner : 12:45 – 14:00

Session 7 – Président : Franck Cochoy, université de Toulouse Jean-Jaurès/CERTOP

14:00 – 15:30 – TABLE RONDE : Jean Prouvé, entre innovation et patrimonialisation / Jean Prouvé, between Innovation and Heritage

Grand témoin : Catherine Drouin-Prouvé

  • Odile Lassère, Musée de l’histoire du fer, Nancy, L’aluminium de Jean Prouvé dans le monde nancéien du fer et de l’acier
  • Sébastien Cherruet, Histoire culturelle et sociale de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Le centre Beaubourg et Prouvé
  • Olivier Cinqualbre, Centre Pompidou, Paris, La politique d’acquisition des œuvres de Jean Prouvé
  • Florence Hachez-Leroy, Centre de recherches historiques (EHESS/CNRS)/Université d’Artois, Les Marchands-collectionneurs des œuvres de Jean Prouvé

Session 8 – Présidente : Florence Hachez-Leroy, Université d’Artois, EHESS/CNRS

15:40 – 17:15 – TABLE RONDE : Questions de conservation et restauration

Grand témoin : Brigitte Arzens

  • François Mirambet, Centre de recherche et de restauration des musées de France, Quelques problématiques en matière de conservation de l’aluminium rencontrées dans les musées de France
  • Marie-Pierre Etcheverry, Gérante de Lamoa Expertise, Bordeaux et Thierry Renaux, Centre Alexandre Koyré, CNRS/EHESS, Un décor à la feuille d’aluminium du XIXe s. à la Cathédrale de Bordeaux. Essai de datation par l’analyse pigmentaire
  • Michaela Florescu, Institut national du patrimoine, Paris, et Richard Keller, Musée national de l’automobile collection Schlumpf – Mulhouse, La restauration d’une voiture en aluminium de Paul Arzens
  • Christian Degrigny, Haute école Arc de conservation-restauration, Neuchâtel, Suisse, La corrosion- conservation marine de l’aluminium aéronautique : regard rétrospectif

17:25 – Conclusions générales : Patrick Fridenson, Florence Hachez-Leroy, Centre de recherches historiques (EHESS-CNRS)

_____________________________________________________________________________________________

​crealu-2014.sciencesconf.org​

L’État américain et la guerre

[Nicolas Barreyre nous fait suivre l’annonce de cette table ronde. Elle est centrée sur l’État américain mais les aspects économiques et de politiques publiques y sont très présents.]

Warfare State: World War II Americans and the Age of Big Government


Table ronde autour du livre de James Sparrow,
professeur à l’Université de Chicago et directeur d’études invité à l’EHESS

Lundi 8 décembre de 18h à 20h
Amphithéâtre François Furet
EHESS, 105 bd Raspail, Paris 6e

Avec les commentaires de :

  • Yves Cohen, directeur d’études à l’EHESS
  • Nicolas Delalande, associate professor à Sciences Po Paris
  • Pauline Peretz, maître de conférences à l’Université de Nantes

En présence et avec la réponse de l’auteur.

La séance est ouverte à toutes et tous. Elle aura lieu principalement en anglais.

Présentation du livre (Oxford, 2011) :

nonameAlors que le sens commun et l’historiographie font dater du New Deal le gigantisme de l’État fédéral américain, il est en réalité le résultat de la Seconde Guerre mondiale: dans la mobilisation générale, sa taille est soudainement multiplié par dix. Warfare State explore ce processus, analysant comment l’État développe ainsi son influence sur la société américaine en guerre, et surtout pourquoi la population américaine (si souvent décrite comme « antiétatiste ») s’y est si bien adaptée. La participation de masse au service militaire, à l’industrie de guerre, au rationnement, au contrôle des prix, aux souscriptions d’emprunt et à la généralisation de l’impôt sur le revenu ont toutes appris aux Américains à vivre avec leur nouvel État fédéral, État-providence de guerre. Ceux-ci acceptèrent leurs nouvelles obligations en partie parce qu’ils ont été encouragés à développer un lien personnel avec le front, et le sort de chaque soldat américain. Ils y acquirent une nouvelle habitude à l’autorité de l’État fédéral – y compris pour réclamer des droits, comme les mobilisations d’ouvriers, de femmes, de Noirs, et même de soldats, l’attestent. Leur exigence de citoyenneté pleine et entière ouvrent d’importantes perspectives sur le lien entre le moral des citoyens, les usages du patriotisme, et la légitimité de l’État en temps de guerre.

La Seconde Guerre mondiale refaçonna complètement le lien entre citoyens, nation, et État. Warfare State fait l’histoire de cette transformation spectaculaire dans la vie américaine.

Centenaire de Pierre Léon (1914-1976)

Je dois à la vigilance de Bruno Dumons (CNRS-LARHRA) de m’avoir signalé que Pierre Léon, ancien président de l’AFHE, aurait eu 100 ans aujourd’hui. On me permettra, sans l’avoir connu, de rappeler brièvement sa carrière et son œuvre.

Né le 24 novembre 1914 à Lyon, Pierre Léon est revenu dans cette ville en 1952, après avoir soutenu cette même année à la Sorbonne sa monumentale thèse d’Etat sous la direction d’Ernest Labrousse La Naissance de la grande industrie en Dauphiné (fin XVIIe siècle-1869), comme maître de conférences puis professeur titulaire d’une nouvelle chaire d’histoire économique à la faculté des Lettres. Il avait auparavant obtenu l’agrégation d’histoire et de géographie en 1937 (à moins de 23 ans !), avait enseigné aux lycées de Nancy (1937-1940), puis, après une interruption imposée par la législation antisémite de Vichy, Nice (1944-1945) et Grenoble (1945-1948, 1951-1952, avec trois années comme attaché de recherche au CNRS dans l’intervalle).

Il est l’auteur d’ouvrages personnels sur Les techniques métallurgiques dauphinoises au dix-huitième siècle (1961, issu de sa thèse complémentaire), les Marchands et spéculateurs dauphinois dans le monde antillais du XVIIIe siècle (1963), les Économies et sociétés de l’Amérique latine : essai sur les problèmes du développement à l’époque contemporaine : 1815-1967 (1969) et les Économies et sociétés préindustrielles (1970) qui révèlent l’extraordinaire diversité de ses centres d’intérêt. Avec son collègue d’histoire moderne Richard Gascon, il a créé le Centre histoire économique et sociale de la région lyonnaise qui a reçu ensuite homologation ministérielle il y a tout juste cinquante ans, en 1964. Il y dirige d’innovantes enquêtes collectives sur les Structures économiques et problèmes sociaux du monde rural dans la France du Sud-Est: fin du XVIIe siècle-1835 (1966) ou la Géographie de la fortune et structures sociales à Lyon au XIXe siècle (1973). Il organise en 1970 le grand colloque lyonnais sur L’industrialisation en Europe au XIXe siècle.

Directeur d’innombrables mémoires de maîtrise et de DES, il affiche, dans le premier numéro du Bulletin du centre en 1968, loin des normes des écoles doctorales actuelles, 4 thèses de 3e cycle et 18 thèses de doctorat d’État en cours sous sa direction ! Plusieurs d’entre elles, comme celles de Maurice Garden (1969), Gilbert Garrier (1971), Jean Merley (1973) et Yves Lequin (1975), sont soutenues de son vivant. Entre-temps, après qu’il y a, dit-on, mal vécu les évènements de mai 1968, il a quitté les bords du Rhône pour prendre une chaire à la Sorbonne en 1970. Il continue cependant de diriger pendant plusieurs années le Centre lyonnaise avant d’en céder le flambeau à ses élèves.

Il disparaît à 62 ans en 1976. Les deux années suivantes paraissent de manière posthume les six volumes de la grande Histoire économique et sociale du monde qu’il a dirigée. Le Centre lyonnais et le Bulletin associé conservent la mémoire de son nom, jusqu’à ce que des réorganisations universitaires en 2003 l’effacent.

Mieux que ces lignes très factuelles, il faut relire les beaux hommages que lui rendaient à sa mort Maurice Garden (consulter en PDF) et, au titre de son rayonnement international, son collègue suisse Jean-François Bergier (consulter en PDF).

Hervé Joly, chargé de recherche CNRS au Centre Pierre Léon
d’histoire économique et sociale (1994-2003).

Art et industrie: les enjeux de la formation (18e – 20e s.)

Artefacts_Couverture numero 2ARTEFACT, Techniques, histoire et sciences humaines est une « revue annuelle (avec hors-séries) francophone destinée à promouvoir les recherches sur la technique et la matérialité des pratiques dans les sociétés humaines sur la longue durée. Son ambition est de fédérer l’ensemble des approches historiennes, archéologiques et anthropologiques qui font des techniques, entendues dans une acception large, un passage obligé de leurs analyses ou un élément central de leurs questionnements. La revue est aussi attentive aux réflexions menées sur l’outillage matériel et conceptuel des historiens et archéologues. La multiplicité des sources que recouvrent les activités techniques justifie l’intérêt particulier porté aux recherches menées sur le patrimoine technique (écrits, images, objets, sites). Notre approche des techniques est donc largement ouverte, qu’il s’agisse des thématiques, des méthodes et des questions épistémologiques ». (voir l’ OURS sur le carnet du Centre Koyré)

Le second numéro comporte deux dossiers. Le premier, coordonné par Stéphane Lembré et Audrey Millet est intitulé « Art et industrie : les enjeux de la formation« . Le second, corrdonné par Sophie Archambeau de Beaune est intitulé « Qu’est-ce qu’un outil simple ? » Voir le sommaire détaillé de la revue.

Commander la revue sur le site des éditions CNRS : n°1 | n°2

Calculating and Governing Risk in Times of Crisis

Thèse de Sociologie

« Calculating and Governing Risk in Times of Crisis: The Role of Credit Ratings in Regulatory Reasoning and Legal Change (1930s – 2010s) »

Photo jointe par l'auteur à l'annonce de sa soutenance

Présentée et soutenue publiquement le 24 novembre 2014 par

Pierre PENET

Pour l’obtention du grade de Docteur en sociologie / Phd in Sociology
de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de Northwestern University.

 

à partir de 16h à SciencesPo Paris, Observatoire sociologique du changement, 98 rue de l’Université, salle Laveau, 75007 Paris.

 

Jury :

  • Olivier Borraz, directeur de recherches CNRS, Centre de sociologie des organisations, Sciences Po
  • Bruce Carruthers, John D. and Catherine T. MacArthur Chair and Professor of Sociology, Northwestern University (directeur)
  • Louis Chauvel, professeur des universités et chercheur associé, Observatoire sociologique du changement, SciencesPo, et professeur de sociologie FNR-PEARL, Université du Luxembourg (directeur)
  • Wendy Espeland, Professor of Sociology, Northwestern University
  • Michael Loriaux, Professor of Political Science, Northwestern University (rapporteur)
  • Grégoire Mallard, Associate Professor of Sociology and Anthropology of Development, Graduate Institute of International and Development Studies, Geneva (rapporteur)

Résumé de la thèse (en français)

Située à l’articulation de la sociologie de l’économie, de l’histoire de la finance et de la sociologie de la connaissance, cette thèse présente une analyse du rôle de la notation du crédit dans la régulation financière, et plus largement, du rôle de l’incertitude et de l’incomplétude juridiques sur les anticipations économiques des acteurs financiers. Le cadre d’analyse de la recherche se résume en quatre points. Premièrement, la thèse rompt avec une lecture strictement intellectualiste de l’action publique et présente une approche de la régulation financière par ses instruments, empruntant ainsi l’approche pragmatiste développée par les social studies of finance et par la nouvelle sociologie économique d’inspiration américaine. Deuxièmement, l’hypothèse centrale de la recherche est que les instruments réglementaires sont à la fois des techniques de connaissance et des outils juridiques. Aussi, ce sont les frictions qu’occasionnent les deux activités parfois contradictoires de calculer et de gouverner qui donnent au changement réglementaire sa dynamique historique.  Troisièmement, prenant l’exemple de l’usage de la notation dans la supervision financière comme dispositif de calcul et technique de gouvernement, la thèse propose une histoire de longue durée (1865-2010) de l’activité réglementaire sur les marchés financiers aux Etats-Unis et en Europe au travers de cinq régimes de régulation (régime statutaire, d’appel, disciplinaire, fictionnel et contractuel). Quatrièmement, l’originalité de la recherche est de combiner une approche macroscopique du changement réglementaire avec une approche méticuleuse de plusieurs courtes séquences historiques durant lesquelles d’importantes innovations réglementaires ont vu le jour, notamment le New Deal aux Etats-Unis et la crise de la dette souveraine en Europe. Ainsi, en plus de définir les contours de cinq régimes réglementaires, la thèse analyse la façon dont les régulateurs se sont saisis de la notation financière comme « mécanisme d’embrayage » afin d’opérationnaliser la transition d’un régime à un autre.

Abstract (in english)

My dissertation, Calculating and Governing Risk in Times of Crisis. Sovereign Risk and Credit Ratings in the 1930s and 2010s, analyzes the production of international law and of market governance standards in times of crisis. My research agenda is driven by two interrelated concerns. First, I attend to inconsistencies resulting from the transfer of private risk calculation into public governance frameworks as viewed from the perspective of regulators and credit rating agencies (CRAs). Second, I investigate the interwar roots of rating-based governance in the U.S. and evaluate its role in triggering the 2008 financial crisis. From one financial crisis to another, the use of agency ratings for purposes of financial regulation is a manifestation of a larger phenomenon that I term calculative governance.Calculative governance embeds the two opposite and conflicting worlds of governance and calculation: the discrete and the automated, contracts and algorithms, the political and the epistemological. It is within this contradiction that I look at the evaluative/calculative practices that credit rating agencies (CRAs) use to produce anticipatory knowledge under high uncertainty.

I additionally intervene in debates in the sociology of knowledge by studying the cognitive, organizational, and legal processes that inform the production of risk knowledge by CRAs in the sovereign debt sector. Building on a relatively new literature in the sociology of knowledge and science studies, I examine ratings as knowledge and legal devices. In doing so, I aim to redirect attention from epistemology to legal reasoning and governmentality to understand the inconsistencies that built up in sovereign ratings in the years leading up to the 2008 financial meltdown in general and the European sovereign debt crisis in particular. (source)

Écrire l’histoire du « tournant néolibéral »

Journée d’études

« Écrire l’histoire du « tournant néolibéral »

Savoirs, pratiques et expertises (années 1960-années 1980)

organisée par Jenny Andersson et Nicolas Delalande (Centre d’études européennes / Futurepol et Centre d’histoire de Sciences Po)

Vendredi 17 octobre 2014, 9h30-18h00

56 rue Jacob 75006 Paris
Salle du Traité, 1er étage

Programme :

9h30 -10h00 Introduction

  • Nicolas DELALANDE (CHSP) :
    « Croisade, accommodements ou hybridations ? Les analyses d’un “tournant” »
  • Julien VINCENT (Université Paris I) :
    « Qu’y a-t-il de néo dans le néolibéralisme ? Une réflexion à partir du XIXe siècle »
10h00 -13h00 Premier panel
  • Jenny ANDERSSON (Centre d’études européennes / Futurepol) :
    « RAND goes to France. Genèse de la prospective française »
  • Eric MONNET (Banque de France) :
    « La politique de la Banque de France au sortir des Trente Glorieuses un tournant néolibéral et monétariste ? »
  • Matthieu LEIMGRUBER (Université de Genève) et Léon WANSLEBEN (LSE) :
    « Karl Brunner (1916-1989) et les circulations atlantiques du monétarisme »
  • Discussion du panel : François DENORD (Centre de sociologie européenne)
13h00 – 14h00 Déjeuner
14h00 -17h00 Deuxième panel
  • Laurent WARLOUZET (Université d’Artois) :
    « L’Europe néolibérale existe-elle ? L’exemple des débuts de la CEE (1957-1986) »
  • Vincent BONNECASE (CNRS / LAM) :
    « En amont des récits statistiques néolibéraux. De la “réussite économique” du colonialisme tardif à la “faillite” des États africains (v.1930-v.1980) »
  • Vitezslav SOMMER (Centre d’études européennes / Futurepol) :
    « Prognosticating Neoliberalism?: Forecasting in Late Socialist Czechoslovakia and Post-Socialist Future »
Discussion du panel : Nicolas DELALANDE
Discussion générale et conclusions
Entrée libre

Pour en savoir plus (cliquez sur l’affiche)

TournantNeoliberal

Oberkampf et la toile imprimée (18e-19e s.)

Appel à communication

Français / >>English <<

Oberkampf et la toile imprimée XVIIIe – XIXe siècle

Production, création, consommation

Colloque international 8-10 octobre 2015

Musée de la toile de Jouy-HEC Jouy-en-Josas

Musée de la toile de Jouy

 

Colloque international à l’occasion du bicentenaire de la mort de Christophe-Philippe Oberkampf, fondateur de la manufacture de Jouy.

 

Le 4 octobre 1815, Christophe-Philippe Oberkampf décédait à l’âge de 77 ans. Arrivé en France, tout juste âgé de 18 ans, pour répondre aux besoins en main d’œuvre qualifiée alors que la prohibition des indiennes allait être levée, il a construit la plus grande manufacture de toiles peintes en Europe. De cette aventure industrielle, technique et artistique, on ne retient aujourd’hui que les fameuses Toiles de Jouy, pourtant ces impressions ne forment qu’une infime part de la production. Oberkampf est d’abord un formidable chef d’entreprise, un industriel qui n’a eu de cesse de développer l’innovation et la créativité. Son atelier d’impression, fondé en 1760, se transforme en une véritable manufacture ; même si le contexte politique et économique ne lui ont pas permis de mener à bien son intégration dans un système industriel complet, du filage du coton à l’impression des toiles.

Dans un contexte de concurrence avec l’Angleterre, la France est loin d’avoir rattrapé son retard en ce qui concerne le filage et le tissage des toiles de coton. Mais au début du XIXe siècle, à la manufacture de Jouy, l’essor de la chimie (colorant et blanchissage au chlore), la mécanisation de l’impression (il introduit en France le cylindre de cuivre, inventé en Angleterre), ont été à la pointe du progrès pour l’impression. L’innovation industrielle est au cœur de l’histoire de la manufacture de Jouy mais l’aventure, loin de s’arrêter avec la disparition d’Oberkampf et la vente de la manufacture en 1821, se poursuit, en Normandie, en Alsace, pendant tout le XIXe siècle. Le manufacturier laisse place désormais aux « industriels professionnels » pour reprendre les termes de Serge Chassagne (Le coton et ses patrons, France, 1760-1840, EHESS, 1991). L’industrie cotonnière connaît un essor considérable en France pendant tout le siècle.

Pourtant, aucun entrepreneur ne marquera de son nom, ni ne donnera naissance à une appellation de toiles, c’est dire si Oberkampf reste une figure emblématique. La manufacture de Jouy a durablement marqué la création artistique du textile imprimé. Oberkampf a promu très vite une véritable organisation pour développer la production des dessins dans l’atelier des dessinateurs au sein de la manufacture, tout en faisant appel à des artistes, payés à la pièce pour renouveler les décors. La richesse et la variété des motifs, déployées dès les débuts de la manufacture, ont profondément marqué la production textile. Encore aujourd’hui, les éditeurs de tissus, les designers diffusent et revisitent ces créations. Cette incroyable créativité, Oberkampf la doit à sa formation de dessinateur et de graveur mais aussi à sa capacité à s’entourer de collaborateurs talentueux, à son incessante recherche pour renouveler les motifs, en cherchant à anticiper les modes.

L’histoire de la manufacture de Jouy et de son fondateur ne constitue que les débuts d’une industrie dont l’essor s’est poursuivi pendant tout le XIXe siècle, avant de connaître de profondes mutations dans le contexte de la mondialisation.

 

À l’occasion du bicentenaire de la mort d’Oberkampf, le musée de la Toile de Jouy organise un colloque international et pluridisciplinaire, alliant l’histoire économique et sociale, l’histoire des techniques, l’histoire des arts décoratifs. Le colloque cherchera à définir les évolutions sur le long terme de l’industrie de la toile imprimée.

 

Vous êtes invités à participer à ce colloque en soumettant des propositions écrites résumant votre sujet d’étude en 2 pages maximum à l’adresse oberkampf2015@gmail .

Le colloque aura pour langues officielles le français et l’anglais.

Toutes les propositions acceptées seront publiées dans les actes.

Le format adopté est celui de communications orales de 20 minutes. Les sujets pourront traiter – entre autres – les aspects suivants :

  • Aspects économiques de l’industrie du coton imprimé – centres de production et de transformation…
  • Aspects industriels – évolutions des techniques d’impression – histoire des colorants…
  • Aspects artistiques – sources d’inspiration – créations des motifs et dessinateurs – fortune iconographique des dessins…
  • Diffusion et commercialisation – stratégies commerciales – lieux de vente – évolution des pratiques commerciales
  • Usages – la mode et la toile imprimée – la décoration intérieure

 

Le colloque est organisé par le musée de la toile de Jouy, en partenariat avec l’INHA, l’EPHE, le LARHA, CRESAT, l’Inventaire de l’Île-de-France et HEC

Comité scientifique, présidé par le professeur Serge Chassagne, professeur émérite d’histoire, Université de Lyon 2, LARHRA

Jean-François Belhoste, directeur d’études à l’EPHE, Section des sciences historiques et philologiques

Denis Bruna, conservateur, Département des textiles antérieurs à 1800, Musée des Arts Décoratifs

Natacha Coquery, Professeur en histoire moderne à l’université de Lyon 2, Membre senior de l’Institut universitaire de France, Membre du Larhra (UMR 5190)

Véronique de La Hougue, conservateur en chef, Département des papiers peints, Musée des Arts Décoratifs

Aziza Gril-Mariotte, maître de conférence en histoire de l’Art, Université de Haute Alsace, Mulhouse

Pascale Gorguet-Ballesteros, conservateur en chef, Palais Galliera

Beverly Lemire, Professor of History, Department of History & Classics, University of Alberta, Canada

Lesley Miller, Senior curator of Textiles and Dress (before 1800), Victoria & Albert Museum/Professor of Dress and Textile History, University of Glasgow

Esclarmonde Monteil, directrice, Musée de la Toile de Jouy

Xavier Peticol, expert en textiles anciens

Conseils pour les propositions écrites :

Les propositions écrites devront présenter des recherches qui n’ont pas déjà été présentées à d’autres conférences professionnelles, ni déjà publiées par ailleurs. Toutes les communications acceptées seront publiées dans les actes du colloque.

Fichier 1 : page de couverture avec le titre de la communication, le nom et les coordonnées de l’auteur ainsi que son organisme d’affiliation

Fichier 2 : proposition écrite pour étude par le comité scientifique ( 2 pages maximum, espace simple, word.doc format, police 12, Times New Roman) avec reprise du titre (espace simple, centré, maximum 30 mots)

Il ne sera plus possible de modifier le sujet après soumission.

Date limite de soumission : le 20 décembre 2014

Organisation

Esclarmonde Monteil, conservateur du musée de la toile de Jouy oberkampf2015@gmail.com

___________________________________________________________________
___________________________________________________________________

Call for Papers / Presentation

English / >>Français<<

Oberkampf and printed cotton, 18th to 19th centuries

Production, design and consumption

International symposium 8-10th October 2015

Musée de la Toile de Jouy – HEC – Jouy-en-Josas

 

This international symposium will commemorate the bicentenary of the death of Christophe-Philippe Oberkampf, the founder of the cotton-printing works at Jouy

On 4th October 1815, Christophe-Philippe Oberkampf died in Jouy at the age of 77. He had arrived in France at the age of 18 in response to the need for skilled textile printers, just as the seven decade long ban on cotton printing was about to be lifted. He subsequently built up the largest factory producing printed cottons or chintzes in Europe. The “toiles de Jouy”, which today remind us of this extraordinary industrial, human and artistic adventure, were only a small proportion of the many products made at the factory. Oberkampf was first and foremost a great entrepreneur, who throughout his life strove to develop innovation and creativity. His first printing workshop was founded in 1760, and became a fully-fledged factory, even though economic and political events prevented him from fulfilling his dream of fully integrated production from cotton spinning through to printing.

France was late in establishing cotton spinning and weaving, in comparison with its great competitor England. At the beginning of the 19th century, however, the factory at Jouy was at the cutting edge in applied chemistry (dyeing and bleaching with chlorine) and in the mechanization of the printing process, Oberkampf having introduced copper-plate printing, invented in England. Industrial innovation lay at the heart of the history of Jouy, and it did not come to a halt with the death of Oberkampf and the sale of the factory in 1821. Indeed, important developments continued in Normandy and Alsace throughout the 19th century.  The entrepreneur-manufacturer was slowly replaced by industrialists, according to Serge Chassagne (Le coton et ses patrons, France, 1760-1840, EHESS, 1991), and the 19th century saw the spread of the cotton industry in France.

Nonetheless, no other entrepreneur’s name was so well known, nor did any other product become a brand in the way that Oberkampf’s toiles de Jouy did. In other words, Oberkampf has become an emblematic figure. The factory in Jouy left an enduring mark on the design of printed textiles. Oberkampf developed very early on a method for organizing the production of new patterns in the draughtsmen’s workshop in the factory. He also employed painters and artists on one-off commissions to stimulate innovation in design. The iconographic variety and multiplicity of patterns produced from the very beginning have had a lasting impact on textile printing. Even today, textile manufacturers and designers use and revive these creations. Oberkampf owed his incredible creativity to his training as a draughtsman and engraver, and also to his talent for choosing talented employees and collaborators in his never-ending search for novelty and in his anticipation of fashion trends.

The factory at Jouy and its founder were pioneers in an industry which continued throughout the 19th century, before meeting serious challenges in the context of globalisation.

 

The 200th anniversary of Oberkampf’s death is the opportunity for the Museum of Toile de Jouy to organise an international multidisciplinary symposium on economic, social, technical and decorative arts history. We would like to explore the evolution of textile printing over a long period of two centuries.

 

You are invited to participate in this symposium by submitting an abstract detailing your research topic. It should be about 2 pages in length and should be submitted electronically to oberkampf2015@gmail.com.

The official conference languages are French and English.

All papers selected and given at the conference will be published in the conference proceedings.

All presentations at the conferences should be 20 minutes in length. Topics may include, but are not restricted to, the following subjects:

·         Economic aspects of the cotton-printing industry – centres of production and transformation …

·         Industrial aspects of cotton printing: evolution of printing techniques – history of dyes …

·         Artistic aspects of cotton printing: sources of inspiration, pattern design and designers, lasting impact of patterns…

·         Dissemination and commercialization – business strategies – sites for sales – evolution of commercial practices

·         Use – fashion and printed cotton – interior decoration

 

The symposium is organised by the Musée de la toile de Jouy in partnership with INHA, EPHE, LARHA, CRESAT, the Inventory of the Ile-de-France and HEC.

Symposium chair : Professor Serge Chassagne

Emeritus Professor of History, Université de Lyon 2, LARHRA

Scientific committee

 

Jean-François Belhoste, Director of studies at EPHE, Section des sciences historiques et philologiques

Denis Bruna, Curator, Département des textiles antérieurs à 1800, Musée des Arts Décoratifs

Natacha Coquery, Professeur of Early Modern History, Université de Lyon 2, Senior member of the Institut universitaire de France, Member of LAHRA (UMR 5190)

Véronique de La Hougue, Senior curator, Musée des Arts Décoratifs, Département des papiers peints

Aziza Gril-Mariotte, Lecturer in History of Art, Université de Haute Alsace, Mulhouse

Pascale Gorguet-Ballesteros, Senior curator, Palais Galliera

Beverly Lemire, Professor of History, Department of History & Classics, University of Alberta, Canada

Lesley Miller, Senior curator of Textiles and Dress, Victoria & Albert Museum, Professor of Dress and Textile History, University of Glasgow

Esclarmonde Monteil, Director, Musée de la Toile de Jouy

Xavier Peticol, expert in historic textiles

Guidelines for Submissions:

Abstracts should present research that has not been published or presented at other professional conferences. All papers presented at the symposium will be included in the Proceedings. Please send your abstract submissions in two separate documents:

Document 1: cover page with title of paper and name and contact information (address, phone number, email, affiliation) of the author.

Document 2: an abstract in English for review (2 pages maximum, single-spaced, in a Word.doc format, font size 12, Times New Roman). Include the title (single spaced, centred, maximum 30 words).

There will be no opportunity to make changes once the documents are submitted to the symposium.

Deadline for submissions:  20th December 2014

Organisation :

Esclarmonde Monteil, conservateur du musée de la toile de Jouy oberkampf2015@gmail.com

Présentation de l’AFHE sur Devenir historien-ne

Devenir historien-ne, carnet de recherche ne en 2011, lui aussi hébergé sur Hypothèses.org, est « un espace de formation, de réflexions collectives sur les méthodes en histoire, de veille et de partage de références sur l’historiographie, la méthodologie et l’épistémologie de l’histoire ».

L’AFHE y est présentée dans un billet collectif qui vient tout juste d’être mis en ligne : qu’est-ce que l’AFHE ? quelles sont ses activités ? comment encourage-t-elle la recherche en histoire économique ? comment participe-t-elle à une meilleure transparence des recrutements universitaires ? pourquoi adhérer ? comment contribuer au site de l’association ?  Autant de questions auxquelles nous avons tenté de répondre dans ce billet à diffuser largement !

L'AFHE sur Devenir historien-ne

Introduction à l’histoire économique mondiale (Robert C. Allen)

Allen_HistEcoMondialeLa traduction française de Global Economic History : A Very Short Introduction (Oxford University Press, 2011) vient de paraître, dans la collection « Grands Repères – Manuels » des éditions La Découverte.

L’ouvrage de Robert C. Allen, publié sous le titre Introduction à l’histoire économique mondiale, est présenté par Guillaume Daudin (co-animateur du site de l’AFHE) et vous trouverez plus bas un extrait de son avant-propos.

Présentation de l’auteur : « Robert C. Allen (né en 1947) est professeur d’histoire économique à l’université d’Oxford depuis 2002 et membre de la British Academy. Ses recherches portent sur de nombreux aspects de l’histoire économique du développement : les salaires réels, les progrès de l’agriculture, les sources du progrès technique, les effets de l’impérialisme et le développement durable. » (source)

Extrait de l’avant-propos par Guillaume Daudin :

« Le livre se différencie des manuels d’histoire économique présents sur le marché d’au moins trois manières.

– Il a une couverture géographique vraiment mondiale, alors que beaucoup de manuels sont centrés sur l’histoire française, européenne ou nord-atlantique. Ce livre apporte des éléments précis sur l’histoire africaine ou japonaise. J’y ai personnellement découvert l’adaptation des techniques de l’industrie textile japonaise à un environnement de bas salaires durant la seconde moitié du xixe siècle, ainsi que le rôle des africains eux-mêmes, et notamment des Krobo dans le développement de la culture du cacao au Ghana durant la même période.

– Il est très informé des avancées récentes en histoire économique. Ce champ est actuellement en partie dominé par des économistes anglo-saxons, dont les travaux ne sont que très rarement traduits et avec lesquels les auteurs de manuel d’histoire économiques français ne sont pas toujours familiers.

– C’est pourtant aussi un livre très accessible. Il est illustré par de nombreux tableaux et graphiques. Des descriptions précises l’ancrent dans le concret.

J’ai enseigné l’histoire économique à HEC, Lille, SciencesPo, et maintenant à Dauphine. Ce livre m’aurait beaucoup aidé si je l’avais eu à disposition alors. La lecture en anglais n’est le plus souvent pas une difficulté pour les étudiants de deuxième cycle : elle est plus délicate pour les étudiants de premier cycle. Je suis heureux qu’il soit traduit de manière à pouvoir le faire lire à tous mes étudiants. Et je suis honoré d’avoir pu modestement contribuer à sa diffusion en France.
(…)Peut-être serait-il logique que je développe pour un public français l’application de la grille de lecture présentée par Robert Allen à la France. Cependant, cela serait déséquilibrer un ouvrage dont l’une des caractéristiques principales est qu’il a une couverture véritablement mondiale (la France y est d’ailleurs traitée au même titre que l’Allemagne ou l’Italie). Il me semble plus important, paradoxalement, de mettre en garde le lecteur. Cet ouvrage ne donne pas une vision objective de toutes les réflexions en histoire économique.
Malgré tout le bien que j’en pense, faire comme si il contenant la « vérité » sur les sujets qu’il traite serait à la fois trompeur et contre-productif. Trompeur, car il ne faut pas être grand clerc pour deviner que la compréhension de notre passé va évoluer au fur et à mesure que de nouveaux faits seront découverts et de nouveaux mécanismes explorés. Contre-productif, car ce serait endormir par avance l’esprit critique des lecteurs, alors que la compétence la plus importante que chaque étudiant puisse acquérir est justement celle de la lecture critique.« 

 

Table des matières de l’ouvrage :

Remerciements

Avant-propos
Pourquoi lire ce livre ?
Comment lire ce livre ?
Quand commence l’histoire économique du monde ?

1 / La grande divergence
Le salaire réél

2 / L’essor de l’Occident
La première mondialisation

3 / La révolution industrielle
Le contexte culturel et politique
Expliquer la révolution industrielle
L’industrie du coton
La machine à vapeur
L’invention continue

4 / L’ascension des riches
Le caractère macroéconomique du progrès technologique

5 / Les grands empires
Mondialisation et désindustrialisation
Le textile de coton
L’industrie moderne en Inde

6 / Les Amériques
L’économie coloniale de l’Amérique du Nord
L’économie coloniale de l’Amérique latine
L’indépendance : les États-Unis
L’indépendance : l’Amérique latine
Éducation et invention

7 / L’Afrique
L’Afrique et le débat sur la grande divergence
Le commerce des esclaves
Le commerce légitime
Le colonialisme
La pauvreté contemporaine dans une perspective historique

8 / Le modèle standard et l’industrialisation tardive
La Russie impériale
Le Japon
La restauration Meiji
Le développement économique de l’ère Meiji
La période impériale, 1905-1940
L’Amérique latine
La fin du modèle standard

9 / L’industrialisation par la grande poussée
Le développement économique soviétique
Le Japon
La Chine

Épilogue
Pour en savoir plus
Index.

Feuilleter le livre

En cliquant ici (ou sur la couverture du livre plus haut), vous accéderez à la visionneuse des éditions La Découverte pour feuilleter l’ouvrage (intégralité de l’avant-propos et du premier chapitre) :

Hommage à Maurice Lévy-Leboyer, disparu le 27 septembre 2014

Hubert Bonin, professeur d’histoire économique à Bordeaux et ancien trésorier de l’AFHE, rappelle le souvenir de Maurice Lévy-Leboyer, ancien président de l’AFHE

Impressions du professeur Bonin (Université de Bordeaux)

à propos de son Maître Lévy-Leboyer

Le professeur Maurice Lévy-Leboyer est mort la semaine dernière, à 94 ans. Je l’avais rencontré quand j’étais élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, en première année ; je suivais en effet les cours de la licence d’histoire à l’université de Paris 10-Nanterre, et je m’étais inscrit, un peu par hasard, au cours d’histoire économique. C’est là que j’avais écouté avec passion un enseignant riche d’idées, un peu touffu, mais brillant et, cela a toujours été essentiel pour moi, un défricheur, un brasseur de débats. Son assistant, pour le TD, était Albert Broder, qui nous initiait à la statistique de base ! Tout cela ne nous rajeunit donc pas !!! Mais, en maîtrise, j’avais préféré suivre la filière d’histoire politique, auprès de Philippe Vigier. J’en étais sorti content (avec un mémoire de maîtrise sur Le Progrès de Lyon sous le Second Empire), mais quelque peu dubitatif sur l’originalité de l’histoire politique et sur la portée de ma recherche… Comme, pendant la préparation à l’agrégation à l’ENS, il y avait eu beaucoup d’histoire économique (la Grèce archaïque : un peu ; Marchands au Moyen Âge : beaucoup ; L’Angleterre au xviie siècle : pas mal), j’ai décidé, après l’agrégation, de me spécialiser en histoire économique, et c’est là que j’ai choisi de faire ma thèse de 3e cycle sous la férule de M. Lévy-Leboyer. Il m’a fait confiance, grande confiance, en me confiant la lecture des archives non classées de la Banque nationale de crédit, aux Archives nationales, où j’allais me servir au sous-sol avec un chariot et travaillais dans le bureau d’Isabelle Brot-Guérin, la responsable des archives économiques ! On en rêverait aujourd’hui…

On ne peut pas dire que Lévy-Leboyer était de « bon conseil », car il suivait peu son chercheur, en fait. Cela explique que j’ai surtout bénéficié des conseils techniques d’A. Broder et souvent travaillé avec Jean Bouvier puis Alain Plessis, notamment. Mais Lévy-Leboyer était riche en idées, lors de nos tête à tête chez lui, où il était un hôte charmant et convaincant, ou lors du séminaire d’histoire économique (François Caron, Jean-Noël Jeanneney, René Girault, Jean Bouvier !). Il était toujours riche en suggestions utiles, en pistes de débats et de recherches, surtout pour le modeste professeur de collège que j’ai été pendant dix ans. Une certaine empathie nous aura réunis : il m’avait ainsi choisi comme remplaçant pour mon tout premier colloque international, à la Fondation Bellagio, au bord du lac de Côme, au début des années 1980 ; et, comme d’autres « jeunes » (Catherine Omnès, Michel Lescure, Marc Meuleau, Pierre Lanthier, André Thépot ou Nathalie Carré de Malberg notamment), il m’a convié à participer à plusieurs des (grands) colloques qu’il aura co-présidés dans le cadre du CHEFF-Comité pour l’histoire économique et financière de la France. Bref, l’intérêt qu’il avait suscité en licence puis son esprit brillant expliquent en partie ma carrière universitaire et académique, même s’il n’aura jamais été un « mandarin » conduisant les élections et l’affectation de ses « poulains »…

 Il fallait se débrouiller tout seul, en des temps où le « schéma de carrière » n’était pas aussi formalisé qu’aujourd’hui – d’où le départ de M. Meuleau (historien de la Banque de l’Indochine) pour la banque Indosuez, où il a accompli un parcours solide entre Paris et l’Asie, et mes propres années en entreprise. Mais on formait une petite « secte » d’historiens de la banque et de la finance, en parallèle aux deux communautés d’historiens d’entreprise cristallisées autour de François Caron et de Patrick Fridenson, excellents conseillers de leurs thésards. C’est pourquoi je lui suis resté fidèle et ai engagé mon doctorat d’État sur la piste des banques françaises de l’entre-deux-guerres. Il avait dès lors magistralement conduit le processus qui avait abouti à la soutenance de ma thèse de doctorat, à Nanterre, en janvier 1995 (avec, comme jury : F. Caron, Jean-Charles Asselain, Jacques Marseille, M. Lévy-Leboyer, A. Plessis).  Je ne suis pas sûr qu’il avait lu cette thèse en entier… Mais il avait laissé F. Caron animer le jury avec succès !

Dans le cadre de ces remarques personnalisées, je me suis souvent positionné « contre » sa démarche intellectuelle, à dire vrai. C’est que le fulgurant Lévy-Leboyer était capable de prendre une série de chiffres et d’en tirer des analyses scintillantes et des conclusions novatrices, mais parfois avec quelques idées un peu en porte-à-faux par rapport à des réalités plus humbles et terre-à-terre. Cela dit, c’est avec de tels coups portés aux idées reçues qu’il aura lancé des recherches stimulantes sur le patronat français, sur le système bancaire français des xixe et xxe siècles (avec des chapitres flamboyants et solides dans les volumes de l’énorme Histoire économique et sociale de la France, aux Puf), sur la croissance, la compétitivité et le degré d’ouverture de l’économie française.

Ce qui m’avait attiré enfin était son esprit d’ouverture à l’histoire internationalisée, loin du localisme régional ou franco-français. Il en usait parfois – par des voyages, cours et colloques nombreux de par le monde, à une époque où cela ne se pratiquait pas encore et où les budgets académiques étaient chiches… Précisons qu’il aura été l’un des piliers fondateurs de l’European Association for Banking & Finance History (Eabh), de Francfort, au début des années 1990, non seulement parce qu’il parlait un anglais fluide, mais aussi parce qu’il savait parler d’égal à égal aux grands maîtres européens et aux banquiers ! En tout cas, on peut assurer qu’il s’est montré en une magnifique force de levier pour stimuler une histoire comparatiste alors pionnière – il la partageait avec Paul Bairoch, bien sûr ! – et ainsi donner un nouveau sens à l’histoire économique française elle-même, au cœur du cercle des macro-économistes Jean Marczewski, Tihomir J. Markovitch, Jean-Claude Toutain ou François Crouzet. Ce qui était d’ailleurs fascinant était sa capacité à être leur égal en histoire « à chiffres et séries » tout en rédigeant des développements « littéraires » du meilleur style !

Il n’aura pas eu autant de disciples français que F. Caron ; il n’aura pas eu le rayonnement médiatique d’un J. Marseille ; il n’aura pas été le pilier des associations et des séminaires d’histoire économique internationales comme P. Fridenson. Pourtant, il aura nourri une « descendance » intellectuelle, elle-même dorénavant transmise aux docteurs de ses propres docteurs. Et il aura consolidé avec dynamisme et rayonnement la « chaire d’histoire économique » de Paris 10-Nanterre, en cédant le relais à Alain Plessis, Michel Lescure et maintenant Sabine Effosse.

Quelques références

À propos des banques

  • Maurice Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Puf, 1964 (818 pp.) [voir la riche analyse de François Caron dans : Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1968, volume 23, 3, pp. 616-632, disponible sur le site Persée].
  • Maurice Lévy-Leboyer, « La spécialisation des établissements bancaires », in Fernand Braudel & Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, Paris, Puf, 3, premier volume, 1976.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « Le crédit et la monnaie. L’évolution institutionnelle », in Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, tome 3, volume 1, Paris, Puf, 1976.
  • Maurice Lévy-Leboyer (dir.), Les banques en Europe de l’Ouest de 1920 à nos jours, Paris, Comité pour l’histoire économique & financière de la France, 1995.

À propos du patronat

  • Maurice Lévy-Leboyer, « Le patronat français a-t-il été malthusien ? », Le Mouvement social, n°88, juillet-septembre 1974, pp. 3-49.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « Hierarchical structure, rewards and incentives in a large corporation: The early managerial experience of Saint-Gobain », in Norbert Horn & Jürgen Kocka (dir.), Recht and Entwicklung der Grossunternehmen im 19. und frühen 20 Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1979.
  • Lévy-Leboyer (dir.), Le patronat de la seconde industrialisation, cahier n°4, Le Mouvement social, Paris, Éditions ouvrières, 1979.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « The large corporation in modern France », in Alfred D. Chandler & Herman Daems (dir.), Managerial hierarchies, Cambridge, Mass, Harvard University Press, 1980.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « The large family firm in French manufacturing », in Akio Okochi & Shigeaki Tasuoka (dir.), Family Business in the Era of Industrial Growth: Ownerhip and Management, Tokyo, Tokyo University Press, 1984.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « Le patronat français a-t-il échappé à la loi des trois générations ? », Le Mouvement social, n°132, juillet-septembre 1985, pp. 3-7.
  • Maurice Lévy-Leboyer (et alii, dir.), Multinational Enterprise in Historical Enterprise, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « La grande entreprise française : un modèle français ? », in Maurice Lévy-Leboyer & Jean-Claude Casanova (dir.), Entre l’État et le marché : l’économie française des années 1880 à nos jours, Paris, Seuil, 1991.

À propos de la croissance économique et industrielle :

  • Maurice Lévy-Leboyer, « La croissance économique en France au xixe siècle. Résultats préliminaires », Annales E.S.C, tome XXIII, n°4, juillet-août 1968, pp. 788-807.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « La décélération de l’économie française dans la seconde moitié du xixe siècle », Revue d’histoire économique et sociale, n°4, 1971, pp. 485-507.
  • Maurice Lévy-Leboyer (dir.), La position internationale de la France (Aspects économiques et financiers), Paris, Ehess, 1977.
  • Maurice LévyLeboyer, « La dette publique en France au xixe siècle », in La dette publique aux xviiie et xixe siècles. Son développement sur le plan local, régional et national, Bruxelles, Crédit communal de Belgique, collection « Histoire Pro Civitate », 1980.
  • Paul Bairoch & Maurice Lévy-Leboyer (dir), Disparities in Economic Development since the Industrial Revolution, Londres, McMillan, 1981 ; New York, Saint-Martin’s Press.
  • Maurice Lévy-Leboyer & François Bourguignon, L’économie française au xixe siècle. Analyse macro-économique, Paris, Économica, 1985.
  • Maurice Lévy-Leboyer, « Le processus d’industrialisation. Le cas de l’Angleterre et de la France », Revue historique, avril-juin 1988, pp. 281-298.
  • René Girault & Maurice Lévy-Leboyer (dir.), Le Plan Marshall et le relèvement économique de l’Europe, Paris, Cheff, 1993.
  • Maurice Lévy-Leboyer et Henri Morsel (dir.), Histoire de l’électricité en France, tome II, 1919-1946, Paris, Fayard, 1994.
  • Maurice Lévy-Leboyer (dir.), Histoire de la France industrielle, Paris, Larousse, 1996.

« La libéralisation des transports » – l’AFHE à Blois

La libéralisation des transports a commencé à la fin des années 1970 aux Etats-Unis (transport aérien) et depuis la fin des années 1980, les Pays européens se sont engagés eux aussi dans ce processus qui, en dépit du Traité de Rome qui fixait des règles de concurrence, n’avait pas été mis en place ne se limita pas seulement au seul espace communautaire. Cette évolution a entraîné une transformation profonde des systèmes de transport dont les conséquences ont été parfois douloureuses. Cette libéralisation qui a été considérée comme fondamentale et qui s’est traduite par un allègement de la tutelle économique exercée par les États sur l’accès aux marchés des transports, sur les tarifs et sur les capacités offertes, a remis en cause l’organisation et la gestion traditionnelle des chemins de fer et des compagnies aériennes. Il s’est agi d’un long processus de maturation historique entraînant la fin des monopoles et aboutissant à différents modèles structurels notamment dans le domaine ferroviaire.

La table-ronde visera à rappeler les grandes phases de cette libéralisation et elle réunira acteurs et experts spécialistes de l’histoire des transports afin de mettre en valeur : les facteurs clés qui conduisent aux choix spécifiques des Pays européens ; les conséquences pour les usagers ; et les problèmes que ce processus a entraînés.

Coordination : Michèle Merger, EHESS

Médiateur : Cédric Perrin, Université Evry-Val d’Essonne, chargé de mission AFHE

Participants :

  • Michèle Merger Chercheur CNRS honoraire, Présidente du Comité scientifique de Rails et Histoire – Association pour l’histoire des chemins de fer Paris
  • Arnaud Passalacqua, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Paris 7
  • Jean-Louis Rohou, ancien secrétaire général de Réseau Ferré de France (RFF)
  • Pierre Zembri, Professeur de géographie à l’Université de Marne La Vallée

 

AFHE_Blois2014

Marquer le poids des recherches économiques sur l’Antiquité !

Nous reproduisons ci-après une lettre envoyée par Véronique Chankowski et Cecilia D’Ercole à la Sophau (Société des Professeurs d’Histoire Ancienne à l’Université) qui l’a diffusée sur son site le 9 avril 2014.

Chères et chers collègues,

Depuis sa fondation en 1965, l’association Française d’Histoire économique, n’a cessé d’encourager le dialogue entre les différentes périodes historiques. La composition même de son bureau, avec une vice-présidence pour chaque période, montre l’attention portée aux connexions entre les différents champs chronologiques. Dans les dernières années, les signes de cette attention vers l’histoire ancienne se sont multipliés. Les deux éditions du prix de thèse de l’AFHE-BNP Paribas ont primé deux antiquisantes, Virginie Mathé (en 2011) et Aurélie Carrara (en 2013), pour leurs recherches respectives sur les coûts des bâtiments sacrés en Grèce classique et hellénistique et sur la fiscalité grecque entre le VIe siècle av. J.-C. et le IIe siècle apr. J.-C. Le renouvellement récent (octobre 2013) du Bureau et du Comité de direction a renforcé ces choix par l’élection d’une présidente antiquisante, Cecilia D’Ercole ; Véronique Chankowski a assumé la vice-présidence pour l’histoire ancienne.

En réponse à ces signes encourageants, il serait important que les historiennes et les historiens de l’Antiquité puissent participer de façon active à la vie de l’Association et puissent y avoir une visibilité accrue. Cette démarche est d’autant plus souhaitable dans la conjoncture actuelle, où les liens entre les périodes historiques sont parfois remis en cause. Notre présence active dans l’Association peut prendre deux formes différentes. L’une est l’inscription sur la liste de diffusion de l’AFHE (http://afhe.hypotheses.org), gratuite et ouverte à de nombreux adhérents : elle est notamment consultée et animée par des chercheurs, des professionnels de l’enseignement, des étudiants et post-doctorants. Cette adhésion ouvre la possibilité d’animer le site par l’envoi d’annonces de colloques, de publications d’ouvrages, par l’information sur les programmes et les événements scientifiques, en rapport avec l’histoire économique. L’autre forme de participation, qui peut être complémentaire à la première, est l’adhésion annuelle à l’Association, qui peut se faire aisément par le dossier mis en ligne sur le site. Notons que seulement 13 collègues antiquistes étaient inscrits à l’AFHE en 2013, un chiffre qui est loin de représenter la richesse des recherches et des programmes en cours dans le domaine de l’histoire de l’économie ancienne.

Dans l’immédiat, une occasion concrète se présente à nous pour marquer le poids des recherches économiques sur l’Antiquité, sur le plan international également. Le deuxième appel à contributions pour le XVII congrès mondial d’histoire économique, qui aura lieu à Kyoto en 2015, est ouvert jusqu’en Juillet 2014. Le thème principal du congrès est consacré à la notion de « Diversity in Development » ; quelques dizaines de projets pourront encore être retenus pour la deuxième vague. Les projets de session portant sur l’Antiquité pourraient avoir toute leur place dans cette configuration. L’AFHE a proposé un rôle d’information et de coordination pour l’ensemble des projets français, comme vous pouvez le lire dans l’appel à communications posté sur le site : http://afhe.hypotheses.org/3813

Dans l’attente de vos réactions, nous sommes bien sûr disponibles pour répondre à vos questions si vous le souhaitez et vous prions d’agréer nos salutations les meilleures

Véronique Chankowski, Professeur à l’Université de Lyon 2, vice présidente de l’AFHE, section Antiquité [Veronique.Chankowski [at] univ-lyon2.fr]

Cecilia D’Ercole, Directrice d’Etudes à l’EHESS, Présidente de l’AFHE [Cecilia.dercole [at] ehess.fr]

Présentation du comité franco-espagnol d’histoire économique

Le comité franco-espagnol d’histoire économique a pour vocation de favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheurs de part et d’autre des Pyrénées. Il organise des rencontres qui ont lieu successivement en Espagne ou en France.  Il organise les 9 et 10 avril 2014 la rencontre Consommations, consommateurs, Regards franco espagnols, XVIe-XXIe siècles. Le comité s’est constitué suite à une première rencontre qui s’est déroulée à la Casa de Velázquez à Madrid en 2002. Les textes présentés à cette occasion ont ensuite été réunis et publiés : Carlos Barciela, Gérard Chastagnaret y Antonio Escudero (eds) La Historia económica en España y Francia (siglos XIX y XX), Publicaciones de la Universidad de Alicante/Casa de Velázquez, Alicante, 2006. Un second colloque a été organisé à Aix-en-Provence les 14 et 15 juin 2008, dont les actes ont également été publiés : Gérard Chastagnaret, Jean-Claude Daumas, Antonio Escudero y Olivier Raveux (eds) Los niveles de vida en España y Francia (siglos XVIII-XX). In memoriam Gérard Gayot, Publicaciones de la Universidad de Alicante / Publications de l’Université de Provence, Alicante, 2010, 390 p.

Membres du comité

Pour l’AFHE

Sans titre2

  • Natacha Coquery, université de Lyon 2
  • Jean-Claude Daumas, université de Besançon
  • Nicolas Marty, université de Perpignan, président
  • Alexandre Fernandez, université de Bordeaux III
  • Florent Le Bot, université d’Evry / ENS Cachan
  • Cédric Perrin, université de Paris Ouest Nanterre
  • Patrice Poujade, université de Perpignan
  • Olivier Raveux, CNRS (UMR TELEMME, Aix-Marseille Université)

Pour l’AEHE

Sans titre1

  • Joseba de la Torre (Universidad Pública de Navarra), Presidente
  • Antonio Escudero (Universidad de Alicante)
  • Vicente Pinilla (Universidad de Zaragoza),
  • Nuria Puig (Universidad Complutense de Madrid),
  • Carmen Sarasúa (Universidad Autónoma de Barcelona)

Journée d’études: « Les années 1860, dix années qui ont marqué l’histoire lyonnaise »

Jeudi 10 octobre 2013 de 9h30 à 18h. Musées Gadagne.

Les années 1860 sont fondamentales dans l’histoire économique, financière et commerciale de la ville de Lyon. Elles voient la naissance de grandes banques modernes, comme le Crédit lyonnais ou la Lyonnaise de banque, qui permettent et facilitent le développement et la diversification des secteurs industriels. Ces années sont aussi celles de la création de la SEPR et de la SEPL. Les mêmes hommes visionnaires sont aux commandes de ces innovations dont Lyon est encore aujourd’hui l’héritière.

Journée d’études placée sous la direction de Serge Chassagne, professeur émérite de l’Université Lumière Lyon 2 et membre du LARHRA, Hubert Bonin, professeur à Sciences Po Bordeaux et au GRETHA-Université de Bordeaux, Yves Minssieux, président de la SEPL, Hervé Joly, directeur de recherche au Triangle/CNRS et Maria-Anne Privat-Savigny, conservateur en chef du patrimoine, directeur des musées Gadagne. Édouard Aynard, banquier et député (1837-1913),
portrait extrait des Mémoires de l’Académie de Lyon.

Télécharger le programme.