En marge du port : l’économie urbaine d’Ostie

[ndlr] Lauréat du 3e prix d’histoire économique AFHE-BNP Parisbas pour sa thèse intitulée Les boutiques d’Ostie du Ier s. av. J.-C. au Ve s. ap. J.-C. L’économie urbaine au quotidien, préparée sous la direction de Catherine Saliou et Jean-Pierre Vallat et soutenue le 11 octobre 2013 à l’université Paris 7, Julien Schoevaert présente, dans ce billet, un résumé des principales conclusions de sa thèse.

[télécharger le billet au format PDF]

Si de nombreuses études passées ou actuelles portent sur les ports romains ou les systèmes de stockage, les travaux consacrés aux villes portuaires antiques mêmes sont très rares. Ce vide historiographique appelle donc une réflexion sur l’économie urbaine des villes portuaires, indépendamment des activités du port. C’est la raison pour laquelle j’ai consacré mon travail de thèse au rôle joué par les boutiques dans les transformations sociales, économiques et urbaines d’Ostie entre le Ier s. av. J.-C. et le Ve s. ap. J.-C.

En histoire moderne et contemporaine, les travaux consacrés aux boutiques et à leurs relations avec la ville ont été marqués par un véritable tournant à partir des années 2000 grâce aux travaux réalisés par N. Coquery. Pour la période romaine, les nombreuses boutiques mises au jour à Pompéi et à Ostie dès la fin du XIXe siècle ont suscité, dans le cadre d’une approche typologique des formes urbaines, une réflexion qui a atteint un point culminant dans les années 1950. Les boutiques ont été abordées comme des composantes des territoires urbains, avec les demeures (domus) et les immeubles collectifs (insulae). C’est dans ce contexte que s’inscrit la Tesi di Laurea de G. Girri consacrée aux boutiques d’Ostie qui fut publiée sous forme réduite en 1956. Depuis lors, aucune étude globale des boutiques d’Ostie n’a été entreprise, en dépit des avancées en matière d’archéologie du bâti et de l’artisanat du monde romain (voir les travaux de M. Flohr et de N. Monteix).

En tant qu’avant-port de Rome, Ostie est marquée par les relations qu’elle entretient avec la capitale, par la proximité du complexe portuaire de Portus et par de nombreuses activités liées au grand commerce. Cette ville, point de rencontre entre l’économie-monde et l’économie du quotidien, constitue un observatoire privilégié de l’incidence du grand commerce sur l’économie urbaine. En outre cette ville fait partie, avec Pompéi et Herculanum, des sites archéologiques sur lesquels une grande partie de nos connaissances des villes romaines a été fondée. Ostie constitue à ce titre un enjeu important car elle est traditionnellement considérée comme le miroir de Rome.

Il est donc apparu nécessaire de renouveler la base documentaire des boutiques d’Ostie en utilisant les nouvelles méthodes de l’archéologie du bâti et de l’artisanat, supports d’une réflexion inspirée par les problématiques formulées à propos des boutiques modernes et contemporaines. En me fondant sur un travail de prospection, d’archéologie du bâti et de l’artisanat, mais également en ayant recours aux archives inédites de la surintendance, j’ai identifié 1263 boutiques (contre les 806 identifiées par G. Girri en 1956) qui furent intégrées à un Système d’Informations Géographiques (SIG).

Les boutiques d’Ostie : le cadre matériel du petit commerce dans le temps de la ville

Par-delà leurs activités commerciales et artisanales, les boutiques faisaient partie intégrante d’édifices plus vastes et pouvaient être des lieux de vie pour les boutiquiers. Cette première partie porte donc sur les spécificités architecturales et sociales des boutiques à Ostie et leurs évolutions au cours du temps.

Les boutiques d’Ostie sont pourvues de deux fois moins d’espaces servant vraisemblablement de logement (mezzanines ou arrière-boutiques) qu’à Pompéi et les boutiques liées à des demeures plus vastes y sont dix fois moins fréquentes. Il ressort donc que les boutiques d’Ostie se distinguent par un mode d’habiter et de travailler différent de celles de Pompéi. Ces différences pourraient traduire une plus grande indépendance des boutiquiers vis-à-vis des propriétaires. Les raisons de ces spécificités sont à chercher dans les phases de construction des boutiques d’Ostie. Pour mener à bien cette réflexion, j’ai adapté les méthodes de la « fabrique urbaine » (utilisées par exemple par H. Noizet au sujet de la ville de Tours) aux boutiques d’Ostie. Ainsi, l’étude diachronique des unités construites intégrant des boutiques permet de démêler l’écheveau des pratiques et des acteurs ayant présidés à la construction des boutiques.

Trois grandes phases peuvent être identifiées. Durant la première période (Ier s. av. –Ie s. ap. J.-C.), le port d’Ostie est en pleine mutation : la construction du bassin de Claude renforce l’importance du rôle d’Ostie dans l’approvisionnement de Rome. De cette période, seules 81 boutiques (6,4% du corpus) sont encore identifiables.

Le IIe s. ap. J.-C. est une phase de profonds changements : parallèlement à l’édification du vaste complexe portuaire de Trajan, Ostie est une ville presque entièrement reconstruite suite à la réalisation d’un rehaussement du sol rendu nécessaire pour faire face aux crues du Tibre. C’est dans ce contexte que 1150 boutiques (plus de 90% du corpus) ont été édifiées. De plus, durant cette période, l’essor démographique suscité par les activités portuaires est à l’origine d’une nouvelle forme de logements qui apparaît et se diffuse à Ostie : les immeubles collectifs. Ils contiennent un nombre plus élevé de boutiques que les autres types d’édifices, ainsi qu’un nombre plus élevé d’appartements aux étages. Par conséquent, le pic de construction des boutiques au cours du IIe siècle à Ostie et celui des immeubles collectifs participent d’un seul et même phénomène.

Enfin, à partir du milieu du IIIe s. ap. J.-C., les boutiques sont construites en nombre bien plus restreint (30 boutiques, soit 2,4% du corpus). Elles ont été édifiées au sein de luxueuses demeures ou de rangées de boutiques.

Ainsi, les caractéristiques les plus remarquables des boutiques d’Ostie découlent des dynamiques du IIe siècle ap. J.-C. Il faut s’interroger sur le devenir de ces espaces après leur construction. Deux tendances sont à distinguer : les boutiques dont le fonctionnement est maintenu grâce à la réalisation de réfections ou de modifications mineures et les boutiques dont le fonctionnement est interrompu par leur abandon ou leur reconversion. Ces deux cas de figure peuvent néanmoins se rencontrer dans une seule et même boutique. Même si les éléments de datation sont rares du fait du faible intérêt accordé aux phases tardives durant les fouilles du XXe siècle, une nette évolution se dessine. Ainsi au IIIe s. Ostie est frappée par une crise démographique qui se manifeste notamment par la rareté des nouvelles tombes des nécropoles suburbaines et par les pratiques de construction. Les sources archéologiques indiquent que la plupart des abandons de boutiques sont à dater du IVe siècle, parallèlement au déclin des entrepôts et vastes ateliers de la ville.

La place des boutiques dans l’économie de l’avant-port de Rome

Après avoir étudié les spécificités et les évolutions des boutiques d’Ostie, j’ai entrepris d’analyser les activités commerciales et artisanales qui y avaient lieu. Leur inventaire, fondé sur les méthodes de l’archéologie de l’artisanat, précède l’analyse de la place qu’occupent les boutiques dans l’économie d’Ostie caractérisé par des entités économiques peu attestées par ailleurs (grands ateliers, entrepôts urbains et marchés).

Ainsi, l’archéologie a permis d’identifier à Ostie 55 commerces alimentaires, 4 fouleries, une teinturerie, une bijouterie et une verrerie. En ce qui concerne les informations relatives aux métiers d’Ostie, les sources iconographiques et épigraphiques attestent l’existence de banquiers, de médecins, de pelletiers, de chausseurs, de fabricants de pourpre, de forgerons, de bouchers et de vendeurs de lampes.

J’ai ensuite envisagé l’étude du rôle joué par les boutiques dans l’économie d’Ostie en analysant leurs interactions avec les autres édifices à vocation économique de la ville. Parmi ces édifices, il existe de vastes ateliers mesurant entre 250 et 950 m² dont les caractéristiques architecturales sont distinctes des boutiques. La capacité de production de ces locaux dépassait de très loin celle des boutiques. Mais l’absence d’espace de vente indique que les biens qui y étaient produits devaient être commercialisés dans les boutiques. D’autre part il faut tenir compte des marchés alimentaires et d’un marché de vin en gros qui présentent des caractéristiques architecturales distinctes des boutiques et occupent des positions différentes dans les circuits de distribution.

Après avoir replacé les boutiques dans l’économie plus globale d’Ostie, il est possible de définir une nette tendance qui se dessine durant l’Antiquité Tardive. Si Ostie semble conserver son statut d’avant-port de Rome, ses fonctions portuaires sont marquées par un net déclin des vastes ateliers et des entrepôts. De nouveaux marchés alimentaires sont édifiés, une voie de communication régionale est construite : tout indique une recomposition de l’économie d’Ostie qui se détourne du port pour se concentrer sur l’économie de sa propre population.

Les données archéologiques, épigraphiques et iconographiques d’Ostie permettent d’approcher de manière détaillée le statut social des agents économiques au sein de cette communauté urbaine.

Pauvreté et dépendance dessinent les contours d’une catégorie sociale occupant le bas de la hiérarchie des métiers. Ainsi, selon notre documentation, les activités de l’artisanat et du petit commerce sont largement minoritaires (5% des collèges connus) au sein du phénomène associatif qui est véritablement dominé par les activités portuaires et de la construction. On observe en revanche des formes de concentration verticale : certains professionnels du grand commerce ou de la construction possédaient des boutiques qui leur rapportaient une rente.

En conclusion, il apparaît très nettement que les boutiquiers constituaient un groupe social occupant le bas de la hiérarchie des métiers à Ostie qui était dominée par les métiers du grand commerce et de la construction. Aucun boutiquier connu n’a atteint le statut de notable, tandis que les plus fortunés d’entre eux étaient loin d’égaler les hommes d’affaires impliqués dans le grand commerce.

Les territoires des boutiques

Si les boutiques sont intimement liées à l’économie quotidienne d’Ostie, il importait d’étudier leur rôle dans la structuration et les mutations de l’espace urbain. Dans cette perspective, j’ai choisi d’avoir recours à la notion de territoire telle qu’elle a été définie par les géographes. Les boutiques contribuent-elles à la formation de territorialités urbaines ? Inversement, existe-t-il des territoires des boutiques et comment en est assuré l’emprise ?

Les boutiques sont des éléments constitutifs du paysage urbain. Dans ce cadre, la relation qu’elles entretiennent avec les portiques est centrale, puisque 83% des portiques d’Ostie sont associés à des boutiques. Cette association prédomine dans les constructions datées du IIe siècle, avec l’émergence d’un nouveau paysage urbain qui se développe en façade des immeubles collectifs. Les boutiques abritées derrière les portiques de la ville contribuent donc indirectement à la structuration de la monumentalité des rues de la ville.

À partir du IIIe siècle, l’empiètement d’espaces privés sur la voirie contribue à la mutation de l’espace urbain. Les trois-quarts des empiétements connus impliquent uniquement des boutiques. Différentes situations doivent être distinguées : l’empiètement peut se faire par l’agrandissement d’une boutique sur la voirie, par la fusion de plusieurs locaux ou par la construction de nouvelles boutiques. Il semblerait que la cause principale des empiétements des boutiques sur la rue réside dans l’enrichissement d’un commerce, comme l’atteste l’essor d’éléments décoratifs dans ces boutiques. Ainsi, dans l’Occident romain, Ostie fournit un exemple d’empiétements que l’on connaît surtout en Orient (comme à Gerasa ou à Sagalassos).

Par la suite, j’ai étudié les logiques de répartition spatiale des commerces dans l’espace urbain à l’aide d’un indice de concentration des boutiques par tronçon de rues. Ainsi, le nombre de boutiques longeant le tronçon de rue a été rapporté à sa longueur. Il apparaît que les boutiques se concentrent avant tout le long des grandes artères, autour des intersections majeures et des portes de la ville. A l’inverse, les zones reculées de la ville se distinguent par une faible densité commerciale. Il apparaît donc que la densité commerciale est fortement liée au facteur de l’accessibilité, ce qui s’inscrit en opposition de la thèse traditionnelle selon laquelle les activités économiques étaient géographiquement réparties selon des facteurs culturels.

Cependant de nombreuses boutiques se situent en retrait du système viaire. Elles sont organisées autour d’une cour interne d’immeuble ou d’une palestre. Ces boutiques ont en commun leur capacité à être coupées du système viaire général d’Ostie. Les boutiques des cours d’immeubles semblent résolument tournées vers la clientèle que constitue le voisinage, tandis que celles situées à l’intérieur même des thermes avaient vraisemblablement pour cible la clientèle des baigneurs, ce qui constituait donc une véritable économie induite par les activités thermales. Ces cas correspondent à des territorialités différenciées des boutiques au sein de la ville.

Par-delà les logiques de concentrations commerciales, il a été possible d’analyser la répartition spatiale de quelques activités économiques précises telles que les commerces alimentaires et les activités consommant une grande quantité d’eau. Cette étude a été réalisée grâce au calcul des aires de chalandise.

Au final, les boutiques d’Ostie sont des éléments constitutifs du paysage urbain et contribuent largement à façonner des territoires à géométries variables. Une nette évolution se dessine : entre le IIe et le IVe s., certaines boutiques s’étendent sur la rue, tandis que les stratégies de séduction désinvestissent ces dernières et s’affirment en intérieur tout en opérant des emprunts aux luxes privés et publics.

*

L’étude des boutiques d’Ostie à travers les sources archéologiques comprenant les rapports et photographies de fouilles, et à l’aide de nouveaux outils numériques, a permis une démarche diachronique et multiscalaire. Il était en effet nécessaire de réexaminer les boutiques d’Ostie à l’aide de sources que G. Girri n’avait pas exploitées en 1956.

De manière générale, il apparaît que les caractéristiques et les évolutions des boutiques d‘Ostie procèdent et participent de mutations globales de la ville. Ces mutations semblent suscitées par les transformations de ses fonctions portuaires au IIe siècle ap. J.-C. Ainsi, la l’importante densité commerciale de la ville s’explique par la forte présence d’immeubles collectifs qui répondent au facteur démographique lié à l’économie induite par les activités portuaires. Il s’agit là d’une véritable parenthèse qui se referme au cours du IIIe siècle lorsque les immeubles collectifs cessent d’être édifiés ou tombent en ruines, tout comme les boutiques. L’économie d’Ostie se recompose autour d’enjeux plus locaux en se détournant des activités portuaires qui semblent avoir été transférées en grande partie à Portus.

Si les caractéristiques et évolutions des boutiques paraissent procéder de transformations plus générales d’Ostie, les boutiques ont joué un rôle actif et direct dans la composition et les évolutions du territoire urbain. Le lien que les boutiques entretiennent avec les portiques, leur organisation en ensembles à accès restreint (cours d’immeubles et palestres), la répartition spatiale des activités dans le tissu urbain ont contribué à définir des territorialités différenciées dans la ville. Au cours du IIIe siècle, l’essor du luxe à l’intérieur des boutiques et l’empiétement de certaines d’entre elles sur la voirie constituent l’un des principaux facteurs de mutation de la rue durant la période tardive à Ostie.

[télécharger le billet au format PDF]

Crédit image de une : Julien Schoevaert, « Un commerce alimentaire d’Ostie »


Julien Schoevaert

Docteur en Histoire ancienne, actuellement ingénieur en technologies de la formation à l'Université Paris Sud.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *