Apprendre de ses erreurs, par Hubert Bonin

Sur le site de l’Histoire, Hubert Bonin rend compte de la publication des actes du colloque de l’AFHE à Lille : L’échec a-t-il des vertus économiques ? publié sous la direction de Natacha Coquery et Matthieu de Oliveira :

« Généralement, on n’aime pas l’échec ni ceux qui échouent dans le monde de l’entreprise et de l’économie. Avec audace, une équipe de 24 historiens a pris le sujet à bras le corps lors d’un congrès. Ils discutent du rapport délicat entre prudence et avancées stratégiques ou innovations ; des effets des échecs sur l’enrichissement du capital d’expérience des manageurs, plus prompts désormais à une anticipation plus rationnelle, car la fameuse « gestion du changement » implique des tâtonnements, dont des cas concrets sont ici fournis, surtout pour l’histoire contemporaine, mais aussi pour les Temps modernes.

Des échecs conduisent à des impasses et des faillites ; d’autres à plus de coopération interentreprises ou européenne (sidérurgie). Il est clair que certains révèlent des inflexions durables de l’environnement économique : il devient alors illusoire de vouloir freiner le mouvement, malgré des essais de la part de l’État ou de l’Europe : il faut dès lors réinventer l’histoire d’une cité, d’une branche, d’une entreprise. »

(source)


Crédit image de une : “The Accident at the Gare Montparnasse (35º50’31.11″,+2º19’13.14” by Jon Horvath and Hans Gindlesberger. Archival pigment print.

[Création à partir de l’image originale de l’accident de la Gare Montparnasse de 1895 en couverture de l’ouvrage recensé]


Rédaction

Association française d'histoire économique (AFHE)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *