L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Actes du congrès AFHE 2013

En octobre 2013, le congrès de l’AFHE se tenait aux archives nationales du monde du travail (ANMT) à Roubaix autour des vertus économiques de l’échec.

Les actes viennent de paraître (en décembre 2015) aux éditions du Comité pour l’histoire économique et financières de la France – IGPDE, sous la direction de Natacha Coquery et Matthieu de Oliveira.

Présentation :

À l’été 2008, la planète tremble en découvrant l’ampleur de la crise financière. Les subprimes deviennent en quelques semaines une réalité dévastatrice. Peut-on considérer que l’échec a eu une vertu et que du séisme est sorti un bien ? Sans doute, mais à quel prix ? Success story, demande de régulation, crise, faillite, échec, tels sont les axes d’une réflexion à laquelle l’Association française d’histoire économique (AFHÉ) a voulu participer à l’occasion de son dernier congrès, les 4 et 5 octobre 2013. Les travaux présentés dans cet ouvrage font varier les échelles d’analyse – temporelle, spatiale et sociale – et révèlent les multiples dimensions de l’échec, puisque celui des uns forge parfois le succès des autres et peut avoir des retombées imprévisibles, pas nécessairement négatives, que l’on se place au niveau des individus, des familles, des sociétés ou de l’humanité tout entière.

Lorsque pointe l’échec, plusieurs options s’ouvrent : c’est l’heure des choix. Faut-il opter pour une gestion prudente ? Réorienter l’activité et se faire plus offensif ou au contraire abandonner un créneau, un projet ? Renoncer, persévérer, recréer ? L’échec peut alimenter le repli et le conservatisme autant que l’innovation et la prise de risques. Si la remise en cause est une vertu possible de l’échec, quels en sont les lieux et les outils ?

On trouvera ici vingt-quatre interventions inédites organisées en cinq thèmes qui rendent compte de la richesse des approches : les usages sociaux de la faillite ; l’histoire des entreprises ; les espaces transfrontaliers et politiques en Europe ; les districts et les territoires ; les institutions et les politiques publiques. Si le thème de réflexion peut surprendre par sa formulation antinomique, l’introduction d’Aldo Schiavone, « Quelques hypothèses sur les temps qui nous attendent », confirme la justesse de l’intuition originale.

Echec_vertus_economiques300dpi

Consulter sur OpenEdition Books ; Commander le volume papier

Crédit image de une : « Train wreck at Montparnasse, Paris, France » 1895 – Domaine public, Auteur inconnu – Wikimedia Commons.


Rédaction

Association française d’histoire économique (AFHE)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *